Liste des évêques de Langres

page de liste de Wikipédia
(Redirigé depuis Évêque de Langres)

L’évêché et les évêques de LangresModifier

Le diocèse de Langres, dont la fondation remonte à la fin du IIe siècle, est sous l’Ancien Régime l’un des plus grands et des plus prestigieux de France. Ses titulaires, qui étaient ducs et pairs de France, participaient à la cérémonie du sacre des rois de France où ils portaient le sceptre.

Le diocèse de Langres comprenait en 1730 les pays de Tonnerre, de Bar-sur-Seine, de Bar-sur-Aube, de Chaumont, de Châtillon-sur-Seine et de Dijon, s’étendant ainsi sur plusieurs départements actuels : la Haute-Marne, les Vosges, la Côte-d'Or et en partie ceux de la Meuse et de Meurthe-et-Moselle.

Il était voisin du diocèse de Toul au nord (diocèse qui relevait du Saint-Empire romain germanique et n'est devenu français qu'en 1648, et la Lorraine en 1766), de celui de Besançon au sud-est (la Franche-Comté relevait aussi de l'Empire et n'est rattachée à la couronne qu'en 1678), et de celui de Chalon(-sur-Saône) et d'Autun au sud-ouest qui relevaient quant à eux du duc de Bourgogne en conflit avec la France jusqu'au règne de Louis XI.

Ainsi, le diocèse de Langres ne touchait-il à des diocèses français qu'au nord-ouest par le diocèse de Troyes (aux comtes de Champagne donc à la couronne) et celui de Sens (au domaine royal), et à l'est avec le diocèse d'Auxerre (à la couronne) ; ce qui faisait dire au dauphin Charles, futur Charles V, que Langres était « assise ès frontières du royaume ».

Ce n'est qu'en 1731 que le diocèse de Dijon a été créé, puis détaché de celui de Langres dont l'évêque perdait sa résidence préférée.

HistoireModifier

Un concile provincial eut lieu à Langres en 830 : l’évêque Albéric y accueillit Louis le débonnaire, fils de Charlemagne et son fils Lothaire Les évêques ont eu un temps le droit de battre monnaie.

Le duc Hugues III de Bourgogne donne le titre de comte de Langres à son oncle Gauthier, alors évêque de Langres, en 1179[1]. Le roi Louis VII y ajoutera la pairie et Philippe-Auguste titrera les évêques ducs, en confirmant la pairie. Dès le XIIe siècle, ducs et pairs de France, ils ont un rôle important durant le sacre des rois de France : ils tiennent le sceptre. Après les onctions, au moment du couronnement, ils tiennent aussi la couronne, avec les onze autres Grands Pairs, acteurs importants du sacre, au-dessus de la tête du roi, avant que l’archevêque de Reims, seul, ne la pose sur la tête du monarque. Grands vassaux, mais étant pairs, ils participent aux affaires générales du royaume, et nombre d’autres grands seigneurs doivent leur rendre hommage.

En 1731, à l’occasion de la création de l’évêché de Dijon, ils perdent plus de 130 paroisses, et sept abbayes. De 1791 à 1802, le siège épiscopal fut occupé par un évêque constitutionnel, et la superficie de l’évêché fut réduite au seul département de la Haute-Marne. En 1802, le concordat supprima purement et simplement l’évêché, les vues de Monseigneur de La Luzerne, évêque titulaire de jure n’étant pas appréciées du nouveau régime impérial qui se créait. L’évêché fut rétabli en 1823, sous le règne de Louis XVIII.

Le siège de l'évêché a été transféré à Chaumont parce que c'est la préfecture de la Haute-Marne, tout en continuant de s'appeler évêché de Langres.

Sept évêques de Langres furent canonisés, et trois ont obtenu la pourpre cardinalice.

Guillaume de Joinville, devenu archevêque de Reims, sacrera Louis VIII roi de France.

