Ouvrir le menu principal
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Kid Paddle (homonymie).

Kid Paddle
Série
Kid Paddle à la station Janson de Charleroi.
Kid Paddle à la station Janson de Charleroi.

Auteur Midam
Couleurs Angèle
Genre(s) Franco-belge
Humour

Personnages principaux Kid Paddle
Big Bang
Horace Beket
Mirador

Pays Belgique
Langue originale Français
Éditeur Dupuis (1996-2009)
MAD Fabrik (depuis 2010)
Glénat (depuis 2014)
Première publication 1993
Format normal
Nb. d’albums 15

Prépublication Spirou (1993-2002)
Kid Paddle Magazine (2002-2011)

Kid Paddle [kɪd pædəl] est une série de bande dessinée humoristique belge créée par Midam en 1993 pour le magazine Spirou no 2887 avant de se lancer en albums édités dès 1996 par Dupuis, puis depuis 2014 par Glénat.

HistoriqueModifier

Naissance d'un personnageModifier

 
Midam, le créateur et dessinateur de la série Kid Paddle

Le personnage de Kid Paddle apparaît pour la première fois le dans le magazine Spirou (no 2887), en marge de la rubrique Shazam, présentant les jeux vidéo du moment. Son nom n'est pas donné : on trouve juste un texte à côté de l'illustration : « Qui c'est celui-là ? Dans trois semaines, il apprend à se servir d'une console ! » La semaine suivante, on le retrouve, toujours en marge de la rubrique Shazam, dans une illustration où il se trouve séparé de sa console de jeux par divers obstacles tout droit sortis de divers jeux vidéo (bombes, piques et monstres). Le texte à côté précise : « Il n'a plus que deux semaines pour déjouer tous ces pièges ! » Encore la semaine suivante, on le retrouve, toujours en marge de Shazam, complètement emmêlé dans les fils de sa console. Shazam, le personnage de Mauricet qui illustrait jusqu'alors la rubrique, le regarde d'un air narquois et commente : « Et c'est "ça" qui va prendre la relève?!… » En effet, lors du numéro 2890 du , la rubrique Shazam devient : Pas de Joystick pour Kid Paddle. Adieu donc Shazam et place à Kid, dont chaque planche illustre un des trois jeux vidéo présentés dans la rubrique par Patrick Pinchart. Mais Midam, qui n'est pas un fan de jeux vidéo, prend cette rubrique comme une opportunité de se faire un nom, car comme il le déclare : « J'aurais pu animer la rubrique cuisine et Kid se serait probablement appelé Kid Chantilly. Tout ce que je voulais, c'était raconter des histoires[1],[2]. » La rubrique sera par la suite renommée Labo Kid, tandis que les planches de Kid Paddle se font de plus en plus indépendantes de la rubrique elle-même qui disparaîtra d'ailleurs de Spirou à partir du numéro 2992, le . Maintenant, lors des représentations de scènes tirées du jeu vidéo, ce n'est plus le dessin de Kid qui représente le héros, comme c'était le cas auparavant.

ÉvolutionModifier

 
Rue Kid Paddle à Bruxelles.

L’enthousiasme grandissant des lecteurs pousse Midam et le rédacteur en chef de Spirou, Patrick Pinchart, à passer de la demi-page à la pleine page. Puis, après quatre ans d'existence de Kid Paddle, un premier album paraît aux éditions Dupuis. Fort de ce succès, ressenti donc même à travers les ventes des albums, les ayants droit décident d'exploiter le personnage sur d’autres supports : ainsi, en 2002, le premier Kid Paddle Magazine apparaît, et un an plus tard, une première saison de 52 épisodes présente Kid Paddle dans un dessin animé diffusé sur les écrans de France, de Belgique, de Suisse et du Québec. À l'achèvement de la deuxième et dernière saison, 104 épisodes ont été produits et multidiffusés dans plus d’une vingtaine de pays[2],[3].

Dans le but de ravir les fans de la série, des centaines de produits dérivés ont été créés à l’effigie du héros dans les domaines du textile, de la bagagerie, de la papeterie, des jeux vidéo, du jouet, etc. Pour gérer de manière optimum la licence « Kid Paddle », veiller à la bonne exploitation des univers créés par Midam, ce dernier crée en 2000, la société Midam Productions dans ce but et dont la gestion sera confiée à Araceli Cancino, épouse dudit dessinateur avec qui il s'est donc associé[3],[4].

Puis, en 2004, une série « spin-off » de Kid Paddle intitulée Game Over et mettant en scène l’avatar virtuel de Kid Paddle : Le Petit Barbare évoluant dans un jeu vidéo. Pour ce projet, Midam collabore avec Adam Devreux au dessin et s’entoure de divers scénaristes. Le succès pour elle sera presque égal à sa grande sœur[3]. Et enfin, en 2009, Midam crée sa propre structure éditoriale et de gestion de droits dérivés. Il s’associe toujours avec Araceli Cancino, ainsi qu’avec Dimitri Kennes, ancien directeur général de Dupuis. La première lettre de leur prénom donnera le nom à leur entreprise : MAD Fabrik. Cette société reprend les droits sur l’ensemble de l’univers Kid Paddle le 1er juillet 2010 et s’appuie sur une gestion centralisée et exclusive de la marque[3],[5]. Le premier janvier 2014, Mad Fabrik rejoint le groupe français Glénat afin de profiter du savoir-faire acquis par ce dernier dans le domaine du marketing.

SynopsisModifier

ThématiqueModifier

Cette série présente les aventures d'un jeune garçon nommé Kid Paddle, un gamin d'environ 9 ans fan de jeux vidéo, qui a tendance à confondre les univers de ses jeux avec le monde réel. Il apprécie particulièrement les jeux vidéo et les films « gores », comme il les qualifie lui-même avec délectation. On notera, par exemple, la récurrence des tentatives de Kid, et de ses acolytes Big-Bang et Horace, pour tenter d'aller voir des films qui leur sont interdits à cause de leur jeune âge (des films aux titres prometteurs en matière de répugnant comme La crème anglaise était du pus, La cervelle est vivante ou encore Autopsie sur sujet vivant). Ces tentatives témoignent d'une certaine ingéniosité (comme celle de monter les uns sur les autres en dessous d'un long manteau pour mesurer la taille requise) mais se soldent toutes par un échec, causé tantôt par la maladresse d'Horace, tantôt par les bavardages du caissier, tantôt par une mésaventure en rapport avec le sujet du film.

On notera dans les premiers albums des références à des jeux qui existaient réellement, références qui disparaissent dans la suite de la série. Ainsi, Kid a pu s'adonner à des jeux comme SimCity, A Link to the Past, Aero the Acro-Bat, Aladdin, Cool Spot, Tiny Toon Adventures, Ecco the Dolphin, Goblins 3, Mr. Nutz ou encore Flashback, jeu qui bluffe Kid par sa technique d'animation, effectivement très avancée pour l'époque et qui fut l'un de ses atouts majeurs.

Personnages principauxModifier

  • Kid Paddle : le héros de la bande dessinée et du dessin animé.
  • Benji "Big" Bang : un petit génie, ami de Kid, qui invente tout le temps des gadgets, lesquels ne fonctionnent pas toujours. En réalité, lors de ses premières apparitions (premier gag de l'épisode 2) Big n'était qu'un technicien de pacotille mais ses inventions dans les autres épisodes fonctionnent. Au début, il a une autre coupe de cheveux.
  • Horace Becquet : un autre ami de Kid, très naïf et qui se retrouve toujours blessé, généralement d'une énorme fracture à la tête. Toujours partant pour jouer à une partie de Rikiki. Contrairement à Big Bang, on ne peut pas dire qu'il soit très intelligent : il mélange souvent des mots plus ou moins faciles (par exemple : dans le tome 7, il mélange ventriloque et vendre des loques).
  • Mirador : le patron de City Game (salle de jeux où se retrouvent périodiquement Kid et ses amis), très grincheux envers Kid et ses amis ; il les traite souvent de bande de jeunes (uniquement dans le dessin animé).
  • Le père de Kid Paddle : Monsieur Paddle ou P'pa ; il a une existence trop banale au goût de son fils qui l'imagine souvent, dans ses rêveries, en super héros.
  • Carole Paddle : la sœur de Kid, qui le prend pour un débile profond et un décérébré. Quand elle "gagne", elle n'hésite pas à étaler sa satisfaction, ce qui énerve et écœure son frère.
  • Le petit barbare : c'est le petit guerrier du jeu vidéo auquel joue le héros. Il perd souvent la partie, ce qui lui a valu une BD spéciale du nom de Game Over. Il a une tendance particulière à s'autodétruire, souvent aidé par sa princesse, bien que son destin soit plus souvent lié à la malchance qu'à la maladresse...
  • Les Blorks : ce sont des monstres qu'on trouve principalement dans les jeux vidéo de Kid mais aussi dans les films d'horreur qu'il désire voir ou que l'on peut voir sous forme de jouets et autres produits dérivés.

Personnages secondairesModifier

  • Radar : le chien de Mirador ; il surveille sans arrêt Kid et ses amis et mord les personnes qui secouent les machines.
  • Le grand-père de Kid Paddle : dur d'oreille, il entend tout de travers. Convaincu que Kid Paddle est fleur bleue, il lui offre des jouets tels que Mickey, Babar, Bécassine, Bambi et surtout Rikiki le Canard (voir plus bas). Il est parfois mêlé aux histoires imaginaires de Kid. Ex : dans le tome 8 (Paddle... my name is Kid Paddle), à la page 39, le grand-père de Kid devient le garde du corps de son père ou alors, dans le tome 6 (Rodéo blork) , page 3, Il sert à réaliser une petite farce à base de machine à vieillissement accéléré (Photo ci-contre). Bien que son apparence ait changé au fil des albums, il reste moralement le même.
  • La princesse : c'est la fille que le petit barbare doit sauver dans certaines pages des "Game Over" ou dans les jeux de Kid. Généralement, elle cause des problèmes au petit barbare ou se fait blesser à cause de lui (ce qui cause souvent la défaite de ce dernier).
  • Max : au départ dans la classe de Carole, c'est maintenant une amie de Kid. Mirador est son oncle. C'est une pro du jeu vidéo. Plus ou moins vêtue à la mode gothique, elle fascine Kid.
  • Océanne : grande amie de Carole (on ne la voit que dans le dessin animé tiré de la série).
  • Rachel (uniquement dans la BD) : l'autre amie de Carole. Elle organise souvent des soirées déguisées, dans lesquelles Kid a toujours un costume gore (sauf lors de la première soirée, où Kid se déguise en noisette ; on devine d'ailleurs qu'il est un peu amoureux d'elle).
  • Pit Bull (uniquement dans le dessin animé) : il tient le rôle du cancre craint des autres élèves de la classe de Kid. Joueur aguerri, néanmoins inférieur à Kid et à Max, tout laisse à croire que Pit est son prénom et Bull son nom (voir l'épisode "Horace se surpasse", où la prof' de gym' fait l'appel).
  • Eustache : le chat de Carole.
  • Rikiki le Canard : Horace est son plus grand fan, mais Kid le déteste. Horace est toujours heureux de prêter à Kid son jeu "Rikiki joue aux échecs". Lors du tournoi dans la salle de jeu, il est humilié par Kid qui dit qu'Horace se fait battre par la marée au 5e niveau de "Rikiki à la plage" ou qu'il perd au 3e niveau de "Rikiki fait des crêpes". De plus, les meilleurs films de Rikiki sont sûrement "Rikiki et la baguette magique", toutefois déconseillé aux moins de 8 ans à cause de scènes pouvant choquer la sensibilité des plus jeunes, et enfin l'inoubliable "Rikiki au Far West", sans oublier "Rikiki se cache derrière le champignon !".
  • Kurt Maltdor (uniquement dans le dessin animé) : réalisateur préféré de Kid.
  • Joystick Billy : propriétaire de "Planet Zombie", dans lequel on peut retrouver de temps à autre Kid. il fait son apparition dans le tome 8.
  • Augustin Glossaire : le professeur de Kid, il enseigne aussi bien le français que l'histoire en passant par les mathématiques. Il considère les trois amis comme une bande de débiles profonds et n'hésite pas à le leur dire. Dans la série animée, il est amateur avoué d'Amédée Feuillas, poète décédé.
  • Le voisin de Kid  : Kid fait toujours de drôles de coups accidentels pour faire peur à son voisin.
  • Benjamin Benjamin : le prof préféré de Kid. Il fait toujours en sorte que Kid et sa classe s'intéressent à ses cours en y ajoutant du gore.
  • La Prof' de Gym : comme on peut s'y attendre, c'est le professeur de sport de Kid et de ses amis. Elle a un très fort caractère et est particulièrement impitoyable envers les trois garçons, qu'elle appelle souvent "les majorettes". Ce n'est pas pour rien si ceux-ci ont coutume d'appeler son cours "séance de torture physique", et elle-même "Mme la prof' d'haltères" ou "GI Jane". Elle apparaît seulement dans le dessin animé.
  • Le garçon avec la mèche blonde (uniquement dans la BD) : ancien ami de Kid. Il est en fait la représentation physique de Midam, l'auteur, dans la BD. Il disparaît à la fin du cinquième album, "Alien Chantilly", et il est aussitôt remplacé par Horace.
  • Cindy : la poupée malchanceuse de Carole (Kid s'en sert pour faire des expériences).
  • Le directeur de l'école (uniquement dans le dessin animé) : il est assez à cheval sur la discipline.
  • Le concierge de l'école (uniquement dans le dessin animé) : il est tout le temps enrhumé et parle tantôt avec un accent campagnard, tantôt avec un accent de "l'Est".
  • Le caissier du cinéma : sensible et bavard, il empêche toujours Kid et ses amis de voir les films qui les intéressent.
  • Le boucher : chauve et avec un crayon sur l'oreille, il s'agit d'un personnage qui vend toute la viande que mangent les Paddle. Kid s'amuse quelquefois à dire n'importe quoi sur la provenance de la viande.
  • Le voisin du dessous de Big Bang (de son vrai nom Ernestin Tronchard) : il se fait sans cesse bousculer par les expériences informatiques de Big Bang et Kid.
  • Dissékator : la prof de bio. Son vrai nom est : Mme Mendélief (à ne pas confondre avec Dimitri Mendeleïev)
  • Amédée Feuillas : poète inconnu souvent cité par Augustin Glossaire (en tant que référence en matière de poésie). C'était un gaucher.
  • Zara : petite fille blonde qui est secrètement amoureuse de Kid. On la trouve à partir du tome 12 et elle réapparaît à plusieurs reprises dans le tome 13. Kid la prend pour une pieuvre.
  • Frank : Un ami de Carole. A chaque fois que cette dernière essaye de le présenter à son père ils arrivent au mauvais moment.

