Ouvrir le menu principal

Tour de France 2012

course cycliste
Tour de France 2012 Cycling (road) pictogram.svg
Bradley Wiggins Mark Cavendish - 2012 Tour de France.jpg
Bradley Wiggins devant Peter Sagan, Mark Cavendish, et Thomas Voeckler durant la dernière étape
Généralités
Course99e Tour de France
CompétitionUCI World Tour 2012 2.UWT
Étapes21
Dates30 juin – 22 juillet 2012
Distance3 494,4 km
PaysFRA France
BEL Belgique
SUI Suisse
Lieu de départLiège
Lieu d'arrivéeParis
Équipes22
Partants198
Arrivants153
Vitesse moyenne39,9 km/h
Résultats
VainqueurGBR Bradley Wiggins (Sky)
DeuxièmeGBR Christopher Froome (Sky)
TroisièmeITA Vincenzo Nibali (Liquigas-Cannondale)
Classement par pointsSVK Peter Sagan (Liquigas-Cannondale)
Meilleur grimpeurFRA Thomas Voeckler (Europcar)
Meilleur jeuneUSA Tejay van Garderen (BMC Racing)
Super-combatifDEN Chris Anker Sørensen (Saxo Bank-Tinkoff Bank)
Meilleure équipeLUX RadioShack-Nissan
2012 Tour de France map.png
◀ 20112013 ▶
Documentation Wikidata-logo S.svg

Le Tour de France 2012 est la 99e édition du Tour de France. Il s'est élancé le de Liège en Belgique et s'est achevé le à Paris.

Ce Tour est remporté par le Britannique Bradley Wiggins (Sky), qui s'empare du maillot jaune à l'issue de la première étape de moyenne montagne, à la Planche des Belles Filles. Il devient le premier Britannique à remporter la course. Il succède à l'Australien Cadel Evans (BMC Racing), qui finit septième de cette édition (à 15 min 49 s). Les deuxième et troisième positions sont occupées respectivement par Christopher Froome (Sky), coéquipier et compatriote de Wiggins, et par l'Italien Vincenzo Nibali (Liquigas-Cannondale).

Peter Sagan (Liquigas-Cannondale), vainqueur de trois étapes, devient le premier Slovaque lauréat du classement par points, tandis que le Français Thomas Voeckler (Europcar) s'adjuge le maillot à pois du classement de la montagne. L’Américain Tejay van Garderen (BMC Racing), 5e de l'épreuve, remporte le maillot blanc de meilleur jeune. L'équipe luxembourgeoise RadioShack-Nissan gagne le classement par équipes et le Danois Chris Anker Sørensen (Saxo Bank-Tinkoff Bank) le prix de super-combatif du Tour.

Sommaire

PrésentationModifier

ParcoursModifier

ASO annonce le que le Tour de France 2012 débute par un prologue le samedi à Liège[1]. C'est la quatrième fois que le Tour de France s'élance de Belgique après Bruxelles en 1958, Charleroi en 1975 et Liège 2004[2]. Le parcours est dévoilé le [3], après avoir été mis en ligne par erreur dès le 10 octobre sur le site internet du Tour de France[4],[5].

Le Tour débute par un prologue de 6,4 km tracé dans le centre-ville de Liège, les longues lignes droites du circuit favorisent les coureurs puissants.

La 1re étape Liège-Seraing (198 km) est vallonnée et son arrivée est située en haut d'une côte de 2,5 km qui avantage les puncheurs.

La 2e étape Visé-Tournai est une étape de plaine de 207,5 km.

La 3e étape Orchies-Boulogne-sur-Mer (197 km) comporte cinq côtes à environ 10 % dans les 70 derniers kilomètres et l’arrivée est jugée à l'extrémité d’une montée longue de 700 mètres. Comme la première étape, elle favorise les puncheurs.

La 4e étape Abbeville-Rouen (214,5 km) est une étape de plaine propice aux coups de bordure avec le vent marin.

La 5e étape Rouen-Saint-Quentin (196,5 km) et la 6e étape Épernay-Metz (207,5 km) sont plates et favorisent les sprinteurs.

