Beaune

commune française du département de la Côte-d'Or

Beaune
Beaune
Hospices de Beaune avec tuile vernissée de Bourgogne.
Blason de Beaune
Blason
Beaune
Logo
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bourgogne-Franche-Comté
Département Côte-d'Or
(sous-préfecture)
Arrondissement Beaune
(chef-lieu)
Intercommunalité Communauté d'agglomération Beaune Côte et Sud
(siège)
Maire
Mandat
Alain Suguenot (LR)
2020-2026
Code postal 21200
Code commune 21054
Démographie
Gentilé Beaunois
Population
municipale
20 711 hab. (2018 en diminution de 5,16 % par rapport à 2013)
Densité 657 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 01′ 30″ nord, 4° 50′ 23″ est
Altitude Min. 193 m
Max. 407 m
Superficie 31,50 km2
Unité urbaine Beaune
(ville isolée)
Aire d'attraction Beaune
(commune-centre)
Élections
Départementales Canton de Beaune
(bureau centralisateur)
Législatives Cinquième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Bourgogne-Franche-Comté
Voir sur la carte administrative de Bourgogne-Franche-Comté
City locator 14.svg
Beaune
Géolocalisation sur la carte : Côte-d'Or
Voir sur la carte topographique de la Côte-d'Or
City locator 14.svg
Beaune
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Beaune
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Beaune
Liens
Site web beaune.fr

Beaune est une commune française située dans le département de la Côte-d'Or et la région Bourgogne-Franche-Comté. Située à 45 kilomètres au sud de Dijon et 150 km au nord de Lyon, elle est la sous-préfecture de l'arrondissement de Beaune. Ses habitants sont appelés les Beaunois et les Beaunoises.

La plus ancienne mention du nom de Beaune se rencontre sur une monnaie mérovingienne portant BELENO CAS[TRO] et dans les écrits en 664 Pagus Balnensis, en 861 Belna, en 1005 Belna Castrum, en 1164 Belna[1].

En 2015, la population de Beaune est de 21 661 habitants[2] ce qui en fait la deuxième commune de Côte-d'Or. La communauté d'agglomération Beaune Côte et Sud, créée le , compte quant à elle 52 741 habitants. Il s'agit également de la huitième ville de Bourgogne, derrière la capitale et chef-lieu régionale Dijon, Chalon-sur-Saône, Nevers, Auxerre, Mâcon, Sens, Le Creusot et devant Montceau-les-Mines.

Héritière d'un riche patrimoine historique et architectural, siège de nombre de maisons de négoce, Beaune peut être considérée comme la capitale des vins de Bourgogne.

C'est une ville fleurie récompensée de quatre fleurs, de la distinction Grand Prix National, et médaille d’or au concours européen de l’Entente Florale en 2006.

ToponymieModifier

« Beaune » est l'évolution étymologique du mot gaulois latinisé « Belena ». Belena est le nom de la source autour de laquelle s'est établie la bourgade. Le nom de cette source est issu du patronage du dieu gaulois Belenos, divinité des eaux vives[3].

La plus ancienne mention du nom de Beaune se rencontre sur une monnaie mérovingienne portant BELENO CAS[TRO] et dans les écrits en 664 Pagus Balnensis, en 861 Belna, en 1005 Belna Castrum, en 1164 Belna[1].

GéographieModifier

LocalisationModifier

Représentations cartographiques de la commune
 
  Mairie
 
Carte OpenStreetMap
 
Carte topographique
1 : carte dynamique ; 2. carte OpenStreetMap ; 3 : carte topographique

Beaune est la sous-préfecture de l'arrondissement de Beaune, l'un des trois arrondissements de la Côte-d'Or. La commune se situe sur la côte des Vins de Bourgogne aussi nommée route des Grands Crus (qui s'étend de Dijon à Beaune pour sa partie côte-d'orienne).

Beaune est bordée au sud par le cours d'eau de la Bouzaise, qui prend sa source dans l'agglomération. Sur le flanc ouest de la commune se trouve la côte de vignobles qui donne son nom au département. Elle se situe à 45 kilomètres au sud-sud-ouest de Dijon, et 150 au nord de Lyon.

Communes limitrophesModifier

HameauxModifier

Les hameaux de Challanges et de Gigny sont rattachés à la commune de Beaune.

Voies de communication et transportsModifier

Réseau AutoroutierModifier

La commune est un important nœud autoroutier de l'Est de la France. Située sur l'autoroute A6 à 312 km de Paris et à 157 km de Lyon, elle donne naissance à l'autoroute A31 en direction de Dijon (47 km), Nancy (258 km) et Metz (308 km) ; ainsi qu'à l'autoroute A36 en direction de Besançon (108 km) et Mulhouse (232 km).

  A6 Paris - Beaune - Lyon

  A31 Beaune - Grand Duché de Luxembourg

  A36 Beaune - Mulhouse

Réseau ferréModifier

 
Train en gare de Beaune

La gare de Beaune dessert deux lignes à grande vitesse :

Au niveau régional, la gare de Beaune est un important nœud d'échange pour les réseaux TER Bourgogne et TER Rhône-Alpes.

Transports en commun

Beaune est desservie par un réseau de Transports urbains nommé Côte&Bus géré et crée sur demande de la Communauté d'agglomération. Ce réseau dessert toute la Communauté d'agglomération Beaune Côte et Sud avec cinq lignes urbaines, et plusieurs lignes interurbaines. Géré par Keolis Beaune depuis 2016, le réseau a totalement été refondu en .

Le réseau circule du lundi au samedi midi toute l'année sauf le 1er mai.

AérodromeModifier

Beaune possède un aérodrome, l'Beaune-Challanges, mais il ne fait l'objet d'aucun service commercial de voyageurs.

ReliefModifier

 
Schéma du relief et de la végétation
(pins noirs, vigne, agglomération)

Beaune est en bordure du bassin parisien. Les sols du vignoble sont argilo-calcaires, mais avec des différences sur le calcaire. Des couches de calcaire du rauracien sur les sommets du vignoble. Au milieu des couches de calcaire du comblanchien avec des marnes argoviennes sur des sols épais, blancs, gris ou jaunes, nuancés de rouge par l'oxfordien ferrugineuse. Son exposition va de l'est à plein sud, à une altitude de 193 à 407 mètres.

HydrographieModifier

 
Parc de la Bouzaize

La rivière la Bouzaise prend sa source à l'est de la ville. Contournant la vieille ville par le sud, elle alterne sections souterraines et passages à l'air libre. Longue d'une vingtaine de kilomètres, elle se jette dans la Dheune à hauteur de Palleau.

Beaune compte également deux ruisseaux, l'Aigue et le Genet, qui se jettent tous les deux dans la Bouzaise.

ClimatModifier

Le climat de Beaune est de type océanique à tendance semi-continentale. L'influence océanique se traduit par des pluies fréquentes en toutes saisons (avec néanmoins un maximum en automne et un minimum en été) et un temps changeant. L'influence semi-continentale se traduit par une amplitude thermique mensuelle parmi les plus élevées de France, se caractérisant par des hivers froids avec des chutes de neige relativement fréquentes, et des étés plus chauds que sur les côtes, avec à l'occasion de violents orages. C'est cette influence semi-continentale qui rend possible la culture de la vigne dans la Côte-d'Or.

Données météorologiques de Savigny-lès-beaune (station Avertissements Agricoles, ZI nord de Beaune) :

Relevés Beaune 2002-2006
Mois jan. fév. mars avril mai juin jui. août sep. oct. nov. déc. année
Température minimale moyenne (°C) −2,06 −1,12 1,34 4,42 7,94 12,44 13,9 13,36 12,06 6,96 2,54 −0,44 5,82
Température moyenne (°C) 1,04 2,36 6,32 9,88 13,52 19,16 20,08 18,84 15,62 11,12 6 2,42 10,76
Température maximale moyenne (°C) 4,54 6,42 12,2 15,64 19,6 26 26,74 25,48 22,1 16,72 9,96 5,44 15,92
Précipitations (mm) 60,88 45,68 57,32 43,64 64,32 46,76 58,34 53,38 35,96 94,24 99,5 69,7 675,85
Source : MeteoSavigny[5]

UrbanismeModifier

TypologieModifier

Beaune est une commune urbaine[Note 1],[6]. Elle fait en effet partie des communes denses ou de densité intermédiaire, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[7],[8]. Elle appartient à l'unité urbaine de Beaune, une unité urbaine monocommunale[9] de 21 031 habitants en 2017, constituant une ville isolée[10],[11].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Beaune, dont elle est la commune-centre[Note 2]. Cette aire, qui regroupe 64 communes, est catégorisée dans les aires de 50 000 à moins de 200 000 habitants[12],[13].

Occupation des solsModifier

 
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (46,9 % en 2018), néanmoins en diminution par rapport à 1990 (50,9 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : zones urbanisées (27,6 %), terres arables (22,9 %), cultures permanentes (18,6 %), forêts (12,5 %), zones industrielles ou commerciales et réseaux de communication (8,2 %), zones agricoles hétérogènes (4,1 %), milieux à végétation arbustive et/ou herbacée (4 %), prairies (1,3 %), espaces verts artificialisés, non agricoles (0,6 %)[14].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[15].

Morphologie urbaineModifier

QuartiersModifier

Beaune est divisée en 13 quartiers[16] :

  • Blanches Fleurs ;
  • Bretonnière - Vérotes ;
  • Centre-ville ;
  • Challanges ;
  • Champagne Saint-Nicolas ;
  • Madeleine / Gare / Route de Seurre ;
  • Gigny ;
  • Le Camp Américain ;
  • Les Ares Cautains ;
  • Les Echaliers ;
  • Les Vignes Rouges ;
  • Saint-Jacques ;
  • Saint-Martin / La Montagne.

LogementModifier

Le nombre total de logements en 2017 est de 12 041. Ils sont divisés en résidences principales pour 87,0 %, résidences secondaires (y compris les logements occasionnels) pour 4,9 %, et en logements vacants pour 8,1 %.

La part des ménages propriétaires de leur résidence principale est de 44,4%[17].

À Beaune, 22 % des logements sont classés en logements sociaux.

Des problématiques de logement apparaissent en centre-ville à cause d'Airbnb, les propriétaires d'appartements préfèrent faire du profit avec la plateforme, plutôt que de louer leur bien à des habitants à l'année[18]. La propreté (tri dans les poubelles) et le stationnement occupé par les touristes des Airbnb sont aussi des conséquences négatives de ces pratiques[19].

Projets d'aménagementsModifier

Le boulevard circulaire en sens unique qui délimite le centre-ville historique, longeant les remparts, a été en grande partie rénové, réduisant à plusieurs endroits la circulation à deux voies au lieu de trois. À la place ont été intégrés des espaces verts et des voies cyclables ou piétonnes. Les travaux ont commencé en 2006 avec un budget prévisionnel de 2 362 500 [20].

HistoireModifier

La charte des privilèges de Beaune : 1203Modifier

La charte de franchise de la commune de Beaune confère à ses habitants droits et privilèges. Eudes III, duc de Bourgogne, permet à Beaune d’exister en tant qu’institution autonome dès 1203 sur le modèle de Dijon. Cette charte est conservée aux Archives municipales de Beaune[21].

Fondation des Hospices de Beaune en 1443Modifier

En 1422, Nicolas Rolin fut nommé chancelier de Philippe le Bon, duc de Bourgogne. Il fut très lié à Jean sans Peur, qui fut le parrain de son troisième fils. Veuf, il épouse en 1421, Guigone de Salins issue de la noblesse comtoise, avec qui il fonde les Hospices de Beaune, en 1443, où il crée en 1452 un nouvel ordre religieux : les sœurs hospitalières de Beaune. C'est lui qui commande le polyptyque du Jugement dernier au peintre flamand Rogier van der Weyden, pour les hospices.

Révolte de Beaune et ralliement à Marie de Bourgogne en 1477Modifier

Les États de Bourgogne reconnaissent Louis XI comme souverain le , à la mort de Charles le Téméraire. Avec l'occupation de la Bourgogne par l’armée royale conduite par Jean IV de Chalon, Georges de la Trémoille et Charles d’Amboise, Beaune se rallie à Marie de Bourgogne, contre le roi de France Louis XI. Les révoltes de Beaune ainsi que Semur-en-Auxois et Châtillon-sur-Seine sont rapidement étouffées. Cependant, le roi confirme finalement les privilèges de la ville par ses lettres patentes en octobre 1478[22].