Lieux importantsModifier

  • La maison de Kid : une petite maison tranquille dans une petite banlieue (trop ?) tranquille. Kid, Horace et Big Bang s'en servent souvent comme QG ou comme terrain de jeu (avec son jardin).
  • La maison de Big Bang : elle ressemble à un grand hangar. C'est là que se trouve le laboratoire, qui est en même temps la chambre de Big Bang, dans lequel il s'adonne à ses expériences. Elle sert aussi de QG, mais plus pour tester les trouvailles du petit génie. Dans la bande dessinée, il s'agit d'un appartement situé au-dessus d'un paisible retraité, souvent victime des expériences du garçon.
  • La maison d'Horace : elle est très semblable à celle de Kid, mais beaucoup moins usitée.
  • City Game : une salle d'arcade. C'est LE lieu de prédilection du trio : ils y passent le plus clair de leur temps en s'adonnant à leur activité favorite, qui n'est plus à citer. C'est la salle dont Mirador (et Radar son chien) est le tenant.
  • Planète Zombie : c'est la boutique de jeux vidéo, de figurines de Blorks, de revues spécialisées dans le "gore", plus simplement de tout ce qui intéresse Kid. C'est là que travaille "Joystick" Billy.
  • L'école : c'est là que nos héros passent leurs heures perdues à travailler. Subtilités des poèmes d'Amédée Feuillas, étude des oiseaux maritimes, mathématiques, autant de matières indigestes que Kid et Horace fuient. Étant donné son intelligence, cela ne pose guère de problèmes à Big Bang. Dans les dessins animés, la salle de biologie de Dissékator sert souvent d'annexe au laboratoire de ce dernier.
  • Galactic Park (uniquement dans le dessin animé) : un parc d'attractions apprécié de Kid et ses amis.
  • Le monde virtuel : le monde dans lequel vit "Le Petit barbare", les Blorks, ou plus largement celui des jeux vidéo.
  • Le parc (uniquement dans le dessin animé) : un lieu assez apprécié des trois copains, surtout de Horace pour les balançoires (la girafe et le lapin), qui sont l'objet d'une de ses passions.

SuccèsModifier

Depuis la parution du premier album, Jeux de vilains en 1996, plus de 6 millions d’albums de Kid Paddle (en langue française) ont été vendus. D'après le site officiel de Midam, « en comptant le nombre d’albums vendus et la pléthore de produits dérivés, ce sont plus de 5 000 tonnes qu’il aurait dû transporter »[3]. Le neuvième tome, Boing ! Boing ! Bunk !, sorti en 2004, s'est classé 9e meilleure vente de cette année ci, avec 300 000 exemplaires, le dixième tome, Dark, j'adore !, fut quant à lui, 6e meilleure vente de 2005, année sa sortie, avec 155 900 exemplaires, il reçut aussi le prix Canal J du meilleur album jeunesse au salon de la BD de Nîmes[réf. nécessaire].

En plus de cet indéniable succès d'édition, le nom de Kid Paddle est immortalisé en sciences par un entomologiste (Yves Gomy) qui lui dédie une espèce de Coléoptère Histeridae de Tanzanie: Hypocaccus kidpaddlei[6]. Par cet acte le descripteur devient à son tour un personnage, croqué par Midam sous les traits de "Papy the Bug".

Évolution graphiqueModifier

Depuis sa première apparition dans Spirou, en 1992, et ce même entre sa première et sa quatrième apparition, le dessin de Kid a changé : les personnages, proportionnés à l'origine, ont progressivement évolué vers le dessin actuel, où la tête est disproportionnée par rapport au corps. De plus, d'abord coiffé d'une casquette rouge, il la troquera pour une casquette verte, ce qui serait un hommage à feu le chat de Midam ; en effet, nommé Gambit, il était roux et portait un collier vert, tout comme donc Kid, qui porte généralement un marcel orange et une casquette verte[1].

Publications en françaisModifier

RevuesModifier

Série principaleModifier

Article détaillé : Liste des albums de Kid Paddle.
  1. Jeux de vilains (1996)
  2. Carnage total (1996)
  3. Apocalypse boy (1997)
  4. Full métal casquette (1998)
  5. Alien chantilly (1999)
  6. Rodéo blork (2000)
  7. Waterminator (2001)
  8. Paddle... My name is Kid Paddle (2002)
  9. Boing ! Boing ! Bunk ! (2004)
  10. Dark, j'adore ! (2005)
  11. Le Retour de la momie qui pue, qui tue (2007)
  12. Panik room (2011)
  13. Slime Project (2012)
  14. Serial Player (2014)
  15. Men in blork (2017)

Hors-sérieModifier

  • Compil gore (2009)
  • Kid Paddle Monsters (2010)
  • Kid Paddle cherche et trouve (2012)

Séries dérivéesModifier

Game OverModifier

  1. Blork Raider (2004)
  2. No Problemo (2006)
  3. Gouzi gouzi gouzi (2008)
  4. Oups ! (2009)
  5. Walking Blork (2010)
  6. Sound of Silence (2011)
  7. Only for Your Eyes (2011)
  8. Cold Case, affaires glacées (2012)
  9. Bomba Fatale (2012)
  10. Watergate (2013)
  11. Yes I can ! (2013)
  12. Barbecue royal (2014)
  13. Toxic Affair (2015)
  14. Fatal Attraction (2016) (scénarios de Midam et Benz)
  15. Very Bad Trip (2016) (scénarios de Midam et Patelin)
  16. Aïe aïe eye (2017) (scénarios de Midam et gameoverforever.com)
  17. Dark Web (2018) (scénarios de Midam et Valerian)

GrrreenyModifier

Article détaillé : Grrreeny (bande dessinée).

AdaptationsModifier

Série animéeModifier

La série a été diffusée dans l'émission Total BD sur la chaîne Canal J.

FilmModifier

En août 2017, il est annoncé qu'une adaptation cinématographique des aventures de Kid Paddle et de ses amis était en cours de production par le studio de production Bidibul Productions avec à l'écriture l'un des créateurs de la série SODA, David Soussan, un des scénaristes de la série David Doussan et l'acteur Kev Adams[7].

Jeux vidéoModifier

Kid Paddle est également décliné sous la forme de plusieurs jeux vidéo pour les consoles Game Boy Advance, Nintendo DS et Wii :

Les jeux de cartesModifier

Un premier jeu de cartes est lancé par Éditions Atlas, Blorks Attack. Le but est de détruire le « Petit Barbare » de son adversaire grâce à de terribles « blorks » et des cartes « matos » pouvant renforcer l'attaque, le tir ou la défense. Le jeu comprend également des cartes « surprises » ainsi que des figurines des personnages de Kid Paddle ayant des pouvoirs spéciaux.

Le premier fascicule contient 30 cartes sont des cartes « blorks », des cartes « matos » et la figurine de Kid Paddle. Il contient aussi un tapis de jeu, les règles du jeu, un poster et des pions. Le reste des fascicules comprennent entre autres de nouvelles cartes, une boîte de rangement, les figurines du Petit Barbare et de Horace.

Un second jeu sort en 2012 édité par La Haute Roche. Game Over Le jeu est illustré par Midam et créé par Jérémy Peytevin. Ce jeu se base un peu sur le principe du Mémory, jeu de mémoire où le principe est de reformer des paires éparpillées, le but étant de former tout un chemin à travers blorks invincibles et autres obstacles jusqu'à sa princesse. Chaque joueur place sa carte "Petit Barbare" sur son point de départ. Ensuite, le plus jeune joueur commence, il choisi une arme (massue, poison, pistolet ou arc), puis retourne une carte adjacente à la sienne. Si la carte retournée est un Blork qui ne peut être vaincu avec l'arme choisi ou un Blork invincible, c'est Game Over. Le joueur retourne toute les carte face visible et c'est au joueur suivant. Dans le cas contraire le joueur peut continuer son exploration : prendre une autre arme ou garder la même et retourner une autre carte adjacente à la sienne. Si un joueur arrive à avoir face visible simultanément une cléf et la princesse de sa couleur, c'est gagné.

RomansModifier

Il existe également plusieurs romans racontant des épisodes du dessin animé.

Notes et référencesModifier

NotesModifier

RéférencesModifier

  1. a et b La naissance de Kid, sur le site officiel de Midam, consulté le 10 mars 2011.
  2. a et b Kid Paddle : destin de star, article de Spirou sur le site officiel de Midam, consulté le 10 mars 2011.
  3. a b c d et e Biographie de Midam sur son site officiel, consulté le 11 mars 2011.
  4. Site officiel de Midam Productions, consulté le 11 mars 2011.
  5. site officiel de Mad Fabrik, consulté le 11 mars 2011.
  6. Gomy (Y.), 2008 - Description de Hypocaccus kidpaddlei espèce inédite de Tanzanie (Coleoptera, Histeridae). Nouvelle Revue d'Entomologie (N.S.), 24 (2): 125-129.
  7. « Kev Adams va adapter la BD Kid Paddle au cinéma », sur Ouest-France.fr,

Voir aussiModifier