Tournoi d'Écry

Tournoi d'Écry
Description de cette image, également commentée ci-après
Chevaliers en tournoi

Date novembre 1199
Lieu Asfeld
Résultat Quatrième croisade

Le tournoi d'Écry ou tournoi d'Écry-sur-Aisne eut lieu sur la commune actuelle d'Asfeld en .

Contexte historiqueModifier

Après l'échec de la précédente croisade, le pape Innocent III appelle à une nouvelle croisade le , quelques mois après son élection, alors que l'Europe est réticente à engager une autre campagne militaire en Terre sainte[1]. À cet effet, il charge le prédicateur Foulques de Neuilly, célèbre par sa piété et son éloquence, de prêcher la quatrième croisade.

Le tournoiModifier

Le comte de Champagne Thibaut III organise en à Écry un grand tournoi où se rendent d'importants seigneurs dont son cousin Louis, comte de Blois, ainsi que la fine fleur de la chevalerie française et champenoise.

ContexteModifier

Lors du conflit entre Capétiens et Plantagenêt, plusieurs seigneurs champenois et flamands auraient pris le parti anglais contre le roi de France.

À la suite du décès de Richard Cœur de Lion le , ceux-ci auraient pris la croix afin d'avoir la protection de l'église (qui protégeait les biens des croisés en leur absence) et d'éviter d'avoir à subir les représailles de Philippe-Auguste, ce qui pourrait également expliquer le succès de cette cause lors du tournoi d'Écry[2][réf. incomplète].

Liste des participantsModifier

 
Duel à l’épée et au bocle (petit bouclier rond) (enluminure du Codex Manesse, 1320)

Participants parfois mentionnésModifier

Articles connexesModifier

Notes et référencesModifier

  1. L’Épopée des Croisades, René Grousset, 1936.
  2. Marie Henry d'Arbois de Jubainville, Histoire des ducs et comtes de Champagne, 1865.
  3. Il sera l'auteur de La Conquête de Constantinople, une des sources historiques majeures de la quatrième croisade.
  4. a et b Ernest Petit, Histoire des ducs de Bourgogne de la race capétienne, T.2, 1888, p.468, d'après L'Abbé Briffaut, Histoire de la seigneurie et de la ville de Champlitte (Haute-Saône), 1869, p.21, sans mention de source