Ouvrir le menu principal

Saison 2019 de l'équipe cycliste Deceuninck-Quick Step

saison 2019 de l'équipe cycliste Deceuninck-Quick Step
Deceuninck-Quick Step 2019
Logo DeceuninckQuickStep.jpg
Généralités
Équipe
Code UCI
DQTVoir et modifier les données sur Wikidata
Statut
UCI WorldTeam, saison d'équipe cycliste (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Pays
Sport
Effectif
27Voir et modifier les données sur Wikidata
Manager général

La saison 2019 de l'équipe cycliste Deceuninck-Quick Step est la dix-septième de cette équipe.

Sommaire

Préparation de la saison 2019Modifier

Sponsors et financement de l'équipeModifier

Deceuninck-Quick Step appartient à l'homme d'affaires tchèque Zdeněk Bakala, propriétaire de 2011 à 2018 de la société Decolef qui gère l'équipe[n 1],[1],[2],[3].

Elle porte le nom de son nouveau sponsor principal, le fabricant de portes et fenêtres en PVC Deceuninck (en), et de la marque de parquets et revêtements de sol Quick-Step, sponsor de l'équipe depuis sa création en 2003. Deceuninck s'est engagé pour trois ans à compter de 2019, avec une option de prolongation. Quick-Step, sponsor principal jusqu'alors, avait annoncé son intention de se mettre en retrait[4],[5].

Malgré ce changement de sponsor principal, le maillot de l'équipe est semblable aux saisons précédentes. Toujours fourni par l'entreprise belge, Vermarc (nl), il est bleu avec une bande blanche sur le torse. Le logo de Deceuninck est mis en évidence dans cette dernière. Il remplace celui de Quick Step, placé plus bas[6].

Les coureurs de Deceuninck-Quick Step roulent sur les modèles S-Works Venge, S-Works Tarmac, S-Works Roubaix de Specialized Bicycle Components. Les potences, guidons, selles ainsi que les pneus sont également fournis par Specialized. Les vélos sont équipes de groupes Shimano Dura-Ace et de roues de marque Roval. L'équipe Bora-Hansgrohe utilise le même matériel que Deceuninck-Quick Step[7],[8].

Arrivées et départsModifier

Comme à son habitude, la formation belge s'est délestée de salaires importants (Terpstra, Gaviria) pour des coureurs de moindre renommée. Kittel, Dan Martin, Uran ou Tony Martin avaient précédemment quitté l'équipe à cause de leurs trop importantes revendications salariales.

Arrivées Équipe 2018
  Remco Evenepoel
  Mikkel Honoré Waoo
  Jannik Steimle (stagiaire) Team Vorarlberg
  Samuel Gaze (stagiaire)
Départs Équipe 2019
  Laurens De Plus Jumbo-Visma
  Fernando Gaviria UAE Team Emirates
  Jhonatan Narváez Sky
  Maximilian Schachmann Bora-Hansgrohe
  Niki Terpstra Direct Energie

ObjectifsModifier

Déroulement de la saisonModifier


Janvier 2019Modifier

L'équipe Deceuninck-Quick Step aborde le premier mois de la saison 2019 autour de deux objectifs majeurs : les courses australiennes d'un côté (Down Under Classic,Tour Down Under, et la Cadel Evans Great Ocean Road Race) avec une équipe de rouleurs-sprinteurs, organisée autour d'Elia Viviani et la Vuelta a San Juan avec Julian Alaphilippe et Alvaro Hodeg, pour viser des victoires d'étapes.


Down Under ClassicModifier

L'équipe cycliste belge débute le 13 janvier 2019, par le critérium Down Under Classic à Adélaïde. Rémi Cavagna, Dries Devenyns, Mikkel Honoré, James Knox, Michael Mørkøv, Fabio Sabatini et Elia Viviani sont alignés au départ de la course. L'objectif pour l'équipe est simple, une victoire de leur sprinteur Elia Viviani dans le sprint final. L'équipe s'organise donc, dès le début de la course, avec ses rouleurs, pour maintenir les échappés à bonne portée avant de les rattraper à trente minutes de l'arrivée. Viviani se retrouve ainsi très bien placé sous la flamme rouge emmené par Mørkøv et Sabatini, mais une chute emporte dans le dernier virage une partie du peloton dont le leader de l'équipe, enlevant ainsi tout espoir d'un bon résultat. La course est finalement remportée par le sprinteur de l'équipe Lotto-Soudal Caleb Ewan. Le mieux classé de l'équipe est Mikkel Honoré qui accroche la 13e place[9].


Tour Down UnderModifier

Etape 1 : North Adelaide - Port AdelaideModifier

Deux jours plus tard, l'équipe débute parfaitement la première étape du Tour Down Under, première course de l'UCI World Tour 2019 avec la victoire d'étape pour Elia Viviani et le maillot de leader en bonus. Lors de cette étape, l'équipe belge contrôle parfaitement la course grâce au travail de ses rouleurs Rémi Cavagna et James Knox en tête du peloton. Elia Viviani, bien placé dans les roues de Mørkøv et Sabatini, règle au sprint Max Walscheid et Jakub Mareczko et s'empare du maillot ocre de leader[10].

Etape 2 : Norwood - AngastonModifier

Comme lors de la première étape l'équipe Deceuninck-Quick Step se hisse en tête du peloton pour contrôler la course et l'échappée. Cette dernière est reprise très tôt à 55 kilomètres de l'arrivée, permettant ainsi à Matthieu Ladagnous de tenter sa chance dans les derniers kilomètres de la course. Grâce au travail important de Rémi Cavagna, le coureur français est à son tour repris à trois kilomètres de la ligne. Une chute massive, cependant dans le dernier kilomètre, vient perturber le train de l'équipe belge et empêche Elia Viviani de s'imposer une deuxième fois sur le Tour Down Under. Le sprinteur italien termine septième, ce qui lui permet de garder le maillot bleu de leader du classement par points avec 24 points. Patrick Bevin, vainqueur de l'étape du jour, s'empare de la première place du classement général[11].

Etape 3 : Lobethal - UraidlaModifier

La troisième étape du tour australien est réservée aux puncheurs-sprinteurs. Elia Vivani s'échappe donc dès les premiers kilomètres de l'étape avec six autres coureurs pour tenter de conforter son maillot bleu de leader du classement par points. L'italien passe premier aux deux sprints intermédiaires, mais l'échappée est reprise avant le circuit final autour d'Urailda. Dans la dernière côte, le coureur belge Dries Devenyns tente sa chance, ce qui lui permet d'accrocher la 15e place de l'étape et d'entrer ainsi dans le top 20 du classement général. Au classement par points, Elia Viviani se retrouve finalement deuxième à seulement deux points de Peter Sagan, qui a remporté l'étape du jour[12].

Etape 4 : Unley - CampbelltownModifier

La quatrième étape du Tour Down Under a comme principale difficulté la "Corkscrew Climb". Rémi Cavagna tente sa chance dans les débuts de l'ascension avant d'être repris rapidement par le peloton. C'est finalement dans les pourcentages les plus difficiles de l'ascension que les attaques ont été tranchantes, laissant ainsi partir quatre coureurs. Le belge Drie Devenyns en restant au contact des favoris tout au long de la montée et de la descente du col, prend la 11e place de l'étape dans le même groupe de la vainqueur de l'étape Daryl Impey. Il fait ainsi un bon rapproché au classement général en prenant la 12e place[13].

Etape 5 : Glenelg - StrathalbynModifier

Après deux étapes plus vallonnées, les coureurs se retrouvent pour une étape de 149 kilomètres consacrée au pur sprinteur. L'équipe s'organise autour d'Elia Viviani toujours en lice pour le maillot bleu du classement par point. Une première échappée de trois hommes se forment dès le début de l'étape, seulement ces derniers sont repris comme lors de la deuxième étape très tôt dans la course. C'est ce qui permet une nouvelle fois à Ladagnous, accompagné d'Aidan Toovey, d'attaquer dans les derniers kilomètres de l'étape. A cause de forts vents de travers, certaines équipes tentent, sans grande réussite, de créer des bordures dans un peloton sous tension. Malgré une chute dans les 10 derniers kilomètres, c'est un peloton groupé qui s'est présenté sous la flamme rouge. Elia Viviani, pourtant bien emmené une nouvelle fois par ses poissons pilotes Mørkøv et Sabatini, ne prend que la cinquième place dans un sprint remporté par Jasper Philipsen. Ce troisième top 10 de la saison permet à l'italien d'accrocher une solide troisième place au classement par points. Au classement général, Drie Devenyns ne s'est pas fait piéger par une bordure et peu toujours espérer entrer dans le top 10 pour le classement général final[14].

Etape 6 : McLaren Vale - Willunga HillModifier

Pour cette dernière étape, la course se termine par la double ascension du fameux Willunga Hill. Après avoir rattrapé les sept fugitifs de l'échappée matinale, le peloton s'est engagé dans le circuit final à Willunga. Lors de la deuxième ascension, le leader du classement général Patrick Bevin s'est fait distancer, laissant une ouverture pour les favoris. Face aux nombreuses attaques, Dries Devenyns a su rester dans les roues et termine à la dixième place de l'étape, remportée par Richie Porte. Le coureur de 35 ans, qui débute sa 13e saison professionnelle, remonte donc de deux places au classement général de la course et accroche un top 10 pour l'équipe Deceuninck-Quick Step[15].


Cadel Evans Great Ocean Road RaceModifier

Une semaine plus tard, le même groupe dispute la Cadel Evans Great Ocean Road Race.L'équipe belge grâce à ses rouleurs contrôle bien la course et reprend l'échappée matinale. Elia Viviani s'y impose à nouveau et bat Caleb Ewan. Le sprinteur est parfaitement emmené par Michael Mørkøv qui termine septième[16].


Vuelta a San JuanModifier

Etape 1 : San Juan - PocitoModifier

La première étape du Tour San Juan 2019 permet à Remco Evenepoel de faire ses grands débuts professionnels au sein de la formation belge à seulement 19 ans. Il devient le plus jeune coureur du World Tour de la saison. Petr Vakoč quant à lui fait son grand retour après 16 mois de blessure. Les autres coureurs alignés sont Álvaro José Hodeg Chagüi, Julian Alaphilippe, Iljo Keisse et Maximiliano Richeze Araquistain. L'équipe belge est donc polyvalente, capable d'aller chercher des victoires à la fois sur les étapes plates et vallonnées. La première étape, après avoir l'échappée matinale, se finit sans surprise par un sprint sous tension remporté par le colombien Fernando Gaviria. Le sprinteur de la Deceuninck-Quick Step, Hodeg, termine à la cinquième place[17].

Etape 2 : Chimbas - Peri Lago Punta NegraModifier

En raison de températures élevés les organisateurs de la course on raccourci la deuxième étape. L'échappée initiale composé d'un seul coureur est reprise dans les 10 derniers kilomètres de l'étape grâce à un important travail des rouleurs de l'équipe belge. Cela permet à Julian Alaphilippe de placer une attaque tranchante dans la dernière côte de la course suivie seulement par deux autres coureurs. Après avoir lâché ses deux compagnons dans la descente le français vient remporté sa première victoire de la saison. Il prend la deuxième place du classement général derrière Gaviria toujours leader. Le jeune Evenepoel après avoir travaillé toute la journée pour son leader termine dans le peloton principal et s'empare du maillot vert de meilleur jeune de la course[18].

Etape 3 : Pocito - PocitoModifier

La troisième étape est un contre-la-montre de 12 km permettant au leader des différentes équipes de bien se placer pour le général. Après un très bon contre-la-montre Julian Alaphilippe vient s'imposer pour la deuxième fois sur le Tour San Juan. Il boucle le parcours en 13 minutes et 41 secondes. Il prend le leadership ainsi du classement général en prenant plus de dix-huit seconde sur son dauphin Gaviria. Remco Evenepoel après un impressionnant contre-la-montre accroche le podium en prenant la troisième place. Il conforte son maillot vert en prenant 35 secondes d'avance sur Gino Mäder et prend la quatrième place du général[19].

Etape 4 : San José Jachal - Valle Fértil/Villa San AgustinModifier

La quatrième étape longue de 185 kilomètres est la plus importante étape de la course. Comme à son habitude lors des étapes de plaine, l'équipe Deceuninck Quick-Step se retrouve à l'avant du peloton. A l'image de l'excellent travail de Petr Vakoč, l'objectif est de contrôler la course et de ramener les échappés. Bien emmené par son poisson pilote Richeze, Alvaro Hodeg décroche son premier podium de l'année lors du sprint final. Il finit troisième derrière Gaviria et Peter Sagan[20].

Etape 5 : San Martin - Alto ColoradoModifier

Après une journée de repos, les coureurs se retrouvent pour l'étape de montagne de la course. La course commence mal pour les coureurs de la Deceuninck Quick-Step, Julian Alaphilippe et Petr Vakoč sont pris dans une importante chute. Après un travail important de l'équipe Alaphilippe est ramené dans le peloton. L'équipe belge avec Hodeg et Vakoč prend alors les commandes de la course pour reprendre du temps sur l'échappées de 15 coureurs. Au pied de la dernière difficulté, le coureur de la Movistar Winner Anacona tente de distancer les favoris. Remco Evenepoel produit alors un effort très important pour tenter de ramené son leader Alaphilippe dans sa roue. Après de nombreuses attaques, Alaphilippe a durcit son effort dans les trois derniers kilomètres mais les forts vents contraires ne lui ont pas permit de rattraper de garder la première place du général. Le coureur français finit 17e de l'étape à 57 secondes du nouveau leader de la course Anacona. Julian Alaphilippe se retrouve donc relégué d'une place au général, mais le jeune Evenepoel sauve son maillot de meilleur jeune de deux secondes devant Mäder toujours deuxième[21].

Etape 6 : Autodromo El Villicum - Autodromo El VillicumModifier

Après une importante étape de montagne, les coureurs se retrouvent de nouveau pour une étape de plaine réservée aux sprinteurs. Cependant, l'échappée du jour composée de quatre coureurs résiste au retour du peloton en ayant encore trois minutes d'avances dans les vingts derniers kilomètres. Le final de la course plutôt chaotique, scinde le peloton en plusieurs groupes à cause de la pluie et de forts vents. Alaphilippe et Richeze réussissent à finir dans le top 10, respectivement 6e et 9e à quelques secondes du vainqueur Nicolas Tivani. Remco Evenepoel auteur d'une course intelligente garde son maillot distinctif[22].

Etape 7 : San Juan - San JuanModifier

La dernier étape du Tour de San Juan se termine par une boucle autour de San Juan. Lors du sprint final le sprinteur colombien Hodeg termine deuxième derrière Sam Bennett de la Bora-Hansgrohe. Il accroche ainsi son deuxième podium de la course. Au classement général Julian Alaphilippe termine finalement deuxième à 35 secondes de Winner Anacona. Remco Evenepoel pour sa première course professionnel termine lui aussi dans le top 10 (9e) et s'empare de son premier maillot distinctif : "J'étais venu ici sans aucune attente particulière car je n'étais pas dans la meilleur forme, donc obtenir le maillot vert, un podium d'étape et la neuvième place au classement général est vraiment génial. Je suis fier de ce que j'ai fait ici et de ce que j'ai appris, ce fut un excellent début de saison et j'espère qu'à partir d'ici, je vais continuer sur ma lancée". L'équipe belge reste l'équipe la plus côté depuis que la course a été élevée au classement UCI il y a trois ans, avec neuf victoires d'étapes.

Bilan du moi de JanvierModifier

L'équipe cycliste belge Deceuninck Quick-Step commence très bien sa saison avec déjà à la fin du mois de Janvier quatre victoires d'étapes. Deux victoires pour Elia Viviani et deux victoires pour Julian Alaphilippe. Le français en plus de ses victoires décroche son premier podium de la saison au classement général. Ce mois de janvier a aussi vu éclore le jeune Remco Evenepoel qui remporte dès sa première course un top 10 et le classement du meilleur jeune de la Vuelta a San Juan.

Février 2019Modifier


Coureurs et encadrement techniqueModifier

EffectifModifier

Cycliste Date de naissance Nationalité Équipe 2018
Julian Alaphilippe   France Quick-Step Floors
Kasper Asgreen   Danemark Quick-Step Floors
Eros Capecchi   Italie Quick-Step Floors
Rémi Cavagna   France Quick-Step Floors
Tim Declercq   Belgique Quick-Step Floors
Dries Devenyns   Belgique Quick-Step Floors
Remco Evenepoel   Belgique
Philippe Gilbert   Belgique Quick-Step Floors
Álvaro Hodeg   Colombie Quick-Step Floors
Mikkel Honoré   Danemark Waoo
Fabio Jakobsen   Pays-Bas Quick-Step Floors
Bob Jungels   Luxembourg Quick-Step Floors
Iljo Keisse   Belgique Quick-Step Floors
James Knox   Royaume-Uni Quick-Step Floors
Yves Lampaert   Belgique Quick-Step Floors
Davide Martinelli   Italie Quick-Step Floors
Enric Mas   Espagne Quick-Step Floors
Michael Mørkøv   Danemark Quick-Step Floors
Maximiliano Richeze   Argentine Quick-Step Floors
Fabio Sabatini   Italie Quick-Step Floors
Florian Sénéchal   France Quick-Step Floors
Pieter Serry   Belgique Quick-Step Floors
Zdeněk Štybar   République tchèque Quick-Step Floors
Petr Vakoč   République tchèque Quick-Step Floors
Elia Viviani   Italie Quick-Step Floors
Stagiaire Date de naissance Nationalité Équipe 2019
Samuel Gaze   Nouvelle-Zélande
Jannik Steimle   Allemagne Vorarlberg-Santic

EncadrementModifier

L'équipe Quick-Step Floors a pour directeur général Patrick Lefevere, à la tête de l'équipe depuis sa création[2]. Sept directeurs sportifs encadrent les coureurs : Davide Bramati, Brian Holm, Wilfried Peeters, Tom Steels, Rik Van Slycke, Geert Van Bondt et Klaas Lodewyck, qui intègre l'encadrement de l'équipe en 2019[23],[24].

Bilan de la saisonModifier

VictoiresModifier

Date Course Pays Classe Vainqueur
15 janv. 1re étape du Tour Down Under   Australie 2.UWT   Elia Viviani
27 janv. Cadel Evans Great Ocean Road Race   Australie 1.UWT   Elia Viviani
29 janv. 2e étape du Tour de San Juan   Argentine 2.1   Julian Alaphilippe
30 janv. 3e étape du Tour de San Juan   Argentine 2.1   Julian Alaphilippe
13 fév. 2e étape du Tour Colombia   Colombie 2.1   Álvaro Hodeg
15 fév. 4e étape du Tour Colombia   Colombie 2.1   Bob Jungels
16 fév. 5e étape du Tour Colombia   Colombie 2.1   Julian Alaphilippe
16 fév. 3e étape du Tour de La Provence   France 2.1   Philippe Gilbert
20 fév. 1re étape du Tour de l'Algarve   Portugal 2.HC   Fabio Jakobsen
24 fév. 5e étape du Tour de l'Algarve   Portugal 2.HC   Zdeněk Štybar
28 fév. 5e étape de l'UAE Tour   Émirats arabes unis 2.UWT   Elia Viviani
02 mars Circuit Het Nieuwsblad   Belgique 1.UWT   Zdeněk Štybar
03 mars Kuurne-Bruxelles-Kuurne   Belgique 1.HC   Bob Jungels
05 mars Le Samyn   Belgique 1.1   Florian Sénéchal
09 mars Strade Bianche   Italie 1.UWT   Julian Alaphilippe
14 mars 2e étape de Tirreno-Adriatico   Italie 2.UWT   Julian Alaphilippe
15 mars 3e étape de Tirreno-Adriatico   Italie 2.UWT   Elia Viviani
18 mars 6e étape de Tirreno-Adriatico   Italie 2.UWT   Julian Alaphilippe
23 mars Milan-San Remo   Italie 1.UWT   Julian Alaphilippe
29 mars Grand Prix E3 BinckBank Classic   Belgique 1.UWT   Zdeněk Štybar
8 avril 1re étape du Tour du Pays basque   Espagne 2.UWT   Julian Alaphilippe
10 avril Grand Prix de l'Escaut   Belgique 1.HC   Fabio Jakobsen
14 avril Paris-Roubaix   France 1.UWT   Philippe Gilbert
18 avril 3e étape du Tour de Turquie   Turquie 2.UWT   Fabio Jakobsen
24 avril Flèche wallonne   Belgique 1.UWT   Julian Alaphilippe
28 avril Championnat d'Argentine sur route   Argentine NC   Maximiliano Richeze
13 mai 2e étape du Tour de Californie   États-Unis 2.UWT   Kasper Asgreen
14 mai 3e étape du Tour de Californie   États-Unis 2.UWT   Rémi Cavagna
15 mai 4e étape du Tour de Californie   États-Unis 2.UWT   Fabio Jakobsen
25 mai   2e étape des Hammer Series Stavanger    Norvège  2.1 Deceuninck-Quick Step
29 mai 2e étape du Tour de Norvège   Norvège 2.HC   Álvaro Hodeg
7 juin 1re étape des Hammer Limburg   Pays-Bas 2.1 Deceuninck-Quick Step
8 juin 2e étape des Hammer Limburg   Pays-Bas 2.1 Deceuninck-Quick Step
9 juin Classement général des Hammer Limburg   Pays-Bas 2.1 Deceuninck-Quick Step
13 juin 2e étape du Tour de Belgique   Belgique 2.HC   Remco Evenepoel
14 juin 6e étape du Critérium du Dauphiné   France 2.UWT   Julian Alaphilippe
16 juin Classement général du Tour de Belgique   Belgique 2.HC   Remco Evenepoel
18 juin 4e étape du Tour de Suisse   Suisse 2.UWT   Elia Viviani
19 juin 5e étape du Tour de Suisse   Suisse 2.UWT   Elia Viviani
22 juin 8e étape du Tour de Suisse   Suisse 2.UWT   Yves Lampaert
22 juin Flèche de Heist   Belgique 1.1   Álvaro Hodeg
27 juin Championnat du Danemark du contre-la-montre   Danemark CN   Kasper Asgreen
28 juin Championnat du Luxembourg du contre-la-montre   Luxembourg CN   Bob Jungels
30 juin Championnat du Danemark sur route   Danemark CN   Michael Mørkøv
30 juin Championnat du Luxembourg sur route   Luxembourg CN   Bob Jungels
30 juin Championnat des Pays-Bas sur route   Pays-Bas CN   Fabio Jakobsen
8 juillet 3e étape du Tour de France   France 2.UWT   Julian Alaphilippe
9 juillet 4e étape du Tour de France   France 2.UWT   Elia Viviani
19 juillet 13e étape du Tour de France   France 2.UWT   Julian Alaphilippe
25 juillet  1re étape de l'Adriatica Ionica Race    Italie 2.1   Álvaro Hodeg
27 juillet 3e étape de l'Adriatica Ionica Race   Italie 2.1   Remco Evenepoel
28 juillet 4e étape de l'Adriatica Ionica Race   Italie 2.1   Álvaro Hodeg
3 aout Classique de Saint-Sébastien   Espagne 1.UWT   Remco Evenepoel
4 aout RideLondon-Surrey Classic   Royaume-Uni 1.UWT   Elia Viviani
16 août 5e étape du BinckBank Tour   Belgique 2.UWT   Álvaro Hodeg

Résultats sur les courses majeuresModifier

Les tableaux suivants représentent les résultats de l'équipe dans les principales courses du calendrier international (les cinq classiques majeures et les trois grands tours). Pour chaque épreuve est indiqué le meilleur coureur de l'équipe, son classement ainsi que les accessits obtenus par Deceuninck-Quick Step sur les courses de trois semaines.

ClassiquesModifier

Classique Milan-San Remo Tour des Flandres Paris-Roubaix Liège-Bastogne-Liège Tour de Lombardie
Coureur (classement) Julian Alaphilippe (1er) Kasper Asgreen (2e) Philippe Gilbert (1er) Julian Alaphilippe (16e)

Grands toursModifier

Grand tour Tour d'Italie Tour de France Tour d'Espagne
Coureur (classement) Bob Jungels (33e) Julian Alaphilippe (5e)
Accessits - 3 victoires d'étapes
(Julian Alaphilippe (2), Elia Viviani)

Classement UCIModifier

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. Decolef est une contraction de De Cock-Lefevere, Frans De Cock étant le PDG de la société Unilin, maison-mère de Quick Step.

RéférencesModifier

  1. (nl) « Zdenek Bakala: “Wielrennen leeft bij gratie van weldoeners, extreem ongezond” », sur nieuwsblad.be, (consulté le 19 janvier 2017)
  2. a et b « Board of Advisors », sur quickstepfloorscycling.com (consulté le 19 janvier 2017)
  3. « Quick-Step Floors will be Deceuninck-Quick-Step in 2019 », sur velonews.com (consulté le 15 janvier 2018)
  4. « Deceuninck nouveau sponsor principal de l'équipe Quick Step », sur rtbf.be, (consulté le 26 décembre 2018)
  5. (en) « Quick-Step add Deceuninck as new title sponsor for 2019 », sur cyclingnews.com, (consulté le 26 décembre 2018)
  6. (en) « Deceuninck-Quick-Step unveil 2019 jersey », sur cyclingnews.com, (consulté le 15 janvier 2019)
  7. (en) « Pro Bikes: Deceunink - Quick-Step’s Specialized Venge and Tarmac 2019 race bikes », sur bikeradar.com, (consulté le 15 janvier 2019)
  8. (en) « WorldTour team bike guide 2019 », sur cyclingnews.com, (consulté le 15 janvier 2019)
  9. (en) « Down Under Classic », sur www.deceuninck-quickstep.com,
  10. (en) « Elia Viviani starts the season with a bang in Tour Down Under », sur www.deceuninck-quickstep.com (consulté le 1er août 2019)
  11. (en) « Tour Down Under: Viviani moves into the blue jersey », sur www.deceuninck-quickstep.com (consulté le 2 août 2019)
  12. (en) « Deceuninck – Quick-Step on the attack in brutal Tour Down Under stage », sur /www.deceuninck-quickstep.com (consulté le 2 août 2019)
  13. (en) « Tour Down Under: Devenyns carries strong form into Corkscrew stage » (consulté le 2 août 2019)
  14. (en) « Stressful day at Tour Down Under », sur www.deceuninck-quickstep.com (consulté le 2 août 2019)
  15. (en) « Top 10 for Devenyns in Tour Down Under », sur www.deceuninck-quickstep.com (consulté le 2 août 2019)
  16. (en) « Viviani beats Ewan to win Cadel Evans Great Ocean Road Race », sur cyclingnews.com, (consulté le 29 janvier 2019)
  17. (en) « Evenepoel and Vakoč in the spotlight in San Juan opener », sur www.deceuninck-quickstep.com (consulté le 5 août 2019)
  18. (en) « Alaphilippe gallops to victory in Peri Lago Punta Negra », sur www.deceuninck-quickstep.com (consulté le 5 août 2019)
  19. (en) « Vuelta a San Juan: Alaphilippe time trials to stage win and leader’s jersey », sur www.deceuninck-quickstep.com (consulté le 5 août 2019)
  20. (en) « First podium of the season for Hodeg », sur www.deceuninck-quickstep.com (consulté le 5 août 2019)
  21. (en) « Evenepoel retains San Juan green jersey », sur www.deceuninck-quickstep.com (consulté le 5 août 2019)
  22. (en) « Breakaway survives on penultimate day in Argentina », sur www.deceuninck-quickstep.com (consulté le 5 août 2019)
  23. « Klaas Lodewyck devient directeur sportif chez Quick-Step Floors », sur rtbf.be, (consulté le 25 octobre 2018)
  24. « Staff », sur deceuninck-quickstep.com (consulté le 27 janvier 2019)

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :