Montrouge

commune française du département des Hauts-de-Seine

Montrouge
Montrouge
La mairie et l'église Saint-Jacques-le-Majeur.
Blason de Montrouge
Blason
Montrouge
Logo
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Île-de-France
Département Hauts-de-Seine
Arrondissement Antony
Intercommunalité Métropole du Grand Paris
EPT Vallée Sud Grand Paris
Maire
Mandat
Étienne Lengereau (UDI)
2020-2026
Code postal 92120
Code commune 92049
Démographie
Gentilé Montrougiens
Population
municipale
48 734 hab. (2018 en diminution de 1,86 % par rapport à 2013)
Densité 23 543 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 49′ 02″ nord, 2° 19′ 19″ est
Altitude Min. 67 m
Max. 85 m
Superficie 2,07 km2
Type Commune urbaine
Unité urbaine Paris
(banlieue)
Aire d'attraction Paris
(commune du pôle principal)
Élections
Départementales Canton de Montrouge
(bureau centralisateur)
Législatives Onzième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Île-de-France
Voir sur la carte administrative d'Île-de-France
City locator 14.svg
Montrouge
Géolocalisation sur la carte : Hauts-de-Seine
Voir sur la carte topographique des Hauts-de-Seine
City locator 14.svg
Montrouge
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Montrouge
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Montrouge
Liens
Site web ville-montrouge.fr

Montrouge [mɔ̃ʁuʒ] Écouter est une commune française située dans le département des Hauts-de-Seine en région Île-de-France, dans l'arrondissement d'Antony, au sud de Paris, et fait partie de la Métropole du Grand Paris créée en 2016.

GéographieModifier

LocalisationModifier

 
Vue de la commune de Montrouge en rouge sur la carte de la « Petite Couronne » d'Île-de-France.

Dans le passé, Montrouge s'étendait au nord jusqu'à Montparnasse. Plusieurs événements ont ponctué l'évolution de la commune au XIXe siècle :

Concernée par le périmètre d'une installation nucléaire, la commune est membre de la commission locale d'information auprès du CEA de Fontenay-aux-Roses.

Communes limitrophesModifier

Communes limitrophes de Montrouge
14e arrondissement de Paris
Malakoff   Gentilly
Châtillon Bagneux Arcueil

Géologie et reliefModifier

Montrouge a perdu au cours de son histoire les deux tiers de sa superficie qui en 2016 est de 207 hectares ; l'altitude varie de 67 à 85 mètres[1].

Montrouge étant ville voisine de Paris, elle possède le même type de relief ne présentant qu'un faible écart de variations. La région est de type plaine ou plus largement plateau, comme la plupart des vallées les pentes sont d'un pourcentage relativement faible. Seules quelques rues présentent un dénivelé. Comme Paris, la ville repose sur des carrières de calcaire auxquelles l'ancienne fête des Carriers faisait allusion. Ce type de sol peut présenter des risques s'il est exploité et fragilisé.

ClimatModifier

Voies de communication et transportsModifier

 
Ancien panneau d'entrée de ville, avenue Henri-Ginoux à Montrouge en venant de Bagneux.

Voies routièresModifier

La commune est traversée selon un axe nord-sud à l'est par la RD 920 (anciennement RN 20), à l'Ouest par la RD 906.

Infrastructures cyclablesModifier

Le seul aménagement cyclable en site propre de la ville se situe avenue Marx-Dormoy (D 62), à cheval sur les communes de Montrouge et Arcueil. Il présente l'originalité d'être placé au centre de la voirie, et deux bordures plantées le séparent de la circulation. L'avenue de la Marne présente également une piste cyclable à double-sens sur un côté de la rue, y compris là où la vitesse de la circulation générale est limitée à 30 km/h. Des couloirs de bus autorisés aux vélos, notamment sur la RD 920, permettent de faciliter leur circulation et, depuis sa rénovation achevée en , l'avenue Henri-Ginoux (RD 128) est dotée sur son côté gauche d'une bande cyclable entre la rue Gabriel-Péri et l'avenue Verdier, de même que l'avenue Maurice-Arnoux depuis 2018.

Quelques feux de la commune sont dotés de sas pour les cyclistes. Les double-sens cyclables sont inexistants, et les zones 30 ont été supprimées en [2],[3].

C'est à Montrouge que la juge Catherine Giudicelli est décédée des suites d'un accident à Vélib' en [4], premier accident mortel en banlieue parisienne en utilisant ce moyen de transport.

Transports en communModifier

 
Sortie place Émile-Cresp de la station Mairie de Montrouge du métro parisien.

La commune est desservie par le métro et les réseaux de bus RATP grâce aux stations suivantes[Note 1] :

La commune disposait de quatre stations Autolib' depuis (fermées depuis l'arrêt du service en ) et de onze stations Vélib'.

UrbanismeModifier

TypologieModifier

Montrouge est une commune urbaine, car elle fait partie des communes denses ou de densité intermédiaire, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 2],[5],[6],[7].

Elle appartient à l'unité urbaine de Paris, une agglomération inter-départementale regroupant 411 communes[8] et 10 785 092 habitants en 2017, dont elle est une commune de la banlieue[9],[10].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Paris, dont elle est une commune du pôle principal[Note 3]. Cette aire regroupe 1 929 communes[11],[12].

Morphologie urbaineModifier

L’Insee découpe la commune en 17 îlots regroupés pour l'information statistique[13].

Occupation des sols simplifiéeModifier

Le territoire de la commune se compose en 2017 de 0 % d'espaces agricoles, forestiers et naturels, 10,39 % d'espaces ouverts artificialisés et 89,61 % d'espaces construits artificialisés[14]

Accessibilité urbaineModifier

Après des demandes répétées de l'association Défiaccess[15],[16] , l'équipe municipale d'Etienne Lengereau a mis en place des bandes de guidage dans toute la ville pour aider les déficients visuels à traverser. Il s'agit d'une des rares communes à avoir implémenté des bandes de guidage, et de la seule de France à l'avoir fait si massivement selon Défiaccess [17].

ToponymieModifier

La mention la plus ancienne de Montrouge qui soit parvenue figure dans un pouillé imprimé en 1626[18],[19]. C'est celle d'un accord daté de 1194 sur le montant de la redevance annuelle, cinq sous, due à l'abbaye de Saint Martin des Champs par le prieuré de Saint Lazare pour un terrain qui avait été légué à celui ci, au lieu dit Rubeo monte[20],[21],[22], littéralement « à Rougemont ». Le fief est encore nommé ainsi dans le rôle des feudataires de Philippe Auguste[23], en 1211.

La forme Monte rubeo, littéralement Mont rouge, apparaît en 1261 dans le testament d'un chanoine de l'abbaye de Chelles, Jean de Monmouth[24], mais la forme latine ancienne Rubeo monte restera d'usage dans les documents ecclésiastiques.

Beaucoup de fiefs, comme celui de Montfaucon, le fief Baudoin et d'autres, tirent leur nom de celui de leur seigneur. Pour Montrouge, il faudrait dans cette hypothèse supposer que ce seigneur éponyme serait Guy le Rouge[25], seul chevalier de la région à porter un tel sobriquet. Deux générations après celui ci, à la fin du XIIe siècle, le sobriquet semble enfin avoir été attaché aux successeurs du fief, dont il serait alors devenu le toponyme[25].[réf. obsolète]. Les toponymistes s'accordent aujourd'hui pour voir dans le type Montrouge une référence à la couleur rougeâtre du sol d'une élévation ou colline[21],[22]. Montrouge est en effet situé sur un plateau dont l'altitude maximum est de 85 m avec des affleurements argileux qui donnent une couleur rougeâtre au sol. Un lieu-dit de la commune est d'ailleurs appelé Les Fosses Rouges[réf. nécessaire]. Homonymie avec les nombreux Rougemont   de formation plus précoce.

HistoireModifier

Préhistoire et AntiquitéModifier

Moyen ÂgeModifier

Les Montlhéry, famille à laquelle appartient le seigneur supposé éponyme Guy le Rouge, sont une branche cadette des Montmorency, initialement alliés des Thilbaldiens, lesquels disputent jusqu'en 1284 la prééminence aux Capétiens. Or les terres de Guy le Rouge, homme longtemps influent à la Cour apparenté à son rival Guillaume de Garlande et à la reine Bertrade, tombent en commise pour dettes[26] dans les mains du jeune capétien Louis le Gros, qui a succédé à son père en 1108 après avoir divorcé de Lucienne de Rochefort, la fille de Guy.

Le relatif silence des sources sur Montrouge jusqu'à la fin du XIIIe siècle[19] laisse supposer que l'endroit est resté longtemps peu habité. Comme beaucoup de villages de la banlieue, c'est une campagne où les bourgeois[27], au premier chef ceux de la Grande boucherie, font engraisser le bétail et cultiver le blé qui nourrissent la ville. Il s'agit alors, au sortir immédiat du Paris d'alors, de ce qui correspond à la commune d'aujourd'hui mais aussi, et principalement, de ce qui constitue la plus grande partie du 14e arrondissement actuel, le terrain du cimetière du Montparnasse inclus.

En 1248, le seigneur du lieu est Odon de Machau, qui confirme cette année là le don d'une vigne fait par un Odon Gontard au monastère de Saint Magloire[26]. Le fief, garni d'une maison seigneuriale avec colombier[28], passe peu après au seigneur de Clamart[29] Guillaume de Cuchen, puis à Eustache de Bièvres[26], un seigneur originaire du Laonnois[30].

C'est l'héritier de celui-ci, Guillaume de Bièvres, qui en est possesseur[31] quand en 1258[27], des moines « guillemites », alias Ermites de Saint Guillaume, s'y établissent. Ils y resteront jusqu'en 1674. C'est la seconde communauté de cet ordre à s'installer en France, neuf ans après la fondation du prieuré de Louvergny[32]. Le monastère est aménagé dans une ferme sur un terrain d'un peu moins de deux hectares et demi cédés par Raoul et Sybille de Pacy et prend le nom de monastère des Macchabées[31]. La question d'un lien avec les reliques des Maccabées honorées en l'église Saint-André de Cologne[31] reste sans réponse. Sept ans plus tard, en 1265, sinon quelque temps avant, le fief est confisqué à Guillaume de Bièvres par le roi, en l'occurrence Louis IX[26]. En 1273, il est revenu à un Matthieu Deron[26].

Quarante ans après sa fondation, en 1298, le monastère acquiert à Paris intra muros le couvent des Blancs Manteaux[24] mais le fief est encore trop désert pour être constitué en paroisse[19]. Un demi siècle plus tard, il appartient à un épicier de Paris, Guérin de la Clergerie, qui en 1351 le vend huit cents livres à Guillaume de Dreux[26]. Quand, deux ans plus tard, celui-ci est condamné pour crime, vraisemblablement pour faux-monnayage, il tombe dans la possession du trésor royal[28].

En 1386, la population, peut-être parce que la Guerre de Cent Ans l'a poussée à se réfugier autour du monastère, est devenue suffisamment importante pour avoir son propre curé, Pierre Guevre[19]. À la mort de celui-ci, en 1413, les moines sont si pauvres[24] qu'il est question de confier le service paroissial au supérieur du monastère[19] de sorte que le diocèse lui aurait apporté la collation afférente, mais le chapitre de Paris refuse[24].

Au début du XVe siècle, peut être à la faveur du sacre à Notre Dame du roi Henri II, alias Henri VI d'Angleterre, acclamé par les Parisiens le , ou au contraire à la suite du départ des Anglais chassés par Arthur de Bretagne en , le fief de Mont-rouge revient à un certain Guillaume Caleville[28], ancien guerrier alors très âgé[33]. Ce frère du chambellan de Charles VI Philippe de Calleville, mort en 1399, meurt à son tour sans descendant. Le roi Charles VII remet Mont-rouge comme un honneur à Cristy Chamber, en français Cristin de la Chambre[28], qui a été le capitaine de sa Garde écossaise, « premier homme d'armes de France », de 1427 à 1445 et l'a escorté durant son sacre, en 1429. D'autres compagnons d'armes se voient ainsi récompensés par des fiefs disponibles. Celui de Montrouge passe ensuite au pair Jean de Mailly puis, en 1474, au frère et héritier de celui ci, Ferric de Mailly[28].

En 1486, Jehan Langlois rend une reconnaissance à Geoffroy Cunin pour cinq quarterons de vigne sis à Montrouge[34].

Les HospitaliersModifier

C'est très probablement la grange donnée par Guillaume des Barres en 1191 qui est à l'origine du membre de Montrouge du prieuré hospitalier de Saint-Jean de Latran[35],[36]. La grange, se transforme en domaine seigneurial lors de la séparation de Lourcines avec ses terres qui se trouvaient le long du grand chemin de Paris à Montlhéry sur le territoire de Montrouge[37]. Dans un bail datant de 1466, Renaud Gorre, commandeur, déclare affermer pour neuf ans à un certain Germain Amaury, laboureur à Chasseney, la métairie avec étables, grange, cour, jardin fermé de murs, moulin à vent et 720 arpents de terre labourable à Montrouge, 10 arpents de près au membre de Chantilly et au membre de Savigny, contre un fermage de 2,5 muids de blé, 1,5 muids d'avoine, un sétier de grosses féves et quatre douzaines de pignons[38],[37]

Temps modernesModifier

En 1553, Genevieve Huré, veuve de Nicolas Vandier, vivant asseyeur de la monnoye de Paris fait donation à son fiancé Guillaume Robineau (Robyneau), docteur régent de la faculté de médecine de Paris, d'une maison sise dans la grande rue, ainsi que d'une pièce de terre à Gentilly. Celui qui met Montrouge le plus à la mode fut Charles de l'Aubespine (1580-1653), marquis de Chàteauneuf, courtisan de Louis XIII. Vers 1640, la plaine de Montrouge devient une réserve à gibier aménagée pour les chasses royales. Montrouge attire les notables à la recherche d'une retraite discrète.

Un château est construit pour un membre de la famille des marquis de Châteauneuf qui acquiert vers 1600 la seigneurie de Montrouge[39]. Il est probable que le bâtisseur du château soit Charles de l'Aubépine, marquis de Châteauneuf, garde des sceaux sous le cardinal de Richelieu, qui habite le château en 1650 et meurt en 1663. Le château, acquis en 1691 par Jan Andrzej Morsztyn, est démoli vers 1815.[réf. nécessaire]

En 1666, Louis Barboteau, qui fût contrôleur général du trésor de la Chambre du Roi et soutint l'Oratoire de France[40], lègue à sa mort quatre mil livres pour fonder une école à Montrouge[19]. Un an et demi plus tard, en , celle ci est ouverte par la veuve, qui nomme à sa direction un laïc[31]. Devant ce scandale qui, dans un contexte de lutte contre le jansénisme et le quiétisme, remue les oppositions entre les évêques et la Compagnie du Saint-Sacrement bientôt relayée par les Jésuites autour de la question de la gratuité de l'enseignement et de l'exclusion des enfants pauvres[41], le curé de la paroisse saisit le tribunal. Il faut presque huit années de procédures pour que l'Église impose un prêtre, qui est finalement choisi par Madame Barboteau mais pas sans l'agrément du chantre du chapitre cathédral de Notre Dame, Claude Joly[31].

Vers les années 1780, Jacques Philippe Martin Cels (1740-1806), l'un des plus habiles botanistes cultivateurs de son temps établit hors la barrière du Maine, dans la plaine du Petit-Montrouge en bordure de la Chaussée du Maine près du Moulin Janséniste, son célèbre jardin avec serres et pépinières où lui-même, puis son fils et ses petits-fils cultivent, multiplient et commercialisent des plantes étrangères rares[42],[43]. La rue Cels, ouverte en 1850 sur une portion de la pépinière honore sa mémoire. Cette ancienne rue de la commune de Montrouge a gardé son nom après son intégration dans le 14e arrondissement de Paris en 1860[44].

Révolution française et EmpireModifier

En vertu de la loi du , votée par l'assemblée nationale constituante créant les municipalités, Montrouge devient une commune avec un conseil municipal, élu par les habitants, et un maire. Le premier maire de Montrouge est François Ory (1736-1809), originaire du Sap (Orne), maître carrier, entré en fonction en 1790 et remplacé l'année suivante par Étienne Massé[45].

Au printemps de l'an II de la République (1794) c'est dans la plaine de Montrouge que le destin du philosophe, partisan des libertés et défenseur des droits de l’homme Condorcet, décrété d'arrestation depuis 1793, prend une ultime tournure tragique, sous la forme d’une longue errance de deux jours et deux nuits à travers cette campagne encore quasiment déserte. Fuyant devant le danger imminent d'une perquisition de sa cachette à Paris[Note 4], il espère – en vain – trouver refuge auprès de ses plus anciens amis — le couple Suard — propriétaires d'une maison à Fontenay-aux-Roses. Condorcet a 56 ans et il peine à marcher. Le matin du 6 germinal an II (), il réussit, grâce au concours d'un ami[Note 5] à quitter Paris sans certificat de civisme ni passeport, par la barrière du Maine. De là, il gagne Fontenay, distant de dix kilomètres, en quatre longues heures épuisantes de marche. Or, ce jour-là et le suivant les Suards sont absents. Condorcet n'a pas la force de parcourir le chemin en sens inverse. De plus, faute de papiers, il risquerait cette fois de se faire arrêter à Paris à la barrière d'entrée. Il se met alors à errer et passe la nuit « à la belle étoile, quelque part dans la plaine de Montrouge ». Le lendemain, 7 germinal (), il repasse sans plus de succès à Fontenay, recommence à errer dans les parages et aurait passé, selon Madame Suard, la seconde nuit dans « des carrières de pierre qui sont sur la route de Fontenay-aux-Roses[Note 6] ». Le 8 germinal () au matin, il parvient enfin à rencontrer Suard. Risquant la guillotine en cas de découverte d’un fugitif chez lui, celui-ci le met dehors au bout de deux heures. Affamé, Condorcet s'attable ce même jour en début d'après-midi dans une auberge à Clamart-le-Vignoble, ou son aspect, son état de fatigue, sa barbe de plusieurs jours et ses propos le rendent suspect. Dénoncé au comité de surveillance, il est enfermé sous une fausse identité à Bourg-l'Égalité où il décède le surlendemain, 10 germinal ()[46].

En 1799, une partie du Petit-Vanves est rattachée à Montrouge[47]. C'est ainsi que l'ancien petit cimetière juif mis en service en 1792 au Petit-Vanves pour la communauté askénaze de Paris et alentours se trouvait désormais sur le territoire de Montrouge. Désaffecté en 1809, il a définitivement disparu dans la deuxième moitié du XXe siècle (voir 90, rue Gabriel-Péri).

En 1815, pendant les Cent-Jours, à l'approche des troupes de Blücher, il apparût que la plaine sans obstacles de Montrouge, insuffisamment aménagée et gardée, pouvait offrir une position avantageuse aux ennemis pour livrer bataille sous les murs de Paris et pénétrer dans la ville. Un corps de la cavalerie française, échappé de la bataille de Waterloo, détaché du camp du prince d'Eckmühl et placé sous les ordres d'Exelmans et de Vandamme, avait bien chassé de Versailles, le , deux régiments ennemis, mais avait été contraint de se replier devant l'arrivée de renforts allemands[48]. Vandamme mena alors une partie de ce corps d'expédition, augmenté de quelques recrues fédérés couvrir les plaines situés entre Sèvres et Châtillon, occupant Meudon, Issy, Vanves et Montrouge[49] où les élèves de l'École polytechnique avaient abandonné leur position sur la butte de Saint Chaumont s'y joignirent en amenant leurs canons[50]. Ces différents troupes furent prêts et hautement motivés à combattre lorsque tomba la nouvelle que selon les termes d'une convention militaire avec les alliés, ultérieurement dite Convention de Saint-Cloud du [51], les hostilités venaient définitivement prendre fin. Elles quittèrent leurs positions à Montrouge le lendemain de cet armistice, Vandamme se retirant avec l'armée au-delà de la Loire[49].

XIXe siècleModifier

 
Itinéraires des premières lignes d'Omnibus. Les Montrougiennes circulent entre Montrouge (barrière d'Enfer) et la Place Dauphine. Plan de 1828.
 
L'ancienne mairie de Montrouge et le square de Montrouge avant leur annexion à la ville de Paris[Note 7].
 
Plan de Paris indiquant la « zone unique des servitudes dans laquelle on ne pourra plus bâtir » (1868).
 
La route d'Orléans, actuelle avenue Aristide-Briand, avant 1914.

À partir de 1816, les Jésuites — de retour en France en 1814 après en avoir été bannis en 1762 — disposèrent d'une maison de campagne à Montrouge. Ce fut la première propriété dont ils firent l'acquisition en France, après leur rétablissement. Le Père de Clorivière, Supérieur provincial de France, qui était à l'origine de cette acquisition écrivit le au Supérieur général Tadeusz Brzozowski : « Nous venons de faire l’acquisition d’une maison de campagne. Elle devenait nécessaire pour la conservation des santés qui souffraient notablement dans la maison de Paris, où nous sommes renfermés sans avoir aucun espace pour prendre de l'air et de l’exercice. Cette maison est agréablement située, à trois quarts de lieue d'ici, dans le village de Montrouge[Note 8], à côté de l’ancienne maison de campagne du noviciat de Paris[Note 9]. » De Clorivière, maître des novices, ne songeait nullement à faire usage de la nouvelle maison de campagne pour extraire les pensionnaires de leur logement exiguë, sise à Paris, rue des Postes[Note 10]. Agé et manquant de forces, il obtint d'être déchargé de ses lourdes fonctions en . Ce fut son successeur, le Père Aloys Simpson, investi en , qui fit effectuer les travaux d'aménagement nécessaires et établit le nouveau noviciat des Jésuites à Montrouge. Les 15 novices venant de la rue des Postes en prirent possession le . Dès l'hiver de cette même année, on y comptait près de 40 novices. L'établissement fut doté d'une petite chapelle en 1822. Pendant les trois « Glorieuses », la maison fut mise à sac le , puis entièrement saccagée au mois de [52],[53].

Un nouveau cimetière est ouvert en 1819, rue du Reposoir[54].

Au Petit-Montrouge, le géographe Jean-Léon Sanis (vers 1802-1879) construisit progressivement, de 1834 à 1845, sur un terrain de 33 ares près du « château du Maine » une attraction éducative alors unique en Europe qui consistait en une grande carte en relief de la France, connue sous le nom de géorama de Montrouge[55],[Note 11].

Vers 1834, Jacques-Paul Migne[56] (1800-1875), dit abbé Migne, éditeur de plusieurs journaux politiques, fonda les « ateliers catholiques » du Petit-Montrouge qui comprenaient notamment une imprimerie autonome, de la fonte des caractères jusqu'à la reliure, mais aussi des ateliers de peinture, de sculpture, d'harmoniums et d'orgues. Implantés sur un vaste terrain au 127, chaussée du Maine à proximité du carrefour des Quatre-Chemins, ils furent anénantis plus de trente ans plus tard, dans la nuit du 12 au , dans un immense incendie. L'abbé Migne y entreprit l'impression de plusieurs collections de livres pour former sa bibliothèque universelle du clergé et des laïques instruits[57],[58].

En vertu de la loi du , effective en 1860, l'annexion par Paris des territoires situés à l'intérieur de l'enceinte de Thiers ampute Montrouge du « Petit-Montrouge » qui forme depuis une partie du 14e arrondissement de Paris. Seul le « Grand Montrouge » reste distinct de Paris. En 1860, la commune passe de 350 ha à 105 ha et à 75 ha en déduisant les 27 ha inconstructibles frappés des servitudes inhérentes à la zone militaire. D'une population de 25.000 habitants, il n'en reste que 4.000 et le revenu de la commune chute de 200.000 francs à 50.000. De surcroit, un passif de 45.000 francs est laissé entièrement à la charge du Grand-Montrouge. Outre sa mairie qu'elle venait d'ériger, (désormais mairie du XIVe arrondissement), la commune perd son prestigieux hospice, une ancienne fondation royale datant de 1780 (actuel hôpital La Rochefoucauld). Cette perte ne sera comblée qu'en 1874 par l'inauguration, au Grand-Montrouge, de l'hospice Verdier (disparu), rendu possible grâce à la générosité d'une donatrice qui a laissé son nom à l'établissement. Montrouge est également privé de la présence, sur son territoire, de l' « embarcadère de Sceaux » (gare de Denfert-Rochereau, 1846).

Dès 1860, la commune du Grand-Montrouge formule une demande d'agrandissement de son territoire au détriment des communes limitrophes, mais le dossier est détruit dans l'incendie de l'hôtel de ville de Paris (1871). Cette demande est réitérée en 1872, par une pétition solidaire des habitants des communes d'Arcueil (130 signatures) et de Montrouge (790 signatures)[59]. Le rapport sur le projet de loi tendant à fixer les nouvelles limites des communes de Montrouge, Châtillon, Bagneux, Arcueil et Gentilly figure à l'ordre du jour de la séance du de l'Assemblée nationale[60].

XXe siècleModifier

À partir de 1925, la ville de Montrouge connaît un essor industriel important (nombreuses imprimeries, pour la plupart aujourd'hui disparues, moteurs Messier, Schlumberger, également disparus...).[réf. nécessaire]

En 1928 est mis en service le central téléphonique « Alésia - Montrouge », bâti en brique au 13, rue Camille-Pelletan. Montrouge devient ainsi la première ville de l'ancien département de la Seine (devenu Région parisienne depuis 1968) à être dotée d'un central téléphonique automatique[réf. nécessaire]. Il desservait, en 1963, outre Montrouge les communes d'Arcueil, Bagneux, Cachan, Châtillon, Gentilly et Malakoff[61] (voir aussi : Liste des centraux téléphoniques de banlieue.)

Le , Victor Basch (président de la Ligue des droits de l'homme) préside l’événement fondateur du Front populaire au vélodrome de Buffalo à Montrouge, réunissant toutes les organisations de gauche. Après ce meeting à Montrouge, la foule se rend en manifestation à la Bastille, faisant le serment solennel de « rester unis pour désarmer et dissoudre les ligues factieuses, pour défendre et développer les libertés démocratiques et pour assurer la paix humaine ».[réf. nécessaire]

Durant la Seconde Guerre mondiale, Montrouge est un lieu de résistance héroïque contre l'occupant. La société des Compteurs et le dépôt de la SNCF sont les principaux établissements où se retrouvent de nombreux résistants. Parmi eux[réf. nécessaire] :

  • Henri Rol-Tanguy qui donna l'ordre d'insurrection parisienne le (un petit square disparu avec la création des 'allées Jean Jaures' lui rendait hommage) ;
  • Bernard Blandin (Compteurs) qui s'engagea dans les FFI ;
  • l'agent de liaison Joséphine libéré de Ravensbruck le  ;
  • Marcel Pinard, trésorier CGT de Montrouge, interné au camp de Pithiviers ;
  • Auguste Monjauvis (Compteurs), déporté en Allemagne, frère de Lucien Monjauvis qui fut parmi les deux préfets communistes de la Libération ;
  • Jean Monneron (Compteurs) fusillé par une patrouille allemande devant le 110, avenue Verdier ;
  • Eugène Vaugeois également fusillé par cette même patrouille allemande devant le 110, avenue Verdier ;
  • Jean Dupasquier (compteurs) qui perdit une jambe au cours des combats de la libération de Paris ;
  • Georges Bouzerait, fusillé le avec 87 autres otages au mont Valérien (le nom d'une rue lui fut donné en hommage) ;
  • Jean-Baptiste Douvrin, fusillé le avec 87 autres otages au mont Valérien ;
  • René Renard (Compteurs de Montrouge) FTP déporté et mort pour la France, au camp de concentration du Struthof (Situé à Natzwiller en Alsace).
  • Alphonse Robert Thil dit Gaston né le à Poitiers, dessinateur, graveur, lithographe, membre SFIO, chef du comité d'action de la CGT, résistant, éditeur de la Nouvelle République de Patriam Recuperare[62], futur maire de Montrouge.

Le est inauguré la station « Mairie de Montrouge » de la ligne 4 du métro de Paris[63]. C’est la première station de métro sur le territoire de la commune. Depuis 1975 les habitants du sud-ouest de la ville bénéficiaient déjà de la proximité de la station « Châtillon – Montrouge », terminus de la ligne 13 situé sur la commune de Châtillon.

Le , Clarissa Jean-Philippe stagiaire de la police municipale de Montrouge, appelée pour un accident de circulation est mortellement blessée par Amedy Coulibaly, au carrefour des avenues Pierre-Brossolette et de la Paix, dans la lignée des attentats de janvier 2015 en France. Depuis le , à la suite d'une commémoration présidée par François Hollande, président de la République française, l'avenue de la Paix à Montrouge est dénommée avenue de la Paix-Clarissa-Jean-Philippe[64].

Politique et administrationModifier

Rattachements administratifs et électorauxModifier

Jusqu’à la loi du [65], la commune faisait partie du département de la Seine. Le redécoupage des anciens départements de la Seine et de Seine-et-Oise fait que la commune appartient désormais au département des Hauts-de-Seine à la suite d'un transfert administratif effectif le .

La commune constituait historiquement le canton de Montrouge. Dans le cadre du redécoupage cantonal de 2014 en France, le canton s'est agrandi à une seconde commune, avec Malakoff.

Montrouge relève du tribunal d'instance d'Antony, du tribunal de grande instance, du tribunal pour enfants, du conseil de prud'hommes de Boulogne-Billancourt, du tribunal de commerce de Nanterre, de la cour d'appel de Versailles, du tribunal administratif de Cergy-Pontoise et de la cour administrative d'appel de Versailles[66].

IntercommunalitéModifier

La commune était membre de la communauté de communes de Châtillon-Montrouge créée en 2005.

Le , Montrouge est intégrée à la métropole du Grand Paris[67].

La loi portant nouvelle organisation territoriale de la République du (Loi NOTRe) prévoit également la création le d'établissements publics territoriaux (EPT), qui regroupent l'ensemble des communes de la métropole à l'exception de Paris, et assurent des fonctions de proximité en matière de politique de la ville, d'équipements culturels, socioculturels, socio-éducatifs et sportifs, d'eau et assainissement, de gestion des déchets ménagers et d'action sociale, et exerçant également les compétences que les communes avaient transférées aux intercommunalités supprimées

La commune fait donc partie depuis le de l'établissement public territorial Vallée Sud Grand Paris, créé par un décret du [68].

L'EPT exerce, outre les compétences attribuées par la loi à cette catégorie d'établissement public de coopération intercommunale (EPCI), celles que les communes avaient transféré aux anciennes intercommunalités supprimées à l'occasion de sa création :

Tendances politiques et résultatsModifier

 
La mairie.

Montrouge est très ancré au centre-droit (UDI, NC avec 62%) la gauche faisant des scores moyens (29% aux élections municipales de 2014). Le Front national y fait de très bas scores (5%)

Liste des mairesModifier

Cinq maires se sont succédé depuis 1945 :

 
Salle du Conseil municipal.
Liste des maires de Montrouge depuis 1945[69]
Période Identité Étiquette Qualité
1945 1953 Alphonse Robert Thil   Dessinateur, graveur, lithographe
Conseiller général de la Seine (1945 → 1953)
1953 1958 Jean Mongard   Directeur honoraire
1958 1994 Henri Ginoux CNIP
puis UDF
Relieur industriel
Député des Hauts-de-Seine (1973 → 1981)
Conseiller général de la Seine (1959 → 1967)
Conseiller général de Montrouge (1967 → 1994)
Conseiller régional (1961 → 1973 et 1976 → 1986)
Décédé en fonction
1994[70] 20 octobre 2016[71],[72] Jean-Loup Metton[73] UDF
puis NC
puis UDI
Conseiller régional (1998 → 2004)
Conseiller général de Montrouge (2004 → 2015)
Vice-président de l'EPT Vallée Sud Grand Paris (2016 →)
Démissionnaire
20 octobre 2016 En cours
(au 29 juin 2020)
Étienne Lengereau UDI Dirigeant à la Poste[74][Note 12]

JumelagesModifier

Au , Montrouge n'est jumelée avec aucune commune[75].

Population et sociétéModifier

DémographieModifier

En 2012, avec 23 628 habitants/km2, Montrouge était la cinquième commune la plus dense de France après Levallois-Perret, Vincennes, Le Pré-Saint-Gervais et Saint-Mandé.

Évolution démographique

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de plus de 10 000 habitants les recensements ont lieu chaque année à la suite d'une enquête par sondage auprès d'un échantillon d'adresses représentant 8 % de leurs logements, contrairement aux autres communes qui ont un recensement réel tous les cinq ans[76],[Note 13]

En 2018, la commune comptait 48 734 habitants[Note 14], en diminution de 1,86 % par rapport à 2013 (Hauts-de-Seine : +1,74 %, France hors Mayotte : +1,78 %).

Données sous l'Ancien Régime
1709 1726 1745
220 (88 feux)168100 (37 feux)
(Sources : [Pouillé cité par Lebeuf])
Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
8698101 1281 4643 8475 9957 1257 8139 223
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
9 9103 5344 8094 3776 3718 59510 33411 99214 317
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
17 29819 26122 77125 81326 31030 34333 26034 73536 298
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2016
45 26044 92240 30438 51738 10637 73345 17848 71049 128
2018 - - - - - - - -
48 734--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[77] puis Insee à partir de 2006[78].)
Histogramme de l'évolution démographique
Pyramide des âges (2007)
Pyramide des âges à Montrouge en 2007 en pourcentage[79]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,4 
90  ans ou +
1,4 
5,4 
75 à 89 ans
9,4 
8,8 
60 à 74 ans
10,6 
17,6 
45 à 59 ans
18,1 
27,4 
30 à 44 ans
23,6 
23,2 
15 à 29 ans
21,3 
17,2 
0 à 14 ans
15,5 
Pyramide des âges du département des Hauts-de-Seine en 2007 en pourcentage[80]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,3 
90  ans ou +
1,0 
4,8 
75 à 89 ans
7,8 
10,2 
60 à 74 ans
11,0 
18,5 
45 à 59 ans
18,9 
24,7 
30 à 44 ans
23,3 
21,0 
15 à 29 ans
19,9 
20,6 
0 à 14 ans
18,1 

La population de la commune est relativement jeune. Le taux de personnes d'un âge supérieur à 60 ans (18,2 %) est en effet inférieur au taux national (21,6 %) tout en étant toutefois supérieur au taux départemental (17,7 %).

À l'instar des répartitions nationale et départementale, la population féminine de la commune est supérieure à la population masculine. Le taux (53,1 %) est supérieur au taux national (51,6 %). La répartition de la population de la commune par tranches d'âge est, en 2007, la suivante :

  • 46,9 % d’hommes (0 à 14 ans = 17,2 %, 15 à 29 ans = 23,2 %, 30 à 44 ans = 27,4 %, 45 à 59 ans = 17,6 %, plus de 60 ans = 14,6 %) ;
  • 53,1 % de femmes (0 à 14 ans = 15,5 %, 15 à 29 ans = 21,3 %, 30 à 44 ans = 23,6 %, 45 à 59 ans = 18,1 %, plus de 60 ans = 21,4 %).

EnseignementModifier

Montrouge est située dans l'académie de Versailles.

Établissements scolairesModifier

La ville administre sept écoles maternelles (école maternelle Aristide Briand, école maternelle Buffalo, école maternelle François-Rabelais, école maternelle Haut-Mesnil, école maternelle Marcelin-Berthelot, école maternelle Maurice-Arnoux et école maternelle Nicolas-Boileau) et sept écoles élémentaires communales (école élémentaire Aristide-Briand, école élémentaire Buffalo, école élémentaire François-Rabelais, école élémentaire Nicolas-Boileau (1898[Note 15]), école élémentaire Raymond-Queneau, école élémentaire Renaudel A et école élémentaire Renaudel B).

Le département gère trois collèges (collège Haut-Mesnil, collège Robert-Doisneau et collège Maurice-Genevoix) et la région Île-de-France deux lycées (lycée Jean-Monnet et lycée Maurice-Genevoix).

Vie universitaireModifier

L'université Paris Descartes et l'École normale supérieure partagent des locaux au nord-ouest de la ville, rue Maurice-Arnoux. L'université y a installé sa faculté de chirurgie dentaire, alors que l'ENS y dispose d'un internat et d'un centre de préparation à l'agrégation de sciences physiques.

Manifestations culturelles et festivitésModifier

Le salon d'art contemporain de Montrouge, créé en 1955, expose des œuvres d'artistes contemporains d'Europe. Il se tient annuellement au Beffroi de Montrouge.

La Biennale de la jeune création européenne ou Biennale JCE, fondée en 2007, précédemment « Salon européen des jeunes créateurs » et antérieurement la section européenne initiée lors de l'édition 2000 du salon d'art contemporain, a pour objectif de développer un réseau de villes européennes, d’institutions culturelles et de spécialistes de l’art contemporain pour soutenir les talents émergents[81]. Tous les deux ans, chaque pays partenaire désigne huit artistes pour être représenté pendant une exposition itinérante à travers l'Europe qui n'arrive à son terme que lors de l'édition suivante. En prélude de la 7e édition de la biennale (2019-2021) les artistes français étaient réunis au salon de Montrouge du au . La participation de 56 artistes provenant de 7 pays d'Europe était alors projetée pour l'exposition itinérante[82].

La fête Soleillades se tient, depuis 2009, tous les ans au début de l'automne. Elle remplace la fête des Carriers, qui, après trente-cinq éditions, n'évoquait plus les anciennes carrières de calcaire que par son nom ; néanmoins ce rappel historique, avec entre autres des costumes spécifiques, perpétuait le souvenir de cet ancien métier disparu à Montrouge, en rendant hommage aux travailleurs liés au développement de Paris et de sa banlieue.

SantéModifier

Depuis , Montrouge dispose d'un « pôle Santé et solidarité » regroupant le centre municipal de santé, le centre d’action sociale, la circonscription de la vie sociale et le centre médico-psychologique.

SportsModifier

  • Le Montrouge Football Club 92[Note 16]
  • Le Cercle athlétique de Montrouge (CAM) : section de tennis et hockey sur gazon
  • Le SMM (Stade Multi-sports de Montrouge) avec de nombreuses sections (Athlétisme, Tennis, Judo, Basket, Badminton, Pétanque, Musculation, Natation...)
    • Le SMTC : section tennis
  • Le Racing Club de Montrouge (RCM) : club de rugby de la ville de Montrouge évoluant au sein du Championnat FFSE
  • Le CEB : Cercle Edouard Branco, club étoilé de taekwondo
  • Les Phoenix de Montrouge[83] : club d'Ultimate frisbee évoluant au sein des championnats (Indoor, Outdoor, Beach, Mixte, Open et Féminin) de la FFDF

MédiasModifier

Un média internet indépendant de tout parti ou pouvoir en place est à la disposition des habitants : www.montrouge.org[84].

CultesModifier

Les Montrougiens disposent de lieux de culte catholique, israélite, musulman et protestant.

Culte catholiqueModifier

La paroisse sainte Joséphine-Bakhita de Montrouge regroupe les 3 lieux de culte catholique de la ville[85] :

La paroisse de Montrouge s'inscrit depuis janvier 2010 au sein doyenné des portes, l'un des neuf doyennés du diocèse de Nanterre[86]

Culte israéliteModifier

L'association consistoriale israélite administre une synagogue[87]. Une école est aussi présente sur la commune.

Culte musulmanModifier

La ville comporte une mosquée[88]. Sa légalité fut contestée par la mairie et par une partie des copropriétaires de la résidence de son ouverture en 2005[89] à l'acquisition d'un nouveau lieu juste à côté.,[90]. L'association musulmane de Montrouge avait lancé en une procédure juridictionnelle contre la commune pour « abus de pouvoir »[90].

Culte protestantModifier

L'Église protestante unie de France est présente à Montrouge depuis 1904[91].

Une église évangélique baptiste est également présente à Montrouge.

ÉconomieModifier

Revenus de la population et fiscalitéModifier

En 2010, le revenu fiscal médian par ménage était de 33 950 , ce qui plaçait Montrouge au 7 864e rang parmi les 31 525 communes de plus de 39 ménages en métropole[92].

Entreprises et commercesModifier

Entreprises en activité

De nombreuses PME sont dynamiques. On note une spécialisation dans le domaine des services, de l'édition, du High-Tech et de la recherche médicale :

  • Le marketing
- La distribution publicitaire (Mediapost)
- La distribution de presse (Neopress)
- Les Instituts de sondages (TNS Sofres)
- Les sociétés d'études de marché (MV2 Maxiphone)
- Les conseillers en marketing direct (Wegener DM)
- Le télémarketing (Victoria Line)
  • Les éditeurs (Les éditions Législatives, Groupe Campus, Les éditions John Libbey)
  • L'impression thermique (Axiohm)
  • Les télécommunications (Orange)
  • Les semiconducteurs (STMicroelectronics France)
  • Les SSII
- indépendants (Absyss, Agylis, Coraud, Item Services)
- intégrés à un groupe (Stime pour Intermarché, DSEM pour La Poste)
  • La bio-informatique (Genomining)
  • L'électronique médicale (Ela médical qui appartient au groupe Sorin)
  • Les laboratoires pharmaceutiques (Sanofi-aventis, Pfizer)
  • Les services de restauration (Buffalo Grill)

Entre 2009 et 2013, le siège du groupe bancaire Crédit agricole s'installe à Montrouge sur les anciens terrains de Schlumberger.

De plus en plus d'entreprises, de renommée nationale voire internationale, délaissent leur adresse postale montrougienne et choisissent une adresse parisienne (se terminant par « PARIS CEDEX 14 »), comme leur offre leur situation dans des immeubles qui sont certes situés sur le territoire de Montrouge, mais implantés le long du boulevard Romain-Rolland qui est aussi sur celui de Paris :

Les plus anciennes entreprises en activité

Alors que la plupart des anciennes industries ont disparu ou ont déménagé, quelques entreprises dont la création remonte au XIXe siècle ou au début du XXe siècle sont toujours en activité.

  • La fabrique de papier d'Arménie, créée en 1885 au no 4 rue Morel, est une entreprise familiale qui, malgré un incendie important survenu en 2017, tient à maintenir son site de production dans la ville.
  • La marbrerie Pompes-funèbres Mieulle, fondée en 1886.
  • L'imprimerie Lecomte, créée en 1889.
  • La société Les Robinets Presto, dont le siège social est situé 7, rue Racine, est une entreprise familiale fondée en 1927 sous la dénomination « Patient frères & Cie » par André et Lucien Patient, inventeurs du robinet temporisé à bouton-poussoir qui permet de lutter contre le gaspillage d'eau. Concepteur et fabricant de robinetteries et d'accessoires, elle équipe des sanitaires collectifs. Les produits fabriqués dans ses trois usines (deux en Poitou-Charentes, une au Portugal) sont exportés dans 80 pays[93].

Entreprises disparues :

En 2001, la ville commémorait, par une exposition, un siècle d'industrie aéronautique (disparue), représentée par les sociétés Paulin Ratier et l'entreprise Messier.

La Maison Ratier fondée en 1904 par Paulin Ratier (1875-1939) au 22, rue Chauvelot dans la commune voisine de Malakoff emménagea en 1913 dans ses nouveaux ateliers plus vastes et plus modernes, construits à Montrouge au 155, route de Châtillon (actuelle avenue Pierre-Brossolette) qu'elle dut quitter ultérieurement pour un atelier plus modeste situé dans la même voie (no 97). Elle était spécialisée dans les boîtiers pour la téléphonie, et c'est en 1908, qu'elle introduit une première hélice d’aéroplane. En 1910, Paulin Ratier s'associe avec l’ingénieur Bertrand Montet, qui dépose la marque Rapid. Paulin Ratier est devenu un passionné d'aviation et il participa à de nombreuses manifestations aéronautiques : Grand Prix des avions de transport de l'Aéro-club de France, coupe Michelin, circuit de la Méditerranée.

L'entreprise Messier, était spécialiste des trains d'atterrissage dès 1931. Sa progression fut rapide : en 1939, elle équipait 85 % de l'aviation française[réf. nécessaire].

Economie sociale et solidaireModifier

  • En , l'association du Café Culturel et Solidaire de Montrouge achète un ancien café en liquidation judiciaire au Tribunal de commerce de Nanterre. "Le Schmilblick" est ouvert en mai 2016 après plusieurs mois de travaux, il se situe en face de l'Aquapol au 94, avenue Henri Ginoux et propose principalement gratuitement de multiples activités, des boissons et une alimentation à prix très accessible. Un site internet [94] permet d'appréhender la vie de ce café associatif et d'y retrouver son programme mensuel.

Culture et patrimoineModifier

 
Place Émile-Cresp, Montrouge (avec en arrière-plan, le beffroi, la mairie de Montrouge et l'église Saint-Jacques-le-Majeur).

Lieux et monumentsModifier

La commune comprend de nombreux monuments répertoriés à l'inventaire général du patrimoine culturel de la France[95].

  • L'hôtel de ville (XIXe/XXe siècle), l'une des constructions les plus anciennes de la ville, comporte un corps central construit de 1880 à 1883 d'après les plans de l’architecte du département de la Seine Jacques Paul Lequeux et deux ailes latérales dessinées par l'architecte local Jules Baboin et bâties entre 1902 et 1903; en 1920 Victor Tardieu exécute un plafond.
 
Vue lointaine de Montrouge, Paul Léon Félix Schmitt, 1900.
  • Dans l’escalier de l’hôtel de ville est conservé un tableau de Paul Schmitt, Carrière à Montrouge. Il représente un paysage de campagne sous un ciel nuageux. Au milieu, légèrement décentré sur la droite, s'érige la roue de treuil d’un puits. Cette « cage à écureuil » était actionnée par deux carriers.
  • Le Beffroi du centre administratif de Montrouge et le grand Carillon de Montrouge installé dans sa coursive extérieure :
Ce carillon électrique dont les 27 cloches ont été fondues et accordées par la fonderie Cornille-Havard de Villedieu-les-Poêles (Manche) et installées en 1999 par l'entreprise Mamias de Gagny (Seine-Saint-Denis) est le plus grand carillon de la couronne de Paris[réf. nécessaire]. Il a pu être réalisé grâce à la participation financière de trois entreprises montrougiennes dont les logos sont gravés dans le bronze : Rhône Poulenc Roerer, CNEN-EDF et SOFRES.
L'instrument couvre deux octaves et demie chromatiques complètes du do 4 au fa 6, à l'exception du ré #4, du fa #4 et du sol #4. L'ancienne cloche de l'horloge a été raccordée et intégrée à l'échelle sonore. Il a retenti symboliquement une première fois dans la nuit du au . Lors de l'inauguration officielle, le , c'est à Régis Singer, carillonneur de son état, et à Jean-Louis Voiland, directeur de l'ensemble vocal Stesso Tempo jusqu'en 2002, qu'est revenu l'honneur de jouer des œuvres classiques, des airs traditionnels ainsi que quelques chansons de variété. Depuis le , le carillon se fait entendre deux fois par jour : à midi, Tambour de Jean-Philippe Rameau (arrangement pour carillon et interprétation de Régis Singer) ; à 19 h, Ballade de Ferdinand Carulli (arrangement pour carillon et interprétation de Jean-Louis Voiland).
Le grand Carillon de Montrouge est illuminé la nuit. Il est ouvert à la visite lors des journées européennes du patrimoine organisées annuellement par le ministère de la culture et de la communication en septembre.
 
Le collège du Haut-Mesnil.
  • L’école primaire et l’école maternelle ou groupe scolaire du Haut-Mesnil furent bâties de 1931 à 1933 sur les plans des architectes Jean Auguste Tisseyre et M. L. Genin.
  • Hôtel particulier[96], 10, rue Gutenberg (1898), construit par et pour l'architecte et illustrateur Émile Marcellin Rivoalen[97] (1843-1912).
  • Le fort de Montrouge, construit en 1843 est situé en fait sur la commune d'Arcueil. Montrouge n'a pas voulu intégrer le fort sur le territoire de la commune, car, à l'époque, elle aurait dû supporter l'entretien des militaires.
  • Le cimetière de Montrouge.

Édifices religieuxModifier

  • L'église Saint-Jacques-le-Majeur de Montrouge (1934-1940) 39, rue Gabriel-Péri, affectée au culte catholique a été construite sur les plans de l'architecte Erik Bagge est inscrite au titre des monuments historiques. Fresques de Robert Lesbounit et d'André Auclair avec la participation d'un collectif d'artistes dont Jean-Robert Ipoustéguy.
  • La chapelle Saint-Luc de Montrouge (1961), 23, avenue du Fort, affectée au culte catholique, labellisée au titre du Patrimoine du XXe siècle[98].
  • L'église Saint-Joseph-Saint-Raymond de Montrouge (1962-1963), 101, avenue Jean-Jaurès et la chapelle Saint-Raymond (1936), 17, rue Henri-Barbusse, affectées au culte catholique[99].
  • Le nouveau temple (2005) du centre paroissial de l'église protestante unie de Montrouge, 64, rue Maurice-Arnoux remplace l'ancien temple (1904) construit au no 27 de la même rue[100] (alors rue de Fontenay) qui a été désaffecté et transformé par la municipalité en salle polyvalente sous la désignation La Distillerie[101]. Mise à disposition des associations montrougiennes, cette dernière a entre autres accueilli l'orchestre d'Harmonie de Montrouge, des troupes de comédiens et comédiennes et des marionnettistes[102].

Œuvres d'art dans l'espace publicModifier

 
Tympan (1897), 30, avenue Verdier.
 
Monument aux morts de Montrouge (1922), place du Maréchal-Leclerc.
  • Deux tympans cintrés (1897), nos 30-32 avenue Verdier, reliefs en pierre calcaire (hauteur 80 cm, largeur 160 cm) par un auteur inconnu avec des représentations animalières tirées des Fables de La Fontaine. Propriété privée. (Voir avenue Verdier).
  • Le Monument aux morts de Montrouge (1922), place du Maréchal-Leclerc, piédestal et groupe en pierre sculptée, œuvre réalisée par le sculpteur Eugène Paul Benet en collaboration avec l'architecte Pierre Marie (pour le socle). Érigé conformément à la délibération du conseil municipal du en hommage aux morts de la première Guerre mondiale, ce monument a ultérieurement été dédié également à la commémoration des conflits de 1939/45, d'Indochine (1946-1954) et d'Algérie.
  • La Femme au coquillage ou Femme à la conque, square de la place des États-Unis, statue de marbre blanc par Émile Fernand-Dubois (1869-1952), inscrite au patrimoine culturel d'Île-de-France[103].
  • Le Jeune homme à la flûte (érigé en 2000), square Jean de La Fontaine, angle des rues Racine et Jean de La Fontaine, statue en bronze (hauteur 170 cm) commandée par la municipalité au sculpteur belge Guillaume Werle[104] (né en 1968) qui vit et travaille à Montrouge depuis 1999[105].
  • A Coluche ou La Salopette (2011), place de la Libération, bronze (hauteur 155 cm), œuvre de Guillaume Werle réalisée à la demande de la municipalité pour la commémoration du 25e anniversaire de la mort accidentelle de l'humoriste Michel Colucci (1944-1986)[106].
  • Portrait en médaillon à l'effigie de George Messier (dévoilé en 2008), 2 rue George-Messier, bronze par Guillaume Werle, créé à l'occasion de l'inauguration de la rue George Messier[107].
  • Stèle en hommage au général de Gaulle, square de l'Hôtel de Ville, 43 avenue de la République
  • Une verrière (1930), nos 40-46 place Jules-Ferry, par le peintre verrier Louis Barillet.
  • Sculpture abstraite (vers 1954) par Émile Gilioli (1911-1977), 28/34, place Jules-Ferry (voir place Jules-Ferry).
  • Peinture murale abstraite (vers 1954) par Casimir Zielenkiewic (1906-1988), dit Caziel, 5/13, avenue Léon Gambetta.
 
Sculpture abstraite, 7 rue Danton
  • Sculpture abstraite au 7 rue Danton.
  • Les quatre statues installées en sur la place Émile Cresp sont des copies réalisées dans les années 2010 d'après des statues en plâtre (XIXe siècle) autrefois exposées dans le hall de la mairie de Montrouge et provenant de l'ancien hôtel de Ville de Paris incendié sous la Commune en 1870[108] :
    Molière d'après l'original créé vers 1850 par Auguste Ottin, statue en pied, en résine (2 m de haut, 60 cm de large, 50 cm de profondeur) représentant l'auteur debout, avec un parchemin, un masque et une couronne de lauriers ;
    Boileau d'après le plâtre original d'Hippolyte Maindron :
    Lavoisier d'après le plâtre original créé vers 1850 par Armand Toussaint, statue en pied, en résine (2 m de haut, de 80 cm de large et de 58 cm de profondeur) représentant l'homme debout, avec un papier, une mine et une balance ;
    Denis Papin, statue en pied, en résine, d'après Célestin-Anatole Calmels.

Espaces vertsModifier

 
Le square Renaudel.
 
Square Robert Schuman.

Montrouge compte dix-huit squares couvrant près de 5 % de son territoire (9 hectares d'espaces verts)[109].

  • Le square de l'Hôtel-de-Ville (1925, réaménagé en 1992), 43, avenue de la République occupe une superficie de 3 760 m2. Parmi les 36 arbres (Tilia, Acer platanoides, Taxus baccata, Ginkgo biloba, Aesculus, Robinia, Prunus serrulata...) un érable (Acer negundo) imposant et puissant de 17 m d'envergure pour 13 m de hauteur attire l'attention.
  • Le square Renaudel (créé dans les années 1950, réfections réalisées en 1983, 2000, 2003), avenue Jean-Jaures, d'une superficie de 8 114 m2, jeux pour enfants et kiosque à musique[110].
  • Le square Schumann (1967/1969, réaménagé en 1999 et 2003), rue Gabriel-Péri derrière l'église Saint-Jacques est divisé en trois parties dont une pour le jeu des enfants, d'une superficie de 3 735 m2. Il héberge plusieurs espèces d'arbres : Ginkgo biloba, Aesculus, Catalpa, Betula verrucosa Alba, Abies kosteriana, Morus, Tilia, Koelreuteria, Savonnier de Chine (9 m d'envergure pour 10 m de hauteur), Marronnier (17 mètres d'envergure pour 15 de hauteur), Mûrier noir (9 mètres d'envergure pour 10 de hauteur), Cerisier double du Japon (12 m d'envergure pour 8 m de hauteur).
  • Le Jardin des Combattants d'Afrique du Nord (2002, Laurence Jouhaud paysagiste), ZAC du Nord, d'une superficie de 1,500 m2 est un enclos abrité du vent et du froid par des immeubles hauts de 6 à 10 étages où prospèrent 21 palmiers de 2 à 7 m de haut[111].
  • Le jardin Toscan (2016, Laurence Jouhaud paysagiste), 24/34, rue Maurice-Arnoux, d'une superficie de 3,900 m2, situé à l'emplacement d'anciens entrepôts a été conçu dans l'esprit des jardins de Florence. Il comporte deux terrasses belvedères et un bassin canal avec 15 fontaines, avec pour matériaux de prédilection la brique artisanale terre de sienne et la terre cuite. Des parterres de plantes odorantes ou médicinales méditerranéennes accompagnent les arborées : cyprès, oliviers, palmiers. Des arbrisseaux de la région parisienne, tels que noisetier, amélanchier, prunellier, ligustrum sergat et lilas délimitent ce jardin éco-responsable[112].
  • Le square Jean-Moulin, 110 avenue Avenue Aristide-Briand, comprend un skatepark d'une surface de 389 m2 (16 m x 24 m)[113].
  • Les allées Jean-Jaurès[114] (2019, Péna Paysages), promenade plantée le long de l'avenue Jean-Jaurès.
  • Le parc Jean-Loup Metton (2019), avenue Jean-Jaurès, d'une superficie de 10 000 m2 avec aires de jeux, de pique-nique, de fitness et de lecture. Le kiosque à musique autrefois situé devant la mairie y a été transféré.
  • Le square Charles de Gaulle (1997), 15 boulevard du Général de Gaulle : 2 000 m2 doté de 13 arbres (Fagus sylvatica purpurea pendula, savonnier, Cyprès de Lawson, Sapin du Colorado…), jeux pour enfants, baby-foot, plateau multi-sports.
  • Le square du petit Arpajonnais, rue Danton, aire de jeux réservés aux enfants de 2 à 6 ans.
  • Pour mémoire, car il a disparu, début 2019, à la création des "Allées Jean Jaurès", le square de la place des États-Unis, sur une étendue de 2 712 m2 hébergeait quelques toboggans pour les enfants, une pelouse au milieu de laquelle se situe « La femme au coquillage », statue d'Émile Fernand-Dubois. Ce square n'existe plus. Il fut créé en 1928 et rénové en 2002. Il abritait seize arbres (Acer platanoides, Acacia, Catalpa, Zelkova, Tilia, Ginkgo biloba). Également disparu, le square Colonel Rol Tanguy qui se trouvait au nord du square des États-Unis au niveau de l'ancien arrêt éponyme de la ligne du bus 68 en direction de son terminus à Chatillon-Montrouge.
  • Jardins partagés : jardin Haut Mesnil Grand Sud (2014), angle de la rue Jean-Jaurès, et de l'avenue de la Marne ; jardin de la Vanne (2020) 60, rue de la Vanne, 60 m2 ; Les jardins du Conservatoire, avenue Henri Ginoux, quartier Ferry-Buffalo; les jardins Barbusse, Parvis de l'église St Joseph, à l'angle de l'avenue Jean Jaurès et de la rue Henri Barbusse; les jardins Jean Jaurès, dans le parc Jean-Loup Metton, allées Jean Jaurès; jardin partagé Victor Basch, Rue Victor Basch; jardin partagé Jean Monnet, à côté du lycée Jean Monnet.

En 2009, Montrouge a obtenu le niveau « trois fleurs[115] » au concours des villes et villages fleuris[116].

Cimetière de MontrougeModifier

Patrimoine culturelModifier

 
Illustration de Steinlein pour la chanson d'Aristide Bruant À Montrouge.

Montrouge dans la littératureModifier

Films tournés à MontrougeModifier

Montrouge a servi de cadre pour des scènes de films ou téléfilms :

Personnalités liées à la communeModifier

 
4 rue Louis-Rolland, où l'écrivain Raymond Federman passa son enfance

HéraldiqueModifier

  Blasonnement :
Les armes de Montrouge peuvent se blasonner ainsi aujourd’hui :
« D'azur à l'étoile d'or à 34 rais. »[réf. nécessaire]

Pour approfondirModifier

BibliographieModifier

  • G. Renou, Histoire de Montrouge, 1932.
  • Armand Thomas, Pierrette Cour et Lucie Geeraerts, Montrouge et son histoire, 1988.
  • Abbé Magnier, Notre vieux Montrouge, 1961 (en ligne).
  • Eugène Mannier, Les commanderies du grand prieuré de France d'après les documents inédits conservés aux archives nationales à Paris, Paris, (lire en ligne)

Articles connexesModifier

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. Certaines de ces stations ne sont pas situées dans la commune mais desservent certains de ses quartiers:
  2. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  3. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé, en , celle d'aire urbaine afin de permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  4. Il se cache dans la demeure de la veuve Vernet, à Paris, « rue des Fossoyeurs » no 21 (actuellement 15, rue Servandoni), près du Petit Luxembourg.
  5. Jean-Baptiste Sarret, cousin de Madame Vernet.
  6. À Montrouge, l'ancien « chemin de Fontenay » correspond à l’actuelle rue Maurice-Arnoux qui formait alors la limite de la commune jusqu'à l’annexion partielle, en 1799, du « Petit Vanves » par Montrouge. Dans l'autre partie du « Petit-Vanves » (aujourd'hui territoire de la commune de Malakoff) une association entretient le treuil à manège d'une ancienne carrière. Ce dispositif de levage (XIXe siècle, restauré) situé entre les actuelles rues des Garmants et Drouet-Peupion servait à remonter les blocs de pierre extraites des galeries souterraines aujourd'hui abandonnées (voir « Le treuil à manège de l'ancienne carrière des Garmants » sur le site malakoff-patrimoine.fr.)
  7. La mairie de Montrouge visible ici est devenue la mairie du 14e arrondissement de Paris et a depuis été agrandie.
  8. La distance entre la maison de Paris et celle de Montrouge est d'environ 4 km.
  9. L'ancienne maison de campagne du noviciat de Paris, située à Gentilly, était à proximité, mais non pas à côté.
  10. Le noviciat de Paris était installé rue des Postes (actuellement Rue Lhomond dans le 5e arrondissement) depuis 1814.
  11. Cette attraction était située dans une partie de l'actuel quartier de Plaisance qui se trouvait alors sur la commune de Montrouge. Elle disparut avant 1860.
  12. Biographie d'Étienne Lengereau disponible dans le magazine de la ville de Montrouge no 120 de novembre 2016 /janvier 2017 http://www.ville-montrouge.fr/publication/171/82-kiosque.htm
  13. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.
  14. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.
  15. La façade de l'école élémentaire Nicolas-Boileau conserve les inscriptions « ANNO 1898 / ECOLE PRIMAIRE »
  16. Club où ont évolué des joueurs qui sont devenus professionnels par la suite : Demba Ba, Issam Baouz, Tiémoué Bakayoko, Habib Bamogo, Hatem Ben Arfa, Flavien Belson, Ludovic Blas, Yann Kerboriou, Marvin Martin, Michel Pech, Yaya Sanogo ou encore Fousseni Tangara.

RéférencesModifier

  1. Répertoire géographique des communes, publié par l'Institut national de l'information géographique et forestière, [lire en ligne].
  2. http://isabelleetlevelo.20minutes-blogs.fr/archive/2011/07/26/dans-la-presse-de-l-ete.html
  3. http://briceloemie.europe-ecologie.net/2011/06/19/le-plan-de-circulation-douce-acte-2-lettre-ouverte-a-jean-loup-metton/
  4. « La juge d'instruction Catherine Giudicelli tuée par un camion », Le Parisien,‎ (lire en ligne).
  5. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  6. « Commune urbaine - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  7. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  8. « Unité urbaine 2020 de Paris », sur https://www.insee.fr/ (consulté le ).
  9. « Base des unités urbaines 2020 », sur www.insee.fr, (consulté le ).
  10. Vianney Costemalle, « Toujours plus d’habitants dans les unités urbaines », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le ).
  11. « Liste des communes composant l'aire d'attraction de Paris », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques (consulté le ).
  12. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le ).
  13. « Plan d'assemblage Grands Quartiers - IRIS 2000 – Montrouge », sur le site de l'Insee (consulté le ).
  14. [PDF]Fiche communale d'occupation des sols en 2017 sur le site cartoviz.iau-idf.fr
  15. « Hauts-de-Seine : aveugle en ville, c’est de pire en pire », sur leparisien.fr, (consulté le )
  16. (en) Julien Nguyen Dang, « Les rues de Montrouge : un danger quotidien pour les déficients visuels », sur Medium, (consulté le )
  17. « NOS PROJETS », sur www.defiaccess-asso.fr (consulté le )
  18. « Montrouge, son histoire », sur le site de la mairie de Montrouge (consulté en ).
  19. a b c d e et f Lebeuf 1757, p. 441.
  20. J. Lebeuf, Histoire de la ville et de tout le diocèse de Paris : les paroisses & terres du doyenné de Châteaufort, t. IX, 1754-1758 (lire en ligne), p. 447.
  21. a et b Albert Dauzat et Charles Rostaing, Dictionnaire étymologique des noms de lieu en France, Paris, Librairie Guénégaud, (ISBN 2-85023-076-6), p. 472a.
  22. a et b Ernest Nègre, Toponymie générale de la France, Volume 2, Librairie Droz, Genève, p. 1159 (ISBN 2600001336).
  23. Lebeuf 1757, p. 440.
  24. a b c et d Lebeuf 1757, p. 443.
  25. a et b Jean Lebeuf, Histoire du diocèse de Paris, vol. IX, Paris, Prault père, , p. 439.
  26. a b c d e et f Lebeuf 1757, p. 445.
  27. a et b Lebeuf 1757, p. 444.
  28. a b c d et e Lebeuf 1757, p. 446.
  29. Lebeuf 1757, p. 397.
  30. Romain Ribeiro, Administrer par l'écrit : le grand cartulaire de l'évêché de Laon., Annexe III, Sorbonne, Paris, 2014.
  31. a b c d et e Lebeuf 1757, p. 442.
  32. https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5724471x/texteBrut Travaux de l'académie nationale de Reims, 95e volume, années 1893-1894, tome 1er, F. Michaud, Librairie de l'Académie, Reims.
  33. J. Noulens, Maison de Bully : notice historique et généalogique, p. 74, J. Claye, Paris, 1874.
  34. Archives de Paris, carton 6 AZ 1248.
  35. Archives nationales S 5115, supplément n. 44
  36. Mannier (1872) p. 32
  37. a et b Mannier (1872) p. 40
  38. Archives nationales S 5122, 3e liasse
  39. Le château de Montrouge, dit du marquis de Châteauneuf sur le site des Archives départementales des Hauts-de-Seine [1] (consulté le 11 juin 2014).
  40. Roger Braun, « Histoire de L'Eglise de l'Oratoire Saint Honoré ou du Louvre », in Bulletin, Centre de Paris, Paris, 1936.
  41. Marcel Fosseyeux, Les écoles de charité à Paris sous l'ancien régime et dans la première partie du XIXe siècle, p. 34, SHPIF, Paris, 1912.
  42. Georges Cuvier, « Éloge historique de Cels lu le 7 juillet 1806 » in Recueil des éloges historiques lus dans les séances publiques de l'Institut de France, Firmin Didot Frères, 1861 (nouv. éd.) Tome 1, p. 153-172, (voir en ligne)
  43. François Cels, « Catalogue des arbres, arbustes, et autre plantes de serre chaude, d'orangerie et de pleine terre cultivés dans l'établissement de F. Cels ... Hors la barrière du Maine (à Paris), au Petit-Montrouge », Feugueray, 1817 (voir en ligne).
  44. La rue Cels dans la nomenclature des rues de Paris, sur le site de la Mairie de Paris.
  45. « Les Maires de Montrouge » sur le site officiel de la Ville de Montrouge ville-montrouge.fr (consulté le 23 mars 2021).
  46. Elisabeth Badinter et Robert Badinter, Condorcet : un intellectuel en politique (1743-1794), Fayard, 2014, n.p. (partiellement en ligne).
  47. « Les limites au fil du temps : évolution spatiale de Montrouge depuis 1789 », sur le site officielle de la Ville de Montrouge ville-montrouge.fr.
  48. Abel François Villemain, Souvenirs contemporains d’histoire et de littérature : Les cent jours, Didier, (lire en ligne), p. 452-453.
  49. a et b Galerie historique des contemporains, ou Nouvelle Biographie, Bruxelles, Auguste Wahlen et Comp., (lire en ligne), p. 408.
  50. Pierre-François Piétresson de Saint-Aubin, Dictionnaire historique, topographique et militaire de tous les environs de Paris, Panckoucke, n.d. (lire en ligne), p. 455.
  51. La Convention de Saint-Cloud sur Wikisource.
  52. Joseph Burnichon, La Compagnie de Jésus en France : histoire d'un siècle, 1814-1914, t. 1, chapitre IV, p. 138-183 (en ligne).
  53. Michel Leroy, Le mythe jésuite : de Béranger à Michelet, (en ligne).
  54. René-Léon-Cottard, « Vie et histoire du XIVe arrondissement : Montparnasse, Parc de Montsouris, Petit Montrouge, Plaisance... », Paris, 1988 p. 40.
  55. E. Bertaux, « M. Jean-Léon Sanis », nécrologie, In : Recueil des lois et actes de l'instruction publique... : Année 1879, No 22, Paris, Delalain, 1879, pp. 520-524 (en ligne).
  56. Gustave Vapereau, Dictionnaire universel des contemporains : contenant toutes les personnes notables de la France et des pays étrangers avec leurs noms, prénoms, surnoms et pseudonymes, et la date de leur naissance, leur famille, leurs débuts, leur profession, leurs fonctions successives, leurs grades et titres, leurs actes publics, leurs œuvres, leurs écrits et les indications bibliographiques qui s’y rapportent, t. 1, Paris, Hachette, , 5e éd., 1892 p. (lire en ligne), p. 1290.
  57. Marie-Hélène Congourdeau, Dans le sillage de l'abbé Migne, conférence prononcée le 13 septembre 2005 au colloque de l'ABCF, publiée dans le Bulletin de liaison de l'Association des Bibliothèques Chrétiennes de France, no 123, décembre 2005, p. 3-10, (en ligne) sur le site migne.fr.
  58. L'incendie de l'imprimerie de l'abbé Migne : 13 février 1868 d'après les journaux contemporains, compilation par Albocicade, 2013 (en ligne) sur le site archive.org.
  59. Demande d'agrandissement de la commune de Montrouge / Dressé et dessiné par P. Berger., 1872
  60. Rapport fait au nom de la 32e commission d'intérêt local sur le projet de loi tendant à fixer les nouvelles limites des communes de Montrouge, Châtillon, Bagneux, Arcueil et Gentilly (Seine), par M. Courbet-Poulard, membre de l'Assemblée nationale, séance du 22 juillet 1875, In : Annales de l'Assemblée nationale, compte-rendu in extenso des séances, annexes, t. XLI du 21 juillet au 4 août 1875..., Paris, impr. du Journal officiel A. Wittersheim & Cie, pp. 27-34 (en ligne).
  61. Attribution d'un seul indicatif d'appel téléphonique aux services publics essentiels, questions orales, débats parlementaires, Sénat, séance du mardi 9 juillet 1963, In : Journal officiel de la République française du 10 juillet 1963, p. 2 (en ligne)
  62. « Patriam Recuperare » (consulté le ).
  63. « La ligne 4 du métro arrive à Montrouge », dans Le Parisien du 23 mars 2013.
  64. Rémi Brancato, Marion Chantreau, « A Montrouge, hommage à Clarissa Jean-Philippe victime du terrorisme », France Bleu,‎ (lire en ligne).
  65. Journal Officiel, Loi no 64-707 du 10 juillet 1964 portant sur la réorganisation de la région parisienne.
  66. « Liste des juridictions compétentes pour une commune », sur le site du ministère de la Justice et ds libertés (consulté le ).
  67. Décret n° 2015-1212 du 30 septembre 2015 constatant le périmètre, fixant le siège et désignant le comptable public de la métropole du Grand Paris, sur Légifrance.
  68. Décret n° 2015-1655 du 11 décembre 2015 relatif à la métropole du Grand Paris et fixant le périmètre de l'établissement public territorial dont le siège est à Antony sur Légifrance.
  69. « Les maires de Montrouge », sur http://www.francegenweb.org/ (consulté le ).
  70. Philippe Lançon, « À Montrouge, la droite entre en fission électorale : Deux frères ennemis de l'UDF, un militant associatif barriste et un élu RPR se disputent l'hôtel de ville », Libération,‎ (lire en ligne).
  71. Jérôme Bernatas, Anne-Sophie Damecour et Ariane Riou, « Le maire de Montrouge démissionne... en toute discrétion : Après vingt-deux ans au pouvoir, Jean-Loup Metton (UDI) vient d'annoncer à son conseil municipal qu'il renonçait à son mandat. La nouvelle laisse les habitants stupéfaits », Le Parisien, édition des Hauts-de-Seine,‎ (lire en ligne).
  72. Ariane Riou, « Démissionnaire, le maire de Montrouge restera conseiller municipal », Le Parisien, édition des Hauts-de-Seine,‎ (lire en ligne) « Le préfet des Hauts-de-Seine ayant accepté la démission de Jean-Loup Metton hier, un conseil municipal sera donc organisé, le 20 octobre à 19 heures, pour élire son successeur ».
  73. « A Montrouge, Metton vise un dernier mandat : Le maire UDI sortant Jean-Loup Metton, soutenu par l'UMP, compte bien rester en place. Mais la gauche, forte de ses succès lors des scrutins nationaux, croit en la victoire de Joaquim Timoteo », Le Parisien, édition des Hauts-de-Seine,‎ (lire en ligne).
  74. « Étienne Lengereau élu nouveau maire », Le Parisien,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  75. « Atlas français de la coopération décentralisée et des autres actions extérieures », sur le site du ministère des Affaires étrangères (consulté le ).
  76. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  77. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  78. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.
  79. « Évolution et structure de la population à Montrouge en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le ).
  80. « Résultats du recensement de la population des Hauts-de-Seine en 2007 » [archive du ], sur le site de l'Insee (consulté le ).
  81. « La Biennale Jeune Création Européenne à Montrouge ! », Mairie de Montrouge.
  82. Biennale Jeune Création Européenne : L'art contemporain s'expose à Montrouge sur le site culturesecrets.com.
  83. « Phoenix Ultimate Frisbee Club » (consulté le ).
  84. Site du média.
  85. « Paroisses des Hauts-de-Seine », dans Wikipédia, (lire en ligne)
  86. https://diocese92.fr/-Les-paroisses-
  87. « Contacts utiles », sur le site de la mairie de Montrouge (consulté le ).
  88. Site de la mosquée de Montrouge
  89. Chloé Woitier, « La mosquée de Montrouge menacée de fermeture », sur lefigaro.fr, (consulté le ).
  90. a et b « Les galères de la petite mosquée de Montrouge », sur streetpress.com, (consulté le ).
  91. « page d'accueil », sur le site de l'Église réformée de Montrouge (consulté le ).
  92. « Fichier RFDM2010COM : Revenus fiscaux localisés des ménages - Année 2010 », sur le site de l'Insee (consulté le ).
  93. « L'Histoire Presto : un esprit familial audacieux », (en ligne) sur le site presto.fr.
  94. site internet du Café Culturel et Solidaire de Montrouge, Le Schmilblick
  95. « Montrouge », base Mérimée, ministère français de la Culture.
  96. Michaël Mendès, Un hôtel particulier rationaliste construit par et pour un architecte montrougien sur le site encre-u-toit.org.
  97. Nolwenn Rannou, Diffuser l'architecture usuelle : les recueils monographiques d'Emile Rivoalen, dans Le livre et l'architecte, actes du colloque organisé par l'Institut national d'histoire de l'art et l'École nationale supérieure d'architecture de Paris-Belleville, Paris, au , p. 57 (en ligne).
  98. Notice no EA92000024, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  99. Église Saint-Joseph-Saint-Raymond sur le site de l'Observatoire du patrimoine religieux patrimoine-religieux.fr (consulté le 2 mars 2021).
  100. Église Protestante Unie de Montrouge, site officiel epudf-montrouge.fr (consulté le 2 mars 2021).
  101. Ancien temple protestant (salle polyvalente la Distillerie) sur le site de l'Observatoire du patrimoine religieux patrimoine-religieux.fr (consulté le 2 mars 2021).
  102. Les conventions d'occupation précaire figurent dans les comptes rendus analytiques du conseil municipal.
  103. Montrouge-Info, 25 juillet 2014.
  104. Jeune homme à la flûte sur le site officiel de Guillaume Werle werle-artist.fr.
  105. Guillaume Werle sur le site officiel de l'artiste werle-artist.fr.
  106. A Coluche, l'aventure sur le site officiel de Guillaume Werle werle-artist.fr.
  107. La rue George Messier inaugurée, Montrouge Magazine, No 76, janvier/février/mars 2008, sur le site acam.asso.fr
  108. « Quatre célébrités sur la place », Le Parisien, .
  109. https://www.ville-montrouge.fr/881-les-parcs-et-jardins.htm
  110. « Square Renaudel », notice sur le site loisirs.fr.
  111. « Jardin des Combattants d'Afrique du Nord » sur le site laurencejouhaud.fr.
  112. « Jardin toscan », sur le site laurencejouhaud.fr.
  113. « Jardin Jean-Moulin, Montrouge (92) », notice sur le site du musée de la Résistance 1940-1945 museedelaresistanceenligne.org.
  114. « Une consultation fructueuse » sur le site de la Ville de Montrouge ville-montrouge.fr.
  115. « 3 fleurs pour Montrouge » (consulté le ).
  116. « Le concours des villes et des villages fleuris » (consulté le ).
  117. Site officiel de la Médiathèque de la Ville de Paris.