Ensuite, les favoris auront un terrain favorable pour créer des écarts. En effet, après une arrivée au sommet de la Planche des Belles Filles (7e étape) et une étape de moyenne montagne dans le massif du Jura, côté français et côté suisse (8e étape), se déroulera un contre-la-montre de 38 km à Besançon. Après la journée de repos, le Col du Grand Colombier, suivi du col de Richemond, animera le final de la 10e étape, avant une arrivée à La Toussuire le lendemain. L'ascension finale sera précédée du Col de la Madeleine, du Col de la Croix-de-Fer et du Col du Mollard.

Puis, les baroudeurs auront l'occasion de briller lors de la 12e étape, avant une étape de plaine, dont le final sera propice aux bordures. L’enchaînement du Port de l'Hers et du Mur de Péguère pimentera le final de la 14e étape, même si le sommet de ce dernier est à près de 40 km de l'arrivée. Suivra alors une étape de transition.

Les Pyrénées seront au programme. La 16e étape sera marquée par le célèbre enchainement Aubisque-Tourmalet-Aspin-Peyresourde, puis les coureurs devront grimper le lendemain le Port de Balès et la montée vers Peyragudes via le Col de Peyresourde.

Une étape de plaine, un contre-la-montre de 52 km et le circuit des Champs-Élysées concluront ce Tour de France[6].

Ainsi, cette Grande Boucle est vue comme présentant des opportunités pour tous les types de coureurs[7]. Il présente aussi plusieurs ascensions n'ayant jamais encore figuré au programme de la Grande Boucle : La Planche des Belles Filles, le col du Grand Colombier (première ascension Hors Catégorie du Jura), le Mur de Péguère, Peyragudes et l'ensemble des petits cols traversés dans le Jura suisse.

Le sommet du Tour de France 2012 est le col du Tourmalet, à 2 115 m d'altitude. Les journées de repos, habituellement les lundis, sont des mardis en 2012.

ÉquipesModifier

L'organisateur Amaury Sport Organisation a communiqué la liste des équipes invitées le [8]. 22 équipes participent à ce Tour de France — 18 ProTeams et 4 équipes continentales professionnelles :

UCI ProTeams
Nom de l'équipe Pays Code Marque de cycle
AG2R La Mondiale   France ALM Kuota
Astana   Kazakhstan AST Specialized
BMC Racing   États-Unis BMC BMC
Euskaltel-Euskadi   Espagne EUS Orbea
FDJ-BigMat   France FDJ Lapierre
Garmin-Sharp   États-Unis GRS Cervélo
Katusha   Russie KAT Canyon
Lampre-ISD   Italie LAM Wilier
Liquigas-Cannondale   Italie LIQ Cannondale
Lotto-Belisol   Belgique LTB Ridley
Movistar   Espagne MOV Pinarello
Omega Pharma-Quick Step   Belgique OPQ Specialized
Orica-GreenEDGE   Australie OGE Scott
Rabobank   Pays-Bas RAB Giant
RadioShack-Nissan   Luxembourg RNT Trek
Saxo Bank-Tinkoff Bank   Danemark STB Specialized
Sky   Royaume-Uni SKY Pinarello
Vacansoleil-DCM   Pays-Bas VCD Bianchi
Équipes invitées
Nom de l'équipe Pays Code Marque de cycle
Argos-Shimano   Pays-Bas ARG Felt Bicycles (en)
Cofidis   France COF Look
Europcar   France EUC Colnago
Saur-Sojasun   France SAU Time

FavorisModifier

Pour le classement généralModifier

Deux des principaux protagonistes des derniers Tours de France sont absents de cette édition : Alberto Contador, vainqueur en 2007 et 2009, est suspendu pour dopage, et Andy Schleck, déclaré vainqueur du Tour de France 2010 après déclassement de Contador, souffre d'une fracture de la hanche, contractée lors d'une chute pendant le Critérium du Dauphiné.

En leur absence, les coureurs considérés comme les principaux favoris sont le Britannique Bradley Wiggins[9] et le tenant du titre Cadel Evans[10],[11], on peut aussi citer dans une moindre mesure, Vincenzo Nibali[12] et Robert Gesink[13],[14],[15].

Parmi les principaux outsiders et prétendants au podium final, les noms de Samuel Sánchez[16], Fränk Schleck[17], Christopher Horner, Jurgen Van den Broeck, Ryder Hesjedal[18], Levi Leipheimer[19], Alejandro Valverde[20], Juan José Cobo et de Denis Menchov[21] sont mentionnés[14],[22].

Les sprinteursModifier

Les principaux candidats au maillot vert sont le Britannique Mark Cavendish vainqueur de ce classement en 2011, l'Espagnol José Joaquín Rojas, deuxième en 2011, le Slovaque Peter Sagan, l'Allemand André Greipel, meilleur sprinteur du Tour d'Espagne 2009, et l'Australien Matthew Goss[23].

Les autres principaux sprinteurs au départ de ce Tour de France sont Óscar Freire, maillot vert en 2008, Alessandro Petacchi, vainqueur de ce classement en 2010, Yauheni Hutarovich, Juan José Haedo et Tyler Farrar.

Règlement de la courseModifier

Le règlement officiel général de l'épreuve est consultable ici.

  • Le port du casque est obligatoire pour tous dans la totalité des étapes.
  • Comme c’est le cas depuis 2005, en cas de chute dans les trois derniers kilomètres, les coureurs impliqués sont crédités du temps du groupe auquel ils appartenaient. Cette règle ne s’applique pas dans les étapes disputées en contre-la-montre et sur les arrivées au sommet d’une ascension.
  • Comme c'est le cas depuis 2008, aucune bonification n'est attribuée dans le tour.

Règlement du classement généralModifier

Le leader du classement général, qui porte le maillot jaune, est déterminé par addition des temps individuels réalisés à chaque étape. En cas d’égalité de temps au classement général, les centièmes de seconde enregistrés par les chronométreurs lors des épreuves contre-la-montre « individuels » sont réincorporés dans le temps total pour départager les coureurs et décider de l’attribution du maillot jaune. En cas de nouvelle égalité, il est fait appel à l’addition des places obtenues à chaque étape et, en dernier ressort, à la place obtenue dans la dernière étape.

Règlement du classement par pointsModifier

À l'issue de chaque étape le leader du classement par points porte le maillot vert. Le classement par points a été modifié par rapport aux années précédentes concernant l'attribution du nombre de points et les sprints intermédiaires[24]. Par ailleurs, il n'y aura plus désormais qu'un seul sprint intermédiaire maximum par étape. Le classement par points est établi en fonction du barème suivant, identique à 2011 :

  • Pour les arrivées des étapes dites de « plat » : 45 points, 35, 30, 26, 22, 20, 18, 16, 14, 12, 10, 8, 6, 4 et 2 points pour les 15 premiers coureurs classés
  • Pour les arrivées des étapes dites de « parcours accidenté » : 30 points, 25, 22, 19, 17, 15, 13, 11, 9, 7, 6, 5, 4, 3 et 2 points pour les 15 premiers coureurs classés
  • Pour les arrivées des étapes dites de « haute montagne », les « contre-la-montre individuels » (y compris le prologue) et les sprints intermédiaires : 20 points, 17, 15, 13, 11, 10, 9, 8, 7, 6, 5, 4, 3, 2 et 1 point pour les 15 premiers coureurs classés

Un coureur qui arrive hors des délais (par exemple dans un éventuel gruppetto) à une étape et qui est repêché reçoit une pénalité équivalente au nombre de points attribués au vainqueur de l'étape. Cette pénalité est automatique et peut conduire à un solde de point négatifs.

En cas d'égalité de points au classement général, les coureurs sont départagés par le nombre de victoires d'étape, puis par le nombre de victoires dans les sprints intermédiaires comptant pour le classement général par point et enfin par le classement général individuel au temps en cas d'égalité absolue. Pour être déclaré vainqueur du classement par points, le coureur se doit de terminer le Tour de France.

Règlement du classement de la montagneModifier

 
Montée vers le Port de Balès, classé hors-catégorie

Le classement de la montagne, dont le leader porte le maillot à pois, a été modifié par rapport aux années précédentes concernant l'attribution du nombre de points[24]. Il est établi en fonction du barème suivant (modifié par rapport à 2011 pour revaloriser les côtes hors-catégorie) :

  • Côte hors-catégorie : 25, 20, 16, 14, 12, 10, 8, 6, 4 et 2 points aux 10 premiers coureurs classés
  • Côte de 1re catégorie : 10, 8, 6, 4, 2 et 1 point aux 6 premiers coureurs classés
  • Côte de 2e catégorie : 5, 3, 2 et 1 point aux 4 premiers coureurs classés
  • Côte de 3e catégorie : 2 et 1 point aux 2 premiers coureurs classés
  • Côte de 4e catégorie : 1 point au premier coureur classé

Comme en 2011, les points attribués à une arrivée sur une côte de deuxième, première ou hors-catégorie seront doublés. Ainsi, sur le Tour de France 2012, les points du classement de la montagne attribués à l'arrivée seront doublés pour les étapes 7, 11 et 17.

En cas d'égalité de points entre deux coureurs au classement général final, le coureur ayant obtenu le plus grand nombre de places de premier au sommet des côtes hors catégorie est déclaré vainqueur. Si l'égalité demeure, le coureur ayant obtenu le plus grand nombre de places de premier au sommet des côtes de première catégorie est déclaré vainqueur, et ainsi de suite jusqu'aux côtes de quatrième catégorie, puis enfin par le classement général individuel au temps en cas d'égalité absolue. Pour être déclaré vainqueur du classement de la montagne, le coureur se doit de terminer le Tour de France.

Règlement des autres classements annexesModifier

Le classement du meilleur jeune, dont le leader porte le maillot blanc, est réservé aux coureurs nés depuis le 1er janvier 1987. Le premier d’entre eux au classement général individuel au temps est leader journalier des jeunes. À l’issue de la dernière étape, il est déclaré vainqueur du classement des jeunes. En cas d'ex-æquo, les mêmes critères de départage que pour le maillot jaune sont appliqués.

Le classement général par équipes s’établit par l’addition des trois meilleurs temps individuels de chaque équipe dans toutes les étapes. À l’issue de la dernière étape, l'équipe créditée du plus petit temps est déclarée vainqueur du classement par équipes. En cas d'ex-æquo, les équipes sont départagées par leur nombre de victoires d’étapes par équipes, puis par leur nombre de places de deuxième par équipes et ainsi de suite. Les coureurs de l'équipe leader au classement par équipes portent un dossard jaune. Toute formation réduite à moins de 3 coureurs est éliminée du classement général par équipes.

Le prix de la combativité récompense « le coureur le plus généreux dans l’effort et manifestant le meilleur esprit sportif ». Ce prix, établi dans les étapes en ligne, est décerné par un jury présidé par le directeur de l’organisation. Le combatif de l’étape porte dans l’étape suivante un dossard rouge. À l'issue de la dernière étape un Super Combatif du Tour est désigné par les membres du Jury du Tour de France.

BonificationsModifier

Comme en 2011, aucune bonification ne sera accordée.

PrimesModifier

Au total, plus de 3,4 millions d'euros sont distribués lors de ce Tour. Au départ, chaque équipe recevra 51 243 , de plus chaque équipe arrivant à Paris avec au moins sept coureurs recevra une prime de 1 600  par coureur. Le vainqueur du classement général final remporte 450 000 , une prime étant versée jusqu'au dernier coureur classé (400 )[25].

Prix pour les différents classements
Classement 1. 2. 3. 4. 5. 6. 7. 8. 9. 10. Par jour
  Général 450 000  200 000  100 000  70 000  50 000  23 000  11 500  7 600  4 500  3 800  350 
  Points 025 000  015 000  010 000  04 000  03 500  03 000  02 500  2 000  300 
  Grimpeur 025 000  015 000  010 000  04 000  03 500  03 000  02 500  2 000  300 
  Jeune 020 000  015 000  010 000  05 000  300 
  Par équipes 050 000  030 000  020 000  12 000  08 000 
  Combatif 020 000 

Un vainqueur d'étape remporte 8 000 . Les prix des poursuivants sont dégressifs jusqu'au 20e coureur auquel sont attribués 200 . Lors d'un contre-la-montre individuel, le vainqueur remporte 10 000 , les prix étant dégressifs jusqu'à la 20e place qui rapporte 200 . Un prix est attribué aux trois premiers d'un sprint intermédiaire, qui a lieu une fois par étape. Des prix sont aussi attribués pour le passage d'une côte classée, pour le meilleur jeune de l'étape, pour le coureur le plus combatif d'une étape hors contre-la-montre, et pour la meilleure équipe de l'étape.

Prix pour les différentes étapes
Classement 1. 2. 3. 4. 5. 6. 7. 8. 9. 10.
Étape 8 000  4 000  2 000  1 200  830  780  730  670  650  600 
Contre-la-montre 10 000  5 000  2 500  1 000  800  700  600  600  500  500 
Sprint intermédiaire 01 500  01 000  0500 
Côte classée HC 0800  0450  0300 
Côte classée 1re cat. 0650  0400  0150 
Côte classée 2e cat. 0500  0250 
Côte classée 3e cat. 0300 
Côte classée 4e cat. 0200 
Meilleur jeune 0500 
Combatif 2 000 
Équipe 2 800 

Deux prix spéciaux sont également attribués. Les premiers de l'ascension du Col du Tourmalet et du Col de la Croix de Fer remportent respectivement le Souvenir Jacques-Goddet et le Souvenir Henri-Desgrange, dotés chacun de 5 000 .

Déroulement de la courseModifier

BilanModifier

Plusieurs commentateurs ont souligné l'ennui d'une compétition entièrement dominée par une seule équipe et dont le déroulement était prévu. C'est notamment le cas de Patrick Chassé sur Rue89[26] ou de François Bégaudeau dans Le Monde[27].

Frédéric Portoleau, « calcule depuis les années 90 les puissances développées par les coureurs du Tour de France ». Il estime que « sur l’ensemble du Tour 2012, [la performance de Bradley Wiggins] se situe entre celle d’Evans l’an dernier et celle de Schleck en 2010 ». « Dans la hiérarchie des meilleures performances des vainqueurs du Tour, établie par Frédéric Portoleau, Wiggins se situe à égalité avec Cadel Evans (Alpe d’Huez 2006), Laurent Fignon (Superbagnères 1989) et Greg LeMond (Avoriaz 1985). Il est à distance raisonnable d’Andy Schleck (Tourmalet 2010) et Alberto Contador (Plateau de Beille 2007) »[28].

Le , l'UCI annonce que tous les contrôles antidopages effectués pendant le Tour de France 2012 se sont révélés négatifs[29].

ÉtapesModifier

Étape Date Villes étapes Type[30] Distance (km) Vainqueur d’étape Leader du classement général
Prologue sam. 30 juin Liège (BEL)Liège (BEL)   6,4   Fabian Cancellara   Fabian Cancellara
1re étape dim. 1er juillet Liège (BEL)Seraing (BEL)   198   Peter Sagan   Fabian Cancellara
2e étape lun. 2 juillet Visé (BEL)Tournai (BEL)   207,5   Mark Cavendish   Fabian Cancellara
3e étape mar. 3 juillet OrchiesBoulogne-sur-Mer   197   Peter Sagan   Fabian Cancellara
4e étape mer. 4 juillet AbbevilleRouen   214,5   André Greipel   Fabian Cancellara
5e étape jeu. 5 juillet RouenSaint-Quentin   196,5   André Greipel   Fabian Cancellara
6e étape ven. 6 juillet ÉpernayMetz   205   Peter Sagan   Fabian Cancellara
7e étape sam. 7 juillet TomblaineLa Planche des Belles Filles   199   Christopher Froome   Bradley Wiggins
8e étape dim. 8 juillet BelfortPorrentruy (SUI)   157,5   Thibaut Pinot   Bradley Wiggins
9e étape lun. 9 juillet Arc-et-SenansBesançon   41,5   Bradley Wiggins   Bradley Wiggins
mar. 10 juillet Mâcon
Journée de repos
10e étape mer. 11 juillet MâconBellegarde-sur-Valserine   194,5   Thomas Voeckler   Bradley Wiggins
11e étape jeu. 12 juillet AlbertvilleLa Toussuire-Les Sybelles   148   Pierre Rolland   Bradley Wiggins
12e étape ven. 13 juillet Saint-Jean-de-MaurienneAnnonay-Davézieux   226   David Millar   Bradley Wiggins
13e étape sam. 14 juillet Saint-Paul-Trois-ChâteauxLe Cap d'Agde   217   André Greipel   Bradley Wiggins
14e étape dim. 15 juillet LimouxFoix   191   Luis León Sánchez   Bradley Wiggins
15e étape lun. 16 juillet SamatanPau   158,5   Pierrick Fédrigo   Bradley Wiggins
mar. 17 juillet Pau
Journée de repos
16e étape mer. 18 juillet PauBagnères-de-Luchon   197   Thomas Voeckler   Bradley Wiggins
17e étape jeu. 19 juillet Bagnères-de-LuchonPeyragudes   143,5   Alejandro Valverde   Bradley Wiggins
18e étape ven. 20 juillet BlagnacBrive-la-Gaillarde   222,5   Mark Cavendish   Bradley Wiggins
19e étape sam. 21 juillet BonnevalChartres   53,5   Bradley Wiggins   Bradley Wiggins
20e étape dim. 22 juillet RambouilletParis Champs-Élysées   120   Mark Cavendish   Bradley Wiggins

Classements finalsModifier

Classement généralModifier

 
Bradley Wiggins
Classement général
  Coureur Pays Équipe Temps
1er Bradley Wiggins     Royaume-Uni Sky en 87 h 34 min 47 s
2e Christopher Froome   Royaume-Uni Sky + min 21 s
3e Vincenzo Nibali   Italie Liquigas-Cannondale + min 19 s
4e Jurgen Van den Broeck   Belgique Lotto-Belisol + 10 min 15 s
5e Tejay van Garderen     États-Unis BMC Racing + 11 min 4 s
6e Haimar Zubeldia   Espagne RadioShack-Nissan   + 15 min 41 s
7e Cadel Evans   Australie BMC Racing + 15 min 49 s
8e Pierre Rolland   France Europcar + 16 min 26 s
9e Janez Brajkovič   Slovénie Astana + 16 min 33 s
10e Thibaut Pinot   France FDJ-BigMat + 17 min 17 s
11e Andreas Klöden   Allemagne RadioShack-Nissan   + 17 min 54 s
12e Nicolas Roche   Irlande AG2R La Mondiale + 19 min 33 s
13e Christopher Horner   États-Unis RadioShack-Nissan   + 19 min 55 s
14e Chris Anker Sørensen     Danemark Saxo Bank-Tinkoff Bank + 25 min 27 s
15e Denis Menchov   Russie Katusha + 27 min 22 s
16e Maxime Monfort   Belgique RadioShack-Nissan   + 28 min 30 s
17e Egoi Martínez   Espagne Euskaltel-Euskadi + 31 min 46 s
18e Rui Costa   Portugal Movistar + 37 min 3 s
19e Eduard Vorganov   Russie Katusha + 38 min 16 s
20e Alejandro Valverde   Espagne Movistar + 42 min 26 s
21e Jérôme Coppel   France Saur-Sojasun + 45 min 43 s
22e Sandy Casar   France FDJ-BigMat + 46 min 52 s
23e Michael Rogers   Australie Sky + 54 min 52 s
24e Michele Scarponi   Italie Lampre-ISD + 58 min 37 s
25e Ivan Basso   Italie Liquigas-Cannondale + 59 min 49 s

Classements annexesModifier

Classement par pointsModifier

Classement du meilleur grimpeurModifier

Classement du meilleur grimpeur
  Coureur Pays Équipe Point(s)
1er Thomas Voeckler     France Europcar 135 points
2e Fredrik Kessiakoff   Suède Astana 123 pts
3e Chris Anker Sørensen     Danemark Saxo Bank-Tinkoff Bank 77 pts
4e Pierre Rolland   France Europcar 63 pts
5e Alejandro Valverde   Espagne Movistar 51 pts
6e Christopher Froome   Royaume-Uni Sky 48 pts
7e Egoi Martínez   Espagne Euskaltel-Euskadi 43 pts
8e Thibaut Pinot   France FDJ-BigMat 40 pts
9e Brice Feillu   France Saur-Sojasun 38 pts
10e Daniel Martin   Irlande Garmin-Sharp 34 pts

Classement du meilleur jeuneModifier

Classement du meilleur jeune
  Coureur Pays Équipe Temps
1er Tejay van Garderen     États-Unis BMC Racing en 87 h 45 min 51 s
2e Thibaut Pinot   France FDJ-BigMat + min 13 s
3e Steven Kruijswijk   Pays-Bas Rabobank + h 5 min 48 s
4e Rein Taaramäe   Estonie Cofidis + h 16 min 48 s
5e Gorka Izagirre   Espagne Euskaltel-Euskadi + h 21 min 15 s
6e Rafael Valls   Espagne Vacansoleil-DCM + h 26 min 53 s
7e Peter Sagan     Slovaquie Liquigas-Cannondale + h 27 min 33 s
8e Dominik Nerz   Allemagne Liquigas-Cannondale + h 31 min 8 s
9e Edvald Boasson Hagen   Norvège Sky + h 41 min 30 s
10e Davide Malacarne   Italie Europcar + h 46 min 41 s

Classement par équipesModifier

Classement par équipes
  Équipe Pays Temps
1re RadioShack-Nissan     Luxembourg en 263 h 12 min 1 s
2e Sky   Royaume-Uni + min 54 s
3e BMC Racing   États-Unis + 36 min 36 s
4e Astana   Kazakhstan + 43 min 35 s
5e Liquigas-Cannondale   Italie + h 4 min 58 s
6e Movistar   Espagne + h 8 min 19 s
7e Europcar   France + h 8 min 54 s
8e Katusha   Russie + h 12 min 49 s
9e FDJ-BigMat   France + h 19 min 28 s
10e AG2R La Mondiale   France + h 41 min 18 s

UCI World TourModifier

Ce Tour de France attribue des points pour l'UCI World Tour 2012, seulement aux coureurs des équipes ayant un label ProTeam.

Position 1er 2e 3e 4e 5e 6e 7e 8e 9e 10e 11e 12e 13e 14e 15e 16e 17e 18e 19e 20e
Classement général 200 150 120 110 100 90 80 70 60 50 40 30 24 20 16 12 10 8 6 4
Par étape 20 10 6 4 2
Classement individuel
# Coureur Équipe Points
1   Bradley Wiggins   Sky 266
2   Christopher Froome   Sky 206
3   Vincenzo Nibali   Liquigas-Cannondale 128
4   Jurgen Van den Broeck   Lotto-Belisol 114
5   Tejay van Garderen   BMC Racing 108
6   Cadel Evans   BMC Racing 100
7   Peter Sagan   Liquigas-Cannondale 98
8   Haimar Zubeldia   RadioShack-Nissan 90
9   Thibaut Pinot   FDJ-BigMat 84
10   André Greipel   Lotto-Belisol 80

Évolution des classementsModifier

Liste des participantsModifier

198 coureurs répartis dans 22 équipes prennent part à ce Tour de France.

Dopage et lutte anti-dopageModifier

Lors de la première journée de repos, Rémy Di Grégorio est arrêté à l'hôtel de l'équipe Cofidis à Bourg-en-Bresse dans le cadre d'une affaire liée au dopage et l'équipe Cofidis le suspend à titre conservatoire[31]. Lors de la seconde journée de repos, c'est Fränk Schleck qui est contrôlé positif à un diurétique[32] (la xipamide) après l'étape du 14 juillet. Il décide alors de lui-même de se retirer de la compétition. En 2018, un rapport parlementaire britannique accuse la Sky d'avoir contourné l'éthique et certaines règlementations antidopages pour remporter le Tour de France 2012. Le rapport reconnait en outre des défaillances de l’agence britannique de lutte contre le dopage[33].

Notes et référencesModifier

  1. « Le Tour 2012 partira de Liège »,
  2. « Liège lancera le Tour 2012 », sur eurosport.fr,
  3. Le parcours du Tour officiellement dévoilé
  4. « TOUR DE FRANCE 2012. Les 21 étapes dévoilées par erreur sur Internet », sur nouvelobs.com,
  5. « Dévoilé par erreur, le tracé du Tour-2012 fera escale 6 jours dans la région », sur ladepeche.fr,
  6. « A l'Est et rien de nouveau », sur eurosport.fr,
  7. « Un Tour pour tous », sur velochrono.fr,
  8. « Europcar, Saur, Cofidis et Argos-Shimano invitées », sur cyclismactu.fr,
  9. (fr) « Wiggins a tout pour lui », sur eurosport.fr, (consulté le 30 juin 2012)
  10. (fr) « Evans à double tour ? », sur eurosport.fr, (consulté le 30 juin 2012)
  11. (fr) « Evans-Wiggins, duel dans un mouchoir », sur eurosport.fr, (consulté le 29 juin 2012)
  12. (fr) « Nibali a un gros appétit », sur eurosport.fr, (consulté le 30 juin 2012)
  13. (fr) « Gesink, c'est l'heure », sur eurosport.fr, (consulté le 30 juin 2012)
  14. a et b (en) « Tour de France: Top-five general classification contenders », sur cyclingnews.com, (consulté le 23 juin 2012)
  15. Philippe Bouvet, « Evans-Schleck-Wiggins-Nibali : qui sera le super-héros de juillet », Vélo Magazine, no 497,‎
  16. (en) « Tour de France 2012: Samuel Sanchez May Be Taking Final Shot At Title », sur sbnation.com (consulté le 26 juin 2012)
  17. (fr) « Frank le grand frère », sur eurosport.fr, (consulté le 29 juin 2012)
  18. (fr) « Hesjedal s'attaque à l'Everest », sur eurosport.fr, (consulté le 29 juin 2012)
  19. (fr) « Leipheimer, sans faire de bruit », sur eurosport.fr, (consulté le 29 juin 2012)
  20. (fr) « Valverde, quatre ans après », sur eurosport.fr, (consulté le 29 juin 2012)
  21. (fr) « Menchov y croit encore », sur eurosport.fr, (consulté le 29 juin 2012)
  22. (en) « Rating the Tour de France favorites, from W(iggins) to Z », sur velonews.com, (consulté le 26 juin 2012)
  23. (en) « 2012 Tour de France: Top five points classification contenders », sur cyclingnews.com, (consulté le 30 juin 2012)
  24. a et b « Une réforme des classements annexes », sur cyclismactu.net,
  25. « Liste des prix », sur letour.fr
  26. Patrick Chassé, « Ce n’est plus le dopage qui menace le Tour de France mais l’ennui », Rue89,‎ (lire en ligne)
  27. François Bégaudeau, « Le Tour est éternel », Le Monde,‎ (lire en ligne)
  28. Frédéric Portoleau et Clément Guillou, « Puissances sur le Tour : Voeckler fait du Virenque, Wiggins moins fort que Contador : C'est les watts qu'ils préfèrent », Rue89,‎ (lire en ligne)
  29. TdF : contrôles antidopage négatifs, Le Figaro, 17 août 2012.
  30. « Le Tour 2012 », sur letour.fr (consulté le 4 octobre 2012)
  31. « Tour: Cofidis suspend Di Grégorio », sur lefigaro.fr, (consulté le 12 juin 2013).
  32. Mathieu Simon, « Résultat d’analyse anormal pour F. Schleck », (consulté le 12 juin 2013).
  33. « Cyclisme : « Team Sky a utilisé des médicaments pour améliorer les performances de ses coureurs » », sur Le Monde.fr (consulté le 13 mars 2018)

Article connexeModifier

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :