Maison de Choiseul

Maison de Choiseul
Image illustrative de l’article Maison de Choiseul
Armes de la maison de Choiseul

Blasonnement D' azur à la croix d'or, cantonnée de dix-huit billettes du même, cinq dans chaque canton du chef, ordonnées 2, 1 et 2, et quatre dans chaque canton de la pointe, ordonnées 2 et 2.
Devise « Choiseul à la rescousse, à moi Bassigny ! »[1]
Branches Choiseul-Lanques (de),
Choiseul-Clefmont (de),
Choiseul-Aigremont (de),
Choiseul-Beaupré (de),
Choiseul-Daillecourt (de),
Choiseul-Francières (de),
Choiseul-Meuse (de),
Choiseul-Praslin (de),
Choiseul-Stainville (de),
Choiseul du Plessis (de)
Période XIe – XXIe siècle
Famille subsistante
Pays ou province d’origine Drapeau de la province de Champagne Province de Champagne
Drapeau de la Lorraine Duché de Lorraine
Drapeau du royaume de France Royaume de France
Allégeance Drapeau de la Lorraine Duché de Lorraine
Drapeau du Saint-Empire Saint-Empire romain germanique
Drapeau du royaume de France Royaume de France
Drapeau de l'Empire français Empire français
Drapeau du Royaume de France Royaume de France
Drapeau du Royaume de France Royaume de France
Vassaux Seigneurs de Varennes-sur-Amance
Charges Deux ministres
Fonctions militaires Quatre maréchaux de France
Fonctions ecclésiastiques Cinq prélats dont un cardinal
Récompenses civiles Ordre du Saint-Esprit
Ordre de Saint-Michel
Ordre de la Légion d'honneur
Récompenses militaires Ordre de Saint-Louis
Preuves de noblesse
Admis aux honneurs de la Cour Quand ?

La Maison de Choiseul est une famille noble d'extraction chevaleresque citée en 1060. Originaire de Champagne et de Lorraine, son berceau est le village de Choiseul en Bassigny (Haute-Marne).

Origines et principales branchesModifier

Sur l'origine de la Maison de Choiseul, Gustave Chaix d'Est-Ange écrit que deux hypothèses ont été soulevées : soit une branche cadette des comtes de Bassigny soit des comtes de Langres, mais qu'il n'y a pas, selon ses termes, de preuves rigoureuses[réf. nécessaire].

Le premier seigneur de Choiseul connu est Renier de Choiseul, mort vers 1100 (Voir l'ascendance de Renaud III de Choiseul ; sous toute réserve : fils de Renaud II ; lui-même fils de Fou(l)ques II, † avant 1200 ; fils de Renaud/Renard/Raynard/Rainard Ier (dont un frère cadet, Renier, semble la souche des seigneurs de Bourbonne[2]) ; fils de Foulques d'Aigremont († vers 1140) ; neveu maternel de Roger de Choiseul par sa mère Adeline femme d'Olry d'Aigremont, Roger et Adeline étant les enfants de Rainier de Choiseul). Sa descendance a formé les branches de Lanques, de Clefmont, d'Aigremont, de Beaupré, de Daillecourt, de Francières, de Praslin, de Stainville, du Plessisetc.

Le noyau premier des possessions des sires de Choiseul se trouve en Bassigny, à l'est de Chaumont : Choiseul, Aigremont et Bourbonne, Lanques, Meuse, Parnoy, Isches... Puis viendront par des mariages Daillecourt et Clefmont (au XVe siècle, par l'union de Raouline/Roline de Clefmont avec Gérard/Girard de Choiseul fils puîné de Guy Ier seigneur de Choiseul et Jeanne de Noyers de Joigny, évoqués ci-dessus et ci-dessous), ou Laferté-sur-Amance et Pressigny, encore Fouvent, vers le sud et le sud-est, ainsi qu'Ambonville au nord-ouest...

