Tristan Maya

poète français

Tristan Maya, nom de plume de Jean Maton, né à Arnay-le-Duc (Côte-d'Or) le , et mort le à Chagny[1] (Saône-et-Loire), est un écrivain français, poète, romancier, critique littéraire et libraire[2].

Tristan Maya
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 74 ans)
Chagny
Sépulture
Grand cimetière d'Orléans (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Nom de naissance
Jean Léon Claude Maton
Nationalité
Activité
Autres informations
Membre de
Genres artistiques

BiographieModifier

Membre du comité du Syndicat des écrivains, ami de Guy Tristan, Roland Topor, André Ruellan, Roman Polanski, Jean By, Tristan Maya est également membre de l'Académie du Morvan[3].

Il exerçait le métier de libraire à Orléans, où il tenait boutique au no 3 boulevard de Québec. Il avait une maison à Chagny, en Saône-et-Loire, où il aimait venir se ressourcer. Il est enterré à Orléans.[réf. nécessaire]

Il était membre du comité de rédaction de la revue le Bayou[4].

ŒuvreModifier

PoésieModifier

  • Vers trop verts, Éditions de la Revue Mécène, 1947
  • Morceaux choisis, suivis des poèmes à Ré, Éditions Vent Debout, 1948
  • Fiasco, Éditions Pierre Seghers, 1953
  • Amour noir, Éditions Temps Mêlés, 1955
  • Commerces, poèmes, 1955
  • L'Œil fondant, La Torse, Imp. Suzie David, In-8°, 1957
  • « Gerces », in : Jean Gaudry, Poètes présents, Imp. P.J. Oswal, 1957
  • Florilège d'Amour, 1959
  • Fiasco, réédition ; préface de Roger Rabiniaux, couverture et illustrations de Pierre Barret, portrait de Jacky-Louis Breton, Éditions Jean Grassin, 1960, 24p.
  • Aux mauvaises langues, Éditions Guy Chambelland, 1960
  • Spectacle gratuit, couverture illustré d'un dessin de Siné, portrait de l'auteur par Jacques Deschamps, Dijon, Éditions Chambellan, in-12°, 1961
  • 13 poèmes express, portrait par Jeanne Champillou, 12 feuillets non paginés, sous couverture carton, Dijon, Éditions Chambellan, 1961
  • Pour une date, un seul amour, avec un portrait par Roger Toulouse. Orléans, Jean-Jacques Sergent, 1969
  • Éléments pour un poème, Paris, Éditions Saint-Germain-des-Prés, 1972, 20p.
  • Les Quat'saisons, Art et Poésie, 1975, 28p.
  • La lune mange le violet, illustration de couverture par Roger Testu, Éditions Panorama Suisse, 1980
  • Commerce

Romans, études et critique littéraireModifier

  • « Situation actuelle de l'Épiphanisme », in Le Bayon, 19e année, no 61, printemps 1955
  • Chants mêlés : Anthologie permanente, Imprimerie Industrielle, 1960
  • Henri Perruchot et le destin humain, 1963
  • Henri Perruchot, l'Œuvre et l'Homme, en collaboration avec Julien Vandiest et José Vial, Éditions Les Débats, 1963, 42p.
  • Anthologie de l'humour noir, publication du Manifeste jeune littérature, no 7, illustration de couverture par Roland Topor, Éditions J.L. Klotz, 1964
  • « D'un essai de définition de l'humour noir », in Synthèses, 19e année, nos 217-218, juin-
  • Le pain complet, Éditions C.E.L.F., 1965
  • Liliane est au lycée, La Table Ronde, 1967, 190p.
  • Les Chefs-d'œuvre de l'humour noir, en collaboration avec Jacques Sternberg
  • Chef-d'œuvre de l'humour noir, 1970
  • Les Maires de la ville d'Arnay-le-Duc, 1596-1867, [étude historique et généalogique d'Albert Albrier], réimpression de l'édition de 1868, revue et corrigée par Tristan Maya, Paris, Éditions Guénégaud, 1983, 95p.
  • X. F. humoriste noir, blanc de visage, collection dirigée par Jean-Pierre Brésillon, Saint-Seine-l'Abbaye, Éditions Michaut, 1984
  • Voyage d'agrément de Beaune à Autun, avec Xavier Forneret, Éditions Saint-Seine-l'Abbaye, 1984, 28 p. (ISBN 2867010403)
  • Jean Genet l'admirable insoumis
  • Georges Bataille au quotidien (plaquette tirée à part, sans mention d'éditeur) 1956-1962, « Le Cerf volant », XLIV, 1994
  • Coups de griffes, Paris, Jean Grassin, 1994 (tirage à part de la revue Séquences n°36)
  • Ponctuer, à son avantage
  • « Art et Destin », in Le Morvandiau de Paris, 1997, [étude sur l'œuvre et la vie d'Henri Perruchot]

PréfaceModifier

  • Jean C. Didier, De banale existence, poèmes, couverture de J. Henrissat, 1956
  • Isidore Bernhart, Le Graal est au bout du quai, nouvelles, Lausanne, 1959
  • Antoine Demeaux, À l'écoute du bois, chez l'auteur, 1969, 104p.
  • B. Meriau, Hier Orléans, à travers les cartes postales de la Belle Époque, Blois, Éditions Patrick Levaye, 1974
  • collectif, L'Âne mort où la femme guillotinée, collection Bibliothèque Excentrique, Éditions Marabout, 1974
  • Henry Demay, Permis d'inhumer

Cofondation de prix littéraireModifier

  • 1954 : fondateur du prix de l'Humour noir, avec trois lauréats chaque année. Remise du prix une fois par an au Café Procope à Paris ;
  • 1954 : prix Xavier Forneret, membre du jury ;
  • 1957 : prix Granville, récompensant un dessinateur humoristique ;
  • prix Littéraire du Morvan.

Récompenses, décorations et hommagesModifier

Notes et référencesModifier

  1. État civil sur le fichier des personnes décédées en France depuis 1970
  2. Bertrand Beyern, Guide des tombes d'hommes célèbres, Le Cherche midi, , 385 p. (ISBN 9782749121697, lire en ligne), p. 99.
  3. Où son nom figure parmi ses collègues cofondateurs : François Mitterrand, Léon Bondoux, Henri Desbruères, Joseph Pasquet, Claude Régnier, Jacques Thévenet, Jules Basdevant, Jean Chatelain, Henri Perruchot, Régine Pernoud, Dr Lucien Olivier, dans le premier annuaire de cette institution le .
  4. gallica

AnnexesModifier

BibliographieModifier

  • Jean Gaudry, Lettres à Tristan Maya, Collection « Correspondances des poètes », Éditions Jean Grassin (ISBN 2705512160)
  • Félix Benoit, article dans Éclats de rire, 1965.
  • Correspondance inédite :
    • Lettres adressées à Serge Brindeau, Archives de la bibliothèque universitaire d'Angers, R 220 135.
    • Fonds Jean Bouhier, bibliothèque universitaire d'Angers, R230 018 Jean Maton (Tristan Maya).
    • Fonds du patrimoine[Où ?], Lettre de Jean Maton, dossier 4K, Orléans, .