Ouvrir le menu principal
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Ibrahim-Bey (homonymie).

Ibrahim Bey
Naissance 1735
Décès 1817 (à 82 ans)
Dongola, Soudan
Origine Géorgien ou Circassien
Allégeance Fictitious Ottoman flag 2.svg Empire ottoman
Fictitious Ottoman flag 2.svg Mamelouks
Arme Cavalerie
Conflits Campagne d'Égypte
Faits d'armes Bataille des Pyramides
Autres fonctions Bey

Ibrahim Bey, né en 1735 à Martkopi dans le district de Gardabani en Géorgie ou en Circassie selon les sources, et mort en 1817 à Dongola, est un chef mamelouk et bey égyptien qui a combattu contre les armées de Napoléon Bonaparte pendant la campagne d'Égypte.

Sommaire

BiographieModifier

L'historien géorgien Alexander Mikaberidze soutient que Ibrahim Bey naît avec le nom Abram Sinjikashvili (აბრამ სინჯიკაშვილი) dans la famille d'un prêtre chrétien orthodoxe[1] tandis que les auteurs autres affirment qu'il est circassien[2],[3]. Capturé par des chasseurs d'esclaves ottomans et vendu en Égypte, il s'y convertit à l'islam et reçoit une formation mamelouk. Fidèle à Muhammad Bey Abû Dhahâb, Ibrahim, appelé Cheik-el-Beled (maître du pays), gravit tous les échelons et est affranchi[note 1]. Abou Dahab le nomme bey et lui confie le gouvernement du Caire en 1776. À la mort d'Abou Dahab, il s'impose comme commandant mamelouk, en partageant et en contrôlant l’Égypte avec son complice et ennemi circassien Mourad Bey[4]. Les deux hommes tiennent fermement le pays malgré les tentatives ottomanes pour renverser le régime mamelouk, et réussissent à mater les nombreuses révoltes civiles[5]. Ils servent officiellement les caïmacans (gouverneurs) d'Égypte tout en détenant le pouvoir réel, même vis-à-vis des dignitaires ottomans[6].

Bataille des PyramidesModifier

Le 21 juillet 1798, devant l'expédition française du général Napoléon Bonaparte, Mourad Bey prépare ses mamelouks pour combattre les troupes. Le pacha d’Égypte, Seid-Abou-Beker, ignorant les motifs de l'invasion française, est tourmenté sur la conduite à tenir et s'entend avec Ibrahim Bey pour une négociation. Dans ce but, il charge un négociant français du Caire de trouver Bonaparte pour connaître ses intentions. La bataille engagée par Mourad Bey empêche cette négociation. Ibrahim, accompagné de 2 000 mamelouks, est témoin de la bataille des Pyramides et de la défaite de Mourad et se replie sans intervenir, en emmenant ses trésors et ses esclaves. Il se retire dans la nuit du 21 au 22 juillet sur Bilbéis, capitale de la province de Charkieh, emmenant avec lui Seid-Abou-Beker[7]. Ibrahim Bey s'exile à Bilbéis pour attendre le retour de la caravane venant de la Mecque et pour profiter du renfort des mamelouks qui escortent la caravane, afin d'exécuter un plan d'attaque concerté avec Mourad Bey[8]. Ibrahim Bey et le pacha se retirent à Birket el-Hâggy. Des émissaires de cheiks se rendent à Gizeh, ayant à sa tête le kiàya du pacha, comptant sur la tolérance du vainqueur. La ville attend avec la plus vive anxiété le retour des diplomates[9].

 
Résidence d'Ibrahim Bey, près du Caire. Dessin extrait de la Description de l'Égypte.

ExodeModifier

Le général Kléber, qui contrôle la ville de Al Khankah, et l'arrivée impromptue des troupes françaises font fuir Ibrahim Bey de la ville de Salahieh, accompagné de son arrière-garde forte d'environ mille mamelouks. Un escadron de cavalerie fonce sur les mamelouks qui se battent avec courage. Le 3e régiment de dragons venu en renfort force les mamelouks d'Ibrahim Bey à s'enfoncer dans le désert[10]. Ibrahim Bey séjourne à Qatyeh puis El-Arish, avant d'arriver en Syrie. Destitué par les chefs rivaux, il se réfugie au Soudan en 1811, et meurt en 1817[note 2] dans l'anonymat et démuni à Dongola (Soudan).

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. En Égypte, les officiers supérieurs sont pour la plupart des affranchis.
  2. Certains historiens indiquent la date de sa mort en 1816.

RéférencesModifier

  1. Mikaberidze 2006, p. 471
  2. Marie Nicolas Bouillet: Dictionnaire universel d’histoire et de géographie, page 910. Hachette, Paris 1869
  3. Kahle, P., "Ibrāhīm Bey", in: M. Th. Houtsma, E. van Donzel (1993), E. J. Brill's First Encyclopædia of Islam, 1913-1936, p. 436-7. Brill, (ISBN 90-04-08265-4)., online
  4. Mikaberidze 2006, p. 471 et 472
  5. Jean-Pierre Doguereau, Journal of Napoleon's Egyptian Expedition, Paris, Greenwood Publishing Group Royale, (ISBN 031332512X, ISSN 0883-6884), chap. 224, p. 188.
  6. (en) Abd al-Rahman Al-Jabarti, Thomas Philipp et Moshe Perlmann, Abd Al-Rahmann Al-Jabarti's History of Egypt, vol. 2, Stuttgart, Franz Steiner Verlag, , p. 93, 138 et 156.
  7. Abel Hugo, France militaire : histoire des armées françaises de terre et de mer de 1792 à 1837, Paris, Delloye, , p. 244.
  8. Louis-Alexandre Berthier, Mémoires du maréchal Berthier, prince de Neuchâtel et de Wagram, major-général des armées françaises : campagne d'Égypte, première partie, Paris, Baudoin frères, , p. 22 à 25.
  9. Jean Baptiste Philibert Vaillant, Correspondance de Napoléon Ier : publiée par ordre de l'empereur Napoléon III, vol. 29, Paris, H. Plon, J. Dumaine, , p. 454.
  10. Jacques Marquet de Norvins, Histoire de Napoléon, Paris, Furne, , chap. 2, p. 33.

BibliographieModifier

  • (en) Alexander Mikaberidze, « Ibrahim Bey », dans Gregory Fremont-Barnes, The Encyclopedia of the French Revolutionary and Napoleonic Wars, vol. 2, ABC-CLIO, , 1213 p. (ISBN 978-1-851096-46-6).  

Voir aussiModifier