Ouvrir le menu principal

Mouvement des citoyens (France)

parti politique français
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Mouvement des citoyens et MDC.

Mouvement des citoyens
Image illustrative de l’article Mouvement des citoyens (France)
Logotype officiel.
Présentation
Premier secrétaire Jean-Marie Alexandre
Fondation 1-2 mai 1993
12 novembre 2018 (refondation)
Scission de PS (1993)
MRC (2018)
Disparition 25 avril 2003
Fusionné dans MRC (2003)
Siège 9, rue du Faubourg-Poissonnière
75009 Paris (1993-2003)
235, route de Béthune
62300 Lens (depuis 2018)
Fondateurs Jean-Pierre Chevènement
Max Gallo
Positionnement Gauche
Idéologie Républicanisme de gauche
Socialisme démocratique
Souverainisme
Couleurs rouge, bleu
Site web lemouvementdescitoyens.fr
Présidents de groupe
Assemblée nationale Valérie Rabault (SOC)
Sénat Patrick Kanner (SOC)
Représentation
Députés
1 / 577
Sénateurs
1 / 348
Conseillers départementaux
2 / 36 635
Maires
3 / 36 635

Le Mouvement des citoyens (MDC) est un parti politique cofondé en 1993 par Jean-Pierre Chevènement et Max Gallo sur la base du Centre d'études, de recherches et d'éducation socialiste (CERES), un des courants présents à la fondation du Parti socialiste lors du congrès d'Épinay en 1971. Il a été refondé en 2018.

Pour la présidentielle de 2002, le parti est englobé au sein du rassemblement baptisé Pôle républicain ; il se fond officiellement au sein de ce dernier après le scrutin présidentiel. En janvier 2003, Jean-Pierre Chevènement fonde un nouveau parti, le Mouvement républicain et citoyen (MRC).

Fin 2018, le Mouvement des citoyens est relancé par 223 délégués opposés au rapprochement du MRC avec La France insoumise.

Sommaire

HistoriqueModifier

Le MDC de Jean-Pierre Chevènement (1992-2003)Modifier

Le MDC a été fondé après la guerre du Golfe, les membres du CERES étant opposés à l'orientation du Parti socialiste lors du conflit ; et avant le référendum sur le Traité de Maastricht. Son symbole était une cerise, allusion au Temps des cerises.

 
Logo jusqu'en 2003.

Aux élections européennes de 1994, la liste « L'autre politique » conduite par Jean-Pierre Chevènement obtient 2,54 % (494 986 voix). Elle se réclame de l'opposition de gauche au traité de Maastricht et réunit des candidats socialistes (MDC), communistes (Anicet Le Pors, ex-PCF), féministes (Gisèle Halimi, Béatrice Patrie), radicaux (Claude Nicolet, Henri Caillavet) et gaullistes (Pierre Marie Gallois, Pierre Dabezies)[1].

Aux élections législatives de 1997, le MDC participe à la « gauche plurielle » et obtient sept élus (Jacques Desallangre, Roland Carraz, Michel Suchod, Jean-Pierre Michel, Georges Sarre, Pierre Carassus, Jean-Pierre Chevènement) et un apparenté (Gérard Saumade), qui siègent au groupe RCV. Plusieurs députés socialistes rejoignent ensuite le MDC (Jean-Pierre Pernot, Bernard Seux). Jean-Pierre Chevènement est nommé ministre de l'Intérieur du gouvernement de Lionel Jospin.

Cette participation au gouvernement va créer progressivement des désaccords puis une crise au sein du MDC avec le départ d'un certain nombre d'adhérents et de responsables locaux après la décision imposée par la direction du mouvement, contre l'avis notamment du congrès de Créteil en février 1999, de faire liste commune avec le PS aux élections européennes sur une orientation d'accompagnement du traité de Maastricht et de la régionalisation.

Après sa démission du gouvernement en août 2000 à la suite d'une divergence survenue avec Jospin sur la question corse, Jean-Pierre Chevènement se présente à l'élection présidentielle du 21 avril 2002 comme candidat du Pôle républicain (rassemblement de républicains de plusieurs bords). Il obtient 5,33 % (1 518 528 voix).

Le 12 mai 2002, après le scrutin présidentiel, le MDC s'auto-dissout pour mieux associer les personnalités ralliées dans la campagne présidentielle dans le Pôle républicain, dans la perspective des élections législatives[2]. Ce dernier n'obtiendra aucun élu lors du scrutin législatif (contre 8, dont un apparenté, pour le MDC en 1997).

Ce sérieux revers provoque le délitement du Pôle républicain et le départ de nombreux militants de l'ex-MDC dans l'Association pour une gauche républicaine (AGR), autour de l'ancien député Jean-Pierre Michel et fondent la Coordination nationale de la gauche républicaine.

En janvier 2003, le Mouvement républicain et citoyen est fondé : il est pour la plupart constitué d'anciens membres du MDC et se veut donc son continuateur au sein du Pôle républicain.

2018 : Refondation du MDCModifier

Opposés au rapprochement du MRC avec La France insoumise et au projet de fusion avec le mouvement Alternative pour un programme républicain, écologiste et socialiste d'Emmanuel Maurel, 223 délégués (principalement des Hauts-de-France) votent à l'unanimité la refondation du Mouvement des citoyens et élisent Jean-Marie Alexandre président. Les deux parlementaires du MRC, Sabine Van Heghe (sénatrice du Pas-de-Calais) et Christian Hutin (député du Nord), participent à cette refondation[3],[4],[5].

Directions nationales du MDCModifier

Liste des présidents du MDC
1992-1993 : Max Gallo
1993-2001 : Jean-Pierre Chevènement
2001-2003 : Georges Sarre
Liste des secrétaires généraux du MDC
1992-1995 : Jean-Luc Laurent
1995-1998 : Michel Suchod
1998-2003 : Paul Loridant
Liste des premiers secrétaires du MDC
depuis 2018 : Jean-Marie Alexandre

ÉlusModifier

Lien externeModifier

RéférencesModifier