Ouvrir le menu principal
Tour de France 1988
Généralités
Course
Étapes
23
Date
Distance
3 286 km
Pays
Lieu de départ
Lieu d'arrivée
Pays traversé(s)
Partants
198Voir et modifier les données sur Wikidata
Vitesse moyenne
38,909 km/h
Résultats
Vainqueur
Deuxième
Troisième
Classement par points
Meilleur grimpeur
Meilleur jeune
Vainqueur du combiné
Meilleure équipe
Route of the 1988 Tour de France.png

Le 75e Tour de France se tient du 4 juillet au 24 juillet 1988 sur 22 étapes pour 3 286 km.

OrganisationModifier

Jacques Goddet cède les commandes du Tour qu'il tenait depuis 1936.

ParticipationModifier

La liste des équipes est annoncée au mois de juin. Sur vingt-cinq équipes candidates, vingt-deux sont retenues, contre vingt-trois en 1987. Cette restriction vise à avoir moins de 200 coureurs au départ. L'équipe TVM de Phil Anderson est notamment écartée[1].

ParcoursModifier

Pas de prologue cette année, mais une "Préface", de 1 000 m. Il s'agit de la plus courte étape de l'histoire du Tour. L'Union cycliste internationale a introduit une règle selon laquelle une course cycliste ne peut s'étendre sur quatre week-ends, or le Tour 1988 doit initialement commencer par un prologue le dimanche 3 juillet. Contraints de le supprimer pour faire commencer le Tour le 4 juillet, les organisateurs, mécontents, décident de contourner la règle en ajoutant une "préface" non officielle.[réf. nécessaire] Chaque équipe devra parcourir ensemble un tracé de 3,8 kilomètres puis un cycliste par équipe devra terminer le parcours en effectuant un dernier kilomètre en solitaire. Les temps enregistrés ne sont pas retenus pour la suite du Tour mais le cycliste le plus rapide (Guido Bontempi) a tout de même l'honneur de porter le maillot jaune pour la première étape.

L'arrivée au Puy de Dôme lors de la 19e étape constitue l'ultime ascension du volcan dans l'histoire du Tour, puisque d'après Jean-François Pescheux, le Tour ne pourra plus jamais y retourner à cause de l'étroitesse de la route, et de la construction d'un train à crémaillère.

Déroulement de la courseModifier

  • Philippe Bouvatier perd la 14e étape à Guzet-Neige alors qu'il est en tête à la suite d'une erreur de parcours à 200 mètres de l'arrivée.
  • Laurent Fignon abandonne à la 12e étape.
  • Fabio Parra premier Sud-Américain sur le podium à Paris.
  • La moyenne du vainqueur est de 38,909 km/h.
  • La lanterne rouge finale est le Belge Dirk Wayenberg qui termine l'épreuve en 151e position à 3 h 28 min 41 s du vainqueur[2].

L'affaire DelgadoModifier

Pedro Delgado, leader du Tour à 5 jours de l'arrivée est contrôlé positif, à l'issue de l'étape Tarbes - Pau de 38 kilomètres, au probénécide, diurétique utilisé contre la goutte et qui masque l'usage de stéroïdes anabolisants en ralentissant le passage de ces hormones dans les urines. Ce contrôle positif est rendu possible par cette étape courte car ce produit dopant n'est détectable dans les urines qu'en moyenne huit heures après son absorption[3]. Or, le probénécide n'est pas inscrit sur la liste des substances prohibées de l'UCI, mais uniquement du CIO (il est apparu officiellement sur sa liste rouge depuis le 11 décembre 1987 et à ce titre, est recherché chez les athlètes), l'UCI qui s'aligne sur le CIO n'ayant pas encore mis à jour sa propre liste qui n'a lieu qu'une fois par an. Delgado profite ainsi de l'ambiguïté de ces deux règlements : sportivement coupable, il est juridiquement innocent comme l'annonce un communiqué officiel du tour de France[4]. Xavier Louy, directeur de course du Tour de France, n'est pas dupe et se rend à l'hôtel de Delgado pour lui demander de quitter la course mais l'Espagnol refuse, trouvant l'excuse traditionnelle du bidon contenant le produit incriminé : « Je n'écarte pas la possibilité d'avoir pris un bidon à un spectateur lors d'une quelconque course »[5].

Alors que l'ancien coéquipier de Delgado, Gert-Jan Theunisse, est contrôlé positif à la testostérone et subit une pénalité de 10 minutes, le peloton fait une courte grève en soutien au champion espagnol lors de l'étape suivante. Dix jours après la fin du Tour remporté par Delgado, l'UCI interdit l'usage de ce produit[6].

Les étapesModifier

Étape Date Villes étapes km Type Vainqueur d'étape Leader du classement général
Préface 3 juillet Pornichet - La Baule 1     Guido Bontempi (ITA)
  Weinmann-La Suisse (SUI)
  Guido Bontempi (ITA)
1re étape 4 juillet Pontchâteau - Machecoul 91,5   Steve Bauer (CAN)   Steve Bauer (CAN)
2e étape 4 juillet La Haie-Fouassière - Ancenis 48     Panasonic (NED)   Teun van Vliet (NED)
3e étape 5 juillet Nantes - Le Mans 213,5   Jean-Paul van Poppel (NED)   Teun van Vliet (NED)
4e étape 6 juillet Le Mans - Évreux 158   Acácio da Silva (POR)   Teun van Vliet (NED)
5e étape 7 juillet Neufchâtel-en-Bray - Liévin 147,5   Jelle Nijdam (NED)   Henk Lubberding (NED)
6e étape 8 juillet Liévin - Wasquehal 52     Sean Yates (GBR)   Jelle Nijdam (NED)
7e étape 9 juillet Wasquehal - Reims 225,5   Valerio Tebaldi (ITA)   Jelle Nijdam (NED)
8e étape 10 juillet Reims - Nancy 219   Rolf Gölz (GER)   Steve Bauer (CAN)
9e étape 11 juillet Nancy - Strasbourg 160,5   Jérôme Simon (FRA)   Steve Bauer (CAN)
10e étape 12 juillet Belfort - Besançon 149,5   Jean-Paul van Poppel (NED)   Steve Bauer (CAN)
11e étape 13 juillet Besançon - Morzine 232     Fabio Parra (COL)   Steve Bauer (CAN)
12e étape 14 juillet Morzine - L'Alpe d'Huez 227     Steven Rooks (NED)   Pedro Delgado (ESP)
13e étape 15 juillet Grenoble - Villard-de-Lans 38     Pedro Delgado (ESP)   Pedro Delgado (ESP)
14e étape 17 juillet Blagnac - Guzet-Neige 163     Massimo Ghirotto (ITA)   Pedro Delgado (ESP)
15e étape 18 juillet Saint-Girons - Luz-Ardiden 187,5     Laudelino Cubino (ESP)   Pedro Delgado (ESP)
16e étape 19 juillet Tarbes - Pau 38   Adrie van der Poel (NED)   Pedro Delgado (ESP)
17e étape 19 juillet Pau - Bordeaux 210   Jean-Paul van Poppel (NED)   Pedro Delgado (ESP)
18e étape 20 juillet Ruelle-sur-Touvre - Limoges 93,5   Gianni Bugno (ITA)   Pedro Delgado (ESP)
19e étape 21 juillet Limoges - Puy de Dôme 188   Johnny Weltz (DEN)   Pedro Delgado (ESP)
20e étape 22 juillet Clermont-Ferrand - Chalon-sur-Saône 223,5   Thierry Marie (FRA)   Pedro Delgado (ESP)
21e étape 23 juillet Santenay - Santenay 46     Juan Martínez Oliver (ESP)   Pedro Delgado (ESP)
22e étape 24 juillet Nemours - Paris 172,5   Jean-Paul van Poppel (NED)   Pedro Delgado (ESP)

ClassementsModifier

Classement généralModifier

Cycliste Pays Équipe Temps
1 Pedro Delgado   Espagne Reynolds-Reynolon-Pinarello en 84 h 27 min 58 s
2 Steven Rooks   Pays-Bas PDM-Ultima-Concorde + 7 min 13 s
3 Fabio Parra   Colombie Kelme-Iberia 9 min 58 s
4 Steve Bauer   Canada Weinmann-La Suisse-SMM Uster 12 min 15 s
5 Éric Boyer   France Système U 14 min 04 s
6 Luis Herrera   Colombie Café de Colombia 14 min 36 s
7 Ronan Pensec   France Z-Peugeot 16 min 52 s
8 Álvaro Pino   Espagne BH 18 min 36 s
9 Peter Winnen   Pays-Bas Panasonic-Isostar 19 min 12 s
10 Denis Roux   France Z-Peugeot 20 min 08 s

Classements annexesModifier

Classement par pointsModifier

Classement par points[7]
Rang Coureur Pays Équipe Points
1 Eddy Planckaert   Belgique A.D.R-I.O.C. 278
2 Davis Phinney   États-Unis Seven Eleven-Hoonved 193
3 Seán Kelly   Irlande Kas-Canal 10-Mavic 183
4 Steven Rooks   Pays-Bas P.D.M. 154
5 Mathieu Hermans   Pays-Bas Caja Rural 153
6 Jean-Paul van Poppel   Pays-Bas SuperConfex 141
7 Etienne De Wilde   Belgique Sigma-Fina-Diamant 133
8 Adrie van der Poel   Pays-Bas P.D.M. 132
9 Manuel Jorge Domínguez   Espagne BH 114
10 Steve Bauer   Canada Weinmann-La Suisse 108

Prix de la montagneModifier

Classement du Prix du meilleur grimpeur[7],[8]
Rang Coureur Pays Équipe Points
1 Steven Rooks   Pays-Bas P.D.M. 326
2 Gert-Jan Theunisse   Pays-Bas P.D.M. 248
3 Pedro Delgado   Espagne Reynolds 223
4 Ronan Pensec   France Z-Peugeot 130
5 Jérôme Simon   France Z-Peugeot 127
6 Fabio Parra   Colombie Kelme 123
7 Laudelino Cubino   Espagne BH 101
8 Álvaro Pino   Espagne BH 98
9 Samuel Cabrera   Colombie Café de Colombia 82
10 Luis Herrera   Colombie Café de Colombia 80

Classement par équipes au tempsModifier

Classement par équipes[7]
Rang Équipe Temps
1 PDM 253 h 57 min 58 s
2 BH + 12 min 32 s
3 Z-Peugeot + 14 min 43 s
4 Weinmann + 31 min 23 s
5 Système U + 32 min 43 s

Classement par équipes aux pointsModifier

Classement par équipes[8]
Rang Équipe Points
1 PDM 1028
2 7 Eleven 1713
3 Weinmann 1737
4 Système U 1787
5 Z-Peugeot 1789

Classement des jeunesModifier

Classement des jeunes[8]
Rang Coureur Pays Équipe Temps
1 Erik Breukink   Pays-Bas Panasonic 84 h 50 min 59 s
2 Raúl Alcalá   Mexique Seven Eleven + 8 min 08 s
3 Jaanus Kuum   Norvège A.D.R-I.O.C. + 15 min 47 s
4 Peter Stevenhaagen   Pays-Bas P.D.M. + 22 min 21 s
5 Philippe Bouvatier   France BH + 25 min 08 s

Classement combinéModifier

Classement combiné[8]
Rang Coureur Pays Équipe Points
1 Steven Rooks   Pays-Bas P.D.M. 84
2 Gert-Jan Theunisse   Pays-Bas P.D.M. 70
3 Pedro Delgado   Espagne Reynolds 63
4 Eddy Planckaert   Belgique A.D.R-I.O.C. 49
5 Jérôme Simon   France Z-Peugeot 47

Classement des sprints intermédiairesModifier

Classement des sprints intermédiaires[7]
Rang Coureur Pays Équipe Points
1 Frans Maassen   Pays-Bas SuperConfex 276
2 Eddy Planckaert   Belgique A.D.R-I.O.C. 214
3 Johnny Weltz   Danemark Fagor 64
4 Davis Phinney   États-Unis Seven Eleven-Hoonved 55
5 Gert-Jan Theunisse   Pays-Bas P.D.M. 50
6 Ludo Peeters   Belgique SuperConfex 35
7 Jérôme Simon   France Z-Peugeot 32
8 Dag Otto Lauritzen   Norvège Seven Eleven-Hoonved 30
9 Martial Gayant   France Toshiba 30
10 Bruno Leali   Italie Carrera 30

Classement de la combativitéModifier

Classement de la combativité[8]
Rang Coureur Pays Équipe Points
1 Jérôme Simon   France Z-Peugeot 38
2 Régis Clère   France Teka 30
3 Johnny Weltz   Danemark Fagor 30
4 Pedro Delgado   Espagne Reynolds 25
5 Rolf Gölz   Allemagne SuperConfex 24

Liste des coureursModifier

Carrera-Vagabond 
PDM-Ultima-Concorde 
Toshiba 
Système U
Café de Colombia 
BH 
7-Eleven-Hoonved 
Caja Rural-Orbea 
Hitachi-Bosal-BCE Snooker 
Chateau d'Ax 
Fagor-MBK 
Panasonic-Isostar 
Z-Peugeot 
Teka 
KAS-Canal 10 
R.M.O 
Superconfex-Yoko 
Reynolds-Reynolon-Pinarello 
Kelme-Iberia 
Weinmann-La Suisse-SMM Uster 
ADR-Mini Flat-Enerday 
Sigma-Fina 

NP : non-partant ; A: abandon en cours d'étape ; HD : hors-délai.

Notes et référencesModifier

  1. « Le Tour de France à 22 équipes », sur letempsarchives.ch, (consulté le 6 octobre 2012)
  2. Journal Ouest France du 25 juillet 1988 : résultats finaux
  3. [1]
  4. (en) Matt Rendell, Blazing Saddles, The Cruel & Unusual History of the Tour de France, Velo Press, , p. 235
  5. Fabrice Lhomme, Le Procès du Tour. Dopage : les secrets de l'enquête, Denöel, , p. 938
  6. (en) Samuel Abt, Tour de France : three weeks to glory, Bicycle Books, , p. 132
  7. a b c et d « Clasificaciones oficiales », El Mundo Deportivo,‎ , p. 10 (lire en ligne)
  8. a b c d et e « Tour in cijfers », Leidsch Dagblad,‎ , p. 16 (lire en ligne)

Liens externesModifier