Ouvrir le menu principal

Tour d'Espagne 2015

édition 2015 du Tour d'Espagne, course cycliste espagnole
Tour d'Espagne 2015 Cycling (road) pictogram.svg
Tour of Spain TTT (21390152708).jpg
Généralités
Course70e Tour d'Espagne
CompétitionUCI World Tour 2015 2.UWT
Étapes21
Dates22 août – 13 septembre 2015
Distance3 376,4 km
PaysESP Espagne
AND Andorre
Lieu de départPuerto Banús
Lieu d'arrivéeMadrid
Équipes22
Partants198
Arrivants158
Résultats
VainqueurITA Fabio Aru (Astana)
DeuxièmeESP Joaquim Rodríguez (Katusha)
TroisièmePOL Rafał Majka (Tinkoff-Saxo)
Classement par pointsESP Alejandro Valverde (Movistar)
Meilleur grimpeurESP Omar Fraile (Caja Rural-Seguros RGA)
Super-combatifNED Tom Dumoulin (Giant-Alpecin)
Meilleur au combinéESP Joaquim Rodríguez (Katusha)
Meilleure équipeESP Movistar
Vuelta a España 2015 route map.svg
◀ 20142016 ▶
Documentation Wikidata-logo S.svg

Le Tour d'Espagne 2015 est la 70e édition du Tour d'Espagne, l'un des trois grands tours cyclistes et la 22e épreuve de l'UCI World Tour 2015. Il prend son départ à Puerto Banús le et s'achève le 13 septembre à Madrid.
Il est remporté par Fabio Aru qui s'impose devant Joaquim Rodríguez et Rafał Majka.

Sommaire

PrésentationModifier

ParcoursModifier

L'épreuve démarre d'Andalousie. Comme depuis 2010, le Tour s'élance avec un contre-la-montre par équipes, long de 7,4 km entre Puerto Banús et Marbella. Le lendemain, deux côtes de 3e catégorie sont répertoriées : l'Alto de Carratraca à 18 km de l'arrivée et l'Alto de la Mesa. Les coureurs disputent ensuite trois étapes de plaine. La 3e étape contient une courte bosse non-répertoriée à moins de 10 km de l'arrivée à Malaga, tandis que la 4e étape, longue de 203 km, se termine par deux courtes bosses non-répertoriées. La 5e étape est dénuée de toute difficulté. L'étape suivante part de Cordoue pour se terminer au sommet du long Alto de Cazorla. Le lendemain, la première étape de montagne est programmée, dans la Sierra Nevada, avec une arrivée au sommet de l'Alto de Capileira.

Le peloton quitte ensuite l'Andalousie avec une étape arrivant à Murcie, marquée par les deux ascensions de l'Alto de la Cresta del Gallo dans les 40 derniers kilomètres. La 9e étape s'achève au sommet de l'Alto Cumbre del Sol et ses pentes à 18 %. Le lendemain, le sommet d'une montée de 2e catégorie est placée à 23,4 km du but, avant le premier jour de repos.

La 11e étape est la première étape 100 % andorrane de l'histoire de la course. Les coureurs partent d'Andorre-la-Vieille pour enchaîner durant les 138 km de l'étape un total de six cols, dont la Collada de la Gallina et la montée finale vers Cortals d'Encamp, pour un dénivelé positif total de 5,2 km. Les organisateurs ont ensuite prévu deux étapes de plaine, avec les 40 derniers kilomètres sans difficultés, puis une étape comprenant une ascension de 3e catégorie assez longue à 35 km de l'arrivée[1]. Les participants vont ensuite disputer trois étapes de montagne. Le 14e jour de course est la plus longue étape de la course (213 km), enchaînant le Puerto del Escudo, une courte descente, une trentaine de kilomètres sur les plateau du Pays basque et la montée finale de l'Alto Campoo. Une arrivée au sommet de l'Alto de Sostres est au programme le lendemain, puis une étape riche en ascensions (pas moins de sept répertoriées) et marquée par l'enchaînement de l'Alto del Cordal, l'Alto de la Cobertoria et de l'Alto Ermita de Alba (6,6 km à 11,2 %, des pentes maximales de 25 %), en haut duquel est jugée l'arrivée.

Après la deuxième journée de repos, un contre-la-montre de 39 km autour de Burgos est au programme. Le parcours de la 18e étape est vallonné, avant de franchir le sommet du Puerto de la Quesera à moins de 15 km de la ligne, puis de plonger jusqu'à l'arrivée. Le lendemain, le parcours est commposé d'une longue ascension de 2e catégorie à 20 km du but puis quelques secteurs pavés dans le final[2]. La 20e étape, avec ses quatre cols de 1re catégorie en 181 km, est l'ultime juge de paix de ce Tour d'Espagne, conclu comme à l'accoutumée par le très plat circuit madrilène[3],[4].

Ces dernières années, le parcours a été souvent décrit comme assez répétitif, cette année l'organisateur a voulu apporter des changements[5] : Javier Guillén explique que « [Unipublic avait] retenu lors les quatre dernières années un grand col le dernier samedi [de la course] et il était question d'introduire de la variété »[6]. Certains points importants de ces dernières années sont malgré tout sur le parcours, avec de nombreuses arrivées au sommet dont plusieurs en début de course[5], étant donné que « la première semaine préoccuppe beaucoup » les organisateurs[6]. Le parcours est ainsi vu comme plus complet que les années précédentes, avec la 11e étape pointée comme l'étape la plus difficile de la course[5] : selon Eusebio Unzué, « il n'y a jamais eu une étape aussi dure dans l'histoire du cyclisme »[7]. Pour Joaquim Rodríguez, le parcours permet « une course où [les coureurs devront] être bien du début à la fin »[8]. Le parcours est également considéré comme « très exigeant », « très ouvert »[9] et « très attractif », avec « des possibilités [données] à beaucoup de coureurs aux profils variés »[10].

ÉquipesModifier

UCI WorldTeams
Nom de l'équipe Pays Code
AG2R La Mondiale   France ALM
Astana   Kazakhstan AST
BMC Racing   États-Unis BMC
Cannondale-Garmin   États-Unis TCG
Etixx-Quick Step   Belgique EQS
FDJ   France FDJ
Giant-Alpecin   Allemagne TGA
IAM   Suisse IAM
Katusha   Russie KAT
Lampre-Merida   Italie LAM
Lotto NL-Jumbo   Pays-Bas TLJ
Lotto-Soudal   Belgique LTS
Movistar   Espagne MOV
Orica-GreenEDGE   Australie OGE
Sky   Royaume-Uni SKY
Tinkoff-Saxo   Russie TCS
Trek Factory Racing   États-Unis TFR
Équipes invitées
Nom de l'équipe Pays Code
Caja Rural-Seguros RGA   Espagne CJR
Cofidis   France COF
Colombia   Colombie COL
Europcar   France EUC
MTN-Qhubeka   Afrique du Sud MTN

FavorisModifier

Favoris pour le classement généralModifier

Les quatre premiers du dernier Tour de France sont les principaux favoris pour le classement général. De gauche à droite et de haut en bas : Christopher Froome, Nairo Quintana, Alejandro Valverde et Vincenzo Nibali.

Malgré l'absence du tenant du titre Alberto Contador, ce Tour d'Espagne a un plateau relevé, avec notamment les quatre premiers du dernier Tour de France. Le vainqueur de cette course, Christopher Froome, est présenté comme le favori. Deuxième de la Vuelta en 2011 et 2014, il tente de réaliser le doublé Tour de France-Tour d'Espagne, à ce jour seulement réussit par Jacques Anquetil et Bernard Hinault. Depuis que le Tour d'Espagne a été déplacé du printemps à la fin de l'été en 1995, Carlos Sastre est le seul vainqueur du Tour de France à avoir pris le départ de cette course un mois plus tard[11], s'il on excepte toutefois Oscar Peirero et Andy Schleck, vainqueurs sur tapis vert mais qui ne le savaient pas au moment de la course espagnole[12]. Christopher Froome est notamment entouré de Sergio Henao, Mikel Nieve, Nicolas Roche (5e en 2013) Geraint Thomas. Ce dernier, bien qu'ayant montré ses qualités de grimpeur sur le Tour de France un mois auparavant, ne fait pas du classement général un objectif, et espère pouvoir gagner une étape en fin de course[13].

Les principaux adversaires de Froome sont les équipes Movistar et Astana, qualifiées d'« armadas »[11]. La première aligne Nairo Quintana et Alejandro Valverde, deuxième et troisième du dernier Tour de France. Quintana a dû abandonner le Tour d'Espagne 2014 après avoir porté le maillot rouge pendant une journée, et Valverde a remporté cette course en 2009 et a terminé sur le podium à cinq reprises. Ils sont notamment accompagnés par Andrey Amador, quatrième du Tour d'Italie au printemps. L'équipe Astana se présente avec trois leaders potentiels : l'Espagnol Mikel Landa, révélation du Tour d'Italie qu'il a fini à la troisième place, mais qui est a priori présent en tant qu'équipier[14] des deux Italiens Fabio Aru (cinquième en 2014) et Vincenzo Nibali, quatrième du dernier Tour de France et second de la Vuelta 2013[11]. Ces trois sont assistés par les très bons grimpeurs Paolo Tiralongo et Dario Cataldo. Le grimpeur Joaquim Rodríguez[11], double vainqueur d'étape sur la « grande boucle » cette année et quatrième du Tour d'Espagne 2014, vient compléter le quintet de favoris. Avec l'objectif d'accorcher un premier Grand Tour, il est épaulé par Daniel Moreno, vainqueurs de trois étapes sur la Vuelta. Froome, Quintana, Nibali, Valverde et Rodriguez sont, avec Alberto Contador, les meilleurs coureurs sur trois semaines actuels : à eux-cinq, ils cumulent 42 Top 10, 25 podiums et 7 victoires finales[12].

L'Américain Tejay van Garderen, qui a du abandonner le Tour de France alors qu'il occupait la troisième place du classement général, est en Espagne après avoir hésité à venir[15], il a comme équipier Samuel Sanchez (douzième du Tour de France) qui va le protéger en montagne. L'Irlandais Dan Martin (7e l'année dernière) et l'Américain Andrew Talansky, onzième du Tour de France et septième du Tour d'Espagne 2012 sont les leaders de l'équipe Cannondale-Garmin.

Le Français Pierre Rolland, dixième du Tour de France, est le leader de l'équipe Europcar. Il peut être aidé en montagne par Romain Sicard (treizième de la Vuelta en 2014). La formation Lotto-Soudal a deux coureurs espérant terminer parmi les dix premiers du classement général : Maxime Monfort, sixième en 2011 et onzième du Giro cette année, et Bart De Clercq[16], 17e de cette course en 2012. Vainqueur d'une étape sur le dernier Tour de France et sixième du Tour d'Italie 2014, Rafał Majka est le chef de file de l'équipe Tinkoff-Saxo. Après sa grave chute sur le Giro, où il avait dû abandonner, Domenico Pozzovivo vise une place dans les cinq premiers. Lors de sa seule participation, en 2013, il a terminé à la sixième place. Le Luxembourgeois Fränk Schleck est leader de l'équipe Trek. Il n'a plus participé à la Vuelta depuis 2010, où il avait fini à la quatrième place. La formation espagnole Caja Rural, invitée sur la course, mise sur David Arroyo, qui a fini à quatre reprises parmi les vingt premiers du Tour d'Espagne. Rafael Valls, qui devait être le leader de la Lampre-Mérida sur cette Vuelta, est forfait. Les espoirs de cette équipe reposent sur Przemysław Niemiec, vainqueur d'une étape en 2014 et dont le meilleur résultat sur un grand tour est sa sixième place au Tour d'Italie 2013.

SprinteursModifier

Malgré son retour à la compétition au début du mois sur le Tour de Pologne, l'Allemand Marcel Kittel (vainqueur de quatre étapes du Tour de France en 2013 et 2014) n'est pas présent. À sa place, l'équipe Giant-Alpecin aligne son compatriote John Degenkolb, quadruple vainqueur d'étape et maillot vert l'an passé, mais qui reste sur un Tour de France sans victoire d'étape. Son coéquipier Luka Mezgec, sprinteur également, aura peut-être une occasion de jouer sa carte. Après un Tour de France où il a collectionné les deuxièmes places (à cinq reprises) sans victoire, Peter Sagan (Tinkoff-Saxo) tentera de remporter un maximum d'étapes, tout en ayant en tête les mondiaux de Richmond. Il a déjà participé deux fois à la Vuelta. Il y a remporté trois d'étapes en 2011 et a abandonné en 2014. Nacer Bouhanni (Cofidis), gagnant de deux étapes en 2014, semble remis de ses chutes de l'été (aux Championnats de France et sur le Tour de France), en témoignent ses succès sur le Circuit de Getxo et les 2 premières étapes du Tour de l'Ain.

Parmi les jeunes pousses du sprint mondial, on retrouve l'Australien d'Orica-GreenEDGE Caleb Ewan, qui participe à son premier Grand Tour et victorieux à 10 reprises cette année (14 si on ajoute ses succès sur la Mitchelton Bay Classic), et Danny van Poppel (Trek Factory Racing), qui a levé les bras sur le dernier Eneco Tour et dont l'équipe aligne aussi Jasper Stuyven. Matteo Pelucchi (IAM), qui a glâné deux étapes sur le Tour de Pologne, et Kris Boeckmans (Lotto-Belisol), 8 fois victorieux en 2015, seront de sérieux outsiders lors des arrivées au sprint. Parmi les autres sprinteurs, on peut citer Tom Van Asbroeck (Lotto NL-Jumbo), Kristian Sbaragli (MTN-Qhubeka), Maximiliano Richeze (Lampre-Merida), Leonardo Duque (Team Colombbia), Jean-Pierre Drucker (BMC Racing Team), Kévin Réza (FDJ), José Joaquín Rojas (Movistar) et Carlos Barbero (Caja Rural-Seguros RGA)[17].

Règlement de la courseModifier

Règlement du classement généralModifier

Le classement général, dont le leader porte le maillot rouge, s'établit en additionnant les temps réalisés à chaque étape, puis en ôtant d'éventuelles bonifications (10, 6 et 4 s à l'arrivée des étapes en ligne et 3, 2 et 1 s à chaque sprint intermédiaire). En cas d'égalité, les critères de départage, dans l'ordre, sont : centièmes de seconde enregistrés lors des contre-la-montre, addition des places obtenues lors de chaque étape, place obtenue lors de la dernière étape[18].

Règlement du classement par pointsModifier

À l'issue de chaque étape le leader du classement par points dont le leader porte le maillot vert, est l'addition des points attribués à l'arrivée des étapes (25, 20, 16, 14, 12 et 10 points puis en ôtant 1 pt par place perdue jusqu'au 15e, qui reçoit donc 1 pt) et aux sprints intermédiaires (4, 2 et 1 points). Il est à signaler qu'il n'y a qu'un seul sprint intermédiaire par étape en ligne ce qui est une nouveauté[18].

En cas d'égalité de points, les critères de départage, dans l'ordre, sont : nombre de victoires d'étape, de sprints intermédiaires, classement général. Pour être déclaré vainqueur du classement par points, le coureur se doit de terminer le Tour d'Espagne.

Règlement du classement de la montagneModifier

Le classement de la montagne, dont le leader porte le maillot blanc à pois bleu est établi en fonction du barème suivant, identique à 2014[18]:

  • Cima Alberto Fernandez : 20, 15, 10, 6, 4 et 2 points aux 6 premiers coureurs classés
  • Côte hors-catégorie : 15, 10, 6, 4 et 2 points aux 5 premiers coureurs classés
  • Côte de 1re catégorie : 10, 6, 4, 2 et 1 point aux 5 premiers coureurs classés
  • Côte de 2e catégorie : 5, 3 et 1 point aux 3 premiers coureurs classés
  • Côte de 3e catégorie : 3, 2 et 1 point aux 3 premiers coureurs classés

En cas d'égalité de points, les critères de départage, dans l'ordre, sont : nombre de premières places dans la Cima Alberto Fernadez, les ascensions Hors-catégorie, de 1re, de 2e, puis de 3e catégorie, classement général.

Règlement du classement du combinéModifier

Le classement du combiné, dont le leader porte le maillot blanc, est la somme des places de chaque coureur dans le classement général, le classement par points et le classement de la montagne. Pour être classé, un coureur doit figurer dans les 3 classements. Si aucun coureur ne remplit cette condition, on regarde les coureurs se trouvant dans 2 classements. En cas d'égalité de points, le critère de départage est le classement général[18].

Règlement des autres classements annexesModifier

  • Le classement par équipes de l'étape est obtenu par la somme des trois meilleurs temps individuels de chaque équipe (bonifications non comprises), sauf lors du contre-la-montre par équipe, où l'on prend le temps de l'équipe multiplié par 5. En cas d'égalité, les critères de départage, dans l'ordre, sont : addition des places des 3 premiers coureurs des équipes concernées, place du meilleur coureur sur l'étape. Le classement général est obtenu par somme des temps obtenus par l'équipe à chaque étape. En cas d'égalité, les critères de départage, dans l'ordre, sont : nombre de premières places dans le classement par équipes du jour, nombre de deuxièmes places dans le classement par équipes du jour, etc., place au classement général du meilleur coureur des équipes concernées[18].
  • Le prix de la combativité récompense « le coureur le plus généreux dans l’effort et manifestant le meilleur esprit sportif ». Ce prix, établi dans les étapes en ligne, est décerné le public qui choisira chaque jour parmi trois noms sélectionnés par un jury présidé par le directeur de l’organisation. Le combatif de l’étape porte dans l’étape suivante un dossard rouge. La procédure est la même pour décerner en fin de tour le prix du super-combatif[18].

PrimesModifier

Le montant des prix et des primes distribués par l'organisateur se montent à 1 059 805 . Le tableau ci-dessous liste les primes accordées aux premiers d'étapes et aux neuf premiers du classement final[18] :

Position 1er 2e 3e 4e 5e 6e 7e 8e 9e
Classement général 112 000  57 000  30 000  15 000  12 500  9 000  9 000  6 000  6 000 
Par étape 11 000  5 500  2 700  1 500  1 100  900  900  650  650 

À noter que les 20 premiers de chaque étape et les 20 premiers du classement général reçoivent une prime.

  • Le détenteur du maillot rouge (1er du classement général) reçoit une récompense quotidienne de 160 .
  • Le détenteur du maillot vert (1er du classement par points) reçoit une récompense quotidienne de 100 .
  • Le détenteur du maillot blanc à pois bleus (1er du classement de la montagne) reçoit une récompense quotidienne de 100 .
  • Le détenteur du maillot blanc (1er du classement du combiné) reçoit une récompense quotidienne de 70 .

Le tableau ci-dessous liste les primes accordées en ce qui concerne les prix du meilleur sprinteur (maillot vert) :

Position 1er 2e 3e
Classement par points 11 000  5 000  2 000 
Sprints intermédiaires 135  45  25 

Le tableau ci-dessous liste les primes accordées en ce qui concerne les prix du meilleur grimpeur (maillot à pois bleus) :

Position 1er 2e 3e
Classement par points 13 000  6 600  3 500 
Cima Alberto Fernandez 1 000  520 
Cols hors catégorie 920  615 
Cols de première catégorie 460  310 
Cols de deuxième catégorie 230  155 
Cols de troisième catégorie 115  80 

Le tableau ci-dessous liste les primes accordées en ce qui concerne les prix du combiné (maillot blanc) :

Position 1er 2e 3e
Classement par points 11 000  5 000  2 000 
  • Chaque jour (hors contres la montre), le plus combatif reçoit une récompense de 200 .
  • Lors de 10 étapes (les 2e, 4e, 7e, 9e, 11e, 14e, 15e, 16e, 18e et 21e étapes), un prix du fair-play d'un montant de 100  est attribué[18].

Récit de la courseModifier

 
Tom Dumoulin, leader du classement général durant six étapes.

L'équipe BMC Racing remporte le contre-la-montre par équipes inaugural. Le coureur slovaque Peter Velits, premier à avoir passé la ligne d'arrivée, revêt le maillot rouge. Cette étape est neutralisée pour le classement général, après que des coureurs et des directeurs sportifs ont jugé le parcours dangereux lors de leur reconnaissance. L'étape ne compte que pour le classement par équipes, l'équipe BMC en prend donc la tête.

Lors de la deuxième étape, Vincenzo Nibali est pris dans une chute collective à 30 kilomètres de l'arrivée. Il effectue alors quelques hectomètres accroché à une voiture de son équipe, sous l'œil des caméras, ce qui lui vaut d'être exclu de la course. L'étape se termine en côte. Le coureur colombien Esteban Chaves, de l'équipe Orica-GreenEDGE, l'emporte. Tom Dumoulin, qui a réussi à rester dans le sillage de Chaves tout au long de la montée, finit par craquer et termine à la deuxième place, Chaves prend la tête du classement général avec 5 secondes d'avances sur Dumoulin.

Peter Sagan remporte la troisième étape au sprint, devant Nacer Bouhanni et John Degenkolb. La quatrième étape étape est gagnée par Alejandro Valverde dans une arrivée en côte, Chavez reste leader.

À 21 ans, l'Australien Caleb Ewan remporte la 5e étape devant Degenkolb et Sagan. Pris dans une cassure, Chavez cède pour une seconde son maillot rouge à Dumoulin. Dans une nouvelle arrivée en côte, Chavez prouve sa supériorité en montée sur ce début de Vuelta. Il attaque à 2,5 km du sommet et remporte l'étape. Troisième, Dumoulin perd son maillot tandis que Dan Martin, 2e de l'étape, monte sur le podium. Lors de la première arrivée en altitude, sur l'Alto de Capileira, les échappés se disputent la victoire d'étape. Dans une échappée à cinq, les trois hommes forts sont le Français Jérôme Cousin, le Biélorusse Ilia Koshevoy et le Néerlandais Bert-Jan Lindeman. Alors qu'il ne reste que 500 mètres à parcourir, Cousin chute et Lindeman bat Koshevoy au sprint. Fabio Aru, qui a attaqué, termine troisième. Les perdants du jour sont Christopher Froome et Tejay Van Garderen, qui déboursent respectivement 30 et 50 secondes.

Le Belge Jasper Stuyven remporte au sprint à Murcie sa première victoire d'étape dans un Grand Tour en devançant Peïo Bilbao (Caja Rural) et Kevin Reza (FDJ) au terme d'une étape marquée par l'abandon sur chute massive de deux favoris, Dan Martin (Cannondale-Garmin) et Tejay Van Garderen (BMC) et des deux sprinteurs Nacer Bouhanni (Cofidis) et Kris Boeckmans (Lotto-Soudal). Esteban Chaves conserve le maillot rouge.

Tom Dumoulin (Giant Alpecin) reprend le maillot rouge de leader de la Vuelta au prix d'une exceptionnelle démonstration de classe dans la montée du Puig Llorença, terme d'une neuvième étape où le Néerlandais bat Chris Froome (Sky) et Joaquim Rodriguez (Katusha). Leader de la Vuelta pendant une seule journée à Vejer de la Frontera, Dumoulin a décramponné la plupart des favoris de cette édition, dont le Colombien Esteban Chaves (Orica-Greenedge), qui le précédait de dix secondes au général au départ de Torrevieja et a terminé près d'une minute derrière lui. 

Kristian Sbaragli s'impose au sprint dans la 10e étape de la Vuelta à Castellon devant les favoris John Degenkolb (Giant-Alpecin) et Jose Joaquin Rojas et offrir à son équipe MTN-Qhubeka sa première victoire dans le Tour d'Espagne. Parfaitement placé dans le final, l'Italien a choisi de lancer son sprint de loin pour surprendre un Degenkolb  nouveau battu en dépit du travail effectué à son service par le maillot rouge Tom Dumoulin, toujours leader de cette Vuelta avant la première journée de repos de mardi.

L'équipe Astana s'offre l'étape reine de cette édition grâce à Mikel Landa tandis que Fabio Aru finit deuxième et devient nouveau maillot rouge, Annoncé comme mythique avec ses six cols et 5 000 mètres de dénivelé, cet 11e acte n'a pas livré le verdict de cette 70e édition, mais déjà sonné le glas des espoirs de certains comme Chris Froome, à la dérive, tandis que Nairo Quintana ou Alejandro Valverde ont affiché leurs limites. Joaquim Rodriguez a limité la casse en prenant la quatrième place à moins de deux minutes de Landa tandis que le maillot rouge au départ d'Andorre-la-Vieille, Tom Dumoulin, et le jeune Colombien Esteban Chaves, n'ont pas sombré. Au général, Aru domine désormais Rodriguez de 27 secondes et Dumoulin de 30[19].

ÉtapesModifier

Étape[18] Date Villes étapes Distance (km) Vainqueur d’étape Leader du classement général
1re étape Sam. 22 août Puerto Banús - Marbella
 
7,4   BMC Racing   Peter Velits
2e étape Dim. 23 août Alhaurín de la Torre - Caminito del Rey
 
165   Esteban Chaves   Esteban Chaves
3e étape Lun. 24 août MijasMalaga
 
164,6   Peter Sagan   Esteban Chaves
4e étape Mar. 25 août Estepona - Vejer de la Frontera
 
203   Alejandro Valverde   Esteban Chaves
5e étape Mer. 26 août Rota - Alcalá de Guadaira
 
182   Caleb Ewan   Tom Dumoulin
6e étape Jeu. 27 août CordoueSierra de Cazorla
 
204   Esteban Chaves   Esteban Chaves
7e étape Ven. 28 août JódarLa Alpujarra (Capileira)
 
188,3   Bert-Jan Lindeman   Esteban Chaves
8e étape Sam. 29 août Puebla de Don FadriqueMurcie
 
188,6   Jasper Stuyven   Esteban Chaves
9e étape Dim. 30 août Torrevieja - Cumbres del Sol (Benitachell)
 
168,3   Tom Dumoulin   Tom Dumoulin
10e étape Lun. 31 août Valence - Castellón
 
152   Kristian Sbaragli   Tom Dumoulin
Mar. 1er septembre Andorre (AND)
 
Journée de repos
11e étape Mer. 2 septembre Andorre-la-Vieille (AND) – Cortals d'Encamp (AND)
 
138   Mikel Landa   Fabio Aru
12e étape Jeu. 3 septembre Escaldes-Engordany (AND) – Lleida
 
172,5   Danny van Poppel   Fabio Aru
13e étape Ven. 5 septembre CalatayudTarazona
 
168   Nélson Oliveira   Fabio Aru
14e étape Sam. 5 septembre Vitoria - Fuente del Chivo (Alto Campoo)
 
213   Alessandro De Marchi   Fabio Aru
15e étape Dim. 6 septembre ComillasSotres
 
175   Joaquim Rodríguez   Fabio Aru
16e étape Lun. 7 septembre LuarcaErmita de Alba
 
184   Fränk Schleck   Joaquim Rodríguez
Mar. 8 septembre Burgos
 
Journée de repos
17e étape Mer. 9 septembre BurgosBurgos
 
39   Tom Dumoulin   Tom Dumoulin
18e étape Jeu. 10 septembre RoaRiaza
 
204   Nicolas Roche   Tom Dumoulin
19e étape Ven. 11 septembre Medina del CampoÁvila
 
185   Alexis Gougeard   Tom Dumoulin
20e étape Sam. 12 septembre San Lorenzo de El EscorialCercedilla
 
181   Rubén Plaza   Fabio Aru
21e étape Dim. 13 septembre Alcalá de HenaresMadrid
 
93,7   John Degenkolb   Fabio Aru

Classements finalsModifier

Classement généralModifier

Cycliste Pays Équipe Temps
1 Fabio Aru     Italie

Astana

en 85 h 36 min 13 s
2 Joaquim Rodríguez     Espagne Katusha + 57 s
3 Rafał Majka   Pologne Tinkoff-Saxo 1 min 09 s
4 Nairo Quintana   Colombie Movistar   1 min 42 s
5 Esteban Chaves   Colombie Orica-GreenEDGE 3 min 10 s
6 Tom Dumoulin     Pays-Bas Giant-Alpecin 3 min 46 s
7 Alejandro Valverde     Espagne Movistar   6 min 47 s
8 Mikel Nieve   Espagne Sky 7 min 06 s
9 Daniel Moreno   Espagne Katusha 7 min 12 s
10 Louis Meintjes   Afrique du Sud MTN-Qhubeka 10 min 26 s
11 Domenico Pozzovivo   Italie AG2R La Mondiale 11 min 10 s
12 David Arroyo   Espagne Caja Rural-Seguros RGA 13 min 29 s
13 Gianluca Brambilla   Italie Etixx-Quick Step 15 min 26 s
14 Bart De Clercq   Belgique Lotto-Soudal 16 min 34 s
15 Romain Sicard   France Europcar 16 min 46 s
16 Kenny Elissonde   France FDJ 17 min 07 s
17 Fabrice Jeandesboz   France Europcar 17 min 10 s
18 André Cardoso   Portugal Cannondale-Garmin 23 min 31 s
19 Giovanni Visconti   Italie Movistar   36 min 19 s
20 Diego Rosa   Italie Astana 43 min 27 s
21 Nélson Oliveira   Portugal Lampre-Merida 44 min 24 s
22 Sergio Henao   Colombie Sky 44 min 30 s
23 Haimar Zubeldia   Espagne Trek Factory Racing 45 min 19 s
24 Fränk Schleck   Luxembourg Trek Factory Racing 48 min 48 s
25 Mikel Landa   Espagne Astana 51 min 30 s

Classements annexesModifier

Classement par pointsModifier

Classement par points
  Coureur Pays Équipe Point(s)
1er Alejandro Valverde     Movistar 118 points
2e Joaquim Rodríguez     Katusha 116 pts
3e Esteban Chaves   Orica-GreenEDGE 108 pts
4e Tom Dumoulin     Giant-Alpecin 105 pts
5e Nicolas Roche   Sky 97 pts
6e Fabio Aru     Astana 97 pts
7e John Degenkolb   Giant-Alpecin 93 pts
8e Rafał Majka   Tinkoff-Saxo 89 pts
9e Nairo Quintana   Movistar 84 pts
10e José Joaquín Rojas   Movistar 76 pts

Classement du meilleur grimpeurModifier

Classement du meilleur grimpeur
  Coureur Pays Équipe Point(s)
1er Omar Fraile     Caja Rural-Seguros RGA 82 points
2e Rubén Plaza   Lampre-Merida 63 pts
3e Fränk Schleck   Trek Factory Racing 30 pts
4e Alessandro De Marchi   BMC Racing 28 pts
5e Mikel Landa   Astana 25 pts
6e José Gonçalves   Caja Rural-Seguros RGA 24 pts
7e Rodolfo Torres   Colombia 22 pts
8e Pierre Rolland   Europcar 20 pts
9e José Joaquín Rojas   Movistar 19 pts
10e Mikaël Cherel   AG2R La Mondiale 18 pts

Classement du combinéModifier

Classement du combiné
  Coureur Pays Équipe Point(s)
1er Joaquim Rodríguez     Katusha 16 points
2e Fabio Aru     Astana 23 pts
3e Tom Dumoulin     Giant-Alpecin 24 pts
4e Rafał Majka   Tinkoff-Saxo 38 pts
5e Esteban Chaves   Orica-GreenEDGE 43 pts
6e Nicolas Roche   Sky 46 pts
7e Mikel Landa   Astana 49 pts
8e José Gonçalves   Caja Rural-Seguros RGA 52 pts
9e Nélson Oliveira   Lampre-Merida 57 pts
10e Fränk Schleck   Trek Factory Racing 59 pts

Classement par équipesModifier

Classement par équipes
  Équipe Pays Temps
1re Movistar     en 256 h 44 min 38 s
2e Sky   + 29 min 47 s
3e Katusha   + 35 min 44 s
4e Astana   + 48 min 24 s
5e Europcar   + h 11 min 0 s
6e Caja Rural-Seguros RGA   + h 20 min 44 s
7e Tinkoff-Saxo   + h 40 min 58 s
8e Lotto-Soudal   + h 43 min 44 s
9e Etixx-Quick Step   + h 55 min 17 s
10e Cofidis   + h 36 min 11 s

UCI World TourModifier

Ce Tour d'Espagne attribue des points pour l'UCI World Tour 2015, seulement aux coureurs des équipes ayant un label WorldTeam.

Position[20],[21] 1er 2e 3e 4e 5e 6e 7e 8e 9e 10e 11e 12e 13e 14e 15e 16e 17e 18e 19e 20e
Classement général 170 130 100 90 80 70 60 52 44 38 32 26 22 18 14 10 8 6 4 2
Par étape 16 8 4 2 1

Évolution des classementsModifier

Liste des participantsModifier

Légende
Num Dossard de départ porté par le coureur sur cette Vuelta Pos. Position finale au classement général
  Indique le vainqueur du classement général   Indique le vainqueur du classement de la montagne
  Indique le vainqueur du classement par points   Indique le vainqueur du classement du combiné
  Indique la meilleure équipe   Indique un maillot de champion national ou mondial,
suivi de sa spécialité
NP Indique un coureur qui n'a pas pris le départ d'une étape,
suivi du numéro de l'étape où il s'est retiré
AB Indique un coureur qui n'a pas terminé une étape,
suivi du numéro de l'étape où il s'est retiré
HD Indique un coureur qui a terminé une étape hors des délais,
suivi du numéro de l'étape
EX Indique un coureur exclu pour non-respect du règlement


Sky
SKY
Num Coureur Pos
1   Christopher Froome (GBR) NP-12
2   Ian Boswell (USA) 71e
3   Sergio Henao (COL) 22e
4   Vasil Kiryienka (BLR)   (Clm) 83e
5   Christian Knees (GER) 91e
6   Mikel Nieve (ESP) 8e
7   Salvatore Puccio (ITA) 77e
8   Nicolas Roche (IRL) 26e
9   Geraint Thomas (GBR) 69e
Directeurs sportifs : Dario Cioni, Gabriel Rasch
AG2R La Mondiale
ALM
Num Coureur Pos
11   Domenico Pozzovivo (ITA) 11e
12   Gediminas Bagdonas (LTU) 154e
13   Mikaël Cherel (FRA) 51e
14   Alexis Gougeard (FRA) 112e
15   Blel Kadri (FRA) 150e
16   Sébastien Minard (FRA) 96e
17   Matteo Montaguti (ITA) 41e
18   Rinaldo Nocentini (ITA) 85e
19   Johan Vansummeren (BEL) 121e
Directeurs sportifs : Julien Jurdie, Didier Jannel
Astana
AST
Num Coureur Pos
21   Fabio Aru (ITA)   1re
22   Dario Cataldo (ITA) 57e
23   Mikel Landa (ESP) 25e
24   Vincenzo Nibali (ITA)   (Route) EX-2
25   Diego Rosa (ITA) 20e
26   Luis León Sánchez (ESP) 33e
27   Paolo Tiralongo (ITA) AB-3
28   Alessandro Vanotti (ITA) 135e
29   Andrey Zeits (KAZ) 68e
Directeurs sportifs : Alexandr Shefer, Stefano Zanini
BMC Racing
BMC
Num Coureur Pos
31   Samuel Sánchez (ESP) AB-14
32   Darwin Atapuma (COL) 56e
33   Marcus Burghardt (GER) NP-3
34   Alessandro De Marchi (ITA) 78e
35   Jempy Drucker (LUX) 118e
36   Amaël Moinard (FRA) 59e
37   Joey Rosskopf (USA) 124e
38   Tejay van Garderen (USA) AB-8
39   Peter Velits (SVK) NP-18
Directeurs sportifs : Yvon Ledanois, Maximilian Sciandri
Caja Rural-Seguros RGA
CJR
Num Coureur Pos
41   David Arroyo (ESP) 12e
42   Carlos Barbero (ESP) 149e
43   Peio Bilbao (ESP) 97e
44   Omar Fraile (ESP)   88e
45   José Gonçalves (POR) 34e
46   Ángel Madrazo (ESP) 44e
47   Lluís Mas (ESP) AB-14
48   Amets Txurruka (ESP) AB-11
49   Ricardo Vilela (POR) 48e
Directeurs sportifs : Eugenio Goikoetxea, Juan Carlos Vázquez
Cofidis
COF
Num Coureur Pos
51   Nacer Bouhanni (FRA) AB-8
52   Yoann Bagot (FRA) 98e
53   Romain Hardy (FRA) AB-11
54   Cyril Lemoine (FRA) 61e
55   Daniel Navarro (ESP) 30e
56   Dominique Rollin (CAN) 116e
57   Stéphane Rossetto (FRA) AB-19
58   Julien Simon (FRA) 74e
59   Geoffrey Soupe (FRA) NP-14
Directeurs sportifs : Didier Rous, Jean-Luc Jonrond
Colombia
COL
Num Coureur Pos
61   Alex Cano (COL) 53e
62   Fabio Duarte (COL) 67e
63   Leonardo Duque (COL) 60e
64   Walter Pedraza (COL) 136e
65   Carlos Quintero (COL) 92e
66   Brayan Ramírez (COL) 127e
67   Miguel Ángel Rubiano (COL) 70e
68   Rodolfo Torres (COL) 32e
69   Juan Pablo Valencia (COL) 87e
Directeurs sportifs : Valerio Tebaldi, Oscar Pelliccioli
Etixx-Quick Step
EQS
Num Coureur Pos
71   Niki Terpstra (NED)   (Clm) NP-18
72   Maxime Bouet (FRA) 28e
73   Gianluca Brambilla (ITA) 13e
74   David de la Cruz (ESP) NP-6
75   Iljo Keisse (BEL) 148e
76   Nikolas Maes (BEL) 107e
77   Pieter Serry (BEL) 62e
78   Martin Velits (SVK) 117e
79   Carlos Verona (ESP) 29e
Directeurs sportifs : Rik Van Slycke, Jan Schaffrath
FDJ
FDJ
Num Coureur Pos
81   Kenny Elissonde (FRA) 16e
82   Arnaud Courteille (FRA) AB-19
83   Mickaël Delage (FRA) 109e
84   Murilo Fischer (BRE) 156e
85   Olivier Le Gac (FRA) 120e
86   Lorrenzo Manzin (FRA) AB-10
87   Laurent Pichon (FRA) 111e
88   Kévin Réza (FRA) 113e
89   Jussi Veikkanen (FIN) AB-11
Directeurs sportifs : Frank Pineau, Thierry Bricaud
IAM
IAM
Num Coureur Pos
91   Sylvain Chavanel (FRA) 47e
92   Marcel Aregger (SUI) 106e
93   Jérôme Coppel (FRA)   (Clm) NP-20
94   Thomas Degand (BEL) AB-9
95   Simon Pellaud (SUI) 119e
96   Matteo Pelucchi (ITA) AB-2
97   Vicente Reynés (ESP) 86e
98   David Tanner (AUS) AB-2
99   Lawrence Warbasse (USA) 38e
Directeurs sportifs : Eddy Seigneur, Mario Chiesa
Lampre-Merida
LAM
Num Coureur Pos
101   Rubén Plaza (ESP) 45e
102   Mattia Cattaneo (ITA) AB-13
103   Valerio Conti (ITA) 151e
104   Kristijan Đurasek (CRO) 63e
105   Tsgabu Grmay (ETH) 125e
106   Ilia Koshevoy (BLR) 144e
107   Przemysław Niemiec (POL) AB-2
108   Nélson Oliveira (POR)   (Clm) 21e
109   Maximiliano Richeze (ARG) 152e
Directeurs sportifs : Orlando Maini, Bruno Vicino
Lotto-Soudal
LTS
Num Coureur Pos
111   Kris Boeckmans (BEL) AB-8
112   Jasper De Buyst (BEL) 126e
113   Bart De Clercq (BEL) 14e
114   Thomas De Gendt (BEL) AB-14
115   Adam Hansen (AUS) 55e
116   Maxime Monfort (BEL) 27e
117   Jurgen Van den Broeck (BEL)   (Clm) NP-18
118   Tosh Van der Sande (BEL) 49e
119   Jelle Vanendert (BEL) 82e
Directeurs sportifs : Mario Aerts, Frederik Willems
Movistar  
MOV
Num Coureur Pos
121   Alejandro Valverde (ESP)   (Route)   7e
122   Andrey Amador (CRC) 40e
123   Imanol Erviti (ESP) 100e
124   Javier Moreno (ESP) 80e
125   Nairo Quintana (COL) 4e
126   José Joaquín Rojas (ESP) 43e
127   Rory Sutherland (AUS) 139e
128   Francisco Ventoso (ESP) 81e
129   Giovanni Visconti (ITA) 19e
Directeurs sportifs : José Luis Arrieta, José Vicente García Acosta
MTN-Qhubeka
MTN
Num Coureur Pos
131   Natnael Berhane (ERI)   (Route) 79e
132   Steve Cummings (GBR) 102e
133   Songezo Jim (RSA) 137e
134   Louis Meintjes (RSA) 10e
135   Youcef Reguigui (ALG) 134e
136   Kristian Sbaragli (ITA) 105e
137   Jay Robert Thomson (RSA) 123e
138   Johann van Zyl (RSA) 128e
139   Jacobus Venter (RSA) 122e
Directeurs sportifs : Jens Zemke, Manel Lacambra
Orica-GreenEDGE
OGE
Num Coureur Pos
141   Esteban Chaves (COL) 5e
142   Mitchell Docker (AUS) AB-13
143   Caleb Ewan (AUS) AB-10
144   Simon Gerrans (AUS) 114e
145   Mathew Hayman (AUS) 130e
146   Damien Howson (AUS) 147e
147   Daryl Impey (RSA)   (Clm) 84e
148   Jens Keukeleire (BEL) 93e
149   Cameron Meyer (AUS) NP-18
Directeurs sportifs : Neil Stephens, Vittorio Algeri
Cannondale-Garmin
TCG
Num Coureur Pos
151   Andrew Talansky (USA)   (Clm) NP-18
152   André Cardoso (POR) 18e
153   Joe Dombrowski (USA) 46e
154   Alex Howes (USA) 129e
155   Benjamin King (USA) 75e
156   Daniel Martin (IRL) AB-8
157   Matej Mohorič (SLO) AB-6
158   Moreno Moser (ITA) 72e
159   Davide Villella (ITA) 94e
Directeurs sportifs : Bingen Fernández, Johnny Weltz
Europcar
EUC
Num Coureur Pos
161   Pierre Rolland (FRA) 50e
162   Yukiya Arashiro (JAP) 65e
163   Jérôme Cousin (FRA) 73e
164   Antoine Duchesne (CAN) 138e
165   Jimmy Engoulvent (FRA) 133e
166   Cyril Gautier (FRA) 58e
167   Tony Hurel (FRA) 145e
168   Fabrice Jeandesboz (FRA) 17e
169   Romain Sicard (FRA) 15e
Directeurs sportifs : Dominique Arnould, Benoît Génauzeau
Giant-Alpecin
TGA
Num Coureur Pos
171   John Degenkolb (GER) 90e
172   Lawson Craddock (USA) 42e
173   Koen de Kort (NED) 64e
174   Tom Dumoulin (NED)   6e
175   Johannes Fröhlinger (GER) 143e
176   Thierry Hupond (FRA) 142e
177   Luka Mezgec (SLO) 108e
178   Tom Stamsnijder (NED) 155e
179   Zico Waeytens (BEL) 157e
Directeurs sportifs : Christian Guiberteau, Addy Engels
Katusha
KAT
Num Coureur Pos
181   Joaquim Rodríguez (ESP)   2e
182   Vladimir Isaychev (RUS) NP-11
183   Pavel Kochetkov (RUS) 76e
184   Alberto Losada (ESP) 31e
185   Tiago Machado (POR) 36e
186   Daniel Moreno (ESP) 9e
187   Gatis Smukulis (LAT)   (Clm) 146e
188   Ángel Vicioso (ESP) 103e
189   Eduard Vorganov (RUS) 39e
Directeurs sportifs : José Azevedo, Guennadi Mikhailov
Lotto NL-Jumbo
TLJ
Num Coureur Pos
191   George Bennett (AUS) 37e
192   Martijn Keizer (NED) 153e
193   Bert-Jan Lindeman (NED) 99e
194   Timo Roosen (NED) 95e
195   Mike Teunissen (NED) 104e
196   Maarten Tjallingii (NED) NP-19
197   Tom Van Asbroeck (BEL) 110e
198   Dennis van Winden (NED) 115e
199   Maarten Wynants (BEL) NP-13
Directeurs sportifs : Merijn Zeeman, Erik Dekker
Tinkoff-Saxo
TCS
Num Coureur Pos
201   Rafał Majka (POL) 3e
202   Daniele Bennati (ITA) 131e
203   Maciej Bodnar (POL) 140e
204   Pavel Brutt (RUS) 101e
205   Jesper Hansen (DEN) 52e
206   Jay McCarthy (AUS) 66e
207   Sergio Paulinho (POR) AB-11
208   Paweł Poljański (POL) 35e
209   Peter Sagan (SVK)   (Route/Clm) NP-9
Directeurs sportifs : Tristan Hoffman, Bruno Cenghialta
Trek Factory Racing
TFR
Num Coureur Pos
211   Fabian Cancellara (SUI) AB-3
212   Markel Irizar (ESP) 89e
213   Yaroslav Popovych (UKR) 132e
214   Fränk Schleck (LUX) 24e
215   Jasper Stuyven (BEL) NP-9
216   Boy van Poppel (NED) 158e
217   Danny van Poppel (NED) 141e
218   Riccardo Zoidl (AUT) 54e
219   Haimar Zubeldia (ESP) 23e
Directeurs sportifs : Dirk Demol, Josu Larrazabal

Notes et référencesModifier

  1. « Calatayud / Tarazona », sur lavuelta.com (consulté le 10 janvier 2015)
  2. « Medina del Campo / Ávila », sur lavuelta.com (consulté le 10 janvier 2015)
  3. (es) « La Vuelta hace oficial su recorrido (Todos los perfiles) », sur biciciclismo.com,
  4. (en) « 2015 Vuelta a España concentrates summit finishes in first two weeks », sur cyclingnews.com,
  5. a b et c « Les grands tours en mue ? », sur velochrono.fr,
  6. a et b (es) « Javier Guillén: “Somos la carrera más variada de las tres grandes” », sur biciciclismo.com,
  7. (en) « Unzue: Andorra is the hardest Vuelta stage I’ve ever seen », sur cyclingnews.com,
  8. (es) « Purito Rodríguez y ´su´ etapa de Andorra: “Dejará huella en el ciclismo mundial” », sur biciciclismo.com,
  9. (es) « Alejandro Valverde: “Sobre todo es un recorrido muy abierto” », sur biciciclismo.com,
  10. (es) « Maté: “Una Vuelta muy atractiva y que da muchas oportunidades a los aventureros” », sur biciciclismo.com,
  11. a b c et d (en) « Vuelta a España 2015 race preview », sur cyclingnews.com, (consulté le 22 août 2015)
  12. a et b « Avec Froome, Quintana, Nibali ou Valverde au départ, c'est la Vuelta du siècle ! », sur eurosport.fr,
  13. (en) « Thomas hoping for 'chilled' Vuelta a España with eye on future Grand Tours », sur cyclingnews.com, (consulté le 22 août 2015)
  14. « La guerre des trois » (consulté le 22 août 2015)
  15. « BMC : Van Garderen sera présent », sur www.sport365.fr (consulté le 17 août 2015)
  16. (nl) « Van den Broeck rijdt niet voor klassement in Vuelta », sur nieuwsblad.be, (consulté le 22 août 2015)
  17. (es) « De Bouhanni a Ewan, las balas de la Vuelta », sur biciciclismo.com,
  18. a b c d e f g h et i [PDF] « La Vuelta 15 - Règlement », sur http://www.lavuelta.com
  19. « Astana assomme la Vuelta - Actualités étape 11 », sur La Vuelta 2015 (consulté le 1er septembre 2016)
  20. « Règlement UCI du sport cycliste - Titre II, épreuves sur route - Chapitre X, classement UCI - Article 2.10.017, Barème des points Femmes élites - version au 24 janvier 2015 » [PDF], sur uci.ch (consulté le 25 mars 2018)
  21. « Règlement UCI du sport cycliste - Titre II, épreuves sur route - Chapitre X, classement UCI - Article 2.10.017, Barème des points Femmes élites - version au 1er novembre 2015 » [PDF], sur uci.ch (consulté le 25 mars 2018)

Voir aussiModifier