Équipe de Serbie de football

équipe nationale masculine de football
Drapeau : Serbie Équipe de Serbie
Écusson de l' Équipe de Serbie
Généralités
Confédération UEFA
Emblème Croix serbe
Couleurs Rouge et blanc
Surnom Бели Орлови (« Les aigles blancs »)
Stade principal Stade Rajko Mitić
Classement FIFA en stagnation 30e (10 décembre 2020)[1]
Personnalités
Sélectionneur Drapeau : Inconnu Vacant
Capitaine Aleksandar Kolarov
Plus sélectionné Branislav Ivanovic (105)
Meilleur buteur Stjepan Bobek (38)
Rencontres officielles historiques
Premier match (Rép. tchèque, 3-1)
Plus large victoire 6-1, Azerbaïdjan ()
6-1, Bulgarie ()
5-0, Roumanie ()
6-1, Pays de Galles ()
5-0, Russie ()
Plus large défaite 5-0, Ukraine ()
Palmarès
Coupe du monde Phases finales : 2
1er tour en 2010 et 2018
Championnat d'Europe Phases finales : 0
Ligue des nations Phases finales : 0
Jeux olympiques 1er tour en 2008

Maillots

Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Domicile
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Extérieur

L'équipe de Serbie de football est la sélection de joueurs serbes représentant le pays lors des compétitions internationales de football masculin, sous l'égide de la Fédération de Serbie de football (FSS).

Bien qu'ayant pris forme dès 1920 sous le nom de "sous-association de Belgrade", la Fédération serbe de football, fondée au lendemain de la seconde guerre mondiale, resta longtemps sous la coupe de la Fédération de Yougoslavie de football (FSJ) (en tant que sous-fédération) avant de devenir fédération nationale à part entière en [2]. La sélection serbe n'eut ainsi pas d'existence propre entre 1920 et 2006 puisque la Serbie a été intégrée tour à tour au Royaume des Serbes, Croates et Slovènes, au Royaume de Yougoslavie, à la République fédérative socialiste de Yougoslavie et enfin à la République fédérale de Yougoslavie (renommée Serbie-et-Monténégro pour ses trois dernières années d'existence). L'équipe de Serbie est l'héritière statistique unique de l'équipe de Yougoslavie[3] (et de Serbie-et-Monténégro), la FSS ayant en effet obtenu par succession (en accord avec les parties concernées) le siège de membre vacant de la FSJ (nommée FSSCG au moment de sa dissolution) à la FIFA et à l'UEFA[4].

HistoireModifier

De 1896 à 1919Modifier

Le football est introduit dans le Royaume de Serbie en mars 1896[5],[6] par le Juif Hugo Buli (à l'époque, les clubs les plus puissants, après ceux d'Angleterre et d'Écosse étaient issus de la communauté juive d'Europe centrale cf SC Hakoah Vienne) après avoir terminé ses études en Allemagne. Il fait découvrir le football à ses amis à Belgrade, il avait rapporté avec lui un ballon comme souvenir de ses études à Berlin. Le jeu intéresse très vite la jeunesse belgradoise et le , au sein d'un lycée belgradois, l'association « SOKO » (« Faucon » en français), fondé une section sportive du nom de Loptačku (en serbe latin), les Balloniers en français[6]. Dès la même année, des matchs s'organisent, entre les sections des différentes écoles qui très vite prennent modèle sur les équipes anglaises pour devenir des clubs amateurs comme le club de Soko.

En mai, 1899, un championnat de Serbie (non officiel) est créé sous le nom de « друштва за игру лоптом » en Serbe cyrillique (« Association de jeux de ballon » en français)[6]. En 1905, on traduit les règles du « jeu de pied » d'un livre de règle allemand, avant cela, les règles du match était établies entre les deux équipes avant le match ! Cela permet au football de se développe encore plus vite dans toute la Serbie.

Et en 1911, le premier match non officiel d'une sélection de Serbie a lieu à Agram (aujourd'hui Zagreb) en Autriche-Hongrie contre le HAŠK. Les Serbes s'inclinent 8-0[6]. Même si le premier match était à l'extérieur, il est intéressant de note que la majorité des spectateurs croate soutenait l'équipe de Serbie. La presse d'Agram rendit même hommage au courage des Serbes contre la puissante équipe autrichienne[6].

La Serbie héritière de la YougoslavieModifier

La première Yougoslavie, le Royaume des Serbes, Croates et Slovènes, est créée en décembre 1918. S'ensuivront le Royaume de Yougoslavie (de 1929 à la seconde guerre mondiale) et la République fédérative socialiste de Yougoslavie de 1945 à 1992. La Fédération de Yougoslavie de football (FSJ) est fondée en 1919. Elle est affiliée à la FIFA en 1921 et est membre de l'UEFA depuis sa création en 1954. La Fédération de Serbie de football (Фудбалски савез Србије) ou FSS (qui existait déjà en tant que "sous-association de Belgrade" depuis 1920), est établie sous son nom actuel le . Longtemps sous-fédération membre de la FSJ, la FSS attendra jusqu'en 2006 pour devenir fédération nationale principale, soit après la liquidation définitive de la Yougoslavie. En se portant cessionnaire de la FSJ et en accord avec les parties concernées, la FSS hérite du siège de membre historique de la fédération yougoslave à la FIFA et à l'UEFA. Grâce à la continuité de l'affiliation, la Serbie récupère en tant qu'héritière principale le palmarès de feu la Yougoslavie (et la Serbie Monténégro)[7].

De 1920 à 1992Modifier

De 1994 à 2006Modifier

Exclue de l'Euro 1992 peu avant le début de la compétition, en raison des guerres qui ravagent le pays et des sanctions prononcées par l'ONU, l'équipe de Yougoslavie connait un véritable coup d'arrêt. Lorsque l'équipe retrouve le terrain à la fin de l'année 1994, après plus de deux ans d'interruption due à sa suspension, elle est toujours présentée par la même fédération (FSJ). En revanche elle ne représente plus la Yougoslavie telle qu'on la connaissait, mais la République fédérale de Yougoslavie (une Yougoslavie réduite à la Serbie et au Monténégro). La nouvelle équipe de Yougoslavie est désormais composée uniquement de joueurs serbes et monténégrins (elle prendra d'ailleurs le nom d'équipe de Serbie-et-Monténégro en ). Le premier match officiel de la nouvelle Yougoslavie (République fédérale) est disputé à Porto Alegre (Brésil), le contre le Brésil (défaite yougoslave sur le score de 2 à 0).

Succession : les débuts de la sélection de Serbie en 2006Modifier

 
le meilleur défenseur d'Angleterre en 2008 Nemanja Vidić et vice-capitaine de la sélection de Serbie.
 
Branislav Ivanović, l'une des quatre tours de la Serbie, avec Nemanja Vidic, Nikola Žigić et Neven Subotic

À la suite de la proclamation de l'indépendance du Monténégro, la Fédération de Serbie-et-Monténégro de football (ex-FSJ) est dissoute le [8], cédant ainsi la place aux deux fédérations serbe et monténégrine qui deviennent chacune fédération nationale principale. Il existe donc depuis deux nouvelles équipes nationales : celle de Serbie, et celle du Monténégro. Le premier match de l’équipe de Serbie de football (Фудбалска репрезентација Србије) est disputé à Uherské Hradiště, en République tchèque, le , contre la République tchèque (victoire serbe sur le score de 3 buts à 1)[9]. C'était le dernier match de l'emblématique joueur tchèque Pavel Nedvěd. Une des plus larges victoires de la Serbie est enregistrée à Bakou, en Azerbaïdjan, contre l’Azerbaïdjan, le , dans le cadre des éliminatoires de l’Euro 2008, les Serbes s'imposant sur le score de 6 buts à 1 (doublé de Nikola Žigić et buts de Duško Tošić, de Danko Lazović, de Boško Janković et de Milan Jovanović). La Serbie dispute les qualifications pour l’Euro 2008 après avoir héritée de la place de l'équipe de Serbie-Monténégro (empêchant à l'équipe monténégrine toute possibilité de participer, les inscriptions étant en effet déjà closes et le tirage effectué). Elle est éliminée, échouant à la troisième place du groupe derrière la Pologne et le Portugal, tout en ne perdant que deux fois, contre le Kazakhstan et la Belgique.

La Coupe du monde 2010Modifier

L’équipe de Serbie de football dispute les éliminatoires de la coupe du monde de football 2010 dans le groupe 7, composé de la France, de l’Autriche, de la Roumanie, des Îles Féroé et de la Lituanie. À mi-parcours des éliminatoires, 35 buts ont été marqués dans le groupe, dont 14 par la Serbie. L'arrivée à la tête de la Serbie de Radomir Antic (l'unique entraineur dans l'histoire à avoir entrainé les clubs du Real Madrid, de l'Atletico Madrid et du FC Barcelone), une semaine avant le match contre la France en , a permis à la Serbie de créer un groupe solide et équilibre dans tous les domaines du jeu, que ce soit au milieu ou en attaque. Antic appelle ses joueurs ses enfants. Un capitaine de ligne a été désigné par l'entraineur, le défenseur central de Manchester United Nemanja Vidic pour la défense, Dejan Stankovic de l'Inter de Milan pour le milieu, et Nikola Zigic pour l'attaque. Autour d'eux, des joueurs revanchards, et des jeunes, l'équipe des moins de 21 ans de Serbie a été deux fois de suite en finale de grandes compétitions Euro, et Mondiale[10].

Le , la Serbie se qualifie pour la Coupe du monde 2010 en battant la Roumanie sur le score de 5-0, dont un doublé de Milan Jovanović, ce qui constitue par ailleurs une de ses plus larges victoires. À la suite du tirage au sort du 4 décembre, la Serbie est placée dans le groupe D, où elle est opposée au Ghana, à l'Allemagne et à l'Australie. Après une défaite contre le Ghana lors de leur premier match, les Serbes se reprennent et créent la surprise en battant l'Allemagne grâce à un but de Milan Jovanović. Une seconde défaite contre l'Australie lors du dernier match élimine la Serbie de la compétition.

Absence des compétitions internationales de 2012 à 2016Modifier

À la suite du tirage au sort du , la Serbie est répartie dans le groupe C, ce dernier est composé de l'Italie, de l'Irlande du Nord, de la Slovénie, de l'Estonie et des îles Féroé.

Lors du match des qualifications contre l'Italie, des hooligans serbes commencèrent à semer le trouble dans les gradins du Stade Luigi-Ferraris de Gênes. Le match fut donc arrêté au bout de six minutes, et après une enquête, l'UEFA accorde une victoire 3-0 de l'Italie sur tapis vert. Au coude à coude avec l'Estonie pour la seconde place du groupe synonyme de barrage, la sélection serbe ruine ses derniers espoirs en faisant match nul contre l'Italie (1-1) et en perdant son dernier match face à la Slovénie sur un but de Dare Vršič. La Serbie finie troisième de son groupe à un seul point de l'Estonie qualifiée pour les barrages. En poste depuis un an, le sélectionneur Vladimir Petrović, démissionne de ses fonctions le , à la suite de cette non-qualification[11], le capitaine Dejan Stanković annonce lui sa retraite internationale après avoir porté le maillot de la sélection à 102 reprises depuis 1998[12]. Peu de temps après Nemanja Vidić l'imite en annonçant à son tour son volonté de se retirer de l'équipe nationale[13].

L'adjoint de Vladimir Petrović, Radovan Ćurčić assure l'intérim pour quatre matchs avec une seule victoire face à l'Arménie en , avant que Siniša Mihajlović ne soit promu au poste de sélectionneur[14]. Dés son arrivée à la tête de l'équipe, il instaure un code de conduite aux joueurs sélectionnés avec notamment l'obligation de chanter l'hymne serbe, ce que refuse le joueur de la Fiorentina Adem Ljajić pour des « raisons personnelles », il est alors exclu du groupe[15].

Lors des éliminatoires pour la Coupe du monde 2014, l'équipe serbe perd à deux reprises face à la Belgique, favorite du groupe, réalise un match nul en Écosse, perd contre la modeste Macédoine sur un penalty de Agim Ibraimi en et bat par deux fois le pays de Galles, dont une victoire 6-1 à domicile au match aller représentant un des plus larges succès de l'histoire de la sélection. Ces résultats décevants semblent notamment le fait de la jeunesse de la sélection de Mihailovic.

 
Tadic Ajax

Pour l'Euro 2016 la Serbie se trouve dans le groupe I des éliminatoires, aux côtés du Portugal, du Danemark, de l'Arménie et de l'Albanie[16]. Ces éliminatoires sont complètement manqués par la Serbie qui termine avant-dernière du groupe juste devant l'Arménie et ne remporte que 2 matchs, pour un nul et 5 revers ; dont une défaite 0-3 accordée sur tapis vert par le tribunal arbitral du sport le lors du match à domicile initialement prévu le et interrompu[17] contre l'Albanie, en plus d'une pénalité de 3 points en défaveur des Aigles blancs au classement et l'obligation de disputer leurs deux prochaines rencontres à domicile à huis-clos, à la suite de débordements attribués aux supporters serbes outrés par un acte nationaliste albanais[18],[19],[20].

Coupe du monde 2018 en RussieModifier

QualificationModifier

La Serbie rebondit de son échec en qualifications pour l'Euro 2016 et parvient à se qualifier pour la Coupe du monde 2018, après 8 ans d'absence ; en terminant en tête du groupe D lors des éliminatoires, un groupe homogène mais très disputé, avec 6 victoires, 3 nuls et une défaite (2-3 sur la pelouse de l'Autriche).

Après la qualification pour la coupe du monde 2018 la FSS a licencié son sélectionneur Slavoljub Muslin alors qu'il avait fait un très bon travail en place Dusan Tadic en numéro 10, licenciement, car il refusait de faire jouer Sergej Milinković-Savić ainsi que Nemanja Radonjić[21].

 
Milenkovic Savic la jeune Star serbe de la SS-Lazzio
ParcoursModifier

Le président de la l'UEFA Aleksandar Ceferin déclara qu'au cours du match Serbie-Suisse, la Serbie fût volée d'un pénalty évidant sur Mitrovic, montrant l'inefficacité du système, cela le poussa à ne pas mettre en place le système pour la Ligue des nations 2018-2019[22],[23],[24],[25].

Ce match, perdu par la Serbie sur le score de 1-2 contre les Helvètes, s'avèrera décisif pour la qualification en huitièmes de finale face à un concurrent direct, puisque les Aigles blancs ne pourront surprendre lors de la dernière journée des phases de poule le Brésil, un des favoris à la victoire finale (0-2). La Serbie terminera 3e du groupe avec une victoire (1-0 lors de la première journée contre le Costa Rica) et 2 défaites.

Échec en barrages pour l'Euro 2021Modifier

Placée dans le groupe 4 de la Ligue C lors de l'édition 2018-2019 de Ligue des nations, la Serbie termine en tête du groupe avec 14 points grâce à 4 victoires et 2 nuls en 6 rencontres, synonyme de promotion en Ligue B lors de l'édition 2020-2021, en plus d'avoir la possibilité du fait de sa position de pouvoir disputer des barrages qualificatifs pour l'Euro 2021 en cas de non-qualification directe par la voie des éliminatoires.

Dans le groupe B des éliminatoires, la Serbie termine 3e avec 4 victoires, 2 nuls et 2 défaites ; derrière l'Ukraine et le Portugal qu'elle ne parvient pas à battre (défaite 0-5 à l'extérieur lors du match aller, ce qui constitue d'ailleurs la plus large défaite de son histoire, et nul 2-2 à domicile au retour contre le leader ukrainien ; nul 1-1 à Lisbonne à l'aller puis défaite 2-4 à domicile au retour contre le champion d'Europe en titre portugais). La Serbie doit donc disputer les barrages et doit d'abord se déplacer en Norvège en demi-finale de barrage dans la voie C le . La Norvège, bien qu'évoluant à domicile et emmenée par quelques individualités évoluant dans des clubs européens régulièrement qualifiés pour des Coupes d'Europe (Erling Braut Haaland, Martin Ødegaard, Alexander Sørloth), n'affiche pas un jeu collectif de qualité et peine à se procurer des occasions franches tandis que les Aigles blancs maîtrisent globalement la rencontre, bien que la partie demeure longtemps indécise. La Serbie l'emporte 2-1 en prolongations grâce à un doublé de Sergej Milinković-Savić (82e et 103e minute), alors que Mathias Normann avait égalisé pour les Scandinaves à la 88e minute. Le , la Serbie accueille à Belgrade l'Écosse, qui a eu besoin des tirs aux buts pour éliminer à domicile Israël (0-0, 5 t.a.b. à 3), les Aigles blancs partent donc avec la faveur des pronostics pour se qualifier pour le premier Euro de leur histoire. Pourtant, ce sont bien les visiteurs qui se montrent durant la majeure partie de la rencontre les plus entreprenants et ouvrent le score à la 52e minute par Ryan Christie, avant de concéder l'égalisation serbe en toute fin de rencontre par Luka Jović à la 90e minute. Le score n'évoluera pas durant les prolongations, l'Écosse fait ensuite la différence lors de la séance de tirs aux buts (1-1, 5 t.a.b. à 4), le gardien écossais David Marshall effectuant un arrêt déterminant sur le dernier tir au but tiré par Aleksandar Mitrović.

Dans le groupe 3 de Ligue B lors de l'édition 2020-2021 de Ligue des nations, la Serbie assure son maintien à la dernière journée en écrasant à domicile la Russie (5-0) le [26], ce qui lui permet de compter le même nombre de points que la Turquie mais une meilleure différence de buts particulière que cette dernière grâce au but à l'extérieur lors des confrontations directes (nul 0-0 à domicile à l'aller, 2-2 à l'extérieur au retour). En outre ce succès contre la Russie représente une des plus larges victoires de l'histoire des Aigles blancs.

PalmarèsModifier

Parcours en Coupe du mondeModifier

Phase finale Phase qualificative
Lieu et année Stade Position J G N P BP BC Pos J G N P BP BC
1930 - 1990 La Serbie est membre de la   Yougoslavie
1998 -

2006

La Serbie est membre de la   RF Yougoslavie (Serbie-et-Monténégro)
  2010 Phase de groupes 23e 3 1 0 2 2 3 1/6 10 7 1 2 22 8
  2014 Non qualifiée 3/6 10 4 2 4 18 11
  2018 Phase de groupes 23e 3 1 0 2 2 4 1/6 10 6 3 1 20 10
  2022
      2026
Total 2/3 6 2 0 4 4 7 30 17 6 7 60 29

Parcours en Championnat d'EuropeModifier

Phase finale Phase qualificative
Lieu et année Stade Position J G N P BP BC Pos J G N P BP BC
1960 - 1992 La Serbie est membre de la   Yougoslavie
2000 - 2004 La Serbie est membre de la   RF Yougoslavie (Serbie-et-Monténégro)
    2008 Non qualifiée 3/8 14 6 2 2 22 11
    2012 3/6 10 4 3 3 13 12
  2016 4/5 8 2 1 5 8 13
  2021 3/5 8 4 2 2 17 17
  2024
Total - - - - - - - 40 16 8 12 60 53

Parcours en Ligue des nationsModifier

Édition Ligue Phase de Groupes Phase finale
Class. J G N P bp bc Pays hôte Résultat J G N P bp bc
2018-2019   C 1/4 6 4 2 0 11 4   2019 Inéligible
2020-2021   B 3/4 6 1 3 2 9 7   2021 Inéligible
2022-2023   B /4 0 0 0 0 0 0   2023 Inéligible
Total 12 5 5 2 20 10 Total 0 0 0 0 0 0

La Serbie termine première de son groupe et première équipe de la Ligue C. Aleksandar Mitrovic est le meilleur buteur de la Ligue des nations à l'issue de la phase de groupes de 2018 avec 6 réalisations, et Andrija Zivkovic termine 2e meilleur passeur avec 4 passes décisives[27].

Joueurs et personnalités de la sélectionModifier

SélectionneursModifier

Les sélectionneurs en italique ont assuré l'intérim.

Mise à jour le .

Sélectionneur Période Matchs Gagnés Nuls Perdus Gagnés %
  Javier Clemente juil. 2006-nov. 2007 16 7 7 2 43.75
  Miroslav Đukić déc. 2007-aout 2008 5 0 2 3 0.0
  Radomir Antić aout 2008-sep. 2010 29 18 3 8 62.07
  Vladimir Petrović sep. 2010-oct. 2011 13 5 4 4 38.46
  Radovan Ćurčić oct. 2011-mai 2012 4 1 1 2 25.0
  Siniša Mihajlović mai 2012-nov. 2013 19 7 4 8 36.84
  Ljubinko Drulovic fév. 2014-juil. 2014 4 2 1 2 50.00
  Dick Advocaat juil. 2014-nov. 2014 4 7 4 8 0.00
  Radovan Ćurčić nov. 2014-avr. 2016 11 2 1 2 45.45
  Slavo Muslin mai. 2016-oct. 2017 15 8 5 2 53.33
  Mladen Krstajić nov. 2017-juil. 2019 19 9 5 5 47.36
  Ljubiša Tumbaković juil. 2019- déc. 2020 6 4 1 1 66,66

Quelques anciens joueursModifier

Équipe actuelleModifier

Sélections et buts actualisés le

Les joueurs suivants ont été appelés pour les matches de qualification pour l’Euro 2020 contre Luxembourg le et l'Ukraine le [28],[29],[30].

Pos Nom Date de naissance Sélections Buts Club
1 GB Marko Dmitrović (28 ans) 13 0   SD Eibar
12 GB Predrag Rajković (25 ans) 13 0   Stade de Reims
23 GB Vanja Milinković-Savić (23 ans) 0 0   Standard de Liège
89 GB Aleksandar Jovanović (28 ans) 1 0   SD Huesca
11 DF Aleksandar Kolarov (35 ans) 90 11   Inter Milan
19 DF Nikola Maksimovic (29 ans) 24 0   FC Naples
18 DF Nikola Milenković (23 ans) 18 1   AC Fiorentina
5 DF Uroš Spajić (27 ans) 11 0   FK Krasnodar
3 DF Filip Mladenović (29 ans) 10 0   Lechia Gdańsk
15 DF Milan Rodić (25 ans) 7 0   Étoile rouge de Belgrade
13 DF Branislav Ivanović (36 ans) 104 13   Zénith Saint-Pétersbourg
2 DF Nemanja Miletić (30 ans) 3 0   Partizan Belgrade
DF Marko Gobeljić (28 ans) 3 0   Étoile rouge de Belgrade
10 AT Dušan Tadić (32 ans) 67 16   Ajax Amsterdam
22 ML Adem Ljajić (29 ans) 45 9   Beşiktaş JK
4 ML Luka Milivojević (29 ans) 36 1   Crystal Palace
17 ML Filip Đuričić (28 ans) 25 4   Sassuolo
8 ML Nemanja Gudelj (30 ans) 25 1   FC Seville
6 ML Nemanja Maksimović (25 ans) 19 0   Getafe CF
14 ML Mijat Gaćinović (25 ans) 18 2   Eintracht Francfort
7 ML Nemanja Radonjić (24 ans) 16 2   Olympique de Marseille
20 ML Sergej Milinković-Savić (25 ans) 15 0   Lazio Rome
16 ML Saša Lukić (24 ans) 12 0   Torino FC
9 AT Aleksandar Mitrović (26 ans) 56 35   Fulham FC
21 AT Andrija Pavlović (27 ans) 5 0   Apoel Nicosie
98 AT Luka Jović (23 ans) 7 2   Real Madrid

Statistiques et recordsModifier

Records individuels
Meilleurs buteurs
# Buts Joueur Période Sélections
1 38 Stjepan Bobek 1946–1956 63
2 37 Savo Milošević 1994–2008 102
37 Blagoje Marjanović 1926–1938 58
37 Milan Galić 1959–1965 51
5 35 Aleksandar Mitrović 2013– 56
6 32 Rajko Mitić 1946–1957 59
7 29 Dušan Bajević 1970–1977 37
8 28 Todor Veselinović 1953–1961 37
9 27 Predrag Mijatović 1989–2003 73
10 26 Borivoje Kostić 1956–1964 33
Joueurs les plus capés
# Sélections Joueur Période Buts
1 105 Branislav Ivanović[31] 2006– 13
2 103 Dejan Stanković[32] 1998–2013 15
3 102 Savo Milošević[33] 1994–2008 37
4 90 Aleksandar Kolarov 2008– 11
5 85 Dragan Džajić 1964–1979 23
6 84 Dragan Stojković 1983–2001 15
84 Vladimir Stojković 2006– 0
8 76 Zoran Tošić 2007–2016 11
9 73 Predrag Mijatović 1989–2003 27
10 70 Zlatko Vujović 1979–1990 25
Chiffres au

Note : les joueurs en gras évoluent actuellement en sélection

Joueurs notablesModifier

Classements FIFAModifier

Classement FIFA de l'Équipe de Serbie
Année 2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012 2013 2014 2015 2016 2017 2018 2019 2020
Classement mondial[34] 47 33 27 30 19 23 27 38 30 38 56 44 36 29 29 30
Classement en Europe[35] 20 19 18 12 15 18 21 19 24 32 26 22 18 17

Légende du classement mondial :
Légende du classement européen :

  • de 1 à 10
  • de 1 à 10
  • de 11 à 79
  • de 11 à 39
  • de 80 à 149
  • de 40 à 50

Notes et référencesModifier

  1. « Classement mondial », sur fr.fifa.com, (consulté le 28 novembre 2019).
  2. Cf. « L’insaisissable équipe de Serbie-et-Monténégro » dans Courrier International : malgré l’indépendance du Monténégro le 3 juin, la fédération sportive de l’ancien pays n’a été dissoute qu’après l’élimination de l’équipe de la coupe du monde pour permettre la participation au tournoi.
  3. « Page FIFA de La Serbie », sur FIFA,
  4. Serbie, FIFA.com
  5. UEFA.com, « Inauguration du centre technique national serbe / Dans les coulisses de l'UEFA », sur UEFA.com, (consulté le 27 août 2020).
  6. a b c d et e http://www.fss.rs/index.php?id=15
  7. Date de création de la Fédération de Serbie et son affiliation FIFA et Voir statique FIFA de la Serbie
  8. UEFA.com - Associations membres
  9. « http://fr.uefa.com/competitions/EURO/news/Kind=1/newsId=431997.html »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?)
  10. http://fr.fifa.com/worldcup/news/newsid=1043666.html#antic+architecte+renaissance+football+serbe
  11. « Petrovic démissionne », Fifa.com, 14 octobre 2011.
  12. « Stankovic prend sa retraite internationale », Calciomio.fr, 12 octobre 2011.
  13. « Vidic prend sa retraite internationale », Fifa.com, 24 octobre 2011.
  14. « Mihajlovic nouveau sélectionneur », Fifa.com, 21 mai 2012.
  15. « Serbie : Ljajic exclu pour avoir refusé de chanter l'hymne serbe », Chronofoot.com, 29 mai 2012.
  16. « Euro 2016: la France dans le groupe du Portugal pour les qualifications », L'Express,‎ (lire en ligne, consulté le 27 août 2020).
  17. « Serbie-Albanie arrêté », sur uefa.com,
  18. « Le TAS rejette l’appel de la Fédération serbe de football, admet partiellement l’appel de la Fédération albanaise : le match Serbie-Albanie est déclaré perdu par forfait par la Serbie (0-3) », sur tas-cas.org,
  19. « Serbie - Albanie, décision », sur uefa.com,
  20. Des débordements de spectateurs serbes ont eu lieu à la suite d’un acte nationaliste albanais (jets sur le terrain de fumigènes rouges, couleur du drapeau albanais, accompagnés d’un drone quadricoptère, portant un message revendiquant un Kosovo albanais). Le match entre la Serbie et l’Albanie est alors logiquement interrompu. L’arbitre appelle au retour au vestiaire comme c’est la règle mais le match n’a jamais repris, les joueurs albanais refusant de continuer la rencontre. Les autorités serbes estiment que l’auteur de l’incident n’est autre que le frère du premier ministre albanais, seule personne albanaise (avec son escorte) présente dans le stade, la rencontre étant classée à haut risque. Les deux fédérations se virent infliger une amende de 100 000€ à titre de dédommagement et pour manquement à la sécurité, la fédération serbe étant également condamnées à jouer ses deux prochains matchs qualificatifs à domicile à huis clos.
  21. « Muslin smenjen zbog Sergeja, Radonjića... », sur b92.net, (consulté le 27 août 2020).
  22. (en) « UEFA chief denies plans to introduce VAR », ESPN.com,‎ (lire en ligne, consulté le 28 août 2018)
  23. (it) « Ceferin: «Var in Champions? Non mi convince» », sur TUTTOSPORT,
  24. (sr-Latn) « Čeferin: VAR me nije ubedio, pogledajte slučaj Srbije », N1 Srbija,‎ (lire en ligne, consulté le 28 août 2018)
  25. (sr) « L'UEFA ne crois pas dans le Var, regardez ce que ils ont fait à la Serbie en Coupe du Monde », sur B92,
  26. « Ligue des nations : la Hongrie, le pays de Galles et la République tchèque promus en Ligue A », sur L'Équipe, (consulté le 19 novembre 2020)
  27. UEFA.com, « UEFA Nations League – Stats », sur UEFA.com (consulté le 21 novembre 2018)
  28. (sr) « СЕЛЕКТОР ЉУБИША ТУМБАКОВИЋ САОПШТИО ИМЕНА ИГРАЧА ЗА ДУЕЛЕ ПРОТИВ ЛУКСЕМБУРГА И УКРАЈИНЕ »,‎
  29. Modèle:Cite newspaper
  30. (sr) Darko Mitrović, « Korekcija iz FSS, jedan problem manje », sur Sportske.net,
  31. Branislav Ivanović compte également une sélection en équipe de Serbie-et-Monténégro en 2005, ce qui porte son total en équipe nationale (Serbie-et-Monténégro + Serbie) à 105 sélections.
  32. Dejan Stanković compte également une sélection en équipe de Yougoslavie en 1998, Serbie-et-Monténégro en 2006, ce qui porte son total en équipe nationale (Yougoslavie + Serbie-et-Monténégro + Serbie) à 103 sélections.
  33. Savo Milošević] compte également une sélection en équipe de Yougoslavie en 1998, Serbie-et-Monténégro en 2006, ce qui porte son total en équipe nationale (Yougoslavie + Serbie-et-Monténégro + Serbie) à 102 sélections.
  34. Classement mondial en fin d'année. https://fr.fifa.com/fifa-world-ranking/ranking-table/men/index.html
  35. Classement de la zone UEFA

Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Lien externeModifier