Curé

prêtre desservant une paroisse catholique

Le curé est un prêtre catholique qui est chargé de la cure c'est-à-dire qu'il a « charge d'âmes » d'une paroisse (en latin : cura animarum). Il est nommé par un évêque, dont il est le représentant et le délégué dans la paroisse. Il doit confesser et absoudre les péchés des personnes qui le souhaitent.

Jean-Marie Vianney, saint patron des curés.

Les autres prêtres qui l'assistent sont nommés vicaires, ou prêtres habitués.

Historique et particularitésModifier

Selon les régions comme en Bretagne, le curé peut être appelé « recteur » [1]. Attention également aux faux-amis : ainsi en anglais, vicar désigne au contraire celui qui a la charge d'une paroisse, et curates les prêtres qui l'assistent éventuellement. Dans certaines régions, notamment en Bretagne, c'est le titre usuel donné au curé d'une paroisse[1]. « En français, on dit « Monsieur le curé ». Le mot curé vient du latin curatus animarum : « chargé des âmes » des paroissiens) (…) , il doit en prendre grand soin, en avoir « cure ». Mais en français de Bretagne on utilisait un mot plus ancien et plus respectable : « Monsieur le recteur », chargé de la « direction » de la paroisse, garant de la « rectitude » des conduites et des pensées des paroissiens. En breton, le respect pour son autorité était encore plus net : on disait an aotrou person (...), mot-à-mot le « seigneur personnage ». Les recteurs bretons se comportaient effectivement en maîtres de leur paroisse »[2].

Sous l'Ancien Régime en Bretagne le recteur était le prêtre responsable d'une paroisse et le curé était son adjoint, son premier vicaire. Par exemple à Crozon dans les années précédant 1789 Joseph-Louis Heussaff d'Oixant était recteur, dirigeant une paroisse disposant de onze autres prêtres ; souvent absent en raison de sa charge de vicaire général dà  Quimper, il laisait l'administration de la paroisse à son « curé » (en fait premier vicaire) Louis Meillard, secondé par neuf autres prêtres, vicaires ou prêtres habitués[3].

Le curé, assisté par ses vicaires, occupait une place centrale et jouait un rôle essentiel dans les paroisses sous l'Ancien Régime et dans une moindre mesure au XIXe siècle.

Le curé célèbre la messe, les enterrements, les mariages et les baptêmes.

En janvier 1789, Louis XVI l'atteste lui-même ; il invite tous les curés du royaume à participer à la hauteur de leur rôle aux États généraux prévus pour le 1er mai suivant. Ainsi ordonne-t-il aux gouverneurs et agents chargés de l'exécution des lettres de convocation de veiller particulièrement à remplir leur office « en appelant aux assemblées du clergé tous les bons et utiles pasteurs qui s'occupent de près et journellement de l'indigence et de l'assistance du peuple, et qui connaissent plus intimement ses maux et ses appréhensions. » Dérogeant même à son souci de simplification, le pouvoir royal les considère si indispensables qu'il les autorise à « donner leur suffrage par procuration » s'ils n'ont point de vicaires et s'ils sont à plus de deux lieues du lieu de l'assemblée (art. 14 du Règlement royal du 24 décembre 1788).

À partir du Concordat de 1801 un seul curé subsiste dans la paroisse principale de chaque canton, nommé par l'évêque du diocèse, mais devant recevoir l'agrément de l'état (via le préfet) ; les prêtres à la tête des autres paroisses (églises dites succursales) sont des desservants, nommés librement par l'évêque. Ces desservants n'étaient pas canoniquement curés et ne recevaient aucune rémunération de l'État.

L'article 9 du Concordat décrète que « les évêques doivent faire une nouvelle organisation des paroisses dans leurs diocèses, qui n'entrera en vigueur qu'après avoir obtenu le consentement du gouvernement ». L'article 10 ajoute: « Les évêques feront les nominations aux paroisses; ils ne choisiront que les personnes approuvées par le gouvernement ». Enfin l'article 14 prévoit « un salaire convenable pour les évêques et les curés » payé par l'État. Ces dispositions restèrent en vigueur jusqu'à la Loi de séparation des Églises et de l'État de 1905.

Au XXe siècle, après la loi de séparation des Églises et de l'État, chaque paroisse a été pourvue d'un curé, celui de la paroisse correspondant au chef-lieu du doyenné (généralement la paroisse du chef-lieu de canton) prenant le titre de curé-doyen.

Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

BibliographieModifier

Articles connexesModifier

Liens externesModifier

Notes et référencesModifier

  1. a et b Définitions lexicographiques et étymologiques de « recteur » du Trésor de la langue française informatisé, sur le site du Centre national de ressources textuelles et lexicales.
  2. Jean Rohou, Catholiques et Bretons toujours ? (essai sur l'histoire du christianisme en Bretagne), éditions Dialogues, Brest, 2012, (ISBN 978-2-918135-37-1)
  3. Louis Calvez, La presqu'île de Crozon, Nouvelle Librairie de France, 1975.