François Jacob

biologiste français

François Jacob (né le à Nancy et mort le [1],[2] à Paris[3]) est un biologiste et médecin français.

François Jacob
François Jacob nobel.jpg
Fonctions
Chancelier
Ordre de la Libération
-
Fauteuil 38 de l'Académie française
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 92 ans)
ParisVoir et modifier les données sur Wikidata
Sépulture
Nationalité
Formation
Activités
Enfant
Autres informations
A travaillé pour
Domaine
Membre de
Distinctions

En 1965, il est récompensé du prix Nobel de physiologie ou médecine[4].

Il est chancelier de l'ordre de la Libération de 2007 à 2011.

BiographieModifier

Jeunesse et familleModifier

Né le 17 juin 1920 à Nancy et d'origine juive[5], François Jacob est le fils unique de Simon Jacob et de Thérèse Franck (morte en juin 1940). Son grand-père maternel, Albert Franck (1868-1936), polytechnicien (X1887), est le « premier juif à atteindre le grade de général de corps d'armée »[6].

Engagement durant la Seconde Guerre mondialeModifier

Après sa scolarité au lycée Carnot de Paris, il s'inscrit à la faculté de médecine de Paris avec l'intention de devenir chirurgien. Ses études de médecine sont interrompues avant la fin de la deuxième année : en juin 1940, il quitte la France pour rejoindre les Forces françaises libres à Londres. C'est en qualité d'officier du Service de santé des armées qu'il participe aux opérations militaires au Fezzan et en Tripolitaine (Libye), ainsi qu'en Tunisie, où il est blessé par des éclats de mortier au bras. Il passe ensuite dans la Deuxième DB. Lors de la campagne de Normandie en août 1944, il est à nouveau blessé, cette fois grièvement (son bras et sa jambe reçoivent 80 éclats de grenade aérienne), et doit passer sept mois à l'hôpital d'instruction des armées du Val-de-Grâce. Il est nommé médecin lieutenant à titre exceptionnel le [7].

Après la guerre, il termine ses études de médecine à Paris, où il soutient en 1947 une thèse consacrée aux propriétés de la tyrothricine[8], un antibiotique à usage local qui avait été isolé dès 1939 par René Dubos, et qui fut le premier antibiotique commercialisé[9]. La même année, il épouse la pianiste Lysiane Bloch, avec qui il aura quatre enfants : Pierre, qui devint philosophe, les jumeaux Laurent et Odile (fondatrice des éditions Odile Jacob), et Henri. Veuf, il se marie en secondes noces avec le docteur Geneviève Barrier, directrice du SAMU à Paris.

Humaniste, il a notamment signé, avec d'autres lauréats du prix Nobel, un appel demandant qu'une délégation du Comité des droits de l'enfant de l'ONU rende visite à un enfant tibétain en résidence surveillée depuis 1995 en Chine, Gendhun Choekyi Nyima, reconnu comme 11e panchen-lama par le 14e dalaï-lama, Tenzin Gyatso.

Les honneurs militaires lui sont rendus le 24 avril 2013 dans la Cour d'honneur des Invalides, en présence du président de la République.

Carrière scientifiqueModifier

Ses blessures de guerre lui interdisant d'exercer la chirurgie, il travaille d'abord dans d'autres domaines (sulfamide et pénicilline), jusqu'en 1950 où il entre à l'Institut Pasteur sous la direction d'André Lwoff.

En 1956, il est nommé directeur de laboratoire et, en 1960, chef du service de génétique cellulaire qui venait d'être créé à l'Institut Pasteur. Lorsque le Collège de France crée à son tour une chaire de génétique cellulaire, en 1964, il en devient le professeur.

L'importance de ses travaux sur l'ADN et l'ARN, et la célébrité que lui confère le prix Nobel (1965), le font recevoir comme membre étranger de nombreuses académies : Académie royale danoise des sciences et des lettresAmerican Academy of Arts and SciencesNational Academy of Sciences des États-Unis – American Philosophical SocietyRoyal Society de Londres – Académie royale de médecine de BelgiqueNew York Academy of SciencesInternational Academy of the History of ScienceAcadémie hongroise des sciencesAcadémie royale des sciences d'Espagne.

Il est aussi docteur honoris causa des universités de Chicago, du Mount Sinaï Medical Center de New York, Humboldt de Berlin, Bruxelles, Barcelone, l'institut Weizmann d'Israël, l'Université Rockefeller de New York, Oxford, Rome, Lisbonne, Bologne, Harvard, Athènes, Crète, Montréal, Valence, Madrid, Istanbul.

Principaux travauxModifier

C'est en 1951 qu'il achève ses études de biologie et en 1954 qu'il soutient à la Sorbonne une thèse de doctorat en biologie consacrée à la lysogénie bactérienne (c’est-à-dire l'état d'une bactérie ayant intégré une partie du matériel génétique d'un virus bactériophage) et au concept de provirus (un provirus ou prophage étant le nom donné au génome dormant du bactériophage une fois intégré à celui de la bactérie hôte). Dans ce travail, il décrit notamment les conséquences biochimiques des mutations ponctuelles du génome bactérien. C'est ainsi qu'il parvient à expliquer la résistance des bactéries aux prophages par l'existence de mécanismes génétiques capables de freiner l'activité des gènes des prophages.

En 1954, commence, avec Élie Wollman, une collaboration féconde de plusieurs années, qui leur permettra de mieux comprendre les liens et les relations entre le matériel génétique de la bactérie et celui de son prophage, ainsi que la conjugaison entre bactéries. Ils élaborent ensemble plusieurs théories nouvelles, pour expliquer l'échange de gènes entre bactéries au cours d'une conjugaison, pour démontrer la structure circulaire du chromosome des bactéries et l'existence des plasmides. Leurs résultats sont rassemblés dans l'ouvrage Sexualité et génétique des bactéries.

En 1958, les analogies remarquables entre la lysogénie et la possibilité d'induire chez certaines bactéries la synthèse de la lactase (l'enzyme permettant de décomposer le lactose) permettent à François Jacob et à Jacques Monod d'élucider les mécanismes génétiques responsables de l'échange de gènes entre bactéries. Ces échanges confèrent aux bactéries des propriétés nouvelles en leur permettant, par exemple, de synthétiser des protéines. C'est ainsi qu'ils découvrent l'opéron lactose de la bactérie Escherichia coli, qui révolutionne la compréhension de la régulation de l'expression chez les bactéries, à l'origine du développement du génie génétique. En conclusion de ce travail, Jacob et Monod ont mis au point un modèle décrivant l'interaction des différents types de gènes et des protéines lors de la transcription de l'acide ribonucléique (ARN).

Dans les années 1970-1980, il écrit des ouvrages qui défendent une approche biologisante, La logique du vivant, Le jeu des possibles[10],[11].

Il fut membre du conseil d'administration du Centre Royaumont pour une Science de l’Homme.

Distinctions et décorationsModifier

Œuvre littéraireModifier

Notes et référencesModifier

  1. « Décès du professeur François Jacob », sur l’Académie française,
  2. « in memoriam François Jacob », sur l’Académie des sciences (France)
  3. « Francois Jacob (French biologist) », sur l’Encyclopædia Britannica
  4. Son allocution, Les contradictions du chercheur, prononcée lors de la remise du prix est reproduite dans Lwoff, Monod, Jacob à Stockholm, Le Figaro littéraire no 1027 du jeudi 23 décembre 1965, p. 4
  5. « Kaddish pour la disparition du Prix Nobel François Jacob », dans IsraelValley News, 22 avril 2013, en ligne, annonçant que lors de l’enterrement de François Jacob, le Kaddish sera lu par sa famille.
  6. Damien Mascre, « François Jacob, prix Nobel de médecine et résistant, est mort », Le Figaro.fr, publié le 21 avril et mis à jour le 22 avril 2013, (consulté le 23 avril 2013)
  7. François Jacob, biographie sur le site de l'Ordre de la Libération
  8. François Jacob, Étude expérimentale et clinique sur la tyrothricine, Paris, Foulon, , 170 p. (OCLC 603185042)
  9. (en) « Tyrothricin », sur global.britannica.com Encyclopædia Britannica (consulté le 20 février 2015)
  10. Sébastien Lemerle, « Les habits neufs du biologisme en France », Actes de la recherche en sciences sociale, nos 176-177,‎ , p. 75
  11. Sébastien Lemerle : Le singe, le gène et le neurone, Éditeur : Presses universitaires de France, Coll.: Science, histoire et société, 2014, (ISBN 2130621597)

Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

BibliographieModifier

  • Jérôme Estrada de Tourniel, Les combattants de l'aube : les Compagnons de la Libération d'origine lorraine, Éditions Serpenoise, 2014
François Jacob étant Nancéien, un chapitre de cet ouvrage lui est consacré.

Articles connexesModifier

Liens externesModifier