Ouvrir le menu principal

Tour d'Italie 2002

course cycliste
Tour d'Italie 2002
Généralités
Course
85e Tour d'Italie
Étapes
20 + Prologue
Date
Distance
3 357,7 km
Pays
Lieu de départ
Lieu d'arrivée
Pays traversé(s)
Coureurs au départ
198
Vitesse moyenne
37,567 km/h
Résultats
Vainqueur
Deuxième
Troisième
Classement par points
Meilleur grimpeur
Meilleure équipe

Le Tour d'Italie 2002 est la 85e édition du Tour d'Italie, qui s'est élancée de la commune néerlandaise de Groningue le 11 mai, et est arrivée le 2 juin à Milan. Cette 85e édition est remporté par l'Italien Paolo Savoldelli devant l'Américain Tyler Hamilton et l'Italien Pietro Caucchioli.

ParcoursModifier

Bien que sa distance totale (près de 3 358 kilomètres) soit la plus faible depuis le Tour d'Italie 1979 (3 301 km), ce Giro fut le plus long des trois grands Tours de l'année (le Tour de France et le Tour d'Espagne étant longs respectivement de 3 276 et 3 134 kilomètres).

Après un prologue dans la commune néerlandaise de Groningue, le peloton fit étape durant la première semaine en Allemagne, en Belgique, au Luxembourg puis en France. Ces visites atypiques chez les pays signataires du Traité de Paris en 1951, instituant la CECA, marquaient la volonté des organisateurs de saluer le cinquantenaire de cette dernière et le passage à l'euro[1]. Ces étapes de plaine semblaient réservées aux sprinters, à l'exception de l'étape arrivant à Ans, qui empruntait durant ses derniers kilomètres un itinéraire analogue au parcours final de la doyenne des classiques, Liège-Bastogne-Liège[2].

De retour en Italie, le peloton bénéficia d'une journée de repos après le transfert depuis Strasbourg, pour reprendre ensuite un parcours qui le conduisit vers le sud, jusqu'en Campanie,avant de remonter vers Milan[3].

Les premières difficultés vinrent dès ce nouveau départ dans le Piémont, avec l'arrivée à Limone Piemonte à 1 400 mètres d'altitude (5e étape) et la montée du Bric Berton (6e étape). Suivirent trois étapes au parcours légèrement accidenté et une étape de plaine, amenant les coureurs à Bénévent. Le lendemain, 23 mai, le Giro amorçait son retour vers le nord du pays, avec la redoutable ascension vers Campitello Matese à 1 430 mètres d'altitude (11e étape) et deux étapes à travers les Apennins. Le premier contre-la-montre emprunta un circuit de 30 kilomètres autour de Numana, sur la côte Adriatique (14e étape).

Après une deuxième journée de repos et une étape dans la plaine de Vénétie, le parcours traversa les Dolomites, empruntant ses ascensions mythiques (Passo Staulanza, Passo Pordoi, Passo Campolongo, Passo Fedaia), et arriva à Folgaria, par le Passo Coe (17e étape).

Ce 85e Tour d'Italie s'acheva par une nouvelle épreuve chronométrée de 43 kilomètres en Lombardie, puis une dernière étape se concluant par le traditionnel circuit à Milan.

Déroulement de la courseModifier

 
La Tour Martini, sur la Grand-Place de Groningue.

Les cinq derniers vainqueurs de l'épreuve étaient présents au départ. Gilberto Simoni et Stefano Garzelli, qui ont triomphé lors des deux précédentes éditions, partaient favoris. Ivan Gotti, Pavel Tonkov faisaient plutôt figure d'outsiders, tandis que Marco Pantani, qui fut mis en cause à la suite du blitz du Tour d'Italie 2001 et n'avait plus gagné depuis l'étape de Courchevel du Tour 2000, suscitait les interrogations. On comptait également parmi les favoris Dario Frigo, vainqueur d'une étape de Paris-Nice en début de saison et du Tour de Romandie la semaine précédente, Francesco Casagrande (deuxième en 2000) et Tyler Hamilton[4],[5]. Fernando Escartín, Paolo Savoldelli, Rik Verbrugghe, Serhiy Honchar ou Michael Boogerd étaient considérés comme des outsiders. Les sprinters Mario Cipollini, Robbie McEwen, Danilo Hondo, Massimo Strazzer, Robert Hunter devaient se disputer les étapes de plaine et le maillot cyclamen du classement par points.

Le prologue, long de 6,5 kilomètres et dont le départ était donné sur la Grand-Place de Groningue, fut remporté par l'Espagnol Juan Carlos Domínguez, avec une seconde d'avance sur le vainqueur du prologue l'année précédente, le Belge Rik Verbrugghe. Paolo Savoldelli complétait le podium, tandis que les favoris, dont Tyler Hamilton qui chuta, se tenaient à moins de quarante secondes.

Mario Cipollini s'imposa le lendemain en Allemagne, devançant les Australiens Graeme Brown et Robbie McEwen. Alors que plusieurs favoris furent retardés par une chute (qui provoqua également l'abandon de Michele Bartoli), le sprinter italien s'empara du maillot rose. Ce dernier changea de propriétaire dès le lendemain. Stefano Garzelli, emmené dans les derniers hectomètres par son coéquipier de la Mapei Cadel Evans, règla au sprint un groupe d'une vingtaine de coureurs[6], après une fin d'étape identique au Liège-Bastogne-Liège dont il avait pris la deuxième place le mois précédent, derrière son coéquipier Paolo Bettini[7]. L'escapade européenne du Giro se poursuivit avec une nouvelle victoire au sprint de Cipollini, parfaitement guidé par Giovanni Lombardi à Esch-sur-Alzette (devant Strazzer et Hondo)[8], puis, s'acheva, sur le Quai des Alpes à Strasbourg, par un duel McEwen-Cipollini qui tourna de peu l'avantage du sprinter australien de l'équipe Lotto-Adecco. Tandis que les deux « oranges » de la Panaria, Enrico Degano et Graeme Brown, se plaçaient troisième et quatrième, Cipollini consolidaient la place de leader au classement par points qu'il ne quitta plus jusqu'à Milan[9].

Affaires de dopageModifier

Vainqueur de la deuxième étape à Ans, lieu traditionnel d'arrivée de la Doyenne, où il avait pris la deuxième place derrière son leader Bettini quelques jours auparavant, Stefano Garzelli remporte également la cinquième étape, jugée sur les pentes du col de Tende, à Limone Piemonte, avant d'être contrôlé positif et exclu de la course au soir de la dixième étape.

Classement généralModifier

Classement général final
1.   Paolo Savoldelli 89 h 22 min 42 s
2.   Tyler Hamilton à 1 min 41 s
3.   Pietro Caucchioli à 2 min 12 s
4.   Juan Manuel Gárate à 3 min 14 s
5.   Pavel Tonkov à 5 min 34 s
6.   Aitor González à 5 min 54 s
7.   Georg Totschnig à 7 min 02 s
8.   Fernando Escartín à 7 min 07 s
9.   Rik Verbrugghe à 9 min 36 s
10.   Dario Frigo à 11 min 50 s

