Geoffrey Soupe

coureur cycliste français
Geoffrey Soupe
Geoffrey Soupe en août 2019 sur le Tour Poitou-Charentes.
Informations
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata (35 ans)
ViriatVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Équipe actuelle
Équipes amateurs
2004EC Bourg-en-Bresse
2005-2006VC Bressan
2007-2008VC Lyon-Vaulx-en-Velin
2009-2010CC Étupes
Équipes professionnelles
2011FDJ
2012FDJ-BigMat
01.2013-06.2013[n 1]FDJ
06.2013-12.2014[n 2]FDJ.fr
2015-2019Cofidis
01.2020-06.2021Total Direct Énergie
06.2021-TotalEnergies
Principales victoires
1 étape de grands tours
Tour d'Espagne (1 étape)

Geoffrey Soupe, né le à Viriat[1] dans l'Ain, est un coureur cycliste français, membre de TotalEnergies. En 2010, il devient champion de France sur route espoirs et vice-champion d'Europe du contre-la-montre espoirs.

Biographie modifier

Débuts modifier

Geoffrey Soupe, originaire d'Attignat dans le département de l'Ain, s'initie au cyclisme à l'École de cyclisme de Bourg-en-Bresse[2]. Lors de ses années cadets, Geoffrey Soupe apprend le cyclisme sur route et le cyclo-cross. En 2003, pour sa première année dans la catégorie, il termine second du championnat de l'Ain et treizième du championnat du Lyonnais[3]. Ses résultats lui valent les premières sélections avec le comité de l'Ain pour participer aux manches des Championnats inter-régionaux cadets[3]. Cette année, il participe et remporte le Mozaïc Tour de l'Ain, une épreuve ouverte aux cadets en parallèle à la course professionnelle du même nom. Lors de la saison de cyclo-cross et pour commencer sa seconde année cadet, il participe aux manches nationales de cyclo-cross, termine second du Championnat Rhône-Alpes[3] et douzième des Championnats de France[4]. Lors de la saison sur route, il est une nouvelle fois sélectionné pour participer aux Championnats inter-régionaux puis aux Championnats de France de l'Avenir sur route où il termine 45e[4].

En 2005, pour son passage dans la catégorie junior, il intègre le Vélo Club Bressan[4] puis le VC Lyon-Vaulx-en-Velin en 2007.

Vers la professionnalisation modifier

En 2007, Geoffrey Soupe entre dans la catégorie espoir et s'engage avec le VC Lyon-Vaulx-en-Velin. En 2008, il remporte chez les amateurs une étape du Tour du Beaujolais ainsi que le classement général du Tour du Béarn.

En 2009, il signe avec le CC Étupes[5], termine deuxième des Boucles de la Marne et prend la huitième place du championnat d'Europe du contre-la-montre espoirs. Il dispute les championnats de France espoirs avec l'équipe de Franche-Comté et remporte deux médailles. Lors de l'épreuve en ligne, il est battu au sprint par Alexandre Lemair[6]. En octobre, il prend la cinquième place du Chrono des Herbiers espoirs.

 
Geoffrey Soupe à gauche porteur du maillot de meilleur grimpeur au Tour de l'Ain 2010.

Le , il prend la quatrième place du championnat de France amateurs. En , il termine vice-champion d'Europe du contre-la-montre espoirs. Il est battu de 14 secondes par le Britannique Alex Dowsett. Il se positionne en favori pour le titre de champion de France du contre-la-montre espoirs, mais il termine seulement sixième et Bernard Bourreau, le sélectionneur de l'équipe de France espoir, justifie ce résultat par un « manque de fraîcheur après le Tour de l'Ain pendant lequel il a été sollicité dans tous les sens[7] » avec notamment le port du maillot de meilleur grimpeur durant deux étapes[8]. Il remporte le dimanche le titre en ligne espoirs, grâce à une attaque dans les derniers kilomètres[9]. Il fait ensuite partie pour la deuxième fois consécutive de l'équipe de France A lors du Tour de l'Avenir[10] aux côtés d'Arnaud Courteille notamment, son futur coéquipier à la FDJ. À la fin de la saison 2010, il est sélectionné par Bernard Bourreau pour participer au championnat du monde dans la catégorie espoirs — réservée au moins de 23 ans — à Melbourne, en Australie[11]. Il prend la dixième place de l'épreuve du contre-la-montre[12] et la 86e de la course en ligne[13].

Premières années comme professionnel à la FDJ (2011-2014) modifier

Lors du championnat de France de l'Avenir 2010, Geoffrey Soupe signe un contrat professionnel avec l'équipe FDJ[14]. Il fait ses débuts professionnels lors de la Tropicale Amissa Bongo au Gabon[15] où il remporte d'emblée sa première course lors de la première étape[16]. Il gagne également à la fin du mois de juillet la première étape du Tour Alsace[17].

En 2012, il participe à son premier grand tour à l'occasion du Tour d'Italie. Il termine troisième de la 2e étape remportée au sprint par Mark Cavendish[18] et dixième de la 11e étape remportée par Roberto Ferrari.

Initialement sprinteur, Soupe se spécialise dans le rôle de « poisson-pilote », notamment au profit de son coéquipier Nacer Bouhanni[19].

Présélectionné pour la course en ligne des championnats du monde 2014[20], il figure dans la sélection finale et accompagne Bouhanni[21].

Cofidis (2015-2019) modifier

 
Geoffrey Soupe lors du départ de Kuurne-Bruxelles-Kuurne 2015.

Le , Cofidis annonce la venue en 2015 de Geoffrey Soupe au sein de son équipe. Il y accompagne son chef de file pour les sprints, Nacer Bouhanni dans l'optique d'être son poisson-pilote, comme dans la période FDJ.fr[19],[22].

Soupe est sélectionné pour la course en ligne des championnats du monde 2016 disputés au Qatar. Il y accompagne son chef de file de Cofidis Bouhanni[23].

En , son contrat dans l'équipe Cofidis est étendu de deux ans[24].

En août 2019, il termine dix-septième de la Polynormande[25]. En 2020, il rejoint Total Direct Énergie.

TotalEnergies (2020-) modifier

En janvier 2023, il remporte à l'occasion de la 1re étape de la Tropicale Amissa Bongo sa première victoire d'étape depuis 2011 lors d'un sprint où il devance le Belge Louis Blouwe (Bingoal WB) et l'Espagnol Antonio Angulo (Burgos-BH). Il s'empare à cette occasion du maillot jaune de leader. Il remporte le 1er septembre 2023, à trente-cinq ans, sa première victoire en UCI World Tour, en surprenant les sprinteurs lors de la 7e étape du Tour d'Espagne à Oliva[26].

Relations au sein du peloton modifier

Poisson-pilote de Nacer Bouhanni au sein de ses équipes successives, Geoffrey Soupe est également un ami et camarade d'entraînement de celui-ci, tout comme de Steve Chainel[27].

Palmarès et classements mondiaux modifier

Palmarès modifier

Résultats sur les grands tours modifier

Tour de France modifier

3 participations

Tour d'Italie modifier

1 participation

Tour d'Espagne modifier

4 participations

Classements mondiaux modifier

  Année20102011201220132014201520162017201820192020202120222023
UCI World Tour197e225e nc nc nc nc
Classement mondial1682e1134e2325e1223e857e1988e2217e225e
UCI Europe Tour777e595e nc 1522e780e1561e850e680e1346e1395e nc
UCI Africa Tour nc 23e nc nc nc nc
Légende : nc = non classéSource : UCI

Notes et références modifier

Notes modifier

  1. Du 1er janvier 2013 au 28 juin 2013
  2. Du 29 juin 2013 au 31 décembre 2014

Références modifier

  1. « Fiche de Geoffrey Soupe », sur equipecyclistefdj.fr (consulté le ).
  2. Jean-François Supié, « Soupe dans la carrière », sur leprogres.fr, (consulté le ).
  3. a b et c « Les résultats 2003 », sur ecbb01.com (consulté le ).
  4. a b et c « Les résultats 2004 », sur ecbb01.com (consulté le ).
  5. « Geoffrey Soupe au CC Etupes », sur directvelo.com (consulté le ).
  6. « France - Espoirs : Classement », sur directvelo.com (consulté le ).
  7. « CLM : La réaction de Bernard Bourreau », sur direct-velo.com, (consulté le ).
  8. « Focus sur Geoffrey Soupe », sur velochrono.fr, (consulté le ).
  9. « Soupe, d’un cheveu », sur cyclismag.com (consulté le ).
  10. « Les équipes de France A et B », sur cyclismactu.net (consulté le ).
  11. Route - Mondial - Espoirs - Avec Le Bon et Gallopin sur ffc.fr
  12. De la graine de champion sur velo101.com
  13. (en) « Australia's Matthews grabs home turf title », sur cyclingnews.com, (consulté le ).
  14. « Geoffrey Soupe néo-pro à la FDJ », sur directvelo.com, (consulté le ).
  15. « FDJ aligne ses trois néo-pros », sur cyclismactu.net/ (consulté le ).
  16. « Première pour Soupe », sur eurosport.fr, (consulté le ).
  17. Alexandre Mignot, « Soupe et Bouhanni pour un doublé FDJ », sur cyclismactu.net, (consulté le ).
  18. François-Xavier Rallet, « Cavendish sur son 31 », sur eurosport.fr, (consulté le ).
  19. a et b Anthony Thomas-Commin, «Ma vie de poisson-pilote», sur lequipe.fr, L'Équipe, .
  20. « Avec Bouhanni, sans Démare », sur lequipe.fr, L'Équipe, .
  21. « La France avec Bouhanni », sur lequipe.fr, L'Équipe, .
  22. Jérémy Blais, « Transfert : Bouhanni chez Cofidis, bien accompagné », sur velo-club.net, .
  23. Jérémy Blais, « Mondiaux : La France avec Nacer Bouhanni et Arnaud Démare », sur cyclingpro.net, .
  24. « Cofidis prolonge Geoffrey Soupe et Julien Simon », sur lequipe.fr, L'Équipe, .
  25. Dominique Turgis, « La Polynormande : Classement », sur directvelo.com, (consulté le ).
  26. « Geoffrey Soupe surprend Kaden Groves et s’offre la plus belle victoire de sa carrière », sur eurosport.fr (consulté le ).
  27. Audrey Tessier, « Steve Chainel et Geoffrey Soupe chez Cofidis », sur 100pour100-velo.com, .
  28. « Championnat de France espoirs » [PDF], sur ffc.fr (consulté le ).

Liens externes modifier

Sur les autres projets Wikimedia :