Ouvrir le menu principal

Col du Gavia

col de montagne italien
(Redirigé depuis Col de Gavia)
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Gavia.

Col du Gavia
Image illustrative de l’article Col du Gavia
Vue du col du Gavia en direction du val Camonica.
Altitude 2 618 m
Massif Sobretta-Gavia /
Massif de l'Ortles (Alpes)
Coordonnées 46° 20′ 37″ nord, 10° 29′ 17″ est
PaysDrapeau de l'Italie Italie
ValléeValteline
(nord)
Val Camonica
(sud)
Ascension depuisBormio Ponte di Legno
Déclivité moy.5,5 % 7,9 %
Déclivité max.11 % 16 %
Kilométrage25,6 km 17,3 km
AccèsSS 300 SS 300
Fermeture hivernale octobre-mai

Géolocalisation sur la carte : Lombardie

(Voir situation sur carte : Lombardie)
Col du Gavia

Géolocalisation sur la carte : Italie

(Voir situation sur carte : Italie)
Col du Gavia

Le col du Gavia (en italien : passo di Gavia) est un col alpin italien culminant à 2 618 m d'altitude, ce qui en fait le troisième plus haut col routier des Alpes italiennes. Il est situé à l'extrémité sud-ouest du groupe Ortles-Cevedale et relie le val di Gavia (affluent de la valtelline) au haut val Camonica, dans la région de la Lombardie, séparant la province de Sondrio et celle de Brescia.

C'est un col surtout connu pour être régulièrement emprunté par le Tour d'Italie de cyclisme. L'un de ses franchissements les plus marquants se déroula lors de la 13e étape du Tour d'Italie 1988 () au milieu d'une tempête de neige : le Néerlandais Erik Breukink remporta l'étape dont l'arrivée était jugée à Bormio et Andrew Hampsten s'empara du maillot rose qu'il conserva jusqu'à la fin de l'épreuve[1].

Sommaire

GéographieModifier

 
Portion basse de la route nationale 300, passant par le col du Gavia.

Dominé au nord par le Monte Gavia, le col du Gavia est accessible en voiture par la route nationale 300 de Passo di Gavia, une route panoramique de haute altitude qui part de Bormio en passant par Santa Caterina di Valfurva (dans la haute Valteline) et conduit à Ponte di Bois.

Au cours de l’année, la circulation automobile est plutôt rare en raison du tracé sinueux, de la chaussée particulièrement étroite, des fortes pentes et des parapets et protections de mauvaise qualité, tandis qu’en hiver, en raison de la haute altitude, la route est soumise à fermeture pour la neige. En été, il s'agit plutôt d'une destination fréquente pour les cyclistes et les motocyclistes de toute l'Europe.

Le refuge Arnaldo Berni se trouve à deux kilomètres du col. Il porte le nom du capitaine éponyme décédé au cours de la Première Guerre mondiale sur le glacier Dosegù.

HistoireModifier

Construction de la routeModifier

Le sentier médiéval traversant le col a fait l’objet de vastes travaux d’agrandissement et de restructuration au cours de la Première Guerre mondiale. Au cours de cette période, la route devint d’une importance stratégique fondamentale compte tenu de la proximité du front. En tout état de cause, le tracé restait non goudronné, étroit et extrêmement dangereux. Depuis la seconde moitié du XXe siècle, des améliorations considérables ont été apportées, notamment l'asphaltage complet du tracé et la construction d'un tunnel pour éviter la section la plus dangereuse[2].

AccidentModifier

 
Plaques commémoratives de l'accident sur une photo d'époque.

Le matin du , un véhicule militaire Fiat 639, transportant 21 soldats alpins âgés de 21 à 23 ans, est tombé dans un escarpement à la suite de l'effondrement du revêtement routier du côté de Brescia ; l'effondrement a entraîné la voiture dans une chute d'environ 150 mètres et a fait 17 morts. Parmi les deux blessés les plus graves, l'un est décédé le lendemain de ses blessures, soit 18 victimes au total[3].

À l'époque, l'itinéraire, sans garde-corps ni protection, était considéré comme très risqué et son trajet n'était pas recommandé pour les camions ; il existait également une interdiction de transit (non respectée) pour les véhicules de plus de 14 passagers. Au moment de l'accident, la largeur totale de la chaussée était de 2,30 m.

Les corps des soldats, appartenant au 6e régiment du bataillon de Bolzano, ont été transférés à la petite église de Ponte di Legno pour les funérailles.

 
Le monument actuel à la mémoire de l'accident.

À la mémoire de la tragédie, deux plaques commémoratives ont été placées, toujours existantes.

Crucifix à White LakeModifier

Sur le bord de la route, près des rives du lac White, un crucifix en bois est visible. Datant de 1929, il rappelle une mère et son fils qui, voyageant en voiture de Santa Caterina à Ponte di Legno, ont été frappés dans cette zone par un brouillard épais et soudain. Miraculeusement, les survivants ont ensuite mis le crucifix en mémoire.

Refuge Arnaldo BerniModifier

Le refuge Berni s'élève à 2 541 m d'altitude, du côté de la valtelline. Il est dédié au capitaine Arnaldo Berni, décédé pendant la Première Guerre mondiale. Avant ce bâtiment, il y avait un autre abri du côté opposé, construit comme un abri militaire.

CyclismeModifier

 
Tour d'Italie 1988 au col du Gavia.

Le col du Gavia est caractérisé par une longue ascension, une dénivellation importante et des pentes de raideur moyenne. L'ascension depuis Ponte di Legno, dans le val Camonica, est plus courte que celle depuis Bormio, mais les pentes sont plus fortes[4],[5]. Aujourd'hui, avec le col du Stelvio et le col du Mortirolo, situés à proximité, le col du Gavia constitue l'une des destinations alpines les plus prisées des cyclistes.

Le col est situé sur une route secondaire peu fréquentée par la circulation mais doit sa renommée au Tour d'Italie. Il a en effet été inscrit dans le parcours du Giro quatorze fois.

La première ascension remonte à 1960 : passé seul au sommet, Imerio Massignan a été contraint de céder la première place au Luxembourgeois Charly Gaul à la suite de deux crevaisons en descente, atteignant la ligne d'arrivée à Bormio avec 14 secondes de retard. À cette époque, la route était encore non goudronnée à de nombreux endroits[6].

L'année suivante, le Tour d'Italie devait passer à nouveau au col, mais la course a été déviée pour la neige au profit du col du Stelvio.

 
Le groupe maillot rose lors de l'ascension du col du Gavia dans le Tour d'Italia 2006.

Le Giro retourne au col du Gavia en 1988 seulement. Les coureurs doivent affronter une soudaine et inattendue tempête de neige[7].

En 1989, la montée a de nouveau été annulé en raison des conditions météorologiques défavorables, alors que dans les éditions de 1996, 1999, 2000, 2004, 2006, 2008 et 2010, l'ascension n'a jamais été annulée. En 2010, la montée vers le col était abordée pour la première fois du côté de Bormio, alors qu’avant, elle avait toujours été affrontée par le beaucoup plus difficile de Ponte di Legno.

Le passage au col du Gavia était également prévu dans la 19e étape du Giro d'Italia 2013, tout comme le col du Stelvio, mais en raison de conditions météorologiques défavorables, les deux cols ont été annulés et la première étape a été modifiée.

Lors du Tour d'Italie 2019, le col a été désigné Cima Coppi à la 16e étape. Quelques jours avant la passage des coureurs, le transit a cependant été annulé en raison d'une trop grande quantité de neige[8], ce qui a détourné la course vers le col de l'Aprica[9].

Année Coureur en tête au col du Gavia Pays Étape Versant
1960 Imerio Massignan   Italie 20 sud
1988 Johan van der Velde   Pays-Bas 14 sud
1996 Hernán Buenahora   Colombie 21 sud
1999 José Jaime González   Colombie 21 sud
2000 José Jaime González   Colombie 14 sud
2004 Vladimir Miholjević   Croatie 18 sud
2006 Juan Manuel Gárate   Espagne 20 sud
2008 Julio Alberto Pérez Cuapio   Mexique 20 sud
2010 Johann Tschopp   Suisse 20 nord
2014 Robinson Chalapud   Colombie 16 sud

Le , Tarcisio Persegona, un cycliste amateur de 79 ans, a effectué sa 500e ascension du col, un exploit commémoré par une plaque commémorative en haut du col[10].

RéférencesModifier

  1. (it) « L'incredibile tappa sul Gavia », sur Il Post, (consulté le 6 juin 2019)
  2. « Passo Gavia - Strada statale del Gavia - SS 300 », sur www.bormio3.it (consulté le 6 juin 2019)
  3. (it) « 60 anni della tragedia del Gavia: oltre mille persone a ricordare i 18 alpini del Bolzano. FOTO », sur Gazzetta delle Valli News dalle Valli Lombarde e Trentine, (consulté le 6 juin 2019)
  4. « Passo di Gavia depuis Ponte di Legno : 2621m », sur www.cols-cyclisme.com (consulté le 6 juin 2019)
  5. « Passo di Gavia depuis Bormio : 2621m », sur www.cols-cyclisme.com (consulté le 6 juin 2019)
  6. « Passo Gavia - La prima volta del Giro d'Italia nel 1960 », sur www.bormio3.it (consulté le 6 juin 2019)
  7. « Et Andrew Hampsten surgit du blizzard », sur Le dérailleur, (consulté le 6 juin 2019)
  8. « Tour d'Italie 2019. Le Gavia, plus haut col de la course retiré », sur www.ouest-france.fr, ouest-france, (consulté en juin 2019)
  9. (it) Federico ha detto, « Giro d’Italia: il passo Gavia non si fa, troppo pericoloso », sur Montagna.TV, (consulté le 6 juin 2019)
  10. (it) « » Tarcisio uno di noi oltre il Gavia » (consulté le 6 juin 2019)

Voir aussiModifier

BibliographieModifier

  • Daniel Friebe et Pete Golding, Sommets mythiques : Cyclisme, les 50 cols incontournables d'Europe, GEO, , 224 p. (ISBN 978-2-8104-0296-0), p. 186-189