  • Gérard de Choiseul, fils cadet de Guy Ier seigneur de Choiseul et Jeanne de Noyers-Joigny au XIVe siècle, est l'auteur de la branche des barons de Clefmont jusqu'à René, † 1621,
    • d'où le rameau cadet des barons puis marquis de Lanques de la fin du XVe au début du XVIIIe siècle, avec Amplepuis en Beaujolais venu du mariage de Philibert de Choiseul-Lanques en 1487 avec Louise de Sully, fille de Guillaume IV de Sully de Vouillon et de Marguerite de Beaujeu, elle-même fille d'Edouard de Beaujeu-Amplepuis, petit-fils de Guichard VI ; La Ferté-sur-Amance et Pressigny venues du mariage de leur fils Antoine Ier de Choiseul-Lanques avec Anne de Ray en 1528 ; et Fouvent venu du mariage du fils d'Antoine et Anne, Jean de Choiseul-Lanques, avec Antoinette de Vergy,
      • dont les Choiseul-Pressigny aux XVIe-XVIIe siècles.
  • Les Choiseul d'Aigremont viennent de Rénier Ier de Choiseul d'Aigremont à la fin du XIIIe siècle, fils cadet de Jean Ier sire de Choiseul et Alix d'Aigremont, et durent jusqu'au XVIIIe siècle ; Les Choiseul d'Aigremont possédaient Fresnoy-en-Bassigny, Ambonville, Meuse...
    • un rameau cadet fut celui d'Esclances[3] du XIVe au XVIe siècle,
    • Les Choiseul d'Aigremont avaient une autre branche cadette, les barons de Beaupré depuis le XVIe siècle (fief des Joinville, passé par mariage aux Haraucourt (Mathilde de Joinville-Beaupré x Charles de Haraucourt) au XIVe siècle, puis à Anne de Saint-Amour/Saint-Amadour, d'abord femme d'Henri de Haraucourt en 1512, puis de Pierre III de Choiseul d'Aigremont). Les aînés des Choiseul barons de Beaupré vont prendre le titre de comte de Stainville en héritant de ce fief par le mariage de François-Joseph de Beaupré († 1711), avec sa cousine germaine Nicole de Stainville : leur petit-fils Etienne-François (1719-1785), duc de Stainville et d'Amboise, est le célèbre ministre de Louis XV,
      • Les Choiseul-Beaupré eurent pour branches cadettes : aux XVIIe-XVIIIe siècles, les seigneurs de Fremestroff et Frémonville en Lorraine, venus de l'oncle paternel de François-Joseph de Beaupré qu'on vient de citer, François-Albert, époux de Marie de Lorraine de Moy, fille naturelle de François de Lorraine-Chaligny évêque de Verdun ;
      • les seigneurs de Daillecourt,
      • les barons de Meuse ;
      • et les seigneurs de Francières en Picardie (sans doute Francières, le blason est identique : d'argent à la bande de sable, c'est-à-dire noire).
    • Les Choiseul d'Aigremont eurent une autre branche puînée : les seigneurs de Chevigny-en-Auxois (à Millery), de Praslin et de/du Plessis (-Praslin), par le mariage en 1479 de Pierre Gallehaut sire de Doncourt et de Fresnoy, fils cadet de Pierre Gallehaut II de Choiseul d'Aigremont, avec Catherine dame de Chevigny-en-Auxois, héritière de/du Plessis et de Praslin, fille de Thibaut du Plessis et d'Antoinette de Jaucourt-Villarnoult :
      • les aînés des Chevigny ont été barons puis comtes de La Rivière en Nivernais, et ducs de Praslin à Montgauger puis Vaux-le-Vicomte ; ils prennent alors le nom de Choiseul-Praslin (voir plus bas le tableau généalogique détaillé),
      • les cadets sont seigneurs puis barons de Praslin, enfin titrés marquis de Praslin ; ils prennent aussi le nom de Choiseul-Praslin (voir plus bas le tableau généalogique détaillé),
        • dont un rameau puîné, celui des sires puis comtes du Plessis, qui prennent le nom de Plessis-Praslin et donnent les premiers ducs de Choiseul,
          • d'où les comtes d'Hostel, qui assureront par mariage la succession des marquis de Praslin, d'où les Pons-(Rennepont)-Praslin
  • Les Choiseul de Traves ont pour auteur Robert, fils cadet de Renard II de Choiseul et d'Alix de Dreux,
    • d'où le rameau cadet des sires de Dracy-le-Fort et de Saint-Uriège.
  • Au XXIe siècle, seule subsiste la branche des Choiseul-Praslin, après l'extinction au XXe siècle des Choiseul-Gouffier, des Choiseul-Daillecourt et des Choiseul-Beaupré.

Membres notables de la familleModifier

Les ecclésiastiquesModifier

Cinq évêques dont un cardinal :

  Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Les militairesModifier

Les maréchauxModifier

La Maison de Choiseul compte parmi ses membres quatre maréchaux de France :

  Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Les lieutenants-généraux et les maréchaux de campModifier

La Maison de Choiseul compte parmi ses membres plus de trente lieutenants-généraux ou maréchaux de camp :

Les militaires et résistantsModifier

  • Charles Marie Nicolas Antoine de Choiseul-Praslin ( à Paris - à Saintes) est le fils de Gabriel de Choiseul-Praslin, 8e duc de Praslin, et de Maria Cagninacci. Il quitte la France, en , pour continuer la lutte. Engagé volontaire au FNFL il atteint le grade d'Enseigne de vaisseau et est tué le , à bord de la vedette MTB 239 [10]. Résistant, il parvient toutefois à se marier le , Beynat, avec Galliane Marie Antoinette Haudry de Soucy.

Les hommes politiques et diplomatesModifier

Les ministresModifier

  Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Les parlementairesModifier

  Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Les hauts fonctionnairesModifier

Galerie de portraitsModifier

  Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Arbres généalogiquesModifier

