Gaillard (Haute-Savoie)

commune française du département de la Haute-Savoie

Gaillard
Gaillard (Haute-Savoie)
Roseraie et Tour de Naz
Blason de Gaillard
Blason
Gaillard (Haute-Savoie)
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Haute-Savoie
Arrondissement Saint-Julien-en-Genevois
Intercommunalité Annemasse - Les Voirons Agglomération
Maire
Mandat
Jean-Paul Bosland
2020-2026
Code postal 74240
Code commune 74133
Démographie
Gentilé Gaillardins[1]
Population
municipale
10 419 hab. (2018 en diminution de 11,12 % par rapport à 2013)
Densité 2 592 hab./km2
Population
agglomération
188 235 hab. (2018)
Géographie
Coordonnées 46° 11′ 09″ nord, 6° 12′ 30″ est
Altitude Min. 392 m
Max. 425 m
Superficie 4,02 km2
Type Commune urbaine
Unité urbaine Genève (SUI)-Annemasse (partie française)
(banlieue)
Aire d'attraction Genève (SUI)-Annemasse (partie française)
(commune du pôle principal)
Élections
Départementales Canton de Gaillard
(bureau centralisateur)
Législatives Quatrième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Auvergne-Rhône-Alpes
Voir sur la carte administrative de Auvergne-Rhône-Alpes
City locator 14.svg
Gaillard
Géolocalisation sur la carte : Haute-Savoie
Voir sur la carte topographique de la Haute-Savoie
City locator 14.svg
Gaillard
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Gaillard
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Gaillard
Liens
Site web gaillard.fr

Gaillard est une commune française située dans le département de la Haute-Savoie, en région Auvergne-Rhône-Alpes.

GéographieModifier

LocalisationModifier

Commune de l'agglomération d'Annemasse, la commune est située à la frontière suisse, à environ 3 km de Genève. Elle s'étend sur 4 km2 avec une densité de 2 916 habitants par km2.

Communes limitrophesModifier

Communes limitrophes de Gaillard
Thônex (  Suisse, GE) Ambilly, Annemasse
Veyrier (  Suisse, GE)   Étrembières
Étrembières

HydrographieModifier

La commune est traversée par l'Arve, ainsi que par un cours d'eau moins important, le Foron, qui marque la frontière franco-suisse.

ClimatModifier

Le climat y est de type montagnard en raison de la présence du massif alpin.

Ville Ensoleillement Pluie Neige Orage Brouillard
Paris 1 797 h/an 642 mm/an 15 j/an 19 j/an 13 j/an
Nice 2 694 h/an 767 mm/an 3 j/an 31 j/an 7 j/an
Strasbourg 1 637 h/an 610 mm/an 30 j/an 29 j/an 65 j/an
Gaillard 1 785 h/an 674 mm/an 26 j/an 16 j/an 4 j/an
Moyenne nationale 1 973 h/an 770 mm/an 14 j/an 22 j/an 40 j/an

Voici un aperçu dans le tableau ci-dessous pour l'année 2007 :

Mois J F M A M J J A S O N D Année
Températures (sous abri, normales) °C ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ...
Précipitations (hauteur moyenne en mm) ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ...
Source : Météo France et Météociel[2]

Voies de communication et transportsModifier

La commune est desservie par l'« Autoroute Blanche » (A40), elle ne possède pas de gare ferroviaire, la gare la plus proche est celle d'Annemasse, desservie par des TER Rhône-Alpes et des TGV de et vers Paris via Bellegarde-sur-Valserine. La gare de Genève-Cornavin est également reliée par TGV Lyria à Paris, mais elle impose depuis Gaillard de traverser la frontière.

L'aéroport de Genève CointrinModifier

L'aéroport international, desservi par de nombreuses compagnies d'aviation, est accessible en une quinzaine de minutes. Il impose également un passage de frontière.

Transports en communModifier

 
Autobus du réseau TAC (Annemasse) vu près de l'Église de Gaillard.

Les bus font partie des TAC (Transports annemassiens collectifs) qui est le réseau de transports publics desservant l'agglomération d'Annemasse.

Les horaires ainsi que les lignes ont été redéfinis (presque conjointement) avec les TPG pour faciliter le transit des travailleurs frontaliers et la ligne NV du réseau Noctambus se poursuit côté annemassien jusqu'à l'arrêt Prés des Plans les vendredis et samedis soir.

UrbanismeModifier

TypologieModifier

Gaillard est une commune urbaine, car elle fait partie des communes denses ou de densité intermédiaire, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[3],[4],[5]. Elle appartient à l'unité urbaine de Genève (SUI)-Annemasse (partie française), une agglomération internationale dont la partie française regroupe 35 communes[6] et 188 235 habitants en 2018, dont elle est une commune de la banlieue[7],[8].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Genève (SUI)-Annemasse (partie française), dont elle est une commune du pôle principal[Note 2]. Cette aire, qui regroupe 158 communes, est catégorisée dans les aires de 700 000 habitants ou plus (hors Paris)[9],[10].

Occupation des solsModifier

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires artificialisés (62 % en 2018), en augmentation par rapport à 1990 (57,8 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : zones urbanisées (50,3 %), terres arables (22,2 %), forêts (12,7 %), zones industrielles ou commerciales et réseaux de communication (9,1 %), zones agricoles hétérogènes (3,2 %), mines, décharges et chantiers (2,6 %)[11].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[Carte 1].

Morphologie urbaineModifier

Une zone urbaine, sur le plateau, qui regroupe aujourd’hui près de 12 000 habitants rassemblant plus de 100 nationalités. Gaillard est composé principalement du quartier de Sigem-Fossard classée zone urbaine sensible (ZUS) par l'Insee.

Vu du ciel, il n'y a pas de différence entre Gaillard, Ambilly, Annemasse et même la ville de Thonex en Suisse.

Sigem-FossardModifier

Le quartier Sigem-Fossard est située près de la douane de Fossard et est composée de nombreuses nationalités différentes. Sigem-Fossard est classée zone urbaine sensible (ZUS) par l'Insee.

Gaillard, ville frontalièreModifier

Située à la frontière franco-suisse, Gaillard est reliée à la ville de Thônex par plusieurs points de passage.

Le douane de VallardModifier

La douane de Vallard est une grande douane ouverte 24 heures sur 24. L'autoroute Blanche A40 qui vient de la vallée de l'Arve et de Chamonix ou de Lyon en passant par La Roche-sur-Foron, est reliée à la douane par l'autoroute A411. Cette dernière se prolonge en Suisse sur la route de Malagnou qui arrive à proximité du pont du Mont-Blanc au centre de Genève.

La douane de MoëllesulazModifier

 
La douane de Moëllesulaz.

Le second passage depuis Gaillard vers la Suisse est la douane de Moëllesulaz (« Moillesulaz » du côté suisse), nom francoprovençal signifiant « mouille soulier », car il fallait traverser à pied le Foron — ruisseau qui sépare la France de la Suisse — avant la construction du pont.

La douane de Moillesulaz est le terminus de la ligne 12 du tramway de Genève. De nombreux habitants de Gaillard et Annemasse passent par cette douane pour prendre les Transports publics genevois (TPG) pour aller à Genève.

Du côté français, le quartier de la douane de Moëllesulaz s'appelle la « Porte de France ».

Le général Giraud, après son évasion de la Forteresse de Königstein, le , emprunte la douane de Moëllesulaz plutôt que celle de Saint-Julien-en-Genevois pour quitter la Suisse.

La douane de FossardModifier

La douane de Fossard donne sur les abords de la ville de Thônex. Le passage des valeurs marchandes n'y est pas autorisé.

Avec l'accord de Schengen auquel la Suisse a adhéré, les vérifications sont devenues modestes, mais il y a toujours les douaniers qui peuvent vérifier le passage.

ToponymieModifier

Le toponyme provient de Château-Gaillard, dans le sens « bravoure »[12]

Le château est mentionné lors de sa création, en 1304, sous la forme castrum Galliardi[12]. On trouve dans les années qui suivent les formes castro Gaillart (1304-1305) ou encore castrum Gaillardi (1306)[12].

En francoprovençal, le nom de la commune s'écrit Guèlyâr (graphie de Conflans) ou Galyârd / Gàlyârd (ORB)[13].

HistoireModifier

Début de la période féodaleModifier

Durant le Moyen Âge, Gaillard est le centre d'une châtellenie[14].

Chastel-Gaillard et devint simplement Gaillard après la démolition du château en 1589[14].

Gaillard, par sa position géographique particulière, a joué un rôle actif dans l’histoire de Genève et de la Savoie. En effet, même si l’urbanisation a souvent effacé les traces du passé, l’agglomération frontière actuelle est l’héritière de Château-Gaillard, bourg fortifié fondé par les comtes de Genève au XIIIe siècle, qui commandait les passages terrestres et fluviaux vers la cité voisine. Au Moyen Âge [Quand ?], la forteresse, sise dans le diocèse de Genève, abritait une garnison de 3 000 hommes.

La Maison de SavoieModifier

Au début du XVe siècle, après la disparition des comtes de Genève et l’achat du comté par Amédée VIII, duc de Savoie, toute l’ancienne province du Genevois – vaste étendue englobant une grande partie du bassin du Léman, les vallées de l’Arve jusqu’au mont Blanc, celle du Rhône savoyard et toute la région des Préalpes françaises – devint savoyarde. Au moment de l’instauration de la Réforme, en 1536, Genève est en effervescence. Pour réagir contre ce mouvement d’indépendance, les parents fribourgeois du chanoine Pierre Verly se réunissent à Gaillard et menacent Genève. Les évènements se précipitent. Les Genevois somment le château de se rendre ; ils l’attaquent et le reprennent.

Le bailliage de Gaillard est rendu au duc de Savoie par le Traité de Lyon en 1601. Ce document cède en même temps à la France la Bresse, le Bugey, le Valromey et le Pays de Gex. Pour compenser la perte de ces provinces, le duc de Savoie lance une action militaire contre Genève, dont le point fort est l'Escalade, le , qui se solde par la défaite du duc de Savoie. Après avoir été, au cours des siècles, Genevois, Savoyens, Français et Sardes, vivant en communauté avec Thônex, les Gaillardins sont associés à Ambilly lors du retour à la Savoie le [1].

Mais cette nouvelle union sera de courte durée puisque, selon les « Lettres patentes royales » du , Charles-Albert, roi de Sardaigne, reconnaît « convenable dans l’intérêt public » de séparer « de la commune d’Ambilly-Gaillard, les hameaux de Gaillard, Moillesulaz, Valard et Vernaz et les érige en commune sous le nom de Gaillard, laissant que le village d’Ambilly continue à former une commune à lui seul sous le nom d’Ambilly »[15].

Gaillard devient françaiseModifier

En 1860, par le traité de Turin, la Savoie est cédée à la France.

Lors des débats sur l'avenir du duché de Savoie, en 1860, la population est sensible à l'idée d'une union de la partie nord du duché à la Suisse. Une pétition circule dans cette partie du pays (Chablais, Faucigny, Nord du Genevois) et réunit plus de 13 600 signatures[Note 3], dont 136 pour la commune[18],[19]. Le duché est réuni à la suite d'un plébiscite organisé les 22 et où 99,8 % des Savoyards répondent « oui » à la question « La Savoie veut-elle être réunie à la France ? »[20].

En 1896, Gaillard dénombre 212 maisons, 351 ménages et 1 239 habitants. C’est donc un bourg essentiellement rural, avec une activité maraîchère en plein essor. Au fil des années, sa population va croissant.

De 1945 à nos joursModifier

Peuplée de 11 300 habitants en 2012, la ville présente aujourd’hui une physionomie urbaine qui contraste avec la vie quotidienne un siècle auparavant. La vocation maraîchère, partiellement conservée dans la plaine de l’Arve, nous rappelle cependant le rôle qu’a joué cette activité dans le développement de la ville et dans les relations frontalières.

