Ouvrir le menu principal

Toponymie

branche de l'onomastique qui étudie les noms propres désignant des lieux
(Redirigé depuis Toponyme)
Page d'aide sur l'homonymie Pour les toponymes situés en France, voir Toponymie française.
Exemples de toponymes.

La toponymie (du grec tópos, τόπος, lieu et ónoma, ὄνομα, nom) est une discipline linguistique qui étudie les toponymes, c'est-à-dire les noms propres désignant un lieu. Elle se propose de rechercher leur ancienneté, leur signification, leur étymologie, leur évolution, leurs rapports avec la langue parlée actuellement ou avec des langues disparues. Avec l'anthroponymie (étude des noms de personnes), elle est l'une des deux branches principales de l'onomastique (étude des noms propres), elle-même branche de la linguistique.

En outre, la toponymie s'intéresse aussi aux contextes et motivations de la détermination des noms de lieux et à leur impact sur les sociétés. A ce titre, elle emprunte donc également de façon importante à l'histoire et à la géographie, mais aussi à la sociologie, à l'anthropologie, à l'archéologie et à la géopolitique, et mobilise les outils et les approches de l'ensemble des sciences sociales.

Le terme de toponymie renvoie également à l'ensemble du matériau que composent les toponymes, également désignés comme « noms de lieux » ou « noms géographiques ». Un même vocable désigne donc à la fois l'objet et ses acteurs, et la discipline qui les étudient, « l'état et la science des noms des lieux » selon les mots du géographe Roger Brunet[1], comme c'est le cas de la topographie[Notes 1]. Le présent article traite des deux acceptions.

Marqueurs tangibles et symboliques des sociétés humaines, les toponymes sont l'objet d'importants débats de société, et sont traversés par plusieurs dynamiques d'appropriation (normalisation linguistique, patrimonialisation, instrumentalisation politique).

La toponymie comme disciplineModifier

Champ d'application et spécialisationsModifier

La discipline toponymique a pour objet « l'étude de la formation et de l'évolution des noms de lieux »[2] ; elle s'attache à étudier les noms dans leur forme, leur origine et leur sens, et emprunte ainsi à la linguistique. Suivant cette perspective étymologique, deux approches générales sont combinées : une étude descriptive (relevé et analyse des noms dans un espace-temps donné) ou une étude évolutive (lecture de l'évolution des noms, des langues et des significations dans le temps).

Outre l'étude des noms de lieux habités (villes, bourgs, villages, hameaux) ou non habités (tels certains lieux-dits), la toponymie étudie également les noms liés au relief (oronymes), aux cours d'eau (hydronymes), aux voies de communication (odonymes ou hodonymes), aux occupations végétales du sol (phythotoponymes), aux noms de lieu ou de région issus d’une caractéristique géographique physique ou une particularité environnementale (choronymes) ainsi qu'à des domaines plus restreints (microtoponymes), comme des noms de villas, d'hôtels[3], d'équipements sportifs ou de stations de transport.

Au-delà de l'approche étymologique, des études contemporaines en toponymie s'attachent aussi à analyser de façon critique les tenants et aboutissants de la toponymie, les circonstances de l'attribution des noms (acteurs impliqués, représentations mobilisées, intentions sous-tendues), en ce qu'ils peuvent éclairer la compréhension des dynamiques sociales, culturelles et politiques[1].

Épistémologie de la toponymieModifier

 
Boîtes du Glossaire des patois de la Suisse romande, conservées à Neuchâtel, en Suisse.

Les premières recherches en toponymie à l'époque moderne ont commencé presque simultanément en France et en Grande-Bretagne, durant la seconde moitié du XIXe siècle. Le terme même de toponymie apparaît au milieu du XIXe siècle (toponymique est attesté en 1853 dans un ouvrage qu'Alexandre-Édouard Baudrimont consacre à l'histoire des Basques, toponymie en 1869 dans un écrit de Jean-François Bladé consacré au même sujet)[4].

À cette époque, on privilégie l'établissement de dictionnaires topographiques (gazeteers en anglais). Ces dictionnaires ont permis aux linguistes d'accéder plus facilement aux formes anciennes des noms de lieux, c'est-à-dire aux formes attestées au cours des siècles dans les chartes, cartulaires, pouillés et dont la recherche dans les bibliothèques exigeait de longues heures.

La toponymie a ensuite largement concentré ses recherches sur l'étymologie des noms de lieux ; dans ce cadre, on a pu établir une évolution assez linéaire dans la toponymie ouest-européenne. En effet, il existe un substrat indo-européen ou pré-celtique dans les toponymes européens ; on y rattache généralement toutes les étymologies toponymiques inexpliquées[5].

En France, un projet fut lancée dès 1860 sous l'égide du Comité des travaux historiques et scientifiques (CTHS) visant à l'établissement de dictionnaires topographiques des départements. Une partie de ces dictionnaires sont en accès libre en ligne[6].

Le premier pays où fut publiée une synthèse sur la toponymie est l'Allemagne (Ernst Förstemann et Hermann Jellinghaus (de)). Dans la tradition française, Auguste Longnon (1844-1911) est considéré comme le fondateur en France d'une toponymie véritablement méthodique et systématique[7], avec son ouvrage Noms de lieux de la France, paru en 1920. Par la suite, d'autres chercheurs ont développé les travaux de Longnon, notamment Albert Dauzat (1877-1955), Marcel Baudot (1902-1992), Charles Rostaing (1904-1999), et Ernest Nègre (1907-2000) avec la Toponymie générale de la France en trois volumes. Les spécialistes qui continuent aujourd'hui d'approfondir les recherches toponymiques sont Marie-Thérèse Morlet, Marianne Mulon, Paul Fabre, Stéphane Gendron, Michel Morvan, Sébastien Nadiras, etc.

Dans le monde anglo-saxon, on peut citer les Britanniques Richard Coates (en), Margaret Gelling (en), Oliver Padel (en), Albert Hugh Smith (en), Isaac Taylor, William J. Watson (en), et les Américains George R. Stewart et Mark Monmonier (en).

Initialement assez largement présentée comme « substitut de l'archéologie », perçue comme la succession de couches d'histoire, la toponymie est progressivement reconsidérée à partir des années 1980 avec le développement des technologies d'archéologie préventive et la prise de conscience de la grande variabilité des héritages linguistiques et de leurs significations, qui nuancent parfois fortement cette dimension archéologique[8],[9].

Dans les années 1990 émerge un nouveau courant scientifique qui cherche à dépasser la simple ambition de reconstitution du rapport des sociétés à l'espace géographique par la toponymie, en étudiant la dimension géopolitique de celle-ci[10]. Dans les années 2000 et 2010, les chercheurs s'évertuent à proposer un cadrage théorique à ces nouveaux champs de réflexion. Plusieurs approches critiques sont développées, mobilisant les corpus philosophiques de différents penseurs, appliqués à la toponymie et sa pratique contemporaine (tels les concepts du dispositif de Michel Foucault, décliné en « dispositif spatial » par Michel Lussault, ou de l'hégémonie culturelle d'Antonio Gramsci)[11]. Parmi ces chercheurs figurent Maoz Azaryahu, Reuben Rose-Redwood, Hervé Guillorel, Myriam Houssay-Holzschuch, Frédéric Giraut, Jani Vuolteenaho, Lawrence Berg, etc. Leurs recherches s'inscrivent dans une perspective résolument postmoderniste. Les terrains africains et américains font dès lors l'objet de nombreux travaux[12],[13],[14]. Les croisements interdisciplinaires sont croissants (avec la littérature[15] ou l'écologie scientifique et l'écophysiologie[16]).

L'analyse des représentations mobilisées par les toponymes est un autre champ d'études fécond[17],[18],[19],[20].

Des récompenses peuvent être décernées à certaines recherches en toponymie, comme c'est le cas en France du prix Albert-Dauzat.

La toponymie comme pratique et comme matériauModifier

 
Des toponymes aborigènes australiens mis en évidence sur une carte de Brisbane, ou le couplage des fonctions pratique et mémorielle.

MorphologieModifier

Sur le plan syntaxique, et dans un contexte linguistique indo-européen, le toponyme peut comprendre un terme générique (qui définit l'entité géographique désignée) et un terme spécifique (qui précise et isole l'élément géographique)[2] ; dans « delta de l'Okavango », delta est générique, Okavango est spécifique.

Le toponyme peut n'être composé que d'un mot (Séoul, Denali, Danube), ou composé (Las Vegas Strip, Charente-Maritime, Burkina Faso, Papouasie-Nouvelle-Guinée). En français, certains sont utilisés moyennant un article défini (la Pologne, les Émirats arabes unis, le Cantal, l'Antarctique), d'autres ne le requièrent pas (bon nombre de localités, certains États comme Israël ou Bahreïn, etc.).

Les toponymes sont soumis à des règles de graphie parfois complexes et relatives dans le temps[Notes 2] ou selon la langue d'usage.

Fonction du toponymeModifier

Le toponyme combine deux fonctions :

  • une fonction pratique : localiser les lieux, faciliter le repérage et l'orientation des individus ;
  • une fonction symbolique et culturelle : consigner et fixer dans une mémoire collective les faits, valeurs, langues, événements et acteurs retenus par les sociétés[1]. Cette fonction peut être délibérée ou non. Il convient toutefois de considérer avec précaution les toponymes anciens, dont la dimension archéologique n'est pas forcément attestée[8].

« Lorsque l'on veut nommer un lieu public, on se demande d'abord à quelle sorte de désignation on veut procéder. En d'autres termes, on s'interroge sur l'intention de cette attribution[21]. »

  • honorifique
  • commémorative
  • historique
  • géographique
  • thématique

Les toponymes peuvent aussi constituer une ressource territoriale importante (support de patrimonialisation, de stimulation démocratique et militante, de création artistique).

HistoireModifier

 
Les armes du Mexique font écho au nom de la ville de Tenochtitlan.

Il est impossible de savoir précisément à partir de quelle date les humains ont attribué des noms aux lieux qui les entouraient. Néanmoins, il semble que ce soient les rivières et les montagnes qui aient été nommées en premier[5]. Selon le géographe Paul Claval, ce sont la sédentarisation et la structuration des populations qui ont créé le besoin de déterminer des noms pour les lieux, qui désormais étaient durablement habités et territorialisés[22].

La toponymie naît de la médiation entre l'espace habité et l'espace approprié par le travail de la terre et l'enracinement d'une société[23].

Nombre de toponymes des sociétés anciennes répondent aux caractéristiques géographiques ou naturelles de l'endroit, comme dans le cas de Tenochtitlan (la légende de la fondation de la ville mêle le toponyme et le sacré, comme on peut encore l'observer sur les armes du Mexique), d'Ostie, du latin Ostia « embouchure d'un fleuve », ou encore de l'Islande (Ísland, « terre de glace »). Mais on trouve également des références au sacré, comme dans le cas de Babylone (de l'akkadien babil, Porte de Dieu), parfois elles-mêmes en lien avec la géographie du lieu, comme dans le cas de Cuzco (du quechua qusqu wanka, le rocher du hibou).

 
Un exemple de toponymie princière : le boulevard Napoléon Ier à Luxembourg.

L'attribution d'une dimension symbolique à la toponymie semble donc ancienne. Avec la conquête de Crénidès et sa subséquente retoponymisation en Philippes par Philippe II de Macédoine en 365 av. J.-C. naît le concept d'onomastique princière, qui veut que l'on donne à un lieu le nom d'une personne[24] ; parmi les nombreux exemples de cette pratique, on peut citer Césarée (l'actuelle Kayseri), Alexandrie, la République de Colombie ou encore, plus récemment, l'Île-du-Prince-Édouard ou Nelson Mandela Bay).

Lorsque le toponyme honore Dieu, un saint, une relique ou un ordre de l'église chrétienne, on parle d'hagiotoponymie. Les exemples incluent un nom honorant un saint ou une sainte (San Francisco, São Paulo, Saint-Pétersbourg, Saintes-Maries-de-la-mer...), mais peuvent également évoquer Dieu (La Trinité-sur-Mer), une église ou un monastère (Westminster, Monastir, Münster).

L'Empire romain, de par son expansion et la rigueur de ses armées, a permis de cartographier et de recenser les toponymes d'une grande partie de l'Europe et du Bassin méditerranéen. Pour d'autres régions du monde, il est parfois plus difficile d'établir une carte historique des toponymes employés à différentes époques.

Les grandes découvertes entraînent une prédominance de la toponymisation européenne dans le monde qui a pu s’établir notamment grâce à l'hagiotoponymie pratiquée par les puissances colonisatrices européennes[25]. La dénomination des îles rencontrées par les navigateurs européens participe d'une reconnaissance, d'un balisage à la fois pratique et symbolique, celui de la conquête[26].

En France, la toponymie urbaine a pendant longtemps été un accord tacite entre les habitants du lieu (toponyme d’usage) avant que le pouvoir politique, généralement communal, s'arroge le droit de baptiser les villes (toponyme de décision) au XVIIe siècle[27]. De compétence étatique, la toponymie devient progressivement compétence municipale : la loi municipale de 1884 permet de s'affranchir en partie de la tutelle automatique du préfet, qui toutefois ne disparaît qu'avec la loi de 1970 sur les libertés communales (date à laquelle les hommages aux personnalités n'exigent plus de validation préfectorale) et les lois de décentralisation en 1982, à partir desquelles le contrôle de l'État ne concerne plus que la légalité formelle des dénominations[28].

À partir des années 2010, certains toponymes sont créés ou imposés par Google via son service de cartographie Google Maps[29].

L'altération morphologique et lexicale des langues, de leur compréhension et de leur retranscription, est créatrice de quiproquos toponymiques, de réinterprétations hasardeuses[30]. Aujourd'hui, les recherches en toponymie ont permis de montrer que quelques toponymes sont pléonastiques, comme le lac Léman[31], le Golfe du Morbihan (« golfe de la petite mer »), le col de Port[32], et que d'autres ont été mal interprétés (c'est le cas des faux hagiotoponymes notamment).

Sur le temps long, le patrimoine toponymique fait souvent figure de palimpseste, révélant la succession et la juxtaposition d'expressions culturelles et idéologiques différentes sur un même territoire, comme le montrent certains contextes parlants (Algérie[33], Australie[34], États-Unis[35], Russie[36]).

Acteurs et enjeux de la toponymieModifier

Identité des acteursModifier

L'identité des acteurs impliqués dans les processus de dénomination, et de leurs représentations et intentions, fait l'objet d'études nombreuses[37]. La pratique de dénomination pose notamment d'importantes questions juridiques[38],[39].

Dans leur proposition de théorisation de la nomination politique des lieux à l'échelle mondiale, les chercheurs français Frédéric Giraut et Myriam Houssay-Holzschuch définissent trois types d'acteurs engagés : les États et l'ensemble des formes de gouvernements locaux, le secteur privé et la société civile[40],[41].

La toponymie a une dimension éminemment politique[42], au sens où son institution est le fait d'acteurs politiques et de leurs intentions, qu'il s'agisse de dirigeants politiques et économiques, de citoyens engagés, de collectifs publics ou privés. En outre, le nom du lieu est de lui-même un enjeu en ce que son choix met en présence des acteurs, des projets, des conceptions et des représentations différents potentiellement conflictuelles[43]. La toponymie peut devenir un champ de bataille idéologique. Son instrumentalisation politique s'effectue à toutes échelles, que ce soit pour marquer de façon symbolique et mémorielle un territoire, le banaliser et le déshistoriciser, ou justifier une création spatiale[43]. Certains objets deviennent les supports privilégiés de ces affrontements, comme la cartographie[44] ou les panneaux de signalisation routière.

Contextes et techniques de la dénominationModifier

Si les dénominations spontanées, héritées de l'occupation sociale de l'espace sur des temps longs, paraissent majoritaires, il existe aussi un grand nombre de dénominations « imposées » ou répondant du moins à une intention stratégique[7]. Plusieurs contextes de dénomination peuvent ainsi être identifiés[40] :

À ces contextes peuvent être associés différentes techniques et différents objectifs politiques[40] :

  • épuration des anciennes références toponymiques ;
  • instauration de nouvelles références toponymiques ;
  • restauration de références disparues ;
  • officialisation de dénominations visant à promouvoir le territoire.
Conquêtes territoriales et mouvements migratoiresModifier
 
Localisation des toponymes états-uniens portant un suffixe en -burg ou -ville, traduisant l'établissement d'une colonie de peuplement sous l'égide des puissances coloniales britannique et française.

Nombreux sont les exemples de toponymes traduisant la conquête d'un espace par un groupe. Les grandes explorations et les mouvements de colonisation (eux-encore créateurs de toponymie princière) ont été grands pourvoyeurs de toponymes aujourd'hui acceptés et consacrés. Pour les premiers, on peut évoquer par exemple la terre de Baffin, nommée en l'honneur du navigateur anglais William Baffin, ou la mer de Barents du nom du navigateur néerlandais Willem Barentsz, la toponymie du front pionnier amazonien[45] ou encore un grand nombre de toponymes insulaires en Océanie, baptisés au gré de la circulation des navigateurs européens[26]. Pour les seconds, les exemples du lac Victoria, de Johannesburg, de la Nouvelle-Guinée ou de la Nouvelle-Zélande (et l'ensemble des toponymes portant la mention nouveau ou nouvelle) sont parlants. Ces noms peuvent être sujets à des tensions identitaires et ethniques en ce qu'ils évoquent bien souvent la domination occidentale, et la violence que les conquêtes ont pu susciter. Certains toponymes sont forgés explicitement en réponse à cette domination, comme « Kanaky » utilisé par les indépendantistes à la place de « Nouvelle-Calédonie »[46].

L'étude de la toponymie peut aussi donner un éclairage sur les mouvements migratoires passés[47],[48].

À une toute autre échelle, la construction de nouvelles localités, l'aménagement de nouveaux quartiers relève aussi de ce processus de conquête territoriale. Ainsi, l'occupation de l'espace par un groupe peut transparaître dans des formes lexicales (le suffixe -acum est l'expression emblématique d'une ancienne occupation celtique, et la fabrication de nouvelles voies génère l'opportunité de nouveaux odonymes. Au-delà de la fonction primaire d'aide au repérage, la nouvelle toponymie peut être investie des intentions symboliques du pouvoir politique.

Changements de régime institutionnel ou idéologiqueModifier
 
Le processus de dénazification à l'œuvre en Allemagne après la chute du Troisième Reich se traduit notamment par l'éradication des références toponymiques aux figures de la dictature, comme Adolf Hitler.

Les « épurateurs toponymiques » cherchent à supprimer du champ de la mémoire et du paysage tout ce qui pourrait aller à l'encontre de la définition qu'ils donnent aujourd'hui de leur espace symbolique[49]. La suppression des odonymes évoquant des personnalités controversées telles Philippe Pétain, Joseph Staline, Alexis Carrel est un phénomène contemporain en France et au Canada. De même, en Espagne, les habitants de Castrillo Matajudíos ont choisi par référendum de changer le nom en Castrillo Mota de Judíos car le nom initial se traduisait littéralement par « tuez les Juifs »[50].

L'alternance des régimes politiques et des dominations influe bien souvent sur les toponymes, qu'un gouvernement peut refonder à son image. Au cours de l'Antiquité, certains exemples apparaissent déjà avant Jésus-Christ, notamment le cas de Rakhotis, renommée Alexandrie par Alexandre le Grand dans une volonté d'afficher sa puissance. De nombreuses autres villes fondées par le roi de Macédoine ont pris son nom, telles Alexandria Eskhatè, aujourd'hui Khodjent, au Tadjikistan. L'exemple d'Istanbul, précédemment Constantinople après Byzance, est célèbre. Les exemples de toponymie princière sont légion à travers l'histoire, et reflètent souvent les réalités historiques de leur époque ; ainsi, la ville de Saint-Pétersbourg, qui s'est appelée Petrograd de 1914 à 1924 avec la poussée du nationalisme slave[51], puis Leningrad à la mort de Lénine, pour retrouver son nom originel en 1991, après la chute du Parti communiste de l'Union soviétique et la disparition de l'URSS. L'indépendance des anciennes républiques soviétiques s'est accompagnée de processus de changements de toponymes, constituant notamment en l'effacement des références communistes et russophones (comme au Kazakhstan[52] ou en Ukraine[53]). De nombreux autres exemples peuvent être évoqués : parmi eux, au Canada, l'île du Prince-Édouard, autrefois appelée Île Saint-Jean, nommée en l'honneur du prince Édouard-Auguste de Kent, fils de George III du Royaume-Uni ou la Terre de la Reine-Maud, revendication norvégienne en Antarctique. Les contextes révolutionnaires et post-révolutionnaires sont riches d'opérations massives de changement des toponymes, quand ceux-ci sont clairement associés à un régime et des valeurs perçus comme obsolètes ou offensants. Une fois devenue indépendante, l'Inde a entamé un vaste processus de rectification de toponymes considérés comme relevant de l'héritage colonialiste britannique. La France révolutionnaire a associé à ses nouveaux départements des noms évacuant les références aux provinces d'Ancien Régime.

Le post-colonialisme est un important moteur de production et de tensions toponymiques. En Afrique du Sud, on a cherché à effacer les stigmates de l'apartheid[42] en supprimant des noms trop évocateurs de cet ancien régime. On peut citer en exemple la toponymisation « parallèle » de Port Elizabeth en Nelson Mandela Bay[42]. De la même manière, nombre d'anciennes colonies ont changé de nom une fois leur indépendance acquise (la Haute-Volta devenant Burkina Faso ou la Rhodésie devenant Zimbabwe). Si certaines modifications sont bien accueillies par la population en général, certains renommages suscitent l'opposition de la population, notamment dans le cadre de la polémique sur la retoponymisation de Tshwane en Pretoria[42], ou de Bombay en Mumbai. Le territoire français de Nouvelle-Calédonie connaît une patrimonialisation contrariée de sa toponymie vernaculaire, en raison du processus politique complexe d'autonomisation de l'archipel[54].

Autre exemple, celui de la transparence de la tradition électorale et politique de certaines municipalités dans la dénomination des lieux urbains (en témoignent par exemple les rues glorifiant des personnalités révolutionnaires et soviétiques dans les villes à municipalité communiste[55]). Cette toponymie communiste vient appuyer la fonction éminemment politique de l'architecture déployée dans les contextes soviétiques ou eurocommunistes[56].

Les toponymes jugés offensants sont également en voie de disparition[57]. En micro-toponymie, on en arrive à rebaptiser des lieux évocateurs de douleur ou de honte nationale.

D'autres revendications socio-politiques peuvent trouver une expression dans des mobilisations d'ordre toponymique[58] ; ainsi existe-t-il des mouvements en faveur de la féminisation des noms de rue[59], de la présence de représentants des luttes pour les droits LGBT, des minorités ethniques[60], etc.

Régionalismes et nationalismesModifier
 
Toponymes corses sous leur forme italienne, victimes du nationalisme corse.

La mondialisation et les mouvements de protections des langues minoritaires entraînent une généralisation des indications toponymiques plurilingues, notamment dans les aéroports et sur les grandes voies de communication. Cependant, une autre orientation légèrement différente a été définie « par l’Assemblée parlementaire du Conseil de l’Europe (7.10.1981) : « L’Assemblée, considérant qu’il est très important d’assurer le respect et le développement équilibré de toutes les cultures européennes, et tout simplement les identités linguistiques, (…) recommande (…) au niveau scientifique, l’adoption progressive (…) des formes correctes de la toponymie, à partir des langages originels de chaque territoire, si petit soit-il (…) ». Des vœux en ce sens avaient été votés par les trois conseils généraux de basse Bretagne dans les années 1970. »[61].

Dans l'Espagne post-franquiste, de nombreuses villes ont retrouvé leur nom catalan, galicien ou basque qui avait été castillanisé durant la dictature[46]. Les régions européennes fortement marquées par les autonomismes ou les revendications régionalistes connaissent un certain nombre de processus d'instrumentalisation de la toponymie (comme par exemple en Italie du Nord[62]). Les entreprises de francisation des noms de lieux, ou, à l'inverse, de signalisation bilingue, peuvent aussi être vécues comme des tentatives de manipulations à visée politique voire communautariste.

Dans des contextes de cohabitations ou concurrences linguistiques et culturelles, l'officialisation d'une toponymie double est parfois mise en œuvre, comme c'est le cas par exemple en Afrique du Sud[63], au Pays basque espagnol où la capitale de la communauté autonome porte le nom de Vitoria-Gasteiz, composé des toponymes castillan et basque, ou en Suisse (Biel / Bienne), ou encore en Australie, où une politique de double dénomination confère l'appellation Uluṟu/Ayers Rock au célèbre site géologique et culturel aborigène. Le nationalisme chinois au Tibet s'exerce notamment par une imposition de la sinisation de la toponymie[64].

Rapport public-privéModifier
 
La Movistar Arena de Santiago, au Chili : exemple d'infrastructure sportive dont le nom est celui d'une entreprise, suivant les principes du naming.

La toponymie questionne aussi le rapport entre les acteurs publics et privés dans l'espace. La pénétration des intérêts privés dans l'espace public se matérialise à travers les contrats de naming qui voient des enceintes sportives porter le nom de sociétés privées dans le cadre de parrainages financiers. Ces contrats peuvent concerner d'autres types de lieux, comme des lignes de transport en commun (la ligne 2 du métro de Madrid qui porte le nom de l'entreprise Vodafone entre 2013 et 2016). Certaines firmes privées sont également concrètement engagées dans la production de toponymes[29].

Marketing territorialModifier

Dans une démarche de marketing territorial, certains territoires veulent rendre le toponyme lisible et attractif, susceptible de contribuer par ses qualités au développement et à la promotion économique ou touristique du territoire. Les corpus mobilisés peuvent recourir à des références historiques, ou constituer de véritables créations contemporaines inédites.

En France, le département des Côtes-du-Nord est débaptisé en raison de la perception négative de sa dénomination et rebaptisé « Côtes-d'Armor » en 1990[65] ; il en est de même pour la ville de Châlons-en-Champagne, anciennement Châlons-sur-Marne. Plusieurs toponymes comprennent une mention supplémentaire les liant à un espace ou ensemble géographique mélioratif : ainsi est-ce le cas de nombreux ports ou aéroports (Tanger Med au Maroc[66]) ou d'intercommunalités françaises (cette ambition étant cependant explicitement prohibée pour les communes[67].

L'enjeu économique et politique du secteur touristique motive une toponymie poétique et esthétique fondée sur des référents historiques plus ou moins certifiés (les cas du Pays cathare[43] ou les dénominations de certains parcs naturels régionaux français[68] sont de bons exemples).

Combinaison des intentions et des techniquesModifier

Les techniques de la dénomination peuvent être combinées[40]. En France, l'exemple de la tentative par Georges Frêche, président du conseil régional du Languedoc-Roussillon de renommer la région Septimanie, expérience ayant suscité une polémique et s'étant soldée par un échec, mobilise à la fois, dans un contexte d'affirmation du pouvoir régional à l'égard de l'État, l'ambition de la promotion du territoire régional et de suppression d'une référence imposée par les autorités centrales, par le recours à la restauration d'un toponymie évacué d'origine médiévale. En Italie, le parti régionaliste de droite radicale de la Ligue du Nord mobilise des arguments identitaires aux destinataires variés (Rome, l'immigration étrangère, les partis de gauche) pour justifier sa politique toponymique[62].

Par ailleurs, le choix des noms des capitales d'États aux États-Unis relève simultanément d'aspirations idéologiques locales et nationales, renvoyant à des références autochtones (Cheyenne, Oklahoma City) comme européennes (Harrisburg, Boston, Bismarck, Montpelier)[35].

La toponymie comme patrimoineModifier

Comme des monuments, des œuvres d'art ou une langue, les noms de lieux, témoins et héritages d'une histoire et de cultures, appartiennent à la mémoire collective et constituent des éléments patrimoniaux[69],[30]. Par conséquent, ils peuvent faire l'objet de débats quant à la valorisation et leur préservation.

La valorisation de la toponymie en tant que patrimoine se décline en plusieurs types d'outils : publications, balades toponymiques, bases de données, conférences et communications[70]

Normalisation et gestion mondialeModifier

La normalisation toponymique apparaît essentielle[71],[72], en ce qu'elle procure des avantages techniques (la production de cartes, le fonctionnement des assistants de navigation GPS, la suppression des doublons…), économiques (le fonctionnement des services, l'adressage des livraisons…), sociaux et culturels (la communication entre les individus, la construction des identités)[7]. L'intensification de la communication et des technologies liées exige la mise en place d'une véritable gestion de l'information toponymique[7].

InstitutionsModifier

Le Groupe d'experts des Nations unies pour les noms géographiques (GENUNG)Modifier

 
Une réunion du GENUNG.

Avec la croissance exponentielle des rapports internationaux dès la moitié du XXe siècle et devant l'importance grandissante de la toponymie à l'échelle mondiale, l'ONU met en place le Groupe d'experts des Nations unies pour les noms géographiques (GENUNG) en 1959. Ce groupe a établi comme première mission la nécessité, pour chaque État, de se doter d'une autorité toponymique nationale. Il est composé de plusieurs groupes de travail thématiques.

Aux côtés du GENUNG, d'autres instances internationales édictent des avis en matière toponymique, comme l'Organisation hydrographique internationale pour la désignation des zones maritimes.

Les instances internationales peuvent viser à ce que l'ensemble de la communauté internationale se mette d'accord sur les dénominations des différentes parties prenantes, bien que ce soit pas toujours le cas, comme l'a illustré le débat autour du nom de la Macédoine.

Organismes nationauxModifier

La mise en place d'autorités toponymiques nationales, responsables de la normalisation et de la gestion toponymiques à l'échelle des États, est présentée comme préalable à toute stratégie internationale[7],[73]. Parmi ces instances figurent par exemple la Commission de toponymie du Québec, le Comité permanent des noms géographiques pour l'usage britannique, la Commission nationale de toponymie française ou le Bureau des États-Unis pour le nommage géographique. Les recommandations internationales laissent la possibilité aux organes nationaux de mettre en place des comités régionaux chargés d'une aire linguistique ou géographique.

ActivitésModifier

InventaireModifier

À diverses échelles, des organismes mettent en place des inventaires toponymiques. Ces opérations poursuivent différents buts, selon qu'elles s'intègrent à une étude scientifique ou à un projet de valorisation patrimoniale. Elles suivent une méthodologie rigoureuse[74], et sont ensuite traduites en outils de médiation[70].

La collecte des microtoponymes de tradition orale s'avère parfois compliquée, en raison de la fragilité des témoins[70], de la variabilité des sources et de la dureté de certains contextes[75].

Les opérations d'inventaire conduites par les instances nationales permettent aussi de repérer les lieux nécessitant un nom (c'est notamment ce qui a été conduit en Algérie[76].

GraphiesModifier

Les instances toponymiques internationales et nationales poursuivent l'objectif de codification et d'uniformisation des toponymes. La coordination des exonymes, la romanisation et la traduction des toponymes sont un défi majeur[33],[77],[10]. Il arrive que les préconisations soient différentes d'un État à un autre : ainsi, les usages français privilégient la francisation des toponymes étrangers, alors que les pratiques anglophones préfèrent le maintien de la toponymie locale (Cap-Vert en français, Cabo Verde en anglais)[78].

Graphie francophoneModifier

Le nom des communes et lieux-dits, comme les noms propres ont beaucoup évolué pour se stabiliser avec les règles de l'orthographe et l'établissement des cartes officielles. Les mêmes règles que pour les noms de rues (voir Noms de voies et d’organismes) s'appliquent aux unités administratives et politiques françaises ou dont le nom a été, partiellement ou totalement, francisé. La règle s’applique également à nombre de noms du domaine de la géographie physique. Les traits d’union entraînent l’apparition d’une majuscule dans tous les noms et adjectifs unis dans l’expression : trait d’union et majuscule sont donc les outils d’élaboration des noms composés des unités administratives et politiques, comme on peut le voir dans les noms de Loire-Atlantique, Scey-sur-Saône-et-Saint-Albin, Basse-Normandie, Côtes-d'Armor, Rhénanie-du-Nord-Westphalie, ou encore Virginie-Occidentale.

La partie du nom qui sera « unionisée » est ce qu’on appelle le spécifique (le nom « propre »), par opposition au générique (nom « commun »). Ainsi, dans « département du Pas-de-Calais », « département » est générique, « Pas-de-Calais » est spécifique. Dans « pas de Calais », « pas » est un générique (synonyme de détroit), « Calais » est spécifique. De même, on fera la différence entre la province de l’Île-du-Prince-Édouard et l’île du Prince-Édouard qui donne son nom à la province, entre le massif du Mont-Blanc et le mont Blanc ou entre la République du Cap-Vert et le cap Vert.

Toutefois, cette logique n'a pas été systématiquement respectée ; il serait correct que soit faite la différence entre l’Afrique du Sud comme synonyme d’« Afrique australe » et l’Afrique-du-Sud, comme État, tout comme « Timor oriental » et « Timor-Oriental », « îles Salomon » et « Îles-Salomon». De même, Provence-Alpes-Côte d'Azur, Mecklembourg-Poméranie-Occidentale ou Frioul-Vénétie-Julienne ne sont pas toujours les formes les plus courantes. L’usage n’a pas non plus retenu cette règle qui aurait permis de différencier le pays basque, région humaine et historique, et le Pays basque, l’unité administrative qu’est la Communauté autonome basque.

Au sein même du domaine francophone, les graphies peuvent varier d'un contexte national à un autre, selon que l'on considère les consignes françaises, belges ou québécoises.

Autres activitésModifier

Les instances toponymiques délivrent un certain nombre de recommandations à destination des acteurs en charge de mettre en œuvre les décisions toponymiques et de choisir les noms officiels. Outre les préconisations d'ordre lexilogique et orthographique, elles peuvent aussi exprimer des avis sur les corpus et les références mobilisés. L'utilisation de noms de personnalités est un sujet récurrent dans ce cadre. Ainsi, le Groupe d'experts des Nations unies pour les noms géographiques décourage explicitement depuis sa 8e Conférence en 2002 l'emploi du nom de personnalités vivantes dans la toponymie (position relayée par plusieurs organes nationaux)[79]. L'attribution de toponymes à caractère commercial est également prohibée par le GENUNG[80].

Les commissions toponymiques peuvent aussi contribuer à la promotion et à la valorisation du patrimoine toponymique en édictant des recommandations, et encourager l'originalité et la qualité de celui-ci. La Commission de toponymie du Québec décerne ainsi des « Coups de cœur » et « Coups de foudre » aux créations de noms de lieux de l'année qu'elle juge les plus à même de souligner la richesse du patrimoine toponymique préexistant[81],[82].

Toponymies localesModifier

Wikipédia propose une sélection d'articles relatifs aux pratiques et aux corpus toponymiques liés à une aire géographie donnée. Ces articles sont accessibles par le biais de la palette située au pied du présent article.

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. A contrario, d'autres disciplines connexes disposent d'un vocable qui diffère de celui qui désigne l'objet de l'étude, comme l'anthroponymie qui s'intéresse aux noms de famille.
  2. L'orthographe d'un même toponyme peut évoluer avec le temps, soit par altération progressive (Burdigala devenue Bordeaux), soit par réforme (Cette devenue Sète en 1927).

RéférencesModifier

  1. a b et c « Introduction à la toponymie », sur Divsion francophone du Groupe d'experts des Nations unies pour les noms géographiques (consulté le 8 octobre 2019).
  2. a et b Sylvie Lejeune, « Charte de toponymie. Toponymie du territoire français. », sur Institut national de l'information géographique et forestière, (consulté le 9 octobre 2019).
  3. Naftali Kadmon, Glossary of Toponymic Terminology, version 4.1, New York, United Nations Group Of Experts On Geographical Names, 2000
  4. Centre national de ressources textuelles et lexicales, « TOPONYMIE », sur cnrtl.fr (consulté le 9 octobre 2019).
  5. a et b Charles Rostaing, Les Noms de Lieux, Paris, Presses universitaires de France, coll. « Que sais-je ? », 1969
  6. « Dictionnaire topographique de la France - CTHS », sur cths.fr (consulté le 28 juillet 2019)
  7. a b c d et e Élisabeth Calvarin, « Formation et expertise en toponymie dans le monde francophone », sur École nationale des sciences géographiques, (consulté le 9 octobre 2019).
  8. a et b Elisabeth Zadora-Rio, « Archéologie et toponymie : le divorce », sur halshs.archives-ouvertes.fr/, (consulté le 20 novembre 2019).
  9. Jean Loicq, « La toponymie ou science des noms de lieux. Son application au patrimoine celtique de l'Ardenne », sur Université catholique de Louvain, (consulté le 24 novembre 2019).
  10. a et b Myriam Houssay-Holzschuch, « Nomen est omem. Lectures des changements toponymiques », L’Espace géographique, no 37,‎ , p. 153-159 (lire en ligne, consulté le 23 novembre 2019)
  11. Neotopo, « Appel à articles: Nominations plurielles. Quand les noms de lieux se multiplient et se concurrencent », sur neotopo.hypotheses.org, (consulté le 9 octobre 2019).
  12. Cédric Audebert, « Acteurs et enjeux de la néotoponymie des territoires ethniques des grandes métropoles aux Etats-Unis : l’exemple de Miami », L'Espace politique, vol. 2008-2,‎ (lire en ligne, consulté le 15 octobre 2019).
  13. Frédéric Giraut, Mahaman Tidjani Alou, Eeva Sippola, Lawali Dambo, Henri Kokou Motcho, « Nommer les lieux en Afrique : enjeux sociaux, politiques et culturels. Pour un observatoire des néotoponymies urbaine, géopolitique et numérique », sur Université de Genève, (consulté le 15 octobre 2019).
  14. (en) Frédéric Giraut, « Academic Bibliography on African Place Naming », sur neotopo.hypotheses.org, (consulté le 20 novembre 2019).
  15. « Récit et toponymie, Introduction », Rives nord-méditerranéennes, vol. 11,‎ , p. 5-12 (lire en ligne, consulté le 14 novembre 2019).
  16. Dimitri Tarze, Michel Tamine, Sébastien Mustière, Vincent Badeau et Jean-Luc Dupoue, « Changement climatique et toponymie. Étude de la répartition ancienne du hêtre à travers ses traces toponymiques », Revue Internationale de Géomatique,‎ (lire en ligne, consulté le 21 novembre 2019).
  17. Bernard Debarbieux et Hervé Gumuchian, « Représentations spatiales et dénominations des territoires : l'inscription toponymique des aménagements touristiques récents dans les Alpes du Nord (Savoie) », Revue de géographie alpine, vol. 75-2,‎ , p. 171-182 (lire en ligne, consulté le 14 novembre 2019).
  18. Marie-Anne Paveau, « Le toponyme, désignateur souple et organisateur mémoriel. L’exemple du nom de bataille », Mots : Les Langages du politique, vol. 86,‎ , p. 23-35 (lire en ligne, consulté le 14 novembre 2019).
  19. Éléonore Yasri-Labrique, « La Turquie, terre eurasiatique et république bicéphale. Ankara et Istanbul dans la presse française », Mots : Les Langages du politique, vol. 86,‎ , p. 37-52 (lire en ligne, consulté le 14 novembre 2019).
  20. Michelle Lecolle, « Toponymes en jeu : Diversité et mixage des emplois métonymiques de toponymes », sur halshs.archives-ouvertes.fr/, (consulté le 20 novembre 2019).
  21. Ville de Montréal, Catégories de toponymes
  22. Paul Claval, Géographie culturelle : une nouvelle approche des sociétés et des milieux, Paris, Armand Colin, 2012.
  23. Bruno Martinelli, « Toponymie et société. Contribution à l'étude de l'espace communautaire en Basse-Provence », Études rurales,‎ (lire en ligne, consulté le 23 novembre 2019).
  24. Toponymie antique et onomastique princière
  25. Sébastien Velut, « Renommer les lieux dans la mondialisation en Amérique latine », sur neotopo.hypotheses.org, (consulté le 21 novembre 2019).
  26. a et b Hélène Blais, « Comment trouver le « meilleur nom géographique » ? Les voyageurs français et la question de la dénomination des îles océaniennes au XIXe siècle », L'Espace géographique,‎ (lire en ligne, consulté le 2 octobre 2019).
  27. La toponymie urbaine. Significations et enjeux, L'Harmattan, , p. 10
  28. Alexis Douchin, « Dénommer les rues à Antony au XXe siècle. Une commune en transition odonymique », dans Sébastien Nadiras, Noms de lieux, noms de personnes (actes du colloque organisé du 2 au 5 décembre 2015 aux Archives nationales), Pierrefitte-sur-Seine, Archives nationales, (lire en ligne).
  29. a et b (en) Jack Nicas, « As Google Maps Renames Neighborhoods, Residents Fume », sur nytimes.com, New York Times,
  30. a et b Commission nationale de toponymie, « Le patrimoine toponymique. Les noms de lieu : un patrimoine vivant », sur Conseil national de l'information géographique, (consulté le 20 novembre 2019).
  31. Dictionnaire des noms de lieux – Louis Deroy et Marianne Mulon (Le Robert, 1994) (ISBN 285036195X).
  32. Marcellin Bérot, La Vie des hommes de la montagne dans les Pyrénées racontée par la toponymie, avec le concours du Centre régional des lettres de Midi-Pyrénées, 1998, Milan et parc national des Pyrénées (ISBN 2841137368)
  33. a et b Abdelffatah Nissabouri, « Toponymes maghrébins. De l'enracinement à l'internationalisation », Cahiers de sociolinguistique,‎ (lire en ligne, consulté le 21 novembre 2019).
  34. Xavier Pons, Les mots de l'Australie, Toulouse, Presses universitaires du Mirail, , 128 p. (ISBN 978-2-8581-6768-5), p. 111.
  35. a et b Christian Montès, « La toponymie comme révélateur de la construction identitaire d'un empire : (re)nommer les capitales étatsuniennes », L'Espace géographique, vol. 2008/2, no 37,‎ , p. 106-116 (lire en ligne, consulté le 15 octobre 2019).
  36. Anaïs Marin, « Toponymie d’une manie : les villes renommées de Russie », sur regard-est.com, (consulté le 21 novembre 2019).
  37. Aline Pons, « La compétence des noms de lieux comme clé pour lire la perception de l’espace des habitants de Villar Perosa », Géolinguistique, vol. 14,‎ , p. 35-56 (lire en ligne, consulté le 14 novembre 2019).
  38. Samuel Deliancourt, « Dénomination des places, voies et bâtiments publics : analyse juridique », Gazette des communes, des départements et des régions, no 1942,‎ , p. 52-54.
  39. Lucas Destrem, « La toponymie comme enjeu de la gouvernance transfrontalière : le cas des noms de stations du tramway du Grand Genève », sur neotopo.hypotheses.org, (consulté le 20 novembre 2019).
  40. a b c et d (en) Frédéric Giraut et Myriam Houssay-Holzschuch, « Place Naming as Dispositif: Toward a Theoretical Framework », Geopolitics,‎ (lire en ligne, consulté le 15 octobre 2019).
  41. Frédéric Giraut et Myriam Houssay-Holzschuch, « Pour une théorie de la nomination en toponymie politique », Neotopo,‎ (lire en ligne, consulté le 15 octobre 2019).
  42. a b c et d Elwyn Jenkins, Falling Into Place: The Story of Modern South African Place Names, Claremont, New Africa Books, 2007
  43. a b et c Frédéric Giraut, Myriam Houssay-Holzchuch, Sylvain Guyot, « Au nom des territoires ! », L'Espace géographique 2/2008 (Tome 37), p. 97-105.
  44. Philippe Pelletier, « Tumulte des flots entre Japon et Corée. À propos de la dénomination de la «mer du Japon» », Annales de géographie, no 613,‎ , p. 279-305 (lire en ligne, consulté le 20 novembre 2019).
  45. François-Michel Le Tourneau, Amazonie brésilienne : usages et représentations du territoire, Paris, Éditions de l'Institut des hautes études de l'Amérique latine, , 376 p. (ISBN 9782371540354), p. 193.
  46. a et b Henri Boyer, « Fonctionnements sociolinguistiques de la dénomination toponymique », Mots. Les langages du politique, no 86,‎ , p. 9–21 (ISSN 0243-6450, DOI 10.4000/mots.12962, lire en ligne, consulté le 28 juillet 2019)
  47. (en) Matti Kaups, « Finnish Place Names in Minnesota: A Study in Cultural Transfer », Geographical Review, vol. 56, no 3,‎ , p. 377-397 (lire en ligne, consulté le 22 octobre 2019).
  48. Dominique Juhé-Beaulaton, « Récits de migrations et toponymes. Des sources pour une histoire de l’environnement (Sud du Togo et du Bénin) », dans Nicoué T. Gayibor, L’écriture de l’histoire en Afrique. L'oralité toujours en question, Paris, Karthala, (lire en ligne), p. 255-270.
  49. Henri Dorion, Commission de toponymie du Québec, Noms et Lieux du Québec, Québec, Les Publications du Québec, 1994/1996, 978 p.
  50. « Espagne : le village « Tuez les juifs » veut changer de nom », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le 28 juillet 2019).
  51. Wladimir Berelowitch, Olga Medvedkova, Histoire de Saint-Pétersbourg, p. 27
  52. François-Olivier Seys, « Les dynamiques démographiques au Kazakhstan, un modèle spécifique depuis l’indépendance », Espace populations sociétés,‎ , p. 243-261 (lire en ligne, consulté le 22 octobre 2019).
  53. Nikita Taranko Acosta, « Ukrainisation à marche forcée », sur Le Monde diplomatique, (consulté le 20 novembre 2019).
  54. Jean Chatelier, « Comment restituer le patrimoine toponymique vernaculaire en situation postcoloniale ? Expériences néocalédoniennes », sur neotopo.hypotheses.org, (consulté le 20 novembre 2019).
  55. Xavier Desbrosse, « Héros de l'Ouest, héros de l'Est : toponymie et Guerre froide de la Libération à nos jours », dans Philippe Buton, Olivier Büttner, Michel Hastings, La Guerre froide vue d'en bas, Paris, CNRS Éditions, (ISBN 9782271078230, lire en ligne), p. 111-129.
  56. Fabien Bellat, « Architectes soviétiques, ou le socialisme à façade presque humaine », La Revue russe, no 39,‎ , p. 173-185 (lire en ligne, consulté le 25 novembre 2019).
  57. Mark Monmonier, From Squaw it to Whorehouse Meadow, Londres et Chicago, The University Of Chicago Press, 2006
  58. Tom Umbdenstcok, « Les noms de rues, nouveau terrain du jeu militant », sur Slate, (consulté le 19 novembre 2019).
  59. Union Française Soroptimist, « Alerte Média : 6% des rues rendent hommage à des femmes », sur Soroptimist, (consulté le 19 novembre 2019).
  60. Marie-Ève Lafontaine, « Les femmes et les autochtones sous-représentés », sur Le Nouvelliste, (consulté le 19 novembre 2019).
  61. Divi Kervella. Petit guide des noms de lieux bretons. Coop Breizh, 2007, p. 114.
  62. a et b Martina Avanza, « Polémiques toponymiques. La Ligue du Nord et l’usage politique du dialecte », Cultures et Conflits,‎ (lire en ligne, consulté le 14 novembre 2019).
  63. Frédéric Giraut, Sylvain Guyot et Myriam Houssay-Holzschuch, « Néotoponymie contestée à Potchefstroom / Tlokwe (Province du Nord-Ouest, Afrique du Sud) », EchoGéo, vol. 13,‎ (lire en ligne, consulté le 21 octobre 2019).
  64. Catherine Golliau, « "Les toponymes tibétains sont associés à des traditions que la sinisation supprime" », sur Le Point, (consulté le 20 novembre 2019).
  65. Christian Le Bart et Thomas Procureur, « Quand les Côtes du Nord sont devenues les Côtes d’Armor. Le département entre identité et attractivité », Mots. Les langages du politique, no 97,‎ , p. 31–44 (ISSN 0243-6450, DOI 10.4000/mots.20475, lire en ligne, consulté le 28 juillet 2019)
  66. Saïd Boujrouf et Elmostafa Hassani, « Toponymie et recomposition territoriale au Maroc : Figures, sens et logiques », L'Espace politique,‎ (lire en ligne, consulté le 22 octobre 2019).
  67. Jean-Louis Vasseur, « Changer le nom de la commune : processus facilité », Le Courrier des maires, no 327,‎ , p. 23 (lire en ligne, consulté le 22 octobre 2019).
  68. Christophe Gauchon, « L'innovation toponymique comme modalité de labellisation des territoires, l'exemple du PNR des Baronnies provençales », in Mauricette Fournier (dir.), Labellisation et mise en marque des territoires, Presses universitaires Blaise Pascal et CERAMAC, Clermont-Ferrand, 2014.
  69. Solange Wydmusch, La toponymie, un patrimoine à préserver, L'Harmattan, , 176 p. (ISBN 2-7384-7028-9).
  70. a b et c Jean-Pierre Gerfaud et Noël Poncet, « L’inventaire des microtoponymes : enjeux théoriques et méthodologiques », Géolinguistique,‎ (lire en ligne, consulté le 14 novembre 2019).
  71. Division francophone du Groupe d'experts des Nations unies pour les noms géographiques, « Une science utile et rentable », sur toponymiefrancophone.org (consulté le 8 octobre 2019).
  72. « Le Groupe d’experts sur les noms géographiques débat des avantages de la normalisation des noms géographiques à sa vingt-huitième session, ouverte au Siège de l’ONU à New York », sur un.org, (consulté le 8 octobre 2019).
  73. Ressources naturelles Canada, « Résolutions adoptées par les dix conférences des Nations unies sur la normalisation des noms géographiques 1967, 1972, 1977, 1982, 1987, 1992, 1998, 2002, 2007, 2012 », sur unstats.un.org, (consulté le 22 octobre 2019).
  74. Hélène Hudon, « Méthodologie des inventaires toponymiques », sur toponymie.gouv.qc.ca, (consulté le 14 novembre 2019).
  75. Mahaud Faas, « Calais et ses “jungles” : toponymies en questions », sur neotopo.hypotheses.org, .
  76. M. Hassen Abdellaoui, « Les bases de données des noms géographiques au service du développement durable et du patrimoine immatériel national (11th United Nations Conference on the Standardization of Geographical Names) », sur Indicateurs des Objectifs du millénaire pour le développement, (consulté le 21 novembre 2019).
  77. Afaf Said, « Enjeux politiques de la traduction des toponymes », Traduire, no 240,‎ , p. 48-58 (lire en ligne, consulté le 20 novembre 2019).
  78. « Le guide de la graphie des toponymes », sur Géoconfluences, (consulté le 20 novembre 2019).
  79. Commission de toponymie du Québec, « Exclusion des noms de personnes vivantes », sur toponymie.gouv.qc.ca (consulté le 22 octobre 2019).
  80. Marie-Ève Bisson et Marc Richard, « Projet de résolution sur les noms à caractère publicitaire », sur unstats.un.org, (consulté le 22 octobre 2019).
  81. « Coups de cœur, coup de foudre », sur Commission de toponymie du Québec, (consulté le 19 novembre 2019).
  82. Johanne Fournier, « Des noms de lieux coups de cœur au Québec », sur Le Nouvelliste, (consulté le 19 novembre 2019).

Voir aussiModifier

BibliographieModifier

Toponymie et linguistiqueModifier

  • Albert Dauzat et Charles Rostaing, Dictionnaire étymologique des noms de lieux en France, Paris, Librairie Guénégaud, (1re éd. 1963), 738 p. (ISBN 2-85023-076-6).
  • Jean Adigard des Gautries, « Les études de toponymie. Principes et méthodes d'ordre général », dans Annales de Normandie, 1952, 2e année, no 2, p. 163-167 (lire en ligne)
  • Solange Wydmusch, La toponymie, un patrimoine à préserver, L'Harmattan, , 176 p. (ISBN 2-7384-7028-9).
  • (en) Naftali Kadmon, Toponymy: the lore, laws, and language of geographical names, Vantage Press, .
  • Stéphane Gendron, La toponymie des voies romaines et médiévales : les mots des routes anciennes, Errance, , 196 p. (lire en ligne)
  • Roger Brunet, Trésor du terroir : Les noms de lieux de la France, Paris, CNRS Éditions, , 656 p. (ISBN 978-2-271-08816-1).

Toponymie critiqueModifier

  • Jean-Claude Bouvier et Jean-Marie Guillon, La toponymie urbaine : Significations et enjeux, L'Harmattan, , 256 p. (ISBN 2-7475-0656-8).
  • Dominique Badariotti, Les noms de rue en géographie. Plaidoyer pour une recherche sur les odonymes, vol. 625, Armand Colin, (ISBN 2-200-90955-1)
  • Frédéric Giraut et Myriam Houssay-Holzschuch, « Néotoponymie : formes et enjeux de la dénomination des territoires émergents », L'Espace politique, no 5,‎ (lire en ligne, consulté le 21 novembre 2019) (dossier thématique).
  • (en) Lawrence D. Berg et Jani Vuolteenaho, Critical Toponymies (Re-Materialising Cultural Geography, Ashgate Publishing, (ISBN 978-0754674535).
  • (en) Ruben Rose-Redwood, Derek Alderman et Maoz Azaryahu, « Geographies of toponymic inscription: new directions in critical place-name studies », Progress in Human Geography, no 34,‎ , p. 153-167.
  • Hervé Guillorel, « Onomastique, marqueurs identitaires et plurilinguisme. Les enjeux politiques de la toponymie et de l’anthroponymie », Droit et cultures, vol. 2012-2, no 64,‎ , p. 11-50 (lire en ligne, consulté le 20 novembre 2019).
  • Frédéric Giraut et Myriam Houssay-Holzschuch, « Pour une théorie de la nomination en toponymie politique », Neotopo,‎ (lire en ligne, consulté le 20 novembre 2019).

Articles connexesModifier

Liens externesModifier

Instances toponymiquesModifier

AutresModifier