Classique de Saint-Sébastien

compétition de cyclisme espagnole
Classique de Saint-Sébastien
(eu) Donostia San Sebastian Klasikoa
(es) Clásica San Sebastián
Description de cette image, également commentée ci-après
Le vainqueur Constantino Zaballa et son coéquipier Joaquim Rodriguez sur le podium de l'édition 2005
Généralités
Sport cyclisme sur route
Création 1981
Organisateur(s) OCETA
Éditions 39 (en 2019)
Catégorie UCI World Tour
Type / Format classique
Périodicité annuelle (juillet/août)
Lieu(x) Drapeau de l'Espagne Espagne
Pays basque Pays basque
Participants 153 (en 2018)
Statut des participants professionnels
Site web officiel clasica-san-sebastian.diariovasco.com

Palmarès
Tenant du titre Drapeau : Belgique Remco Evenepoel
Plus titré(s) Drapeau : Espagne Marino Lejarreta
(3 victoires)
Crystal Clear app kworldclock.png
Pour la dernière compétition voir :
Classique de Saint-Sébastien 2019

La Classique de Saint-Sébastien (en basque : Donostia San Sebastian Klasikoa ; en espagnol : Clásica San Sebastián) est une course cycliste espagnole créée en 1981 et organisée par l'OCETA[1]. Elle se déroule dans la région de Saint-Sébastien et dans les environs de la province de Guipuscoa, dans la communauté autonome du Pays basque, en Espagne, le samedi suivant la fin du Tour de France.

Cette classique, est inscrite au calendrier de la Coupe du monde de 1989 à 2004. Elle intègre ensuite l'UCI ProTour et fait désormais partie du World Tour. C'est également une des manches de la Coupe d'Espagne depuis 2019.

Sa principale difficulté est l'Alto de Jaizkibel, une montée de 7,8 km à 5,8 % escaladée à deux reprises durant la course. Le coureur le plus titré de cette classique est l'Espagnol Marino Lejarreta, vainqueur à trois reprises.

En 2019, la Classique de Saint-Sébastien propose une version féminine la « Classique de Saint-Sébastien féminine », pour sa première organisation elle est inscrite au calendrier de l'UCI World Tour féminin 2019[2],[3].

L'édition 2020, initialement prévue le 25 juillet, est annulée en raison de la pandémie de Covid-19[4].

Évolution du parcoursModifier

 
Profil de l'édition 2009 où peuvent être identifiés dans les 75 derniers kilomètres les Altos d'Irurain, de Gaintzurizketa, de Jaizquíbel, de Gaintzurizketa, d'Arkale et de Miracruz dans cet ordre.

Considérée comme la classique des grimpeurs[5], la course a toujours commencé et s'est toujours terminé à Saint-Sébastien. Néanmoins le parcours a évolué selon les éditions, de sorte que son kilométrage total n'est pas le même du année à l'autre, bien qu'il soit resté presque toujours autour 230 kilomètres. Sa principale difficulté est Alto de Jaizkibel (classé en 1re catégorie), placé dans les premières éditions à 15 kilomètres de la ligne d'arrivée, avant de progressivement s'en éloigner avec des changements progressifs. Ainsi, dans ces premières éditions, ils ont gravi la pente de Fuenterrabía jusqu'à ce que, pour offrir d'autres alternatives et donner une chance à un autre type de coureur que les grimpeurs, il a été décidé de gravir la pente opposée de Pasajes, mais placée à environ 30 kilomètres de l'arrivée.

Au fil des années, ce changement était insuffisant pour que la sélection se fasse parmi les favoris. On assiste lors de certaines éditions à un résultat similaire à celui de Milan-San Remo avec des groupes de plus de 50 coureurs se jouant la victoire après divers regroupements.

En 2000 un groupe de 53 coureurs est arrivé groupé pour disputer la victoire. À partir de 2001, l'Alto de Gurutze est ajouté (classé en 3e catégorie) après Jaizkibel, remplaçant l'Alto de Gaintzurizketa et laissant Jaizkibel à 32 kilomètres de l'arrivée. Ce changement a d'abord provoqué l'arrivée d'un groupe plus réduit. Cependant, après l'édition 2006 et l'arrivée d'un groupe de 51 coureurs, d'autres d'alternatives sont recherchées et progressivement introduites. En 2008, Gurutze est remplacé par l'enchaînement Gaintzurizketa et Arkale (classé en 2e catégorie), déplaçant Jaizkibel à 38,5 kilomètres de l'arrivée. En 2010, un circuit est ajouté, répétant deux fois la partie difficile de la course (Jaizkibel, Gaintzurizketa et Arkale). En 2014, un autre circuit est introduit à Saint-Sébastien, avec les coureurs passant deux fois par la ligne d'arrivée pour gravir l'alto d'Igueldo (classée en 2e catégorie) à 7 kilomètres de la ligne d'arrivée, mais en repoussant le dernier passage par Jaizkibel, à 53,9 kilomètres de la ligne d'arrivée. Ce dernier changement n'a pas été sans critique car il peut grandement conditionner la course, puisqu'il décourage les attaques lointaines et favorise les grimpeurs, ce qui était censé être évité depuis les premières éditions.

Lors de l'édition 2018, la Classique de Saint-Sébastien continue de parcourir la province de Guipúzcoa au Pays basque jusqu'à la ville de Saint-Sébastien. Le nombre total de cols de montagne est maintenu à 8, dont Alto de Jaizkibel et Arkale qui sont grimpés deux fois afin de provoquer une forte sélection dans la course. Dans les 10 derniers kilomètres, les cyclistes montent le difficile Murgil Tontorra d'une longueur de 1,8 kilomètres à 11,3% puis descendent et terminent sur Saint-Sébastien.

PalmarèsModifier

Année Vainqueur Deuxième Troisième
1981   Marino Lejarreta   Graham Jones   Faustino Rupérez
1982   Marino Lejarreta   Jesús Rodríguez Magro   Pedro Delgado
1983   Claude Criquielion   Antonio Coll   Reimund Dietzen
1984   Niki Rüttimann   Reimund Dietzen   Celestino Prieto
1985   Adrie van der Poel   Iñaki Gastón   Juan Fernández Martín
1986   Iñaki Gastón   Marino Lejarreta   Juan Fernández Martín
1987   Marino Lejarreta   Ángel Arroyo   Federico Echave
1988   Gert-Jan Theunisse   Enrique Aja   Steven Rooks
1989   Gerhard Zadrobilek   Francisco Antequera   Tony Rominger
1990   Miguel Indurain   Laurent Jalabert   Seán Kelly
1991   Gianni Bugno   Pedro Delgado   Maurizio Fondriest
1992   Raúl Alcalá   Claudio Chiappucci   Eddy Bouwmans
1993   Claudio Chiappucci   Gianni Faresin   Alberto Volpi
1994   Armand de Las Cuevas   Lance Armstrong   Stefano Della Santa
1995   Lance Armstrong   Stefano Della Santa   Johan Museeuw
1996   Udo Bölts   Stefano Cattai   Massimo Podenzana
1997   Davide Rebellin   Alexander Gontchenkov   Stefano Colagè
1998   Francesco Casagrande   Axel Merckx   Leonardo Piepoli
1999   Francesco Casagrande   Rik Verbrugghe   Giuliano Figueras
2000   Erik Dekker   Andreï Tchmil   Romāns Vainšteins
2001   Laurent Jalabert   Francesco Casagrande   Davide Rebellin
2002   Laurent Jalabert   Igor Astarloa   Gabriele Missaglia
2003   Paolo Bettini   Ivan Basso   Danilo Di Luca
2004   Miguel Ángel Martín Perdiguero   Paolo Bettini   Davide Rebellin
2005   Constantino Zaballa   Joaquim Rodríguez   Eddy Mazzoleni
2006   Xavier Florencio   Stefano Garzelli   Andrey Kashechkin
2007 Non attribué[6]   Juan Manuel Gárate   Alejandro Valverde
2008   Alejandro Valverde   Alexandr Kolobnev   Davide Rebellin
2009   Roman Kreuziger[n 1]   Mickaël Delage   Peter Velits
2010   Luis León Sánchez   Alexandre Vinokourov   Carlos Sastre
2011   Philippe Gilbert   Greg Van Avermaet[n 1]   Joaquim Rodríguez
2012   Luis León Sánchez   Simon Gerrans   Gianni Meersman
2013   Tony Gallopin   Alejandro Valverde   Roman Kreuziger
2014   Alejandro Valverde   Bauke Mollema   Joaquim Rodríguez
2015   Adam Yates   Philippe Gilbert   Alejandro Valverde
2016   Bauke Mollema   Tony Gallopin   Alejandro Valverde
2017   Michal Kwiatkowski   Tony Gallopin   Bauke Mollema
2018   Julian Alaphilippe   Bauke Mollema   Anthony Roux
2019   Remco Evenepoel   Greg Van Avermaet   Marc Hirschi
2020 Annulée en raison de la pandémie de Covid-19
 
Remco Evenepoel vainqueur 2019.

StatistiquesModifier

Victoires par paysModifier

# Pays Victoires
1   Espagne 12
2   Italie 6
3   France 5
4   Pays-Bas 4
5   Belgique 3
6   Autriche 1
  États-Unis
  Mexique
  Pologne
  République tchèque
  Royaume-Uni
  Suisse

Multiples vainqueursModifier

Victoires Coureur Années
  Marino Lejarreta 3 1981, 1982 et 1987
  Francesco Casagrande 2 1998 et 1999
  Laurent Jalabert 2001 et 2002
  Luis León Sánchez 2010 et 2012
  Alejandro Valverde 2008 et 2014

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. a et b Carlos Barredo, initialement vainqueur de la Classique de Saint-Sébastien 2009 et deuxième de la Classique de Saint-Sébastien 2011, a été déclassé en juillet 2014 par l'UCI[7].

RéférencesModifier

  1. OCETA: Organizaciones Ciclistas Euskadi Txirrindularitza Antolakuntzak, Organisation cycliste d'Euskadi. Composé de Organizaciones Ciclistas Euskadi en espagnol et Euskadi Txirrindularitza Antolakuntzak en basque.
  2. « Clásica San Sebastian Femenina », sur women.klasikoa.eus (consulté le 27 juillet 2019)
  3. Grégory Ienco, « La Clasica San Sebastian aura sa version féminine à partir de 2019 », sur CyclismeRevue, (consulté le 27 juillet 2019)
  4. L'UCI reporte la sortie du calendrier World Tour au mardi 5 mai, sur L'Équipe, 29 avril 2020.
  5. A San Sebastián, la Clásica célèbre les grimpeurs
  6. Initialement vainqueur de course en 2007, l'Italien Leonardo Bertagnolli a été déclassé en 2014 de tous ses résultats obtenus entre 2003 et 2011. Si certains sites ont réattribué les places vacantes, l'UCI n'a cependant pas officiellement indiqué que c'était le cas. (Voir liste des sanctions).
  7. (en) « Menchov case an example of the UCI's "new way of communicating" on doping violations », sur cyclingnews.com, (consulté le 15 juillet 2014)

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :