Autobus d'Île-de-France

réseau de transport

Les autobus d'Île-de-France forment un réseau de transport routier de personnes couvrant l'ensemble de la région Île-de-France, organisé par Île-de-France Mobilités.

Autobus d'Île-de-France
Image illustrative de l’article Autobus d'Île-de-France
Logo du réseau de bus d'Île-de-France.

Image illustrative de l’article Autobus d'Île-de-France
Un Heuliez GX 337 SE de la ligne RATP 92, à Paris, sur la place Vauban.

Situation Île-de-France
Type Autobus
Entrée en service 1662 : Carrosse à cinq sols
1828 : Omnibus
1906 : Autobus
Longueur du réseau 25 000 km[1]
Lignes 1 500[2]
Véhicules 10 500 autobus et autocars[2]
Fréquentation 5 millions de déplacements en bus chaque jour (2020)[2]
Propriétaire Île-de-France Mobilités
Autorité organisatrice Île-de-France Mobilités
Exploitant RATP et les groupes Keolis, Transdev et RATP Cap à travers leurs filiales, Groupe Lacroix, Francilité (CFTR) et ses filiales, etc.
Site Internet Le réseau de bus d'Île-de-France Mobilités
Lignes du réseau (M) Autobus d'Île-de-France
Réseau RATP
Autres réseaux
Noctilien
Bus à haut niveau de service (Tvm, T Zenetc.)
Express
TàD Île-de-France Mobilités
Transilien SNCF
Réseaux connexes TC en Île-de-France :
(M) Métro de Paris
(RER) RER d'Île-de-France
Transilien Transilien
(T) Tramway d'Île-de-France
(M) Autobus d'Île-de-France

Les lignes de Paris et de la proche banlieue sont exploitées pour la plupart par la Régie autonome des transports parisiens (RATP). Les autres lignes, principalement en moyenne et grande banlieue, le sont par Keolis, Transdev, RATP Cap, CFTR, ou des opérateurs indépendants et sont regroupés dans l'Organisation professionnelle des transports d'Île-de-France (Optile).

La nuit, le réseau Noctilien prend le relais afin de maintenir en permanence une desserte minimale de Paris et de l'Île-de-France (proche et grande banlieue), au moins sur les grands axes.

Histoire

modifier

Premiers transports en commun

modifier

Blaise Pascal expérimente à Paris les premiers transports en commun à partir de 1662. Il obtient en effet du roi Louis XIV le privilège de fonder une entreprise de carrosses publics qui exploite cinq routes, les « carrosses à cinq sols ». Cette entreprise périclite en 1677[3].

Il faut attendre environ cent cinquante ans avant de voir un système de transports en commun réapparaître dans la capitale. Les premiers omnibus font leur apparition en 1828, sur dix lignes régulières, qui connaissent un succès immédiat avec deux millions et demi de voyageurs en six mois.

Puis, la CGO, exploitant du réseau de surface parisien, introduit des autobus en 1906 sur son réseau. Ce mode de transport supplante rapidement les omnibus hippomobiles, grâce à leur rapidité et à leur confort accru. Avec la disparition de la plupart des tramways durant les années 1930 et de la dernière ligne en 1957, ils demeurent le seul mode de transport de surface à Paris jusqu'en 2006[note 1], année de mise en service, le , de la ligne 3a du tramway d'Île-de-France également appelée Tramway des Maréchaux sud.

Après une phase de déclin après la Seconde Guerre mondiale consécutive au développement des transports individuels et des années difficiles à partir des années 1970, à cause de l'évolution des modes de déplacement et des encombrements routiers en hausse constante, le bus a connu un lent renouveau grâce aux couloirs aménagés accélérant les dessertes et donc leur attractivité, à la création de lignes de desserte locale, les Traverses, et à la mise en place d'un label de qualité, le Mobilien.

L'Autobus à plate-forme arrière

modifier

Le premier autobus à plate-forme arrière est conçu par la STCRP et Renault en 1930 ; le châssis Renault TN4 est mis en service en 1931 (420 unités). Un modèle plus puissant, le TN6A, est mis en service en 1932 (1020 unités). En 1934-1935, sont mis en service un modèle Panhard K63 (115 unités) puis, en 1936, sont mis en service un nouveau modèle Renault, le châssis TN4H (970 unités) et deux modèles Panhard, les châssis K63C et D (220 unités). Ils sont équipés d'un vestibule à l'arrière, soit à entrée latérale, soit à entrée arrière.

Les Panhard K63 de 1934 sont retirés du service en 1955 tandis que les Renault TN4 de 1931 et les TN6C de 1934 sont retirés du service en 1958-1959. En 1961, circulent encore à Paris 900 autobus à plate-forme. Ils représentent, en 1965, un tiers du parc roulant et plus que 0,7 % au 31 décembre 1970. Le 23 janvier 1971, des autobus à plate-forme arrière TN4H circulent pour la dernière fois en région parisienne sur la ligne 21 entre la gare Saint-Lazare et la porte de Gentilly.

Ouverture à la concurrence

modifier

La loi relative à l'organisation et à la régulation des transports ferroviaires (dite loi ORTF) du [4] change les rôles et les responsabilités dans l'organisation des transports franciliens et ouvre la voie à l'ouverture à la concurrence qui débute le 1er janvier 2021 par les réseaux de Grande couronne des opérateurs regroupés dans l'Organisation professionnelle des transports d'Île-de-France (Optile). Les 135 contrats existants vont progressivement laisser place à 39 lots — et à autant de réseaux — attribués ainsi qu'à des appels d'offres qui seront remis en jeu à intervalles réguliers. Puis, ce sera au tour du réseau de la RATP à partir de 2024[5]. Île-de-France Mobilités en profite pour uniformiser ces réseaux sous ses seules couleurs, effaçant progressivement les identités visuelles des opérateurs (livrées, tenues des conducteurs, information voyageurs, etc.)[6].

La carte des 39 nouveaux périmètres figure sur le site d'Île-de-France Mobilités[7]. La liste détaillée est consultable sur l'article consacré à l'ouverture à la concurrence des transports en commun en Île-de-France.

Le 8 juillet 2020, la délégation de service public (DSP) d'exploitation des lignes de bus desservant les agglomérations de Val d'Europe et Marne et Gondoire (Marne-la-Vallée), pour une durée de 5 ans, et la DSP des lignes de bus desservant l'Est de l'agglomération Grand Paris Sud (Sénart), pour une durée de 7 ans, ont été attribuées à Transdev. Il les exploitera avec deux nouvelles sociétés (Transdev Marne-la-Vallée et Transdev Sénart) à partir du . À cette même date, Keolis Ouest Val-de-Marne exploitera les lignes du réseau de bus de Seine Grand Orly. Il va aussi exploiter la nouvelle ligne de tramway T9[8].

Le 11 février 2021, IDFM a attribué les lots 1 (pour une durée de quatre ans) et 5 (pour une durée de sept ans) à Transdev, le lot 35 (pour une durée de huit ans) à RATP Dev et les lots 33 (pour une durée de cinq ans) et 34 (pour une durée de huit ans) à Keolis[9],[10].

L'ouverture à la concurrence ne s'est pas faite sans accrocs[11] : ainsi, une dizaine de dépôts de bus de Transdev se sont mis en grève à la rentrée 2021 pour dénoncer des amplitudes de travail qui ont augmenté sans hausse de salaire, situation qui résulte d'un accord-cadre négocié entre Transdev et la CDFT. Le , les appels d'offres pour les contrats des secteurs Cergy-Pontoise et Évry ont été déclarés sans suite et sont relancés début 2022 car IDFM a jugés que les candidats tiraient trop les prix vers le bas et afin d'éviter tout risque de nouveaux conflits. Début 2022 et à l'instar de ceux de Transdev, les conducteurs de Keolis assurant le réseau de bus de Poissy - Les Mureaux se sont eux aussi mis en grève pour dénoncer les conditions de travail et les salaires jugés insuffisants depuis l'ouverture à la concurrence[12].

L'ouverture à la concurrence des lignes de la RATP, initialement prévue pour le devrait être reportée au plus tard au à la suite de l'adoption d'un projet de loi en commission à l'Assemblée nationale le  ; le texte passera devant l'Assemblée en procédure simplifiée le tandis que Valérie Pécresse se dit favorable à un échelonnement de l'attribution des lots[13].

L'ouverture à la concurrence s'accompagne à partir de l'été 2023 d'une renumérotation progressive de l'ensemble des 1500 lignes franciliennes afin de supprimer les doublons et faciliter les recherches d'horaires ; ainsi, les lignes de petite couronne auront des numéros de 100 à 499 et celles de grande couronne des numéros de 1100 à 6599[14].

Réseau actuel

modifier

Le réseau de transport routier de voyageurs d'Île-de-France est composé d'un nombre très important de lignes, permettant la desserte de l'ensemble de la région parisienne, de jour comme de nuit. Ces dernières sont organisées et financées par Île-de-France Mobilités, l'autorité organisatrice des transports de la région Île-de-France.

La majorité des lignes sont exploitées par de grandes entreprises de transport comme la Régie autonome des transports parisiens (RATP), la SNCF à travers sa filiale Keolis ou dans le cadre de l'activité Transilien, Transdev et RATP Cap, les autres l'étant par des entreprises familiales indépendantes.

En 2016, Île-de-France Mobilités a lancé une grande consultation citoyenne en partenariat avec la mairie de Paris et la RATP, dénommée « Grand Paris des Bus »[15].

Le basculement vers le nouveau réseau de Paris intra-muros s'est fait sans difficulté notable en une nuit, entre le 19 et le , à l'exception de quelques rares mesures anticipées dans le cadre de la mise en service du prolongement du tramway T3b à la porte d'Asnières intervenue le [16].

Autorité organisatrice

modifier

Île-de-France Mobilités organise, coordonne et finance les transports publics de voyageurs d'Île-de-France, qui sont assurés par la RATP, la SNCF et les compagnies de bus privées regroupées dans l'association Optile.

Elle définit entre autres les conditions générales d'exploitation, crée les titres de transport et fixe les tarifs. Elle définit aussi l'offre de transport et le niveau de qualité des services dans le cadre de contrats signés avec les entreprises.

Livrée STIF

modifier

Le Syndicat des transports d'Île-de-France (STIF) a adopté une livrée commune pour les bus franciliens, à base de gris métallisé dit « vif-argent » et avec la signature du STIF en bas des vitres.

Chaque exploitant ou chaque réseau peut ensuite personnaliser cette livrée pour y inclure son logo car le « vif-argent » a été conçu pour pouvoir s'harmoniser avec toutes les autres couleurs pouvant être contenues par les éventuels marquages locaux complémentaires[17]. Cette livrée a été réalisée par Sennse, une agence spécialisée dans les transports[18].

Les réseaux arborent progressivement la nouvelle livrée à la suite de la signature des « contrats de type 2 », nouveaux modes de collaboration qui se mettent en place entre le STIF et les transporteurs, faisant suite aux « contrats de type 1 », signés en 2007. Le « contrat de type 2 » doit préparer la mise en concurrence des opérateurs, qui devait intervenir à partir de 2016 en Île-de-France[19].

Livrée Île-de-France Mobilités

modifier

Depuis 2018, l'ensemble des nouveaux autobus arbore une livrée bleue d'Île-de-France Mobilités concomitamment au changement de nom de l'ancien STIF et aux « contrats de type 3 ». Contrairement à livrée STIF, la livrée Île-de-France Mobilités ne donne aucune distinction entre les transporteurs à l'exception de leur logo ainsi que de la présence éventuelle de logos « Express » ou de ceux des collectivités locales.

Lignes et points d'arrêt du réseau

modifier

En Île-de-France, le réseau de transport routier de voyageurs est composée de lignes à dessertes urbaines et interurbaines, pouvant être à haut niveau de service.

Lignes régulières

modifier
Lignes du réseau de Paris et petite couronne
modifier
 
Autobus Iveco Urbanway 12 Hybride sur la ligne 39 de la RATP, livrée Île-de-France Mobilités, en .

La RATP exploite, en 2021, 314 lignes dont 61 à Paris, 221 en petite couronne et 32 pour le service Noctilien[20]. Ce réseau assure la desserte de l'ensemble du territoire de la ville de Paris et la partie centrale de l'agglomération parisienne. Certaines de ces lignes desservent les aéroports parisiens (Orly et Roissy-Charles-de-Gaulle). La RATP exploite aussi des services de lignes « urbaines », principalement dans des villes de banlieue, généralement avec une participation financière des collectivités concernées (réseau Valouette, par exemple) et certaines lignes du réseau nocturne Noctilien.

Les futurs réseaux Île-de-France Mobilités
modifier

L'ouverture à la concurrence du réseau de bus RATP couvrant essentiellement Paris et sa petite couronne est prévue au , date à laquelle la RATP perdra progressivement son monopole sur ce réseau[21]. Celle-ci a par ailleurs créé en février 2021 une filiale destinée à répondre « aux appels d'offres de transport urbain et suburbain en Île-de-France, en particulier sur le réseau bus actuellement exploité par la RATP »[21] dénommée RATP Cap Île-de-France.

En effet, dans le cadre de la mise en concurrence du réseau de bus RATP, la totalité des centres bus ont déjà été regroupés en lots pouvant se rapprocher du périmètre des communautés de communes et d'agglomération du secteur, afin que les lignes de bus rattachées constituent de nouveaux réseaux de bus. De ce fait, les centres bus pourront donc être réattribués à partir de fin 2024 à la RATP via sa filiale Cap Île-de-France comme à d'autres nouvelles entreprises concurrentes, filiales des autres entreprises actuellement implantées dans la région comme Keolis, Transdev, CFTR avec « Francilité », le groupement de Lacroix et de SAVAC par exemple.

Liste des futurs réseaux à attribuer dans le cadre de l'ouverture à la concurrence[22]
Réseau[note 2] N° de DSP Département Exploitant retenu Conseil d'administration d'attribution Date de mise en service Centres bus + autres réseaux éventuels actuels
Bords de Marne 45 Val-de-Marne
Seine-et-Marne
À venir entre octobre et décembre 2024 entre juin et octobre 2025 Lignes de bus des centres bus des Bords de Marne et de Saint-Maur
Boucles Nord de Seine 42 Hauts-de-Seine À venir entre octobre et décembre 2024 entre juin et octobre 2025 Lignes de bus des centres bus de Fontenay et de Pleyel
Croix du Sud 40 Hauts-de-Seine À venir décembre 2024 entre décembre 2025 et avril 2026 Lignes de bus du centre bus de Fontenay
Défense St Cloud 41 Hauts-de-Seine À venir entre juin et juillet 2025 entre mai et septembre 2026 Lignes de bus des centres bus du Point-du-Jour, Nanterre et de Charlebourg
+ Lignes de bus Transdev de Nanterre
Marne et Brie 9 Seine-et-Marne À venir entre octobre et décembre 2024 entre juin et octobre 2025 Lignes de bus du relais de Bussy-Saint-Martin
+ Lignes des réseaux Apolo7 (Transdev STBC)[23], Keolis Mobilité Roissy[24], Transdev Lys[25], TRA[26], Sit'bus (Transdev N'4 Mobilités)[27]
Massy-Juvisy 36 Essonne À venir entre octobre et décembre 2024 entre juin et octobre 2025 Lignes de bus du relais de Massy
+ Lignes de bus Keolis de Morangis
Ourcq 44 Seine-Saint-Denis À venir décembre 2024 entre décembre 2025 et avril 2026 Lignes de bus des centres bus de Flandre et des Pavillons
Pays de France 39 Val-d'Oise À venir décembre 2024 entre décembre 2025 et avril 2026 Lignes de bus du centre bus de Villiers-le-Bel
+ Lignes de bus Keolis du Mesnil-Amelot
Plaine Commune 43 Seine-Saint-Denis À venir décembre 2024 entre décembre 2025 et avril 2026 Lignes de bus des centres bus d'Aubervilliers et de Saint-Denis
Pompadour 46 Val-de-Marne À venir entre juin et juillet 2025 entre mai et septembre 2026 Lignes de bus des centres bus de Thiais et de Créteil
Rive Droite 49 Paris À venir entre octobre et décembre 2025 entre octobre et novembre 2026 Lignes de bus des centres bus de Belliard, Lagny et des Lilas
Rive Gauche 48 Paris À venir entre octobre et décembre 2025 entre octobre et novembre 2026 Lignes de bus des centres bus de Croix-Nivert, Lebrun, Malakoff et de Montrouge
Seine Orly 47 Val-de-Marne À venir entre juin et juillet 2025 entre mai et septembre 2026 Lignes de bus des centres bus d'Ivry et de Vitry
+ Lignes de bus du réseau Seine Grand Orly
Lignes des réseaux de moyenne et grande couronne
modifier

Le réseau de bus et de cars de la région permet la desserte de 1 100 des 1 300 communes d'Île-de-France, concentrant plus de 6 millions d'habitants. Pour ce faire, sont utilisés quotidiennement plus de 5 400 bus et cars, soit près de la moitié du parc de bus et de cars régional pour l'exploitation de plus de 1 200 lignes régulières, desservant près de 29 000 points d'arrêt, pour un chiffre d'affaires de 900 millions d'euros[28].

Les réseaux actuels Île-de-France Mobilités
modifier

Dans le cadre de la mise en concurrence du réseau bus, la quasi-totalité des lignes de bus régionales ont été regroupées en lots pouvant se rapprocher du périmètre des communautés de communes et d'agglomération du secteur, constituant de nouveaux réseaux de bus attribués progressivement à de nouvelles entreprises, filiales des entreprises actuellement implantées dans la région : Keolis, Transdev, RATP Cap Île-de-France et la CFTR avec « Francilité », le groupement de Lacroix et de SAVAC.

Liste des réseaux créés dans le cadre de l'ouverture à la concurrence (au )
Réseau Département Intercommunalités Exploitant
Argenteuil - Boucles de Seine Val-d'Oise
Yvelines
Saint-Germain - Boucles de Seine (partie est) Keolis Argenteuil Boucles de Seine (Keolis)
Bièvre Hauts-de-Seine EPT Vallée Sud Grand Paris RATP Cap Bièvre (RATP Cap Île-de-France)
Brie et 2 Morin Seine-et-Marne Coulommiers Pays de Brie, Les Deux Morin Transdev Brie et Deux Morins (Transdev)
Centre et Sud Yvelines Yvelines Rambouillet Territoires, Cœur d'Yvelines, Gally Mauldre, Haute vallée de Chevreuse, Pays Houdanais, Pays de Limours Transdev Sud Yvelines (Transdev)
Cergy-Pontoise Confluence Val-d'Oise
Yvelines
Cergy-Pontoise Francilité Seine et Oise (Groupement Lacroix et SAVAC)
Cœur d'Essonne Essonne Cœur d'Essonne Agglomération Transdev Cœur Essonne (Transdev)
Essonne Sud Est Essonne Val d'Essonne, Les 2 Vallées Keolis Val d'Essonne 2 Vallées (Keolis)
Essonne Sud Ouest Essonne Le Dourdannais en Hurepoix, L'Étampois Sud-Essonne, Entre Juine et Renarde, Pays de Limours (en partie) Francilité Ouest Essonne (Groupement Lacroix et SAVAC)
Évry Centre Essonne Essonne
Seine-et-Marne
Grand Paris Sud (partie ouest) Transports intercommunaux Seine Sénart Essonne (Keolis)
Fontainebleau - Moret Seine-et-Marne Pays de Fontainebleau, Moret Seine et Loing (en partie) Transdev Pays de Fontainebleau (Transdev)
Grand Melun Seine-et-Marne Melun Val de Seine Transdev Melun Val de Seine (Transdev)
Grand Versailles Yvelines Versailles Grand Parc (partie sud) Transdev Versailles (Transdev)
Haut Val-d'Oise Val-d'Oise Haut Val-d'Oise, Vallée de l'Oise et des Trois Forêts et Carnelle Pays de France Keolis Vallée de l'Oise (Keolis)
Île-de-France Ouest Essonne
Val-d'Oise
Yvelines
- Francilité Ouest Express (Groupement Lacroix et SAVAC)
Mantois Yvelines Grand Paris Seine et Oise (partie ouest), Les Portes de l'Île-de-France RD Mantois (RATP Cap Île-de-France)
Marne et Seine Val-de-Marne EPT Grand Paris Sud Est Avenir Transdev Coteaux de la Marne (Transdev)
Marne-la-Vallée Seine-et-Marne Marne et Gondoire, Val d'Europe Agglomération Transdev Marne-la-Vallée (Transdev)
Meaux et Ourcq Seine-et-Marne Pays de Meaux, Pays de l'Ourcq Transdev Marne-et-Ourcq (Transdev)
Paris-Saclay Essonne Paris-Saclay RATP Cap Saclay (RATP Cap Île-de-France)
Pays Briard Seine-et-Marne Val Briard, Les Portes Briardes Entre Villes et Forêts, L'Orée de la Brie, Brie des Rivières et Châteaux Keolis Portes et Val de Brie (Keolis)
Pays de Montereau Seine-et-Marne Pays de Montereau Francilité Pays de Montereau (Groupement Lacroix et SAVAC)
Poissy - Les Mureaux Yvelines Grand Paris Seine et Oise (partie est) Keolis Seine et Oise Est (Keolis)
Provinois - Brie et Seine Seine-et-Marne Provinois, Bassée-Montois, Brie Nangissienne Francilité Grand Provinois (Groupement Lacroix et SAVAC)
Roissy Est Seine-et-Marne Roissy Pays de France (partie est), Plaines et Monts de France Keolis Roissy Pays de France Est (Keolis)
Roissy Ouest Val-d'Oise Roissy Pays de France (partie ouest), Carnelle Pays de France Keolis Roissy Pays de France Ouest (Keolis)
Saint-Germain Boucles de Seine Yvelines Saint-Germain - Boucles de Seine (partie ouest) Transdev Boucle des Lys (Transdev)
Saint-Quentin-en-Yvelines Yvelines Saint-Quentin-en-Yvelines Francilité Saint-Quentin-en-Yvelines (Groupement Lacroix et SAVAC)
Seine Grand Orly Val-de-Marne EPT Grand-Orly Seine Bièvre (en partie) Keolis Ouest Val-de-Marne (Keolis)
Sénart Seine-et-Marne Grand Paris Sud (partie est) Transdev Sénart (Transdev)
Terres d'Envol Seine-Saint-Denis EPT Paris Terres d'Envol Transdev Nord Seine-Saint-Denis (Transdev)
Val d'Yerres Val de Seine Essonne Val d'Yerres Val de Seine Keolis Val d'Yerres Val de Seine (Keolis)
Vallée du Loing - Nemours Seine-et-Marne Pays de Nemours, Gâtinais-Val de Loing Transdev Vallée du Loing (Transdev)
Vallée de Montmorency Val-d'Oise Plaine Vallée Transdev Valmy (Transdev)
Vélizy Vallées Yvelines Versailles Grand Parc (partie nord), Haute Vallée de Chevreuse (en partie) Keolis Vélizy Vallée de la Bièvre (Keolis)
Vexin Val-d'Oise Vexin - Val de Seine, Vexin Centre Transdev Vexin (Transdev)
Les futurs réseaux Île-de-France Mobilités
modifier

Ci-dessous, la liste des réseaux de moyenne et grande couronne restants à ouvrir à la concurrence au .

Liste des réseaux restants à mettre en service dans le cadre de l'ouverture à la concurrence au [29]
Réseau Département Exploitant retenu Date d'entrée en service Réseaux actuels
Parisis[note 2] Val-d'Oise Francilité Val Parisis (Groupement Lacroix et SAVAC) Cars Lacroix[30], Transdev Les Cars Rose[31], Busval d'Oise[32]

Ci-dessous, la liste non exhaustive des autres réseaux existants hors processus de mise en concurrence.

La renumérotation des lignes
modifier

L'ouverture à la concurrence s'accompagne à partir de l'été 2023 d'une renumérotation progressive de l'ensemble des 1500 lignes franciliennes afin de supprimer les doublons et faciliter les recherches d'horaires ; ainsi, les lignes de petite couronne auront des numéros de 100 à 499 et celles de grande couronne des numéros de 1100 à 6599[14].

Si à Paris et en Petite couronne la numérotation ne devrait que peu évoluer (suppression des doublons et des indices à lettres), la Grande couronne voit une remise à plat totale de sa numérotation selon les principes suivants : le premier chiffre désigne un secteur voire un département entier, le second un sous-secteur et les deux derniers identifient la ligne de façon unique au sein de chaque sous-secteur, avec maintient du numéro existant sauf impossibilité (doublon ou ancien indice non-numérique)[33].

Le regroupement par secteur est le suivant[33] :

La numérotation en sous-secteurs se fait par réseau, ainsi le sous-secteur 5 du secteur 1 correspond à la vallée de Montmorency[33].

Renumérotation des lignes par réseaux (au )
Réseau Tranche Mise en application
Argenteuil - Boucles de Seine 64xx
Bièvre 4xx [34]
Brie et 2 Morin 24xx
Centre et Sud Yvelines 52xx
Cergy-Pontoise Confluence 12xx
Cœur d'Essonne
Essonne Sud Est 43xx [35]
Essonne Sud Ouest 44xx 2 septembre 2024[36]
Évry Centre Essonne 42xx
Fontainebleau - Moret 34xx 16 septembre 2024[37]
Grand Melun 36xx [38]
Grand Versailles 62xx [39]
Haut Val-d'Oise 13xx [40]
Île-de-France Ouest
Mantois 54xx
Marne et Seine 4xx [41]
Marne-la-Vallée 22xx 22 avril 2024[42]
Meaux et Ourcq 23xx
Paris-Saclay 45xx
Parisis[note 2] 14xx
Pays Briard 31xx
Pays de Montereau 33xx [43]
Poissy - Les Mureaux 65xx
Provinois - Brie et Seine 32xx [44]
Roissy Est 21xx [45]
Roissy Ouest 16xx
Saint-Germain Boucles de Seine 63xx
Saint-Quentin-en-Yvelines 51xx [46]
Seine Grand Orly 2xx & 4xx [47]
Sénart 37xx
Terres d'Envol
Val d'Yerres Val de Seine 41xx
Vallée du Loing - Nemours 35xx 16 septembre 2024[48]
Vallée de Montmorency 15xx [49]
Vélizy Vallées 61xx et [50]
Vexin 11xx

Lignes Noctilien

modifier
 
Autobus et autocars Noctilien à la gare de Lyon en 2016.

Un réseau de cinquante-deux lignes[note 3] de bus de nuit, nommé « Noctilien », est exploité par la RATP et par les groupes Keolis, Transdev et RATP Cap Île-de-France, en lieu et place de la SNCF, dans le cadre de l'ouverture à la concurrence.

Ce service est le fruit de la fusion des anciens réseaux Noctambus (RATP) et Bus de Nuit (SNCF). Il fonctionne de h 30 environ à h 30 du matin environ, dans Paris et la quasi-totalité de l'Île-de-France (petite et grande couronne).

Lignes Express

modifier
 
Autocar Iveco Crossway d'une ligne Express A14 d'Île-de-France Mobilités.

Depuis 2009, dans le cadre de la création du réseau de bus régional structurant Mobilien, Île-de-France Mobilités met en service de nouvelles lignes d'autobus/autocar destinées à faciliter les liaisons de pôle à pôle et de rocade, principalement en grande couronne.

Ces nouvelles lignes d'autobus dites Express 100 (anciennement Mobilien 100) circulant sur de longues distances tous les jours, sauf exception, sont regroupées au sein du réseau de bus régional structurant Express depuis le Grand Paris des Bus, voté le , avec les lignes Express A14 notamment[51]. Depuis cette date en effet, le Syndicat des transports d'Île-de-France, devenu Île-de-France Mobilités, fait une distinction entre les lignes du réseau de bus Mobilien et du réseau de bus Express et prévoit de renforcer et de créer de nouvelles lignes Express d'ici à 2020[52]

Lignes Mobilien

modifier
 
Autocars Iveco Crossway du réseau Seine-et-Marne Express près de la gare de Melun, en .

Mobilien est une dénomination d'autobus d'Île-de-France destiné initialement à faciliter les liaisons de pôle à pôle et de rocade avec des fréquences élevées, principalement en grande couronne[53]. Depuis 2017 et la distinction des labels Mobilien et Express, le premier désigne des lignes qui « desservent avec des fréquences élevées les zones denses urbaines d'Île-de-France » tandis que le second désigne des lignes qui « circulent sur de longues distances, tous les jours sauf exception, et relient les principales agglomérations de grande couronne et les aéroports »[54].

Les lignes proposent aux voyageurs une plus grande fréquence de passage des autobus, une amplitude de fonctionnement davantage plus importante le matin et le soir et doit assurer une meilleure régularité des circulations grâce à des aménagements spécifiques. À travers ce projet, Île-de-France Mobilités souhaite proposer aux franciliens, une alternative à la voiture en banlieue[53].

Lignes à haut niveau de service

modifier

En Île-de-France, il y a également des lignes de bus à haut niveau de service (BHNS), lignes de bus conçues et exploitées dans le but de garantir un service proche de ce que peuvent offrir d'autres systèmes de transports en commun tels que les tramways ou les métros mais à un coût moindre, et utilisant un site propre.

Lignes RATP 393 et TVM
modifier
 
Autobus Irisbus Crealis 18 de la ligne RATP 393 près de la gare de Sucy - Bonneuil, en .

La RATP exploite des lignes à haut niveau de service :

Depuis le , elle remplace l'ancienne ligne RATP 393, qui reliait, depuis 1985, la station de métro Villejuif-Louis Aragon à la gare de Sucy - Bonneuil. Intégralement établie en site propre, elle est destinée à faciliter les déplacements de banlieue à banlieue à l'intérieur du département du Val-de-Marne, en Île-de-France. Elle sera prolongée jusqu'à l'aéroport d'Orly et pourrait devenir une ligne T Zen[55].
Depuis le , elle remplace l'ancienne ligne RATP 392, qui reliait, depuis 1969, l'arrêt Rungis - M.I.N - Porte de Thiais à la gare de Saint-Maur - Créteil. Presque intégralement établie en site propre, elle est également destinée à faciliter les déplacements de banlieue à banlieue à l'intérieur du département du Val-de-Marne, en Île-de-France. Elle pourrait potentiellement devenir une ligne T Zen[55].
Lignes du réseau T Zen
modifier
 
Deux autobus Irisbus Crealis Neo 12 de la ligne T Zen 1 à la station Carré-Canal, en .

T Zen est la dénomination du réseau de bus à haut niveau de service en site propre francilien, directement inspiré du Busway de Nantes ou des lignes fortes Cristalis de Lyon, et similaire aux lignes RATP 393 et TVM[56].

Les lignes préfigureraient dans certains cas, notamment si le taux de fréquentation devait le justifier, l'implantation de lignes de tramway. À ce jour (), seule une ligne a été mise en service :

Depuis le , elle permet de relier la branche du RER D de Melun via Combs-la-Ville à celles de Melun via Corbeil et de Malesherbes via Évry - Courcouronnes et via Ris-Orangis, en desservant l'agglomération de Sénart, le siège du Syndicat d'agglomération nouvelle de Sénart-Ville Nouvelle[57] ainsi que les sites en plein essor[58]. Majoritairement établie en site propre, elle est destinée à faciliter les déplacements de banlieue à banlieue, en Île-de-France.
Autres lignes à haut niveau de service
modifier

D'autres lignes sont en projet. Elles sont listées dans la section projets de développement et création de lignes à haut niveau de service du présent article.

Lignes de transport à la demande

modifier

En Île-de-France, il y a également des lignes de transport à la demande (TàD).

TàD Île-de-France Mobilités
modifier

TàD Île-de-France Mobilités, anciennement Flexigo, est la dénomination du service de transport à la demande (TAD) mis en place par Île-de-France Mobilités. Il est exploité par Transdev et par Keolis en utilisant la technologie Padam Mobility[59]. Au début de 2021, 27 lignes sont disponibles.

Île-de-France Mobilités octroie ce label et finance les services de TàD qui respectent 11 critères, parmi lesquels : non redondance avec les lignes régulières, performance économique du service et optimisation des moyens, points d'arrêt déterminés et plage horaire précisée à l'avance, recours à la centrale de réservation régionale et application de la tarification francilienne[60].

Le transport à la demande est organisé de deux façons différentes[61] :

  • sur une ligne virtuelle : comme sur une ligne de bus classique, le tracé et les arrêts étant définis, le bus part seulement les voyageurs ont formulé une réservation sur la ligne ;
  • dans une zone : aucun tracé n'est défini. Sur un périmètre donné, en fonction de son point de départ, le voyageur peut accéder à un ou plusieurs arrêts de bus et l'itinéraire de desserte du bus dépend des demandes.

Île-de-France Mobilités envisage de couvrir 40 territoires d'ici 2024[62].

 
Logo du service.

PAM (Pour aider à la mobilité) est un service de transport à la demande spécialisé afin de faciliter les déplacements des personnes à mobilité réduite. Il est financé par la région Île-de-France, par Île-de-France Mobilités et par les départements qui en assurent le fonctionnement[63].

Ce service, disponible tous les jours, de h à minuit (h du matin le vendredi et le samedi à Paris), nécessite une réservation au moins 48 heures à l'avance pour les demandes ponctuelles.

Les premiers services de ce type ont vu le jour durant les années 1970 par l'action d'associations dont le Groupement pour l'insertion des handicapés physiques (GIHP)[64]. Le conseil d'administration du STIF du voit l'approbation par ses membres du nouveau service PAM, dont la première agence, PAM 75, est mise en place le [64]. Le service se développe ensuite dans le reste de la région à partir du avec la création de Filival-PAM 94, PAM 78 le , PAM 93 le , PAM 91 le , PAM 77 le , PAM 92 le et enfin PAM 95 le [64].

Le , le conseil d'administration d'Île-de-France Mobilités a voté en faveur de l'unification progressive du PAM dont les conditions d'accès et de tarification sont variables selon les agences et pour la mise en place d'une centrale de réservation unique à l'échelle régionale[64],[65]. En effet, chaque département gère son agence par délégation de compétence d'IDF Mobilités depuis le [64].

La mise en place du « PAM Francilien » débute le avec le Val-de-Marne puis s'étend à Paris le , en même temps que la tarification et la centrale de réservation unique et à l'Essonne le . Pour 2024, ce sera au tour du département de Seine-et-Marne le , des Yvelines et des Hauts-de-Seine le et de la Seine-Saint-Denis le et enfin du Val-d'Oise le [66].

En outre, deux zones d'exploitation sont mises en place[66] :

Les opérateurs assureront progressivement l'exploitation au fur et à mesure de la régionalisation des agences départementales.

La nouvelle tarification se fait en neuf zones tarifaires en fonction de la distance, allant de 2  pour un trajet de moins de 15 kilomètres à 14  pour un trajet de plus de 50 kilomètres[66]. Le nouveau centre de services est exploité par l'entreprise Kisio[69].

En dehors des départements déjà couverts par le nouveau système régional « PAM Francilien », quatre agences départementales couvrent encore l'Île-de-France[70] :

  • PAM 77, exploité par Keolis Mobilités Seine-et-Marne[71] ;
  • PAM 78 - 92, exploité par Transdev et Citémobil[72] ;
  • PAM 93, exploité par Flexcité[73] ;
  • PAM 95, exploité par Transdev et Citémobil[74].

Filéo est la dénomination du service de transport à la demande (TàD) de la plateforme de l'aéroport de Paris-Charles-de-Gaulle. Il comporte sept lignes qui se rejoignent toutes à la gare de l'aéroport Charles-de-Gaulle 1.

Ce service de transport à la demande permet aux personnes travaillant dans les entreprises situées sur la plateforme de l'aéroport de Paris-Charles-de-Gaulle de s'y rendre et d'en revenir 24 heures sur 24 et 7 jours sur 7. Filéo offre une solution alternative à l'emprunt d'une ligne régulière de bus. Il dessert l'aéroport de Roissy au départ de seize communes dans les départements du Val-d'Oise, de la Seine-Saint-Denis et de Seine-et-Marne : Arnouville, Dammartin-en-Goële, Garges-lès-Gonesse, Gonesse, Goussainville, Le Mesnil-Amelot, Le Thillay, Longperrier, Mitry-Mory, Othis, Roissy-en-France, Sarcelles, Tremblay-en-France, Villeneuve-sous-Dammartin, Villeparisis et Villiers-le-Bel.

Bus Soirée
modifier

Depuis les années 2010, Île-de-France Mobilités a créé des lignes « Bus Soirée », anciennement Flexo, au départ des gares et fonctionnant en général entre 21 h et h du matin en relais des lignes régulières. Lors de la montée dans le bus, l'usager doit indiquer au conducteur son arrêt de descente dans une zone définie selon chaque Bus Soirée.

Au , 36 services de ce type existent[75].

Autres services de TàD
modifier

Il existe d'autres services non labellisé TàD Île-de-France Mobilités.

Transports scolaires

modifier

Île-de-France mobilités contribue aux transports scolaires, via les lignes régulières routières et ferrées, ou à l'aide de services spécialisés adaptés[77].

Ces services spécialisés sont :

  • des circuits scolaires spéciaux[78] ;
  • des transports scolaires adaptés pour les élèves et les étudiants en situation de handicap[79].
Lignes du réseau SNCF Transilien
modifier

La SNCF assure dans le cadre de son activité Transilien, durant la journée, l'exploitation de lignes de bus de substitution aux trains, à la suite de fermetures de gares, de lignes ou portions de lignes, ou afin de faire face à un arrêt prématuré dans la soirée de l'exploitation ferroviaire d'une portion de ligne. La nuit, elle assure l'exploitation d'une partie des lignes de bus Noctilien de N100 à N199.

Points d'arrêt du réseau

modifier
 
Poteaux d'arrêt des réseaux de bus Apolo7 et RATP ().

Les points d'arrêt des lignes du réseau de transport routier de voyageurs d'Île-de-France sont matérialisés par des potelets indicateurs, où les conducteurs de bus ont l'obligation de déposer les clients ou de faire monter ceux qui les hèlent. Ces potelets changent d'aspect selon les époques et la situation géographique, en moulages lisses ou ouvragés, en acier ou en fonte[80]. Ces poteaux indiquent les lignes desservant cet arrêt, éventuellement avec les horaires des passages et leur tracé schématique.

Faisant partie du mobilier urbain, quand la voirie le permet, les arrêts peuvent comporter un ou plusieurs abris couverts (aubette, Abribus) pour se prémunir des intempéries, généralement vitrés, et parfois complétés de petits kiosques de vente de titres de transport[81]. Les abris permettent d'afficher un plan de réseau et d'y disposer des sièges.

Les arrêts de bus peuvent également être équipés de bornes d'information voyageurs afin d'informer en temps réel les voyageurs du temps d'attente avant l'arrivée des prochains bus et de les renseigner en cas d'incident ou de perturbation. Ils sont également souvent surélevés afin de permettre aux personnes à mobilité réduite de monter plus facilement dans les autobus équipés de planchers plats.

Lorsqu'un ensemble des lignes différentes disposent d'arrêts de bus regroupés dans un même ensemble en zone privée, d'une taille conséquente, donnant une correspondance avec un mode ferré de transport en commun et fournissant par exemple d'autres services comme l'achat de titres de transport, on parle alors de gare routière ou de pôle d'échanges dans son appellation moderne. Il en existe de nombreux en Île-de-France.

Exploitation du réseau

modifier

Amplitude horaire

modifier
 
Un Crossway LE à l'arrêt Marché d'intérêt national de Rungis de la ligne 191-100 du réseau de bus Val d'Yerres Val de Seine, qui a la particularité de fonctionner 24h/24.

Le réseau de transport routier de voyageurs francilien fonctionne chaque jour de l'année, 24 h sur 24, grâce à la coexistence de deux réseaux : le réseau diurne et le réseau nocturne (Noctilien).

La journée, dans une fourchette globalement comprise entre h du matin et h du matin, les sous-réseaux du réseau diurne fonctionnent (réseau RATP, réseaux des adhérents Optile, réseau SNCF Transilien et réseau T Zen). Certaines lignes des sous-réseaux ne fonctionnent pas en dehors des heures de pointe, en soirée (après 20 h 30/21 h ou après 22 h 30), les samedis et/ou les dimanches et fêtes. Sur certaines lignes, le service est prolongé d'une heure, les vendredis, samedis et veilles de fêtes.

La nuit, entre h 30 et h 30 du matin, les lignes du réseau nocturne (Noctilien) prennent le relais. Ce réseau coexploité par la RATP et la SNCF assure la desserte de Paris intra-muros et de presque toute l'Île-de-France (grande et petite banlieue), en remplacement des sous-réseaux diurnes.

Matériel roulant

modifier

Le matériel roulant du réseau est composé d'autobus de longueurs diverses et aménagés différemment selon les lignes et les besoins (pour lignes BHNS par exemple), et d'autocars.

Autobus
modifier

La majorité des lignes de bus d'Île-de-France sont exploitées à l'aide d'autobus car ces derniers effectuent des trajets urbains ou périurbains dans lequel la vitesse des véhicules est relativement faible et les arrêts fréquents. La station debout y est autorisée et les autobus les plus récents sont surbaissés afin de faciliter la montée et la descente des passagers à mobilité réduite (handicapés, personnes âgées, personnes avec poussettes).

En Île-de-France, les autobus sont réparties par famille : les minibus (8 à 30 places assises), les midibus (8 à 11 mètres de longueur, 70 à 80 passagers transportés, gabarit réduit pour rues étroites), les bus standard (12 mètres de longueur, 100 passagers transportés) et les bus articulés (ou bus accordéon) (18 à 18,5 mètres de longueur, 200 passagers transportés, conception pour lignes urbaines à fort trafic). Ils fonctionnent soit au diesel, au gaz naturel, à l'électricité ou de manière hybride (fonctionnement au diesel et à l'électricité).

En 2020, l’autorité organisatrice Île-de-France Mobilités se fait livrer les premiers véhicules qu'elle a acquis. Ils sont confiés aux transporteurs assurant les délégations de service public mises en place à la suite de l'ouverture à la concurrence des réseaux de bus en Île-de-France, et sont équipés d’une numérotation propre à cette autorité[82].

En Île-de-France, on trouve notamment les autobus des constructeurs suivants :

Autocars
modifier
 
Autocar Irisbus Ares du réseau de bus Busval d'Oise à la gare de Survilliers - Fosses, en .

Les autres lignes utilisent des autocars pour les liaisons interurbaines, dans lesquels les voyageurs sont obligatoirement assis. Ils sont équipés de soutes, où les passagers peuvent déposer leurs bagages encombrants, situées sous l'habitacle ; par conséquent, les autocars ont une hauteur sensiblement plus élevée que celle des autobus. Ces derniers sont surtout conçus pour effectuer des trajets moins longs.

En Île-de-France, on peut trouver, par exemple, des Iveco Bus (Ares, Crossway…), Mercedes-Benz (Intouro), Setraetc.

Remisage et entretien
modifier

Le remisage et l'entretien du matériel roulant est effectué au sein d'un « dépôt » appelé « centre bus » à la RATP et « centre opérationnel bus » par Île-de-France Mobilités. Cet espace plus ou moins vaste, peut être couvert ou à « ciel ouvert ». Les véhicules sont garés dans l'ordre de leur départ du lendemain. À la rentrée au centre bus, des capteurs indiquent au machiniste receveur où il doit garer sa voiture mais aussi reçoivent les signalements de réparations à effectuer.

En Île-de-France, chaque transporteur possède au moins un dépôt pour chaque réseau de bus local, où les conducteurs se rejoignent pour sortir les bus afin de globalement les mettre en service en début de journée et les rentrer au dépôt à la fin du service du conducteur ou de la ligne.

Information voyageurs

modifier
 
Borne SIEL (RATP) fixé au plafond d'une aubette, en .
 
Écran d'information voyageurs à l'intérieur d'un autobus de Veolia Transport, en .
Aux arrêts
modifier

Certains arrêts du réseau sont équipées de bornes d'information voyageurs en temps réel (par exemple les bornes SIEL à la RATP) afin d'informer en les voyageurs du temps d'attente avant l'arrivée des prochains bus et de les renseigner en cas d'incident ou de perturbation. Cette information est diffusée et mise à jour en temps réel en fonction de l'avancée du bus, permettant ainsi d'anticiper son temps de trajet ou de décider de ne pas attendre si le trafic rend l'attente trop longue.

Dans les autobus
modifier

À l'intérieur des autobus de certaines lignes du réseau, des bandeaux lumineux ou écrans LCD informent les voyageurs du temps de trajet estimé avant l'arrivée aux principaux arrêts desservis, du nom du prochain arrêt à venir lorsque le bus est entre deux arrêts ou du nom de l'arrêt en cours lorsque le bus est à un arrêt, ainsi que de la destination du bus.

Des annonces sonores annoncent également à l'approche d'un arrêt le nom de celui-ci. Les annonces sonores peuvent également annoncer le changement de destination d'un bus.

Personnel d'exploitation

modifier

On distingue deux catégories de personnel sur le réseau régional : les conducteurs-receveurs, ou machinistes-receveurs à la RATP, et les agents chargés du contrôle des titres de transport des voyageurs.

Tarification et financement

modifier
 
Validateurs Navigo (à gauche) et pour tickets carton (à droite) présents dans les bus et tramway, ici dans un autobus T Zen ().

La tarification des lignes du réseau de transport routier de voyageurs d'Île-de-France est globalement identique sur tous les réseaux de bus franciliens et accessibles avec les mêmes abonnements. Un ticket t+ permet un trajet simple quelle que soit la distance, avec une ou plusieurs correspondances possibles avec les autres lignes de bus et de tramway pendant une durée maximale de h 30 entre la première et dernière validation. En revanche, un ticket validé dans un bus ne permet pas d'emprunter le métro ni le RER. Les lignes Orlybus et Roissybus, assurant les dessertes aéroportuaires, disposent d'une tarification spécifique mais sont accessibles avec les abonnements habituels.

Le financement du fonctionnement des lignes (entretien, matériel et charges de personnel) est assuré par l'exploitant. Cependant, les tarifs des billets et abonnements dont le montant est limité par décision politique ne couvrent pas les frais réels de transport. Le manque à gagner est compensé par l'autorité organisatrice, Île-de-France Mobilités, présidée depuis 2005 par le président du conseil régional d'Île-de-France et composé d'élus locaux. Elle définit les conditions générales d'exploitation ainsi que la durée et la fréquence des services. L'équilibre financier du fonctionnement est assuré par une dotation globale annuelle aux transporteurs de la région grâce au versement mobilité payé par les entreprises et aux contributions des collectivités publiques[83].

Selon des chiffres internes de 2009 révélés en 2011, la RATP évaluait à 8,7 % (avec un pic à 20,2 % sur l'ancienne ligne 254 Saint-Denis – Pierrefitte[84]) le taux de fraude dans les bus de son réseau routier, soit un manque à gagner de 60 millions d'euros[85]. Certains voyageurs ont fondé des mutuelles informelles basées sur une cotisation de 5 à 7 euros par mois pour prendre en charge l'amende pour défaut de titre de transport (38 euros)[86].

Projets de développement et création de lignes à haut niveau de service

modifier

Le développement du réseau francilien de transport routier de voyageurs conduit à la création de nouvelles lignes de bus à haut niveau de service.

 
Le futur réseau de bus à haut niveau de service d'Île-de-France.

Développement du T Zen

modifier

Le Syndicat des transports d'Île-de-France (STIF) prévoyait en , la mise en service de quatre lignes supplémentaires à l'horizon 2022[87] :

De plus, une quinzaine de lignes T Zen supplémentaires potentielles sont actuellement à l'étude en Île-de-France[55], notamment sur la base du « Plan de Mobilisation pour les Transports en Île-de-France »[88]:

Réalisation d'autres nouvelles lignes

modifier

Île-de-France Mobilités prévoit également la création d'autres lignes à haut niveau de service, aussi appelées lignes de transport collectif en site propre (TCSP) devant être réalisées sur des emprises affectées uniquement à ces lignes[89].

Ligne Est-Tvm

modifier

TCSP Esbly - Val d'Europe

modifier

TCSP Bords de Marne

modifier

TCSP Lagny - Val d'Europe

modifier

TCSP Noisy-le-Grand - Chennevières-sur-Marne

modifier

TCSP Massy - Saint-Quentin-en-Yvelines

modifier
 
La gare de Massy - Palaiseau, en .

La conversion en ligne T Zen du tronçon Magny-les-Hameaux - Saint-Quentin-en-Yvelines est actuellement à l'étude[55].

TCSP Massy - Les Champarts

modifier

Ce projet, long de trois kilomètres, vise à créer des liaisons directes entre Massy et Chilly-Mazarin, pour un coût évalué à 12 millions d'euros. Sa réalisation accompagnera les projets de développement économique, en particulier de la ZAC de la Bonde, future zone d'emploi majeure prévue sur les communes de Massy et de Chilly-Mazarin, dans des secteurs aujourd'hui peu desservis par les transports en commun. Le site propre réalisé servira à terme de support pour des liaisons par bus entre Massy et Orly, par le nord et le sud de l'aéroport, ainsi que pour les liaisons par bus entre Massy et Arpajon. Ce site propre sera la première phase de la réalisation d'un TCSP sur l'ex-route nationale 20 entre Massy et Arpajon[90].

Lors de son conseil d'administration du , le Syndicat des transports d'Île-de-France a approuvé la convention de financement entre l'État, la Région Île-de-France, le département de l'Essonne et le STIF, pour réaliser l'ensemble des études et l'organisation de la concertation prévue au troisième trimestre 2013 et de l'enquête publique en 2015[90].

TCSP Sénia Orly : Carrefour de la Résistance à Thiais – Aéroport d'Orly

modifier

Ce projet, long d'environ sept kilomètres et qui devrait compter 9 ou 10 stations reliera l'aéroport d'Orly au carrefour de la Résistance à Thiais et desservira la nouvelle zone d'activités Sénia[91].

TCSP Argenteuil – Bezons – Sartrouville – Cormeilles-en-Parisis

modifier

Le , le Conseil du STIF approuve une convention de financement pour la réalisation d'études préliminaires pour un TCSP reliant Argenteuil, Bezons et Sartrouville. De plus, l'organisation d'une concertation préalable et d'une enquête publique est également votée.

Le projet de bus en site propre permettra de relier la station Pont de Bezons du T2 à la gare d'Argenteuil ainsi qu'à la gare de Sartrouville-Val Notre-Dame du Tram Express Nord. Une étude sur l'amélioration de la desserte de la gare de Cormeilles-en-Parisis sera également effectuée.

Le coût total de la convention de financement est de 3,6 millions d'euros. Le financement est assuré à parts égales entre la région Île-de-France et le département du Val-d'Oise[92].

TCSP du Mantois : Rosny-sur-Seine – Mantes-la-Jolie

modifier

Ce projet, long de 5,3 kilomètres et qui comptera 13 stations est lié au prolongement à l'ouest du RER E jusqu'à la gare de Mantes-la-Jolie ; le TCSP sera créé en deux temps : d'abord jusqu'au Val Fourré puis jusqu'à Rosny-sur-Seine[93].

Plan de Mobilisation

modifier

La Région Île-de-France, les Conseils généraux, le STIF et l'État ont élaboré en 2008 un « Plan de Mobilisation pour les Transports en Île-de-France » de plus de 18 milliards d'euros[88].

En plus de la réalisation des projets Barreau de Gonesse, Massy - Les Champarts et de la finalisation du site propre Massy - Saint-Quentin, le « Plan de Mobilisation pour les Transports en Île-de-France » propose notamment la réalisation de lignes de bus à haut niveau de service supplémentaires, afin de répondre aux urgences ainsi qu'aux besoins des Franciliens à moyen et long termes[88] :

Notes et références

modifier
  1. La ligne 1 du tramway a ouvert en 1992 entre Bobigny et Saint-Denis
  2. a b et c Dénomination du réseau de bus provisoire, en attente de confirmation et des transporteurs sélectionnés à préciser.
  3. Au 1er août 2023

Références

modifier
  1. CP Conseil du STIF, 11 décembre 2013, consulté le .
  2. a b et c Réseau bus en 2020, consulté le .
  3. Marc Gaillard, Du Madeleine-Bastille à Meteor, histoire des transports parisiens, p. 10.
  4. Loi n° 2009-1503 du 8 décembre 2009 relative à l'organisation et à la régulation des transports ferroviaires et portant diverses dispositions relatives aux transports.
  5. « La concurrence arrive dans les bus d'Île-de-France », sur lepoint.fr, (consulté le ).
  6. « La concurrence se concrétise dans les transports d'Île-de-France », sur capital.fr, (consulté le ).
  7. « Procédures de mises en concurrence (juillet 2021) » [PDF], sur iledefrance-mobilites.fr (consulté le ).
  8. Olivier Meyer, « Les nouveautés du 1er janvier dans les transports publics | transbus.org », sur TRANS'BUS, (consulté le ).
  9. « Transports: Ile-de-France Mobilités a réparti l'exploitation de bus en banlieue », sur LEFIGARO (consulté le ).
  10. AUT FNAUT IdF, « Réseaux de bus attribués par IDFM », sur twitter.com, (consulté le ).
  11. Nathalie Arensonas, « https://www.lagazettedescommunes.com »  , sur lagazettedescommunes.com, (consulté le ).
  12. Fabien Dezé, « Grève chez Keolis : la circulation des bus perturbée sur le secteur de Poissy et des Mureaux »  , sur actu.fr, (consulté le ).
  13. « Concurrence des bus RATP : les députés votent un report de deux ans »  , sur lefigaro.fr, (consulté le ).
  14. a et b Olivier Meyer, « Début de plusieurs contrats d'exploitation de lignes de bus en Île-de-France », sur www.transbus.org, (consulté le ).
  15. « Grand Paris des Bus : Tous les bus en Île-de-France 2017-2020 », (consulté le ).
  16. « Grand Paris des bus - Le calendrier », sur paris.grand-paris-des-bus.fr (consulté le ).
  17. Trans'bus - Actualité Avril 2009 : Le STIF préconise une livrée pour les bus d'Île-de-France
  18. T Zen présenté officiellement, article du 10 décembre 2009, sur blog.sennse.fr. Consulté le 4 avril 2012.
  19. Communiqué de synthèse du Conseil d'administration du STIF du 2 juin 2010
  20. « Nombre de lignes de bus à Paris et en Île-de-France en 2021, selon le réseau », sur fr.statista.com, (consulté le ).
  21. a et b « La RATP crée une filiale pour l'ouverture à la concurrence en Ile-de-France », sur LEFIGARO (consulté le ).
  22. Ile-de-France Mobilités - Calendrier prévisionnel / Echelonnement des procédures de DSP bus à Paris Petite Couronne
  23. Lignes 1, 2, 3, 3s, 4, 4s, 5, 6, 7, 7s, 8, 8s, 9 et 9s ainsi que l'Express 19 repris temporairement par la STBC
  24. Ligne Express 100 (Roissy – Chelles)
  25. Ligne Express 100 (Torcy – Créteil)
  26. Lignes 602, 603, 604, 605, 613, 623, 643, 644, 701
  27. Lignes 500, 501, 502, A, B, C, D et E
  28. « Optile en bref/Optile en chiffres », sur optile.com, données de 2020 (consulté le ).
  29. « LACROIX-SAVAC DÉSIGNÉ POUR EXPLOITER LES LIGNES DE BUS DE LA COMMUNAUTÉ D'AGGLOMÉRATION DU VAL-PARISIS », sur presse.iledefrance-mobilites.fr, (consulté le )
  30. Lignes 30.03, 30.05, 30.07, 30.09, 30.10, 30.11, 30.12, 30.14, 30.18, 30.21, 30.22, 30.23, 30.28, 30.31, 30.32, 30.33, 30.34, 30.37, 30.38, 30.42, 30.43, 30.46, 30.47, 30.48, 30.49
  31. Lignes 38.01 et 38.04
  32. Lignes 95.03, 95.19, 95.20, 95.21, 95.26 et 95.29
  33. a b et c « Une nouvelle numérotation régionale pour le réseau de bus d'Île-de-France », sur www.iledefrance-mobilites.fr, (consulté le )
  34. « A compter du 26 juin 2023, vos lignes de bus évoluent ! », sur www.iledefrance-mobilites.fr, (consulté le )
  35. « A partir du 10 juillet 2023 les lignes de votre territoire Essonne Sud Est changent de numéro ! », sur iledefrance-mobilites.fr, (consulté le ).
  36. « Vos lignes changent de numéro ! », sur Île-de-France Mobilités, (consulté le )
  37. « Le 16 septembre 2024, vos lignes de bus changent de numéro ! », sur Île-de-France Mobilités, (consulté le )
  38. « À partir du 4 septembre 2023 - Vos lignes évoluent pour simplifier vos déplacements sur Melun », sur www.melunvaldeseine.fr/, (consulté le ).
  39. « Vos lignes changent de numéro sur le Grand Versailles », sur iledefrance-mobilites.fr, (consulté le ).
  40. « Vos lignes changent de numéro sur le territoire du Haut Val d'Oise! », sur www.iledefrance-mobilites.fr (consulté le )
  41. « Le 8 avril 2024, vos lignes de bus changent de numéro sur le territoire de Marne et Seine », sur www.iledefrance-mobilites.fr (consulté le )
  42. « Le 22 avril, vos lignes de bus changent de numéro sur le territoire de Marne-la-Vallée », sur Île-de-France Mobilités, (consulté le )
  43. « Vos lignes changent de numéro ! », sur www.iledefrance-mobilites.fr, (consulté le )
  44. « Bienvenue sur votre nouveau territoire "Provinois - Brie et Seine" ! », sur iledefrance-mobilites.fr, (consulté le ).
  45. « Vos lignes changent de numéro sur le territoire de Roissy Est ! », sur www.iledefrance-mobilites.fr, (consulté le )
  46. « A partir du 22 avril 2024, la numérotation et les couleurs de vos lignes changent » [PDF], sur www.iledefrance-mobilites.fr (consulté le )
  47. « A partir du 12 avril 2021, votre réseau de bus évolue avec l'arrivée du Tram T9 ! », sur Île-de-France Mobilités, (consulté le ).
  48. « Le 16 septembre 2024, vos lignes de bus changent de numéro ! », sur Île-de-France Mobilités, (consulté le )
  49. « Vos lignes changent de numéro », sur Île-de-France Mobilités, (consulté le ).
  50. « A partir du 21 août 2023 les lignes de votre territoire Vélizy Vallées changent de numéro ! », sur iledefrance-mobilites.fr, (consulté le ).
  51. « Bus à la demande, lignes Express, Noctilien : ce qui va changer avec le Grand Paris des bus », sur Région Île-de-France (consulté le ).
  52. « Bus à la demande, lignes Express, Noctilien : ce qui va changer avec le Grand Paris des bus », sur Région Île-de-France (consulté le ).
  53. a et b [PDF]STIF - Communiqué de presse du  : Mise en service de la nouvelle ligne de bus Mobilien - La ligne 193.100 Montfermeil/Clichy - Roissy CDG, le , consulté le  ; ce document est une archive.
  54. « Réseau des transports - édition janvier 2022 »  , sur eu.ftp.opendatasoft.com, (consulté le ).
  55. a b c et d [PDF]STIF - Communiqué de presse du Mercredi 8 juin 2011 : « Voici le futur réseau T Zen d'Ile de France »
  56. « Te stresse pas, le STIF est là », sur metro-pole.net, article du (consulté le ) ; ce document est une archive.
  57. Site officiel de T Zen Sénart-Corbeil
  58. STIF - Dossier de presse : « T Zen - Un nouveau mode de transport en Île-de-France », section "La ligne T Zen 1"
  59. « Transport à la demande », sur Île-de-France Mobilités (consulté le ).
  60. « PDUIDF FEUILLE DE ROUTE 2017 • 2020 - Defi 2 - le bus » [PDF], sur pduif.fr (consulté le ).
  61. « Qu'est ce que c'est ? », sur Île-de-France Mobilités (consulté le ).
  62. « Transport à la Demande », sur Île-de-France Mobilités (consulté le ).
  63. « PAM », sur Île-de-France Mobilités (consulté le ).
  64. a b c d et e Jérôme Bertrand, Mireille Bouleau et Jérémy Courel, Les usages et les usagers des services PAM : Analyse comparative de 6 services : PAM 75, PAM 77, PAM 78 (lot Sud), PAM 91, PAM 93 et PAM 94 (Filival)., Institut d'aménagement et d'urbanisme de la région d'Île-de-France, , 48 p. (lire en ligne).
  65. Pierre Cossard, « Vers un nouveau PAM en Ile-de-France »  , sur mobilitesmagazine.com, (consulté le ).
  66. a b et c « Pam : votre service d'aide à la mobilité bientôt régionalisé »  , sur iledefrance-mobilites.fr, (consulté le ).
  67. « REALISATION DES COURSES CONFIEES PAR LE CENTRE DE SERVICES DU PAM FRANCILIEN SUR LE PERIMETRE DES DEPARTEMENTS 94, 75, 91, 78, 92 »  , sur centraledesmarches.com, (consulté le ).
  68. « REALISATION DES COURSES CONFIEES PAR LE CENTRE DE SERVICES DU PAM FRANCILIEN SUR LE PERIMETRE DES DEPARTEMENTS 77, 93, 95 »  , sur centraledesmarches.com, (consulté le ).
  69. « Le service Pam francilien - Les opérateurs »  , sur pam.iledefrance-mobilites.fr (consulté le ).
  70. « Découvrez toutes les agences », sur Île-de-France Mobilités (consulté le ).
  71. « PAM 77 - L'opérateur »  , sur pam77.iledefrance-mobilites.fr (consulté le ).
  72. « PAM 78-92 - L'opérateur »  , sur pam78-92.iledefrance-mobilites.fr (consulté le ).
  73. « PAM 93 - opérateurs »  , sur pam93.iledefrance-mobilites.fr (consulté le ).
  74. « PAM 95 - L'opérateur »  , sur pam95.iledefrance-mobilites.fr (consulté le ).
  75. « BUS DE SOIRÉE : ÎLE-DE-FRANCE MOBILITÉS CRÉÉE 11 NOUVELLES LIGNES », sur presse.iledefrance-mobilites.fr/, (consulté le ).
  76. « Ville de Montreuil - Se déplacer plus facilement », sur www.montreuil.fr (consulté le ).
  77. « Transports scolaires », sur Île-de-France Mobilités (consulté le ).
  78. « Des circuits scolaires spéciaux », sur Île-de-France Mobilités (consulté le ).
  79. « Des transports scolaires adaptés », sur Île-de-France Mobilités (consulté le ).
  80. Dimitri Van Boque, L'autobus parisien 1905-1991, p. 215
  81. Dimitri Van Boque, L'autobus parisien 1905-1991, p. 218
  82. Olivier Meyer, « Île-de-France mobilités : acquisition de bus propres », sur transbus.org, (consulté le ).
  83. Le financement des transports publics franciliens, sur iledefrance-mobilites.fr.
  84. La ligne a été supprimée en juillet 2013 lors de la mise en service de la ligne de tramway T5.
  85. Ces lignes de bus où la fraude se généralise, Julien Solonel, Le Parisien, 17 janvier 2011.
  86. Ils se répartissent les risques, Louis Moulin, Le Parisien, 17 janvier 2011.
  87. Les projets bus sur www.iledefrance-mobilités.fr, consulté le 21/04/2018
  88. a b et c Le Plan
  89. Les projets bus sur www.iledefrance-mobilités.fr, consulté le 18/04/2018
  90. a et b [PDF]STIF - Communiqué de presse du conseil du 7 décembre 2011 : Lancement de la ligne en site propre Massy – Les Champarts
  91. « TCSP Sénia Orly - Présentation du tracé »  , sur bus-senia-orly.fr (consulté le ).
  92. Nouvelles avancées pour quatre projets de bus sur voies dédiées, page 1, communiqué de presse du 7 octobre 2015, sur le site stif.org, consulté le 11 octobre 2015.
  93. « Projet : Bus Nouvelle ligne Rosny-sur-Seine > Mantes-la-Jolie »  , sur iledefrance-mobilites.fr, (consulté le ).

Voir aussi

modifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie

modifier

Articles connexes

modifier

Liens externes

modifier