Ouvrir le menu principal

Lituanie

pays d'Europe

République de Lituanie

(lt) Lietuvos Respublika

Drapeau
Drapeau de la Lituanie.
Blason
Armoiries de la Lituanie.
Devise en lituanien : Vienybė težydi (« Que fleurisse l’unité »)
Hymne Tautiška giesmė
Description de l'image EU-Lithuania.svg.
Administration
Forme de l'État République parlementaire
Président Gitanas Nausėda
Président du Parlement Viktoras Pranckietis
Premier ministre Saulius Skvernelis
Langues officielles Lituanien
Capitale Vilnius

54° 41′ N, 25° 16′ E

Géographie
Plus grande ville Vilnius
Superficie totale 65 303 km2
(classé 120e)
Superficie en eau Négligeable
Fuseau horaire UTC +2
Histoire
Indépendance de l'Empire russe
de l'Union Soviétique
Démographie
Gentilé Lituanien, Lituanienne
Population totale (2018[1]) 2 793 284 hab.
(classé 124e)
Densité 43 hab./km2
Économie
PIB nominal (2018) 53,251 milliards de dollars[2] (84e)
PIB (PPA) 76,3 milliards US$[3]
PIB nominal par hab. (2013) 15 649 US$ [4] (46e)
PIB (PPA) par hab. (2013) 25 374 US$ [4] (42e)
IDH (2013) en augmentation 0,834 (très élevé  ; 35e)
Monnaie Euro (EUR​)
Divers
Code ISO 3166-1 LTU, LT​
Domaine Internet .lt
Indicatif téléphonique +370
Organisations internationales Drapeau des Nations unies ONU
Drapeau de l’Union européenne UE

La Lituanie, en forme longue la république de Lituanie, est un pays d’Europe du Nord situé sur la rive orientale de la mer Baltique, au nord-est de la Pologne, au nord-ouest de la Biélorussie, au sud de la Lettonie et à l'est de l'oblast russe de Kaliningrad. Sa capitale est Vilnius. C'est le plus méridional des Pays baltes ainsi que le plus peuplé et le plus grand en superficie.

Héritière du Grand-duché de Lituanie, indépendante de 1918 à 1940 et de nouveau depuis 1991, sa situation et son histoire mouvementée ont longtemps placé la Lituanie sous dominations étrangères, russe en particulier. La Lituanie a été envahie puis incorporée à l'Union soviétique de juin 1940 à juin 1941, puis à partir de 1944 en dépit d'une résistance qui s'est prolongée jusqu'en 1953. Le pays a recouvré sa souveraineté en 1990. Depuis, comme ses voisins baltes septentrionaux, la Lituanie a intégré l'OTAN le 17 mars 2004, l'Union européenne le et l’Espace Schengen le . La Lituanie a également intégré la zone euro le et est pays membre de l'OCDE depuis 2018.

La Lituanie compte aujourd'hui environ 3 millions d'habitants. À ce titre, le pays est le plus peuplé et le plus visité des trois États baltes.

Le lituanien est une langue balte.

La graphie ancienne Lithuanie (avec un « h ») est abandonnée dans l'orthographe française[5].

HistoireModifier

Article détaillé : Histoire de la Lituanie.

Les premiers hommes sont arrivés en Lituanie approximativement au XIIe millénaire av. J.-C.. En 3000-2500 avant J.C., des Indoeuropéens-Baltes s’y sont installés. Entre le Ve et le VIIIe siècle, des unions de tribus se sont constituées sur les terres occidentales : les Prussiens, les Yotvingiens (en), les Curoniens, les Sémigaliens, les Lituaniens, les Latgaliens. Au Xe siècle, les missions de l’Europe catholique ont commencé à s’intéresser aux Baltes païens. En 1009, le nom de la Lituanie est mentionné pour la première fois dans une description de la mission de St Bruno dans les Annales de Quedlinbourg[6].

L'histoire du Royaume de Lituanie commence par l'unification des tribus lituaniennes par Mindaugas, au milieu du XIIIe siècle, en vue de lutter avec succès contre les Chevaliers teutoniques et les Chevaliers porte-glaives. Sauf cet épisode de royaume catholique de Mindaugas et Morta, le pays est resté païen et est par la suite marqué par les règnes de Vytenis (en) à partir de 1290 et de Gediminas de 1316 à 1341. Après le déclin de la Rus' de Kiev, le Grand-duché de Lituanie dispute aux Mongols l'hégémonie sur les pays russes et étend fortement ses frontières vers l'est et le sud, dans tout le bassin du Dniepr, jusqu'à la mer Noire atteinte en 1412. Son influence contribue à générer les particularités des Biélorusses et des Ukrainiens par rapport aux « Grands-Russes ».

 
Oskar Milosz - un poète lituanien et diplomate en poste à Paris 1920-1938

En 1386, le grand-duc de Lituanie, Jogaila, se marie avec la princesse de Pologne, Hedwige, ce qui crée l'Union de Pologne-Lituanie qui aboutira en 1569 à la création de la République des Deux Nations. Cette union conduit à une forte acculturation de l'élite politique lituanienne, biélorusse et ukrainienne qui adhèrent à la culture et à la langue polonaise, ainsi qu'à la foi catholique. Le Grand-duché de Lituanie perd alors peu à peu de son autonomie[réf. nécessaire] dans la fédération jusqu'à être complètement intégré à la Pologne par la Constitution polonaise du 3 mai 1791. Au terme des trois partages de la Pologne de la fin du XVIIIe, le pays cesse d'exister politiquement en 1795. L'actuel territoire de la Lituanie est alors intégré à l'empire russe jusqu'à la Première Guerre mondiale. L'empire allemand l'occupe en 1915.

La République de Lituanie déclare son indépendance le , mais ne participe pas aux négociations de Brest-Litovsk. L'Allemagne reconnait la République de Lituanie le 23 mars 1918, la Russie soviétique — le 12 juillet 1920, l'Angleterre — le 24 septembre 1919 de facto et le 20 décembre 1922 de jure, les États-Unis — le 28 juillet 1922, la France — le 11 mai 1920 de facto et le 20 décembre 1922 de jure[7]. L'ambassadeur de la République de Lituanie en France était Délégué du Gouvernement Oskaras W. De L. Milosz-Milašius, depuis 1925, Petras Klimas ; en Angleterre, Vincas Čepinskis, en Russie, Simonaitis-Vanagas (1920-1921) et Jurgis Baltrušaitis (1921-1939)[8], le père de l'historien de l'art Jurgis Baltrušaitis.

La Lituanie acquiert Memel alias Klaipėda en 1923, après avoir perdu Vilnius en 1920. Vilnius comportait une forte population polonaise, et le maréchal polonais Józef Piłsudski, héros de l'indépendance polonaise de 1918, était né dans son ressort. À cause du désaccord sur Vilnius, la Lituanie et la Pologne n'entretinrent pas de relations diplomatiques entre 1920 et 1938. C'est donc Kaunas qui fut la capitale de la Lituanie de 1918 à 1940. Fin 1939, les Soviétiques rétrocèderont Vilnius à la Lituanie.

Le 14 juin 1940, le jour-même où les troupes allemandes entrent dans Paris, Staline donne l'ordre d'occuper les trois États baltes : l'Estonie, la Lettonie et la Lituanie[9],[10]. Un an plus tard, en juin, les Soviétiques ont déporté quelque 43 000 citoyens baltes[11].

De l'opération Barbarossa en juin 1941 et jusqu'en juillet 1944, les nazis occupent à leur tour le pays et la Lituanie perd entre 83 % et 85 % de ses Juifs[12],[13],[14] (entre 130 000 et 140 000 personnes), selon les données de Yad Vashem et United States Holocaust Memorial Museum. Une partie de la population non juive a coopéré, mais également une grande partie ont mis leur vie en danger pour sauver des Juifs. Selon les données de Yad Vashem, la Lituanie a le plus grand nombre de Justes parmi les nations, c'est-a-dire de gens qui ont sauvé les Juifs avec succès, par habitant en Europe centrale[15] et le deuxième plus grand nombre dans le monde entier, après les Pays-Bas[15].

Après l'opération Bagration, la Lituanie est à nouveau annexée par l'Union soviétique de 1944 à 1990. Les Soviétiques ont mis en place dans les Pays baltes un système de répression brutale des opposants politiques et de déportations massives, dont des femmes et des enfants, dans des camps de travail forcé en Sibérie[11]. Les jeunes organisent la "Mission Sibérie" depuis 2006 pour s'occuper des tombes lituaniennes là-bas[16],[17],[18],[19]. La résistance contre l'occupation a duré jusqu'en 1953. Les États-Unis[20] et la plupart des pays non-communistes membres de l'ONU, ainsi que, par la suite, le Parlement européen[21],[22],[23], la CEDH et le Conseil des droits de l'homme de l'ONU[24] n'ont pas reconnu l'incorporation de la Lituanie parmi les 15 Républiques socialistes soviétiques et ont continué à la reconnaître de jure comme État souverain[25],[26],[27].

La Lituanie était la première république soviétique à déclarer son indépendance le 11 mars 1990[28], deux années avant la disparition de l'URSS.

Du fait de la non-reconnaissance internationale de son annexion par l'URSS, la Lituanie et ses voisins baltes ont pu, contrairement aux douze autres républiques ex-soviétiques, quitter la sphère d'influence russe, opter pour une politique euro-atlantique et finalement adhérer à l'OTAN en avril 2004, puis à l'Union européenne le .

GéographieModifier

Géographie généraleModifier

 
Carte de la Lituanie.
Article détaillé : Géographie de la Lituanie.

La Lituanie est entourée au nord par la Lettonie, au sud-est et à l'est par la Biélorussie et au sud-ouest par la Pologne et l'enclave russe de Kaliningrad. Le pays est bordé par la mer Baltique sur son flanc occidental.

La Lituanie, comme ses deux voisins baltes, est doté d'un climat continental dans les terres et les influences maritimes de la Baltique sur la côte. L'hiver commence dès le mois de novembre et les températures peuvent descendre jusqu'à −30 °C. Le printemps est relativement court et débute mi-avril par la fonte des neiges, engendrant des campagnes boueuses. L'été est plutôt chaud, avec un mercure variant de 17 à 30 °C dans la capitale. Néanmoins, l'ouest de la Lituanie est marqué par des précipitations importantes.

La Lituanie est un pays plutôt plat et la majeure partie du territoire, située sur le bassin du Niémen, ne dépasse pas 250 mètres d'altitude. Le pays est composé de 45 % de terre agricole[28] et de 35 % de forêt[29],[28], avec de nombreux petits lacs[28].

VillesModifier

Article détaillé : Villes de Lituanie.

PolitiqueModifier

 
Dalia Grybauskaitė, la présidente entre 2009 et 2019
 
Gitanas Nausėda, le président

La Lituanie est une république parlementaire. Ratifiée en octobre 1992, la Constitution prévoit que le président de la République assure la charge exécutive. Celui-ci est élu pour cinq ans au suffrage universel direct et nomme le Premier ministre. Le choix doit être approuvé par le Parlement.

Le Parlement lituanien est le Seimas et est monocaméral. Il se compose de 141 députés élus pour un mandat de quatre ans. Les électeurs disposent de deux bulletins de vote : le premier sert à élire, dans 71 circonscriptions, des députés élus au scrutin uninominal majoritaire à deux tours (le second tour éventuel se déroulant deux semaines après le premier), tandis que le second bulletin de vote sert à exprimer la préférence partisane de l’électeur, qui doit choisir entre plusieurs listes bloquées de 70 noms pour une circonscription nationale unique. Les 70 sièges de ce second contingent sont répartis, à la proportionnelle, entre tous les partis qui atteignent ou dépassent 5 % des suffrages exprimés (le décompte total étant fait à la fois sur les votes personnels exprimés dans les 71 circonscriptions et sur le vote partisan exprimé dans la circonscription unique), le décompte étant par ailleurs compliqué par le fait qu’un électeur a la faculté d’exprimer, au sein de la liste pour laquelle il se prononce, une préférence pour au plus cinq personnes parmi celles figurant sur cette liste.

La Cour constitutionnelle vérifie la conformité des lois à la Constitution, peut être saisie pour avis sur la ratification éventuelle d'un traité, est juge des élections présidentielles et législatives. Enfin elle peut être saisie par tout tribunal dans le cadre d'une question préjudicielle de constitutionnalité (article 110 de la Constitution).

Le pouvoir judiciaire est exercé par des tribunaux indépendants ayant à leur tête la Cour suprême. Depuis 2000, des tribunaux administratifs et une Cour administrative ont été institués.

La Lituanie est aussi un État observateur au sein de l'Organisation internationale de la francophonie.

Les Présidents de la Lituanie et de la France se rencontrent régulièrement[30],[31],[32],[33],[34],[35],[36],[37],[38].

Relations avec l'Union européenneModifier

Les démarches d'adhésion (1990-2004)Modifier

Considérée comme « un maillon indispensable entre l'Europe et le monde slave », la Lituanie manifeste depuis son indépendance en 1990, selon les termes du groupe France-Pays Baltes du Sénat français, « une volonté réelle d'ancrage à l'Europe »[39].

Le pays dépose officiellement sa demande d'adhésion à l'Union européenne le 8 décembre 1995. Elle s'efforce dès lors de satisfaire aux critères politiques et économiques qui conditionnent l'adhésion de tout nouvel État à l'Union européenne[40]. La fermeture exigée par Bruxelles de la centrale nucléaire d'Ignalina, de type Tchernobyl, est l'un des points sensibles de la négociation. Elle reste d'ailleurs un sujet épineux entre l'Europe et la Lituanie[41]. Les 12-13 décembre 1997, le Conseil européen de Luxembourg lance le processus d'adhésion de onze États, dont la Lituanie, et décide que la préparation des négociations avec la Bulgarie, la Lettonie, la Lituanie, la Roumanie et la Slovaquie sera accélérée. Les 10-11 décembre 1999, le Conseil européen d'Helsinki décide d'ouvrir à partir de février 2000 les négociations d'adhésion avec six pays, dont la Lituanie, et les négociations d'adhésion entre l'UE et la Lituanie commencent le 15 février 2000. Les 12-13 décembre 2002, lors du Conseil européen de Copenhague, l'Union européenne et dix pays candidats à l'adhésion scellent leur union par un accord sur les conditions économiques et financières de l'élargissement. Il est décidé que Chypre, Malte, la Hongrie, la Pologne, la République tchèque, la Slovaquie, la Slovénie et les trois États baltes, Estonie, Lituanie et Lettonie rejoindront l'Union le .

Le 10 mai 2003, un référendum concernant l'adhésion à l'Union européenne a lieu et aboutit à la victoire du « oui » par 89,92 % des voix, contre 8,85 % d'opinions négatives (et 1,23 % de bulletins invalidés) ; le traité d'adhésion est signé le 16 avril 2003 à Athènes.

Depuis l'adhésion (2004)Modifier

Article détaillé : Euro en Lituanie.

La Lituanie adhère officiellement à l'Union européenne le .

Le 6 mai 2006, la Commission propose que la Slovénie adopte l'euro au , mais elle rejette la demande similaire de la Lituanie, constatant que les conditions économiques ne sont pas encore pleinement remplies par ce pays[42]. Le taux d'inflation en Lituanie dépasse alors de 0,1 point le maximum autorisé par les critères de convergence[43].

En 2009, la Lituanie est vivement critiquée par l'Union européenne lors de l'adoption au Seimas, le parlement lituanien, d'un amendement à la loi sur la « protection des mineurs » pour interdire dans le pays tout propos favorable à l'homosexualité. Cet amendement considère en effet que toute information publique évoquant favorablement l'homosexualité a des conséquences néfastes sur le développement physique, intellectuel et moral des mineurs[44]. De nombreux députés européens protestent contre cette loi qui, selon les eurodéputés Sophia in't Veld et Ulrike Lunacek, « menace les valeurs européennes, le droit européen et la liberté d'êtres humains »[45]. Le parlement européen vote alors une résolution dans laquelle il demande à la Lituanie de « réexaminer les modifications récentes de sa législation sur la protection des enfants afin d'éviter toute possibilité de discrimination fondée sur l'orientation sexuelle »[46].

Le 1er juillet 2013, elle prend la présidence de l'UE après l'Irlande et passe le relais à la Grèce le 1er janvier 2014.

Le 4 juin 2014, le feu vert pour son passage à l'euro au 1er janvier 2015 lui est donné par la Commission européenne et La Banque centrale européenne [47],[48] : elle devient le 19e pays membre et abandonne de ce fait sa monnaie locale le litas. Cette adhésion entraîne une modification de la gouvernance de la BCE [49].

La Lituanie et la francophonieModifier

La Lituanie fait partie de l'Organisation internationale de la francophonie en tant qu'État observateur[50].

Les infrastructures francophones présentes en Lituanie comptent : l’Institut français de Lituanie[51], de l'École française de Vilnius[51] et de la Chambre de commerce franco-lituanienne[51].

ÉconomieModifier

Articles détaillés : Économie de la Lituanie et Euro en Lituanie.

Jusqu’en 2015, la monnaie nationale était le litas (LTL : 3,45 litas pour 1 euro, taux de change fixe). L'inflation a atteint un pic de 12,3 % en mai 2008[52].

Première république soviétique à avoir cherché à s’affranchir des liens avec l’URSS, la Lituanie a particulièrement souffert des bouleversements économiques consécutifs à la proclamation de son indépendance et à l’effondrement du bloc de l’Est.

Depuis 2004 et son adhésion à l'Union européenne (sans nécessairement de lien de cause à effet), l'économie du pays a connu une forte croissance pendant les années 2000 (près de 10 % par an) : le chômage a chuté grâce au boom de la construction, les prix de l'immobilier ont grimpé en flèche. Mais de nombreux jeunes ont quitté le pays pour la Grande-Bretagne et l'Irlande. Le secteur du textile s'est bien développé ces dernières années pour des marques européennes haut de gamme. L’entrée du pays dans la zone euro a été recherchée notamment afin de stabiliser les institutions financières.

Avant le déclenchement de la crise économique de 2008, la croissance était de 8 % en 2007[53]. En 2008, la crise frappe durement les pays baltes, dont la Lituanie, et les difficultés rencontrées par la Lettonie, l'Estonie et la Lituanie vont jusqu'à faire craindre la faillite des trois États[réf. nécessaire]. La prévision de récession atteint 10 % en avril 2009. Toutefois, grâce à la crise, l'inflation s'est fortement ralentie, et les autorités espèrent ainsi intégrer la zone euro plus rapidement. La crise balte est attribuée partiellement au comportement des banques suédoises[54].

Le mercredi 4 juin 2014, la Commission européenne, ainsi que la Banque centrale européenne ont donné leur feu vert pour l'entrée de la Lituanie dans la zone euro. Le 1er janvier 2015, l’État balte est devenu le 19e membre de la zone euro[55].

Aujourd'hui, le PIB par habitant est environ 22 % plus grand que ce de la Pologne[56], 5 % plus grand que ce de la Lettonie[57] et deux fois plus grand que ce de la Russie[58].

DémographieModifier

 
Évolution de la démographie entre 1992 et 2003 (chiffre de la FAO, 2005). Population en milliers d'habitants.
Article détaillé : Démographie de la Lituanie.

Tableau récapitulatif de la population selon l'ethnicité[59] :

Groupe 1923 1970 2001
Lituaniens 80,1 % 80,1 % 83,45 %
-
Allemands 4,1 % - 0,1
Polonais 3 % 7,7 % 6,74 %
Russes 2,3 % 8,6 % 6,31 %
Biélorusses 12 % 1,5 % 1,23 %
Ukrainiens - 0,8 % 0,65 %
Total 2 028 971 3 128 000 3 483 972
 
Lituaniens
  • En 1923, la région de Vilnius, dont la ville était peuplée majoritairement de Polonais et de Juifs, faisait partie de la Pologne, qui avait annexé la république de Lituanie centrale en 1922. Aujourd'hui, dans beaucoup de fiefs de la région de Vilnius (Trakai par exemple), les Polonais restent majoritaires. À Vilnius, il existe encore beaucoup d'écoles polonaises et russes.
  • Il est probable que la catégorie « Russes » en 1923 incluait des Biélorusses et des Ukrainiens (officiellement 43).
  • L'importante minorité juive de Lituanie (les Litvaks ) a été totalement anéantie par les nazis, la Lituanie ayant été occupée par l'Allemagne de 1941 à 1945.
  • La minorité allemande ou germanisée (« Memelliens » dans le recensement de 1925), surtout présente à Memel (Klaipėda), a été expulsée par l'Armée rouge en 1945, à l'instar de celle de Prusse-Orientale (actuel territoire de Kaliningrad).

La religion prédominante est le catholicisme à 79 %, mais l'orthodoxie (4,07 %), le protestantisme, le judaïsme et l'islam (Tatars baltiques) existent aussi, en tant que religions minoritaires. On trouve également à Trakai les derniers karaïtes d'Europe. Le néo-paganisme est renaissant.[réf. nécessaire]

Il est à noter qu'en 2005, la Lituanie était le pays présentant le plus haut taux de suicides au monde, avec 68,1/100 000 hommes par an et 12,9/100 000 femmes par an[60],[61].

La Pologne accuse les autorités lituaniennes de discrimination envers les Polonais de Lituanie[62].

Environ 1,3 million de Lituaniens habitent en terre étrangère[63],[64].

LanguesModifier

Article détaillé : Langues en Lituanie.

La langue officielle de la Lituanie est le lituanien, qui est la langue maternelle de 85 % de la population.

Le russe est langue maternelle de 7 % de la population.

SportsModifier

Article détaillé : Sport en Lituanie.
Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (juin 2014)
Pour l'améliorer, ajoutez des références vérifiables [comment faire ?] ou le modèle {{Référence nécessaire}} sur les passages nécessitant une source.

Le sport numéro 1 en Lituanie est le basket-ball. Depuis son indépendance en 1990, la Lituanie est devenu une équipe de premier plan mondial. L'équipe nationale a terminé trois fois à la troisième place des Jeux olympiques en 1992 à Barcelone, en 1996 à Atlanta et en 2000 à Sydney. C'est une des meilleures nations européennes (avec notamment un titre de championne d'Europe en 2003) avec l'Espagne, la France, la Serbie, la Russie et la Grèce. Parmi les meilleurs joueurs, Saulius Štombergas, Ramūnas Šiškauskas, Artūras Karnišovas, Kšyštof et Darjuš Lavrinovič, Šarūnas Jasikevičius qui fut porte-drapeau de la délégation lituanienne à Pékin et qui a longtemps évolué en NBA.

En football, l'équipe nationale lituanienne est une équipe très rugueuse et physique dont les points forts sont son bloc défensif ainsi que son jeu aérien. Elle peut poser des problèmes à nombre de bonnes équipes ; lors des qualifications pour l'Euro 2008, elle a notamment réussi un match nul en Italie et lors de ses deux confrontations avec l'équipe de France, cette dernière a dû attendre à chaque fois la fin du match pour réussir à l'emporter. Ses meilleurs joueurs sont Tomas Danilevičius (Bologne FC 1909) qui est le meilleur buteur en sélection de l'histoire avec 13 buts, Edgaras Jankauskas (CF Belenenses) qui est passé aussi par le FC Porto, le FC Bruges et l'OGC Nice, et Andrius Velička (Rangers Football Club).

En cyclisme, la Lituanie possédait deux coureurs de bon niveau au début des années 2000 avec le grimpeur Marius Sabaliauskas (passé par chez Lampre notamment), et surtout avec Raimondas Rumšas qui termina troisième du Tour de France 2002, mais déchu pour dopage quelques jours après l'arrivée de ce Tour, et qui a depuis totalement disparu de la circulation. La relève fut assurée par le très bon Tomas Vaitkus qui est un bon sprinteur, un bon rouleur ainsi qu'un bon spécialiste des classiques flandriennes, il a notamment remporté une étape du Tour d'Italie en 2006 et terminé sixième du prestigieux Tour des Flandres en 2007. Ramūnas Navardauskas porta le maillot rose de leader sur le Tour d'Italie 2012 et remporta la 19e étape du tour de France 2014, ce qui fait de lui le premier Lituanien à remporter une étape du Tour de France.

En hockey sur glace, l'équipe nationale lituanienne est classée 25e au classement IIFH et évolue en deuxième division mondiale. Elle a cependant un joueur de très haut niveau avec Dainius Zubrus qui a évolué dans la LNH de 1996 à 2016 chez les Flyers de Philadelphie, les Canadiens de Montréal, les Capitals de Washington, les Sabres de Buffalo, les Devils du New Jersey et les Sharks de San José.

En athlétisme, la Lituanie est présente essentiellement à travers le lancer du disque, discipline très populaire. La Lituanie connut de grands lanceurs, comme Romas Ubartas (champion olympique en 1992 à Barcelone) et surtout Virgilijus Alekna qui est sûrement le meilleur lanceur de disque de la dernière décennie avec à son palmarès deux titres de champion olympique en 2000 et 2004 et 2 titres de champions du monde en 2003 et 2005. Cependant Virgilijus Alekna qui a dominé sa discipline de main de fer entre 2000 et 2006 est depuis deux ans un peu plus en retrait, notamment par rapport à l’Estonien Gerd Kanter, malgré une médaille de bronze aux JO de Pékin.

Si le tennis lituanien est absent du haut-niveau mondial, la donne pourrait peut-être changer dans les années à venir avec Ričardas Berankis qui termina l'année 2007 à la place de numéro 1 mondial junior.

Enfin, la Lituanie est aussi présente dans les compétitions de natation par l'intermédiaire de la nageuse Rūta Meilutytė, qui remporta l'or olympique à Londres en 2012 et qui améliora les records d'Europe des 100 m brasse en grand et en petit bassin ainsi que celui du 50 m brasse en petit bassin en 2012 alors qu'elle n'avait que 15 ans. Elle est toujours détentrice de ces trois records en mai 2013.

Galerie de sportifs lituaniensModifier

CultureModifier

Articles détaillés : Culture de la Lituanie et Musique lituanienne.

La bande dessinée Haïkus de Sibérie raconte l'histoire des deportations des enfants pas les Soviétiques[65].

Fêtes et jours fériés
Date Nom français Nom local Remarques
16 février Fête nationale Commémorant son indépendance en 1918
11 mars Fête nationale Commémorant la restauration de son indépendance en 1990
lundi de Pâques
24 juin Saint Jean Rasos/Joninės Fête païenne, qui célèbre la nuit la plus courte de l'année
6 juillet Jour de l'État Le couronnement de Mindaugas en 1253
25-26 décembre Noël Kalėdos Noël

CodesModifier

La Lituanie a pour codes :

Notes et référencesModifier

  1. (en) « The World Factbook — Central Intelligence Agency », sur www.cia.gov (consulté le 4 avril 2018).
  2. (en) « Lithuania », sur data.worldbank.org (consulté le 31 août 2019)
  3. PIB à parité de pouvoir d'achat, d'après le Fonds monétaire international (FMI)
  4. a et b Fonds monétaire international, World Economic Outlook Database - Données pour l'année 2013.
  5. l’orthographe utilisée (ou recommandée) par différents publications officielles, organismes internationaux et dictionnaires
  6. « Bienvenue en Lituanie », sur Ministère des Affaires étrangères de la République de Lituanie (consulté le 7 août 2019).
  7. « Bienvenue en Lituanie », sur fr.mfa.lt.
  8. (lt) « Lietuvos konsulinė tarnyba », sur www.lrkm.lt.
  9. (lt) « Istorikas S. Jazavita: galime daug pasimokyti iš Lietuvos ir Prancūzijos XX a. diplomatijos », sur Bernardinai.lt (consulté le 6 août 2019).
  10. « Poutine reconnaît comme "une tragédie" l'annexion des pays baltes par les Soviétiques », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le 6 août 2019).
  11. a et b « Les pays baltes dénoncent l'idée de commémorer le début de l'occupation soviétique », sur FIGARO, (consulté le 6 août 2019).
  12. (en) « FAQs | www.yadvashem.org », sur www.yadvashem.org (consulté le 13 août 2019).
  13. (en) « Jewish Losses during the Holocaust: By Country », sur encyclopedia.ushmm.org (consulté le 13 août 2019).
  14. (en) Jennifer Rosenberg, « How Many Jews Were Murdered per Country During the Holocaust? », sur ThoughtCo (consulté le 13 août 2019).
  15. a et b « Statistiques | www.yadvashem.org », sur www.yadvashem.org (consulté le 6 août 2019).
  16. (en) « Titulinis », sur Misija Sibiras (consulté le 6 août 2019).
  17. (sv) Påhl Ruin, « Mission Siberia « balticworlds.com », sur balticworlds.com (consulté le 6 août 2019).
  18. (en) « Lithuanian president to meet with Mission Siberia team », sur www.baltictimes.com (consulté le 6 août 2019).
  19. (lt) « Russia refuses visas to Mission Siberia participants », sur lrt.lt, (consulté le 6 août 2019).
  20. (en) Ferdinand Feldbrugge, Gerard Pieter van den Berg et William B. Simons, Encyclopedia of Soviet law, BRILL, (ISBN 90-247-3075-9, lire en ligne), p. 461« On March 26, 1949, the US Department of State issued a circular letter stating that the Baltic countries were still independent nations with their own diplomatic representatives and consuls. ».
  21. (en) Motion for a resolution on the Situation in Estonia par le Parlement européen, B6-0215/2007, 21.05.2007; passée le 24.05.2007. Consulté le 1er janvier 2010
  22. (en) Renaud Dehousse, « The International Practice of the European Communities: Current Survey », European Journal of International Law, vol. 4, no 1,‎ , p. 141 (lire en ligne[archive du ], consulté le 9 décembre 2006).
  23. (en) European Parliament, « Resolution on the situation in Estonia, Latvia, Lithuania », Official Journal of the European Communities, vol. 42/78,‎ (lire en ligne).
  24. (en) « Seventh session Agenda item 9 »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), United Nations, Human Rights Council, Mission to Estonia, (consulté le 1er mai 2009) : « The Molotov–Ribbentrop Pact in 1939 assigned Estonia to the Soviet sphere of influence, prompting the beginning of the first Soviet occupation in 1940. After the German defeat in 1944, the second Soviet occupation started and Estonia became a Soviet republic. ».
  25. (en) David James Smith, Estonia: independence and European integration, Routledge, 2001, (ISBN 0-415-26728-5), pXIX
  26. (en) Bruce Parrott, State building and military power in Russia and the new states of Eurasia, M.E. Sharpe, (ISBN 1-56324-360-1), « Reversing Soviet Military Occupation », p. 112–115.
  27. (en) Peter Van Elsuwege, Russian-speaking minorities in Estonian and Latvia: Problems of integration at the threshold of the European Union, Flensburg Germany, European Centre for Minority Issues, (lire en ligne), p. 2« The forcible incorporation of the Baltic states into the Soviet Union in 1940, on the basis of secret protocols to the Molotov-Ribbentrop Pact, is considered to be null and void. Even though the Soviet Union occupied these countries for a period of fifty years, Estonia, Latvia and Lithuania continued to exist as subjects of international law. ».
  28. a b c et d (en) « Europe :: Lithuania — The World Factbook - Central Intelligence Agency », sur www.cia.gov (consulté le 13 août 2019).
  29. (en) « UNdata », sur data.un.org (consulté le 13 août 2019).
  30. (en) « President Grybauskaitė congratulates president of France on his 60th birthday », sur DELFI (consulté le 9 août 2019).
  31. « Entretien du président François Hollande avec son homologue lituanienne Dalia Grybauskaité », sur La France en Lituanie (consulté le 9 août 2019).
  32. (en) « Macron: France to stand by Baltic countries on security », sur This is Money, (consulté le 9 août 2019).
  33. (en) « Unexpected words to Grybauskaitė from Trump and Macron », sur DELFI (consulté le 9 août 2019).
  34. « Les Présidents D. Grybauskaite et E. Macron à l’OCDE (30 mai 2018) », sur La France en Lituanie (consulté le 9 août 2019).
  35. (en) « Dalia Grybauskaite and Emmanuel Macron at European Social Summit in Gothenburg in 2017 », sur Zimbio (consulté le 9 août 2019).
  36. (en) « Lithuanian president backs Macron's idea of EU rapid reaction force », sur DELFI (consulté le 9 août 2019).
  37. Emmanuel Berretta, « Dalia Grybauskaite, la Lituanienne qui se verrait bien remplacer Juncker », sur Le Point, (consulté le 9 août 2019).
  38. (lt) « Nausėda invites Macron to visit Vilnius, as France announces troop deployment to Lithuania », sur lrt.lt, (consulté le 9 août 2019).
  39. « La Lituanie : pays entre deux mondes », sur www.senat.fr.
  40. http://www.ladocumentationfrancaise.fr/dossiers/elargissement-union-europeenne/lituanie.shtml#p2
  41. « La Lituanie veut retarder la fermeture de la centrale d'Ignalina », sur euronews.net, .
  42. « Chronologie », sur www.ladocumentationfrancaise.fr.
  43. Jean Quatremer, « Coulisses de Bruxelles - L’élargissement victime du « non » ? », sur bruxelles.blogs.liberation.fr, .
  44. « La Lituanie interdit toute publicité de l'homosexualité », sur Le Point.fr, .
  45. « Débats - Mercredi 16 septembre 2009 », sur www.europarl.europa.eu (consulté le 14 août 2019)
  46. « http://www.europarl.europa.eu/news/expert/infopress_page/019-60714-257-09-38-902-20090915IPR60711-14-09-2009-2009-false/default_fr.htm »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?)
  47. 20 minutes no 2675, Monde, page 9, « UNION EUROPÉENNE, La Lituanie devrait passer à l'euro en 2015 », jeudi 5 juin 2014
  48. metronews no 2186 page 6, actu monde, « La Lituanie adopte l'euro sans le soutien de son peuple », jeudi 5 juin 2014
  49. [PDF] « L’entrée de la Lituanie dans la zone euro et ses conséquences pour la Banque centrale européenne », Fondation Robert-Schuman, (consulté le 22 décembre 2014).
  50. « 84 États et gouvernements - Organisation internationale de la Francophonie », sur www.francophonie.org.
  51. a b et c « Présence française - La France en Lituanie », sur www.ambafrance-lt.org.
  52. « Nouveau record de l'inflation en mai dans la zone euro, à 3,7 % », sur Le Monde, (consulté le 14 août 2019)
  53. « Fiche pays : Lituanie », sur interex.fr.
  54. « La Lettonie prépare des coupes budgétaires de 20 % à 40 % », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le 9 août 2019).
  55. « L'UE donne son feu vert à la Lituanie pour entrer dans la zone euro - Le Monde », .
  56. (en) « Country comparison Lithuania vs Poland GDP per capita (Dollars) 2019 », sur countryeconomy.com (consulté le 9 août 2019).
  57. (en) « Country comparison Latvia vs Lithuania GDP per capita (Dollars) 2019 », sur countryeconomy.com (consulté le 9 août 2019).
  58. (en) « Country comparison Lithuania vs Russia GDP per capita (Dollars) 2019 », sur countryeconomy.com (consulté le 9 août 2019).
  59. (en) « Population by ethnicity - Statistics Lithuania », sur stat.gov.lt.
  60. (en) Tableau de l'OMS (décembre 2005).
  61. (en) Statistiques de l'OMS (06-06-2006)
  62. « La minorité polonaise de Lituanie joue la carte russe », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le 7 août 2018).
  63. (en) « A global Lithuania », sur www.lithuania.travel (consulté le 6 août 2019).
  64. « Chicago est la deuxième plus grande ville lituanienne », sur Slate.fr, (consulté le 6 août 2019).
  65. « Memoire et histoire en bande dessinée : les deportations staliniennes racontées par un enfant survivant », sur fr.mfa.lt.

Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

BibliographieModifier

  • Suzanne Champonnois, François de Labriolle, Dictionnaire historique de la Lituanie, Crozon, Éditions Armeline, 2001. (ISBN 2-910878-17-1)
  • Suzanne Champonnois, François de Labriolle, Estoniens, Lettons, Lituaniens. Histoire et destins, Crozon, Éditions Armeline, 2004. (ISBN 2-910878-26-0)
  • Yves Plasseraud, Les États baltiques. Des sociétés gigognes. La dialectique majorités-minorités, 2e éd., Brest, Éditions Armeline, 2006. (ISBN 2-910878-23-6)
  • Dominique P. Dubarry, Les rencontres franco-baltes. 800 ans d’histoires partagées, Romain Pages Éditions, 239 pages, octobre 2006.
  • Henri Minczeles, Yves Plasseraud, Suzanne Pourchier, Les Litvaks. L’héritage universel d’un monde juif disparu, Paris, La Découverte, 2008, 320 p.

Article connexeModifier

Liens externesModifier