FortificationsModifier

Le retour de la Bourgogne à la France de Louis XI entraine la campagne de fortification qui donne à la ville sa physionomie actuelle. Une première phase de construction eut lieu entre 1478 et 1502 établit la citadelle et une première enceinte. De 1513 à 1524 furent construites les "grosses tours" aux angles de la cité et l'enceinte fut épaissie. Une dernière phase en 1636 modernise les fortifications en ajoutant des bastions aux côtés les moins défendus.[23]

Les guerres de ReligionModifier

Le grand hiver de 1709Modifier

De fortes pluies s’abattent sur l’été 1708 et nuisent à la récolte annuelle, et le lorsque la pluie se met à tomber, immédiatement suivie d’un vent glacial : un hiver exceptionnel commence. Le vent qui souffle jusqu’au , sans que la neige ne soit venue protéger les cultures, anéantit les semailles et les arbres fruitiers, altère les vignes et gèle les cours d’eau. La Bouzaise est gelée en deux heures. Même le vin tourne en glace dans les bouteilles et les tonneaux. Les oiseaux et les volailles ne survivent pas à ce froid polaire. Pour sauver les vagabonds, les voyageurs et les indigents, des feux publics sont allumés. Après une courte période de répit accompagnée par la pluie, la neige tombe à partir du début du mois de février, et lorsque celle-ci fond les rivières débordent et inondent la campagne. Le soleil apparaît au mois d’avril, redonnant vie aux champs, et apportant de la chaleur aux habitants, mais une pluie verglaçante vient détruire les semences jusqu’aux racines.

Les conséquences de ce Grand Hiver sont désastreuses pour la population. Les habitants s’attendent à une grande famine, ce qui crée un sentiment général de panique. On craint les accapareurs, on s’oppose à libre circulation des blés. Pour calmer les tensions, le conseil municipal décide de bloquer toutes les provisions de blé et de les recenser pour mieux les gérer et les distribuer. Mais des émeutes ont lieu à Pommard où les habitants s’opposent à la réquisition de leur stock, alors que Beaune se constitue une réserve, alors que les récoltes de blés et les vendanges sont quasi inexistantes en 1709[27].

Beaune, sous-préfecture de la Côte-d’Or en 1790Modifier

Le département de la Côte-d’Or a été créé le par l'Assemblée constituante à partir de l'ancienne province de Bourgogne.

Occupation de Beaune par l'armée autrichienne en 1814Modifier

En , 6 000 hommes sont à Beaune sous les ordres du baron de Scheither qui conduit les opérations dans le Sud-Est de la France, pour prendre Chalon-sur-Saône aux troupes de Napoléon, pendant la campagne de France de 1814, où Napoléon tente d'empêcher l'invasion de la France par la Sixième Coalition[28].

Création de l'École pratique d'Agriculture et de Viticulture, "La Viti" en 1884Modifier

En 1881, la commission des Hospices de Beaune met en place un projet pour transformer son école horticole en école de viticulture. Le projet soutenu par la municipalité et le département voit le jour en 1884 comme l'École pratique d'Agriculture et de Viticulture de Beaune. C'est le député Sadi Carnot qui intervient auprès du ministre de l'agriculture, en , pour faire de ce projet, une priorité nationale et l'arrêté de création paraît le . L'école est destinée à former des chefs de culture et une instruction professionnelle aux fils de viticulteurs. L'entrée de l'école se fait alors sur concours, et accueille 30 élèves la première année, pour un cycle de 3 ans d'études. En 1962, avec la transformation de l'enseignement agricole, "la Viti", devient un lycée agricole : le Lycée viticole de Beaune.

Première guerre mondialeModifier

L'hôpital militaire américain de 1918-1919Modifier

Lors de la Première Guerre mondiale, Beaune devient l'une des bases arrière du corps expéditionnaire américain (A.E.F.) et de ses 2 millions d'hommes en France. En 1918, l'hôpital militaire américain est construit aux portes de la ville, avec 20 000 lits il sera l'un des plus importants en Europe.

A.E.F. University of Beaune en 1919Modifier

L'hôpital sera transformé après l'Armistice en Université américaine, par l'A.E.F. pour former les soldats qui ne peuvent pas rentrer immédiatement aux États-Unis, dans les forces d'occupation de l'Allemagne. L'A.E.F. University of Beaune ouvre de à avec 15 000 militaires étudiants américains qui y suivent une formation et sa faculté de 600 enseignants et personnels[29],[30]. L'A.E.F. University de Beaune avait un collège d'agriculture avec 2 500 étudiants dans une ferme de 13 hectares a Allerey, et une branche de 1 000 étudiants, dans un collège d'art et d'architecture situé au château de Bellevue près de Versailles. Près de 30 000 ouvrages furent rassemblés dans sa bibliothèque et seront ensuite donnés à la bibliothèque municipale de Beaune[31]. L'université fut dirigée par John Erskine[32], professeur d'anglais à l'université Columbia de New York, qui fut chargé de l'organisation de cette université militaire avec le colonel Ira Reeves[33].

Seconde guerre mondialeModifier

OccupationModifier

Les Allemands arrivent le 17 juin 1940 à Beaune[34]. Séduit par les thèmes agrariens de la Révolution Nationale[35], le maire Roger Duchet affiche vite son enthousiasme en renommant dès 1940 l'avenue de la Gare "avenue du Maréchal Pétain"[35], un des griefs qui lui sera reproché par le Comité départemental de Libération. Également président des hospices de Beaune, il œuvre activement au don de la Cuvée des Dames hospitalières renommé "Clos du Maréchal Pétain" au chef de l’État Français.

A la libération, le maire est écarté du conseil municipal[36] suivant les consignes données par le Comité départemental de Libération, mais convoqué en décembre par le comité d'épuration du CDL, il échappe à toute sanction et est réélu l'année suivante[37].

Libération de Beaune en 1944Modifier

À la fin de la Seconde Guerre mondiale, la ville est rejointe par le 2e régiment de cuirassiers du colonel Durosoy, venu par Chalon-sur-Saône et Bligny-lès-Beaune. Les forces françaises arrivent le 7 septembre et se heurtent à des mitrailleuses à l'ouest et surtout à de fortes défenses antichar au sud de la ville qui causent des pertes humaines et matérielles au 3e Escadron. Un char M4 Sherman est détruit et d'autres sont endommagés[38]. Les français, aux portes de Beaune, se replient pour la nuit durant laquelle les Allemands fuient la ville vers Dijon.

Les forces françaises ne peuvent entrer dans la ville que le lendemain pour la libérer, le , où elles sont acclamées[38],[39]. Un odonyme local (avenue du Huit-Septembre-1944[40]) rappelle cet événement.

Les troupes entrant dans Beaune étaient issues en partie de la 1re armée commandée par le général Jean de Lattre de Tassigny, et également des troupes des :

Politique et administrationModifier

 
Mairie de Beaune, ancien couvent des Ursulines[41]

Tendances politiques et résultatsModifier

Beaune a une tendance politique ancrée à droite.

Liste des mairesModifier

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Mars 1995 En cours Alain Suguenot UMP puis LR Député de la Côte-d'Or
1968 1995 Henri Moine RPR Député de la Côte-d'Or (1972-1974)
1965 1968 Lucien Perriaux UNR  
1945 1965 Roger Duchet CNIP Sénateur de la Côte-d'Or
1944 1945 Louis Lozerand   Chef du Comité Cantonal de Libération de Beaune

BudgetModifier

Le budget de la ville de Beaune en 2008 est prévu de 36 164 399  dont :

  • Fonctionnement : 27 718 364 
  • Investissement : 8 445 765 .

Politique environnementaleModifier

 
Point recyclage au centre-ville.

Le tri sélectif et l'usage de composteur sont entrés dans les mœurs. Des pistes cyclables facilitent la circulation des vélos. Les jardins publics sont aménagés pour favoriser les pratiques propices à l'environnement : non implantation de gazon pour éviter les tontes, pose de caillebotis pour préserver le sol, limitation des traitements. Une usine de traitement des eaux permet d'éliminer les produits phytosanitaires liés à la vigne. L'entreprise Sécula spécialisée dans le traitement des déchets a su exporter son savoir-faire. La commune a mis en place un programme de rénovation de l'éclairage public, qui permet une baisse de consommation d'énergie de 47 %[42].

JumelagesModifier

La ville de Beaune est jumelée avec les villes suivantes :

Toutes ces villes se situent dans des régions viticoles, à l'exception de Malmedy et Nantucket.

La ville étudie la possibilité de créer de nouveaux jumelages avec l'Angleterre et les États-Unis[43].

Population et sociétéModifier

DémographieModifier

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de plus de 10 000 habitants les recensements ont lieu chaque année à la suite d'une enquête par sondage auprès d'un échantillon d'adresses représentant 8 % de leurs logements, contrairement aux autres communes qui ont un recensement réel tous les cinq ans[44],[Note 3]

En 2018, la commune comptait 20 711 habitants[Note 4], en diminution de 5,16 % par rapport à 2013 (Côte-d'Or : +0,65 %, France hors Mayotte : +1,78 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
10 1148 3449 2989 9479 90810 67810 58511 36210 969
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
10 45310 71510 90711 17611 42112 03812 14612 47013 726
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
13 88713 54013 40911 66111 99011 86212 16111 99013 175
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2016
15 36716 87419 06020 20721 28921 92321 77821 87221 644
2018 - - - - - - - -
20 711--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[45] puis Insee à partir de 2006[46].)
Histogramme de l'évolution démographique

EnseignementModifier

 
Cour d'honneur et bâtiment administratif de La Viti.

Enseignement primaireModifier

Beaune dispose de dix écoles élémentaires ainsi que dix écoles maternelles réparties dans toute la ville :

  • école des Blanches-Fleurs ;
  • école des Bretonnière ;
  • école des Échaliers ;
  • école de Gigny ;
  • école Jeanne-d’Arc ;
  • école des Peupliers ;
  • école Antoine-de-Saint-Exupéry ;
  • école Saint-Nicolas ;
  • école privée Notre-Dame ;
  • école privée du Saint-Cœur ;
  • école des Remparts.

Enseignement secondaireModifier

La ville dispose de cinq collèges et cinq lycées qui dispensent différents enseignements.

CollègesModifier
LycéesModifier
  • Le lycée Clos-Maire est établissement général et technologique public
  • Le lycée Étienne-Jules Marey, établissement général et technologique public.
  • Le lycée du Saint-Cœur, qui est un établissement général privé.
  • Le lycée de La Viti, établissement d'enseignement viticole et agricole.
  • Le lycée Alain-Fournier, qui est un établissement régional d'enseignement adapté proposant :
    • Un CAP Maçon
    • Un CAP Peintre applicateur de revêtements
    • Un CAP Carreleur-mosaïste
    • Un CAPA Vigne et vin
    • Un CAPA Production florale et légumière
    • Un CAPA Travaux paysagers

Enseignement supérieurModifier

Beaune comporte différents établissements d'enseignements supérieurs :

Manifestations culturelles et sportivesModifier

Festival du film policierModifier

Le festival cinématographique du film policier se déroule au mois d'avril, sur plusieurs jours. Il a été tenu par la ville de Cognac de 1982 à 2007[49]. Depuis 2009, il est repris par la ville de Beaune. Il implique de nombreux commerçants dans l’évènement, mettant la ville à contribution. L'édition de 2020, qui n'a pas eu lieu à cause de la pandémie de Covid-19 aura été la dernière édition du festival à Beaune, puisque dès 2021, c'est la ville de Reims qui accueillera ce festival.

24 Heures de BeauneModifier

C'est une course de vélos originaux se déroulant sur vingt-quatre heures. Cette manifestation est organisée sur un weekend du mois de mai, dans le quartier des Peupliers. Originellement du samedi au dimanche, le départ et l'arrivée se faisaient à 16 heures, depuis 2010 elle se déroule désormais du vendredi au samedi, le départ et l'arrivée se font à 20 heures[50].

Les vélos sont des tandems à trois roues (deux roues avant et une roue arrière) avec une fourche rigide ou pendulaires. Ils sont généralement décorés de plaques en carton peintes, mais des décors de plusieurs mètres peuvent être créés. Un thème est défini chaque année[51].

Deux prix sont remis à l'issue de la course : le prix du vainqueur, pour l'équipe qui a remporté la course, et le prix du plus beau vélo. Les équipes participantes ont donc le choix de concourir pour la victoire sportive ou pour l'effort artistique. Ces deux objectifs sont généralement exclusifs, l'ajout de structures décoratives alourdissent les vélos, et sont un frein évident à l'aérodynamisme, à la maniabilité, et donc à la compétitivité sportive. Des prix sont également remportés par catégories (hommes, femmes, mixtes, jeunes), ainsi que pour le fair-play, et la décoration des stands de chaque équipe.

Le parcours du circuit a une longueur d'un kilomètre environ (1,145 km en 2016[52]), les équipages réalisent entre 100 et 500 tours environ sur les 24 heures. Environ 40 équipages prennent part à la course chaque année.

Festival d’opéra baroqueModifier

Le Festival international d'opéra baroque de Beaune se déroule tous les ans durant l’été, depuis 1983[53].

Festival Ciné-RétroModifier

Ce festival de cinéma muet a lieu durant l'été. Différents films muets, comme des courts-métrages de Charlie Chaplin ou Laurel et Hardy, sont projetés à la chapelle Saint-Étienne chaque soir, et sont accompagnés par un pianiste présent sur scène. Le festival a été lancé en 1994[54].

Festival Jazz à BeauneModifier

Le festival a lieu chaque année au mois de septembre ou d'octobre[55]. Crée en 2000 à l'initiative du restaurateur beaunois Jean-Jacques Hegner, le festival Jazz à Beaune rendra hommage, pour sa onzième édition, au jazz et aux vins de Bourgogne.

Vente des vinsModifier

 
Vue de Pommard avec Beaune à l'arrière-plan.

La fête de la vente des vins (vente des hospices de Beaune) est une vente aux enchères des vins des Hospices de Beaune, cette manifestation a lieu le troisième dimanche de novembre. La première vente remonte à 1859, la réputation devient mondiale en 1924. En 1934, la Confrérie des Chevaliers du Tastevin instaure les Trois Glorieuses, manifestation culturelle dont fait partie la vente des Hospices de Beaune[56].

Depuis 1986 ont lieu également deux courses hors stade réputées, un semi-marathon et les foulées beaunoises, au milieu des prestigieux vignobles de Côte d'Or (Pommard, Meursault et toute la côte de Beaune).

Aujourd’hui, de nombreux concerts, activités et spectacles de rue font office d’animation dans la ville durant tout le weekend. Ces activités sont aujourd'hui préparées par le CFDB[57].

SportModifier

L'office du sport de Beaune recense 55 clubs sportifs pour 42 disciplines, et cinq complexes sportifs[58]. Certains sont gérés par la communauté de commune Côte et Sud.

ClubsModifier

Le club de rugby du CS Beaune évolue en Fédérale 1 en 2018-2019.

Le club Beaune Handball évolue en Nationale 2.

Le Beaune Football Club évolue en division d'honneur.

Installations sportivesModifier

CultesModifier

La paroisse de Beaune regroupe dix-huit communes au sein de l'archidiocèse de Dijon[59].

Un temple protestant a été créé à l'initiative du maire Paul Bouchard au XIXe siècle.

ÉconomieModifier

Les secteurs engendrant le plus d'activité sont le vin (anciennes et grandes maisons de négoces : Louis Latour, Maison Champy, Maison Louis Jadot, Albert Bichot, Bouchard Père & Fils, Chanson, Joseph Drouhin...) et l'hôspitalier[60]. Il est à noter également la présence d'importantes sociétés de logistiques. En décembre 2007, 1 412 entreprises employaient 17 940 salariés. Beaune est le siège d'une antenne de la Chambre de commerce et d'industrie de la Côte-d'Or.

EmploiModifier

La commune abrite une population un peu plus active que la moyenne nationale (47,4 % contre 45,2 %), avec un taux d'activité des 25-59 ans également légèrement supérieur aux chiffres nationaux (84 % contre 82,2 %). Les catégories socio-professionnelles les mieux représentées sont les ouvriers (31,6 %), suivis des employés (31,1 %) et des professions intermédiaires (18,6 %)[61]. Avec 62 % d'ouvrier ou d'employé, les revenus des habitants sont modestes et 22 % des logements sont classés comme sociaux.

ViticultureModifier

 
Vue d'une partie du vignoble de Beaune.
 
Bâtiment du BIVB,
"Station Œnologique de Bourgogne"

Beaune est considérée comme la capitale des vins de Bourgogne.

Au nord, au sud et à l'ouest de la commune s'étend la Côte de Beaune sur laquelle se trouvent nombre d'appellations qui comptent parmi les plus prestigieuses des vins de Bourgogne. Elle représente une superficie de 5 980 hectares[62], soit un peu moins d'un quart du vignoble de Bourgogne. Elle regroupe vingt AOC communales et 331 climats classés en premier cru[63].

De nombreux producteurs et négociants en vin sont implantés à Beaune[64]. Entre 1720 et 1750, les maisons de négoce voient le jour à Beaune, la première étant la Maison Champy, suivie par le domaine Chanson Père & Fils. Chaque année depuis 1851, les Hospices de Beaune organisent une vente aux enchères de charité de ses productions, qui bénéficie aujourd'hui d'une portée internationale. Enfin, le Bureau interprofessionnel des vins de Bourgogne (BIVB), qui fédère les viticulteurs et les négociants en vin, est domicilié à Beaune.

En outre, Beaune possède sa propre appellation d'origine contrôlée, le beaune. Cette appellation compte 411,7 hectares[65] en superficie avec une très forte majorité de vins rouges. En couleur la répartition donne 362,74 hectares de vins rouges (dont 281,49 ha en premier cru) plantés en pinot noir et 48,96 hectares en vins blancs (dont 36,06 ha en premier cru) plantés en chardonnay[65]. Sur le volume total, cela donne 13 540 hectolitres (dont 10 322 hl en premier cru) pour les vins rouges et 2 368 hectolitres (dont 1 761 hl en premier cru) pour les vins blancs[65].

Cependant, en plus de l'AOC Beaune, d'autres vins peuvent légalement y être produits comme : le Côte de Beaune, le Bourgogne aligoté, le Bourgogne, le crémant de Bourgogne, le Bourgogne mousseux, le Bourgogne Passe-tout-grains et les Coteaux Bourguignons[66].

Culture locale et patrimoineModifier

Lieux et monumentsModifier

Beaune est classée « ville d’Art et d’Histoire ». Pas moins de 34 monuments y sont classés ou inscrits à l'inventaire supplémentaire des monuments historiques.

Les halles de Beaune font face à l'Hôtel-Dieu, elles abritent le marché hebdomadaire le samedi, ainsi que la vente des hospices de Beaune.

Églises de BeauneModifier

Du premier millénaire, subsistent aujourd'hui à Beaune trois églises actuellement désaffectées : Saint-Martin de l'Aigue, Saint-Baudèle et Saint-Flocel.

 
Beffroi de la ville de Beaune non loin des hospices.
Saint-BaudèleModifier

Saint-Baudèle se trouve au cœur du castrum, près de la source de Belenin, 7 rue de l'Enfer, qui donna son nom à la ville. La première église fut probablement édifiée à la fin du Ve siècle sur les ruines d’un temple d’Apollon. Elle renfermait les reliques de saint Baudèle (ou saint Boil) qui était un contemporain de saint Martin. C’était un soldat qui a subi le martyre à Nîmes vers 395. Un petit monastère fut élevé sur son tombeau et Grégoire de Tours rapporte qu’il s’y opéra plusieurs miracles. Vers 720, lorsque les Arabes menacèrent le sud de la France, l’abbé saint Romule et 80 moines s’enfuirent vers le nord avec quelques os de saint Baudèle. Quelques fragments de relique furent confiés à Beaune et la cathédrale prit le nom de saint Baudèle. Les remparts du castrum protégèrent certainement l’église lors de l’invasion de 731. L’église était le siège d’un important archidiaconé du diocèse d’Autun. En 1099, le pape Urbain II réaffirmait dans une bulle la prééminence de Saint-Baudèle sur les autres églises de Beaune. Elle demeura l’église principale de la ville jusqu’à la construction de l'actuelle église Notre-Dame au XIIe siècle. Elle fut ensuite progressivement désaffectée et fut vendue comme bien national en 1791. Elle appartient aujourd’hui à la maison de négoce en vin Joseph Drouhin. Elle ne se visite pas. Elle était constituée d’un vaisseau avec une voûte en berceau plein cintre. On peut encore y voir deux colonnes et un petit baptistère pouvant remonter au IXe siècle.

Saint-FlocelModifier

Saint-Flocel se trouve à l'extérieur du castrum, contre la muraille, 20 rue du Paradis. L'église a été dédicacée le quand elle reçut les reliques de saint Flocel et de saint Herné en présence du duc Otton. Les reliques avaient été ramenées du Mans en 912 par Richard le Justicier qui combattait les Normands. Elles restèrent à Saint-Flocel jusqu'à leur translation vers la nouvelle église Notre-Dame, le , en présence de Simon de Brion légat du pape. Saint Flocel était un jeune martyr normand décapité les . Saint Herné était le fondateur de l'abbaye de Céaucé mort un 9 août vers l'an 560[101]. L'église, ou plutôt la chapelle, en raison de ses modestes dimensions (hauteur 3,60 m, longueur 15 m et largeur 4 m), est constituée par une nef de plein cintre à quatre arcs-doubleaux reposant sur des pilastres. Le tailloir de chapiteau se prolonge sur la muraille de tout le bâtiment, formant ainsi la ligne de séparation entre les murs et la voûte. L'édifice a fait l'objet d'importants travaux de restauration entre 1964 et 2003.

Notre-DameModifier

Notre-Dame, impasse Notre-Dame. Les textes laissent à penser qu'une première église Notre-Dame a pu être établie dans le castrum à partir de 976, le portail occidental de style byzantin de l'actuelle église qui, elle, date du XIIe siècle pourrait en être un témoignage[102]

Saint-NicolasModifier

L'église Saint-Nicolas date du XIIIe siècle , rue du faubourg Saint Nicolas.

Sainte-MadeleineModifier

L'église a été démontée en 1798. Elle datait de 1245 mais elle avait été détruite une première fois en 1585 pour faciliter la défense de la ville et reconstruite en 1599. La paroisse desservait les faubourgs Madeleine, Saint-Jean et Perpreuil ainsi que le hameau de Challanges. Le hameau de Gigny dépendait de cette paroisse une année sur trois[103]. Elle est de nouveau démolie après la Révolution, en 1798[104]. La place dégagée sert actuellement au stationnement des véhicules automobiles.

Autres édifices religieuxModifier

  • Chapelle Notre-Dame, rue faubourg Saint-Nicolas
  • Chapelle du sanctuaire de l'Enfant-Jésus, ancien carmel, rue de Chorey ; a le statut de sanctuaire diocésain depuis 2014-2015[105]
  • Chapelle des dominicains, rue de l'Église-Saint-Nicolas
  • Temple protestant réformé, rue Joigneaux
  • Église évangélique, rue de Chorey
  • Protestante évangélique, ruelle Morlot
  • Salle du royaume des témoins de Jehovah, rue de Chevignerot
  • Mosquée, rue des Ares Cautains.

GastronomieModifier

 
Moutarderie Fallot.

Beaune est la capitale des vins de bourgogne. La Cité des vins et des Climats de Bourgogne est un musée sur la vigne et le vin dont le projet prend en partie place à Beaune.

Depuis 1840, la moutarderie Fallot a sa production à Beaune et produit une trentaine de moutardes, dont certaines aromatisées.

Elle a déposé en 2012 sa candidature pour être Cité de la gastronomie mais n’a pas été retenue.

PhilatélieModifier

  • En 1941, un timbre de 5 francs brun-noir est émis. Il représente la cour intérieure de l'Hôtel-Dieu (il porte le n° YT 499).
  • En 1942, un timbre de 15 francs brun-carminé est émis. Il représente la cour intérieure de l'Hôtel-Dieu (même visuel que le timbre précédent) (n° YT 539).
  • En 1943, un timbre de 4 francs bleu est émis. Il représente Nicolas Rolin et Guigone de Salins d'après le tableau de Roger de la Pasture et le porche de l'Hôtel-Dieu. Il a bénéficié d'une vente anticipée le 21 juillet 1943 à Beaune (n° YT 583).
  • En 2003, un timbre de 0,50 euro multicolore est émis. Il représente les toits de l'Hôtel-Dieu et la mention "Toits de Bourgogne" (n° YT 3597[106]).

Personnalités liées à la communeModifier

 
Statue du mathématicien
Gaspard Monge.

HéraldiqueModifier

  Blasonnement :
« D'azur à la Vierge tenant l'Enfant Jésus sur son bras senestre, le tout d'argent, les bords de la draperie étant d'or, la mère et le fils auréolés du même, la Vierge tenant de sa main dextre une grappe de raisin de sable tigée et feuillée de sinople, l'Enfant Jésus tenant dans sa main senestre un monde cerclé, cintré et croisé d'or. »

Malte-Brun, dans la France illustrée, rapporte deux blasonnements pour les armes traditionnelles de la ville de Beaune :

« 1°) jusqu’en 1540 : « Une Bellonne d’argent sur un fond d’azur, debout, tenant de la main droite une épée nue, et la gauche appuyée sur la poitrine. »

« 2°) après 1540 : « D’azur, à une Notre-Dame, tenant l’enfant Jésus de la main gauche, et une grappe de raisin de la main droite ; l’enfant Jésus tenant un cep de vigne d’or. » avec ces mots : « CAUSA NOSTRÆ LÆTITIÆ », signifiant « Raison de notre joie », la raison étant la Vierge Marie, mais étant interprété non involontairement à tort comme la vigne et le raisin[109]. Ils seront donc changés plus tard en ceux-ci : « ORBIS et URBIS HONOS ». signifiant « Honneur de la ville et du monde »[110]. »

Beaune possède un drapeau basé sur ces armoiries, et un drapeau composé de deux bandes verticales, verte et rouge[111].

Voir aussiModifier

Beaune dans la fictionModifier

  • A qui profite le kir ?[112] de Gaël Dubreuil. Un thriller apéritif dont une partie de l'intrigue se passe à Beaune et dans la région bourgogne, qui met en scène une mystérieuse et dangereuse organisation : la Confrérie du Chanoine Kir, défendant par le sang la recette originale du kir.
  • La première partie de la Saison 1 de la Série de livres Magapiece se déroule à Beaune

BibliographieModifier

  • Clément Lassus-Minvielle, Le Castrum de Beaune, Beaune (Centre beaunois d'études historiques / CBEH), 2021, 135 pages ill., bibliographie aux p. 133-135 (ISBN 979-10-95116-08-0).
  • Pierre-Alexandre Jouffre, Beaune - Une histoire urbaine des XIIe – XVe siècle : l'exemple du temporel de l'abbaye de Maizières, in Recueil du Centre Beaunois d'Études Historiques (CBEH), tome 31, 1993.
  • Joseph Delissey, Le Vieux Beaune, Beaune (Imprimerie Beaunoise), 1941.
  • Claude Rossignol, Histoire de Beaune, Beaune (Éd. Battault-Morot), 1854.
  • Abbé Gandelot, Histoire de la ville de Beaune et de ses antiquités, Dijon (L. N. Frantin, imprimeur & François Bernard, libraire), 1772.
  • Jean-Robert Pitte, Dictionnaire amoureux de la Bourgogne, Paris (Plon), 2015.

Articles connexesModifier

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. Selon le zonage publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.
  4. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.

RéférencesModifier

  1. a et b Vingt ans d'archéologie en pays beaunois, 59e congrès de l'Ass. bourguignonne des sociétés savantes, 1988 (1990), p. 24.
  2. Insee, Recensement de la population 2015 en géographie au 01/01/2017
  3. Ernest Nègre, Toponymie générale de la France, Librairie Droz, , 708 p. (ISBN 978-2-600-02883-7, présentation en ligne).
  4. cette ligne n'est active qu'en période estivale
  5. Station météorologique de Savigny-lès-beaune
  6. « Zonage rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  7. « Commune urbaine-définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  8. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  9. « Unité urbaine 2020 de Beaune », sur https://www.insee.fr/ (consulté le ).
  10. « Base des unités urbaines 2020 », sur www.insee.fr, (consulté le ).
  11. Vianney Costemalle, « Toujours plus d’habitants dans les unités urbaines », sur insee.fr, (consulté le ).
  12. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », sur insee.fr, (consulté le ).
  13. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  14. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  15. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  16. « Les différents quartiers de Beaune », sur www.beaune.fr (consulté le ).
  17. « Comparateur de territoire−Commune de Beaune (21054) | Insee », sur www.insee.fr (consulté le ).
  18. « Municipales 2020 : A Beaune, ce qu'il faut retenir de la campagne », sur France 3 Bourgogne-Franche-Comté (consulté le ).
  19. « Beaune : le maire a fait voter un délibéré contre Airbnb », sur France 3 Bourgogne-Franche-Comté (consulté le ).
  20. « Bulletin municipal de Beaune », (consulté le ).
  21. « Bienvenue sur le site de la Ville de Beaune : découvrir Beaune,vivre à Beaune, vignobles, Bourgogne », sur www.beaune.fr (consulté le ).
  22. Lettres patentes de Louis XI, Plessis-du-Parc-lèz-Tours, octobre 1478 (lire en ligne).
  23. Philippe Dangles, Nicolas Fauchere, Brice Collet, Alain Morelière, « Fortifications urbaines ducales en Bourgogne. L'exemple de Beaune », in Congrès archéologique de France, 1994, p. 297-315, (lire en ligne).
  24. Société d’histoire et d’archéologie de Beaune tome 64, page 70 à 75 année 1993
  25. Pierre Miquel, Les Guerres de Religion, Paris, Fayard, , 596 p. (ISBN 978-2-21300-826-4, OCLC 299354152, lire en ligne)., p. 253.
  26. Pierre Miquel, Les Guerres de Religion, Paris, Fayard, , 596 p. (ISBN 978-2-21300-826-4, OCLC 299354152, lire en ligne)., p. 267.
  27. « Bienvenue sur le site de la Ville de Beaune : découvrir Beaune,vivre à Beaune, vignobles, Bourgogne », sur www.beaune.fr (consulté le ).
  28. Maurice-Henri (1845-1924) Weil, La campagne de 1814 d'après les documents des archives impériales et royales de la guerre à Vienne : la cavalerie des armées alliées pendant la campagne de 1814. Tome 2 : par le commandement Weil ; avec une préf. par M. le Général Lewal, L. Baudoin (lire en ligne).
  29. (en) « LARGEST OF UNIVERSITIES.; 15,000 Soldiers in American Army School at Beaune. », The New York Times,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  30. (en) « And Now, Our Nice Boys in France; Young Frenchwoman of Burgundy Tells How Delightful She Found the Soldier Students of the A.E.F. University at Beaune », New York Times,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  31. « Don de l' A.E.F University of Beaune en 1919 à la bibliothèque de Beaune ».
  32. « John Erskine », sur www.c250.columbia.edu (consulté le ).
  33. « Antonin Guillot. Le Camp Amériin d'Allerey (1918-1919). 1999. Université américaine de Beaune et Ecole d'agriculture d'Allerey. », sur www.gwpda.org (consulté le ).
  34. « Avril - Le « Clos du Maréchal », 20 mai 1943 », sur archives.cotedor.fr (consulté le ).
  35. a et b Jean Vigreux, Le Clos du Maréchal Pétain, Paris, PUF, , 168 p. (ISBN 9782130607748, lire en ligne).
  36. « Roger Duchet, un maire aux multiples facettes », sur www.bienpublic.com (consulté le ).
  37. Gilles Richard, « La renaissance de la droite modérée à la libération. La fondation du CNIP », Vingtième Siècle. Revue d'histoire, vol. 65, no 1,‎ , p. 59–69 (DOI 10.3406/xxs.2000.2872, lire en ligne, consulté le ).
  38. a et b « 1944 2e REGIMENT DE CUIRASSIERS - JMO », sur Chars Français (consulté le ).
  39. Stéphane Simonnet, Claire Levasseur (cartogr.) et Guillaume Balavoine (cartogr.) (préf. Olivier Wieviorka), Atlas de la libération de la France : 6 juin 1944- 8 mai 1945 : des débarquements aux villes libérées, Paris, éd. Autrement, coll. « Atlas-Mémoire », (1re éd. 1994), 79 p. (ISBN 978-2-746-70495-4 et 2-746-70495-1, OCLC 417826733, notice BnF no FRBNF39169074), p. 35.
  40. Google Maps Avenue du 8 septembre 1944, Beaune, Côte-d'Or, Bourgogne.
  41. « Du couvent des Ursulines à l’Hôtel de Ville », sur www.beaune.fr (consulté le ).
  42. Comm ville de Beaune, no 53 décembre 2010
  43. « Présentation des villes jumelles de Beaune », sur www.beaune.fr (consulté le ).
  44. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  45. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  46. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.
  47. Norge-interactive, « L'enseignement à l'EREA de BEAUNE », sur www.erea21.fr (consulté le ).
  48. « Claude Lelouch raconte son école de cinéma de Beaune », sur Ouest-France, (consulté le ).
  49. Voici l’annonce paru sur la page d’accueil du site officiel de l’événement quelques jours après une ultime Assemblée Générale : « Au cours de son Assemblée Générale Extraordinaire le 3 décembre 2007, l’Association pour le Festival de Cognac a décidé de procéder à sa dissolution anticipée, conformément à ses statuts. L’Association tient à remercier tous ses partenaires qui, au fil des ans, l’ont accompagnés dans cette aventure, commencée en 1982 et dont la 25e édition, qui a eu lieu en juin 2007, a donc marqué la fin. ».
  50. Site des 24h de Beaune.
  51. « Côte-d'Or : les 24 heures de Beaune, c'est toujours aussi sympa ! - France 3 Bourgogne-Franche-Comté », France 3 Bourgogne-Franche-Comté,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  52. Parcours des 24 heures de Beaune (PDF)
  53. Festival international d'opéra baroque de Beaune.
  54. « Beaune : Festival Ciné Rétro, une dix-neuvième édition haute en couleur », Le Bien public,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  55. « La Jazzerie », sur www.jazzabeaune.fr (consulté le ).
  56. L’ABCdaire des vins de Bourgogne, Flammarion.
  57. « Bienvenue sur Comité des Fêtes et du Développement du Pays Beaunois | Comité des Fêtes et du Développement du Pays Beaunois », sur cfdb.fr (consulté le ).
  58. « Office du Sport de Beaune », sur www.osbeaune.fr, (consulté le ).
  59. site officiel de la paroisse.
  60. « Hospices de Beaune - Hospices de Beaune », sur www.hospices-de-beaune.com (consulté le ).
  61. Données économiques, site L'internaute
  62. Site de 1000 Bourgognes : Chiffres clés de la Bourgogne Viticole.
  63. [PDF]Chiffres-clés 2009 du Bureau interprofessionnel des vins de Bourgogne.
  64. « Les professionnels qui font la renommée des vins de Bourgogne », sur vins-bourgogne.fr (#1lib1ref, consulté le ).
  65. a b et c Site du BIVB : page sur Beaune (AOC), consulté le 24-12-2010.
  66. Placido Llorca, « Beaune, commune viticole », sur vin-vigne.com, (consulté le ).
  67. Notice no PA00112112, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  68. Notice no PA00112116, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  69. Notice no PA00112114, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  70. Notice no PA00112125, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  71. Notice no PA00112108, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  72. Notice no PA00112104, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  73. Notice no PA00112101, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  74. Notice no PA00112100, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  75. Notice no PA00112126, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  76. Notice no PA00112111, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  77. Notice no PA00112130, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  78. Notice no PA00112129, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  79. Notice no PA00112109, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  80. Notice no PA00112102, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  81. Notice no PA00112113, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  82. Notice no PA00112120, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  83. « Immeuble dépendant de l'ancien monastère des Chartreux », notice no PA00112117, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  84. Notice no PA00112103, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  85. Notice no PA00112128, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  86. Notice no PA21000025, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  87. Notice no PA00112121, base Mérimée, ministère français de la CultureNotice no PA00112122, base Mérimée, ministère français de la CultureNotice no PA00112123, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  88. Notice no PA00112119, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  89. Notice no PA00112124, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  90. Notice no PA00112115, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  91. Notice no PA00112107, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  92. Notice no PA00112110, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  93. Notice no PA00112127, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  94. Notice no PA00112118, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  95. Notice no PA00112105, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  96. Notice no PA21000012, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  97. Notice no PA00112106, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  98. Notice no PA00112099, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  99. http://www.bienpublic.com/fr/permalien/article/4287074/L-ancienne-cuverie-inscrite-aux-Monuments-historiques.html
  100. « Bienvenue sur le site de la Ville de Beaune : découvrir Beaune,vivre à Beaune, vignobles, Bourgogne », sur beaune.fr (consulté le ).
  101. Paul (1830-1908) Guérin, Les petits Bollandistes : vies des saints. T. IX, Du 24 juillet au 17 août : d'après les Bollandistes, le père Giry, Surius... ; par Mgr Paul Guérin, Bloud et Barral, (lire en ligne).
  102. La Vie de château aux IXe et Xe siècles en Occident, 2010, Dr Roger Marconnet
  103. Joseph Délissey, Le vieux Beaune, .
  104. « Bienvenue sur le site de la Ville de Beaune : découvrir Beaune,vivre à Beaune, vignobles, Bourgogne », sur beaune.fr (consulté le ).
  105. « Histoire du sanctuaire », sur sanctuaire-beaune.org (consulté le ) : « Le Monseigneur Roland Minnerath institue l’ancien Carmel de Beaune, Sanctuaire Diocésain de l’Enfant-Jésus. […] Le a eu lieu l’ouverture officielle du Sanctuaire par Monseigneur Rolland Minnerath, Archevêque de Dijon. »
  106. Catalogue Yvert et Tellier, tome 1
  107. « Bienvenue sur le site de la Ville de Beaune : découvrir Beaune,vivre à Beaune, vignobles, Bourgogne », sur beaune.fr (consulté le ).
  108. Félix Fénéon, Nouvelles en trois lignes , éditeur Libella, collection Libretto, 162 pages, Paris, 2019. (ISBN 978-2-36914-446-5).
  109. Guide pittoresque du voyageur en France
  110. Ouvrage Borgogna
  111. Administrator, « Drapeaux de Beaune », sur emblemes.free.fr (consulté le ).
  112. Gaël Dubreuil, A qui profite le kir ? : thriller apéritif, Villeurbanne, AO éditions, , 208 p. (ISBN 978-2-913897-42-7), ao-editions.com/documents/kir_debut.pdf.