Ouvrir le menu principal
Tour d'Espagne 2011
Vuelta a España 2011.png
Généralités
Course
66e Tour d'Espagne
Compétition
Étapes
21
Date
Distance
3 269,6 km
Pays
Lieu de départ
Lieu d'arrivée
Pays traversé(s)
Équipes
18Voir et modifier les données sur Wikidata
Partants
198Voir et modifier les données sur Wikidata
Coureurs au départ
198
Coureurs à l'arrivée
167
Vitesse moyenne
38,47 km/h
Résultats
Vainqueur
Deuxième
Troisième
Classement par points
Meilleur grimpeur
Vainqueur du combiné
Meilleure équipe
Vuelta a España 2011.png

Le 66e Tour d'Espagne s'est déroulé du 20 août au 11 septembre 2011. Il s'agit de la 21e épreuve de l'UCI World Tour 2011.

Vainqueur au sommet de l'Angliru, l'Espagnol Juan José Cobo (Geox-TMC) remporte cette édition, dont il s'adjuge également du classement du combiné. Il s'agit de sa première victoire dans un grand tour. Il devance au classement général les Britanniques Christopher Froome, vainqueur à Peña Cabarga, et Bradley Wiggins du Team Sky. Le Néerlandais Bauke Mollema (Rabobank), 4e du classement général, est le lauréat du classement par points et le Français David Moncoutié celui du maillot à pois du classement de la montagne pour la quatrième année consécutive. Grâce notamment à Cobo, Denis Menchov (5e du classement général) et Carlos Sastre (20e du classement général), la formation Geox-TMC s'impose sur le classement par équipes. Cette Vuelta révèle le Britannique Christopher Froome, qui remportera plusieurs Tours de France par la suite.

Le 13 juin 2019, soit huit ans plus tard, l'UCI annonce que Cobo a été reconnu coupable de violation du dopage, sur la base des données sur son passeport biologique, et que ses résultats de 2009 à 2011, incluant ses succès sur la Vuelta (une étape, le classement général et celui du combiné), sont susceptibles d'être effacés[1]. Une suspension de trois ans a été prononcée à son encontre, mais il n'a pas été précisé si Froome, son dauphin, récupérera la victoire[2].

Sommaire

PrésentationModifier

ParcoursModifier

L'édition 2011 de la Vuelta, que les organisateurs ont voulu « plus intense »[3], débute par un contre-la-montre par équipes de 16 km autour de Benidorm. Après une étape de plaine, les puncheurs auront une occasion de contrarier les plans des équipes de sprinteurs, avec l’Alto de la Santa à 11 km de l'arrivée de la 3e étape. La 4e étape part de Baza, passe par la Sierra de los Filabres, et se termine à la station de Sierra Nevada. La 5e étape comprend l’Alto de Valdepeñas de Jaén à 8 km de l'arrivée et un mur final (avec des passage à 27 %), où s'était imposé en 2010 Igor Antón. La 6e étape arrive à Cordoue et passe par l’Alto de San Jerónimo à 11 km de l'arrivée. La 7e étape est plate.

Entre le 27 et le 31 août, les coureurs doivent enchaîner une étape de moyenne montagne, avec un final comprenant des passages à 28 %, précédé d'un col de première catégorie en début d'étape et de trois ascensions (deux de 2e catégorie et une de 3e) dans les 65 derniers kilomètres, (8e étape), une étape arrivant au sommet de la Sierra de Béjar (9e étape), un contre-la-montre de 40 km autour de Salamanque (10e étape), la première journée de repos et une étape de haute montagne se terminant au sommet de la station de ski de Manzaneda (11e étape). Après une étape de plaine et une étape de moyenne montagne, les coureurs enchaînent deux étapes de haute montagne, finissant chacune au sommet d'une ascension, respectivement la Farrapona et l'Angliru. Puis, les participants de cette Vuelta ont leur deuxième jour de repos, suivie d'une étape de plaine.

Suivent ensuite une arrivée au sommet de Peña Cabarga, où s'est imposé en 2010 par Joaquim Rodríguez, trois étapes de moyenne montagne et la dernière étape, avec le circuit habituel autour de Madrid[4],[5]. Cette Vuelta est qualifié de « très dure », « très complète », « très équilibrée », « pour les grimpeurs », « plus pour les bons grimpeurs que pour les coureurs bons en contre-la-montre » et où « un grimpeur s'imposera »[6].

Ce Tour d'Espagne passe par le Pays basque pour la première fois depuis 33 ans, « une très bonne nouvelle » pour l'organisateur Javier Guillen, due à des « conditions politiques [qui] ont changé depuis deux ans avec un nouveau parti au pouvoir dans la région »[3].

ÉquipesModifier

Les équipes sont connues le 31 mai[7] :

FavorisModifier

Pour le classement généralModifier

Au départ de ce Tour d'Espagne, les principaux prétendants à la victoire finale sont le tenant du titre Vincenzo Nibali (Liquigas-Cannondale), les Espagnols Igor Antón (Euskaltel-Euskadi) qui avait abandonné son maillot rouge de leader l’an dernier sur chute, et Joaquim Rodríguez (Team Katusha) qui lui avait cédé sa tunique de leader dans l’ultime contre-la-montre.

Bradley Wiggins (Team Sky), Jurgen Van den Broeck (Omega Pharma-Lotto), Andreas Klöden et Janez Brajkovič (Team RadioShack), tous victimes de lourdes chutes sur le dernier Tour de France, reportent leurs ambitions sur cette Vuelta. L’Italien Michele Scarponi (Lampre-ISD), 2e du dernier Tour d’Italie et absent du Tour de France, en fait de même.

Parmi les outsiders, on citera les Irlandais Nicolas Roche (AG2R La Mondiale) et Daniel Martin (Garmin-Cervélo), le Russe Denis Menchov (Geox-TMC), le Néerlandais Steven Kruijswijk (Rabobank) et l'Espagnol Carlos Sastre (Geox-TMC)[8].

Les sprinteursModifier

Cette Vuelta marquera la première confrontation entre l’étoile montante du sprint mondial, l’Allemand Marcel Kittel (Skil-Shimano) qui dispute son premier grand tour, et le roi du sprint actuel Mark Cavendish (Team HTC-Highroad)[9].Ce duel sera arbitré par le vétéran Italien Alessandro Petacchi (Lampre-ISD), l’Américain Tyler Farrar (Garmin-Cervélo), le Belge Tom Boonen (Quick Step), l’Espagnol Óscar Freire, le Danois Matti Breschel (Rabobank), l’Argentin Juan José Haedo (Saxo Bank-SunGard) et l'italien Daniele Bennati (Team Leopard-Trek). Le Slovaque Peter Sagan (Liquigas-Cannondale) sera quant à lui le favori des arrivées en légère montée.

Règlement de la courseModifier

Règlement du classement généralModifier

Le leader du classement général, qui porte le maillot rouge, est déterminé par addition des temps individuels réalisés à chaque étape. Des bonifications sont attribuées aux arrivées des étapes individuelles en ligne (20, 12 et 8 secondes aux trois premiers) ainsi que lors des sprints intermédiaires (6, 4 et 2 secondes).

En cas d’égalité les centièmes de secondes enregistrés dans les étapes contre-la-montre individuel sont réincorporés au classement. Si l'égalité persiste (notamment si aucun contre-la-montre individuel n'a encore été disputé) le départage est réalisé par addition des places obtenues dans les étapes et, en dernier ressort, à la place obtenue dans la dernière étape disputée.

Règlement du classement par pointsModifier

À l'issue de chaque étape le leader du classement par points porte le maillot vert. Toutes les étapes individuelles attribuent des points selon le même barême. Aucun point n'est attribué lors du contre-la-montre par équipes.

  • Arrivées : 25 points, 20, 16, 14, 12, 10, 9, 8, 7, 6, 5, 4, 3, 2 et 1 point au quinzième
  • Sprints intermédiaires : 4 points, 2 et 1 point au troisième.

En cas d'égalité les coureurs sont départagés selon les critères suivants : nombre de victoires d'étape, nombre de victoires dans un sprint intermédiaire et enfin classement général.

Règlement du classement de la montagneModifier

Le classement de la montagne, dont le leader porte le maillot blanc à pois bleus, est établi selon le barème suivant :

  • Cima Alberto Fernandez (Sierra Nevada) : 20 points, 15, 10, 6, 4 et 2 points au sixième
  • Arrivée au sommet : 15 points, 10, 6, 4 et 2 points au cinquième
  • Col de 1re catégorie : 10 points, 6, 4, 2 et 1 point au cinquième
  • Col de 2e catégorie : 5 points, 3 et 1 point au troisième
  • Col de 3e catégorie : 3 points, 2 et 1 point au troisième.

En cas d'égalité les critères pour départager sont, dans l'ordre : la première place a la cima Alberto Fernandez, puis par le nombre de premières places sur les arrivées au sommet, puis par les premières places au sommet des cols de 1re puis 2e puis 3e catégorie. En dernier ressort on fera appel à la meilleure place du classement général individuel au temps.

Règlement du classement combinéModifier

Le classement combiné, dont le leader porte le maillot blanc, est réalisé par l'addition des places de chaque coureur aux classements général, par points et de la montagne. Ne sont donc classés que les coureurs qui ont marqué des points dans chacun de ce trois classements, sauf si aucun coureur n'est dans ce cas (on considère alors ceux qui figurent dans deux classements). En cas d'égalité, c'est le classement général qui prime.

Récit de la courseModifier

20 - 22 août : 3 leaders en 3 étapesModifier

La Team Leopard-Trek remporte le contre-la-montre par équipe inaugural, permettant à Jakob Fuglsang (premier coureur de son équipe à franchir la ligne) d'endosser le maillot rouge. Parmi les favoris, Vincenzo Nibali s'en tire le mieux, son équipe Liquigas-Cannondale prenant la deuxième place à 4 secondes. La Team HTC-Highroad complète le podium à 9 secondes. Les Omega Pharma-Lotto de Jurgen Van den Broeck, la Team Katusha de Joaquim Rodríguez et les Euskaltel-Euskadi d'Igor Antón terminent respectivement 8e à 18 secondes, 10e à 25 secondes et 12e à 28 secondes. Les équipes de Bradley Wiggins (Team Sky) et Denis Menchov (Geox-TMC) terminent 20e et 21e, à 42 et 43 secondes. Le lendemain, Chris Sutton (Team Sky) s'impose au sprint devant Vicente Reynés (Omega Pharma-Lotto) et Marcel Kittel (Skil-Shimano), et s'empare du maillot vert. Daniele Bennati (Team Leopard-Trek) subtilise la tête du général à son coéquipier au bénéfice de l’addition des places obtenues. Carlos Sastre (Geox-TMC) et Andreas Klöden (Team RadioShack) perdent respectivement 20 secondes et 1 minute et 18 secondes. Pablo Lastras (Movistar) gagne la 3e étape et prend la tête de tous les classements. Il devance de 15 secondes Sylvain Chavanel (Quick Step), Markel Irizar (Team RadioShack) et Ruslan Pidgornyy (Vacansoleil-DCM), qui le suivent au classement général. Le groupe des favoris, réglé pour la 5e place par Nicolas Roche (AG2R La Mondiale), termine à 1 minute 43 secondes et un 2e peloton, composé notamment de Steven Kruijswijk (Rabobank), Wout Poels (Vacansoleil-DCM), Thomas Lövkvist (Team Sky), Robert Kišerlovski (Astana), Vladimir Karpets (Team Katusha), Denis Menchov et Fabio Duarte (Geox-TMC), est pointé à 3 min 06 s du vainqueur du jour. Klöden perd 12 minutes et 19 secondes.

23 - 26 août : Chavanel en rouge, Rodriguez et Nibali marquent les esprits en équipeModifier

Daniel Moreno (Team Katusha) remporte la 4e étape, 3 secondes devant Chris Anker Sørensen (Saxo Bank-SunGard). Le groupe des favoris, composé de 29 coureurs et réglé pour la troisième place par Daniel Martin (Garmin-Cervélo), termine à 11 secondes. Igor Antón perd 1 minute 27 secondes sur ce groupe. Sylvain Chavanel s'empare du maillot rouge, 43 secondes devant Moreno, qui prend la tête des classements de la montagne et du combiné. Les Katusha marquent les esprits le lendemain, puisque Joaquim Rodriguez remporte l'étape, grâce notamment au travail de Daniel Moreno, troisième à 5 secondes. Wout Poels (Vacansoleil-DCM) est deuxième. Au classement général, si Chavanel est toujours en rouge, le duo effectue un rapproché, Moreno étant deuxième à 9 secondes et Rodriguez troisième à 23 secondes. Le lendemain, les Liquigas-Cannondale, avec Vincenzo Nibali, Peter Sagan, Valerio Agnoli et Eros Capecchi, accompagnés par Pablo Lastras, faussent compagnie au peloton dans la dernière descente de la 6e étape. Sagan remporte l'étape devant Lastras. Nibali termine 4e, ratant donc les bonifications. Un groupe de 10 coureurs, composé notamment de Sylvain Chavanel, Joaquim Rodriguez, Jakob Fuglsang et Michele Scarponi (Lampre-ISD), est pointé à 17 secondes, le peloton à 23 secondes. Au général, Nibali remonte à la troisième place, à 16 secondes de Chavanel. Aucun changement notable au classement général ne s'effectue lors de la 7e étape, remporté à la suite d'un sprint massif, marqué par une chute collective, par Marcel Kittel. Il devance Peter Sagan, qui s'empare du maillot vert, et Óscar Freire (Rabobank).

27 août : Rodriguez fait coup doubleModifier

Joaquim Rodríguez s'impose au sommet du mur qui conclut la 8e étape. Il relègue Michele Scarponi, Bauke Mollema (Rabobank) et Jurgen Van den Broeck à 9 secondes, Jakob Fuglsang à 12 secondes, 5 coureurs dont Igor Antón et Denis Menchov à 15 secondes, et surtout Vincenzo Nibali à 32 secondes. Au classement général, Rodriguez, qui endosse également le maillot vert, prend la première place, avec 32 secondes d'avance sur Moreno, 34 secondes sur Fuglsang, 45 secondes sur Nibali et 51 secondes sur Scarponi.

28 août - 2 septembre : les outsiders au pouvoirModifier

Lors de la 9e étape, à l'issue de l'ascension finale, irrégulière et présentant des passages à plus de 10 %, consacre Daniel Martin, qui s'impose au sprint devant Bauke Mollema. Celui-ci s'empare du maillot rouge. Juan José Cobo (Geox-TMC) complète le podium, à 3 secondes, devant Bradley Wiggins, Christopher Froome (Team Sky), Vincenzo Nibali, Rein Taaramäe (Cofidis), Denis Menchov, Haimar Zubeldia (Team RadioShack) et Fredrik Kessiakoff, qui terminent entre 4 et 12 secondes derrière le vainqueur du jour. Au classement général, Mollema devance Rodriguez de 1 seconde et Nibali de 9 secondes. Kessiakoff et Van den Broeck sont quatrième et cinquième, à 18 et 27 secondes. En revanche, Moreno et Fuglsang chutent aux sixième et septième rangs, à plus de 30 secondes du nouveau maillot rouge. Tony Martin (Team HTC-Highroad) remporte le contre-la-montre, devançant de 59 secondes Froome, nouveau maillot rouge, et de 1 minute 22 secondes Wiggins. Le champion du monde de la spécialité Fabian Cancellara (Team Leopard-Trek) est quatrième, à 1 minute 27 secondes. Au classement général, Froome devance Fuglsang, sixième de l'étape, de 12 secondes et Wiggins de 20 secondes. Nibali est quatrième à 31 secondes, Kessiakoff 5e à 34 secondes. Après cette première semaine, Van den Broeck et Menchov pointent à plus de 2 minutes, Rodriguez à 3 minutes 23 secondes et Antón à 8 minutes 47 secondes. David Moncoutié (Cofidis) s'impose, lors de la 11e étape, pour la 4e année consécutive sur le Tour d'Espagne. Il se rapproche également de son objectif de remporter un quatrième maillot à pois consécutif, n'étant qu'à un point du nouveau leader du classement de la montagne Matteo Montaguti (AG2R La Mondiale). Joaquim Rodriguez reprend 7 secondes sur ses principaux rivaux, tandis que Janez Brajkovič perd 16 secondes, Jakob Fuglsang, Maxime Monfort, Denis Menchov et Michele Scarponi 23 secondes et Christopher Froome, qui s'est sacrifié pour Bradley Wiggins, 27 secondes. Au classement général, les positions sont encore plus serrées, puisque Wiggins endosse le maillot rouge, 7 secondes devant Froome, 11 secondes devant Nibali, 14 secondes devant Kessiakoff et 19 secondes sur Fuglsang. Derrière, Mollema est à 47 secondes et Monfort, Cobo, Zubeldia et Brajkovič à entre 1 et 2 minutes. Peter Sagan s'adjuge lors d'un sprint, avec une bosse juste avant la flamme rouge, la 12e étape, devançant John Degenkolb (Team HTC-Highroad) et Daniele Bennati. Quelques cassures ont été créées dans la dernière montée. Seuls 15 coureurs, dont Kessiakoff et Mollema, qui remporte le premier sprint intermédiaire et les 6 secondes de bonifications, composent le groupe de tête. Vincenzo Nibali et Sylvain Chavanel sont à 4 secondes, la plupart des favoris à 5 secondes. Wiggins conserve son maillot rouge. Michael Albasini (Team HTC-Highroad) remporte la 13e étape, devançant au sprint ses compagnons d'échappée. Le groupe maillot rouge termine à 1 minutes 33 secondes. Nibali, grâce à sa première place lors du premier sprint intermédiaire, grimpe à la deuxième place, à 4 secondes de Wiggins. Il a également attaqué dans la descente du Puerto de Ancares, suivi de Kessiakoff, Mollema et Fuglsang, mais ce quatuor est repris. David Moncoutié endosse le maillot à pois.

3 - 4 septembre : le classement général se décanteModifier

Rein Taaramäe, rescapé de l'échappée matinale, s'adjuge la 14e étape. Il devance les Geox-TMC Juan José Cobo, qui a attaqué à 5 km de l'arrivée, de 25 secondes et David de la Fuente de 29 secondes. Le groupe maillot rouge, réglé par Wout Poels, termine à 45 secondes. Les grand perdants du jour sont Vincenzo Nibali et Joaquim Rodriguez, qui perdent 1 minute 21 secondes sur le groupe maillot rouge. Le Team Sky domine le classement général, puisque Wiggins conserve son maillot rouge, 7 secondes devant Froome. Mollema complète le podium, à 36 secondes. Cobo remonte à la 4e place, à 55 secondes, et Fuglsang reste en 5e position, mais à désormais 58 secondes. Kessiakoff et Nibali chutent aux sixième et septième rangs, à 1 minutes 23 secondes et 1 minute 25 secondes du maillot rouge. Juan José Cobo s'impose au sommet de l'Angliru, 48 secondes devant Wout Poels, Denis Menchov et Christopher Froome. Wiggins craque à 2,5 km du sommet, et termine cinquième à 1 minute 21 secondes, avec Igor Antón dans sa roue. Joaquim Rodriguez, Maxime Monfort, Bauke Mollema et Sergueï Lagoutine (Vacansoleil-DCM) pointent à 1 minute 35 secondes, Vincenzo Nibali à 2 minutes 37 secondes et Jakob Fuglsang à 2 minutes 43 secondes. Grand perdant de l'étape, Fredrik Kessiakoff termine à 21 minutes 45 secondes du vainqueur du jour, qui s'empare également des maillots rouge et blanc. Au classement général, Cobo devance Froome de 20 secondes, Wiggins de 46 secondes et Mollema de 1 minute 36 secondes.

6 - 11 septembre : derniers changementsModifier

Juan José Haedo (Saxo Bank-SunGard) remporte au sprint la 16e étape, devant Alessandro Petacchi (Lampre-ISD) et Daniele Bennati. Le dernier kilomètre de la 17e étape est d'une rare intensité[10],[11]. Christopher Froome y devance Juan José Cobo d'1 seconde et revient à 13 secondes de celui-ci, toujours en rouge, au classement général. Bauke Mollema, qui s'empare du maillot vert, est troisième à 21 secondes et le reste du Top 10 est à moins de 15 s de ce dernier.
Aucun changement au classement général n'est à signaler lors de la 18e étape, où Francesco Gavazzi (Lampre-ISD) devance Kristof Vandewalle (Quick Step) et Alexandre Geniez (Skil-Shimano) et ses autres compagnons d'échappée. Parmi ces derniers, Joaquim Rodriguez, huitième de l'étape, reprend le maillot vert. Le lendemain, la victoire d'étape ne se joue pas au sein de l'échappée. Igor Antón s'impose et sauve ainsi sa Vuelta. Il devance Marzio Bruseghin (Movistar) et Dominik Nerz (Liquigas-Cannondale). Un triplé italien a lieu lors 20e étape, où Daniele Bennati devance lors d'un sprint en petit comité Enrico Gasparotto (Astana) et Damiano Caruso (Liquigas-Cannondale). Il s'agissait pour les favoris de la véritable dernière occasion de bousculer le classement général. Finalement, il n'en sera rien, le dernier col se révélant trop loin de l'arrivée. Mollema revient à égalité de points avec Rodriguez, qui conserve néanmoins son maillot vert. Ce Tour d'Espagne se conclut par un sprint massif. Peter Sagan s'impose à Madrid, devenant ainsi le 1er coureur à s'adjuger 3 étapes pour son premier grand tour[12]. Il devance Bennati et Petacchi. Juan José Cobo, arrivé dans le peloton, remporte donc son premier grand tour, devançant les Britanniques du Team Sky Christopher Froome, révélation de l'épreuve, et Bradley Wiggins, qu'il devance respectivement de 13 secondes et 1 minute 39 secondes. Cobo remporte également le classement du combiné et son équipe Geox-TMC celui par équipe. Bauke Mollema, également 4e du général, subtilise le maillot vert à Joaquim Rodríguez. Enfin, David Moncoutié devient le premier coureur à s'imposer 4 fois consécutives au classement de la montagne[13].

ÉtapesModifier

Étape Date Villes étapes km Vainqueur d’étape Leader du classement général
1re étape Sam. 20 août BenidormBenidorm   13,5 (CLM par équipes)   Team Leopard-Trek   Jakob Fuglsang
2e étape Dim. 21 août La NucíaPlayas de Orihuela   174   Christopher Sutton   Daniele Bennati
3e étape Lun. 22 août PetrelTotana   163   Pablo Lastras   Pablo Lastras
4e étape Mar. 23 août BazaSierra Nevada   170,2   Daniel Moreno   Sylvain Chavanel
5e étape Mer. 24 août Sierra NevadaValdepeñas de Jaén   187   Joaquim Rodríguez   Sylvain Chavanel
6e étape Jeu. 25 août ÚbedaCordoue   193,4   Peter Sagan   Sylvain Chavanel
7e étape Ven. 26 août AlmadénTalavera de la Reina   182,9   Marcel Kittel   Sylvain Chavanel
8e étape Sam. 27 août Talavera de la ReinaSan Lorenzo de El Escorial   177,3   Joaquim Rodríguez   Joaquim Rodríguez
9e étape Dim. 28 août VillacastínSierra de Béjar-La Covatilla   183   Daniel Martin   Bauke Mollema
10e étape Lun. 29 août SalamanqueSalamanque   47 (CLM)   Tony Martin   Christopher Froome
Mar. 30 août (journée de repos)
11e étape Mer. 31 août VerínManzaneda   167   David Moncoutié   Bradley Wiggins
12e étape Jeu. 1er septembre PunteareasPontevedra   167,3   Peter Sagan   Bradley Wiggins
13e étape Ven. 2 septembre SarriaPonferrada   158,2   Michael Albasini   Bradley Wiggins
14e étape Sam. 3 septembre AstorgaLa Farrapona   175,8   Rein Taaramäe   Bradley Wiggins
15e étape Dim. 4 septembre AvilésAlto de l'Angliru   142,2   Juan José Cobo   Juan José Cobo
Lun. 5 septembre (journée de repos)
16e étape Mar. 6 septembre Villa romaine de La OlmedaHaro   203,6   Juan José Haedo   Juan José Cobo
17e étape Mer. 7 septembre Oyón-Faustino VPeña Cabarga (es)   211   Christopher Froome   Juan José Cobo
18e étape Jeu. 8 septembre SolaresNoja   174,6   Francesco Gavazzi   Juan José Cobo
19e étape Ven. 9 septembre NojaBilbao   158,5   Igor Antón   Juan José Cobo
20e étape Sam. 10 septembre BilbaoVitoria-Gasteiz   185   Daniele Bennati   Juan José Cobo
21e étape Dim. 11 septembre Circuit de JaramaMadrid   95,6   Peter Sagan   Juan José Cobo

Classements finalsModifier

Classement généralModifier

 
Juan José Cobo remporte le classement général et le combiné.
Cycliste Pays Équipe Temps
1 Juan José Cobo     Espagne Geox-TMC   en 84 h 59 min 31 s
2 Christopher Froome   Royaume-Uni Team Sky + 13 s
3 Bradley Wiggins   Royaume-Uni Team Sky min 39 s
4 Bauke Mollema     Pays-Bas Rabobank min 3 s
5 Denis Menchov   Russie Geox-TMC   min 48 s
6 Maxime Monfort   Belgique Team Leopard-Trek min 13 s
7 Vincenzo Nibali   Italie Liquigas-Cannondale min 31 s
8 Jurgen Van den Broeck   Belgique Omega Pharma-Lotto min 45 s
9 Daniel Moreno   Espagne Team Katusha min 20 s
10 Mikel Nieve   Espagne Euskaltel-Euskadi min 33 s
11 Jakob Fuglsang   Danemark Team Leopard-Trek min 50 s
12 Chris Anker Sørensen   Danemark Saxo Bank-SunGard min 4 s
13 Daniel Martin   Irlande Garmin-Cervélo min 22 s
14 Marzio Bruseghin   Italie Movistar min 52 s
15 Sergueï Lagoutine   Ouzbékistan Vacansoleil-DCM min 57 s
16 Nicolas Roche   Irlande AG2R La Mondiale 10 min 25 s
17 Wout Poels   Pays-Bas Vacansoleil-DCM 11 min 42 s
18 Robert Kišerlovski   Croatie Astana 13 min 27 s
19 Joaquim Rodríguez   Espagne Team Katusha 15 min 7 s
20 Carlos Sastre   Espagne Geox-TMC   20 min 8 s

Classements annexesModifier

Classement par pointsModifier

Cycliste Pays Équipe Points
1 Bauke Mollema     Pays-Bas Rabobank 122
2 Joaquim Rodríguez   Espagne Team Katusha 115
3 Daniele Bennati   Italie Team Leopard-Trek 101
4 Peter Sagan   Slovaquie Liquigas-Cannondale 100
5 Juan José Cobo      Espagne Geox-TMC   92
6 Christopher Froome   Royaume-Uni Team Sky 88
7 Daniel Moreno   Espagne Team Katusha 83
8 Wout Poels   Pays-Bas Vacansoleil-DCM 71
9 Daniel Martin   Irlande Garmin Cervélo 70
10 Bradley Wiggins   Royaume-Uni Team Sky 69

Classement du meilleur grimpeurModifier

Cycliste Pays Équipe Points
1 David Moncoutié     France Cofidis 63
2 Matteo Montaguti   Italie AG2R La Mondiale 56
3 Juan José Cobo      Espagne Geox-TMC   42
4 Daniel Martin   Irlande Garmin-Cervélo 33
5 Daniel Moreno   Espagne Team Katusha 32
6 David de la Fuente   Espagne Geox-TMC   24
7 Nico Sijmens   Belgique Cofidis 22
8 Christopher Froome   Royaume-Uni Team Sky 21
9 Chris Anker Sørensen   Danemark Saxo Bank-SunGard 20
10 Koen de Kort   Pays-Bas Skil-Shimano 19

Classement du combinéModifier

Cycliste Pays Équipe Points
1 Juan José Cobo      Espagne Geox-TMC   9
2 Christopher Froome   Royaume-Uni Team Sky 16
3 Bauke Mollema     Pays-Bas Rabobank 17
4 Daniel Moreno   Espagne Team Katusha 21
5 Daniel Martin   Irlande Garmin-Cervélo 26
6 Wout Poels   Pays-Bas Vacansoleil-DCM 38
7 Bradley Wiggins   Royaume-Uni Team Sky 39
8 Joaquim Rodríguez   Espagne Team Katusha 48
9 Chris Anker Sørensen   Danemark Saxo Bank-SunGard 51
10 Denis Menchov   Russie Geox-TMC   52

Classement par équipesModifier

Équipe Pays Temps
1 Geox-TMC     Espagne en 254 h 32 min 38 s
2 Leopard-Trek   Luxembourg + 10 min 19 s
3 Euskaltel-Euskadi   Espagne 16 min 44 s
4 Katusha   Russie 43 min 18 s
5 AG2R La Mondiale   France 43 min 27 s
6 Rabobank   Pays-Bas 54 min 32 s
7 Astana   Kazakhstan 58 min 56 s
8 Liquigas-Cannondale   Italie h 1 min 51 s
9 Movistar   Espagne h 5 min 11 s
10 Sky   Royaume-Uni h 9 min 45 s

UCI World TourModifier

Ce Tour d'Espagne attribue des points pour l'UCI World Tour 2011, seulement aux coureurs des équipes ayant un label ProTeam.

Position 1er 2e 3e 4e 5e 6e 7e 8e 9e 10e 11e 12e 13e 14e 15e 16e 17e 18e 19e 20e
Classement général 170 130 100 90 80 70 60 52 44 38 32 26 22 18 14 10 8 6 4 2
Par étape 16 8 4 2 1
Classement individuel
# Coureur Équipe Points
1   Christopher Froome   Team Sky 157
2   Bradley Wiggins   Team Sky 108
-   Bauke Mollema   Rabobank 108
4   Maxime Monfort   Team Leopard-Trek 70
5   Daniel Moreno   Team Katusha 68
6   Vincenzo Nibali   Liquigas-Cannondale 62
7   Peter Sagan   Liquigas-Cannondale 56
8   Jurgen Van den Broeck   Omega Pharma-Lotto 54
9   Daniel Martin   Garmin-Cervélo 44
10   Mikel Nieve   Euskaltel-Euskadi 38
-   Joaquim Rodríguez   Team Katusha 38

Évolution des classementsModifier

Dopage et lutte anti-dopageModifier

En octobre 2012, l’UCI annonce qu'une procédure disciplinaire à l’encontre du coureur espagnol Carlos Barredo est ouverte à la suite d'anomalies dans son passeport biologique[14]. Il est finalement suspendu deux ans et est disqualifié des courses auxquelles il a participé entre le 26 octobre 2007 et le 24 septembre 2011 dont sa 45e place sur cette édition du Tour d'Espagne qui reste vacante[15],[16].

Liste des participantsModifier

Légende
# Dossard de départ porté par le coureur sur cette Vuelta Pos. Position finale au classement général
      Indiquera le vainqueur du classement général       Indiquera le vainqueur du classement de la montagne
      Indiquera le vainqueur du classement par points       Indiquera le vainqueur du classement du combiné
NP Indique un coureur qui n'a pas pris le départ d'une étape,
suivi du numéro de l'étape où il s'est retiré
AB Indique un coureur qui n'a pas terminé une étape,
suivi du numéro de l'étape où il s'est retiré
HD Indique un coureur qui a terminé hors des délais une étape,
suivi du numéro de l'étape
Liquigas-Cannondale
LIQ
# Coureur Pos.
1   Vincenzo Nibali (ITA) 7e
2   Eros Capecchi (ITA) 21e
3   Damiano Caruso (ITA) 74e
4   Mauro Da Dalto (ITA) 147e
5   Alan Marangoni (ITA) 138e
6   Dominik Nerz (GER) 38e
7   Peter Sagan (SVK)
  Champion de Slovaquie
121e
8   Valerio Agnoli (ITA) 105e
9   Francesco Bellotti (ITA) 109e
Manager : Roberto Amadio
AG2R La Mondiale
ALM
# Coureur Pos.
11   Nicolas Roche (IRL) 16e
12   Guillaume Bonnafond (FRA) 26e
13   Dimitri Champion (FRA) 95e
14   Cyril Dessel (FRA) 60e
15   Steve Houanard (FRA) 133e
16   David Le Lay (FRA) 51e
17   Lloyd Mondory (FRA) 84e
18   Matteo Montaguti (ITA) 76e
19   Mathieu Perget (FRA) 24e
Manager : Vincent Lavenu
Andalucía-Cajasur
ACA
# Coureur Pos.
21   David Bernabéu (ESP) 90e
22   José Alberto Benítez (ESP) 130e
23   Antonio Cabello (ESP) 165e
24   Juan José Lobato (ESP) AB-11
25   Adrián Palomares (ESP) 114e
26   José Luis Roldán (ESP) 98e
27   Antonio Piedra (ESP) 72e
28   Jesús Rosendo (ESP) 99e
29   José Vicente Toribio (ESP) 134e
Manager : Antonio Cabello Munoz
BMC Racing
BMC
# Coureur Pos.
31   Mathias Frank (SUI) 94e
32   Martin Kohler (SUI)
  Champion de Suisse du contre-la-montre
111e
33   Taylor Phinney (USA) AB-13
34   Manuel Quinziato (ITA) 131e
35   Mauro Santambrogio (ITA) 88e
36   Ivan Santaromita (ITA) 117e
37   Johann Tschopp (SUI) AB-6
38   Greg Van Avermaet (BEL) 83e
39   Karsten Kroon (NED) AB-14
Manager : Jim Ochowicz
Cofidis
COF
# Coureur Pos.
41   Yoann Bagot (FRA)
42   Nicolas Edet (FRA) AB-8
43   Luis Ángel Maté (ESP)
44   David Moncoutié (FRA)
45   Aleksejs Saramotins (LAT)
46   Nico Sijmens (BEL)
47   Rein Taaramäe (EST)
  Champion d'Estonie du contre-la-montre
AB-17
48   Nicolas Vogondy (FRA) AB-6
49   Julien Fouchard (FRA)
Manager : Éric Boyer
Euskaltel-Euskadi
EUS
# Coureur Pos.
51   Igor Antón (ESP)
52   Iñaki Isasi (ESP)
53   Egoi Martínez (ESP)
54   Mikel Nieve (ESP)
55   Juan José Oroz (ESP)
56   Amets Txurruka (ESP)
57   Gorka Verdugo (ESP)
58   Jorge Azanza (ESP)
59   Pierre Cazaux (FRA)
Manager : Igor González de Galdeano
Geox-TMC
GEO
# Coureur Pos.
61   Juan José Cobo (ESP)
62   David Blanco (ESP)
63   David de la Fuente (ESP)
64   Fabio Duarte (COL)
65   Denis Menchov (RUS)
66   Carlos Sastre (ESP)
67   Mauricio Ardila (COL) AB-5
68   Matthias Brändle (AUT)
69   Dmitry Kozontchuk (RUS)
Manager : Mauro Gianetti
Team HTC-Highroad
THR
# Coureur Pos.
71   Michael Albasini (SUI)
72   Mark Cavendish (GBR) AB-4
73   John Degenkolb (GER)
74   Matthew Goss (AUS) AB-2
75   Bert Grabsch (GER)
  Champion d'Allemagne du contre-la-montre
76   Leigh Howard (AUS)
77   Tony Martin (GER) NP-19
78   Kanstantsin Siutsou (BLR)
  Champion de Biélorussie du contre-la-montre
AB-11
79   Martin Velits (SVK)
Manager : Bob Stapleton
Team Katusha
KAT
# Coureur Pos.
81   Joaquim Rodríguez (ESP)
82   Joan Horrach (ESP)
83   Aliaksandr Kuschynski (BLR)
  Champion de Biélorussie
84   Alberto Losada (ESP)
85   Daniel Moreno (ESP)
86   Luca Paolini (ITA)
87   Vladimir Karpets (RUS)
88   Yury Trofimov (RUS)
89   Eduard Vorganov (RUS)
Manager : Andreï Tchmil
Lampre-ISD
LAM
# Coureur Pos.
91   Michele Scarponi (ITA) AB-14
92   Marco Marzano (ITA)
93   Manuele Mori (ITA)
94   Przemysław Niemiec (POL)
95   Aitor Pérez Arrieta (ESP)
96   Alessandro Petacchi (ITA)
97   Daniele Righi (ITA)
98   Alessandro Spezialetti (ITA) AB-16
99   Francesco Gavazzi (ITA)
Manager : Giuseppe Saronni
Team Leopard-Trek
LEO
# Coureur Pos.
101   Daniele Bennati (ITA)
102   Fabian Cancellara (SUI)
  Champion du monde du contre-la-montre
  Champion de Suisse
NP-17
103   Jakob Fuglsang (DEN)
104   Maxime Monfort (BEL)
105   Stuart O'Grady (AUS)
106   Davide Viganò (ITA)
107   Robert Wagner (GER)
  Champion d'Allemagne
108   Oliver Zaugg (SUI) NP-18
109   Thomas Rohregger (AUT)
Manager : Brian Nygaard
Movistar
MOV
# Coureur Pos.
111   Imanol Erviti (ESP)
112   José Vicente García Acosta (ESP) AB-5
113   Beñat Intxausti (ESP)
114   Ignatas Konovalovas (LTU) AB-17
115   Pablo Lastras (ESP)
116   David López García (ESP) AB-17
117   Sergio Pardilla (ESP) AB-17
118   Marzio Bruseghin (ITA)
119   Ángel Madrazo (ESP) AB-18
Manager : Eusebio Unzué Labiano
Omega Pharma-Lotto
OLO
# Coureur Pos.
121   Jan Bakelants (BEL)
122   Francis De Greef (BEL)
123   Gert Dockx (BEL)
124   Adam Hansen (AUS)
125   Vicente Reynés (ESP)
126   Jurgen Van de Walle (BEL)
127   Jurgen Van den Broeck (BEL)
128   Olivier Kaisen (BEL)
129   Sebastian Lang (GER)
Manager : Geert Coeman
Astana
AST
# Coureur Pos.
131   Fredrik Kessiakoff (SWE)
132   Enrico Gasparotto (ITA)
133   Tanel Kangert (EST)
134   Andrey Kashechkin (KAZ)
135   Robert Kišerlovski (CRO)
136   Andrey Mizourov (KAZ)
  Champion de Kazakhstan
137   Evgueni Petrov (RUS)
138   Alexsandr Dyachenko (KAZ)
139   Josep Jufré (ESP)
Manager : Giuseppe Martinelli
Quick Step
QST
# Coureur Pos.
141   Tom Boonen (BEL) NP-16
142   Dario Cataldo (ITA)
143   Sylvain Chavanel (FRA)
  Champion de France
144   Marc de Maar (CUR)
145   Kevin De Weert (BEL)
146   Nikolas Maes (BEL)
147   Davide Malacarne (ITA)
148   Kevin Seeldraeyers (BEL)
149   Kristof Vandewalle (BEL)
Manager : Patrick Lefevere
Rabobank
RAB
# Coureur Pos.
151   Carlos Barredo (ESP) DSQ[n 1]
152   Matti Breschel (DEN) AB-6
153   Óscar Freire (ESP) AB-8
154   Juan Manuel Gárate (ESP)
155   Steven Kruijswijk (NED)
156   Paul Martens (GER)
157   Bauke Mollema (NED)
158   Luis León Sánchez (ESP)
  Champion d'Espagne du contre-la-montre
159   Tom-Jelte Slagter (NED)
Manager : Erik Breukink
Saxo Bank-SunGard
SBS
# Coureur Pos.
161   Chris Anker Sørensen (DEN)
162   Mads Christensen (DEN)
163   Volodymyr Gustov (UKR)
164   Juan José Haedo (ARG)
165   Jonas Aaen Jørgensen (DEN)
166   Rafał Majka (POL) NP-17
167   Jarosław Marycz (POL)
168   Nick Nuyens (BEL)
169   Nicki Sørensen (DEN)
  Champion du Danemark
Manager : Bjarne Riis
Skil-Shimano
SKS
# Coureur Pos.
171   Alexandre Geniez (FRA)
172   Yukihiro Doi (JPN)
173   Johannes Fröhlinger (GER)
174   Simon Geschke (GER)
175   Marcel Kittel (GER) NP-13
176   Albert Timmer (NED)
177   Tom Veelers (NED)
178   Roy Curvers (NED)
179   Koen de Kort (NED)
Manager : Arend Scheppink
Team Sky
SKY
# Coureur Pos.
181   Kurt Asle Arvesen (NOR) AB-6
182   Dario Cioni (ITA)
183   Christopher Froome (GBR)
184   Thomas Lövkvist (SWE)
185   Morris Possoni (ITA)
186   Ian Stannard (GBR)
187   Christopher Sutton (AUS)
188   Bradley Wiggins (GBR)
  Champion de Grande-Bretagne
189   Xabier Zandio (ESP)
Manager : David Brailsford
Garmin-Cervélo
GRM
# Coureur Pos.
191   Tyler Farrar (USA) AB-8
192   Murilo Fischer (BRA)
  Champion du Brésil
NP-9
193   Heinrich Haussler (AUS)
194   Andreas Klier (GER)
195   Christophe Le Mével (FRA)
196   Daniel Martin (IRL)
197   Andrew Talansky (USA)
198   Johan Vansummeren (BEL)
199   Sep Vanmarcke (BEL)
Manager : Jonathan Vaughters
Team RadioShack
RSH
# Coureur Pos.
201   Janez Brajkovič (SLO)
  Champion de Slovénie du contre-la-montre
202   Matthew Busche (USA)
  Champion des États-Unis
203   Markel Irizar (ESP)
204   Andreas Klöden (GER) AB-13
205   Geoffroy Lequatre (FRA)
206   Tiago Machado (POR)
207   Nélson Oliveira (POR)
  Champion du Portugal du contre-la-montre
208   Sérgio Paulinho (POR)
209   Haimar Zubeldia (ESP)
Manager : Johan Bruyneel
Vacansoleil-DCM
VCD
# Coureur Pos.
211   Matteo Carrara (ITA)
212   Stijn Devolder (BEL)
213   Michał Gołaś (POL) NP-8
214   Martijn Keizer (NED)
215   Sergueï Lagoutine (UZB)
  Champion d'Ouzbékistan
216   Pim Ligthart (NED)
  Champion des Pays-Bas sur route
217   Wout Poels (NED)
218   Santo Anzà (ITA)
219   Ruslan Pidgornyy (UKR)
Manager : Daan Luijkx

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. Carlos Barredo, initialement 45e, a été déclassé en juillet 2014 par l'UCI[15] tandis que la 45e place reste vacante.

RéférencesModifier

  1. « Déclaration de l’UCI concernant Juan José Cobo Acebo », sur Default (consulté le 17 juin 2019)
  2. « Cobo menacé de perdre la Vuelta 2011, Froome pourrait en profiter », sur L'Équipe (consulté le 17 juin 2019)
  3. a et b « "Nous voulons une course plus intense" », sur cyclismactu.net,
  4. « Encore un grand tour costaud ! », sur velochrono.fr,
  5. « La Vuelta 2011 dévoilée », sur eurosport.fr,
  6. « Les réactions sur le parcours », sur cyclismactu.net,
  7. « Cofidis et Geox invitées, pas la FDJ », sur cyclismactu.net,
  8. (en) « Vuelta top ten contenders », sur cyclingnews.com, (consulté le 24 août 2011)
  9. « Kittel face à l'ogre Cavendish », sur lequipe.fr,
  10. « Le kilomètre de l'année », sur eurosport.fr,
  11. « Vidéo 2011 #6 : L’improbable duo », sur velochrono.fr,
  12. « Si Sagan gagne à Madrid... », sur velochrono.fr,
  13. « Moncoutié grime dans l'histoire », sur velochrono.fr,
  14. « Le passeport biologique rattrape Barredo », sur velochrono.fr,
  15. a et b (en) « Menchov case an example of the UCI's "new way of communicating" on doping violations », sur cyclingnews.com, (consulté le 15 juillet 2014)
  16. (en) « Anti-doping Rule Violations », sur uci.ch (consulté le 15 juillet 2014)

Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externesModifier