Miguel Ángel López (cyclisme)

coureur cycliste colombien
Miguel Ángel López
Miguel Ángel López lors du Tour de Suisse 2016
Informations
Nom de naissance
Miguel Ángel López MorenoVoir et modifier les données sur Wikidata
Surnom
Superman[1]
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata (30 ans)
PescaVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Équipe actuelle
Spécialité
Équipes UCI
2014Lotería de Boyacá
2015-2020Astana
2021-9.2021Movistar Team
2022Astana Qazaqstan Team
2023-Medellín-EPM
Principales victoires

Miguel Ángel López Moreno, né le à Pesca, est un coureur cycliste colombien. Il a notamment remporté le Tour de Suisse 2016, le Tour de Catalogne 2019, ainsi que deux étapes et le classement du meilleur jeune du Tour d'Espagne 2017 et des Tours d'Italie 2018 et 2019. Il est également monté sur le podium du Tour d'Italie 2018 et du Tour d'Espagne 2018.

Biographie modifier

Jeunesse et victoire sur le Tour de l'Avenir modifier

Né à Pesca dans le Boyacá, López, fils de paysans défavorisés, commence le cyclisme en compétition en 2011. Son entraîneur depuis ses débuts est Rafael Acevedo[2]. Depuis 2011, il est surnommé « Superman Lopez » pour avoir repoussé deux assaillants qui ont essayé de lui voler son vélo et qui lui ont porté deux coups de couteau dans la jambe droite[3].

Sur le Tour de l'Avenir 2014, il détient le maillot jaune pendant plusieurs étapes[4],[5] avant de remporter la sixième étape puis le classement général. Après cette victoire, il est recruté par l'équipe kazakhe Astana.

2015-2020 : les succès chez Astana modifier

En 2015, il commence la saison en finissant huitième du championnat de Colombie sur route. Il se distingue par la suite en finissant deuxième d'une des deux arrivées en altitude du Tour de Turquie. Il termine ce dernier à la quinzième position au classement général. Il prend par la suite part à sa seconde épreuve World Tour, le Tour de Suisse, qu'il termine à la septième place. En août, il gagne une étape du Tour de Burgos. En fin de saison, il est pour la première fois sélectionné en équipe nationale élite pour les championnats du monde sur route.

2016 : victoire au Tour de Suisse modifier

 
López sur le podium du Tour de Suisse 2016.

En 2016, il commence sa saison en Argentine au Tour de San Luis, dont il gagne une étape et prend la quatrième place du classement général. Le mois suivant, il est troisième du Tour de Langkawi, dont il gagne également une étape. Au Tour de Suisse, il finit quatrième de l'étape reine qui arrive au sommet du Sölden/Rettenbachgletscher en étant meilleur que son leader Jakob Fuglsang et s'impose au classement général en gardant le maillot de leader dans la dernière étape. Dans la foulée, la durée de son contrat est étendue de deux saisons[6]. En août, après avoir participé à la course sur route des Jeux olympiques, il est au départ du Tour d'Espagne, son premier grand tour. Il abandonne lors de la sixième étape, une chute trois jours auparavant lui ayant fait perdre trois dents. En fin de saison, il s'impose lors de Milan-Turin.

En novembre, Miguel Ángel López se fracture un tibia en tombant à l'entraînement[7].

2017 : deux étapes sur la Vuelta modifier

Il revient en compétition en , au Grand Prix du canton d'Argovie, puis fait bonne impression au Tour de Suisse. Une chute lors de cette course lui cause notamment une fracture au pouce[8]. Alors dixième du classement général, il doit abandonner et renoncer à disputer son premier Tour de France en juillet[8]. Durant ce mois, il prend part au Tour d'Autriche, dont il remporte l'étape reine au Kitzbüheler Horn pour finir troisième du classement général. En août, il s'impose aux lacs de Neila durant le Tour de Burgos, où il est quatrième du classement général. Il est ensuite aligné au Tour d'Espagne en tant qu'équipier de Fabio Aru[8]. Il y brille en montagne, remportant deux étapes, au Calar Alto et sur la Sierra Nevada[9], et, pour la première fois, termine un grand tour. Huitième du classement général, il remporte le classement du meilleur jeune et prend la deuxième place du classement de la montagne. Après cette Vuelta, il met fin à sa « saison courte mais très intense »[10], durant laquelle il a, selon le manager d'Astana Alexandre Vinokourov, montré qu'il était capable de gagner un grand tour un jour[11]. En , il prolonge jusqu'en 2020 avec Astana[12]. Fabio Aru quittant cette équipe, il en devient un des leaders, avec Jakob Fuglsang[11].

2018 : podiums au Giro et sur la Vuelta modifier

 
Miguel Ángel López avec Rodolfo Torres à Boyacá, en janvier 2018.

Après sa bonne performance sur le Tour d'Espagne 2017, l'équipe annonce, que pour la saison 2018, il sera aligné en tant que leader du Tour d'Italie et du Tour d'Espagne. Il commence la saison en participant aux championnats nationaux, puis enchaine avec le Tour d'Oman, où il termine deuxième et meilleur jeune du général, après avoir gagné l'étape reine. Il est ensuite troisième et meilleur jeune du Tour d'Abou Dabi. En préparation pour le Giro, il participe à Tirreno-Adriatico (seizième du général), puis au Tour des Alpes, où il remporte une étape et se classe troisième du classement général.

Comme prévu, il prend le départ du Tour d'Italie en tant que leader avec des coéquipiers expérimentés tels que Luis León Sánchez et Tanel Kangert. Cependant, son début de course est marqué par une chute lors de la reconnaissance de la première étape, un contre-la-montre de 9,7 km dans les rues de Jérusalem et une autre chute lors de la cinquième étape. Grâce à sa régularité tout au long des trois semaines, il remonte progressivement au classement et prend notamment la deuxième place de la 15e étape. Lors de la mythique 19e étape qui voit Christopher Froome renverser la course à Bardonnèche, López se replace à la quatrième place du général. Le lendemain, veille de l'arrivée, il profite de la grosse défaillance de Thibaut Pinot, malade, pour monter sur le podium final et remporter le classement du meilleur jeune.

En août, il gagne la troisième étape du Tour de Burgos et prend la tête du général. Lors de la dernière étape, il est battu par Iván Sosa qui remporte le général devant López. Lors du Tour d'Espagne, il est l'un des meilleurs grimpeurs de la course. Il termine à trois reprises deuxième d'étape et monte pour la première fois sur le podium provisoire à l'issue de la 20e étape, où il passe devant Steven Kruijswijk et Alejandro Valverde. Avec cette troisième place finale, il grimpe sur son deuxième podium de grand tour de l'année. Il conclut la meilleure saison de sa carrière avec une deuxième place sur Milan-Turin.

2019-2020 : victoire au Tour de Catalogne et succès sur les grands tours modifier

En 2019, il remporte le Tour de Colombie et le Tour de Catalogne. Sur le Tour d'Italie, il doit se contenter de la 7e place finale, mais en remportant pour la 2e année consécutive le classement du meilleur jeune. Lors de l'avant-dernière étape, il frappe un spectateur qui l'a fait tomber sur le bord de la route. Les commissaires de course ne prennent pas de sanction, mais, après la fin du Giro, l'UCI décide de lancer une enquête contre le coureur. Il participe par la suite au Tour d'Espagne. Il prend le maillot rouge à plusieurs reprises sur cette course et termine finalement 5e au classement général.

En début d'année 2020, il remporte une étape du Tour de l'Algarve. Il participe à son premier Tour de France. Il gagne l'étape au col de la Loze et prend la 3e place au classement général provisoire. Il chute à la 6e place au classement général après le contre-la-montre à la Planche des Belles Filles. Il participe deux semaines plus tard au Tour d'Italie. Il chute dès la première étape, un contre-la-montre à Palerme et est contraint à l'abandon.

En fin de saison, il quitte l'équipe d'Astana après six saisons et rejoint la Movistar[13].

2021 : expérience mitigée chez Movistar modifier

 
Miguel Angel Lopez au Mont Ventoux lors du Tour de France 2021.

Auteur d'un bon début de saison, il remporte le Tour d'Andalousie après avoir gagné la 3e étape, puis le Mont Ventoux Dénivelé Challenges.

Il prend ensuite le départ du Tour de France mais se fait distancer au classement général. Alors qu'il se trouvait à la 35e place, il est non-partant le matin de la 19e étape, indiquant vouloir se reposer pour se préparer à ses objectifs futurs à savoir la Vuelta.

Il est effectivement au départ de la Vuelta, et remporte la 18e étape en altitude ce qui lui permet d'accompagner son coéquipier Enric Mas sur le podium provisoire du classement général jusqu'à la 19e étape. Mais lors de la 20e étape, il ne peut répondre à une accélération de Jack Haig qui emmène dans sa roue les autres favoris Primož Roglič, Adam Yates et Mas. Seul à mener la chasse, López perd rapidement 4 minutes. En colère, il finit par abandonner au milieu de l'étape, malgré les tentatives de ses coéquipiers et du directeur sportif pour le remotiver. D'après ses proches, le patron de son équipe lui aurait demandé de cesser son effort et d'accepter de perdre sa place sur le podium[14]. Quelques heures plus tard, l'équipe Movistar et Lopez publient une déclaration dans laquelle le coureur s'excuse pour son abandon[15]. Le , l'équipe annonce la résiliation du contrat du coureur à compter du [16].

