Ouvrir le menu principal

Tarbelles
civitas Tarbellorum
Image illustrative de l’article Tarbelles
Vestiges, à Aquae Tarbellicae (Dax), d'une basilique civile, lieu public de réunion où de nombreuses activités de la vie civique se déroulaient ; on y rendait notamment la justice.

Période Aquitaine antique, Empire romain
Ethnie Aquitains
Langue(s) Aquitain/proto-basque et latin
Religion Panthéon pyrénéen
Villes principales Aquae Tarbellicae (métropole), Lapurdum
Région d'origine Novempopulanie
Région actuelle Landes, Pays Basque
Frontière Boiates, Tarusates, Vascons
Carte des peuples de la Novempopulanie

Les Tarbelles (Tarbelli en latin) étaient un peuple aquitain[1] (proto-basque) centré sur Aquae Tarbellicae (Dax)[2]. Situés sur les bords de l'océan Atlantique, ils occupaient un territoire qui va aujourd'hui du sud des Landes, au Pays basque français actuel, de la Chalosse, aux vallées de l'Adour, des gaves de Pau et d'Oloron.

Leur capitale était Dax, anciennement Aquae Tarbellicae, située dans ce qu'Ausone décrivait comme « ces contrées où mugit le peuple des Tarbelles ». Ils sont probablement les ancêtres les plus proches et les plus directs des modernes Basques d'Aquitaine ou Basques du nord[2].

Les Tarbelles durent être un des premiers peuples connus de toute l'Aquitaine protohistorique, parce qu'ils se trouvaient sur la côte, et les premiers placés sur la route des navigateurs phéniciens[3].

HistoireModifier

Conquête romaineModifier

La civitas des Tarbelles est une des premières structures politiques connues de l'aire historique basque. Sans doute anciennement et solidement établis, les Tarbelles étaient considérés au Ier siècle av. J.-C. par les Romains comme le peuple le plus puissant[4] de l'Aquitania (la Novempopulania du Bas-Empire) et de la région avec les Vascons[5].

À l'époque de la conquête romaine (milieu du Ier siècle av. J.-C.), ils dominaient[réf. nécessaire] plusieurs groupes aquitains : les Cocosates des actuelles Landes centrales, les Aturenses de l'Adour moyen (Aire-sur-Adour) ou Tarusates de la vallée de la Midouze (Tartas), les Sibusates de l'Adour inférieur (Saubusse)[réf. nécessaire], les Iluronenses du Gave d'Oloron, les Beneharni (Pathiciani, Ptiani) du Gave de Pau (Béarn) et probablement les Bigerri de la haute vallée de l'Adour (Bigorre) mais la question a été discutée[réf. souhaitée].

Publius Crassus, lieutenant de Jules César, entreprit la conquête de l'Aquitaine en 56 av. J.-C.. Ce fut la célèbre bataille, suivie du siège de Sos où le roi des Sotiates, Adiatuanos capitula en 55 av. J.-C.. L'intervention des Cantabres (Celtes) au côté des Aquitains ne suffit pas à contenir l'expansion de l'Empire romain[6],[7]. Des 50 000 combattants qui formaient l'armée des Aquitains et des Cantabres, seul un quart réussit à s'en échapper. En 51 av. J.-C., Jules César qui visite l'Aquitaine y reçoit les signes de soumission mais en 49/48 av. J.-C., Octave fait face à la révoltes des Aquitains et c'est en -28/27 av. J.-C. que Valerius Messalla triomphe à nouveau des Tarbelles adossés à la montagne des Pyrénées[2]. La Tour d'Urkulu serait peut-être un trophée marquant cette victoire.

RomanisationModifier

Sous l'Empire il ne semble pas y avoir eu de troupe auxiliaire tarbelle proprement dite, comme ce fut le cas pour les Vascons par exemple. Les Tarbelles devaient donc intégrer des troupes "aquitaines" comme la Cohors I Aquitanorum.

La voie romaine Ab Asturica Burdigalam traversait le territoire des Tarbelles (axe nord-sud) et passait par la capitale Aquae Tarbellicae, rebaptisée Aquae Augustae.

Au IIIe siècle, lors de la division par l'administration romaine de l'Aquitaine en trois provinces, le territoire des Tarbelles fit partie de la Novempopulanie (Aquitania Tertia). Le légat Verus, auteur de la stèle romaine commémorative d'Hasparren oú il indique son action en faveur de la création de la Novempopulanie, pourrait être lui-même d'origine tarbelle.

Le développement postérieur des cités proto-basques des Beneharni et des Iluronenses, vallées aujourd'hui béarnaises, limita quelque peu le domaine des Tarbelles.

Les auteurs latins du Bas-Empire romain Arborius et Ausone étaient respectivement fils et petit-fils d'Aemilia Corinthia Maura, d'origine tarbelle et d'un sang illustre [8].

À la fin de l'Empire, et d'après la Notitia Dignitatum, il semble que la capitale Aquae Tarbellicae ait perdu de l'importance au profit de Lapurdum (Bayonne), siège du tribun de la Cohorte de Novempopulanie (In provincia Novempopulana tribunus cohortis Novempopulanæ in Lapurdo)[9].

Les Tarbelles disparaissent avec les invasions barbares et la chute de l'Empire. Leurs voisins Vascons prennent alors une place prépondérante dans la région qui prend le nom de Vasconie.

Les limites de la civitas des Tarbelles ont été globalement conservées par le diocèse de Dax et celui de Bayonne, qui s'en est détaché, jusqu'a la Révolution française.

ÉtymologieModifier

 
La Novempopulanie dont Elusa est la capitale et Aquae Tarbellicae la ville des Tarbelles.

Au Ier siècle, Pline les surnomme Tarbelli quatuorsignani[10] (« Tarbelles aux quatre signes, enseignes », étendards ou peuples) indiquait que ceux-ci devaient fédérer quatre tribus.

Certains auteurs[Lesquels ?] voient dans le radical *tarb-/*tarv- la racine désignant le taureau. Cette thèse est volontiers soutenue par les Dacquois qui défendent une tradition taurine mais elle a peu de chances d'être vraie car le mot taureau vient du grec tauros.

De même, on est tenté de rapprocher leur nom de celui de la ville de Tarbes, mais le nom antique de cette cité est Turba et elle appartenait au peuple des Bigerriones, au mieux clients des Tarbelles.

Liens internesModifier

Notes et référencesModifier

  1. Manex Goyhenetche, Histoire générale du Pays basque : Préhistoire-Époque Romaine-Moyen-Âge, t. 1, Donostia / Bayonne, Elkarlanean, , 492 p. (ISBN 2913156207 et 8483314010, OCLC 41254536), p. 53-59
  2. a b et c Jean-Louis Davant (préf. Lorea Uribe Etxebarria), Histoire du peuple basque, Bayonne; Donostia, Elkar argitaletxea, coll. « Collection Histoire », , 11e éd. (1re éd. 1970), 352 p. (ISBN 9788497835480 et 8497835484, OCLC 49422842), p. 32-33
  3. Les navigateurs phéniciens après s'être avancés au-delà des Colonnes d'Hercule, achevèrent le tour de l'Espagne, avant de poursuivre leurs découvertes vers la partie occidentale et septentrionale de l'Europe. Sur l'origine présumée du fractionnement dialectal de la langue basque par Hector Iglesias
  4. La plupart des auteurs ayant abordé le sujet semblent d'accord sur la question : Lesbats, J., 1978, Toponymie des Landes : recherches historiques, Aire-sur-Adour, p. 27 ; Pierre Narbaitz, Le Matin basque ou Histoire ancienne du peuple vascon, Paris, Librairie Guénégaud SA, , 519 p. (OCLC 1974692, notice BnF no FRBNF34575140) ; Jean-Baptiste Orpustan, La langue basque au Moyen Âge (IXe – XVe siècles) (monographie), Saint-Étienne-de-Baigorry, Izpégi [publié avec le concours du conseil régional d'Aquitaine et du conseil général des Pyrénées-Atlantiques], coll. « Recherches », [1re éd.], 356 p., 22 cm (ISBN 2909262227 et 9782909262222, OCLC 428072272, notice BnF no FRBNF37038842, lire en ligne), p. 22
  5. Manex Goyhenetche, Histoire générale du Pays basque : Préhistoire-Époque Romaine-Moyen-Âge, t. 1, Donostia / Bayonne, Elkarlanean, , 492 p. (ISBN 2913156207 et 8483314010, OCLC 41254536), p. 65
  6. Jules César (trad. Désiré Nisard), Commentaires sur la Guerre des Gaules : Commentarii de Bello Gallico, vol. 3, Paris, Didot, (lire sur Wikisource) :

    « Au bruit de cette victoire la plus grande partie de l'Aquitanie se rendit à Crassus, et envoya d'elle-même des otages. De ce nombre furent les Tarbelles, les Bigerrions, les Ptianii, les Vocates, les Tarusates, les Elusates, les Gates, les Ausques, les Garunni, les Sibuzates, et les Cocosates. »

  7. Dion Cassius, Histoire romaine, livre XXXIX, 46
  8. « AUSONE - Texte numérisé et mis en page par Thierry Vebr et François-Dominique FOURNIER (voir "Préfaces" (II), "Parentales" (II, III, IV, V), Souvenirs aux professeurs de Bordeaux" (XVI)) »
  9. « Sine nomine - Notitia Dignitatum »
  10. Pline l'Ancien, Histoire naturelle (Naturalis Historia) : livre 4, [108]. Aquitani, unde nomen provinciae, Sediboviates. mox in oppidum contributi Convenae, Bigerri, Tarbelli Quattrosignani, Cocosates Sexsignani, Venami, Onobrisates, Belendi, saltus Pyrenaeus infraque Monesi, Oscidates Montani, Sybillates, Camponi, Bercorcates, Pinpedunni, Lassunni, Vellates, Toruates, Consoranni, Ausci, Elusates, Sottiates, Oscidates Campestres, Succasses, Latusates, Basaboiates, Vassei, Sennates, Cambolectri Agessinates (lire sur Wikisource)