Primož Roglič

coureur cycliste et sauteur à ski slovène
Primož Roglič
Image dans Infobox.
Primož Roglič en 2019.
Informations
Naissance
Nationalité
Équipe actuelle
Distinctions
Badge Bloudek (d)
Vélo d'or ()Voir et modifier les données sur Wikidata
Équipes professionnelles
2013-2015Adria Mobil
2016-2018Lotto NL-Jumbo
2019-Jumbo-Visma
Principales victoires

Primož Roglič (Écouter), né le à Trbovlje, est un sauteur à ski et coureur cycliste slovène. Il est membre de l'équipe Jumbo-Visma. Roglič a commencé sa carrière en tant que sauteur à ski, avant de passer plus tard au cyclisme. À l'aise en contre-la-montre et dans les ascensions, c'est un spécialiste des courses par étapes. Il est classé numéro 1 mondial à l'issue des années 2019 et 2020.

Il est le premier Slovène à avoir remporté un grand tour avec trois succès aux Tours d'Espagne en 2019, 2020 et 2021. Il a remporté trois étapes contre-la-montre du Tour d'Italie, trois étapes de montagne du Tour de France et neuf étapes du Tour d'Espagne. Il a aussi terminé deuxième du Tour de France 2020 et troisième du Tour d'Italie 2019. En remportant Liège-Bastogne-Liège en 2020, il devient le premier Slovène à gagner l'un des cinq « Monuments ». Champion olympique du contre-la-montre lors des Jeux de Tokyo 2020, il compte également à son palmarès plusieurs courses par étapes d'une semaine.

BiographieModifier

Carrière de sauteur à skiModifier

Primož Roglič est né en Yougoslavie, à Trbovlje[1]. Son père est ouvrier et sa mère est assistante dans un cabinet dentaire[2]. Il commence le saut à ski à l'âge de huit ans. Il concourt à partir de 2003 en coupe continentale de saut à ski. Il pratique même le combiné nordique, dont il remporte une épreuve[3]. En 2006, il remporte avec l'équipe slovène la médaille d'argent du concours par équipe aux championnats du monde junior de saut à ski. Il remporte la médaille d'or dans la même discipline l'année suivante avec Jurij Tepeš, Mitja Mežnar et Robert Hrgota. En 2007, il subit une lourde chute sur le célèbre tremplin de Planica, en Slovénie. Même s'il s'est cassé le nez et a souffert d'une commotion cérébrale, il continue à pratiquer le saut à ski pendant encore quatre ans[4]. Il arrête sa carrière en 2011 en ayant obtenu cinq podiums en coupe continentale de saut à ski dont deux victoires.

Carrière de coureur cyclisteModifier

Carrière amateurModifier

Auteur d'une très bonne saison cycliste amateur en 2012 en Slovénie, il signe dans l'équipe Adria Mobil après avoir passé un test d'effort. Il réalise une saison 2013 correcte avec notamment comme résultats principaux la dixième place du championnat de Slovénie et la quinzième position du Tour de Slovénie. L'année suivante, il remporte la seconde étape du Tour d'Azerbaïdjan et confirme sa bonne année 2014 en s'offrant sa première course d'un jour en solitaire (Croatie-Slovénie). Cette période lui permet d'apprendre le métier à travers l'Europe, dans des courses de second niveau, en échange d'un hébergement et du remboursement de ses frais. Il déclare à propos de ces années : « Je n'avais aucune technique. La difficulté majeure fut d'apprendre à rouler en peloton. Au moins dans les chronos je pouvais choisir mes trajectoires. »[5].