Politique et administrationModifier

Administration territorialeModifier

La commune est rattachée administrativement à l’arrondissement de Saint-Julien-en-Genevois. Elle appartient au canton d'Annemasse dès 1860, puis à celui d'Annemasse-Nord en 1973[15]. En 2015, la commune devient le chef-lieu du canton de Gaillard, créé à la suite du redécoupage cantonal de 2014[21]. Enfin, elle est rattachée à la quatrième circonscription de la Haute-Savoie.

Tendances politiques et résultatsModifier

Pour les législatives de 2012, les Gaillardins ont voté à 51 % pour le candidat de gauche, Guillaume Mathelier, maire de la commune voisine d'Ambilly, qui n'a pas été élu comme député.

Administration municipaleModifier

Le nombre d'habitants au dernier recensement étant compris entre 10 000 et 19 999, le nombre de membres du conseil municipal est de trente-trois[22].

Liste des mairesModifier

Liste des maires successifs de 1944 à nos jours
Période Identité Étiquette Qualité
1944 1979 Louis Simon UDR Député-suppléant de Maurice Herzog
1979 2014 Renée Magnin DVD ...
2014 En cours
(au avril 2014)
Jean-Paul Bosland DVD ...

Politique de développement durableModifier

La ville a engagé une politique de développement durable en lançant une démarche d'Agenda 21 en 2005[23].

Instances judiciaires et administrativesModifier

Gaillard dépend des tribunaux de grande instance, d'instance et de commerce ainsi que du conseil de prud'hommes, tous siégeant à Thonon-les-Bains, et de la cour d'appel de Chambéry.

La sous-préfecture de Saint-Julien-en-Genevois ne délivrant plus de certificats d'immatriculation depuis 2012[réf. nécessaire], cette formalité s'effectue auprès de la préfecture d'Annecy et des sous-préfectures de Bonneville ou de Thonon-les-Bains.

Population et sociétéModifier

DémographieModifier

Les habitants de la commune sont appelés les Gaillardins[1]. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1848. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de plus de 10 000 habitants les recensements ont lieu chaque année à la suite d'une enquête par sondage auprès d'un échantillon d'adresses représentant 8 % de leurs logements, contrairement aux autres communes qui ont un recensement réel tous les cinq ans[24],[Note 4]

En 2018, la commune comptait 10 419 habitants[Note 5], en diminution de 11,12 % par rapport à 2013 (Haute-Savoie : +6,11 %, France hors Mayotte : +1,78 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1848 1858 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891
1 0261 3381 1731 1511 1001 1801 2281 1891 220
1896 1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946
1 2391 3421 2881 2401 5111 9612 6862 8392 981
1954 1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2006
3 5804 5686 2339 0279 0799 5929 94911 34611 507
2011 2016 2018 - - - - - -
11 29011 15210 419------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[15] puis Insee à partir de 2006[25].)
Histogramme de l'évolution démographique

EnseignementModifier

La ville de Gaillard dispose de trois écoles élémentaires et d'un collège :

  • École du Salève ;
  • École du Châtelet ;
  • École des Voirons-Bossonnets ;
  • Collège Jacques-Prévert.

Manifestations culturelles et festivitésModifier

  • Concours international de piano Adilia Alieva : créé en 1998, il est organisé tous les 2 ans. Il regroupe deux catégories de participants : les jeunes et les professionnels. Depuis 2014, le concours n'est plus organisé à Gaillard, mais désormais à Annemasse et à Genève. Il est devenu annuel[26].

SantéModifier

Cabinet médicalModifier

Il existe plusieurs cabinets médicaux, soit des médecins seuls ou des associations de médecins généralistes qui pratiquent sur Gaillard.

Hôpital privéModifier

  • La clinique du centre-ville a déménagé au Brouaz.

Hôpital cantonalModifier

Les frontaliers travaillant en Suisse (Genève) et selon leurs assurances, peuvent se faire soigner à l’hôpital cantonal de Genève.

PharmacieModifier

Gaillard possède plusieurs pharmacies réparties sur la commune. Les gardes sont partagées avec les officines de l'agglomération.

