Famille Rouillé (Bretagne)

(Redirigé depuis Famille Rouillé du Coudray)

Famille Rouillé
Image illustrative de l’article Famille Rouillé (Bretagne)
Armes.

Blasonnement De gueules aux 3 gantelets senestres d’or, au chef du même chargé de 3 molettes de gueules[1]
Devise « Moderatur et urget » (modéré et urgent)
Branches de Boissy (éteinte)
du Coudray (éteinte)
de Meslay (éteinte)
Période XVIe siècle - XIXe siècle
Pays ou province d’origine Drapeau du duché de Bretagne Province de Bretagne
Demeures Château de Plessis-aux-Bois
Charges Président du Grand Conseil
Pair de France
Ambassadeur
Échevin de Paris
Maître des requêtes
Receveur général
Auditeur des comptes
Conseiller au grand Conseil
Conseiller de Paris
Conseiller à la Cour des comptes
Fonctions militaires Maréchal de camp
Lieutenant général
Capitaine
Récompenses civiles Ordre de la Légion d'honneur
Récompenses militaires Ordre royal et militaire de Saint-Louis
Preuves de noblesse
Réformation de la noblesse 1666, 1779 (E.M)

La famille Rouillé est une famille éteinte de la noblesse française originaire de Bretagne qui s'est distingué par les fonctions politiques occupées par ses membres.

Elle a été illustrée par Hilaire Rouillé de Boissy, sénateur et membre de la Chambre des Pairs (1798-1866), dernier porteur mâle du nom.

La famille Rouillé s'éteint en 1866 pour les mâles et 1870 pour les femmes.

HistoireModifier

La famille Rouillé dont la filiation roturière remonte à 1466 et dont la noblesse est connue depuis 1580, est originaire de Saint Brieuc. La famille s'est ensuite fixée à Paris au début du XVIe siècle, elle fut anoblie avant 1597 par l’échevinage de cette ville. Elle devient l’une des plus importantes familles de la noblesse de robe, elle s'est divisée en plusieurs branches qui s’illustrèrent au Conseil, dans les cours souveraines, les ambassades, les armées du Roi. Elle a obtenu alors les honneurs de la Cour. Elle compte des membres titrés et s'éteint en 1866 pour les mâles et en 1870 pour les femmes.

Principales personnalitésModifier

Branche Rouillé de MeslayModifier

Branche Rouillé du Coudray et de BoissyModifier


Titres et ArmoiriesModifier

TitresModifier

  • Marquis-pair de Boissy (31 août 1817 et lettres patentes du 20 décembre 1817)[2], et du Coudray
  • Comte de Meslay (lettres patentes de 1688)
  • Seigneur de Boislouis, du Coudray, de Marbeuf, de Vosves...

ArmoiriesModifier

« De gueules aux 3 gantelets senestres d’or, au chef du même chargé de 3 molettes de gueules »

[1]


GénéalogieModifier

Sauf précision, cette généalogie est dressée en suivant le Dictionnaire de la noblesse de La Chesnaye-Desbois[3].

Généalogie de la famille RouilléModifier

  • Pierre Rouillé X (1466) Marie Bigot
    • Jean Ier Rouillé X (1505) Charlotte Leschassier
      • Jean II Rouillé X Marguerite Gobelin
        • Jacques Rouillé, sgr de Meslay (?-1644) X (1609) Marguerite de Baigneaux (1591-?)
          • Marguerite Rouillé X Nicolas Lavocat
          • Marie Rouillé X (1630) Henry de Feydeau, sgr de Brou (?-1654)
          • Branche Rouillé de Meslay
          • Anne Rouillé X Pierre Roque de Varengeville, sgr de Varengeville
          • Branche Rouillé du Coudray
          • Élisabeth Rouillé (1633-1730) X (1652) Henri Lambert d'Herbigny, marquis de Thibouville (1623-1700)
        • Suzanne Rouillé X (1608) François du Four (?-1650)
      • Jacques Rouillé X Madeleine Le Tellier
        • Jehan Rouillé, sgr du Marais X Louise de Barillon
          • Madeleine Rouillé X Étienne de La Bistrate
      • Catherine Rouillé (?-1595) X Jean Charpentier (?-1584)
      • Denise Rouillé X (1547) Pierre Canaye, sieur de Poncourt (?-1572)

Branche Rouillé de MeslayModifier

Branche Rouillé du Coudray et de BoissyModifier

AlliancesModifier

Branche Rouillé de MeslayModifier

Cette famille s'est alliée aux familles : de Comans (1655), de Bullion (1677), Bouchu (1683), de Noailles (1687), de Labriffe (1696), de Vignerot du Plessis de Richelieu (1702), de Montmorency-Luxembourg (1731)...

Branche Rouillé du Coudray et de BoissyModifier

Cette famille s'est alliée aux familles : Bigot (1466), Leschassier (1505), Canaye (1547), du Four (1608), de Baigneux (1609), Le Bret (1611), de Feydeau (1630), Marcès (1646), Lambert d'Herbigny (1652), Coquille (1675), Bitault (1686), Le Féron (1715), de Machault d'Arnouville (1737), de Saint-Christau (1750), d'Abbadie d'Ithorrotz (1753), de Choiseul d'Aillecourt (1777), d'Estampes (1787), d'Aligre (1789), de Préaulx (1810), d'Aubusson de La Feuillade (1821), de Mesnier de La Converserie (1823), de Rohan-Chabot (1843), Guiccioli (1847), de Barillon, Charpentier, Gobelin, de La Bistrate, Lavocat, Le Tellier, Roque de Varengeville...

Notes et référencesModifier

  1. a et b Jougla de Morenas, Grand armorial de France, tome 6, page 77
  2. « Lettres patentes, liste de membres de la Chambre des Pairs entre 1814 et 1858 », sur senat.fr, .
  3. François-Alexandre Aubert de La Chesnaye-Desbois, Dictionnaire de la noblesse, contenant les généalogies, l'histoire & la chronologie des familles nobles de la France, l'explication de leurs armes et l'état des grandes terres du royaume ., t. 17, Schlesinger frères, (lire en ligne), p. 793

Voir aussiModifier

BibliographieModifier

Articles connexesModifier

Liens externesModifier

Généalogie en ligne