Montgauger

ancienne commune française

Montgauger est une ancienne commune d'Indre-et-Loire, annexée entre 1790 et 1794 par Saint-Épain.

Château de Montgoger

Seigneurie de Montgauger (Montgoger)Modifier

La seigneurie de Montgaug(i)er ou Montgog(i)er appartint aux Ste-Maure, et fut transmise ensuite par mariage aux Baraton (cf. La Roche-Baraton, L'Isle-Baraton à St-Aubin, Champiré-Baraton à Grugé[1]), puis aux Beauvau du Rivau (érection en marquisat en 1623) et aux Choiseul-Praslin (siège du duché de Praslin en 1762-1764).

Les Sainte-MaureModifier

En effet, Pierre Ier[2],[3],[4],[5], † vers 1328, fils cadet de Guillaume IV de Ste-Maure-Pressigny et de Jeanne de Rancon de Marcillac, reçut Montgaug(i)er, un fief des Sainte-Maure, alors que son aîné Guillaume V (né vers 1250, fl. 1270-1274) continuait les barons de Sainte-Maure-de-Touraine et de Pressigny. Sa femme Mahaut lui donna : Guy Ier de Ste-Maure († après 1340, par son mariage vers 1325 baron de Montausier, Mosnac et Jonzac), le chancelier Guillaume de Ste-Maure († 1335), Hugues, Jeanne, Isabelle, Louise (x Geoffroi Brideau de Châteaubriant des Roches-Baritaut et du Lion-d'Angers, 1304-66 ; non citée par le site indexé MedLands), et leur frère aîné :

Pierre II Drumas de Montgog(i)er, fl. 1334/1335, 1338, 1340, de femme inconnue (à moins que ce ne soit Isabeau de Précigny-Laleu, ci-après), père de : Iseult/Isolde/Isabelle (x 1° Pierre de Palluau de Montrésor, et 2° Pierre/Jean II de La Jaille-Marcilly : le Père Anselme et Louis Moréri font d'Iseult/Isabelle une fille de Pierre Ier et une sœur de Pierre II Drumas, et donc la placent une génération plus haut), et :

Pierre III de Montgauger († après 1372 ; non cité par le Père Anselme et Moréri : deux sources indexées, qui le fusionnent donc avec Pierre II Drumas (ce qui explique la position générationnelle donnée à Iseut/Isabelle), auquel ils attribuent comme épouses 1° Isabeau de Précigny puis 2° Marguerite d'Amboise-Nesle ; alors que le site MedLands distingue bien les deux Pierre II et III pour des raisons chronologiques ; x 1° peut-être Isabeau fille de Guillaume de Précigny de Laleu de Lommeau (sans postérité ? ; à moins qu'Isabelle de Précigny-Laleu ne soit en fait la femme inconnue de Pierre II Drumas et donc la mère de Pierre III et d'Iseut/Isabelle ?), et 2° Marguerite d'Amboise dame de Nesle, fille d'Ingelger Ier d'Amboise (~1300-1373) et de Marie de Flandre-Termonde-Châteaudun-Nesle, d'où : Armand sire de Pussac, Marie (x Pierre de La Rocherousse de Pocé), Marguerite (x 1386 Guillaume, fils benjamin du chancelier Pierre d'Orgemont de Méry), et le fils aîné :

Jean Ier de Ste-Maure, † 1425, baron de Montgogier et de Nesle, x Jeanne des Roches de La Faigne de Beaupréau, dame de La Haye-Jouslain/La Haie-Joulain et de La Faigne, d'où : Marie ; Charlotte de Ste-Maure de La Faigne († 1485 ; x Guy II de Laval-Loué, † 1484, sénéchal d'Anjou et chambellan de Charles VII : leur arrière-petit-fils est Gilles II de Laval-Loué ci-dessous), et :

Jean II de Ste-Maure, sire de Nesle, de La Haye-Jouslain et de Montgoger, † avant 1463, x 1° Jacquette de Puiseulx (nièce de Regnault de Chartres, chancelier, archevêque de Reims) : d'où Andrée (x Thibaut de Bellanger de La Houssaye/du Houssay à St-Sauveur-de-Flée), et Charles de Ste-Maure qui suit ; et x 2° 1444 Louise († après 1489 ; fille de Jean de Rochechouart-Mortemart et de Jeanne fille de Lancelot Turpin de Crissé), d'où Jean (jugé en 1477 pour son soutien aux Luxembourg), Jacques, Antoine, Agnès (x Jean Beaufils).

Les BaratonModifier

Antoinette de Sainte-Maure transmet Montgauger à son mari épousé vers 1496, François II de Baraton, seigneur de La Roche-Baraton, Champiré et Rivarennes, Grand-Echanson en 1516-1519, † 1519, fils cadet de François Ier Baraton († 1489) et d'Anne de Feschal (belle-sœur de Jean Bourré et fille d'Olivier de Feschal), d'où : François (sire de La Brosse (à Livré-la-Touche) et de/du Chal(l)onge (à Châtelais), père d'Anne Barenton), et Gabriel-Olivier :

Gabriel-Olivier de Baraton seigneur de Montgoger et de Rivarennes, mari de Renée d'Anjou, fille de René d'Anjou-Mézières et d'Antoinette de Chabannes de Dammartin-St-Fargeau, veuve d'Hector de Bourbon vicomte de Lavedan († 1525 à Pavie, sans postérité), d'où Louis de Baraton, x Jacqueline fille de Joachim Paumart de Rillé, d'où Guyonne de Baraton, x 1572 Jacques de Brillouet de Riparfond(s) (à Bressuire) d'où Charlotte de Brillouet, x Louis (Ier) de Beauvau du Rivau sire des Aulnais et de Bugny,

Pendant un siècle environ, Montgauger connut des ventes et changea de mains, au moins en partie. Ainsi le , Louis de Baraton ci-dessus vend contre 56 000 livres à Jérôme de Burgensis (de Bourg/Bourgeois), † 1583, évêque de Châlons en 1556-1571, abbé de St-Pierre de Châlons, qui transmettra Montgoger à son frère Claude de Burgensis, secrétaire des Finances, † 1568.

Claude de Burgensis vend le à Guillaume de L'Aubespine, baron de Châteauneuf-sur-Cher (1547-1629 ; il fait l'aveu féodal de Montgauger en  ; fils de Claude II de L'Aubespine et de Jeanne fille de Guillaume Bochetel ; ambassadeur en Angleterre, conseiller d'État, Guillaume est l'arrière-grand-père de St-Simon)

Vente à Michel II de/du G(u)ast, né vers 1550, sire de Lucé au Maine, gouverneur d'Amboise, x 1589 Antoinette, fille de Pierre Ier de Montmorency-Fosseux et sœur de la Belle Fosseuse : parents de Robert de Gast de Lucé, Ier marquis de Montauger en (il l'était encore en )[6], et d'Anne-Louise de Gast (qui épouse Jean-Gabriel de La Hillière du Clos-Lucé, d'où Anne de La Hillière mariée en 1632 à Antoine d'Amboise (1605-1650), prétendu arrière-petit-fils de Michel de Chaumont d'Amboise, lui-même fils naturel de Charles II d'Amboise).

Les Beauvau du Rivau (branche cadette)Modifier

Sans qu'on sache précisément comment (rachat, réméré, co-seigneurie/paréage), les Brillouet ou les Beauvau ci-dessus récupèrent Montgoger et conservent le titre de marquis : Charlotte de Brillouet avait épousé Louis (Ier) de Beauvau du Rivau d'où : Gabriel de Beauvau (évêque de Nantes, 1636-1668, prieur de N-D du Pré de Donzy), Anne (x 1° Antoine d'Appelvoisin de La Châtaigneraie (à Langeais), et 2° Jean de Boué de Larmond), Antoinette (x Jacques d'Allemagne de Nallières/Nalliers), Françoise (x Léonard de/du Ménard/Mesnard seigneur de Ventenat en Limousin (à Châteauponsac ?), et :

Louis II, † 1641, x Charlotte, fille de Martin de Fergeon de La Mothe-d'Usseau, d'où : Jean-Louis prieur de N-D du Pré de Donzy, Louis sire de Courquoi (x Louise, fille de Pierre de La Chesnaye de La Brosse-Thénioux, d'où Jacques-Louis de Beauvau de La Brosse de Theniou, père de Louise de Beauvau, † 1754, qui épouse en 1704 François de Rochefort (1677-1749) comte de Luçay-le-Mâle), et :

François marquis de Beauvau, né en 1624, x 1646 Louise de La Baume, sœur de l'évêque de Nantes Gilles de La Baume Le Blanc et tante de la Louise de La Vallière, favortie de Louis XIV, fille de Jean de La Baume Le Blanc de La Vallière, † 1647, et de Françoise de Beauvau (fille de Jacques Ier de Beauvau du Rivau, lui-même fils de Gabriel et de Marguerite Foucaut de La Salle ci-dessus), d'où : Martin († 1674 à Seneffe), Jacques († 1677 à Cassel), Gilles-Jean-François évêque de Nantes de 1677 à 1717, Anne-Louise visitandine, Thérèse-Agathe carmélite, et :

Gabriel-Henri de Beauvau, x 1° 1682 Marie-Angélique, fille de Pierre de Saint-André trésorier général de la Marine et des Galères, d'où : Marie-Thérèse (x 1711 Pierre-Magdelaine marquis de Beauvau du Rivau, fils de Jacques III — fils de Jacques II, lui-même fils de Jacques Ier ci-dessus), et Henriette-Louise de Beauvau du Rivau dame de Montgoger, x 1711 Hubert de Choiseul-Chevigny-La Rivière ; et x 2° 1694 Marie-Madeleine, fille de Louis-François de Brancas 2e duc de Villars († 1679, fils du Ier duc Georges, et neveu de Gabrielle d'Estrées), d'où : Gabriel-François, Henri-Louis († jeune), Anne-Marie-Thérèse, Anne-Agnès (x Agésilas-Gaston de Grossolles marquis de Flamarens, 1732-85), Marie-Hélène (x 1731 Eustache-Louis-Antoine de Bernard/Bernart comte d'Avernes et d'Orbec : parents de Charles-Antoine de Bernart, 1734-1818/1819), Marie-Louise-Magdelaine († 1763, x 1733 Pierre-Louis d'Ailly baron d'Annebaut et de Sennecey, marquis d'Anneri, † 1741), Louise-Marie (x 1738 Louis-François-Joseph de Pardieu comte d'Havremesnil), Gabrielle-Elisabeth religieuse, et Marie-Candide de Beauvau du Rivau.

les ChoiseulModifier

Henriette-Louise de Beauvau du Rivau et Hubert de Choiseul furent parents de César Gabriel de Choiseul, premier duc de Praslin (1712-1785), et de Gabriel-Hubert de Choiseul († jeune). César-Gabriel vit sa terre de Montgauger érigée en duché-pairie en 1762-1764 sous le nom de Praslin, évoquant un fief plus ancien des Choiseul (Praslin dans l'Aube) ; puis son duché fut transféré à Vaux (-Praslin), et Montgoger rétabli en marquisat.

Notes et référencesModifier

  1. « La Gravoyère et St-Blaise / famille Baraton, par Odile Halbert, 2006 », sur site d'Odile Halbert
  2. « Sainte-Maure de Montgoger », sur Grand Dictionnaire historique, par Louis Moréri, t. IX, aux Libraires associés, à Paris, 1759
  3. « Sainte-Maure / Montgaugier », sur Histoire généalogique et chronologique de la Maison royale de France, par le père Anselme de Ste-Marie et Honoré Caille du Fourny, t. V, à la Compagnie des Libraires associés, à Paris, 1730
  4. « Seigneurs de Montgauger, p. 125-141, par A. de La Ponce », sur Mémoires de la Société archéologique de Touraine, t. VII, 1855
  5. « Seigneurs de Sainte-Maure », sur MedLands
  6. « Lettres patentes de Louis XIII pour l'érection de la terre de Montgauger en marquisat au profit de Roger de Gast, janvier 1623, p. 34-39 », sur Mémoires de la Société archéologique de Touraine, t. VIII, 1856