2022 : retour chez Astana et licenciement modifier

En 2022, il fait son retour chez Astana Qazaqstan[17]. En février, il termine troisième au général du Tour d'Andalousie. Le 21 avril, il remporte l'avant-dernière étape du Tour des Alpes, au sommet du Grossglockner. Il est ensuite le leader de l'équipe Astana Qazaqstan au Tour d'Italie, mais doit abandonner la course dès la quatrième étape en raison de douleurs à la cuisse gauche[18]. C'est son quatrième abandon à la suite dans les grands tours, depuis sa sixième place sur le Tour de France 2020.

Le 22 juillet, il est suspendu provisoirement par l'équipe Astana pour ses liens supposés avec le docteur Marcos Maynar. Celui-ci est suspecté d'être à la tête d'un trafic de produits dopants découvert par des enquêteurs espagnols. Sa suspension est levée neuf jours plus tard. En août, il fait son retour à la compétition en terminant troisième du Tour de Burgos, puis quatrième du Tour d'Espagne. Le 12 décembre, il est licencié par son équipe en raison de nouveaux éléments mettant sérieusement en cause leur coureur dans l'affaire du docteur Maynar[19],[20].

Depuis 2023 modifier

En 2023, il est donc obligé de rejoindre une équipe continentale, Medellin-EPM, afin de poursuivre sa carrière professionnelle[21]. Le 25 juillet, il est suspendu provisoirement par l'UCI pour des violations des règles antidopage datant des semaines précédant le Tour d'Italie 2022[22]. Leader du Tour du Panama depuis sa victoire la veille, il se retire de la course.

Palmarès modifier

Résultats sur les grands tours modifier

Tour de France modifier

2 participations

Tour d'Italie modifier

4 participations

Tour d'Espagne modifier

6 participations

Classements mondiaux modifier

  Année2014201520162017201820192020202120222023
UCI World Tour102e45e78e13e
Classement mondial49e80e14e29e41e91e61e154e
UCI Europe Tour219e180e180e39e
UCI Asia Tour nc 40e nc 23e
UCI America Tour nc 57e nc 430e5e3e7e5e14e
Légende : nc = non classéSource : UCI

Notes et références modifier

  1. « Qui est Miguel Angel Lopez ? », sur velochrono.fr, (consulté le ).
  2. « Colombie : Un « Superman » qui domine les cols et les voyous », sur directvelo.com, (consulté le ).
  3. (es) Padres del campeón del Tour l'Avenir narraron porque lo llaman “Supermán"
  4. (es) « El colombiano Miguel Ángel López es nuevo líder del Tour de l'Avenir »(Archive.orgWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), sur eltiempo.com, .
  5. Dan Perez, « Lopez en Jaune, Latour en forme », L'Équipe, .
  6. « Miguel Angel Lopez deux ans de plus chez Astana », sur lequipe.fr, L'Équipe, .
  7. « Astana : Miguel Angel Lopez victime d'une fracture du tibia et absent quatre mois », sur lequipe.fr, (consulté le ).
  8. a b et c (en) « Lopez: For now I'm riding for Aru at the Vuelta », sur cyclingnews.com, (consulté le ).
  9. (en) « Lopez secures second mountaintop win at Vuelta a Espana », sur cyclingnews.com, (consulté le ).
  10. (en) « Lopez calls an end to short, intense season - News Shorts », sur cyclingnews.com, (consulté le ).
  11. a et b (en) « Lopez will be a team leader at Astana in 2018, says Vinokourov », sur cyclingnews.com, (consulté le ).
  12. « Miguel Angel Lopez prolonge chez Astana jusqu'en 2020 », sur lequipe.fr, (consulté le ).
  13. Belga, « Mercato: Miguel Angel Lopez quitte Astana, le Belge Dimitri Claeys a trouvé une équipe », sur dhnet.be, (consulté le ).
  14. « Abandon de Miguel Angel Lopez sur la Vuelta : « Il a abandonné car l'équipe lui a demande de cesser son effort » », sur Be Celt, (consulté le ).
  15. Vuelta: Lopez s'excuse après son abandon, sa compagne charge Movistar
  16. Movistar va se séparer de Miguel Angel Lopez au
  17. « Miguel Angel Lopez revient dans la maison Astana », sur eurosport.fr, .
  18. Giro 2022. Miguel Angel Lopez souffre d’une blessure à la cuisse gauche
  19. Soupçons de dopage : Miguel Angel Lopez en troisième division : Est-ce bien sérieux ? - Eurosport
  20. Astana had no choice but to fire Miguel Angel López, says Vinokourov
  21. « Transfert - Miguel Angel Lopez s'engage avec Team Medellin-EPM en 2023 », sur cyclismactu.net, (consulté le ).
  22. « Miguel Angel Lopez provisoirement suspendu par l'UCI », sur lequipe.fr, .
  23. Un dossard rouge était pour la première fois attribué (« I’ve always dreamed of being the best young rider of a Grand Tour and fortunately La Vuelta has created the red bib this year. »)

Liens externes modifier

Sur les autres projets Wikimedia :