Depuis 2016 : carrière professionnelleModifier

2016 : victoire d'étape sur le GiroModifier

En 2016, il signe un contrat avec l'équipe World Tour Lotto NL-Jumbo. Il se révèle lors du contre-la-montre inaugural de 9,8 km du Tour d'Italie, lors duquel il termine deuxième, n'étant relégué qu'à vingt-deux millièmes de secondes du spécialiste néerlandais Tom Dumoulin. Une semaine plus tard, il remporte la neuvième étape de ce même Tour d'Italie, un contre-la-montre de 40,4 km. En août, il prend part aux deux compétitions sur route des Jeux olympiques, à Rio de Janeiro. Il finit dixième du contre-la-montre et vingt-sixième de la course en ligne. En fin de saison, aux championnats du monde sur route, à Doha, il prend la cinquième place du contre-la-montre par équipes avec Lotto NL-Jumbo et connaît sa première participation avec son équipe nationale. Il se classe vingt-quatrième du contre-la-montre individuel[6].

2017 : victoire d'étape sur le TourModifier
 
Primož Roglič lors de la 17e étape du Tour de France 2017.
 
Roglič lors des mondiaux 2017.

En début d'année 2017, Primož Roglič s'impose au classement général du Tour de l'Algarve. Au printemps, il remporte trois courses de contre-la-montre. Au Tour du Pays basque, deux jours après avoir gagné à Bilbao, il s'impose sur le contre-la-montre final et termine cinquième du classement général. Au Tour de Romandie, sa victoire d'étape contre-la-montre lui permet de monter sur le podium final. Il remporte enfin le prologue du Ster ZLM Toer et finit deuxième du classement général de cette course. En juillet, il dispute son premier Tour de France. Attendu lors de la première étape, il chute et finit 65e de ce contre-la-montre disputé à Düsseldorf[7]. Deux semaines plus tard, il devient le premier cycliste slovène à remporter une étape du Tour de France. Présent dans une échappée d'une trentaine de coureurs, il passe en tête au col du Télégraphe, puis accélère dans l'ascension du col du Galibier. Il est d'abord suivi par Alberto Contador et Serge Pauwels, puis part seul. Il passe le col avec une avance confortable et s'impose en solitaire à Serre-Chevalier[8]. Aux championnats du monde sur route à Bergen en Norvège, il est d'abord septième du contre-la-montre par équipes. Puis, lors du contre-la-montre individuel, il décroche la médaille d'argent. Battu par Tom Dumoulin de près d'une minute, il devance Christopher Froome de 24 secondes. Il fait partie des coureurs ayant choisi de changer de vélo au pied de la montée finale et réalise le meilleur temps dans celle-ci[6].

2018 : victoires au Pays Basque et en Romandie, quatrième du TourModifier

En , il gagne en solitaire une étape de Tirreno-Adriatico. Après avoir remporté une étape et le général du Tour du Pays basque, il s'impose sur le Tour de Romandie devant le jeune Colombien Egan Bernal. En préparation du Tour de France, il participe au Tour de Slovénie qu'il remporte assez largement en devançant son dauphin, Rigoberto Urán, de presque 2 minutes, s'imposant sur l'étape-reine entre Ljubljana et Kamnik, puis le lendemain sur le contre-la-montre entre Trebnje et Novo Mesto. Il devient au passage le deuxième coureur à s'imposer plus d'une fois sur le Tour de Slovénie, après sa première victoire en 2015. Lors du Tour de France, il s'impose à Laruns en distançant les favoris dans les derniers kilomètres et s'empare alors de la troisième place du classement général aux dépens de Chris Froome. Le lendemain, il perd sa place sur le podium à cause d'une meilleure performance de Froome dans le contre-la-montre. Après sa quatrième place sur le Tour de France, juste devant son coéquipier Steven Kruijswijk, il annonce viser la course en ligne des mondiaux d'Innsbruck et faire l'impasse sur le contre-la-montre[9]. Il se classe ensuite troisième du Tour de Grande-Bretagne, mais termine seulement 34e des mondiaux.

2019 : vainqueur de la Vuelta et n° 1 mondialModifier

En préparation pour le Tour d'Italie, il gagne coup sur coup deux courses par étapes du World Tour : l'UAE Tour et pour une seconde Tirreno-Adriatico. Il bénéficie à chaque fois des bons résultats de son équipe lors du contre-la-montre par équipes[10]. En mai, il est intouchable sur le Tour de Romandie, où il conserve son titre. Il remporte trois des six étapes (et compte deux autres places sur le podium), le classement général et le classement par points. Il se présente comme l'un des favoris pour le Tour d'Italie, après avoir remporté les trois courses auxquelles il a participé en 2019. Roglič gagne la première étape, un contre-la-montre, et il endosse le maillot rose pour cinq jours. Il cède son maillot rose après cinq étapes en faveur de Valerio Conti. Il s'adjuge le deuxième contre-la-montre lors de la neuvième étape avec son arrivée à Saint-Marin. Lors de la suite de la course, avec son rival Vincenzo Nibali, les deux coureurs se neutralisent et laissent partir Richard Carapaz, ce qui fait perdre progressivement à Roglič tout l'avantage accumulé sur le reste des favoris. La veille de l'arrivée, il n'est plus classé que quatrième, en partie lié à une série de situations défavorables (chute dans le final de la quinzième étape alors que son directeur sportif Addy Engels s'est arrêté pour satisfaire un besoin naturel), auxquelles s'ajoutent ensuite une forte baisse de forme dans la dernière semaine de la course due à des maux d'estomac. Il remonte finalement sur le podium grâce au contre-la-montre du dernier jour au profit de Mikel Landa (pour huit secondes) et se classe 3e de ce Giro, à 2 minutes 30 du vainqueur Richard Carapaz.

 
Roglič sur la plus haute marche du podium du Tour d'Espagne 2019.

Il participe ensuite au Tour d'Espagne, avec des ambitions de victoire. Toujours placé, avant le contre-la-montre individuel de la 10e étape entre Jurançon et Pau, il occupe la deuxième place du classement général à 6 secondes de Nairo Quintana et avec 11 secondes d'avance sur Miguel Ángel López et quatorze sur Alejandro Valverde. Roglič remporte l'étape de manière convaincante face à ses principaux rivaux et endosse le maillot rouge. Il compte près de deux minutes d'avance sur Valverde, plus de deux minutes sur Lopez et trois minutes sur Quintana. Le maillot rouge n'est pas en danger pour le reste de la course puisqu'il domine la haute montagne, répondant à toutes les attaques et gagnant de plus en plus de temps face à ses adversaires au fur et à mesure de l'avancement de la course. Il le conserve jusqu'à l'arrivée à Madrid, malgré des chutes, comme sur la 19e étape entre Ávila et Tolède. Il devient le premier cycliste slovène vainqueur d'un grand tour, en devançant l’Espagnol Alejandro Valverde et son compatriote Tadej Pogačar[11].

Après des mondiaux décevants (12e du contre-la-montre, abandon dans la course en ligne), il remporte coup sur coup le Tour d'Émilie et les Trois Vallées Varésines. Il est également septième du Tour de Lombardie et troisième du Chrono des Nations. Il termine la saison numéro un mondial.

2020 : vainqueur de Liège-Bastogne-Liège et de la VueltaModifier

Il remporte le championnat de Slovénie de cyclisme sur route devant Tadej Pogačar, pour la course en ligne, et se classe 2e derrière ce dernier pour le contre-la-montre.

Lors de la saison 2020, il vise le Tour de France où il est désigné co-leader de l'équipe avec Steven Kruijswijk et la nouvelle recrue Tom Dumoulin. Premier du classement général au Critérium du Dauphiné, il est non partant pour la dernière étape à la suite d'une chute[12]. Sur le Tour, il remporte à Orcières-Merlette la quatrième étape, puis s'empare du maillot jaune à Laruns, dans les Pyrénées, lors de la neuvième étape. Il le porte onze journées et passe pour le vainqueur probable du Tour. Alors qu'il devance Tadej Pogačar de 57 secondes, il perd le maillot jaune au profit de son compatriote lors de la vingtième étape, perdant près de deux minutes sur son compatriote survolté sur le contre-la-montre qui arrive à la Planche des Belles Filles dans les Vosges[13] en se classant malgré tout 5e de l'étape. Il termine finalement deuxième du Tour de France, à 59 secondes de Pogačar.

Le , il devient le premier Slovène vainqueur de Liège-Bastogne-Liège en doublant Julian Alaphilippe sur la ligne d'arrivée[14].

Le Slovène prend le départ du Tour d'Espagne. Lors de la 1ère étape, il gagne à Arrate et prend le maillot rouge[15]. Il termine 2e des deux étapes suivantes. Mais lors de la 6e étape étape, dans des conditions pluvieuses, il est distancé par certains favoris après avoir dû revenir de l'arrière après un incident juste avant l'ascension finale et perd finalement le maillot au profit de Richard Carapaz. Lors de la 8e étape, il gagne sa deuxième victoire d'étape et se rapproche à 13 secondes du maillot rouge. Il reprend la tête du classement général en gagnant la 10e étape à Suances en distançant son principal rival dans le dernier km. Il est alors à égalité de temps avec le coureur d'Ineos Grenadiers. Il perd à nouveau le maillot de leader au profit du coureur équatorien à l'arrivée au sommet à l'Alto de l'Angliru lors de la 12e étape en terminant à 10 secondes de son adversaire direct, mais il revient en tête du classement général dès la 13e étape après avoir remporté le contre-la-montre. Roglič conserve le maillot rouge malgré une ultime attaque de Carapaz à La Covatilla, à la fin de la 17e étape. Le , il remporte à Madrid son deuxième Tour d'Espagne[16] et décroche également le classement par points grâce à ses quatre victoires d'étapes. Il est sacré Vélo d'or mondial à la fin de la saison.

2021 : champion olympique du contre-la-montre, troisième VueltaModifier
 
Primož Roglič lors du Tour d'Espagne 2021.

Lors de sa rentrée sur Paris-Nice, Primož Roglič prend la troisième place du contre-la-montre de la troisième étape. Le lendemain, il remporte en puncheur l'étape à Chiroubles et endosse le maillot jaune. Il remporte coup sur coup les 6e et 7e étapes, à Biot et Valdeblore, et se dirige vers la victoire finale. Lors de la dernière étape, il s'élance avec 52 secondes d'avance sur Maximilian Schachmann, mais il est victime de deux chutes et d'un ennui mécanique. Il perd sa place de leader et termine finalement quinzième du classement général, remporté par Schachmann[17]. Il raconte après la course que ses chutes lui ont causé une luxation à l'épaule gauche[18]. Deux semaines plus tard, il est au départ du Tour du Pays basque, où il remporte le contre-la-montre de la première étape et prend ainsi la tête du classement général. Il perd la tête du général à l'issue de la quatrième étape, au profit de Brandon McNulty, échappé notamment avec Jonas Vingegaard, coéquipier de Roglič. Lors de l'ultime étape, il parvient à distancer le reste des favoris aux côtés de David Gaudu. Gaudu remporte l'étape, tandis que Roglič gagne le classement général, le classement par points et le classement de la montagne.

Il participe ensuite à l'Amstel Gold Race, où il se montre à l'aise dans les monts, avant un problème technique qui le renvoie à l'arrière de la course. La course est remportée par son coéquipier Wout Van Aert. Le 21 avril, il est au départ de la Flèche wallonne pour la première fois de sa carrière. Bien placé durant la montée finale du Mur de Huy, il attaque dans les 400 derniers mètres et creuse l'écart. Seul Julian Alaphilippe parvient à revenir sur lui, puis à le dépasser dans les dernier mètres. Roglič se classe donc deuxième de l'épreuve, entre le champion du monde et Alejandro Valverde, qui comptent à eux deux, huit succès sur la course. Il conclut sa campagne de classique en prenant la treizième place de Liège-Bastogne-Liège, remporté par son compatriote Tadej Pogačar.

Après une longue pause préparatoire pour son principal objectif de la saison, lors du week-end d'ouverture du Tour de France, il se classe troisième des deux premières étapes et se positionne immédiatement au général. Malheureusement, il chute lourdement sur la 3e étape dans le Morbihan, juste avant Pontivy, et perd plus d'une minute. Après le contre-la-montre individuel de la cinquième étape, qu'il termine à la 7e place malgré ses blessures, il retrouve une place parmi les dix premiers au classement général. Cependant, clairement diminué par les séquelles de sa chute, il est distancé une première fois lors de l'étape du Morvan puis dans la première étape des Alpes dans laquelle en se relevant il perd plus de 30 minutes. Il est non-partant le lendemain[19] et laisse le leadership dans l'équipe à Vingegaard, finalement deuxième derrière Pogačar. Il fait son retour à la compétition lors des Jeux olympiques de Tokyo, retardés par la pandémie de Covid-19. Il se classe 28e de la course en ligne, avant de remporter la médaille d'or sur le contre-la-montre, en surclassant la concurrence et en terminant avec plus d'une minute d'avance sur Tom Dumoulin et Rohan Dennis[20]. Il devient le premier Slovène titré en cyclisme.

Le 14 août, il prend le départ du Tour d'Espagne où il est double tenant du titre. Il remporte le contre-la-montre inaugural, revêtant d'emblée le maillot rouge. Il le perd lors de la 3e étape montagneuse, le peloton ayant laissé du champ à l'échappée. Lors de la 6e étape vallonnée, il se classe deuxième et récupère le maillot rouge qu'il conserve jusqu'à la première journée de repos. Le lendemain, à nouveau le peloton laisse partir l'échappée, de sorte qu'il se retrouve troisième du général derrière Odd Christian Eiking et Guillaume Martin. Il gagne la 11e étape, puis récupère du temps lors des 14e et 15e étapes qui comportent des arrivées au sommet. Lors de la 17e étape menant les coureurs aux Lacs de Covadonga, Roglič suit une attaque d'Egan Bernal à 61 kilomètres de l'arrivée. Le duo travaille ensemble pour atteindre une avance d'environ 1 minute et 30 secondes avant la montée finale. À 7,5 kilomètres de l'arrivée, il distance Bernal et remporte la victoire d'étape en solitaire avec 1 minute et 35 secondes de marge sur les poursuivants. Il déclare à l'arrivée avoir signé son plus grand numéro sur la Vuelta[21]. Il récupère le maillot rouge à cette occasion, qu'il conforte lors de la 20e étape en suivant l'offensive de Jack Haig et en terminant deuxième de l'étape derrière Clément Champoussin. Enfin, il remporte le contre-la-montre final à Saint-Jacques-de-Compostelle, reléguant ses adversaires directs à plus de deux minutes. Il gagne ainsi sa troisième Vuelta consécutive en autant de participations, avec 4 minutes et 42 secondes d'avance sur Enric Mas, soit le plus grand écart enregistré depuis Alex Zülle en 1997. Avec 36 jours, il devient le deuxième coureur ex aequo avec l'Espagnol Roberto Heras ayant porté le plus souvent le maillot de leader de la Vuelta, derrière le Suisse Zülle.

En fin de saison, il remporte encore avec aisance le Tour d'Émilie puis Milan-Turin, puis se classe quatrième du Tour de Lombardie. Il termine troisième du classement UCI, tandis que son contrat est prolongé jusqu'en fin d'année 2025[22].

2022 : victoire sur Paris-NiceModifier

Il démarre sa saison pour se rôder sur Les Boucles Drôme-Ardèche où il se montre discret mais cherche surtout à trouver le rythme. En effet, son principal objectif de ce début de saison est la course au soleil Paris-Nice pour effacer sa déception de l'année précédente. Il se positionne idéalement après l'offensive de son équipe dans les derniers km de la première étape. Deuxième derrière Christophe Laporte, il prend déjà ses distances avec ses concurrents directs pour le général. Après deux étapes relativement paisibles où il évite les incidents, il se classe deuxième du contre-la-montre de 13km, juste derrière son coéquipier Wout Van Aert. Il prend le maillot lors de l'étape suivante et le consolide lors de l'étape du Col de Turini qu'il remporte en contrôlant ses adversaires. Après un moment d'inquiétude lors de la piégeuse dernière étape à la suite de l'attaque de Simon Yates dans le col d'Èze, il s'impose enfin sur une course World Tour en France après une aide précieuse de Wout Van Aert dans le final.

Quelques jours plus tard, au Grand Prix de Denain, venu en repérage pour le Tour de France, il se montre à son avantage sur les secteurs pavés en prenant une échappée qui ne se fait rejoindre que dans le dernier km. En avril, il est présent au Tour du Pays basque. Il y remporte la première étape disputée en contre-la-montre et termine huitième du classement général. Durant sa semaine, il ressent des douleurs à un genou qui l'amènent à renoncer ensuite à participer aux classiques ardennaises[23].

Après deux mois de pause, il reprend la compétition au Critérium du Dauphiné qui se court en 8 étapes du 5 au 12 juin. Au sein d'une équipe Jumbo Visma qui contrôle la course de bout en bout, il se montre le plus régulier en se classant 5e du contre-la-montre de 31 km puis deux fois 2e des étapes de montagne du week-end à Vaujany et au Plateau de Solaison, en reprenant du temps à tous ses adversaires directs au classement général. Sans surclasser l'épreuve et sans être encore à 100% selon ses propres dires, apparemment bien remis de ses problèmes au genou, il ne montre aucune faiblesse et efface ainsi la déception de 2020 lorsqu'il avait dû abandonner cette même course sur chute en portant le maillot jaune. Il l'inscrit ainsi à son palmarès pour la première fois. Il aura notamment été très bien épaulé par Jonas Vingegaard, impressionnant en montagne et qui termine deuxième de l'épreuve. Les deux hommes donnent alors rendez-vous à Tadej Pogačar sur les routes du Tour de France qui s'élance de Copenhague trois semaines plus tard.

Vie privéeModifier

Il vit à Monaco avec sa femme Lora Klinc[2]. Ils ont un fils nommé Lev[24].

Palmarès en cyclismeModifier

Palmarès par annéeModifier

Résultats sur les grands toursModifier

Tour de FranceModifier

4 participations

 
Roglič (à gauche) lors de la 19e étape du Tour de France 2018.

Tour d'ItalieModifier

2 participations

  • 2016 : 58e, vainqueur de la 9e étape (contre-la-montre)
  • 2019 : 3e, vainqueur des 1re (contre-la-montre) et 9e (contre-la-montre) étapes,   maillot rose pendant 5 jours

Tour d'EspagneModifier

3 participations

Résultats sur les classiquesModifier

Ce tableau présente les résultats de Primož Roglič sur courses d'un jour de l'UCI World Tour auxquelles il a participé, ainsi qu'aux différentes compétitions internationales.

Légende
AB Abandon HD Hors-délais - Pas de participation × Pas d'épreuve
Année Strade Bianche Milan-San Remo Liège-
Bastogne-Liège
Classique de Saint-Sébastien Tour de Lombardie Championnat du monde Jeux olympiques
2016 74e - - - - - 26e
2017 35e 67e - 21e 40e 121e ×
2018 48e - - Ab. 17e 34e ×
2019 - - - - 7e Ab. ×
2020 - - Vainqueur × - 6e ×
2021 - - 13e - 4e - 28e

Classements mondiauxModifier

  Année201320142015201620172018201920202021
UCI World Tour nc nc nc 112e27e11e
Classement mondial131e21e12e1er1er3e
UCI Europe Tour890e84e10e204e71e64e1er1er3e
UCI Asia Tour nc 327e63e nc nc nc nc nc nc
UCI America Tour nc nc nc 75e nc nc nc nc nc
Légende : nc = non classéSource : UCI

Palmarès en saut à skiModifier

Championnats du monde juniorModifier

Épreuve / Édition   Kranj 2006   Tarvisio 2007   Zakopane 2008
Individuel 9e 5e 28e
Par équipes   Argent   Or 6e

Coupe continentaleModifier

  • Meilleur classement général : 8e en 2006-2007.
  • 5 podiums individuels dont 2 victoires.

palmarès au

DistinctionsModifier

Notes et référencesModifier

  1. https://www.slovenia.info/fr/histoires/decouvrez-comment-primoz-roglic-a-debute-sur-un-velo
  2. a et b L'Équipe du 11 février 2020 : « Roglic, paré au décollage »
  3. Dominique Issartel (photogr. Frank Faugère), « Le Plan quinquennal », L'Équipe,‎ , p. 4 (ISSN 0153-1069, lire en ligne, consulté le ).
  4. All you wanted to know about Primož Roglič’s cycling career
  5. L'Équipe du 20 mars 2019 : « Roglic prend date pour le Giro »
  6. a et b « First Worlds medal for Roglic », sur cyclingnews.com, (consulté le )
  7. « Roglic, des tremplins au Galibier », sur ladepeche.fr, (consulté le )
  8. « Tour de France 2017 : Roglic gagne la 17e étape, Froome conserve le maillot jaune », sur sport.francetvinfo.fr, (consulté le )
  9. L'Équipe du 30 août 2018
  10. Vélo Magazine du 4 avril 2019
  11. « Primoz Roglic remporte la Vuelta, Fabio Jakobsen remporte la dernière étape au sprint - Vuelta », sur L'Équipe (consulté le )
  12. « Cyclisme. Critérium du Dauphiné : Roglic abandonne, Pinot leader virtuel ! », sur www.ledauphine.com,
  13. Sami Sadik, « Tour de France : Tadej Pogacar renverse Primoz Roglic et s'empare du maillot jaune - Tour de France », sur L'Équipe,
  14. « Liège-Bastogne-Liège : Primoz Roglic surprend Alaphilippe sur la ligne et s'impose au terme d'un sprint houleux », sur L'Équipe,
  15. La Vuelta, « Résumé-Etape 1 | La Vuelta 20 », sur youtube.com,
  16. « Tour d'Espagne : Primoz Roglic, une victoire en forme de revanche », sur actu.fr (consulté le )
  17. « Maximilian Schachmann remporte Paris-Nice après le calvaire de Primoz Roglic », sur L'Équipe,
  18. Jean-Baptiste Duluc, « Deux chutes, une épaule démise et un Paris-Nice envolé : Primoz Roglic a vécu l’enfer », sur eurosport.fr,
  19. « Primoz Roglic (Jumbo-Visma) ne prendra pas le départ de la 9e étape du Tour de France », sur L'Équipe,
  20. « Primoz Roglic champion olympique du contre-la-montre, Rémi Cavagna loin du podium », sur Eurosport,
  21. La Vuelta : "Mon plus grand numéro sur la Vuelta", pense Roglic, vainqueur aux Lacs de Covadonga
  22. Waldemar Ney, « Route - La Jumbo-Visma prolonge Primoz Roglic et dévoile son maillot ! », sur cyclismactu.net,
  23. Titouan Labourie, « Route - Primoz Roglic out pour La Flèche Wallonne et Liège-Bastogne-Liège », sur cyclismactu.net, .
  24. (en) Jonny Long, « 'It's a beautiful life': Primož Roglič's partner Lora Klinc on family life inside the peloton », sur cyclingweekly.com,
  25. (sl) To. G., « Salomonsko – Pogačar in Roglič najboljša cestna kolesarja Slovenije », RTV Slovenija, (consulté le )
  26. (sl) T. O. et D. S., « Primož Roglič, Janja Garnbret in odbojkarji športniki leta 2019 » [« Primoz Roglic, Janja Garnbret, and the national volleyball team are the 2019 Sportspersons of the Year »], RTV Slovenija, (consulté le )
  27. (sl) M. R., « Športniki leta 2020 Roglič, Lampičeva in rokometaši » [« 2020 Sportspersons of the Year are Roglic, Lampic, and the national handball team »], RTV Slovenija, (consulté le )
  28. « Primoz Roglic et Julian Alaphilippe " Vélos d'or " 2020 », L'Équipe,‎ (lire en ligne)

Liens externesModifier