La ville de Thônex (Suisse) propose aussi des pharmacies, avec les lois suisses.

SportsModifier

  • Évian Thonon Gaillard Football Club, club de football qui évolue en Ligue 2. Jusqu'en 2003, le FC Gaillard évolue au stade Louis-Simon, situé à Gaillard, dont la capacité est limitée à 1 800 places. Avec la fusion et la montée en National, l'équipe première déménage au stade Joseph-Moynat de 3 500 places, situé à Thonon-les-Bains, puis au parc des sports d'Annecy après la montée en Ligue 2. La ville dispose toujours d'un stade utilisé par la réserve jouant en CFA2 et pour des matchs de coupe[27].

MédiasModifier

Radios et télévisionsModifier

La commune est couverte par des antennes locales de radios dont France Bleu Pays de Savoie, ODS Radio, Radio Plus (Pays de Savoie), etc. Enfin, la chaîne de télévision locale TV8 Mont-Blanc diffuse des émissions sur les pays de Savoie. Régulièrement, l'émission La Place du village expose la vie locale. France 3 et sa station régionale France 3 Alpes peuvent parfois relater les faits de vie de la commune.

Presse et magazinesModifier

La presse écrite locale est représentée par des titres comme Le Dauphiné libéré, L'Essor savoyard, Le Messager - édition Genevois, le Courrier savoyard.

InternetModifier

Gaillard a été récompensée pour sa politique Internet par le label « Ville Internet » en 2011 (@@)[Note 6].

ÉconomieModifier

Usine pharmaceutique Delpharm/Bayer anciennement Roche Nicolas.

Culture et patrimoineModifier

Lieux et monumentsModifier

Espaces verts et fleurissementModifier

En 2014, la commune obtient le niveau « deux fleurs » au concours des villes et villages fleuris[31].

Patrimoine culturelModifier

Gaillard dispose d'une salle de spectacles, la salle Louis-Simon, qui accueille régulièrement des conférenciers, chanteurs, etc.

Personnalités liées à la communeModifier

HéraldiqueModifier

Les armes de Gaillard se blasonnent ainsi :

« D’Or à la Bande partie d'azur et de gueules. »

  • GUEULES est le rouge héraldique et traduit la force
  • OR signifie richesse, force, foi, constance
  • AZUR, justice et loyauté

d'où la devise de Gaillard : Force - Foi - Loyauté.

La commune de Gaillard a adopté pendant quelques années les armoiries de la famille de Rossillon, seigneurs de Gaillard : « de sable à la Croix d'argent », puis a finalement adopté les armes de la famille de la Naz, une authentique famille de Gaillard (les Rossillon étant eux originaires du pays de Gex).

Le site de la commune donne ce blasonnement : « d'Or à la Bande tranchée de Gueules et d'Azur » qui est fautif par rapport au dessin proposé, conforme à celui ci-contre (la bande tranchée présenterait une séparation entre le rouge et le bleu selon une diagonale de la bande).


Voir aussiModifier

BibliographieModifier

  • Henri Baud, Jean-Yves Mariotte, Jean-Bernard Challamel, Alain Guerrier, Histoire des communes savoyardes. Le Genevois et Lac d'Annecy (Tome III), Roanne, Éditions Horvath, , 422 p. (ISBN 2-7171-0200-0), p. 117-119, « Gaillard ».
  • Magnin, J. Canault, J.L.Charpentier, Gaillard Forteresse oubliée, Presses de Savoie, R., 150 pages,

Articles connexesModifier

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et référencesModifier

Notes et cartesModifier

  • Notes
  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé, en , celle d'aire urbaine afin de permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Cette pétition réunit plus de 13 651 signatures dans des villages de la partie nord (aujourd’hui la Haute-Savoie) : 60 communes du Faucigny, 23 du Chablais savoyard et 13 aux environs de Saint-Julien-en-Genevois, soutenue par l’Angleterre[16],[17].
  4. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.
  5. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.
  6. Le palmares des Villes Internet (1999 à aujourd’hui) sur le site officiel de l’association « Ville Internet » indique pour Gaillard[28] :
    • 2011 « @@ »
  • Cartes
  1. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.

RéférencesModifier

  1. a b et c « Gaillard », sur le site de mutualisation des Archives départementales de la Savoie et de la Haute-Savoie - sabaudia.org (consulté le ), Ressources - Les communes.
  2. Base de données météo et observations temps réelle par Méteociel et Météo France
  3. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  4. « Commune urbaine - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  5. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  6. « Unité urbaine 2020 de Genève (SUI)-Annemasse (partie française) », sur https://www.insee.fr/ (consulté le ).
  7. « Base des unités urbaines 2020 », sur www.insee.fr, (consulté le ).
  8. Vianney Costemalle, « Toujours plus d’habitants dans les unités urbaines », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le ).
  9. « Liste des communes composant l'aire d'attraction de Genève - Annemasse (partie française) », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques (consulté le ).
  10. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le ).
  11. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  12. a b et c Henry Suter, « Gaillard », sur le site d'Henry Suter, « Noms de lieux de Suisse romande, Savoie et environs » - henrysuter.ch, 2000-2009 (mis à jour le 18 décembre 2009) (consulté le ).
  13. Lexique Français - Francoprovençal du nom des communes de Savoie : Lé Kmoune in Savoué, Bruxelles, Parlement européen, , 43 p. (ISBN 978-2-7466-3902-7, lire en ligne), p. 16
    Préface de Louis Terreaux, membre de l'Académie de Savoie, publié au Parlement européen à l'initiative de la députée Malika Benarab-Attou.
    .
  14. a b et c Histoire des communes savoyardes 1980, p. 118.
  15. a b et c Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  16. Luc Monnier, L'annexion de la Savoie à France et la politique suisse, 1860, A. Jullien, , p. 98.
  17. Paul Guichonnet (préf. Henri Baud), Histoire de l'annexion de la Savoie à la France et ses dossiers secrets, Roanne, Éditions Horvath, , 354 p. (ISBN 978-2-7171-0235-2), p. 163.
  18. Manifestes et déclarations de la Savoie du Nord, Genève, Imprimerie-Lithographie Vaney, , 152 p. (lire en ligne), p. 78-80.
  19. Guy Gavard (préf. Paul Guichonnet), Histoire d'Annemasse et des communes voisines : les relations avec Genève de l'époque romaine à l'an 2000, Montmélian, La Fontaine de Siloé, coll. « Les Savoisiennes », , 439 p. (ISBN 978-2-84206-342-9, lire en ligne).
  20. Paul Guichonnet, Nouvelle encyclopédie de la Haute-Savoie : Hier et aujourd’hui, La Fontaine de Siloé, , 399 p. (lire en ligne), p. 18.
  21. « Décret no 2014-185 du 18 février 2014 portant délimitation des cantons dans le département de la Haute-Savoie », Légifrance, (consulté en ).
  22. art L. 2121-2 du code général des collectivités territoriales.
  23. FICHE | Agenda 21 de Territoires - Gaillard, consultée le 26 octobre 2017
  24. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  25. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.
  26. Site de l'[www.sbam.yolasite.com Adilia ALIEVA - International Concert Pianiste]
  27. « ETGFC - Football & Paris Sportifs », sur ETGFC (consulté le ).
  28. « Liste des Villes Internet » (consulté le ) (année à sélectionner)
  29. Document de juillet 1304 publié dans le Régeste genevois (1866), que l'on peut consulter en ligne dans le Répertoire chronologique des sources sur le site digi-archives.org de la Fondation des Archives historiques de l'Abbaye de Saint-Maurice (REG 0/0/1/1529).
  30. Guy Gavard (préf. Paul Guichonnet), Histoire d'Annemasse et des communes voisines : les relations avec Genève de l'époque romaine à l'an 2000, Montmélian, La Fontaine de Siloé, coll. « Les Savoisiennes », , 439 p. (ISBN 978-2-84206-342-9, présentation en ligne), p. 68.
  31. « Les villes et villages fleuris », sur le site officiel du « Concours des villes et villages fleuris » (consulté le ).