ÉtapesModifier

Étape Date Villes étapes km Vainqueur d'étape Leader du classement général
Prologue 11 mai Groningue 6,5 (CLM)   Juan Carlos Domínguez   Juan Carlos Domínguez
1re étape 12 mai Groningue - Münster 218   Mario Cipollini   Mario Cipollini
2e étape 13 mai Cologne - Ans 209   Stefano Garzelli   Stefano Garzelli
3e étape 14 mai Verviers - Esch-sur-Alzette 206   Mario Cipollini   Stefano Garzelli
4e étape 15 mai Esch-sur-Alzette - Strasbourg 232   Robbie McEwen   Stefano Garzelli
5e étape 17 mai Fossano - Limone Piemonte 150   Stefano Garzelli   Stefano Garzelli
6e étape 18 mai Cuneo - Varazze 191   Giovanni Lombardi   Jens Heppner
7e étape 19 mai Viareggio - Lido di Camaiore 159   Rik Verbrugghe   Jens Heppner
8e étape 20 mai Capannori - Orvieto 237   Aitor González   Jens Heppner
9e étape 21 mai Tivoli - Caserta 201   Mario Cipollini   Jens Heppner
10e étape 22 mai Maddaloni - Benevento 118   Robbie McEwen   Jens Heppner
11e étape 23 mai Benevento - Campitello Matese 199   Gilberto Simoni   Jens Heppner
12e étape 24 mai Campobasso - Chieti 185   Denis Lunghi   Jens Heppner
13e étape 25 mai Chieti - San Giacomo 155   Julio Alberto Pérez Cuapio   Jens Heppner
14e étape 26 mai Numana - Numana 30,3 (CLM)   Tyler Hamilton   Jens Heppner
15e étape 28 mai Terme Euganee - Conegliano 158   Mario Cipollini   Jens Heppner
16e étape 29 mai Conegliano - Corvara in Badia 163   Julio Alberto Pérez Cuapio   Cadel Evans
17e étape 30 mai Corvara in Badia - Folgaria (Passo Coe) 222   Pavel Tonkov   Paolo Savoldelli
18e étape 31 mai Rovereto - Brescia 143   Mario Cipollini   Paolo Savoldelli
19e étape 1er juin Cambiago - Monticello 42,9 (CLM)   Aitor González   Paolo Savoldelli
20e étape 2 juin Cantù - Milan 141   Mario Cipollini   Paolo Savoldelli

Évolution des classementsModifier

Les cyclistes présents dans le tableau ci-dessous correspondent aux leaders des classements. Ils peuvent ne pas correspondre au le porteur du maillot.

Étape
(Vainqueur)
Classement général
Classement par point
Classement de la montagne
Classement par équipes
Prologue
Juan Carlos Domínguez
Juan Carlos Domínguez non-décerné non-décerné non-décerné
1re étape
Mario Cipollini
Mario Cipollini Mario Cipollini Phonak
2e étape
Stefano Garzelli
Stefano Garzelli Francesco Casagrande Mapei
3e étape
Mario Cipollini
4e étape
Robbie McEwen
5e étape
Stefano Garzelli
Stefano Garzelli
6e étape
Giovanni Lombardi
Jens Heppner Kelme
7e étape
Rik Verbrugghe
8e étape
Aitor González
Massimo Strazzer
9e étape
Mario Cipollini
Mario Cipollini
10e étape
Robbie McEwen
Massimo Strazzer Ruggero Marzoli
11e étape
Gilberto Simoni
Gilberto Simoni
12e étape
Denis Lunghi
José Castelblanco Alessio
13e étape
Julio Alberto Pérez Cuapio
Francesco Casagrande
14e étape
Tyler Hamilton
15e étape
Mario Cipollini
José Castelblanco
16e étape
Julio Alberto Pérez Cuapio
Cadel Evans Julio Alberto Pérez Cuapio
17e étape
Pavel Tonkov
Paolo Savoldelli
18e étape
Mario Cipollini
Mario Cipollini
19e étape
Aitor González
20e étape
Mario Cipollini

Classements annexesModifier

Classement par points   Mario Cipollini 184 pts
2e   Massimo Strazzer 166 pts
3e   Aitor González 106 pts
Classement de la montagne   Julio Alberto Pérez Cuapio 69 pts
2e   José Joaquim Castelblanco 33 pts
3e   Pavel Tonkov 25 pts
Classement Intergiro   Massimo Strazzer 55 h 05 min 46 s
2e   Serhiy Honchar à 4 min 26 s
3e   Aitor González à 4 min 41 s
Classement par équipes Alessio 267 h 57 min 29 s
2e Lampre à 30 min 10 s
3e Rabobank à 40 min 12 s

ÉquipesModifier

Saeco 
Acqua & Sapone 
Alessio 
Panaria 
Colombia Selle Italia 
Fassa Bortolo 
Gerolsteiner 
Index Alexia 
Kelme 
Lampre 
Landbouwkrediet 
Lotto-Adecco 
Mapei-Quick Step 
Mercatone Uno 
Formaggi Trentini 
Phonak 
Rabobank 
Tacconi 
Coast 
Colpack-Astro 
CSC 
Telekom 

Notes et référencesModifier

Liens externesModifier