Liste des évêques de LangresModifier

  • Vers 200 : sénateur de Langres, canonisé.
  • Vers 240 : Juste.
  • Vers 264 : saint Didier, fêté le [2],[3].
  • Vacance du siège épiscopal pendant 20 ans.
  • 284-301 : Martin.
  • 301-327 : Honoré.
  • 327-375 : Urbain de Langres, canonisé[4].
  • 375-410 : Paulin I.
  • 410-411 : Desiderius, aurait été décapité en 411 à Langres par les Vandales.
  • 411-448 : Fraterne I.
  • 448-455 : Fraterne II.
  • 456-484 : Apruncule, canonisé[5].
  • 485-490 : Armentaire.
  • 490-493 : Venance.
  • 493-498 : Paulin II ou Paul.

Haut Moyen ÂgeModifier

  • 498-501 : Patient.
  • 501-506 : Albiso.
  • 506-539 : Grégoire de Langres, canonisé, élu évêque après son veuvage à 57 ans. Il fut pendant quarante ans comte du pays d'Autun. Il est l'arrière-grand-père de Grégoire de Tours. Il est à l'origine selon la légende, de la fondation de l'abbaye Saint-Bénigne de Dijon.
  • 539-572 : Tetricus (Tetric), fils du précédent. Canonisé.
  • 572-583 : Papoul.
  • 583-595 : Mummole le Bon.
  • 595-618 : Miget.
  • 618-628 : Modoald.
  • 628-650 : Berthoald.
  • 650-660 : Sigoald.
  • 660-670 : Wulfrand.
  • 670-680 : Godin.
  • 680-682 : Adoin.
  • 682-690 : Garibald.
  • 690-713 : Héron.
  • 713-742 : Eustorge.
  • Le diocèse est alors administré pendant dix ans' par un fils naturel de Charles Martel, Remi, qui ne fut pas évêque de Langres.
  • mort vers 759 : Vaudier.
  • 759-772 : Herulphe, canonisé.
  • 772-778 : Ariolf, (ou Hariolf), frère du précédent. Certains historiens pensent que Herulphe et Hariolf sont un seul et même personnage, abbé d'Ellwangen et évêque de Langres.
  • 778-790 : Baldric (ou Waltrich) serait le Waldricus, 20e abbé de l'abbaye Saint-Bénigne de Dijon[6].
  • 790-820 : Belto.
  • 820-838 : Albéric, tint un concile provincial en présence de l’empereur Louis le Pieux, fils de Charlemagne. Il fit adopter la règle de saint Benoît à l'abbaye Saint-Pierre de Bèze et la fit reconstruire. Il y fut inhumé.
  • Vers 850 : Teutraldus, abbé de l'abbaye Saint-Bénigne de Dijon[7].
  • 838-856 : Thibaut I.
  • 859-880 : Isaac.
  • 880-891 : Gilon de Tournus, nommé par Boson V de Provence. Il fait le pèlerinage de Saint-Jacques de Compostelle, en rapporte des reliques de saint Prudent d'une chapelle de Narbonne ; en 883, il donne ces reliques à l'abbaye Saint-Pierre de Bèze. Également abbé de l'abbaye Saint-Philibert de Tournus. Il est inhumé au monastère de Bèze.
  • 891–899 : Thibaut II.
  • 899-901 : Argrin, abdique.
  • 909-922 : Garnier I.
  • 922-931 : Gotzelin de Bassigny ou Josselin.
  • 932 : Lethéric, siège moins d'une année.
  • 932-948 : Héric.
  • 948-969 : Achard.
  • 973-980 : Widric[8].

Bas Moyen ÂgeModifier

Époque moderneModifier

Période révolutionnaireModifier

Époque contemporaineModifier

Sceaux conservésModifier

  • Langres (Hardouin, évêque de) s. d. [1049 ?] Ch 1561*
  • Langres (évêque de ?) Faux ou sceau rattaché ? s. d. [fin du XIe siècle ?] Ch 1562*
  • Langres (Robert [Ier de Bourgogne], évêque de) [1104] Ch 1563*
  • Langres (Wilencus, évêque de) 1135 Ch 1564
  • Langres (Godefroi, évêque de) 1147 Ch 1565*
  • Langres (Gautier [de Bourgogne], évêque de) s. d. [1163/1179] Ch 1566
  • Langres (Gautier [de Bourgogne], évêque de). Sceau détachés. d. [1163/1179] Ch 1567*
  • Langres (Manassès, évêque de). Sceau détaché, s. d. [1179/1193] Ch 1568*
  • Langres (Garnier [II de Rochefort], évêque de) 1194 Ch 1569*
  • Langres (Hilduin [de Vendeuvre], évêque élu de) 1200 Ch 1570 Le même 1202 Ch 1571*
  • Langres (Robert [II de Châtillon], évêque de) 1206/1207 Ch 1572
  • Langres (Guillaume [II de Joinville], évêque de) 1210 Ch 1573
  • Langres (Garnier [II de Rochefort],ex évêque de) 1216/1217 Ch 1574*
  • Langres (Hugues [II de Montréal], évêque de) 1231 Ch 1575
  • Langres (Hugues [III de Rochecorbon], évêque de) 1246 Ch 1576*
  • Langres (Guy [Ier de Rochefort], évêque de) 1253 Ch 1577
  • Langres (Guy [II de Genève], évêque élu de) 1266 Ch 1578*
  • Langres (Guy [II de Genève], évêque de) 1278 Ch 1579
  • Langres (maître Regnaud, physicien de Guy [II de Genève], évêque de) 1290 Ch 1392
  • Langres (Guillaume [III de Durfort], évêque de). Face non moulée (Douët d’Arcq, n° 6625) 1315 Ch 1580 bis*
  • Langres (Jean [des Prez], évêque de) 1338 Ch 1581
  • Langres (Jean [IV] d’Arcy, évêque de) 1343 Ch 1582
  • Langres (Guillaume [IV de Poitiers], évêque de) 1348 Ch 1585
  • Langres (Guillaume [IV de Poitiers], évêque de). Scel aux causes 1359 Ch 1583
  • Langres (Guillaume [IV de Poitiers], évêque de). Petit sceau 1369 Ch 1584
  • Langres (Bernard [de la Tour], évêque duc de) 1377 Ch 1586*
  • Langres (Bernard [de la Tour], évêque de). Sceau de la chambre 1381 Ch 1587
  • Langres (Bernard [de la Tour], évêque de). Signet 1386 Ch 1588
  • Langres (Louis [II] de Bar, cardinal diacre de Sainte-Agathe, évêque de) 1401 Ch 1450
  • Langres (Louis [II] de Bar, cardinal diacre de Sainte-Agathe, administrateur perpétuel des évêché et duché de) 1403 Ch 1451*
  • Langres (Louis [II] de Bar, cardinal prêtre des Douze apôtres, administrateur perpétuel des église, évêché et duché de) 1401 Ch 1452*
  • Langres (Charles [Ier de Poitiers], évêque et duc de). Petit sceau 1420 Ch 1589
  • Langres (Charles [Ier de Poitiers], évêque et duc de) 1422 Ch 1590
  • Langres (Philippe de Vienne, évêque de). Petit sceau 1449 Ch 1591
  • Langres (Guy [IV] Bernard, évêque de), pair de France 1460 Ch 1592
  • Langres (Guy [IV] Bernard, évêque et duc de), pair de France. Grand sceau 1477 Ch 1593
  • Langres (Jean [VII] d’Amboise, évêque et duc de), pair de France. Sceau de la chambre 1490 Ch 1595 * Langres (Jean [VIII] d’Amboise, évêque et duc de). Sceau de vicariat à Dijon 1504 Ch 1596
  • Langres (Jean [VIII] d’Amboise, évêque de). Sceau de vicariat 1509 Ch 1594
  • Langres (Jean [VIII] d’Amboise, évêque et duc de), pair de France. Sceau de la chambre 1510 Ch 1597
  • Langres (Michel Boudet, évêque et duc de), pair de France. Sceau de la chambre 1525 Ch 1598
  • Langres (Claude de Givry, cardinal prêtre de Sainte-Agnès en Agone, évêque et duc de). Sceau de la chambre 1537 Ch 1467*
  • Langres et Poitiers (Claude de Longvy, cardinal de Givry, évêque de). Sceau de la chambre 1547 Ch 1472
  • Langres (Pierre [II] de Gondi, évêque de) 1566 Ch 1599
  • Langres (Charles [II] des Cars, évêque et duc de) 1605 Ch 1600
  • Langres (Charles [II] des Cars, évêque et duc de). Sceau de la chambre 1601 Ch 1601
  • Langres (Sébastien Zamet, évêque de, pair de France) 1635 Ch 1602
  • Langres (Étienne Jean, licencié ès lois, official de, vicaire général de l’évêque de) 1381 Ch 1702*

Notes et référencesModifier

  1. Les évêques de Langres comtes, puis ducs et pairs, dans Mémoires de la Société historique et archéologique de Langres, 1901, pp. 22-30 (lire en ligne)
  2. Nominis : Saint Didier
  3. Nominis : Saint Didier de Langres.
  4. Il n’est pas le pape du même nom dont les reliques furent translatées à l’abbaye de Saint-Urbain, plus tard, en Haute-Marne.
  5. Les Bourguignons ayant suspecté la fidélité qu'il devait à sa patrie , prirent la résolution de le tuer, ce qui l'obligea de s'enfuir en Auvergne pour sauver sa vie. Sidoine Apollinaire qui prévit qu'il serait son successeur à l'évêché de Clermont, parlant de lui dit que son père était d'Autun et que sa mère de la Province d'Auvergne. Il mourut en 491 (cf. Histoire de l'Église d'Autun, Autun, Dejussieu, 1774, p. 506).
  6. Abbé L. Chomton, « Liste des abbés », in: Histoire de l'église Saint-Bénigne de Dijon, Dijon 1900.
  7. Abbé L. Chomton, op. cit.
  8. a et b Vincent Tabbach, « Le développement des établissements ecclésiastiques autour des grands châteaux de Bourgogne entre le XIe et le XVe siècle », in: Châteaux et Prieurés - Actes du premier colloque de Bellecroix (Chagny) 15-16 octobre 2011, CECAB, 2012, p. 18 (ISBN 978-2-9532-9946-5).
  9. Lucien Coutant, Histoire de la ville et de l'ancien comté de Bar-sur-Seine, , 476 p. (lire en ligne), p. 371-372
  10. a et b Ernest Petit, Histoire des ducs de Bourgogne de la race capétienne avec des documents inédits et des pièces justificatives, t. II, Paris, Lechevalier, , « Généalogie des premiers comtes de Tonnerre, documents inédits du Xe siècle pour servir à l'histoire...et des comtes inconnus jusqu'ici de Bar-sur-Seine », p. 422, lire en ligne sur Gallica
  11. Jacques Laurent, Cartulaires de l'abbaye de Molesmes, ancien diocèse de Langres, 916-1250 : recueil de documents sur le nord de la Bourgogne et le midi de la Champagne, t. I, , p. 319, lire en ligne sur Gallica
  12. Coutant, 1854, op. cit., p. 376-379
  13. Louis Chevalier, Histoire de Bar-sur-Aube, Bar-sur-Aube, (lire en ligne)
  14. Godefroy donne à l'abbaye de la Bussière les deux paroisses d'Agey et de Gissey avec leurs dépendances, et exempte les moines de toutes dîmes et exactions. Voir Jules Marion, « Notice sur l'abbaye de La Bussière (Côte-d'Or) », Revue de l'école des chartes, Bibliothèque de l'école des chartes, vol. 4, no 1,‎ , p. 555 (lire en ligne).
  15. François-Félix Chevalier, Mémoires historiques sur la ville et seigneurie de Poligny,…, tome 2, Delhorme, Lons-le-Saunier, 1769.
  16. Robert Vernet, « L'extraordinaire destin du 1er curé de Durtol devenu évêque de Langres », Le Gonfanon, no 82, Argha, 2016.
  17. Florent Boutet, « Monseigneur Joseph de Metz-Noblat nouvel évêque de Langres », sur champagne-ardenne.france3.fr, (consulté le ).

AnnexesModifier

BibliographieModifier

  • Abbé de Mangin, Histoire ecclésiastique et civile, politique, littéraire et topographique du diocèse de Langres et de celui de Dijon qui en est un démembrement, tome 1, tome 2, tome 3, Paris, chez Bauche libraire, 1765.
  • Arthur Daguin, « Les Évêques de Langres. Étude épigraphique, sigillographique et héraldique. Langres au musée », in: Mémoires de la Société historique et archéologique de Langres, 1901, pp. 1-192 (en ligne sur Gallica).
  • Émile Jolibois, La Haute-Marne Ancienne et Moderne, 1971, (ISBN 2-84178-037-6).

Article connexeModifier

Lien externeModifier