Valeurs actuelles

magazine d'actualité hebdomadaire français de droite conservatrice

Valeurs actuelles
Image illustrative de l’article Valeurs actuelles

Pays Drapeau de la France France
Langue Français
Périodicité Hebdomadaire, parution le jeudi
Genre Magazine d'actualité
Prix au numéro 5,50 €
Diffusion 110 927[1] (diffusion France payée) ex. (2020)
Fondateur Raymond Bourgine
Date de fondation 1966 (il y a 55 ans)
Ville d’édition Clichy

Propriétaire Groupe Valmonde
Directeur de publication Erik Monjalous
Directeur de la rédaction Geoffroy Lejeune
Rédacteur en chef Mickaël Fonton et Raphaël Stainville (France)
Antoine Colonna (monde)
Frédéric Paya (économie, finance)
Laurent Dandrieu (culture)
Louis de Raguenel (défense, police, justice)
ISSN 0049-5794
ISSN (version électronique) 2490-9300
Site web valeursactuelles.com

Valeurs actuelles est un magazine d'actualité d'opinion hebdomadaire français, créé en 1966 par Raymond Bourgine.

À l'origine revue d'information boursière reprenant le contenu de l'hebdomadaire Finance, Valeurs actuelles devient peu à peu un journal d'opinion et généraliste. Sa ligne éditoriale libérale-conservatrice se radicalise en 2012 avec l'arrivée d'Yves de Kerdrel à sa tête. Le titre est classé à l'extrême droite de l'échiquier politique par la plupart des observateurs.

Il fait partie du groupe Valmonde.

Historique du journalModifier

Années BourgineModifier

L'origine du titre remonte à la création de l'hebdomadaire Finance en 1957, édité par la Compagnie française de journaux (CFJ).

En 1966, Raymond Bourgine crée le titre Valeurs actuelles. Il le dirige pendant plus de vingt ans, jusqu'à sa mort en 1990, à l'âge de 65 ans.

De 1966, où le titre devient Valeurs actuelles jusqu'au milieu des années 1980, diverses personnalités, dont Paul Chambrillon qui assure la critique dramatique et la chronique gastronomique, contribuent à l'essor puis au rayonnement de la publication.

L’écrivain antisémite et collaborationniste Lucien Rebatet y a tenu une critique cinéma de la fondation du journal en 1966 à sa mort en 1972, sous le pseudonyme de François Vinneuil[2].

Histoire récenteModifier

1990-2006Modifier

Passé après la mort de Raymond Bourgine, en 1990, sous le contrôle de Marc Ladreit de Lacharrière[3], le groupe Valmonde est ensuite devenu une filiale à 100 % de la holding Dassault communication de Serge Dassault.

2006-2012Modifier

En , Sud Communication, dont le propriétaire est Pierre Fabre, est devenu actionnaire majoritaire de Valmonde à hauteur de 66,66 % du capital. Les 33,34 % restant détenus par Dassault jusqu'en , puis également cédé à Sud communication. Toutefois, le conseil de surveillance reste présidé par Olivier Dassault, et son directoire par Pierre-Yves Revol. Le groupe Valmonde a été dirigé de 2006 à par Guillaume Roquette.

Avec le lancement d'une nouvelle formule en , Le titre a accéléré l'augmentation de sa diffusion payée, de + 7,5 % en 2007, et + 8,5 % sur le premier trimestre 2008[4].

La nouvelle formule est marquée par une augmentation de 10 % de la pagination et l'arrivée de nouveaux chroniqueurs.

Le journaliste François d'Orcival signe chaque semaine l'éditorial de Valeurs actuelles. Depuis le , il est président du comité éditorial du groupe Valmonde qui publie également Le Spectacle du monde, disparu en 2014.

Chaque semaine, la lettre de M. de Rastignac, référence à Eugène de Rastignac, personnage d'Honoré de Balzac, présente de façon humoristique l'actualité politique française dans le style de l'écrivain, les noms des personnalités politiques étant modifiés. Nicolas Sarkozy y est par exemple Martial Kropoly.

2012-2015Modifier

L'hebdomadaire fut, jusqu'à sa mort, propriété de Pierre Fabre, propriétaire du laboratoire du même nom.

Depuis le , le directeur général du groupe est Yves de Kerdrel. Ce dernier est aussi chroniqueur économique au Figaro depuis 2005 après avoir été éditorialiste aux Échos de 1999 à 2005. Yves de Kerdrel a été membre de la Commission pour la libération de la croissance française, membre du Conseil pour la diffusion de la culture économique, et membre de la commission du dialogue économique du Medef. Il est toujours membre du Comité d'éthique de l'instance patronale.

Le , Valeurs actuelles change de formule et vise une diffusion de 100 000 exemplaires[5]. Six mois après le lancement de cette nouvelle formule, les ventes en kiosques affichaient une hausse de 50 % alors que dans le même temps celles du Point et du Figaro Magazine étaient en repli[réf. nécessaire].

Le directeur général Yves de Kerdrel brosse le portrait de son lectorat en 2013 : « le profil type est un Français bourgeois, rural, de profession libérale, avec des préoccupations très provinciales. Il est contre le politiquement correct et contre le parisianisme »[6].

Depuis 2015Modifier

Le groupe Pierre Fabre cède en le titre à Privinvest Médias, du groupe Privinvest, appartenant au trio Iskandar Safa, Étienne Mougeotte et Charles Villeneuve[7],[8].

Yves de Kerdrel, directeur général de l'hebdomadaire, annonce un partenariat avec le site d'actualité Boulevard Voltaire dans le cadre des « Rendez-vous de Béziers », événement à l'initiative du maire de la ville Robert Ménard, rassemblant divers personnalités et politiques de droite et d'extrême droite[9].

À l'issue d'un conseil d'administration tenu le , le groupe Valmonde & Cie annonce le départ d'Yves de Kerdrel, qui quitte ses fonctions de directeur général « afin de mener à bien de nouveaux projets », mais qui demeure éditorialiste. Il est remplacé par Erik Monjalous, ancien directeur commercial et marketing de l’agence France-Presse, passé par L'Opinion[10].

En , l'éditeur du journal, le groupe Valmonde, porte plainte pour « abus de confiance, escroquerie, faux, usage de faux, complicité et recel de ces délits ». En effet, depuis 2002, plusieurs millions d'euros auraient été détournés par un cadre de Valeurs actuelles grâce à un système de surfacturation, avec la complicité d'une entreprise extérieure. Si le nom du cadre incriminé n'est pas révélé, il s'agirait, selon Libération, « d'un cadre haut placé dans la hiérarchie de l’entreprise, une sorte de numéro 2, qui avait la main sur la gestion des sous-traitants et sur une partie de la comptabilité de l'entreprise »[11],[12].

Mi-, Valeurs Actuelles lance un média vidéo sur YouTube, baptisé VA+ qui se fixe pour objectif de concurrencer Konbini, Brut et AJ+[13].

Malgré le départ d'un nombre croissant d'annonceurs ne souhaitant plus être associés à la ligne très droitière de l'hebdomadaire, la société éditrice de Valeurs actuelles, Valmonde, affiche un chiffre d'affaires record en 2020 selon La Lettre A[14]. Toujours selon La Lettre A, l'hypothèse d'une candidature d'Éric Zemmour à l'élection présidentielle de 2022 fait augmenter les ventes de Valeurs actuelles ; l'entretien fleuve que Zemmour a consacré à l'hebdomadaire en août 2021 s'est s'est vendu à plus de 39 500 exemplaires contre 21 500 ventes en moyenne sur l'année 2020[15].

Identité visuelle (logotype)Modifier

Positionnement politiqueModifier

Le magazine est défini par le président de son comité éditorial, François d'Orcival, entré au magazine en 1968, comme « libéral en économie et conservateur sur les sujets de société »[16].

Selon Le Monde, Valeurs actuelles a une ligne éditoriale conservatrice, « plus à droite que celle du Figaro », qualifiant le titre de « journal qui veut tirer la droite vers la droite ». Le quotidien observe que cette ligne éditoriale se durcit depuis 2012 et que l'hebdomadaire « multiplie les couvertures « choc » sur l’islam ou l’immigration, autant de signaux envoyés à un électorat de droite radicalisé et parfois tenté par le Front national »[16],[17]. En 2018 à l'occasion du départ d'Yves de Kerdrel, l’hebdomadaire parle d'un « positionnement « buissonnien » de Valeurs actuelles, du nom de Patrick Buisson, l’ancien conseiller de Nicolas Sarkozy, situé aux confins de la droite et de l’extrême droite », qu'un des actionnaires veut « recentrer » le journal « jugée trop à droite ou à l’extrême droite ». Geoffroy Lejeune, son remplaçant, est « proche de Marion Maréchal » qui « a un peu durci une ligne très à droite fixée par M. de Kerdrel », par exemple en recrutant Charlotte d'Ornellas ou en faisant une couverture controversée aux « accents antisémites » contre George Soros[10]. En 2019 Le Monde qualifie Valeurs actuelles d'« hebdomadaire qui relaie volontiers les obsessions de l’extrême droite » alors qu'Emmanuel Macron qui veut « séduire l’électorat conservateur » accorde à celui-ci le premier entretien d'un président de la République depuis Jacques Chirac, Valeurs actuelles étant « souvent tenu à distance par les pouvoirs et soucieux de banalisation »[18].

Pour L'Obs, cette radicalisation est concomitante de l'arrivée d'Yves de Kerdrel à la tête de la rédaction en , qui adopte « un axe résolument conservateur, structuré autour de ses obsessions identitaires. Une thématique dans la droite ligne de son poulain Nicolas Sarkozy, ravi d’être régulièrement mis à l’affiche dans la perspective de 2017 »[19].

Selon Libération qui le qualifie de « très réactionnaire », le magazine se situe politiquement à l'extrême droite[20], à la suite d'un repositionnement résultant d'une radicalisation par opportunisme. Le journal cite Yves de Kerdrel : « Il y avait une part de marché à prendre. La France des invisibles gronde, le pays se droitise. Je laboure un terrain plus important qu’en 2012 »[21],[22],[23]. L'Express considère que ce positionnement suit la radicalisation des électeurs et est à l'origine de l'explosion des ventes du journal[24].

Dans Les Années 30 sont de retour, coécrit par les journalistes Renaud Dély et Claude Askolovitch et les historiens Pascal Blanchard et Yvan Gastaut, le repositionnement politique du magazine est mis en perspective avec une autre période historique : « Derrière la radicalisation de Valeurs actuelles, on ne trouve pas un militant marginal d'extrême droite mais un journaliste économique parfaitement intégré, Yves de Kerdrel, passé par le quotidien de référence Les Échos puis Le Figaro, qui a lancé un site internet d'information économique, Wansquare, qui adhère à tous les dogmes libéraux. Cette modernité est aussi un rappel des années 1930, quand la bascule à l'extrême droite se faisait à l'ombre du grand patronat. Il y a, dans l'air du temps, de quoi nourrir, capter, enrichir la radicalisation. Il va la saisir et l'entretenir. À l'été 2014, c'est dans Valeurs actuelles que Nicolas Sarkozy fait miroiter son retour en politique : le point idéologique moyen de la droite a bougé. »[25]

En 2016, Yves de Kerdrel intervient à une réunion de la « droite hors les murs », « frange de la droite qui ne se reconnaît ni dans le Front national ni dans Les Républicains » organisée par Robert Ménard, maire de Béziers, dont il a fait Valeurs Actuelles « partenaire de son rendez-vous, afin d’élargir la surface médiatique et politique de l’événement » selon Le Monde. Il y déclare : « Nous sommes conscients que la droite « hors les murs » représente l’essentiel de notre lectorat ». Robert Ménard fait la même semaine la une de Valeurs Actuelles intitulée « « Les dynamiteurs de la droite » au coté de Marion Maréchal-Le Pen, Éric Zemmour, Philippe de Villiers et Denis Tillinac[26].

Lors du changement de propriétaires en 2016, onze salariés sur cinquante quittent le journal, en partie pour profiter de l'indemnité accordée par la clause de cession, en partie en raison d'une opposition à la nouvelle ligne éditoriale[21].

Selon Le Figaro, Valeurs actuelles est tantôt décrit comme « classé à l’extrême droite »[27], « réputé clairement à droite »[28], ou « conservateur »[29],[30]. France Info qualifie le magazine d’extrême droite[31] et également de conservateur[32]. Arrêt sur images positionne également le magazine à l’extrême droite[33],[34], tandis que Paris Match le désigne comme un « hebdomadaire de droite »[35].

Affaires judiciaires et controversesModifier

Condamnation pour provocation à la haine raciale contre les RomsModifier

Le , Yves de Kerdrel, directeur de la publication de Valeurs Actuelles, est condamné par la 17e chambre du tribunal correctionnel de Paris à 3 000  d'amendes pour provocation à la discrimination, la haine ou la violence envers les Roms et diffamation pour un dossier consacré aux Roms[36], intitulé « Roms l'overdose »[37] du . Les juges ont souligné que, dans ce dossier, « la répétition et la juxtaposition de termes censés [être] descriptifs tels que “fléau”, “overdose”, “plaie”, “invasion”, tous évocateurs de maladies ou de catastrophes [...] contribuent nécessairement, par-delà le supposé “constat” à opposer la communauté visée, appréhendée sous un prisme uniquement négatif, à “la France” ou aux “Français” ». Yves de Kerdrel et la société Valmonde, éditrice du journal, ont été condamnés en appel le à verser solidairement 2 000  de dommages et intérêts à la Licra et 1 000  à l'association La Voix des Roms[38]. Cette décision est assortie d'une mesure de publication judiciaire[39].

En 2015, l'État institue des subventions aux hebdomadaires, mais en prive Valeurs Actuelles en les déniant aux journaux condamnés pour racisme, incitation à la haine ou à la violence au cours des cinq dernières années. Le journal conteste ces aides devant la justice. En 2017, elles sont invalidées par le Conseil d'État[40].

Représentation de Marianne voiléeModifier

Le , Yves de Kerdrel, directeur de la publication de Valeurs Actuelles, est condamné[41] par la 17e chambre du TGI de Paris à 2 000  d'amendes pour provocation à la haine raciale, à la suite d'une plainte de plusieurs associations (dont l'UEJF, SOS Racisme et le MRAP) pour sa couverture du qui représentait une Marianne portant un voile islamique, accompagnée du titre « Naturalisés : l'invasion qu'on cache »[42],[43]. Ce jugement est annulé par la Cour de cassation le [44],[45].

Publication d’un faux sondage en faveur de Nicolas SarkozyModifier

En , Valeurs actuelles, puis L'Opinion, publient un «sondage» à la demande de l’UMP indiquant que Nicolas Sarkozy est la seule personnalité politique à même de l’emporter face à Marine Le Pen à la présidentielle de 2017[46]. Valeurs actuelles attribue le sondage à Ipsos, ce qui est démenti par le directeur : « La réalité est très simple : nous n'avons pas fait ce sondage. Et je ne sais pas qui l'a réalisé. La seule façon de démentir la rumeur est maintenant que Valeurs actuelles publie le rapport d'enquête »[47],[48]. Le « sondage » n’indique pas d'information sur son origine et la méthode employée pour obtenir les résultats, ce qui déclenche une polémique[49]. Convoqués par la Commission des sondages le , les représentants du journal n'ont pas été capables de fournir d'éléments « permettant d’établir, de manière certaine, l’existence de ce sondage électoral », indiquant que Valeurs Actuelles a sciemment diffusé un faux sondage[50],[51].

Atteinte au secret des sources sur des journalistes enquêtant sur Nicolas SarkozyModifier

En , le journal publie un reportage qui détaille les rendez-vous de journalistes du Monde dans leur enquête sur Nicolas Sarkozy, ce qui déclenche une polémique. La direction du Monde annonce le jour même qu'elle allait demander l'ouverture « d'une enquête pour espionnage et déposer une plainte pour diffamation et injure », et la rédaction de 14 grands médias français publie un communiqué commun dénonçant une « atteinte grave au secret des sources »[52]. Le directeur de l'hebdomadaire, Yves de Kerdrel, est condamné en 2017 à mille euros d'amende pour avoir injurié les journalistes du Monde, Gérard Davet et Fabrice Lhomme, qu'il avait notamment qualifiés de « valets » d'un « cabinet noir » contre Nicolas Sarkozy[53].

Un article sur George Soros considéré comme antisémiteModifier

Le , le visage de George Soros apparaît sur la couverture de Valeurs actuelles sous le titre : « Le milliardaire qui complote contre la France, révélations sur George Soros le financier mondial de l'islam et de l'islamisme ». La une crée la polémique pour ses accents antisémites, ce dont Geoffroy Lejeune se défend[10]. Mediapart estime que les propos du magazine reprennent « tous les poncifs de l’antisémitisme [...], dans une prose qui fleure bon les années 1930 », et juge cette focalisation sur George Soros « calquée sur les orientations prises par le premier ministre hongrois Viktor Orbán » ; le journal en ligne considère également qu'« il pourrait bien être l’ennemi commun capable de fédérer les extrêmes droites européennes »[54]. Pour le magazine Slate, cette une « remet au goût du jour la ligne éditoriale d'un autre journal de droite extrême, le très polémique Rivarol »[55]. Le mensuel américain The Atlantic estime que le contenu des articles consacrés à Soros, notamment celui de Valeurs actuelles qui est cité comme exemple, reprennent « une rhétorique bien connue, ayant une longue histoire en Europe », et qui « exacerbe les plus sombres courants politiques en Europe de l'Ouest »[56]. Selon le site Conspiracy Watch, le magazine « n’a pas résisté à la tentation d’envelopper son exercice de Soros-bashing dans les langes usés du conspirationnisme »[57].

Condamnation pour injure publique à caractère raciste envers Danièle ObonoModifier

Valeurs actuelles publie en une fiction intitulée « Obono l'Africaine », dans le cadre d'un feuilleton romanesque hebdomadaire transportant une personnalité contemporaine dans le passé. Écrit sous le pseudonyme d'« Harpalus », ce récit transporte la députée française Danièle Obono dans l'Afrique du XVIIIe siècle, où elle est la victime des traites négrières intra-africaine et arabe. Sur une des illustrations, Danièle Obono figure enchaînée avec un collier d'esclave[58]. Cette fiction est dénoncée à l'unanimité comme raciste par la classe politique française[59],[60]. En réaction, la Ligue de défense noire africaine s'introduit dans les locaux du journal[27].

Selon Arrêt sur images, l'article et le choix du format de la fiction avec un auteur anonyme par l'hebdomadaire d'extrême-droite correspond à des procédés de distanciation classiques dans la « littérature de la haine ». Amina Damerdji, chercheuse en littérature et en sciences sociales, analyse ainsi que Valeurs actuelles « habille un texte, qui en réalité fait partie du débat politique et s'inscrit dans le champ journalistique, d'oripeaux littéraires pour se protéger car c'est une façon pour l'auteur de se déresponsabiliser »[34]. Pour le journaliste Antoine Perraud sur Mediapart, le texte est raciste et fait suite à une série d'attaques contre Danèle Obono, et « rappelle celle pratiquée par Valeurs actuelles à l’encontre de Christiane Taubira. Comme si l’hebdomadaire ne supportait pas qu’une femme noire sorte de l’invisibilité pour se retrouver aux affaires »[61].

Le lendemain, le PDG de TF1 annonce la mise à l'écart de l'antenne de LCI de Geoffroy Lejeune, considérant que « cet excès de Valeurs actuelles contrevient à notre ligne et à nos valeurs »[62]. En avril 2021, la régie en ligne Taboola, qui commercialisait des espaces publicitaires du site de l’hebdomadaire, et qui a résilié son contrat en raison de la fiction concernant Danièle Obono, qui la qualifie de « ouvertement raciste, discriminatoire, offensant », gagne son procès contre l'hebdomadaire qui perd le tiers de ses recettes publicitaires. La cour d'appel de Paris conclut que « la publication d'un contenu illicite ne peut être protégée par la liberté de la presse et la liberté éditoriale. Or le contenu incriminé, qui a donné lieu aux excuses présentées par Valeurs actuelles à Mme Obono, est susceptible de recevoir une qualification pénale. L'atteinte à la liberté de la presse n'est donc pas manifeste »[63].

Le , le tribunal correctionnel condamne les trois responsables de l’hebdomadaire pour « injure publique envers un particulier à raison de son origine » ou complicité[64]. Les juges retiennent que Danièle Obono a été représentée « de manière dégradante », avec une « volonté manifeste d’humilier [sa] personne »[65]. Le directeur de publication Erik Monjalous, le directeur de la rédaction Geoffroy Lejeune, et le rédacteur de l’article Laurent Dandrieu, sont condamnés à une amende de 1 500 euros chacun, et devront également verser 5 000 euros de dommages et intérêts à Danièle Obono[66].

Relais d'une fausse informationModifier

Le , pour dénoncer un « manque de vérification des informations » de Valeurs actuelles[67], et pour montrer que, dans un contexte de nombreuses « fake news sur les musulmans », en « racontant n'importe quoi on pouvait avoir une tribune », un internaute décide de se faire passer pour un professeur. Il tweete : « Je suis professeur à Strasbourg. Mes élèves qui refusent que l’on parle de la Shoah et je reçois des menaces de mort. » Le subterfuge fonctionne. Son faux témoignage est partagé par Damien Rieu, un militant d'extrême droite, et après quelques heures, un journaliste de Valeurs actuelles lui propose une interview. Sans vérification auprès de l'établissement ou de la direction académique, un article est publié. L'internaute dévoile la supercherie le soir, Valeurs actuelles retire l'article et s'excuse auprès de ses lecteurs via un tweet[67],[68],[69].

Tribunes de militairesModifier

Tribune d'anciens militairesModifier

En , Valeurs actuelles relaie une tribune de militaires, dont la quasi-totalité sont à la retraite ou en 2e section[70], initialement publiée sur le site d’anciens militaires « Place d’armes » ; ce relais qui donne une soudaine visibilité à la tribune crée une polémique dans les sphères politiques et médiatiques françaises. La semaine précédente, Valeurs actuelles avait publié une tribune intitulée « J’appelle à l’insurrection » par Philippe de Villiers[71]. Les généraux à la retraite qui évoquent un « délitement » de la France et une future guerre civile pour défendre la civilisation contre « la horde des banlieues » sont « proches de l'extrême-droite et de milieux conspirationnistes » du grand remplacement et du Rassemblement national. Marine Le Pen les soutient et les appelle à la rejoindre pour les prochaines présidentielles[72],[73], également sur le site de Valeurs Actuelles, propos condamnés par le Premier ministre Jean Castex, pour qui « ce pourrait être une affaire insignifiante, s’il n’y avait pas une récupération politique tout à fait inacceptable »[74]. Pour 20 Minutes, le texte sous-entend « une possible intervention, impression renforcée par la date choisie par Valeurs actuelles : un 21 avril, soixantième anniversaire du putsch d’Alger par des généraux français ». Cependant pour Jean-Yves Camus, politologue spécialiste de l’extrême droite, même si certaines sections de l'armée ont un vote pour le Rassemblement national supérieur à la moyenne, l'armée « est massivement républicaine » et la tribune dans Valeurs Actuelles est signée par une vingtaine d'ancien généraux pour la plupart étant connus pour des discours similaires. Pour lui, « une intervention de l’armée en faveur de l’extrême droite – ou de n'importe quel camp politique – reste un fantasme alimenté par une mouvance très réduite et retraité de l’armée, et non pas une menace réelle. »[75].

Tribune de militaires anonymes et pétition ouverteModifier

Trois semaines plus tard, en mai, Valeurs actuelles diffuse sur son site web une nouvelle tribune adressée au président de la République, présentée comme étant signée par des militaires en service actif et qui s'exprimeraient sous couvert d'anonymat[76],[77],[78]. Le texte utilise les éléments de langage et repose sur une idéologie d’extrême droite selon Libération[76] et la ministre des Armées Florence Parly qui évoque « une grossière machination politique »[79]. Valeurs actuelles transforme le texte en une pétition ouverte, entretenant la polémique et prolongeant sa visibilité médiatique momentanée[80],[81]. Selon le politologue Jean Joana, la pétition met moins en lumière une opinion partagée dans l'institution militaire que la stratégie éditoriale du média Valeurs actuelles[77], qui consiste à afficher des prises de positions clivantes pour tenter d'imposer ses opinions politiques dans le débat public[77],[81]. D'après la direction du magazine, la séquence des tribunes s'est traduite par une augmentation des ventes et de l'audience du site internet[81]. Valeurs actuelles revendique plus de 160 000 signataire en une journée, sans toutefois publier la liste des signataires[76],[82],[83]. De plus le journal La Croix[83], le magazine Le Point et le service de vérification des faits du quotidien Libération soulignent le manque de fiabilité des données affichées[83], et qu’aucune vérification n’est faite sur l’identité des signataires ou même simplement l’adresse courriel utilisée pour signer[83],[76],[80]. Par ailleurs, le nombre de signataire affiché au début par Valeurs actuelles était faux et basé sur le nombre de visite du site web, ce qui gonflait artificiellement le nombre de signataire[76],[84] ; le directeur de la rédaction, Geoffroy Lejeune, reconnaît que le magazine a commis une erreur[76]. D’après des témoignages recueillis dans les états-majors par le journal La Croix, « La tribune est sujette à caution sur la traçabilité, la crédibilité et la représentativité », les militaires dénoncent également « une illégitimité totale à utiliser la marque des armées » des auteurs de la tribune[83]. Le procureur de Paris rejette la demande de poursuites par la France insoumise contre les auteurs et diffuseurs de la tribune, car il n'y figurait « aucune infraction pénale »[78]. Selon Le Point « c'est pour soutenir les signataires du premier texte que le média a remis le couvert (...), en publiant une « nouvelle tribune des militaires », en réalité une pétition ouverte »[84]. L'ancien président François Hollande quant à lui, critique le fait que les signatures ne soient pas publiées, ce qui laisserait penser abusivement que la tribune est le reflet de ce que ressent l'armée française, et reproche un manque de déontologie journalistique à Valeurs actuelles[85].

DiffusionModifier

Année Diffusion France payée[1] Évolution annuelle Diffusion totale[1]
(gratuits inclus)
2012 84 864 - 88 241
2013 94 849   + 11,8 % 98 612
2014 110 144   + 16,1 % 117 449
2015 116 117   + 5,4 % 123 153
2016 116 839   + 0,6 % 122 731
2017 113 762   - 2,7 % 121 604
2018 93 158   - 22,1 % 96 449
2019 95 865   + 2,9 % 98 800
2020 108 239[86]   + 8,31 % 110 927[86]

Avec l'arrivée d'Yves de Kerdrel à la tête du titre en 2012 et le virage à droite de la ligne éditoriale qui se positionne comme « anti-système » et « souverainiste », « un créneau porteur, et ce créneau, incontestablement, c'est celui de la droite de la droite » selon le politologue Jean-Yves Camus, les ventes progressent fortement et le lectorat se rajeunit, « prouesse notable dans un secteur de la presse écrite en crise » commente l'agence France-Presse. Ce positionnement se traduit notamment par des unes choc qui mettent en scène des thèmes clivants comme l'islam et l'immigration, et la mise en avant dans l'espace médiatique de journalistes comme Geoffroy Lejeune, Louis de Raguenel ou Charlotte d'Ornellas, en particulier sur les chaînes d'information en continu « [séduites par] cet alliage a priori très improbable d'une droite très décomplexée sur les questions identitaires et migratoires, et des codes de la jeunesse », selon Jean-Yves Camus[87]. De 2012 à 2016, la progression de la diffusion du titre est la meilleure de la presse magazine française, ce qui est récompensée par plusieurs étoiles de l'ACPM[88].

En 2017, Valeurs actuelles a reçu pour la cinquième année consécutive une étoile de l'ACPM (anciennement OJD), pour la progression de sa diffusion, la meilleure de la presse magazine[88].

Mediapart souligne en que « depuis le grand virage à droite qui a suivi la reprise en main du titre du groupe Le Figaro par Yves de Kerdrel en 2012, les ventes ont fortement progressé : elles sont passées de 87 000 cette année-là à 125 000 l'été dernier »[89].

Selon Libération, la « diffusion payée individuelle » est tombée de 114 000 exemplaires en moyenne en 2016 à 76 000 exemplaires en 2019[90]. La diffusion payée individuelle est de 84 147 en 2020[1]

ÉditionsModifier

En 2016, la vente par abonnement représente 73,84 % des ventes totales, la vente au numéro 25,10 % et les versions numériques 1,06 %[1].

Résultats financiersModifier

Avec un chiffre d'affaires de 18 millions d'euros en 2015, Valeurs actuelles a réalisé, en 2016, un bénéfice de plus d'un million d'euros[21].

CollaborateursModifier

DirectionModifier

Directeur généralModifier

Directeur de la rédactionModifier

Le titre a fourni trois directeurs au Figaro Magazine : Patrice de Plunkett, Alexis Brézet et Guillaume Roquette, son directeur actuel, ainsi qu'un rédacteur en chef, Henri-Christian Giraud[16].

Équipe de rédactionModifier

ÉditorialistesModifier

Chroniqueurs hebdomadairesModifier

Chroniqueurs réguliersModifier

Groupe ValmondeModifier

Valeurs actuelles est propriété du groupe Valmonde.

Celui-ci édite la revue Marine & Océans depuis 2016[91]. En , il acquiert le mensuel économique Mieux vivre votre argent à SFR Presse, et cède les titres Jours de chasse et Jours de cheval au groupe immobilier de luxe Barnes[92].

Actionnaire majoritaireModifier

L'actionnaire principal du groupe Valmonde est :

Notes et référencesModifier

  1. a b c d et e ACPM Diffusion France payée moyenne, 2021.
  2. Pascal Ifri, Les Deux Étendards de Lucien Rebatet : dossier d'un chef-d'œuvre maudit, page 27, Éditions l'Âge d'Homme, 2001
  3. Faits et Documents, N° 321, 15 au 30 septembre 2011, page 2
  4. OJD DDT 1er trimestre 2008.
  5. Alexandre Debouté, « « Valeurs actuelles » veut être un « news » à part entière », Le Figaro, (consulté le ).
  6. Delphine Legouté, « On est allé voir pourquoi Valeurs actuelles a été rebaptisé Valeurs poubelle », sur Le Lab, Europe 1, (consulté le ).
  7. https://www.lesechos.fr/2015/04/lhebdo-valeurs-actuelles-change-de-proprietaire-244304
  8. https://www.lemonde.fr/economie/article/2019/12/30/iskandar-safa-un-magnat-tres-discret_6024358_3234.html
  9. « A Béziers, rendez-vous manqué pour "l'union des droites" », sur liberation.fr, (consulté le ).
  10. a b et c Alexandre Piquard, « Départ du directeur de l’hebdomadaire "Valeurs actuelles", Yves de Kerdrel », sur lemonde.fr, (consulté le ).
  11. « Un cadre de "Valeurs actuelles" aurait détourné "plusieurs millions d'euros" », sur lexpress.fr, (consulté le ).
  12. Jérôme Lefilliâtre, « Escroquerie : "Valeurs actuelles" accuse un ennemi de l’intérieur », sur liberation.fr, (consulté le ).
  13. « Avec VA +, Valeurs actuelles s'installe sur YouTube - Par Pauline Bock | Arrêt sur images », sur www.arretsurimages.net (consulté le )
  14. « Malgré la crise, Valmonde confirme sa bonne santé financière en 2020 », sur lalettrea.fr,
  15. « Eric Zemmour fait bondir les ventes de Valeurs Actuelles », La Lettre A,‎ , p. 7
  16. a b et c Xavier Ternisien, « Une filière "Valeurs actuelles" à la tête du "Figaro" », Le Monde, (consulté le ).
  17. Alexis Delcambre, « « Valeurs actuelles » en passe d’être vendu », Le Monde, (consulté le )
  18. Ariane Chemin et François Krug, « Entre Emmanuel Macron et « Valeurs actuelles », les secrets d’un flirt », Le Monde, .
  19. Marie Vaton, « "Valeurs Actuelles" : enquête sur une extrême droitisation », sur Teleobs, (consulté le ).
  20. Cédric Mathiot, « Taubira et le laxisme : quatre ans d'intox de la droite », Libération, .
  21. a b et c Jérôme Lefilliâtre, « «Valeurs actuelles» : dans la rédac des ultraréacs », Libération, (consulté le ).
  22. Fabien Leboucq, « Les généraux signataires de la lettre publiée dans «Valeurs actuelles» vont-ils perdre leur Légion d’honneur ? », sur liberation.fr (consulté le )
  23. « Entre droite et extrême droite, «Valeurs actuelles» n'a «pas de chapelle» », sur liberation.fr, Libération (consulté le ).
  24. Renaud Revel, « Valeurs Actuelles, l'attrape-droites », L'Express, (consulté le ).
  25. Les Années 30 sont de retour, ouvrage collectif, Flammarion, octobre 2014.
  26. Olivier Faye et Alexandre Piquard, « “Valeurs actuelles”, le journal qui veut tirer la droite vers la droite », Le Monde, (consulté le ).
  27. a et b Bénédicte Lutaud, « Intrusion au siège de «Valeurs actuelles» après la représentation de Danièle Obono en esclave », Le Figaro, .
  28. Alexandre Debouté, « La rédaction d'Europe 1 s'oppose à l'arrivée d'un journaliste de Valeurs actuelles », sur lefigaro.fr, (consulté le )
  29. « La députée Danièle Obono représentée en esclave dans Valeurs Actuelles: le gouvernement condamne », sur lefigaro.fr, (consulté le )
  30. Pierre Maurer, « Affaire Obono : Jordan Bardella dénonce un «concert de pleureuses organisé par la France Insoumise» », sur lefigaro.fr, (consulté le )
  31. « Tribune de Valeurs Actuelles : toute la classe politique condamne, sauf Marine Le Pen », sur Franceinfo, (consulté le )
  32. « Quatre questions sur la nouvelle tribune de militaires publiée par "Valeurs actuelles" », sur www.francetvinfo.fr, (consulté le )
  33. « Avec VA +, Valeurs actuelles s'installe sur YouTube - Par Pauline Bock | Arrêt sur images », sur www.arretsurimages.net (consulté le )
  34. a et b Loris Guémart, « Obono : Valeurs Actuelles fictionne son racisme sans l'assumer », sur Arrêt sur images (consulté le ).
  35. « Florence Parly souhaite des sanctions contre des militaires signataires d'une tribune controversée », sur Paris Match, (consulté le )
  36. Julie Mendel, « Sondage de Valeurs actuelles sur les Roms : metronews a vérifié les chiffres », Metronews, .
  37. « «Valeurs actuelles» condamné pour provocation à la haine envers les Roms », Libération, (consulté le ).
  38. AFP, « Le directeur de la publication de “Valeurs actuelles” condamné pour provocation à la haine envers les Roms », Le Monde, .
  39. « Valeurs actuelles : Yves de Kerdrel condamné à 3 000 euros d'amende pour provocation à la discrimination, la haine ou la violence », sur Atlantico, .
  40. « Presse : les aides aux hebdomadaires annulées pour « procédure irrégulière » », Le Monde, .
  41. « Marianne voilée : le directeur de « Valeurs actuelles » condamné », Le Monde, .
  42. « "Valeurs Actuelles" condamné pour sa une à la Marianne voilée », Télérama, .
  43. « Marianne voilée : la nouvelle une « haineuse » de « Valeurs actuelles » », Le Nouvel Obs, .
  44. Sabrina Lavric, « Marianne voilée en couverture de Valeurs actuelles : pas de provocation à la haine », Dalloz, .
  45. « Cour de cassation, criminelle, Chambre criminelle, 7 juin 2017, 16-80.322 », sur Légifrance.
  46. « Valeurs Actuelles / L'Opinion : le sondage Sarkozy était bidon », sur Arrêt sur images, (consulté le ).
  47. « Sarkozy 2017 : le mystérieux sondage de Valeurs Actuelles - Par Sébastien Rochat | Arrêt sur images », sur www.arretsurimages.net (consulté le )
  48. « Le sondage mystérieux qui tomba à pic pour Nicolas Sarkozy », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le )
  49. « Va-t-on savoir qui a payé le mystérieux sondage pro-Sarkozy ? », Marianne, .
  50. Un sondage pas si confidentiel (suite et fin), Observatoire des sondages, 8 septembre 2014
  51. Alice Coffin, « Le sondage de Valeurs Actuelles sur Sarkozy était bidon », 20 Minutes, (consulté le ).
  52. « Les rédactions de 14 médias dénoncent les méthodes de "Valeurs actuelles" », Le Point, .
  53. « Le directeur de Valeurs actuelles condamné pour avoir injurié des journalistes du Monde », sur LExpansion.com, (consulté le )
  54. Lucie Delaporte et Amélie Poinssot, « George Soros, nouvelle cible de l’extrême droite française », sur Mediapart, (consulté le ).
  55. Nicolas Lebourg, « Rivarol, l'antisémitisme comme idée fixe », sur Slate, .
  56. (en) Rachel Donadio, « How Hungary Ran George Soros Out of Town », The Atlantic, (consulté le ).
  57. « Valeurs actuelles » contre la « machination Soros », sur Conspiracy Watch, .
  58. « Dépeinte en esclave par Valeurs Actuelles, Danièle Obono reçoit de nombreux soutiens », sur HuffPost, (consulté le ).
  59. J.Cl. et R.L., « Danièle Obono représentée en esclave : unanimité politique pour dénoncer Valeurs Actuelles », Le Parisien, (consulté le ).
  60. Camille Sarazin, « Danièle Obono représentée en esclave dans "Valeurs actuelles": condamnation unanime de LFI au RN », BFM TV (consulté le ).
  61. Antoine Perraud, « Pourquoi la fiction de « Valeurs actuelles » sur Danièle Obono est raciste », sur Mediapart (consulté le ).
  62. Sandrine Cassini et Aude Dassonville, « LCI écarte Geoffroy Lejeune, le directeur de la rédaction de « Valeurs actuelles », de son antenne », Le Monde, .
  63. Jamal Henni, « Valeurs actuelles perd le tiers de ses recettes publicitaires », sur Capital.fr, (consulté le )
  64. Danièle Obono dépeinte en esclave : « Valeurs actuelles » condamné pour injure raciste, Le Monde, 29 septembre 2021.
  65. Camille Polloni, « « Valeurs actuelles » condamné pour injure raciste contre Danièle Obono », sur Mediapart, (consulté le )
  66. « «Valeurs actuelles» condamné pour injure raciste pour avoir dépeint Danièle Obono en esclave », Libération,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  67. a et b « Un faux prof piège « Valeurs Actuelles » avec un témoignage sur le séparatisme pour dénoncer les fake news », sur L'Obs (consulté le )
  68. « Piégé par un faux prof menacé, "Valeurs Actuelles" retire son témoignage et s'excuse », sur Le HuffPost, (consulté le )
  69. « Séparatisme : Valeurs Actuelles piégé par un faux professeur, la fausse information qui enflamme Twitter », sur midilibre.fr (consulté le )
  70. Statut spécial pour les généraux qui ne sont plus d’active, avant leur retraite définitive.
  71. « Florence Parly dénonce une politisation « irresponsable » des armées après la publication d’une tribune de militaires dans "Valeurs actuelles" », sur Le Monde, (consulté le )
  72. « Tribune de militaires dans "Valeurs Actuelles" : des généraux à la retraite proches de l'extrême-droite et de milieux conspirationnistes », sur Franceinfo, (consulté le )
  73. Guerric Poncet, « Tribune de militaires : « Valeurs actuelles » lance une pétition », sur Le Point, (consulté le )
  74. « Castex tance Le Pen pour son soutien aux ex-généraux dans "Valeurs Actuelles" », sur Le HuffPost, (consulté le )
  75. « Quels liens existe-t-il entre l’armée et l’extrême droite ? », sur www.20minutes.fr (consulté le )
  76. a b c d e et f Alexandre Horn, « Que sait-on du compteur de soutiens à la tribune de militaires dans "Valeurs actuelles" ? », sur liberation.fr, (consulté le ).
  77. a b et c Pauline Rouquette et Jean Joana, « Tribunes des militaires : une polémique "paradoxale" au vu des relations entre l’armée et l’exécutif », sur france24.com, (consulté le ).
  78. a et b AFP, « "Valeurs actuelles" publie un nouveau texte présenté comme une deuxième tribune de militaires », lemonde.fr, (consulté le ).
  79. « Tribune des militaires dans Valeurs actuelles : "une grossière machination politique" pour Florence Parly », sur midilibre.fr, (consulté le )
  80. a et b Guerric Poncet, « Tribune de militaires : "Valeurs actuelles" lance une pétition », lepoint.fr, (consulté le ).
  81. a b et c Marc Baudriller, « L'hebdo "Valeurs actuelles" regonflé par les généraux », sur challenges.fr, (consulté le ).
  82. « France : la nouvelle tribune de militaires, une "machination politique" selon Florence Parly », sur france24.com, (consulté le ).
  83. a b c d et e « Une nouvelle tribune de militaires jette le trouble entre l’armée et le politique », La Croix,‎ (ISSN 0242-6056, lire en ligne, consulté le )
  84. a et b Tribune de militaires : « Valeurs actuelles » lance une pétition, Le Point, 10/5/2021
  85. Tribune de militaires : « ça traduit un vrai malaise », estime Roger Karoutchi, Public Sénat, 10/5/2021
  86. a et b L'Alliance pour les chiffres de la presse et des médias indique : « Suite à la crise sanitaire, les mois de mars, avril, mai et juin ne sont pas pris en compte dans le calcul de la moyenne. De plus, la période de référence 2019 comporte les mêmes mois neutralisés pour homogénéiser le calcul de l'évolution. »
  87. « Valeurs actuelles, vitrine écornée de la droite radicale », sur L'Express, (consulté le ).
  88. a et b http://www.acpm.fr/L-observatoire/Les-Etoiles-ACPM
  89. Lucie Delaporte et Loup Espargilière, « L’union des droites commence par les médias », sur Mediapart, (consulté le ).
  90. "Fiction raciste sur Danièle Obono : Valeurs actuelles au bout de sa logique", par Jérôme Lefilliâtre dans Libération le 30 août 2020 [1]
  91. « Privinvest Médias acquiert Marine & Océans », sur offremedia.com, (consulté le )
  92. Jérôme Lefilliâtre, « Le groupe de l'«antisystème» «Valeurs actuelles» rachète un magazine financier », sur liberation.fr, (consulté le )
  93. « Fimalac Communication prend le contrôle de Valmonde », Les Échos, (consulté le ).
  94. « Serge Dassault rachète « Valeurs actuelles » et « Le Journal des finances » », Les Échos, .
  95. Fabienne Schmitt, « L'hebdo « Valeurs actuelles » change de propriétaire », Les Échos, (consulté le ).

AnnexesModifier

BibliographieModifier

Articles connexesModifier

Lien externeModifier