Kantar TNS MB

entreprise de sondages française
(Redirigé depuis TNS Sofres)

Kantar TNS MB
logo de Kantar TNS MB

Création 1963
Dates clés 17 novembre 1997 : immatriculation de la société actuelle

12 avril 2019 : fusion avec MB

Fondateurs Pierre Weill
Forme juridique Société par actions simplifiée à associé unique
Siège social Paris
Drapeau de France France
Direction Ketty De Falco (depuis 2018)
Actionnaires Taylor Nelson SofresVoir et modifier les données sur Wikidata
Activité études de marché et sondages
Société mère TNS (Kantar, WPP)
Effectif 513 en 2018
Site web tns-sofres.com

Chiffre d'affaires 83 961 700 € en 2018
Résultat net 14 054 300 € en 2018[1]

Kantar TNS MB, anciennement Taylor Nelson Sofres (Société française d'enquêtes par sondages), est une entreprise de sondages française, créée en 1963 par Pierre Weill. Kantar TNS MB fait partie du groupe international d'études marketing et de sondages TNS acquis par WPP et intégré à Kantar en 2008.

HistoireModifier

  • 1963 : création de la Sofres par Pierre Weill.
  • 1992 : la Sofres acquiert Secodip.
  • 1995 : la Sofres acquiert le réseau Frank Small en Asie.
  • 1997 : la Sofres acquiert Intersearch (États-Unis).
  • 1997 : Taylor Nelson AGB et la Sofres fusionnent - Naissance de Taylor Nelson Sofres.
  • 2003 : le groupe Taylor Nelson Sofres devient TNS et acquiert NFO.
  • 2008 : rachat du groupe TNS par WPP pour 1,5 milliard d’euros. Il intègre Kantar, le réseau mondial Etudes de WPP
  • , le groupe britannique WPP délocalise son siège à Jersey[2]
  • 2009 : TNS Sofres et Research International se rapprochent[3],[4]
  • , Martin Sorrell le PDG du groupe WPP, lance un plan d'économie visant la diminution de 6 % ses effectifs afin d’arriver à un nombre d’employés, au sein du groupe, de 106 000[5].
  • , un projet de plan de sauvegarde pour l’emploi (PSE) est présenté aux représentants du personnel des établissements de TNS Sofres Montrouge et Research International dans le cadre de la fusion des deux sociétés. Ce plan projette la suppression de 59 postes et la création de 11 sur un total de plus de 600 employés. À l'issue du PSE, Marc Papanicola (DG de Research International France) et Yannick Carriou (DG de TNS Sofres) décident de quitter la société "fusionnée" (respectivement en et ).
  •  : Edouard Lecerf et Laurent Guillaume sont nommés DG de TNS Sofres.
  •  : Laurent Guillaume, DG & CEO TNS Sofres ; Edouard Lecerf rejoint le groupe TNS en tant que directeur monde des activités Politique & Opinion ; Emmanuel Rivière, directeur Stratégies d'opinion ; Guénaëlle Gault, Chief digital Officer TNS Europe du Sud-France-Benelux
  •  : TNS Sofres s'installe à Paris, 3 avenue Pierre Masse, dans le XIVe arrondissement
  • 2016 : la société prend le nom de Kantar TNS.
  •  : Jean-Michel Janoueix est remplacé par Ketty De Falco
  • 12 janvier 2019 : Taylor Nelson Sofres fusionne avec Millword Brown[6] et prend le nom de Kantar TNS MB[7].

Identité visuelle (logo)Modifier

ÉlectionsModifier

La Sofres réalise, dès la fin des années 1960, des estimations des résultats lors des élections nationales pour le compte de l'ORTF[8], puis pour de TF1[9]. De 2009 à 2012, elle assur le service pour France 2, France 3 et les radios du service public (France Inter et France Info notamment), en partenariat avec Logica. Pour l'élection présidentielle et les élections législatives de 2012 ainsi que les élections municipales et européennes de 2014, TNS Sofres s'associe avec Sopra pour réaliser des estimations pour TF1.

PolémiquesModifier

Le , un sondage commandé à l'entreprise TNS Sofres par Le Nouvel Observateur place François Hollande en tête aux premier et second tours de l'élection présidentielle[10]. Jusque-là placé en troisième position, il devance largement Martine Aubry, suscitant la suspicion de Jean-Luc Mélenchon[11].

Dans une mise au point datée du , la Commission des sondages « exprime des réserves sur le caractère significatif des intentions de vote publiées qui ne reflètent pas les résultats de l’enquête »[12].

Autre polémique, Sébastien Auzière, le fils de Brigitte Macron devient, en janvier 2016, Senior Vice-Président de la société Kantar, ce qui a déjà suscité des rejets de certains sondages, notamment avec Marine Le Pen[13].

RéférencesModifier

Lien externeModifier