Ouvrir le menu principal

Rebecca Harms

personnalité politique allemande

Rebecca Harms
Illustration.
Rebecca Harms en avril 2011
Fonctions
Co-présidente du Groupe des Verts/Alliance libre européenne au Parlement européen

(7 ans, 6 mois et 7 jours)
Avec Daniel Cohn-Bendit (2009-2014)
Philippe Lamberts
(2014-2016)
Législature 7e et 8e
Prédécesseur Monica Frassoni
Successeur Ska Keller
Députée européenne

(14 ans, 8 mois et 29 jours)
Élection 14 juin 2004
Réélection 7 juin 2009
25 mai 2014
Législature 6e, 7e et 8e
Groupe politique Verts/ALE
Biographie
Date de naissance (62 ans)
Lieu de naissance Uelzen (RFA)
Nationalité Allemande
Parti politique Alliance 90 / Les Verts

Rebecca Harms (née le à Uelzen) est une femme politique allemande membre de l'Alliance 90 / Les Verts.

BiographieModifier

Carrière professionnelleModifier

Elle a commencé à travailler dans le paysagisme, avant de devenir assistante d'Undine von Blottnitz, en 1984, au Parlement européen. Harms a ensuite fait de nombreux documentaires[1].

Landtag de Basse-SaxeModifier

Elle a été élue au Parlement de Basse-Saxe en 1994, conservant son mandat jusqu'en 2004. Elle vit dans la région de Wendland, connue internationalement pour le projet de stockage des déchets radioactifs dans le village de Gorleben.

Parlement européenModifier

Lors des élections européennes de 2004, elle a été élue au Parlement européen, où elle siège au sein du groupe des Verts/Alliance libre européenne. Elle a été réélue en 2009 et en 2014.

Lors de la commémoration de la catastrophe nucléaire de Tchernobyl, elle a commandé une contre-expertise, le rapport TORCH, pour le compte des Verts européens[2]. Celui-ci avait pour but de réviser les conclusions du rapport de 2005 sur les conséquences de Tchernobyl, rédigé par le Forum de Tchernobyl, qui rassemble l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA), l'Organisation mondiale de la santé (OMS), le Programme des Nations unies pour le développement (PNUD), ainsi que les gouvernements de Biélorussie, d'Ukraine et de Russie. Le rapport de 2005 du Forum de Tchernobyl prétendait notamment qu'on ne pouvait attribuer à Tchernobyl que la mort de 56 personnes jusqu'à présent. Harms s'est positionnée en particulier pour mettre fin à l'accord liant l'AIEA à l'OMS, en arguant que cette connexion entre un organisme proche du lobby nucléaire et une agence de santé nuit à l'indépendance des expertises de cette dernière.

RéférencesModifier

  1. Biographie en Allemand
  2. (en) « Torch: THE OTHER REPORT ON CHERNOBYL », sur www.chernobylreport.org (consulté le 18 avril 2018)

Liens internesModifier

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :