Wilco Kelderman

coureur cycliste néerlandais

Wilco Kelderman, né le à Amersfoort, est un coureur cycliste néerlandais, membre de l'équipe Bora-Hansgrohe. Spécialiste des courses par étapes, il a notamment terminé troisième du Tour d'Italie 2020. Il est également champion du monde du contre-la-montre par équipes en 2017 et champion des Pays-Bas du contre-la-montre en 2015.

Wilco Kelderman
Image dans Infobox.
Wilco Kelderman en 2018
Informations
Naissance
Nationalité
Équipe actuelle
Équipes amateurs
Équipes professionnelles
2012Rabobank
01.2013-06.2013[n 1]Blanco
06.2013-12.2014[n 2]Belkin
2015-2016Lotto NL-Jumbo
2017-2020Sunweb
2021-Bora-Hansgrohe
Principales victoires

Souvent placé, rarement gagnant, il compte seulement quatre succès, mais aucun sur le circuit UCI World Tour, où il comptabilise plus de cent tops 10.

BiographieModifier

Début de carrièreModifier

Wilco Kelderman a remporté en 2007 chez les cadets une étape et le classement général du Critérium des Jeunes Européens. Il termine également troisième du championnat des Pays-Bas sur route cadets[1]. L'année suivante, il remporte dans la catégorie junior une étape contre-la-montre de l'Acht van Bladel, deux étapes du Tour de la Région de Lodz, Liège-La Gleize et la Curitas Classic Diegem. Il remporte également trois médailles aux championnats nationaux, dont un sur piste.

 
Wilco Kelderman leader du classement du meilleur jeune après le prologue du Tour de l'Ain 2010.

En 2009, il remporte à nouveau plusieurs victoires sur le calendrier juniors. Il a également remporté une étape du Giorni Orobica Tre. À partir de 2010, il est membre de l'équipe continentale néerlandaise Rabobank Continental. Lors de sa première année dans l'équipe, il se révèle sur le Tour Alsace. Il remporte à 19 ans, la troisième étape qui arrive au Ballon d'Alsace et remporte par la même occasion le classement général, prouvant ses qualités de grimpeur[2]. Il fait alors partie des favoris du Tour de l'Avenir 2010, mais termine finalement dixième de l'épreuve[3]. Début mai 2011, il signe dans l'équipe Proteam Rabobank pour l'année 2012[4].

2012-2013 : premiers résultats chez les professionnelsModifier

En avril 2012, il obtient son premier résultat en se classant sixième du Tour de Cologne. Le mois suivant, il se classe septième et meilleur jeune du Tour de Californie. En juin, il termine meilleur jeune du Critérium du Dauphiné en prenant la huitième place finale. Il termine également septième et meilleur jeune du Tour du Danemark.

En 2013, il reprend la compétition en Australie lors du Tour Down Under qu'il termine à la sixième place. Fin avril 2013, il termine cinquième du Tour de Romandie, ce qui lui permet de remporter le classement du meilleur jeune. Il participe ensuite à son premier grand tour, le Tour d'Italie, qu'il termine à la dix-septième place. Il prend part au Tour du Danemark, où il obtient sa première victoire chez les professionnels lors de la cinquième étape, un contre-la-montre. Il accède par la même occasion à la tête du classement général, qu'il conserve jusqu'à l'issue de la course. Septième de l'Eneco Tour, il est sélectionné pour la première fois aux mondiaux et prend la 60e place.

Saisons 2014-2016 : nombreuses places d'honneurModifier

 
Wilco Kelderman lors du départ de la Flèche brabançonne 2015 à Louvain.

En 2014, Wilco Kelderman a pour objectif le Tour d'Italie. Pour sa reprise, il est cinquième du Tour de l'Algarve. Il prend part à Paris-Nice, où il se montre offensif (deux tops 5 d'étape) mais où une défaillance l'empêche de bien figurer au général. Il prend ensuite le départ du Tour de Catalogne, où il se montre discret, ne prenant que la douzième place du général. Sur le Giro, son équipe commence par prendre la douzième place du contre-la-montre par équipes. Il se montre ensuite régulier en première semaine, ne cédant du temps que sur Cadel Evans lors de la sixième étape et sur Domenico Pozzovivo lors de la neuvième. Il finit ensuite septième de la douzième étape à 2 minutes et 3 secondes de Rigoberto Urán. Il est alors cinquième du classement général à 2 minutes et 50 secondes d'Urán. Il se montre en difficulté sur la quinzième étape, terminant onzième à 1 minute et 13 secondes de Fabio Aru, et rétrogradant de la cinquième à la septième place au général. Il se fait ensuite piégé, comme la plupart des favoris, lors de la seizième étape par Pierre Rolland, Nairo Quintana et Ryder Hesjedal. Il attaque tout de même lors l'ascension final et réussit à franchir la ligne en quatrième position, reprenant du temps aux autres leaders. Fatigué, il ne prend que la seizième place de la 19e étape, à près de 4 minutes et 52 secondes de Quintana. Puis, lors de l'avant-dernière étape, il réussit à reprendre la septième place du général à Evans. Il finit donc septième au classement final, améliorant de dix places son classement de l'année précédente. Durant l'été, il est quatrième et meilleur jeune du Critérium du Dauphiné, puis cinquième du Tour de l'Utah. Pour son premier Tour d'Espagne, il se classe 14e du général. Sélectionné pour la course en ligne des championnats du monde[5], où il abandonne. Avec l'équipe Belkin, il termine quatorzième du contre-la-montre par équipes. Il termine sa saison avec une 17e place au Tour de Lombardie. En fin de saison, il est élu cycliste espoir néerlandais de l'année[6].

 
Wilco Kelderman à Paris-Nice 2015.

En 2015, l'équipe change de nom et devient Lotto NL-Jumbo. Sa préparation est retardée par une fracture de la clavicule[7]. En février, il prend la dix-neuvième place du Tour d'Andalousie, après s'être classé deuxième de l'étape contre-la-montre. En mars, il est quinzième de Paris-Nice, puis neuvième du Tour de Catalogne. Le mois suivant, il participe aux classiques ardennaises, se classant notamment dixième de la Flèche wallonne. En préparation pour le Tour de France, il prend la vingt-deuxième place du Critérium du Dauphiné. Fin juin, aux championnats des Pays-Bas, il remporte le titre en contre-la-montre. Il prend le départ de son premier Tour de France, où il est désigné co-leader de l'équipe Lotto NL-Jumbo, avec Robert Gesink[8]. Le départ du Tour a lieu à Utrecht près de sa ville natale, mais en raison de malchance et d'une blessure au dos, il ne joue aucun rôle dans la course. Après la course, il est au départ de l'Eneco Tour, où après un contre-la-montre solide (deuxième derrière son coéquipier Jos van Emden), il se retrouve deuxième du classement, puis prend le maillot de leader l'étape suivante. La veille de l'arrivée, il ne peut suivre les attaques de Tim Wellens, ainsi que de Greg Van Avermaet et retombe à la troisième place du classement général. En fin de saison, il est sixième du Grand Prix cycliste de Montréal.

Il commence sa saison 2016 en terminant deuxième du contre-la-montre et quatrième du général du Tour d'Andalousie. Il est ensuite treizième de Paris-Nice et de la Flèche wallonne, ainsi que dixième du Tour du Pays basque. En juin, il est huitième du Tour de Suisse (trois fois dans les cinq premiers d'une étape), puis troisième du championnat des Pays-Bas du contre-la-montre. Après un Tour de France sans résultats notables, il se classe deuxième du Tour du Poitou-Charentes derrière Sylvain Chavanel, puis sixième de l'Eneco Tour.

2017-2020 : chez SunwebModifier

Wilco Kelderman quitte la formation Lotto NL-Jumbo en fin de saison 2016 et s'engage avec l'équipe Sunweb pour 2017[9]. Pour ses débuts avec l'équipe, il est neuvième du Tour Down Under. En avril, il se classe septième du Tour de Romandie, puis participe au Tour d'Italie au service de son leader Tom Dumoulin. Celui-ci devient le premier Néerlandais à remporter le Giro. De son côté, Kelderman abandonne lors de la neuvième étape, après avoir heurté une moto arrêtée sur la route et s'être cassé un doigt lors de sa chute. Pour son retour à la compétition début août, il est quatrième d'un Tour de Pologne très serré, terminant à dix secondes du vainqueur Dylan Teuns. Lors du Tour d'Espagne, il est l'un des plus forts de la course et semble être en route pour une place sur le podium. Dans le top 10 sur huit étapes différentes, il termine surtout deuxième de l'unique contre-la-montre, à 29 secondes de Christopher Froome. Cependant, lors de la dernière étape de montagne sur l'Angliru, il perd du temps dans les derniers kilomètres et doit abandonner sa troisième place au classement général à Ilnur Zakarin[10]. Il clôture sa meilleure saison jusque là avec un titre de champion du monde du contre-la-montre par équipes avec Sunweb et une septième place sur le contre-la-montre individuel des mondiaux.

Pour sa première course lors de la saison 2018, il est proche de la victoire sur le Tour d'Abou Dabi, où il se classe à la deuxième place du général, à 17 secondes d'Alejandro Valverde[10]. Il s'agit de son meilleur résultat sur une course World Tour. Lors de Tirreno-Adriatico, il occupe la troisième place du général au départ de la 5e étape, mais se fracture la clavicule et doit être opéré[11]. En juin, pour son retour à la compétition, il est cinquième du Tour de Suisse. Après une troisième place au championnat des Pays-Bas du contre-la-montre, il chute lors de la course en ligne quatre jours plus tard et doit déclarer forfait pour le Tour de France[12]. Il participe au Tour d'Espagne, où il prend la dixième place du général. Dans la foulée, il est médaillé d'argent au championnat du monde du contre-la-montre par équipes, puis sixième des Trois vallées varésines et de Milan-Turin.

En 2019, il commence sa saison avec une cinquième place au Tour des Émirats arabes unis, puis se classe 14e de Paris-Nice. Son élan est coupée lors de la cinquième étape du Tour de Catalogne. Alors qu'il est onzième du général, une chute lui entraîne des fractures à une vertèbre ainsi qu'à la clavicule gauche[13]. Après une nouvelle opération quu l'oblige à déclarer forfait pour le Giro, il est au départ du Tour de France, mais souffrant du dos et insuffisamment remis, il est non partant lors de la 16e étape[14]. Il retrouve son niveau lors du Tour d'Espagne, où il décroche la septième place finale.

Il réalise la meilleure saison de sa carrière en 2020, où il termine 15e mondial. Il enchaîne les tops 10 sur les courses par étapes d'une semaine du World Tour. Cinquième du Tour de La Provence pour sa reprise, il est ensuite sixième du Tour des Émirats arabes unis, septième du Tour de Pologne et quatrième de Tirreno-Adriatico. Il est le leader de son équipe au départ du Tour d'Italie. Toujours bien place, il s'empare du maillot rose après la 18e étape et semble bien parti pour gagner le Giro. Cependant, il perd le maillot rose deux jours plus tard dans la dernière étape de montagne à Sestrières. Il termine finalement troisième du classement général final derrière Tao Geoghegan Hart et son équipier de la Sunweb Jai Hindley. Il s'agit de son premier podium sur un grand tour.

Depuis 2021 : chez BoraModifier

En 2021, il rejoint Bora-Hansgrohe, l'autre équipe allemande du World Tour[15]. Lors d'un stage d'entraînement en janvier 2021 en Italie, Kelderman fait partie d'un groupe de 7 coureurs de l'équipe Bora-Hansgrohe qui est percuté par un automobiliste. Il est atteint d'une commotion cérébrale et d'une fracture à une vertèbre[16],[17]. Il commence sa saison en mars, en terminant cinquième du Tour de Catalogne. Toujours aussi régulier, il occupe la neuvième place du Tour du Pays basque, mais chute dans une descente de la troisième étape et abandonne la course[18].

Kelderman est sélectionné pour la course en ligne des Jeux olympiques de Tokyo[19].

Palmarès et classements mondiauxModifier

Palmarès amateurModifier

Palmarès professionnelModifier

Résultats sur les grands toursModifier

Tour de FranceModifier

4 participations

Tour d'ItalieModifier

4 participations

Tour d'EspagneModifier

4 participations

Classements mondiauxModifier

  Année20102011201220132014201520162017201820192020
UCI World Tour nc 123e38e33e42e71e34e62e
Classement mondial73e49e77e155e15e
UCI Europe Tour90e59e nc nc nc nc 214e1551e289e127e13e
Légende : nc = non classéSource : UCI

DistinctionsModifier

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. Du 1er janvier 2013 au 28 juin 2013
  2. Du 29 juin 2013 au 31 décembre 2014

RéférencesModifier

  1. Championnat National, Route, Débutants, Pays-Bas 2007
  2. Tour Alsace - La révélation Kelderman L'Alsace.fr
  3. Profil de KELDERMAN Wilco (NED) sur l'édition 2010 du Tour de l'Avenir
  4. Kelderman rejoindra Rabobank en 2012 sur cyclismactu.net, le 4 mai 2011
  5. Yohann Tritz, « Mondiaux 2014 - Les Pays-Bas sans Robert Gesink », sur cyclismactu.net,
  6. Tom Dumoulin élu coureur néerlandais de l'année sur lesoir.be
  7. Le Néerlandais Wilco Kelderman se fracture la clavicule sur rtbf.be
  8. (en) « Kelderman and Gesink lead LottoNL-Jumbo at the Tour de France », sur cyclingnews.com, (consulté le )
  9. « Le journal des transferts, actualité vélo pros », sur www.velo101.com (consulté le )
  10. a et b Précocité, contre-la-montre : cinq choses à savoir sur Wilco Kelderman
  11. Tirreno-Adriatico - Clavicule fracturée pour Wilco Kelderman
  12. Tour de France : Wilco Kelderman déclare forfait
  13. « Tour de Catalogne : le Néerlandais Wilco Kelderman s'est fracturé une clavicule », sur lequipe.fr, L'Équipe,
  14. Tour de France : Wilco Kelderman (Sunweb) abandonne
  15. Tranfert : BORA - hansgrohe recrute Wilco Kelderman
  16. Nicolas Gauthier, « Infirmerie - Vertèbres fracturées pour Kelderman et Schillinger », sur cyclismactu.net, .
  17. Bora-Hansgrohe : Kelderman raconte l'accident effrayant de son équipe
  18. Tour du Pays basque - Tombé, Wilco Kelderman n'a pas fini la 3e étape
  19. J. De. avec AFP, « Tom Dumoulin dans la sélection olympique des Pays-Bas », sur lequipe.fr, L'Équipe, .

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :