Wikipédia:Lumière sur/Septembre 2014


Présentation

Cette page est consacrée à l’organisation et à la maintenance du cadre Wikipédia:Lumière sur de la page d’accueil de Wikipédia. Celui-ci est rempli par l’appel de la page correspondante, dont le contenu est renouvelé quotidiennement de façon automatique. Lorsqu'un article est labellisé à la suite d'un vote AdQ ou BA, il faut créer une sous-page « Wikipédia:Lumière sur/Nom de l'article labellisé ». Cette dernière comprend le résumé introductif de l'article (avec un maximum de 400 mots). L'article sera ensuite mis en lumière sur la page d’accueil le jour programmé.

Il n'y a pas de « sélection », tous les articles de Wikipédia apparaissent sur la page d'accueil, une fois labellisés. Ils peuvent également repasser une nouvelle fois après plusieurs années, s'ils ont été remis à neuf par le projet Après label.

Pour rédiger une Lumière sur un article, suivez les instructions de la page d'aide.

Programme du mois

Lundi 1er septembre 2014

Xavier Forneret, surnommé « l'Homme noir, blanc de visage », né à Beaune (Côte-d'Or) le et mort dans la même ville le , est un écrivain, dramaturge et poète français.

Riche propriétaire de vignobles en côte de Beaune, dans les domaines de Pernand et Savigny notamment, Xavier Forneret a dilapidé le patrimoine familial en menant une existence de marginal excentrique. Sa fortune lui permet de publier lui-même ses ouvrages à compte d'auteur et de faire représenter son théâtre à ses frais, sans jamais rencontrer le succès. De son vivant, Charles Monselet lui consacre un article dans Le Figaro, qui fonde sa légende comme « l'Inconnu du romantisme ».

Représentant une tendance frénétique du romantisme français, Xavier Forneret est associé par les critiques littéraires aux petits romantiques, « expression trop étroite », selon Jean-Luc Steinmetz, « pour contenir tant de personnalités disparates, qu’aucune minoration ne parvient à réduire à merci ». Selon François Dominique, sa personnalité originale « se rattache à cette tradition d'isolés qui forment en fait un ensemble remarquable : Alphonse Rabbe, Philothée O'Neddy, Pétrus Borel, Philarète Chasles, Alphonse Esquiros, Lacenaire et Charles Lassailly ».

Son œuvre a été tirée de l'oubli par les surréalistes, qui le rapprochent de Lautréamont et de Raymond Roussel. Il est considéré par André Breton comme un précurseur de l'écriture automatique et un maître de l'humour noir. Le prix de l'Humour noir en littérature a été nommé en son honneur, depuis sa création par Tristan Maya en 1954.

Mardi 2 septembre 2014

Le Doric est un paquebot britannique mis en service en 1923 pour la White Star Line. C'est le deuxième navire de la compagnie à porter ce nom. Construit par les chantiers Harland & Wolff à Belfast, ce navire est le deuxième et dernier navire de la compagnie à être exclusivement propulsé par des turbines.

Paquebot de taille moyenne et de faible vitesse pour l'époque, divisé en deux classes, il est conçu pour desservir le Canada, ce qu'il fait de sa mise en service, en juin 1923, jusqu'en 1932. Il est accompagné sur cette route par un navire similaire, le Regina, à l'origine exploité par la Dominion Line. Cette décennie de service canadien se déroule sans incident majeur. Lorsque la White Star abandonne cette ligne, le Doric est affecté à des croisières, rencontrant un grand succès auprès des jeunes couples de l'époque.

Lorsque la compagnie fusionne avec sa rivale, la Cunard Line, le Doric est conservé au sein de la nouvelle flotte. Cependant, une collision avec un autre navire, en septembre 1935, scelle son destin. Sévèrement endommagé et économiquement irréparable, malgré son jeune âge, il est décidé de le faire démanteler. Il est conduit chez les démolisseurs à la fin de cette même année.

Mercredi 3 septembre 2014

Le Groupe sportif Consolat, ou Consolat Marseille, est un club français de football fondé en 1964 et basé à Marseille, dans le département des Bouches-du-Rhône. Le club tire son nom de la cité Consolat située dans le quartier marseillais de La Calade.

Créé en 1964 par des familles de la Cité de Consolat, le club est présidé depuis 1983 par Jean-Luc Mingallon. Président emblématique du GS Consolat, il pousse l'équipe, qui évoluait alors en championnat départemental, à gravir les échelons. Cela se traduit par une montée en Division d'Honneur en 1999.

En 2006, le club atteint le niveau national amateur, avec la montée en CFA 2 (D5). Cette montée entraîne alors de nombreux derbys avec la réserve de l'Olympique de Marseille et l'US Endoume. La volonté de devenir « le deuxième club de Marseille » est réalisée quand le GS Consolat accède au CFA en 2011. Cette montée est suivie par un titre en 2014, permettant au club de disputer le National pour la première fois de son histoire.

Pour la première saison à ce niveau, coïncidant avec le cinquantenaire du club, l'ancien international William Prunier est nommé entraîneur. Le club ambitionne alors de devenir professionnel.

Jeudi 4 septembre 2014

Mouxy est une commune française, située dans le département de la Savoie en région Rhône-Alpes. Elle fait partie de l'unité urbaine d'Aix-les-Bains.

S'élevant sur les contreforts des Préalpes, et plus particulièrement sur les premières pentes du massif des Bauges, la commune n'a cessé d'accroître son nombre d'habitants depuis 1930. La ville est implantée à proximité d'une grande zone urbaine avec les villes d'Aix-les-Bains et de Chambéry, plus grandes villes du département. Traversée par plusieurs cours d'eau, la commune accueille également sur son territoire une partie du mont Revard.

La commune fut habitée depuis le Néolithique. L'histoire de la commune est marquée par celle de la Savoie. En effet, la commune est devenue française à la suite de l'annexion de la Savoie par la France.

Mouxy possède aussi une grande richesse naturelle : elle appartient à trois zones naturelles d'intérêt écologique, faunistique et floristique (ZNIEFF) de la région Rhône-Alpes avec une importante diversité animale et surtout végétale. Celle-ci résulte en partie de la faible urbanisation dans les forêts du Revard et des Bauges.

Ses habitants sont appelés Moussards, et Meussords en patois savoyard, la langue du département.

Vendredi 5 septembre 2014

La Sittelle du Yunnan (Sitta yunnanensis) est une espèce d'oiseaux de la famille des Sittidae. C'est une petite sittelle, mesurant 12 cm de longueur, sans dimorphisme sexuel prononcé. Les parties supérieures sont gris-bleu, contrastant avec les parties inférieures claires et unies, chamoisées. Elle a un fin sourcil blanc, distinct quand le plumage est frais, et surmontant un trait oculaire noir prononcé. C'est un oiseau bruyant, produisant des sons simples et nasillards, parfois en séries répétitives. Son écologie est très mal connue : elle se nourrit d'insectes et la reproduction a lieu vers le mois de mars.

La Sittelle du Yunnan est endémique du Sud-Ouest de la Chine, s'approchant de la frontière avec la Birmanie. Elle y peuple les vieilles pinèdes jusqu'à 4 000 m d'altitude. C'est l'espèce la plus basale du « groupe canadensis », qui regroupe aussi la Sittelle à poitrine rousse (S. canadensis), la Sittelle de Chine (S. villosa), la Sittelle corse (S. whiteheadi), la Sittelle kabyle (S. ledanti) et la Sittelle de Krüper (S. krueperi). Les effectifs de l'espèce ne sont pas connus, mais probablement en déclin du fait de la destruction de l'habitat de l'espèce. Pour ces raisons, l'Union internationale pour la conservation de la nature considère l'oiseau comme « quasi menacé ».

Samedi 6 septembre 2014

Mourad Bey, né vers 1750 et mort le à Beni Suef, est un chef mamelouk et bey égyptien. Vendu dans sa jeunesse au chef Muhammad Bey, il prend le commandement de la cavalerie mamelouke et entre en guerre contre Ismail Bey, qui dirige alors l'Égypte. Il s'allie avec le mamelouk Ibrahim Bey et, après avoir chassé Ismail du pays, Mourad prend le pouvoir en Égypte en 1784 et le partage avec Ibrahim dès l'année suivante. Les deux dirigeants font allégeance à l'Empire ottoman, mais gèrent le pays à leur guise en dépit des consignes des Turcs. Ces derniers envoient finalement une armée qui les chasse du Caire en 1786. Mourad Bey se réfugie alors en Haute-Égypte avant de reprendre la tête du pays en 1791, aux côtés d'Ibrahim.

En 1798, il est l'un des principaux adversaires du général Napoléon Bonaparte qui entreprend la conquête de l'Égypte à la tête de l'armée française. Vaincu à Chebreiss et aux Pyramides, Mourad Bey s'enfuit vers la Haute-Égypte et affronte le général Desaix qui le poursuit. En 1800, il signe finalement la paix avec le général Kléber et reste fidèle à cette alliance avec le général Menou, son successeur. Il meurt peu après de la peste bubonique à Beni Suef, le 22 avril 1801.

Dimanche 7 septembre 2014

Les Jeux olympiques d'hiver de 1976, officiellement connus comme les XIIes Jeux olympiques d'hiver, ont lieu à Innsbruck en Autriche du 4 au . La compétition a d'abord été attribuée à la ville américaine de Denver, mais la population du Colorado s'est opposée au comité d'organisation pour des raisons économiques et écologiques. La ville d'Innsbruck, qui a organisé les Jeux d'hiver de 1964 et dispose de sites sportifs récents, est donc choisie comme nouvelle ville hôte. Le contexte historique est tendu puisque ces Jeux sont les premiers depuis la prise d'otages de Munich en 1972. Les moyens consacrés à la sécurité sont adaptés en conséquence et la compétition se déroule normalement.

Les Jeux rassemblent 1 123 athlètes de 37 pays. Ils participent dans six sports et dix disciplines qui regroupent un total de trente-sept épreuves officielles, soit deux de plus qu'en 1972. L'Andorre et Saint-Marin participent pour la première fois aux Jeux olympiques d'hiver. Deux sportives remportent deux médailles d'or et une d'argent : l'Ouest-Allemande Rosi Mittermaier manque de peu un triplé historique en ski alpin et la Soviétique Raisa Smetanina domine les épreuves de ski de fond. Une autre Soviétique, Tatyana Averina, s'adjuge quatre médailles dont deux d'or en patinage de vitesse. Les Autrichiens célèbrent la victoire de Franz Klammer en descente et un doublé lors de l'épreuve de saut à ski sur grand tremplin. L'Union soviétique est première au tableau des médailles avec vingt-sept récompenses dont treize en or. Elle devance l'Allemagne de l'Est et les États-Unis.

Lundi 8 septembre 2014

Le glacier Illecillewaet (anglais : Illecillewaet Glacier), autrefois appelé Great Glacier ou « Grand Glacier », est une étendue de glace et de neige compacte de dix kilomètres carrés sur un dénivelé de plus de 1 100 mètres d'altitude, située au sein du parc national des Glaciers dans la province de Colombie-Britannique au Canada.

L'Illecillewaet est l'un des plus remarquables parmi les glaciers du parc. Il constitue l'un des principaux points d'intérêt pour les visiteurs de la région depuis les années 1880. À l'époque, le front du glacier était proche du chemin de fer ; depuis un siècle, la glace a reculé de 1,5 kilomètre.

C'est l'un des glaciers du Canada pour lesquels on dispose du plus grand nombre d'éléments historiques sur l'évolution de sa taille. La peintre et naturaliste américaine Mary Vaux (1860–1940) remarqua dès sa seconde visite en 1894 que le front du glacier avait fortement reculé. Elle décida de revenir chaque été avec ses deux frères pour en prendre des photographies, ce qui permet aujourd'hui d'avoir une trace de son évolution historique.

Mardi 9 septembre 2014

Chamechaude est un sommet du département français de l'Isère s'élevant à 2 082 mètres d'altitude, ce qui en fait le point culminant du massif de la Chartreuse, dans les Alpes. Comme la plupart des sommets des Préalpes, il est constitué en partie de calcaire urgonien. Si son versant occidental est aisé à gravir depuis le col de Porte, son versant oriental présente des parois verticales difficiles à franchir en randonnée pédestre mais comportant de nombreuses voies d'escalade ouvertes dès la fin de la Seconde Guerre mondiale.

La montagne fait partie du parc naturel régional de Chartreuse et d'une zone naturelle d'intérêt écologique, faunistique et floristique. Le chamois est notamment présent dans les parties abruptes, au-dessus de la limite des arbres.

Mercredi 10 septembre 2014

Spirou est un périodique de bande dessinée belge francophone hebdomadaire dans lequel sont publiées plusieurs séries dont certaines ont marqué le neuvième art comme Spirou et Fantasio, Lucky Luke, Buck Danny, Boule et Bill, Gaston Lagaffe, Les Schtroumpfs ou encore Les Tuniques bleues.

Fondé par l'éditeur Jean Dupuis le , le périodique parait tout d'abord sous le titre Le Journal de Spirou. Il trouve rapidement son auteur vedette en la personne de Jijé (auteur des Aventures de Jean Valhardi et de Jerry Spring) qui forme un quatuor composé d’André Franquin (Spirou et Gaston), Morris (Lucky Luke), Will (Tif et Tondu) et Eddy Paape (Marc Dacier) et qui marque durablement le journal de son empreinte. Dans les années 1950, l'arrivée d'Yvan Delporte comme rédacteur en chef déclenche ce qu'on appelle l'âge d'or de Spirou avec des auteurs comme Peyo (Johan et Pirlouit, Les Schtroumpfs et Benoît Brisefer), Jean Roba (Boule et Bill), Maurice Tillieux (Gil Jourdan), Raymond Macherot (Sibylline), Sirius (Les Timour), Jidéhem (Sophie), mais aussi Lambil (Les Tuniques bleues). L'arrivée de Thierry Martens dans les années 1970 permet le lancement de séries plus modernes, avec l'apparition des premières héroïnes féminines, Natacha de François Walthéry, Yoko Tsuno de Roger Leloup et Isabelle de Will, ainsi que de nouveaux personnages, comme Le Scrameustache de Gos, Sammy de Berck et Raoul Cauvin, Papyrus de Lucien De Gieter, Les Petits Hommes de Pierre Seron ou Docteur Poche de Marc Wasterlain.

Le journal s'ouvre un peu plus aux histoires purement humoristiques grâce notamment au scénariste Raoul Cauvin avec des séries comme L'Agent 212 dessiné par Daniel Kox, Les Femmes en blanc de Philippe Bercovici, Pierre Tombal de Marc Hardy, Cédric de Laudec ou encore Les Psy de Bédu. Toujours dans le genre de l'humour, le journal publie également des séries comme Le Petit Spirou de Tome et Janry, Kid Paddle de Midam, Les Nombrils de Dubuc et Delaf. Dans un registre moins humoristique on peut lire notamment Jérôme K. Jérôme Bloche d'Alain Dodier, Jojo d'André Geerts ou Seuls de Fabien Vehlmann et Bruno Gazzotti. Dans les années 1990, le rédacteur en chef Thierry Tinlot fait de Spirou un journal « sans maquette » où comptent les grands délires complices avec le lecteur comme « l'affaire Cauvin » ou « la Malédiction de la page 13 ». Dans les années 2000, le journal change plusieurs fois de formule, avant de connaitre une stabilité avec l'arrivée de Frédéric Niffle à sa tête en 2008. Spirou possède sa propre identité, d'abord en inventant un style graphique, l'école de Marcinelle, puis en privilégiant toujours l'humour. Enfin, le journal a toujours fait partager ses coulisses à travers des séries, rédactionnels ou animations dont les personnages les plus marquants sont Gaston Lagaffe, dont les gags se déroulent dans une rédaction fictive de Spirou, et Le Boss dans les années 1990-2000.

Jeudi 11 septembre 2014

Elizabeth Kocianski (née le à Elmira, New York, États-Unis), est une ancienne catcheuse américaine, plus connue sous le nom de Beth Phoenix. Elle est principalement connue pour son travail au sein de la World Wrestling Entertainment (WWE) où elle a remporté le championnat féminin de la WWE à trois reprises et a remporté une fois le championnat des Divas. Auparavant elle a travaillé à l'Ohio Valley Wrestling (OVW) où elle a remporté le championnat féminin de cette fédération. Elle est aussi la seconde femme à avoir participé à un Royal Rumble match lors de l'édition 2010 de ce show éponyme.

Vendredi 12 septembre 2014

Chédigny (prononcé [ ʃediɲi]) est une commune française du département d'Indre-et-Loire en région Centre. La présence de l'Homme sur son territoire est avérée depuis la Préhistoire. Si la commune actuelle est née à la Révolution de la fusion de deux anciennes paroisses, le nom de Chedignacum apparaît au milieu du XIIe siècle alors que l’existence d’une châtellenie est attestée par des sources écrites au début du XIIIe siècle.

Cette petite commune de la vallée de l'Indrois, de tradition agricole, qui avait connu un exode rural massif depuis la fin du XIXe siècle, a amorcé en 1978 sa mutation en créant une zone artisanale au moment même où sa population recommençait à croître ; cette zone d'activités accueille, en 2011, huit entreprises qui emploient près de cent personnes.

Chédigny est régulièrement citée depuis 1980 pour ses manifestations culturelles (spectacles montés et joués par ses habitants, festival de blues), mais elle s'est surtout fait connaître ces dernières années grâce au fleurissement de son bourg : elle a obtenu en 2013 le label national « Jardin remarquable » attribué, pour la première fois, à une commune dans son ensemble. Enfin, elle possède un patrimoine naturel diversifié, son territoire étant intégré, à des degrés divers, à cinq zones naturelles d'intérêt écologique, faunistique et floristique (ZNIEFF) et à un site du réseau Natura 2000.

Samedi 13 septembre 2014

Une licorne ailée, parfois nommée alicorne, est un cheval fantastique doté d'une corne unique et d'une paire d'ailes. Bien que ce type de représentation soit répertorié dans l'Art et l'Héraldique, et que le poète Irlandais W. B. Yeats imagine une licorne avec des ailes dans sa pièce de 1907 The Unicorn from the Stars, ces créatures sont vraisemblablement une invention récente de la fantasy et du New Age, popularisée dans les années 1980. Combinaison de la licorne et de Pégase, symboles de pureté, de poésie, de rêverie et de magie, les licornes ailées sont mentionnées dans des dessins ou encore des visions, y compris de type channeling.

Les licornes ailées sont présentes dans des films et séries d'animation, en particulier pour les petites et jeunes filles, tels que She-Ra, la princesse du pouvoir, Unico, Kleo The Misfit Unicorn ou encore My Little Pony. On les retrouve aussi dans les littératures de l'imaginaire et sous formes de jouets. Dans ces univers, elles s'apparentent le plus souvent à de « super-chevaux », symboles de pouvoir.

Dimanche 14 septembre 2014

La Déclaration d'indépendance de la Lituanie (lituanien : Lietuvos Nepriklausomybės Aktas) ou Loi du 16 février a été signée par le Conseil de Lituanie le . Elle proclame la restauration d'un État indépendant de Lituanie, régi par des principes démocratiques, ayant Vilnius pour capitale. La loi a été signée à l'unanimité des vingt conseillers, présidés par Jonas Basanavičius. Elle est le résultat d'une série de résolutions issues de la Conférence de Vilnius et de la Loi du 8 janvier. Son élaboration fut longue et délicate en raison des pressions exercées par l'Empire allemand souhaitant la conclusion d'une alliance. Le Conseil dut manœuvrer avec finesse entre les Allemands, dont les troupes étaient présentes en Lituanie, et les exigences du peuple lituanien.

Les effets immédiats de l'annonce du retour à l'indépendance de la Lituanie sont limités car les autorités allemandes interdisent la publication du texte adopté. Il sera imprimé puis distribué illégalement. Les efforts du Conseil sont entravés par les Allemands qui maintiennent leur contrôle sur le pays. La situation évolue à l'issue de la Première Guerre mondiale. En novembre 1918, le premier Cabinet de Lituanie est constitué et le Conseil de Lituanie prend le contrôle du territoire. La Lituanie, qui retrouve l'indépendance, doit, à nouveau, s'engager dans des combats pour s'opposer aux prétentions de ses voisins.

Bien que le document original de la Loi ait été perdu, ses effets perdurent. La loi, laconique, est le fondement légal de l'existence de la Lituanie moderne, pendant la période d'entre-deux-guerres et depuis les années 1990. Les principes constitutionnels fondamentaux sont toujours suivis par les Constitutions de la Lituanie. La Loi elle-même a été un fondement majeur sur lequel la restauration d'indépendance des années 1990 s'appuya : la Lituanie, en rompant avec l'Union soviétique, rappela qu'elle ne faisait que rétablir l'État indépendant qui existait entre les deux Guerres mondiales et que la Loi n'avait jamais perdu sa valeur juridique.

Lundi 15 septembre 2014

Bayonne est une commune du Sud-Ouest de la France et l’une des deux sous-préfectures du département des Pyrénées-Atlantiques, en région Aquitaine-Limousin-Poitou-Charentes. La ville est située au point de confluence de l'Adour et de la Nive, non loin de l'océan Atlantique, aux confins nord du Pays basque et sud de la Gascogne, là où le bassin aquitain rejoint les premiers contreforts du piémont pyrénéen. Elle est frontalière au nord avec le département des Landes, et la limite territoriale franco-espagnole se situe à une trentaine de kilomètres au sud.

Le site sur la rive gauche de la Nive et de l'Adour est probablement occupé avant l'Antiquité et une enceinte fortifiée est attestée au Ier siècle, à l'époque où les Tarbelli occupent le territoire. Des études archéologiques ont confirmé la présence d’un castrum romain, place forte de Novempopulanie, à la fin du IVe siècle, avant que la cité ne devienne vasconne.

En 1023, Bayonne est la capitale du Labourd, et s'étend au XIIe siècle vers et au-delà de la Nive, alors qu'est construit le premier pont sur l'Adour. La ville passe sous domination anglaise en 1152 par le mariage d'Aliénor d'Aquitaine : elle devient militairement mais surtout commercialement importante grâce aux échanges maritimes. Elle est séparée de la vicomté du Labourd en 1177 par Richard Cœur de Lion. En 1451, la ville est prise par la Couronne de France, au terme de la guerre de Cent Ans. La perte des échanges avec les Anglais et l'ensablement du fleuve, puis le déplacement de celui-ci vers le nord, l'affaiblissent ; le quartier de Saint-Esprit se développe néanmoins, grâce à l'arrivée d'une population juive fuyant l'Inquisition espagnole. Bayonne doit à cette communauté sa notoriété dans le domaine du chocolat. Le cours de l'Adour est modifié en 1578 sous la direction de Louis de Foix, et le fleuve retrouvant son embouchure antérieure, redonne au port de Bayonne l’activité perdue pendant plus de cent ans. Au XVIIe siècle, la ville est fortifiée par Vauban. En 1814, Bayonne et ses environs sont le théâtre de combats entre les troupes napoléoniennes et la coalition hispano-anglo-portugaise emmenée par le duc de Wellington ; la ville subit alors son ultime siège.

En 1951 est découvert le gisement de gaz de Lacq dont le port de Bayonne devient l'exutoire. Durant la seconde moitié du XXe siècle, de nombreux grands ensembles sont construits, formant de nouveaux quartiers en périphérie, et la ville s'étend jusqu'à constituer une conurbation avec Anglet et Biarritz ; cette agglomération devient le cœur d'une vaste aire urbaine basco-landaise...

Mardi 16 septembre 2014

Le Grand Prix automobile de Chine 2011 (2011 Formula 1 UBS Chinese Grand Prix), disputé le sur le Circuit international de Shanghai, est la 842e épreuve du championnat du monde de Formule 1 courue depuis 1950, la troisième manche du championnat 2011 et la huitième édition de l'épreuve comptant pour le championnat du monde.

L'Allemand Sebastian Vettel (Red Bull Racing), champion du monde en titre et vainqueur des deux précédents Grands Prix de la saison, parti de la pole position, termine deuxième derrière le pilote britannique Lewis Hamilton (McLaren Racing). Mark Webber, second pilote Red Bull, parti depuis le fond de grille en raison d'une mauvaise stratégie lors des qualifications se classe troisième.

À l'issue de la course, Sebastian Vettel conserve la tête du championnat du monde avec 68 points sur 75 possibles. Il devance désormais Lewis Hamilton (47 points), Jenson Button (38 points) et son coéquipier Mark Webber (37 points). Nico Rosberg ayant inscrit ses premiers points, quatorze des vingt-quatre pilotes en lice au championnat ont marqué des points à l'issue de ce Grand Prix.

Chez les constructeurs, Red Bull Racing conserve la tête du championnat des constructeurs avec 105 points et devance McLaren (85 points), Ferrari (50 points) et Renault F1 Team (32 points). Huit des douze écuries en lice au championnat ont marqué des points à l'issue de ce Grand Prix, Williams, Team Lotus, Marussia Virgin Racing et HRT n'ayant pas encore marqué.

Mercredi 17 septembre 2014

Le Bardigiano est une race de poney de selle et de trait italien qui tient son nom de la région de Bardi, petite commune de la province de Parme dans la région Émilie-Romagne en Italie. La reconnaissance de la race date de 1977, mais le Bardigiano possède des origines très anciennes. Il a été modelé au fil des siècles par différents apports d’autres races.

C'est un poney puissant et bien bâti qui a gagné en taille. S'il est principalement élevé en Italie, ce pays formant le berceau de la race, il l'est aussi en Allemagne et en Hongrie, où il est très apprécié. Le Bardigiano est un poney polyvalent qui montre des qualités dans des disciplines et utilisations aussi variées que l'équitation de travail, l'attelage, l'équithérapie et le tourisme équestre.

Jeudi 18 septembre 2014

Faverges est une commune française située dans le sud du département de la Haute-Savoie en région Rhône-Alpes. Centre urbain de la communauté de communes du pays de Faverges, la commune comptait 6 968 habitants en 2013, ce qui en fait la dix-neuvième ville haut-savoyarde. La commune se situe en amont du lac d'Annecy, dans la vallée de Faverges, passage naturel entre la cluse d'Annecy et la combe de Savoie.

Faverges est une cité qui voit le jour à l'époque romaine avec le développement de deux pôles le long d'une voie romaine reliant Turin à Genève. Plus tard, au Moyen Âge, le centre urbain se recentre dans la plaine en dessous du contrefort nord du Crêt de Chambellon, sur lequel s'est installé le château (XIIIe siècle). Malgré sa position stratégique, à la frontière avec le comté de Genève, le bourg ne joue pas de rôle particulier dans l'histoire de la Savoie. Il trouve cependant un dynamisme artisanal avec l'exploitation de ressources minérales réactivée au Moyen Âge. Cette vocation est à l'origine de son toponyme dérivant du latin fabrica, fabricae. L'activité évolue au tout début du XIXe siècle, avec l'installation des soieries, qui modifie la morphologie du bourg en petite ville industrielle. Faverges se transforme définitivement au XXe siècle avec l'installation de nouvelles usines. Malgré la fermeture de certaines d'entre elles vers la fin du XXe siècle, Faverges s'efforce de conserver sa vocation industrielle tout en la diversifiant.

De ce riche passé, Faverges conserve des traces que l'on peut retrouver dans son musée archéologique, mais aussi dans le témoignage architectural de la ville. Certains édifices bénéficient d'un classement à l'inventaire des monuments historiques. Bien qu'étant située majoritairement dans une plaine, la commune est aussi marquée par le paysage montagnard qui l'entoure. La commune est membre du parc naturel régional du massif des Bauges.

Vendredi 19 septembre 2014

Le Dales (anglais : Dales) est l'une des races reconnues de poneys dites mountain and moorlands, originaires des îles Britanniques. Influencé par d'autres races, notamment par le Welsh cob, le Dales a longtemps travaillé comme poney de bât pour l'exploitation des mines des Pennines, sa région natale, et plus particulièrement des Yorkshire Dales qui lui ont donné son nom. Disposant d'un registre généalogique dès 1916 avec la création de la Dales Pony Improvement Society (Société d'amélioration du poney Dales), il est menacé de disparition très tôt après la Seconde Guerre mondiale, en raison de réquisitions militaires et de la motorisation. L'action de la Dales Pony Society (Société du poney Dales), créée en 1963, permet de sauvegarder la race et de redresser ses effectifs une dizaine d'années plus tard. Le Dales est exporté depuis les années 1990 vers les États-Unis et le Canada, qui ont créé leur société de race.

Le Dales est très proche du Fell, bien qu'un peu plus grand. Ce poney solidement charpenté, doté de fanons abondants, mesure en moyenne 1,45 m au garrot, et porte le plus souvent une robe noire. Il est désormais apprécié pour le tourisme équestre et l'attelage, sa force lui permettant de porter aisément un homme adulte sur tous types de terrains. Malgré sa bonne diffusion vers l'Amérique du Nord, la race reste globalement rare, et menacée d'extinction.

Samedi 20 septembre 2014

Salé (en arabe : سلا ; en tifinagh : ⵙⵍⴰ) est une ville et commune du Maroc, chef-lieu de la préfecture de Salé, au sein de la région de Rabat-Salé-Kénitra. Elle est située au bord de l'océan Atlantique, sur la rive droite (nord) de l'embouchure du Bouregreg, en face de la capitale nationale Rabat. Ceci explique que les deux villes soient parfois qualifiées de « villes jumelles », mais chacune dispose de ses traditions et de son histoire propres. En 2014, la commune comptait 890 403 habitants.

Fondée au XIe siècle par les Ifrénides, Salé connait un important développement à l'époque des Almohades (XIIe siècle) et des Mérinides (XIVe siècle), du fait de sa position stratégique sur la voie terrestre qui relie Fès à Marrakech et grâce à son port, centre d’échanges entre l’Europe et le Maroc.

Au XVIIe siècle, l’arrivée des réfugiés musulmans d’Espagne donne un nouveau souffle à la cité et crée une rivalité avec la ville mitoyenne de Rabat. Les Morisques andalous, animés pour certains d'un esprit de revanche contre les chrétiens, se lancent dans une guerre de course et constituent une puissante entité politique connue sous le nom de République du Bouregreg, menant des expéditions jusqu'en Cornouailles. Renommés pour leur audace et leur ruse, les corsaires de Salé laissent l'image des « Sallee Rovers » dans la mémoire des Anglais. Jusqu'au XVIIIe siècle, l’activité commerciale permet à Salé d’étendre son influence dans la région, tout en menant des activités de piraterie dans des contrées très éloignées telles que l'Islande et Terre-Neuve.

Avec le XIXe siècle s’amorce la fin du rôle commercial prépondérant de la ville, et Salé se renferme sur elle-même. Elle demeure, au cours du XIXe siècle et pendant l’époque des protectorats français et espagnol, un haut lieu de culture, de résistance et de vie religieuse. La médina de la ville contient nombre de monuments, de riads d'inspiration hispano-morisque, de zaouïas, de marabouts et de bibliothèques privées. Depuis la fin du XXe siècle, elle connaît une forte croissance de sa population et du même coup une dégradation de son image, notamment du fait d'un urbanisme devenu anarchique.

Dimanche 21 septembre 2014

Les R. Tam Sessions sont une série de cinq courtes vidéos en noir et blanc, d'une durée totale de huit minutes, publiées sur Internet par Joss Whedon en 2005. Prenant place dans le Serenityverse, l'univers de fiction de la série Firefly, elles montrent une série d'entrevues entre un « thérapeute de l'Académie » montré de dos, joué par Whedon lui-même, et la jeune femme émotionnellement instable nommée River Tam, interprétée par Summer Glau.

Publiées de manière non officielle (Whedon et Universal Pictures niant dans un premier temps être impliqués), ces vidéos constituaient une forme de marketing viral pour le film Serenity. Les « sessions » ont été publiées sur Internet entre le 16 août et le , et sont incluses sur l'édition collector du Blu-ray de Serenity sous le titre Session 416.

Lundi 22 septembre 2014

La saison 2013 de l'équipe cycliste AG2R La Mondiale est la vingt-deuxième de cette équipe, lancée en 1992 et dirigée par Vincent Lavenu. En tant qu'équipe World Tour, l'équipe participe à l'ensemble du calendrier de l'UCI World Tour du Tour Down Under en janvier jusqu'au Tour de Pékin en octobre. Parallèlement au World Tour, AG2R La Mondiale peut participer aux courses des circuits continentaux de cyclisme.

Les coureurs principaux de cette équipe sont Domenico Pozzovivo, Jean-Christophe Péraud et John Gadret pour les courses par étapes, Carlos Betancur pour les classiques ardennaises ainsi que Samuel Dumoulin et Yauheni Hutarovich pour les sprints.

AG2R La Mondiale, victorieuse à huit reprises sur le World Tour et l'Europe Tour, enregistre ses meilleurs résultats dans les grands tours. Douzième du classement mondial par équipes de l'UCI, la formation française voit son meilleur représentant, Carlos Betancur, occuper la quatorzième place du classement individuel. À la suite d'un contrôle positif d'un de ses coureurs et en application des directives du Mouvement pour un cyclisme crédible dont elle est membre, l'équipe française décide de s'auto-suspendre du départ du Critérium du Dauphiné.

Mardi 23 septembre 2014

La ligne d'Auray à Quiberon est une ligne de chemin de fer française à voie unique et écartement normal qui constitue un embranchement de la ligne de Savenay à Landerneau, ligne radiale du sud de la Bretagne. Elle permet, à partir de la gare d'Auray, la desserte de la presqu'île de Quiberon.

Elle est construite par l'Administration des chemins de fer de l'État, puis mise en service en 1882 par la Compagnie du chemin de fer de Paris à Orléans (PO). En 1972, le trafic voyageurs, qui n'est plus assuré l'hiver, est limité à deux trains quotidiens pendant l'été.

Pour faire face à l’encombrement chronique de l'unique route permettant de rejoindre la presqu'île de Quiberon depuis le continent, la ligne prend un nouveau départ en 1985, avec la mise en service de navettes à tarif unique, proposé conjointement par la région Bretagne et la SNCF dans le cadre du service TER Bretagne. Le nom de ce service de navettes est directement lié aux embouteillages que les trains permettent ainsi d'éviter : « Tire-Bouchon ». Cette exploitation permet une desserte plus consistante de la presqu'île pendant les deux mois de la saison estivale. Le reste de l'année, un service routier par cars TIM, organisé par le département du Morbihan, permet les liaisons entre les gares d'Auray et de Quiberon.

Mercredi 24 septembre 2014

Bidart est une commune française située dans le département des Pyrénées-Atlantiques en région Nouvelle-Aquitaine. Elle s’est développée sur près de cinq kilomètres du littoral atlantique et sa façade maritime se distingue par de longues falaises fortement plissées surplombant quelques plages. Limitrophe de Biarritz, elle se trouve à quelque vingt-cinq kilomètres au nord de la frontière franco-espagnole.

Situé dans une zone connue de l’Homme dès le Paléolithique supérieur, le village ne s’urbanise qu’à partir du XIIe siècle, époque où l’évêque de Bayonne et le vicomte du Labourd autorisent la colonisation des landes côtières inexploitées de cette partie du Pays basque. Fort d’une exposition maritime importante, le village développe une activité tournée vers l’océan, se distinguant dès le XVIe siècle dans la chasse à la baleine, l’exploitation d’un port de pêche (aujourd'hui disparu), et des activités qui y sont liées, telle la construction navale. La déchéance de ce port et les famines résultant des guerres du XVIIIe siècle poussent alors les Bidartars à des pêches plus lointaines et à l'émigration.

Bidart réagit à la mode balnéaire de la fin du XIXe siècle et du début du XXe siècle en adaptant son offre à la demande touristique, abandonnant au passage ses activités agricoles et de pêche. La commune double sa population entre 1975 et 2006 : elle est en 2014 une localité de plus de 6 000 habitants, qui s’est tournée résolument vers le secteur des services parmi lesquels le tourisme, à dominante traditionnelle, a une place prépondérante. L’urbanisme de la localité a évolué considérablement pour répondre à la poussée résidentielle émanant des bassins d’emploi de l’aire urbaine de Bayonne, tout en s’attachant à la préservation des zones protégées de son patrimoine naturel.

Jeudi 25 septembre 2014

Árvakr et Alsviðr (ou Alsvinnr) sont, dans la mythologie nordique, les deux chevaux qui tirent le char de la déesse du soleil Sól à travers le ciel chaque jour. Ils portent deux énormes soufflets sur les épaules. Le char qu'ils tractent est poursuivi par le loup Sköll, qui tente de dévorer le soleil. Le dieu Odin a fait graver des runes sur les oreilles d'Árvak et les sabots d'Alsviðr.

Porteurs sacrés de la science des dieux, ces deux chevaux solaires et ouraniens jouent un rôle que l'on retrouve dans d'autres mythologies et d'autres religions, la course rapide du cheval expliquant celle des astres. Ils sont parfois mentionnés dans des productions de culture populaire.

Vendredi 26 septembre 2014

Les Jeux olympiques d'hiver de 1992, officiellement connus comme les XVIes Jeux olympiques d’hiver, ont lieu à Albertville, dans le département de la Savoie, en France, du 8 au . Les organisateurs désignent l'événement comme les Jeux d'Albertville et de la Savoie. Ce sont les derniers Jeux d'hiver à se dérouler la même année que ceux d'été, avec Barcelone. Pour l'organisation de ces Jeux d'hiver, sept villes sont en compétition et c'est lors du sixième tour que le dossier français remporte les suffrages du Comité international olympique (CIO).

Ces Jeux d'hiver réunissent 1 801 athlètes issus de 64 nations, qui participent à six sports et 57 épreuves. Désormais, les épreuves de ski acrobatique, de patinage de vitesse sur piste courte ainsi que le biathlon féminin sont disciplines officielles. Par ailleurs, trois disciplines — le ski de vitesse, le curling et les épreuves de sauts et de ballet en ski acrobatique — sont au programme en tant que démonstrations. Albertville est le siège de l'organisation de ces jeux, mais la ville n'accueille en réalité que 18 de ces épreuves. Les autres sites sont répartis sur la vallée de la Tarentaise et du Beaufortain. Il s'agit en effet d'une organisation multipolaire entre la ville hôte et le département puisque les Jeux sont codirigés par le président du Conseil général de la Savoie, cogestion que l'on retrouve dans l'appellation officielle de l'événement, « Jeux d'Albertville et de la Savoie ».

À l'issue de ces jeux, l'Allemagne, qui présente pour la première fois depuis 1964 une équipe unifiée, arrive en tête des nations avec 26 médailles dont 10 en or. Elle est suivie par l'Équipe unifiée composée de nations de l'ex-URSS (23 dont 9 en or), et la Norvège (20 dont 9 en or). Les athlètes les plus titrés, Bjørn Dæhlie et Vegard Ulvang, appartiennent d'ailleurs à cette équipe norvégienne. Ils remportent chacun trois médailles d'or, dont une par équipe, et une d'argent, dans les épreuves de ski de fond.

Samedi 27 septembre 2014

Le Football Croix-de-Savoie 74 est un club de football français créé en 2003, né de la fusion du Football Club de Gaillard et du Football Club de Ville-la-Grand, deux clubs hauts-savoyards. En 2007, le club fusionne avec l'Olympique Thonon Chablais pour former l'Olympique Croix de Savoie 74 (au moment où Ville-la-Grand quitte d'ailleurs l'association) qui deviendra en 2009 l'Évian Thonon Gaillard Football Club.

Sous l'impulsion de l'ancien joueur professionnel Pascal Dupraz, le Football Club Gaillard, petite ville de Haute-Savoie, parvient à s'extraire des championnats régionaux pour s'installer au niveau national (CFA 2, puis CFA) à la fin des années 1990. Pour pouvoir pérenniser la présence du club à ce niveau, les dirigeants s'associent en 2003, avec un autre club de la banlieue d'Annemasse, le FC Ville-la-Grand.

Le nouveau club, baptisé Football Croix-de-Savoie 74, dans le but de fédérer les haut-savoyards derrière un projet footballistique ambitieux commun et jusqu'alors inédit depuis l'aventure en deuxième division du CS Thonon (années 1980) puis du FC Annecy (début des années 1990), va continuer son expansion en passant deux saisons en championnat de France National (3e division). Mais de graves problèmes internes (financiers notamment) menacent la survie du club. Et c'est ainsi que Franck Riboud, président-directeur général du groupe Danone, fortement implanté dans le Chablais, est approché. Intéressé par le projet de la famille Dupraz, alors aux commandes du club, il œuvra, en collaboration avec eux, à la structuration de ce club qui fusionnera à nouveau, en s'associant avec l'Olympique Thonon Chablais.

Dimanche 28 septembre 2014

Brian St. Pierre, né le à Salem dans le Massachusetts aux États-Unis, est un joueur et entraîneur américain de football américain, qui évolue au poste de quarterback.

St. Pierre commence à se faire remarquer au lycée lorsqu'il joue pour l'équipe de football américain de la St. John's Preparatory School de Danvers avec qu'il remporte le titre de joueur de l'année pour l'État du Massachusetts et de la Nouvelle-Angleterre (Massachusetts and New England Gatorade Player of Year) en 1997, lors de sa dernière année. Recruté par le Boston College, il commence à jouer avec l'équipe des Eagles en 1999 et devient le quarterback titulaire en 2001. Il offre, pour sa dernière année à l'université, la victoire au Motor City Bowl de 2002 durant lequel il est nommé meilleur joueur (MVP).

Sélectionné lors de la draft de la National Football League (NFL) en 2003 par les Steelers de Pittsburgh, St. Pierre ne va jamais réussir à se faire une place dans les rangs professionnels, bien souvent relégué au rôle de remplaçant. En huit saisons en NFL, il connaît quatre équipes et ne joue que trois matchs, dont seulement un comme titulaire dans sa carrière professionnelle.

Lundi 29 septembre 2014

Générations Star Wars et Science Fiction, parfois abrévié Gen SW, est une convention de fans consacrée à l'univers Star Wars et à la science-fiction en général mais également aux univers fantastiques et de fantasy, à la bande dessinée et aux comics. Elle est organisée une fois par an à Cusset dans l'Allier depuis 1999. L'entrée du salon est gratuite pour le public depuis la première édition.

Parmi ses invités les plus connus, on peut noter les acteurs Anthony Daniels, Peter Mayhew, Jake Lloyd et David Prowse, interprètes respectifs des personnages majeurs de la saga Star Wars que sont C-3PO, Chewbacca, Anakin Skywalker enfant et Dark Vador. Des auteurs de comics d'envergure internationale ainsi que plusieurs auteurs de livres spécialisés sur Star Wars ont également été présents lors de certaines éditions.

Soutenu par la ville de Cusset et le Conseil départemental de l'Allier, cet événement est organisé par l'association de fans Les Héritiers de la Force, dont c'est l'activité principale. Cette association n'étant pas affiliée à Lucasfilm Limited, la manifestation n'a pas de relation officielle avec la licence Star Wars.

Mardi 30 septembre 2014

Le Charmant Som est un sommet du département français de l'Isère culminant à 1 867 mètres d'altitude dans le massif de la Chartreuse, dans les Alpes. Il est constitué de calcaires mais possède un relief moins marqué que les sommets environnants, ce qui lui vaut d'être couvert de prairies d'alpage à l'origine de son nom. Celles-ci sont occupées et entretenues par des bergers depuis le Moyen Âge. Elles sont accessibles par une route construite durant l'entre-deux-guerres depuis le col de Porte jusqu'à 200 mètres sous la cime principale. La route aboutit à deux bâtiments servant désormais à la fois d'auberge, de chalet et de fromagerie ; la vente des produits s'effectue sur place.

La montagne fait partie du parc naturel régional de Chartreuse, d'une zone naturelle d'intérêt écologique, faunistique et floristique et d'une zone Natura 2000. Ces aires protégées sont destinées à conserver la grande biodiversité de la flore ainsi que la faune. Elles autorisent toutefois la pratique de la randonnée pédestre, de la spéléologie et du ski qui se sont développés respectivement à partir des années 1960 et la fin des années 1970, du cyclisme, de l'escalade et du parapente.