Origines des différentes branchesModifier

Première brancheModifier

Deuxième brancheModifier

  • Foulques II de Choiseul (né vers 1150 - † avant 1198), seigneur de Choiseul à la mort de son père. Il a de nombreuses disputes avec l'abbaye de Morimond, ce qui lui vaut d'être excommunié deux fois. Il épouse Alix de Vignory, fille de Barthélemy, seigneur de Vignory, et d'Elvide de Brienne, dont il a cinq enfants :
    • Renard II de Choiseul, qui suit.
    • Helvide de Choiseul, citée dans des chartes de 1192 et de 1210. Elle épouse un seigneur de Beaujeu-sur-Saône, dont elle a au moins un fils : Foulques.
    • Ide de Choiseul, citée dans des chartes de 1192 et de 1210. Elle épouse Pierre de Mereville, dont elle a au moins un fils : Renard.
    • Alix de Choiseul, citée dans une charte de 1192.
    • Barthélemy de Choiseul († après 1263), seigneur de Vrécourt. Le nom de son épouse est inconnu mais il a au moins deux enfants : Barthélemy et Renard, tous deux probablement morts jeunes et sans descendance.
  • Renard II de Choiseul (né vers 1175 - † en 1239), seigneur de Choiseul à la mort de son père. Il participe à la cinquième croisade. Il épouse en premières noces Clémence de Faucogney, fille d'Aymon II de Faucogney, seigneur de Faucogney et vicomte de Vesoul, et d'Adeline (nom de famille inconnu), dont il n'a pas de postérité. Veuf, il épouse en secondes noces Alix de Dreux, d'origine capétienne, dame de Traves, veuve de Gaucher IV de Mâcon, seigneur de Salins, fille de Robert II de Dreux, comte de Dreux, et Yolande de Coucy, dont il a cinq enfants :
    • Jean Ier de Choiseul, qui suit.
    • Renard de Choiseul († 1276), trésorier de Reims.
    • Yolande de Choiseul († 1310), elle épouse en premières noces Jean de Ray, seigneur de Ray, fils d'Othon de la Roche, seigneur de Ray, et de Marguerite (nom de famille inconnu), dont elle a deux enfants (Othon et Guillaume de Ray). Veuve, elle épouse en secondes noces Étienne II d’Oiselay, fils de d'Étienne Ier, seigneur d’Oiselay, et de Clémence de Faucogney., dont elle n'a pas d'enfant.
    • Agnès de Choiseul († 1293), elle épouse en premières noces Simon IV, seigneur de Sexfontaines et de Jonvelle, fils de Simon III de Sexfontaines et d'Isabelle de Jonvelle, dont elle a quatre enfants (Guy, Simon, Élisabeth et Alix de Sexfontaines). Veuve, elle épouse en secondes noces Pierre, seigneur de La Fauche, fils d'Hugues IV de La Fauche, dont elle a des enfants. De nouveau veuve, elle épouse en troisièmes noces Jacques, seigneur de Bayon, fils d'Henri de Lorraine, seigneur de Bayon, et de Damete de Pesmes, dont elle a un enfant (Henri de Bayon).
    • Robert de Choiseul, seigneur de Traves et vicomte de Besançon. Tige de la branche de Traves.
  • Jean Ier de Choiseul (né vers 1226 - † en 1309), seigneur de Choiseul à la mort de son père. Connétable de Bourgogne. Il épouse Alix d'Aigremont, également appelée Bartholomette, fille de Renier de Neuviller, seigneur d'Aigremont et de Neuviller, et d'Isabelle de Bauffremont, dont il a six enfants :
    • Alix de Choiseul, qui épouse Guy de La Ferté-sur-Amance, fils de Gautier de Vignory, seigneur de La Ferté-sur-Amance, et de son épouse Jeanne, dont le nom de famille est inconnu, d'où postérité.
    • Jean de Choiseul, qui succède à son père en tant que seigneur de Choiseul et qui suit.
    • Jeanne de Choiseul, qui épouse Pierre, seigneur de Bourlémont, fils Joffroy de Brixey de Bourlémont et de Sibylle de Saulxures, d'où postérité.
    • Renier de Choiseul, qui succède à sa mère en tant que seigneur d'Aigremont et de Neuviller et qui suit plus loin en tant que tige de la deuxième branche d'Aigremont.
    • Renard de Choiseul, qui succède à son père en tant que seigneur de Bourbonne et qui suit plus loin en tant que tige de la deuxième branche de Bourbonne. Il semble y posséder une part plus importante que ses cousins dit de Coublant ou de Bourbonne.
    • Alix ou Yolande de Choiseul, qui épouse Étienne III, seigneur d’Oiselay, fils de Guillaume d’Oiselay et de Marguerite de Vienne, d'où postérité.
  • Jean II de Choiseul (né vers 1255 - † en 1336), seigneur de Choiseul à la mort de son père. Il épouse Alix de Grancey, fille de Guillaume de Grancey, seigneur de Grancey, et d'Isabelle de Tilchâtel, dont il a cinq enfants :
    • Marie de Choiseul, qui épouse Godemar du Fay, seigneur de Baucheron, bailli de Chaumont et sénéchal de Beaucaire, d'où postérité.
    • Jean de Choiseul, cités dans des chartes de 1320 et 1323, mais mort avant son père vers 1330, probablement sans union ni postérité.
    • Gautier de Choiseul, qui suit.
    • Guy de Choiseul, qui épouse Jeanne d'Annegray, mais qui meurt avant 1338, probablement sans postérité.
    • Jeanne de Choiseul, qui épouse Hervé de Saffres, d'où postérité.
  • Gautier de Choiseul (né vers 1305 - † en 1342), seigneur de Choiseul à la mort de son père. Il fait partie de l'armée du roi de France et combat les Anglais dans les Flandres françaises au début de la Guerre de Cent Ans. Il épouse Alix de Nanteuil, probable fille de Gaucher IV de Nanteuil-la-Fosse et de Marguerite de Roucy, dont il a quatre enfants :
    • Jean III de Choiseul, qui succède à son père en commun avec son frère puîné et qui suit.
    • Henri de Choiseul, qui succède à son père en commun avec son frère aîné et qui suit.
    • Gui de Choiseul, qui succède à ses frères et qui suit plus loin.
    • Jeannette de Choiseul, moniale à Rougemont.
    • une autre fille qui aurait été moniale à Soissons.
  • Jean III de Choiseul (né vers 1325 - † en 1358), seigneur de Choiseul à la mort de son père, de concert avec son frère puîné Henri de Choiseul, qui suit, jusqu'en 1350. Il n'a pas d'union ni de descendance connue et est remplacé par son plus jeune frère Gui de Choiseul, qui suit également.
  • Henri de Choiseul (né vers 1325 - † en 1350), seigneur de Choiseul à la mort de son père, de concert avec son frère aîné Jean III de Choiseul, qui précède. Il n'a pas d'union ni de descendance connue et à sa mort son frère aîné dirige seul la seigneurie de Choiseul.
  • Gui de Choiseul (né vers 1330 - † vers 1417), seigneur de Choiseul à la mort de ses frères. Il épouse Jeanne de Joigny, fille de Jean de Noyers, comte de Joigny, et de sa première épouse Jeanne de Joinville, dont il a quatre enfants :
    • Gaucher de Choiseul, cité dans une charte de 1407. Probablement décédé avant son père sans union ni descendance.
    • Aymé de Choiseul, qui suit.
    • Gérard de Choiseul, qui épouse Raouline de Clefmont, fille et unique héritière de Guy II, seigneur de Clefmont, et de Marguerite de Vieuchâtel, d'où postérité. Par ce mariage, il devient seigneur de Clefmont et est la tige de la branche de Clefmont.
    • Alix de Choiseul, citée dans une charte de 1407. Elle épouse en premières noces Gérard de Dinteville, seigneur d'Echenay d'où postérité. Veuve, elle épouse en secondes noces Pierre de Choiseul, seigneur d'Aigremont, d'où postérité.
  • Aymé de Choiseul (né vers 1365 - † vers 1425), seigneur de Choiseul à la mort de son père. Il épouse Claude de Grancey, fille de Robert de Grancey , seigneur de Courcelles et de Meursault, et de Jeanne de Beaujeu-sur-Saône, dont il a une fille :
  • Jeanne de Choiseul (née vers 1365 - † vers 1425), dame de Choiseul à la mort de son père. Elle épouse en premières noces Étienne d'Anglure, fils d'Ogier IX, dit le Voyageur, seigneur d'Anglure, et d'Alix de Toucy, dont elle a sept enfants. Veuve, elle épouse en secondes noces Jean de Blaisy, seigneur de Villecombe, dont elle n'a probablement pas de postérité. De nouveau veuve, elle épouse en troisièmes noces Jacques de Louhans, dont elle a deux autres enfants :
    • de (1) : Antoine d'Anglure, qui succède à son père comme baron d'Anglure et avoué de Thérouanne. Il épouse Jeanne de Rochebaron, fille d’Antoine, seigneur de Bersay et conseiller du Roi. Il meurt en 1462 avant sa mère sans laisser de postérité.
    • de (1) : Antoine d'Anglure, abbé de Saint-Antoine de Lagny.
    • de (1) : Guillaume d'Anglure, seigneur de Donjeux, Chacenay et Choiseul, puis baron d'Anglure et avoué de Thérouanne à la mort de son frère. Il épouse Jeanne de Vergy, d'où postérité.
    • de (1) : Claudine d'Anglure, qui épouse Jean de Blaisy, seigneur de Villecomte, Galéas de Salazar, d'où postérité.
    • de (1) : Guye d'Anglure, qui épouse Claude de Rochebaron.
    • de (1) : Marguerite d'Anglure, qui épouse Mahiet de Guigné.
    • de (1) : Marie d’Anglure, qui épouse Mile de Grancey, seigneur de Larrey.
    • de (2) : Philippe de Louhans.
    • de (2) : Jean de Louhans.

Avec Jeanne de Choiseul s’éteint la ligne directe des Choiseul et elle est également la dernière de sa maison à posséder les terres de Choiseul.

Première branche d'AigremontModifier

  • Renier d'Aigremont († 1182/1183) seigneur d'Aigremont à la mort de son père. Le nom de son épouse est inconnu mais il a au moins trois enfants.
    • Agnès d'Aigremont († après 1170), qui épouse Olry de Vaudémont, seigneur de Deuilly, dont elle a une fille (Helvis Damiette de Deuilly), puis une fois veuve elle épouse en secondes noces Olry de Neuviller, dont elle a trois enfants (Joethe de Neuviller, Olry de Neuviller et Renier de Neuviller).
    • Berthe d'Aigremont († après 1170) : moniale à l'abbaye de Remiremont.
    • Adeline d'Aigremont († après 1170) : moniale à l'abbaye de Remiremont.

A sa mort, la seigneurie d'Aigremont passe alors à la maison de Neuviller.

Branche de NullyModifier

  • Guerry ou Werry de Nully, qui succède à son père. Le nom de son épouse est inconnu, mais il a au moins un enfant :
    • Gautier de Nully, qui suit.
  • Gautier de Nully († après 1174), qui succède à son père. Il épouse Adeline d'Arzillières, fille de Vilain d'Arzillières et d'Yvette de Vitry, dont il a plusieurs enfants :
    • Vilain de Nully, qui suit.
    • Guillaume de Nully, qui accompagne son frère Vilain lors de la quatrième croisade. Il est probablement fait prisonnier par les Turcs vers 1204 et est surement mort en captivité sans avoir contracté d'union ni avoir eu de descendance.
    • une fille qui épouse Baudoin de Bricon, dont elle a au moins deux enfants (Wiart et Hugues).
  • Vilain de Nully († 1202/1204), qui succède à son père. Il est présent au tournoi d'Écry où il décide partir en croisade. En 1202, il accompagne Renard II de Dampierre-en-Astenois en terre-sainte où il trouve la mort en bataillant contre les Turcs. Il épouse Ada de Montmirail, veuve de Clarembaud de Noyers, fille d'André de Montmirail, seigneur de Montmirail et de La Ferté-Gaucher, et d'Hildiarde d’Oisy, vicomtesse de Meaux, dont il a plusieurs enfants :
    • Jean de Nully, qui suit.
    • Élisabeth de Nully († après 1225), qui épouse en premières noces Guillaume de Vergy, seigneur d'Ormoy-sur-Aube, fils de Simon de Vergy, seigneur de Beaumont-sur-Vingeanne, et d'Ermengarde de Til-Châtel, d'où postérité ; puis en secondes noces Garnier de Sombernon, d'où postérité.
    • peut-être Ada ou Ode de Nully[12], qui épouse Geoffroi de Villehardouin, fils de Geoffroi de Villehardouin, dit le Chroniqueur, et de Channe de Lézinnes, mais qui n'a probablement pas de postérité.

Première branche de BourbonneModifier

  • Renier Ier de Bourbonne (né vers 1130 - † entre 1203 et 1207), seigneur de Bourbonne à la mort de son père. Il épouse Alix de Dramelay, dame de Fresnes, fille d'Humbert de Dramelay et sœur de l'archevêque de Besançon Amédée de Dramelay, dont il a six enfants :
    • Frédéric de Bourbonne († après 1214), qui deviendra seigneur de Coublanc par mariage avec Guyette de Coublant.
    • Foulques de Bourbonne († après 1163), cité dans une charte de 1163.
    • Renard de Bourbonne († après 1182), cité dans une charte de 1163 et une autre de 1182.
    • Renier II de Bourbonne († avant 1225), qui succède à son père comme seigneur de Bourbonne.
    • Guillaume de Bourbonne († après 1182), cité dans une charte de 1182.
    • Henri de Bourbonne († après 1207), cité dans une charte de 1207.

Branche de TravesModifier

  • Robert de Choiseul (né vers 1236 - † après 1300), seigneur de Traves après sa mère. Il épouse Isabelle de Rougemont, veuve de Guillaume de Montferrand, seigneur de Montferrand, fille de Thibaut III de Rougemont, seigneur de Rougemont et vicomte de Besançon, dont il a cinq enfants :
    • Renard de Choiseul, qui décède avant son père. Il épouse Marguerite de Brancion, fille d'Henri III de Brancion le Gros et de Fauque de Cortevais, dont il a au moins quatre enfants :
      • Pierre de Traves, qui suit.
      • Isabelle de Traves, qui reçoit Cortevais en dot et qui épouse le sire de Neublans.
      • une autre fille qui devient moniale à Lancharre.
      • Thibaud de Traves, qui devient seigneur de La Porcheresse. Il est qualifié de damoiseau en 1304 puis d'écuyer en vers 1316. Il épouse Jeannette de Chamblanc, dont il a au moins un enfant :
        • Guillaume de Traves, qui devient seigneur de La Porcheresse après son père. Cette lignée continuera encore pendant plusieurs siècles.
    • Thibaut de Choiseul, cité dans une charte de 1276.
    • Renier de Choiseul, cité dans une charte de 1295.
    • Jean de Choiseul, cité dans des chartes de 1295, 1300 et 1302.
    • Marguerite de Choiseul, dame de Scey-sur-Saône, qui épouse Vautier de Bauffremont, seigneur de Bauffremont, d'où postérité.
  • Pierre de Traves, seigneur de Traves après son grand-père. Le nom de son épouse est inconnu, mais il a au moins une fille :
    • Alix de Traves, qui transmet la seigneurie de Traves à son époux Guillaume de Sennecey, seigneur de Sennecey.

Deuxième branche d'AigremontModifier

Deuxième branche de BourbonneModifier

Branche de ClefmontModifier

Branches de PraslinModifier

Fils de César Gabriel de Choiseul-Praslin (1712-1785) et d'Anne-Marie de Champagne (1712-1783), Renaud César, vicomte de Choiseul épousa le Guyonne Marguerite Philippine ( - ), fille de Guy Louis de Durfort (1714-1775), duc de Lorges et de Marie Butault de Marsan (1718-1788), dont il eut :

Alliances notablesModifier

Les Choiseul se sont alliés aux :

  Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Châteaux et hôtelsModifier

  Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

TitresModifier

Autres fiefs

ArmoiriesModifier

Image Ancien Régime
 
 
Maison de Choiseul

D'azur, à la croix d'or, cantonnée de dix-huit billettes, cinq dans chaque canton du chef posées 2, 1 et 2, et quatre dans chaque canton de la pointe posées 2 et 2).[19],[20]

On trouve aussi
D'azur, à la croix d'or, cantonnée de vingt billettes du même, cinq dans chaque canton, 2, 1 et 2. (Alias: Au lieu de: vingt billettes, lisez: dix-huit billettes, cinq dans chaque canton du chef posées 2, 1 et 2, et quatre dans chaque canton de la pointe posées 2 et 2).[19]
  • Tenants : deux hommes sauvages ceints et couronnés de feuillage, armés de leur massue[19].
 
 
Jean de Baudricourt (-1499), maréchal de France en 1486

D’or au lion de sable, couronné, lampassé et armé de gueules.[19]

  Rénier Ier, seigneur d'Aigremont, (Deuxième branche)

Écartelé, au I et IV d'azur à la croix d'or, cantonnée de dix-huit billettes du même, cinq dans chaque canton du chef, ordonnées 2, 1 et 2, et quatre dans chaque canton de la pointe, ordonnées 2 et 2 (de Choiseul) ; au II et III, de gueules au lion couronné d'or.[21]

Charles de Choiseul-Praslin (1563-1626), marquis de Praslin, seigneur du Plessis-Saint-Jean, vicomte de Chavignon, baron de Chitry, vicomte d'Hostel, marquis de Chaource[17], qui servit sous Henri IV et Louis XIII, maréchal de France, chevalier du Saint-Esprit (reçu le en la cathédrale de Chartres[22])

Écartelé, au I et IV d'azur à la croix d'or, cantonnée de dix-huit billettes du même, cinq dans chaque canton du chef, ordonnées 2, 1 et 2, et quatre dans chaque canton de la pointe, ordonnées 2 et 2 (de Choiseul) ; au II et III, de gueules au lion d'or (Aigremont), sur le tout parti d'argent à la fasce de gueules (de Béthune) et d'argent au lion de sable[22].

César Ier de Choiseul du Plessis-Praslin (1598-1675), comte de Hostel[23], puis du Plessis-Praslin, puis duc de Choiseul (1665 - création) et pair de France, comte du Plessis-Praslin[17], maréchal de France, chevalier du Saint-Esprit (reçu le )

Écartelé, au I de gueules au lion d'or armé et lampassé d'azur (Aigremont), au II fascé d'or et de sable de six pièces (du Plessis), au III d'argent à la fasce de gueules (Béthune), au IVe d'or au lion de sable, un écusson d’azur à la croix d’or accompagné de dix-huit billettes du même, cinq et cinq en chef posées en sautoir, quatre et quatre en pointe posées deux et deux brochant sur le tout (Choiseul).[24]

César III Auguste de Choiseul (v.1637-1705), chevalier, puis comte du Plessis-Praslin, puis duc de Choiseul et pair de France, chevalier du Saint-Esprit (reçu le )

Écartelé, au I de gueules au lion d'or armé et lampassé d'azur (Aigremont), au II fascé d'or et de sable de six pièces (du Plessis), au III d'argent à la fasce de gueules (Béthune), au IVe d'or au lion de sable, un écusson d’azur à la croix d’or accompagné de dix-huit billettes du même, cinq et cinq en chef posées en sautoir, quatre et quatre en pointe posées deux et deux brochant sur le tout (Choiseul).[25]

  Claude de Choiseul (1633-1711), marquis de Francières dit le comte de Choiseul, maréchal de France, doyen des maréchaux, chevalier du Saint-Esprit (reçu le )

D'azur, à la croix billetée d'or.[26]

Henri Louis de Choiseul-Meuse (1689-1754), marquis de Meuse (1703-1754), comte de Sorcy[17], lieutenant général des armées du Roi (1738), gouverneur de Saint-Malo (1743), chevalier du Saint-Esprit (reçu le dans la chapelle royale du château de Versailles)

D'azur, à la croix billetée d'or.[27]

César Gabriel de Choiseul-Praslin (1712-1785), marquis de Choiseul, puis Duc de Praslin et pair de France, comte de Chevigny et de La Rivière, baron de Giry et seigneur de Chassy, seigneur de Montgauger, vicomte de Melun et de Vaux-le-Vicomte, chevalier du Saint-Esprit (reçu le )

Écartelé, aux 1 et 4, d’azur à la croix billettée d'or ; aux 2 et 3 de gueules au lion couronné d'or qui est Aigremont.[28]

 

 

Choiseul-Stainville

D'azur, à la croix d'or, cantonnée de vingt billettes du même, cinq dans chaque canton, 2, 1 et 2, et ch. en cœur d'une croix ancrée de gueules qui est de Stainville[19].

Alias
Écartelé: aux 1 et 4, de Choiseul; aux 2 et 3, de Stainville[19].
Jacques Philippe de Choiseul (1717-1789), comte puis duc de Stainville (duc à brevet, 1786[29]), maréchal de France, chevalier du Saint-Esprit (reçu le )

D'azur, à la croix billetée d'or.[29]

Étienne François de Choiseul, comte de Stainville (1719-1785), marquis d'Estainville[17] et de La Bourdaisière[30], marquis de Removille et seigneur de Chanteloup[31] puis duc de Stainville (dit de Choiseul) et pair de France, puis duc d'Amboise (dit de Choiseul) et pair de France, colonel général des Suisses et des Grisons, chevalier du Saint-Esprit (reçu le )

D'azur, à la croix billetée d'or.[30],[31]

Premier Empire
Charles-Félix de Choiseul-Praslin (Paris, - Paris, ), chambellan de l'Empereur, membre du conseil général et du collège électoral de Seine-et-Marne, 1er comte de Choiseul-Praslin et de l'Empire (décret du , lettres patentes signées à Paris le [32]), Légionnaire (), puis, Officier (), puis, Commandeur de la Légion d'honneur (),

D'azur à la croix d'or, cantonnée en chef à dextre et à sénestre de cinq billettes en sautoir et en pointe à dextre et à sénestre de quatre billettes deux et deux le tout d'or, ombré de gueules : franc quartier des comtes officiers de Notre Maison[32],[33].

Louis Marie Joseph Gabriel César de Choiseul-Beaupré (Rueil, - ), colonel aide de camp du général Nansouty, baron de Choiseul-Beaupré et de l'Empire (décret du , lettres patentes signées à Fontainebleau le [34]), Légionnaire (), puis, Officier (), puis, Commandeur de la Légion d'honneur ()[35],

D'azur à la croix d'or cantonnée de vingt belettes du même, cinq dans chaque canton en sautoir : franc-quartier des barons tirés de l'armée brochant sur le tout[34].

Restauration française et Monarchie de Juillet
Claude-Antoine-Gabriel de Choiseul (1760-1838), duc de Choiseul et pair de France (Ancien Régime) : 1787, pair de France (Chambre des pairs) : , duc et pair héréditaire, lettres patentes du , sans majorat[11],[n 2], grand officier de la Légion d'honneur,

D’azur à la croix d’or accompagné de dix-huit billettes du même, cinq et cinq en chef posées en sautoir, quatre et quatre en pointe posées deux et deux[11].

Charles-Félix de Choiseul-Praslin (Paris, - Paris, ), 4e Duc de Praslin (1808-1841), Pair de France (Chambre des pairs)[11] ( - - , - , duc et pair (, sans majorat), Légionnaire (), puis, Officier (), puis, Commandeur de la Légion d'honneur ()[36],

D’azur à la croix d’or accompagné de dix-huit billettes du même, cinq et cinq en chef posées en sautoir, quatre et quatre en pointe posées deux et deux[11].

Marie-Gabriel-Florent-Auguste de Choiseul-Gouffier (1752-1817), comte de Choiseul-Beaupré et de Choiseul-Gouffier, seigneur de Flainville, Pair de France (Chambre des pairs)[11] (; (comte et pair héréditaire le , lettres patentes du sans majorat)

D’azur à la croix d’or accompagné de dix-huit billettes du même, cinq et cinq en chef posées en sautoir, quatre et quatre en pointe posées deux et deux ; sur le tout d’or à trois jumelles de sable (famille Gouffier)[11],[19].

  • Cri : A MOI BASSIGNY ![19].
  • Devise : Virtutis fortuna comes[19].
  • Supports : deux lions d'or[19]. Les deux lions servant de supports sont parfois remplacés par des tenants :
  • Tenants : deux hommes sauvages ceints et couronnés de feuillage, armés de leur massue[19].
Albéric-César-Guy de Choiseul-Praslin (1787-1868), comte de Praslin, Pair de France (Chambre des pairs)[11] (baron et pair héréditaire le , lettres patentes du )[11]

D’azur à la croix d’or accompagné de dix-huit billettes du même, cinq et cinq en chef posées en sautoir, quatre et quatre en pointe posées deux et deux[11].

Ecclésiastiques
Gilbert de Choiseul du Plessis Praslin (1613- à Tournai), frère du maréchal César de Choiseul du Plessis-Praslin, évêque de Comminges de 1644 à 1670.
  Gabriel-Florent de Choiseul-Beaupré ( - ), évêque de Saint-Papoul, évêque de Mende
Antoine-Clériade de Choiseul-Beaupré (1707-1774), archevêque de Besançon de 1754 à 1774 et cardinal en 1761.
Familles alliées
  Armes des Marmier (branche de Choiseul)

Écartelé: aux 1 et 4, De gueules, à une marmotte d'argent (de Marmier) ; aux 2 et 3, de Choiseul[19].

Philippe-Gabriel de Marmier (1783-1845), chambellan de l'Empereur, maire de Ray (Haute-Saône), Comte de Marmier et de l'Empire (décret du , lettres patentes signées à Fontainebleau le ), Chevalier (), puis, Officier (), puis, Commandeur de la Légion d'honneur (), chevalier de l'ordre de la Couronne de fer, pair des Cent-Jours,

Écartelé au premier des comtes officiers de notre maison ; au deuxième de gueules à la marmotte debout d'argent (de Marmier) ; au 3e de gueules à la roue d'argent ; au quatrième d'azur à la croix d'or cantonnée de vingt b[e]llettes (billettes) du même (de Choiseul) et chargée d'un écusson d'argent à la croix ancrée de gueules (Stainville)[37].

 
 
Grandes armes des Marmier (branche de Choiseul)

Écartelé: au 1, de gueules, à une escarboucle de huit rais d'or, pommetés et fleuronnés du même (Ray); au 2, d'or, à la bande de gueules, chargée de trois fleurs-de-lis d'argent (du Châtelet); au 3, d'or, à la bande vivrée d'azur, (de La Baume Montrevel); au 4, d'azur, à la croix d'or cantonnée de vingt billettes du même (de Choiseul), la croix chargée en cœur d'un écusson d'or à la croix ancrée de gueules (Stainville). Sur le tout gueules, à une marmotte d'argent (de Marmier)[19].

Aujourd'hui
  la commune de :

porte les armes pleines de la maison de Choiseul[38].

  Laferté-sur-Amance (Haute-Marne) porte :

D’azur à la croix cantonnée au 1) et au 2) de cinq billettes ordonnées en sautoir, au 3) et 4) de quatre billettes ordonnées 2.2, le tout d’or, à l’écusson de gueules au créquier arraché d’argent brochant en cœur sur le tout[39].

  Polisy (Aube) porte :

Coupé : au 1) de sable aux deux léopards d’or passant l’un sur l’autre, au 2) d’azur à la croix d’or cantonnée de dix-huit billettes du même, cinq ordonnées en sautoir dans chaque canton du chef, quatre ordonnées 2 et 2 dans chaque canton de la pointe[40].

  Les Thons (Vosges) portent :

Écartelé aux 1 et 4 d’or à trois bandes de gueules et aux 2 et 3 d’azur à la croix d’or cantonnée de dix-huit billettes du même cinq dans chaque canton du chef et quatre dans chaque canton de la pointe[41].

Ce sont les armes de Guillaume de Saint Loup et Jeanne de Choiseul qui fondèrent le prieuré et firent construire le château. Ce blason et gravé dans une pierre de l'église couventuelle des Thons.

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. Les autres fondateurs sont :
    André Boissière qui fut fusillé au Mont Valérien le
    Georgette Claude-Gérard qui était la responsable de la coordination des parachutages et qui fut internée.
    Raymond Faro qui fut fusillé le .
    H. Hortala qui fut déporté.
    Edmond Michelet qui fut déporté.
    Jean Sigala qui fut déporté.
    J. Villot qui est mort en déportation

RéférencesModifier

  1. S’étant battu en duel en 1626 contre le marquis de Vardes, Roger de Choiseul est privé des charges de lieutenant général en Champagne et de bailli de Troyes. Ayant obtenu son pardon de Louis XIII, il acheta la charge du marquis de Sourdis et devint maitre de camp de la cavalerie légère. En juin 1639, il est au siège de Thionville, où il est fait prisonnier et mis à la Bastille (« responsable de la lâcheté de ses troupes » selon Bussy-Rabutin). Il obtint sa liberté le 28 janvier 1640. Il meurt au service du roi à la bataille de Marsée près de Sedan, sans avoir été marié.
  2. La transmission du titre ducal à son gendre, Philippe-Gabriel de Marmier, fut autorisée par ordonnance royale du 15 mai 1818. Elle prit effet par lettres patentes du 30 mars 1839, mais sans la pairie, l'hérédité de la pairie ayant été abolie.
  1. Cri de guerre de la famille
  2. (en) « Seigneurs de Bourbonne », sur MedLands
  3. Esclances-en-Vallage ou Éclance semble d'abord un fief des d'Arcis-sur-Aube-Chacenay (cf. Pisy) alliés aux Jaucourt, avec transmission par mariage aux Grancey puis aux Choiseul dans la deuxième moitié du XIVe siècle (car Jeanne de Grancey dame d'Eclance épouse Renaud de Choiseul d'Aigremont, fils de Rénier III et d'Isabelle de Salm de Chéry). Vers la moitié du XVe siècle, Anne de Choiseul d'Aigremont dame d'Éclance transmet ce fief à son mari Jacquet d'Apremont sire de Marcheville et Génicourt. Leur petite-fille Mahaut d'Apremont (vers 1480-1552) transmet à son époux Jean d'Anneville, bailli de Bar. Leur fille Antoinette épouse Laurent de Francières, d'où Mahaut de Francières qui transmet à son mari René de Choiseul de Meuse et Beaupré.[réf. nécessaire]
  4. Molonne ou Maulonne est situé en Thiérache par d'aucuns ; il semble qu'il y ait eu une permutation typographique et qu'il faille lire Manlouuez, autrement dit Montloué. Isabelle de Salm dame de Chéry est dite aussi de Montloué...[réf. nécessaire]
  5. « Cote LH/530/20 », base Léonore, ministère français de la Culture
  6. Un paradoxe français de Simon Epstein page 510
  7. CES "MARQUES DU SOUVENIR". Consulté le 29 mai 2015.
  8. Historique de l'Institution Saint-Joseph. Consulté le 29 mai 2015.
  9. Périgueux dans la Seconde Guerre Mondiale - 1939-1945 Chemin de la mémoire. Consulté le 29 mai 2015.
  10. Charles Marie Nicolas Antoine de Choiseul-Praslin sur francaislibres.net
  11. a b c d e f g h i et j Velde 2005, p. Lay peers.
  12. a et b Ernest Petit, Histoire des ducs de Bourgogne de la race capétienne, .
  13. Gilles Poissonnier, Histoire des Choiseul, 1996.
  14. L'abbé Arthur Prévost, Les champenois aux Croisades, 1922.
  15. Émile Jolibois, La Haute-Marne ancienne et moderne, 1858.
  16. L'abbé Grassot, Les seigneurs de Choiseul, 1887.
  17. a b c d et e Roglo 2012.
  18. Louis-François Le Fèvre de Caumartin, Recherche de la noblesse de Champagne...., Chaalons, Jacques Seneuze,
  19. a b c d e f g h i j k l m et n Rietstap 1884.
  20. Geneawiki 2012, p. Blason.
  21. Source : « web.genealogie.free.fr »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?) (consulté le 21 août 2014)
  22. a et b Popoff 1996, p. 20.
  23. Bunel Choiseul.
  24. Popoff 1996, p. 45.
  25. Popoff 1996, p. 56.
  26. Popoff 1996, p. 60.
  27. Popoff 1996, p. 90.
  28. Popoff 1996, p. 102.
  29. a et b Popoff 1996, p. 116.
  30. a et b Popoff 1996, p. 98.
  31. a et b Bunel Amboise.
  32. a b et c Archives nationales BB/29/966, p. 493.
  33. Roret 1854, p. 208.
  34. a b et c Archives nationales BB/29/968, p. 62.
  35. « Cote LH/530/21 », base Léonore, ministère français de la Culture
  36. « Cote LH/530/22 », base Léonore, ministère français de la Culture
  37. Archives nationales BB/29/968, p. 66.
  38. GASO - Banque du blason - 52127
  39. GASO - Banque du blason - 52257
  40. GASO - Banque du blason - 10296
  41. GASO - Banque du blason - 88471

BibliographieModifier

AnnexesModifier

Articles connexesModifier

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :