Ouvrir le menu principal

La Ferté-Imbault

commune française du département de Loir-et-Cher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir La Ferté (homonymie).

La Ferté-Imbault
La Ferté-Imbault
Le château.
Blason de La Ferté-Imbault
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Centre-Val de Loire
Département Loir-et-Cher
Arrondissement Romorantin-Lanthenay
Canton La Sologne
Intercommunalité Sologne des Rivières
Maire
Mandat
Isabelle Gasselin
2014-2020
Code postal 41300
Code commune 41084
Démographie
Population
municipale
977 hab. (2016 en diminution de 1,11 % par rapport à 2011)
Densité 20 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 23′ 12″ nord, 1° 57′ 23″ est
Altitude Min. 94 m
Max. 126 m
Superficie 50,02 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Centre-Val de Loire

Voir sur la carte administrative du Centre
City locator 14.svg
La Ferté-Imbault

Géolocalisation sur la carte : Loir-et-Cher

Voir sur la carte topographique de Loir-et-Cher
City locator 14.svg
La Ferté-Imbault

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
La Ferté-Imbault

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
La Ferté-Imbault

La Ferté-Imbault est une commune française située dans le département de Loir-et-Cher en région Centre-Val de Loire.

Sommaire

GéographieModifier

LocalisationModifier

 
Localisation de la Commune de La Ferté-Imbault dans l'arrondissement de Romorantin-Lanthenay (Loir-et-Cher)
 
Localisation de la Commune de La Ferté-Imbault dans le canton de La Sologne (Loir-et-Cher)
 
Localisation de la Commune de La Ferté-Imbault dans la Communauté de communes de la Sologne des Rivières (Loir-et-Cher)

Communes limitrophesModifier

Relief et géologieModifier

HydrographieModifier

Voies de communication et transportsModifier

VoiesModifier

99 odonymes recensés à La Ferté-Imbault
au 22 février 2014
Allée Avenue Bld Chemin Clos Impasse Montée Passage Place Pont Route Rue Ruelle Venelle Autres Total
2 [N 1] 0 0 5 [N 2] 0 3 [N 3] 0 0 2 [N 4] 0 2 [N 5] 20 [N 6] 1 [N 7] 0 64 [N 8] 99
Notes « N »
  1. Allée de Courgerais et Allée du Stade.
  2. Chemin Départemental 121, Chemin du Gué Réau, Chemin de L'Ile Marin, Chemin du Stade et Chemin Vert.
  3. Impasse du Chais, Impasse du Château d'Eau et Impasse du Gué Réau.
  4. Place de l'Église et Place des Tilleuls.
  5. Route de Châtres et Route de Theillay.
  6. Dont Rue du 8-Mai et Rue du 11-Novembre.
  7. Ruelle Saint Nicolas
  8. Autres voies non identifiées en relation avec des écarts, lieux-dits, hameaux, zones industrielles, lotissements, résidences, quartiers, etc.
Sources : rue-ville.info & annuaire-mairie.fr & perche-gouet.net & OpenStreetMap

Transports en communModifier

ToponymieModifier

Son nom proviendrait de celui d'un des seigneurs de Vierzon, "Humbault le Tortu", La Ferté venant de Firmitas, place forte en latin[1].

HistoireModifier

Une occupation romaine a été retrouvée à l'emplacement du château actuel[réf. nécessaire].

Une première forteresse a été construite vers 980 par le seigneur de Vierzon. Une collégiale (Saint-Taurin) y est adjointe au XIIIe siècle, témoignant d'une certaine prospérité. La forteresse restera plusieurs siècles dans la Maison de Vierzon, par alliance avec les familles de Brabant, d'Harcourt et de Montmorency. Les terres des seigneurs de La Ferté-Imbault sont immenses et couvrent environ 10.000 hectares. Alix de Brabant, Dame de La Ferté-Imbault, est la nièce de la reine de France Marie de Brabant, épouse du roi Philippe III Le Hardi.

Lors de la guerre de Cent Ans, le château de La Ferté-Imbault est pris et détruit, ainsi que le village attenant. Il est reconstruit à la Renaissance. Il est détruit par un incendie lors des guerres de religion en 1562. Il est reconstruit au début du XVIIe siècle par Jacques d'Etampes, futur maréchal de France, qui participera à la plupart des guerres aux côtés de Louis XIII et qui sera décoré par Louis XIV. Sous le règne de Louis XV (qui pensera à racheter le marquisat de La Ferté-Imbault pour titrer l'une de ses maîtresses) et de Louis XVI, Marie-Thérèse Geoffrin marquise de La Ferté-Imbault, fille de la célèbre Marie-Thérèse Rodet épouse Geoffrin, est fêtée à la cour de Versailles et devient l'amie tant de la famille royale que de la marquise de Pompadour. Elle enseignera même la philosophie aux soeurs de Louis XVI.

En , une riche famille anglaise, les Lee-Kirby originaires de Leeds, acquiert la terre de la Ferte-Imbault et s'installe au château. Elle modernise l'agriculture locale en adoptant les innovations culturales anglaises (plantes fourragères et cultures améliorantes, tels le trèfle et la luzerne) dans ses nombreuses fermes. La présence de cette famille étrangère reste néanmoins mal appréciée dans le village. Par exemple, lors de la Révolution de 1830, la population de la Ferté-Imbault, armée de fourches et de piques, envahie le château et cherche à lyncher le propriétaire mis en fuite. La pratique protestante de la famille, assortie d'un fort prosélytisme, entraîne de graves oppositions à la communauté villageoise tout au long du XIXe siècle, comme en 1868 lors de la construction de la nouvelle église paroissiale Saint-Taurin, édifiée face à l'entrée du château[2].

À la Révolution française, la commune est rattachée à celle de Selles-Saint-Denis et retrouve son autonomie en 1860. Les deux ailes du château sont détruites. L'édifice subit d'importants dommages lors d'un bombardement le 8 mai 1944. Il est restauré par la suite.

Politique et administrationModifier

Administration localeModifier

Liste des mairesModifier

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2001 mars 2008 Daniel Ville    
mars 2008 mars 2014 Philippe Henault    
mars 2014 en cours Isabelle Gasselin DVD Conseillère départementale
Les données manquantes sont à compléter.

Population et sociétéModifier

DémographieModifier

Évolution démographiqueModifier

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1861. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[3]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[4].

En 2016, la commune comptait 977 habitants[Note 1], en diminution de 1,11 % par rapport à 2011 (Loir-et-Cher : +0,45 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901
8779559439949911 0081 0191 0281 036
1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962
1 0391 0521 0531 1231 0151 2121 2471 1711 176
1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2008 2013
1 0881 1231 1041 0471 035981974966985
2016 - - - - - - - -
977--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[5] puis Insee à partir de 2006[6].)
Histogramme de l'évolution démographique
 

Pyramide des âgesModifier

La population de la commune est relativement âgée. Le taux de personnes d'un âge supérieur à 60 ans (31,2 %) est en effet supérieur au taux national (21,6 %) et au taux départemental (26,3 %). À l'instar des répartitions nationale et départementale, la population féminine de la commune est supérieure à la population masculine. Le taux (52,2 %) est du même ordre de grandeur que le taux national (51,6 %).

La répartition de la population de la commune par tranches d'âge est, en 2007, la suivante :

  • 47,8 % d’hommes (0 à 14 ans = 14,5 %, 15 à 29 ans = 13 %, 30 à 44 ans = 18,4 %, 45 à 59 ans = 26 %, plus de 60 ans = 28,1 %) ;
  • 52,2 % de femmes (0 à 14 ans = 15,7 %, 15 à 29 ans = 11,9 %, 30 à 44 ans = 18,5 %, 45 à 59 ans = 20 %, plus de 60 ans = 33,9 %).
Pyramide des âges à La Ferté-Imbault en 2007 en pourcentage[7]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,2 
90  ans ou +
1,2 
9,3 
75 à 89 ans
13,7 
18,6 
60 à 74 ans
19,0 
26,0 
45 à 59 ans
20,0 
18,4 
30 à 44 ans
18,5 
13,0 
15 à 29 ans
11,9 
14,5 
0 à 14 ans
15,7 
Pyramide des âges du département de Loir-et-Cher en 2007 en pourcentage[8]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,6 
90  ans ou +
1,6 
8,3 
75 à 89 ans
11,5 
14,8 
60 à 74 ans
15,7 
21,4 
45 à 59 ans
20,6 
20,3 
30 à 44 ans
19,2 
16,2 
15 à 29 ans
14,7 
18,5 
0 à 14 ans
16,7 

EnseignementModifier

La Ferté-Imbault est située dans l'académie d'Orléans-Tours. La commune dispose d'une école élémentaire publique, l'école Gaston-Percheron[9].

Culture locale et patrimoineModifier

Lieux et monumentsModifier

  • La gare de La Ferté-Imbault
  • Le château de La Ferté-Imbault est celui reconstruit au XVIIe siècle. Les douves et la salle d'armes sont des vestiges de l'ancien édifice.
  • Maisons anciennes dont le « prieuré », datant du XVIIIe siècle.
  • La chapelle Saint-Taurin est un vestige de la collégiale du même nom, accolée à cette dernière au XVIIe siècle. Il comprend un sobre porche roman issu de l'ancienne collégiale, détruite en 1868[1].
  • Sur l'emplacement d'une ancienne maladrerie est érigée la croix Saint-Ladre.

HéraldiqueModifier

Les armoiries de la Ferté Imbault se blasonnent ainsi :

De gueules à Saint Taurin évêque d'argent, tenant de sa senestre une crosse épiscopale du même et bénissant de sa dextre.

(Armorial d'Hozier - 1696).

Personnalités liées à la communeModifier

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

RéférencesModifier

  1. a et b Rencier E, La Ferté-Imbault, havre de paix solognot, Le Petit Solognot, 2009, no 47, p. 11-15
  2. Leroy Laurent, "Itinéraire d'une famille anglaise en Sologne au XIXe siècle : les châtelains de la Ferté-Imbault", Éditions EHGC - Étude Historique et Généalogique du Centre, 2014, Blois, 63 pages illustrées. (ISBN 978-2-9538662-1-6)
  3. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  4. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  5. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  6. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016.
  7. « Évolution et structure de la population à La Ferté-Imbault en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 9 octobre 2010)
  8. « Résultats du recensement de la population du Loir-et-Cher en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 9 octobre 2010)
  9. « Loir-et-Cher (41), La Ferté-Imbault, école », sur le site du ministère de l'Éducation nationale (consulté le 5 novembre 2015).
  10. Pédophilie: l'ancien évêque de Bruges a quitté sa «retraite» ligérienne, Libération-Orléans, 18 avril 2011

Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexesModifier

BibliographieModifier

  • Drouet S, La Ferté-Imbault, des tours qui valent le détour !, Journal de la Sologne, automne 2007, no 139, p. 30-31

Liens externesModifier