Morris (auteur)

auteur belge de bande dessinée, créateur de Lucky Luke

Maurice de Bevere, dit Morris, né le à Courtrai (province de Flandre-Occidentale) et mort le à Bruxelles (région de Bruxelles-Capitale), est un auteur de bande dessinée belge connu comme créateur en 1946 de Lucky Luke, série populaire qu'il a dessinée jusqu'à sa mort, seul ou en collaboration avec divers scénaristes, dont René Goscinny. Il a qualifié pour la première fois la bande dessinée de « neuvième art » dans le journal Spirou, en 1965[1].

Morris
Morris en 1971
Biographie
Naissance
Décès
Nom de naissance
Maurice de BévèreVoir et modifier les données sur Wikidata
Pseudonyme
MorrisVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Activités
Autres informations
A travaillé pour
Mouvements
Partenaire
Distinctions
Œuvres principales
signature de Morris (auteur)
Signature

Biographie

modifier

Jeunesse et débuts

modifier

Maurice de Bevere naît à Courtrai le [2]. Son père est fabricant de pipes. Flamand, il parlera néerlandais aussi bien que français. Il fréquente le collège Saint-Joseph à Alost, tenu par des jésuites en soutane (qui l'inspireront plus tard pour dessiner des croque-morts[3]). Il montre de l'intérêt pour le projecteur Pathé Baby qui lui permet de projeter des films en 9,5 mm image par image et ainsi décomposer le mouvement. Il apprend l'animation grâce aux cours par correspondance de Jean Image[2].

À 20 ans il travaille comme encreur dans un studio belge de dessins animés (CBA) et rencontre Peyo, André Franquin et Eddy Paape. Plus tard avec Franquin, Will et Jijé, il formera un groupe d'illustrateurs qu'on surnommera « La Bande des quatre ». En 1944, Morris fait de l'illustration pour Le Moustique, Humoradio (équivalent flamand du précédent) et Het Laatste Nieuws[2].

Avec Lucky Luke

modifier

En 1946 il crée le personnage de Lucky Luke dans une aventure appelée Arizona 1880 qui paraîtra fin 1946 dans L'Almanach Spirou 1947 des éditions Dupuis. En 1947 paraît le début de La Mine d'or de Dick Digger sur un scénario de son frère, Louis De Bevere[4] dans l'hebdomadaire Spirou[5]. À partir de 1949 la série sera éditée en albums. Si Morris choisit le journal Spirou pour publier ses bandes dessinées plutôt que Tintin, c'est parce qu'il trouve Spirou plus ouvert et plus fantaisiste que son concurrent très marqué par le style d'Hergé. En outre, il travaille déjà pour le studio de dessins animés des éditions Dupuis et a dessiné quelques cartoons pour le magazine Le Moustique, alors propriété de Dupuis. Sur conseil de son éditeur, il part habiter chez Jijé, seul auteur belge de l'époque à faire sérieusement de la bande dessinée, selon les propres propos de Morris. Il y retrouve André Franquin, qui vient de reprendre la série Spirou et Fantasio, et un peu plus tard Will, qui reprend Tif et Tondu. Au contact de Jijé, il apprendra beaucoup de techniques de la bande dessinée, notamment le dessin d'un croquis d'après nature, grâce à plusieurs séances par semaine sur modèle vivant[c 1].

En 1948, Morris, Franquin et la famille de Jijé décident de partir pour les États-Unis. Pour Jijé ce départ est avant tout politique, craignant une troisième guerre mondiale qui transformerait l'Europe en zone occupée par les troupes de Joseph Staline ou en zone dévastée par les bombes atomiques[6]. Pour Morris, ce voyage est plutôt motivé par l'envie de découvrir les décors et les méthodes de travail des auteurs aux États-Unis, qu'il considère comme le pays de la bande dessinée[c 2]. En , après plusieurs mois passés au Mexique, ses compagnons de voyage repartent vers l'Europe[7]. Morris reste aux États-Unis, d'où il continue d'envoyer régulièrement des planches au journal Spirou. Il fait la connaissance de Jack Davis et de Harvey Kurtzman et assiste à la naissance du magazine Mad en 1952. Début 1952, il retourne temporairement en Europe à la mort de son père et réalise avec son frère Louis L'Élixir du Docteur Doxey[4]. Aux États-Unis il fait également la connaissance de René Goscinny, qui partageait un studio de dessinateur avec Kurtzman et John Severin[2]. À partir de 1955 Morris, qui prend peu de plaisir au travail de scénariste et préfère se concentrer sur le dessin, commence à confier à Goscinny les scénarios de Lucky Luke. Leur premier album commun paraîtra dans Spirou en avec Des rails sur la prairie. Il rentre ensuite définitivement en Belgique et, après une dernière aventure réalisée avec Louis de Bevere, Alerte aux Pieds-Bleus[4], il collabore avec Goscinny jusqu'à la mort de celui-ci en 1977, après quoi Morris s'adjoint les services d'autres scénaristes[2].

De 1964 à 1967 Morris et Pierre Vankeer réalisent La Chronique du 9e Art[8], ainsi que quelques histoires brèves publiées dans Spirou. En 1968 Lucky Luke paraît dans Pilote. De à Lucky Luke est publié dans le mensuel Lucky Luke[2].

Après la mort de Goscinny Morris choisit d'autres scénaristes comme Xavier Fauche, Bob de Groot, Jean Léturgie, Lo Hartog van Banda, Vicq, Guy Vidal, etc., en utilisant alternativement les services de l'un ou de l'autre selon les albums[2].

En 1983, Lucky Luke arrête de fumer et troque sa cigarette contre une brindille. Le , à Genève, Morris est récompensé par l'OMS (Organisation mondiale de la santé) lors de la Journée mondiale sans cigarette.

En 1987, il crée la série dérivée Rantanplan (le chien idiot d'un pénitencier, dont se moque volontiers Lucky Luke les quelques fois où il est amené à le retrouver), scénarisée par Xavier Fauche et Jean Léturgie, dessinée par Michel Janvier qui alternera les crayons avec Vittorio Leonardo à partir de 1993[2].

Fin 1990, il fonde Lucky Productions (actuellement Lucky Comics), en partenariat avec Dargaud[2]. Le il reçoit le Grand prix spécial du 20e anniversaire du Festival international de la bande dessinée d'Angoulême.

Le , Morris meurt à Bruxelles d'une embolie pulmonaire consécutive à une chute accidentelle[9].

Morris est un des rares auteurs de bande dessinée dont toute l'œuvre tourne autour d'un seul héros. La seule histoire de Morris à ne pas se situer dans l'univers de Lucky Luke, ni même dans le décor du Far West, est Du raisiné sur les bafouilles, une courte histoire de gangsters scénarisée par René Goscinny et publiée en 1956 dans Le Hérisson : les auteurs envisagèrent de donner une suite à cette histoire en lançant une nouvelle série, mais l'idée fut vite abandonnée, Morris étant à l'époque déjà trop pris par Lucky Luke[10].

En outre, il participe aux albums collectifs : Il était une fois... Les Belges (Lombard, 1980), Rocky Luke - Banlieue West (SEDLI, 1985), Images du scoutisme - 50 ans de calendrier FSC (FSC, 1991), Rire c'est rire (F.I.R., 1995), La BD du 3e millénaire (Loterie romande, 1999), Boule et Bill font la fête (Dargaud, 1999) et Contes de Noël du journal Spirou 1955-1969 (Dupuis, 2020).

Œuvres

modifier

Collectifs

modifier
  • Il était une fois... Les Belges[11], Le Lombard, Bruxelles, 1980
    Scénario et couleurs : collectif - Dessin : collectif dont Morris,
    Participation : La Première Catastrophe ferroviaire.
  • Rocky Luke - Banlieue West[12], SEDLI - Jacky Goupil, mai 1985
    Scénario : collectif - Dessin : collectif dont Morris - Couleurs : quadrichromie - (ISBN 2-86725-016-1)
  • Images du scoutisme - 50 ans de calendrier FSC[13], FSC, Bruxelles, 1991
    Scénario et couleurs : collectif - Dessin : collectif dont Morris,
    Préface : Stéphane Steeman. Participation : mars 1948, janvier 1973, novembre ; juillet 1974, juillet ; octobre 1975, février 1992 (réimpression ).
  • Rire c'est rire[14], F.I.R., 1995
    Scénario et couleurs : collectif - Dessin : collectif dont Morris - (ISBN 2-87265-046-6)
  • La BD du 3e millénaire[15], Loterie romande, décembre 1999
    Scénario : collectif - Dessin : collectif dont Morris - Couleurs : quadrichromie
  • HS01. Boule et Bill font la fête, Dargaud, Bruxelles, 27 juillet 1999
    Scénario : collectif - Dessin : Roba et ses amis - Couleurs : collectif dont Morris - (ISBN 2-87129-250-7)
  • Contes de Noël du journal Spirou 1955-1969, Dupuis, coll. « Patrimoine », Marcinelle, 27 novembre 2020
    Scénario : collectif - Dessin : collectif dont Morris - Couleurs : quadrichromie - (ISBN 979-10-34738-18-2)
  • Lucky Luke, dans Spirou[16], 1946-1985.
  • Illustrations de romans, contes et rédactionnels, dans Spirou, 1955-1967.
  • Les Mille Usages d'un chapeau, deux pages dans Spirou[5] no 1000, 1957.
  • Lucky Luke, dans Pilote[17], 1967-1985.
  • Lucky Luke, dans Lucky Luke[18], 1974-1975.
  • Illustrations, dans Lucky Luke[18], 1974-1975.
  • Lucky Luke, dans Le Journal de Tintin[19], 1975-1976.
  • Lucky Luke, dans Pif Gadget[20], 1978-1992.
  • dans Okapi no 313, 1984[21].

Réception

modifier
 
Fresque murale Lucky Luke à Bruxelles

Distinctions

modifier

Prix et récompenses

modifier

Postérité

modifier

En 1993, une fresque murale Lucky Luke faisant partie du parcours BD de Bruxelles est inaugurée. Elle est située à l'angle des rues de la Buanderie et T'Kint, elle couvre une superficie de 180 m2 et sa réalisation est due à l'association Art mural[26].

En 2021, le site BD Gest' le fait entrer dans le panthéon de la BD par le Hall of Fame franco-belge[27].

Notes et références

modifier

Notes de type "c"

modifier
  1. Les Cahiers de la bande dessinée 43 p7.
  2. p. 9.

Références

modifier
  1. Le Robert - Dictionnaire des Expressions.
  2. a b c d e f g h et i Patrick Gaumer et Claude Moliterni, Dictionnaire mondial de la Bande dessinée, Paris, Larousse, , 682 p., p. 454.
  3. Robert Rouyet, Luc Honorez, Jean-Claude Broché et Pierre Hannaert, « Bande dessinée L'ultime galop de Morris : Nous sommes tous de pauvres cow-boys solitaires », Le Soir, (consulté le ).
  4. a b et c Clément Lemoine, « L’autre créateur de Lucky Luke. 1: Le scénariste fantôme », sur MARSAM atelier international de bande dessinée, (consulté le ).
  5. a et b Bernard Coulange, « De Bevere Maurice (Morris) dans Spirou », sur bdoubliees.com (consulté le ).
  6. Boquet et Verhoest 2007, p. 11.
  7. Boquet et Verhoest 2007, p. 14.
  8. Bernard Coulange, « 9e art dans Spirou », sur bdoubliees.com (consulté le ).
  9. Hubert Leclercq, « La mort de Morris, le géant! », La DH Les Sports+,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  10. Hugues Dayez, Le duel Tintin-Spirou : entretiens avec les auteurs de l'âge d'or de la BD Belge, Luc Pire, , p. 210.
  11. « Il était une fois... Les Belges », sur BD Gest' (consulté le ).
  12. « Rocky Luke - Banlieue West », sur BD Gest' (consulté le ).
  13. « Images du scoutisme - 50 ans de calendrier FSC », sur BD Gest' (consulté le ).
  14. « Rire c'est rire », sur BD Gest' (consulté le ).
  15. « La bd du 3e [millénaire] », sur BD Gest' (consulté le ).
  16. Bernard Coulange, « Lucky Luke (Kid Lucky) dans Spirou », sur bdoubliees.com (consulté le ).
  17. Bernard Coulange, « Lucky Luke dans Pilote », sur bdoubliees.com (consulté le ).
  18. a et b Bernard Coulange, « Lucky Luke dans Lucky Luke », sur bdoubliees.com (consulté le ).
  19. Bernard Coulange, « Lucky Luke (Mini album collecteur Lucky Luke) dans Tintin », sur bdoubliees.com (consulté le ).
  20. Bernard Coulange, « Lucky Luke (Kid Lucky) dans Vaillant/Pif », sur bdoubliees.com (consulté le ).
  21. Bruno Lemaître, « Morris - bibliographie - affiches », OpaleBD,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  22. a b c d et e « Morris - Biographie - Bibliographie - Filmographie », sur Planète Lucky Luke (consulté le ).
  23. a b et c (en) « Morris (b. 1923) - Awards », sur Grand Comics Database (consulté le ).
  24. « Lauréats de la C.B.E.B.D. », sur meletout.net/expertbd, Chambre belge des experts en bande dessinée (consulté le ).
  25. (nl) « Ereprijzen Milky Way Stripfestival » (consulté le ).
  26. « Lucky Luke », sur Parcours BD de Bruxelles (consulté le ).
  27. « Le panthéon de la BD », sur BD Gest' (consulté le ).

Annexes

modifier

Bibliographie

modifier

Périodiques

modifier

Articles

modifier
  • Yves-Marie Labé, « Lucky Luke, sans femme et sans reproche », Le Monde,‎
  • Vincent Lindon, « Morris, 73 ans, fête un bon demi-siècle de "Lucky Luke". », Libération,‎
  • Guillaume Doizy, « Morris (Lucky Luke), un dessinateur antisémite ? », Caricatures et caricature,‎ (lire en ligne, consulté le ).

Vidéographie

modifier

Liens externes

modifier

Sur les autres projets Wikimedia :