Ouvrir le menu principal

Otto Schily
Illustration.
Otto Schily, en 2017.
Fonctions
Ministre fédéral de l'Intérieur d'Allemagne
15e ministre fédéral de l'Intérieur depuis 1949

(6 ans, 11 mois et 21 jours)
Chancelier Gerhard Schröder
Prédécesseur Manfred Kanther
Successeur Wolfgang Schäuble
Biographie
Nom de naissance Otto Georg Schily
Date de naissance (87 ans)
Lieu de naissance Bochum (Allemagne)
Parti politique SPD
Profession Avocat

Otto Schily
Ministres fédéraux de l'Intérieur d'Allemagne

Otto Georg Schily, né le à Bochum, est un homme politique allemand. Il est membre du Parti social-démocrate d'Allemagne (SPD).

Ancien avocat de Gudrun Ensslin, de la Fraction armée rouge (RAF), proche des milieux anarchistes et d'extrême gauche au cours de sa jeunesse, il participe à la création des Verts (Grünen), en 1980. Trois ans plus tard, il entre au Bundestag, et sera un temps porte-parole du groupe parlementaire écologiste. Faisant partie du courant dit des réalistes, il quitte son parti en 1989 et adhère au SPD.

Il conserve son mandat de député fédéral et devient, en 1998, ministre fédéral de l'Intérieur dans la coalition rouge-verte de Gerhard Schröder, dont il est le doyen. À ce poste, il se montre partisan d'une politique plus répressive, à l'opposé de ses anciennes convictions. Il quitte le gouvernement fédéral en 2005, à la suite de la formation d'une grande coalition, et se retire quatre ans plus tard de la vie politique.

Éléments personnelsModifier

FormationModifier

Fils d'un ouvrier de la métallurgie, il déménage à Garmisch-Partenkirchen après la Seconde Guerre mondiale, et y obtient son Abitur. Il entreprend alors des études supérieures de droit et de sciences politiques, qu'il accomplit à Munich, Hambourg et enfin à Berlin. En 1962, il décroche son second diplôme juridique d'État, et devient avocat un an plus tard. Au cours de ses études, il était proche des milieux anarchistes et il s'est notamment lié d'amitié avec Rudi Dutschke.

Carrière : l'avocat de la RAFModifier

Il est alors engagé par le cabinet Neufeldt, spécialisé dans l'immobilier et les successions. En 1968, il assure la défense de Gudrun Ensslin, membre de la Fraction armée rouge (RAF). Il est contraint de renoncer par les associés de son cabinet, ce qui le pousse à le quitter pour créer le sien. Par la suite, il a notamment représenté la famille de Benno Ohnesorg à la suite de son assassinat.

Dans les années 1970, il devient une personnalité de premier plan en assurant, de nouveau, la défense de membres de la RAF. Il commence par représenter Horst Mahler en 1971[1], puis retrouve Gudrun Ensslin lors du procès de la RAF entre 1975 et 1977. Après la mort de cette dernière, il mettra en doute la thèse du suicide et accusera l'État allemand d'en être responsable.

Otto Schily dirige actuellement un cabinet d'avocats à Berlin.

Vie privéeModifier

Divorcé et remarié, il est père de deux filles : Jenny, née en 1967, et Anna, venue au monde quatorze ans plus tard.

Carrière politiqueModifier

Les débutsModifier

 
Otto Schily et Petra Kelly le .

En 1980, il participe à la fondation des Verts, puis se présente aux élections municipales anticipées de 1981 à Berlin-Ouest. Deux ans plus tard, il devient député fédéral au Bundestag, et co-porte-parole du groupe écologiste avec notamment Petra Kelly en 1984.

Membre des Realos (« réalistes », par opposition aux « fondamentalistes ») du parti, il démissionne en 1986 en vertu du principe de rotation des élus. Il retrouve son mandat aux élections de l'année suivante. Il échoue à se faire élire président du groupe vert en 1989, et quitte la formation cette même année afin de rejoindre le Parti social-démocrate d'Allemagne (SPD).

Ministre fédéral de l'Intérieur (1998 - 2005)Modifier

Réélu député fédéral en 1990, il a été vice-président du groupe SPD entre 1994 et 1998. Le 27 octobre de cette année-là, Otto Schilly est nommé ministre fédéral de l'Intérieur dans la coalition rouge-verte de Gerhard Schröder. À 66 ans, il est le premier social-démocrate nommé de manière durable à ce portefeuille. Au cours de ses deux mandats, il a été fréquemment attaqué pour ses politiques jugées conservatrices et contraires à ses convictions antérieures. Ainsi, à la suite des attentats du 11 septembre 2001, il a fait adopter une série de mesures pour lutter contre le terrorisme, désignée sous le nom de « paquet sécurité » (Sicherheitspakete) et surnommée « catalogue d'Otto » (Otto-Kataloge). Il a également échoué à faire interdire le Parti national-démocrate d'Allemagne (NPD) par le Tribunal constitutionnel fédéral en 2001.

Fin de carrièreModifier

Le , il préside la séance d'ouverture de la nouvelle législature du Bundestag en tant que doyen d'âge, comme il l'avait fait le . Ce même jour, il est chargé par le président fédéral Horst Köhler de gérer les affaires courantes à la tête de son ministère jusqu'à l'élection d'un nouveau chancelier et la formation d'un nouveau gouvernement, ce qui finit par se produire le 22 novembre. Ne s'étant pas représenté aux élections de 2009, il est désormais retiré de la vie politique.

Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexesModifier

Liens externesModifier

DistinctionsModifier

Notes et référencesModifier

NotesModifier

RéférencesModifier

  1. (de) Hans-Joachim Noack, Der ewige Desperado, spiegel.de, 5 février 2001

SourceModifier