Désignation du pays organisateur du championnat d'Europe de football 2020

La désignation du pays organisateur du championnat d'Europe de football 2020 a eu lieu le à Genève en Suisse. Pour la première fois dans l'histoire de l'Euro, aucun pays organisateur n'est choisi. En effet, l'UEFA, ayant décidé d'organiser le tournoi dans toute l'Europe, pour célébrer les soixante ans de la première édition de la compétition, ce sont des villes hôtes, aux quatre coins de l'Europe, qui ont été choisies.

Candidatures (nations)Modifier

Quelques nations avaient déjà fait part de leur envie d'organiser cet évènement. La Turquie, après deux échecs, voulait tenter une nouvelle fois. Des candidatures à trois pays organisateurs voyaient le jour pour la deuxième fois, après la tentative Scandinave infructueuse pour 2008.

Le était la date limite pour soumettre une « lettre d'intention » à l'UEFA. Trois candidatures furent déposées.

En , l'UEFA a décidé de faire jouer cette compétition dans plusieurs villes européennes[1],[2], et non au sein du ou des deux pays organisateurs, suivant ainsi le souhait de son président Michel Platini d'éviter d'engager des dépenses pour les infrastructures (autoroutes, aéroports, stades, hôtels…) alors que la crise économique de 2008 n'est pas terminée[3]. L'histoire de l'UEFA est aussi liée à celle des villes d'Europe (Coupe des villes de foires).

À la suite de l'annonce de l'UEFA d'organiser le championnat à travers l'ensemble du continent, les candidatures de pays sont devenues obsolètes. La compétition devrait se dérouler dans 13 villes différentes.

Le , Michel Platini envisagerait d'ouvrir la compétition aux équipes non-européennes comme le Brésil, l'Argentine et l'Uruguay comme pour la Copa América avec le Japon et les équipes de la CONCACAF[4].

Candidatures officielles (nations)Modifier

TurquieModifier

Le , la fédération turque de football fut la première à annoncer sa candidature à l'organisation de l'Euro 2020[5],[6].

La Turquie échoua à présenter une candidature commune avec la Grèce pour l'organisation de l'Euro 2008, et ne remporta pas l'organisation des deux tournois suivants auxquelles elle était candidate. L'organisation de l'Euro 2012 fut remportée par la Pologne et l'Ukraine, puis la France remporta l'organisation de l'Euro 2016 grâce à une voix d'écart.

On craignit que la candidature turque souffre de la candidature d'Istanbul à l'organisation des Jeux olympiques d'été de 2020, le président de l'UEFA Michel Platini et le CIO étant peu enclins à voir le pays organiser les deux évènements la même année. Le gouvernement turc marque sa préférence pour l'organisation des Jeux olympiques[7]. Le , le président du CIO Jacques Rogge annonça que la Turquie devrait renoncer à l'organisation de l'Euro 2020 en cas de désignation d'Istanbul pour l'organisation des J.O. de 2020 ; les règles du CIO prescrivant que le pays organisateur olympique ne peut pas accueillir un autre évènement sportif majeur la même année[8].

Mais le CIO annonça le que la ville choisie pour l'organisation des Jeux olympiques 2020 était Tokyo.

Pays de Galles, Écosse et IrlandeModifier

Le , soit un jour avant la date limite, le président de l'Association écossaise de football (SFA) Stewart Regan confirma que la SFA et l'Association galloise de football étaient en discussion pour une candidature commune à l'organisation du tournoi[9]. Les deux nations avaient précédemment abandonné un plan similaire en vue d'organiser l'Euro 2016, en 2009[10]. Le 15 mai 2012, il est apparu que les associations écossaise et galloise ont fait équipe avec l'Association irlandaise de football pour formellement soumettre une candidature de dernière minute[11].

Glasgow sera la ville hôte des Jeux du Commonwealth de 2014 et est également candidate à l'organisation des Jeux olympiques de la jeunesse d'été de 2018.

Azerbaïdjan et GéorgieModifier

Le , le président de la Géorgie Mikhail Saakachvili annonça l'intention de son pays de soumettre une candidature à l'organisation de l'Euro 2020, aux côtés de l'Azerbaïdjan, directement à l'Assemblée nationale de la République d'Azerbaïdjan[12]. La candidature de Bakou à l'organisation des Jeux olympiques d'été de 2020 aurait pu mettre la candidature de l'Euro en péril. Le , la responsable de la candidature aux JO Konul Nurullayeva déclara que le pays se focalisera sur la candidature aux JO plutôt que sur l'Euro[13]. Le , quelques heures après l'annonce de la candidature conjointe de l'Irlande, l'Écosse et le Pays de Galles, le ministre géorgien des sports Vladimir Vardzelachvili annonça l'intention de son pays de se déclarer intéressé pour organiser seul l'Euro 2020, tout en précisant sa préférence pour une candidature commune avec l'Azerbaïdjan[14]. Le , l'Azerbaïdjan notifia à l'UEFA sa volonté de se joindre à la candidature géorgienne, à la suite du rejet de Bakou par le CIO de sa liste restreinte des villes candidates à l'organisation des JO de 2020[15].

Candidats ayant renoncé à l'organisation (nations)Modifier

Six candidatures potentielles incluant neuf fédérations nationales et ayant précédemment annoncé un intérêt à l'organisation de l'Euro 2020 ont finalement renoncé ou n'ont finalement pas présenté de candidature avant la date limite.

BelgiqueModifier

Le , peu après le rejet de la candidature belgo-néerlandaise à l'organisation du Mondial 2018 par la FIFA, le Premier ministre belge Yves Leterme a autorisé une enquête en vue d'une possible candidature en solitaire pour l'Euro 2020[16].

La Belgique et les Pays-Bas ont organisé l'Euro 2000.

Bosnie-Herzégovine, Croatie et SerbieModifier

Le représentant de la fédération croate de football Zorislav Srebrić déclara qu'un investissement pour la préparation d'une candidature pour l'organisation du tournoi serait digne d'intérêt. Le président de la Fédération de Football de Bosnie-Herzégovine Sulejman Čolaković suggéra que le tournoi unisse les peuples des trois nations bosniaque, croate et serbe[17]. Aucun tournoi n'a jusqu'à présent été organisé dans trois pays à la fois. Des rapports en confirmèrent que les trois pays ne présenteront pas de candidature[18].

La Yougoslavie organisa l'Euro 1976 en utilisant deux stades : un à Zagreb (en Croatie) et un à Belgrade (en Serbie).

Bulgarie et RoumanieModifier

En , le président de l'Union bulgare de football Borislav Mikhailov annonça qu'une candidature de la Roumanie et la Bulgarie était une possibilité[19]. Cependant, un doute quant à cette candidature vit le jour à la suite des bruits plus récents d'une possible candidature conjointe de la Roumanie avec la Hongrie. Le , Mikhailov confirma que la Bulgarie ne participera pas au processus de sélection pour l'organisation de l'Euro 2020. La raison de ce retrait sont le succès de la candidature bulgare à l'organisation du Championnat d'Europe de football des moins de 17 ans 2015, ainsi que la candidature avancée de la Turquie et sa position favorable pour accueillir le tournoi. Il déclara voir en une candidature commune avec la Roumanie pour l'Euro 2028 un objectif plus réaliste pour le pays[20].

AllemagneModifier

Le , juste avant le début du processus de sélection, le président de la fédération allemande Wolfgang Niersbach déclara qu'il considérait que l'organisation du tournoi serait une perspective attrayante pour le pays[21]. Le , Niersbach déclara que l'Allemagne n'organisera pas l'Euro 2020 et signala que c'était au tour d'autres pays d'organiser des tournois internationaux, l'Allemagne ayant précédemment accueilli la Coupe du monde de football masculine de 2006 et la Coupe du monde de football féminin 2011.

L'Allemagne sera finalement désigné le pour accueillir l'Euro 2024 et a déjà organisé le tournoi à une occasion, lors de l'Euro 1988.

Hongrie et RoumanieModifier

Le président de la fédération roumaine Mircea Sandu et la fédération hongroise annoncèrent l'intention des deux pays d'organiser conjointement l'Euro 2020 ou l'Euro 2024, en automne 2010[22]. En mai 2012, il a été rapporté qu'il n'y aurait finalement pas de candidature de la part de la Hongrie et de la Roumanie[18].

Pays-BasModifier

Le , Harry Been, qui mena l'organisation conjointe avec la Belgique de l'Euro 2000, annonça que la KNVB considérerait sa candidature pour 2020[23]. Le , il apparut que la KNVB avait finalement exclu de présenter une candidature. Les Pays-Bas décidèrent de ne pas se présenter, invoquant les fortes probabilités de voir la Turquie remporter l'organisation. Bert van Oostveen, président de la fédération néerlandaise, déclara qu'il considérerait une candidature pour l'Euro 2024[24].

Candidatures (villes)Modifier

À la suite de l'annonce de l'UEFA d'organiser le championnat à travers l'ensemble du continent, les candidatures de pays sont devenues obsolètes. La compétition devrait se dérouler dans 13 villes différentes[25]. L'UEFA offre deux options aux villes candidates : la première pour trois matches de groupe, un huitième ou un quart de finale, la seconde pour les deux demi-finales et la finale[25].

Déclarations d'intention (villes)Modifier

Le , l'UEFA a fait savoir que 32 déclarations d'intention lui avaient été envoyées pour l'accueil de matches de l'Euro 2020. Les fédérations européennes avaient jusqu'au 12 septembre pour confirmer leur intérêt[26].

Un temps candidate à l'organisation de matches à travers la ville de Lyon[32], la France, organisatrice de l'édition précédente du Championnat, se retire pour « [laisser leur] chance à d'autres villes et pays européens », selon Noël Le Graët, président de la Fédération française de football[33].

Candidatures officielles (villes)Modifier

Le , date limite pour la soumission des candidatures officielles, Dix-neuf pays ont formellement déposé un dossier de candidature d’une ville chacun pour l’Euro 2020. Chaque pays pouvait postuler pour un des 12 packages, dits standards : de trois matchs de groupes et un huitième ou un quart de finale. Et postuler également pour un package spécial : les deux demi-finales et la finale (il n'y a pas de match pour la troisième place).

Deux villes ont postulé pour les deux packages (groupes et match éliminatoire + demi-finales et finale) :

17 villes ont postulé pour les packages standards[34] :

Candidatures sélectionnées (villes)Modifier

Le 19 septembre 2014, jour des sélections de villes, le président de l'UEFA a officiellement annoncé les 13 villes sélectionnées pour l'Euro 2020. La fédération allemande s'est désistée de la candidature à la finale, en présentant sa candidature à l'organisation de l'Euro 2024. La fédération anglaise dément un accord, arguant qu'elle a le meilleur dossier et le plus grand stade. Munich reçoit néanmoins un package standard 1 (quart de finale). Bakou est plébiscitée alors que l'Azerbaïdjan était la dernière candidature sérieuse (nations, voir ci-dessus). Il restait 10 packages pour 12 candidatures, et Cardiff (21 points de vote) et Solna (Stockholm, 18 points de vote) sont les deux candidatures malheureuses. Bruxelles avait déjà réclamé le match d'ouverture à titre symbolique, alors qu'Amsterdam a obtenu davantage de votes[35],[36].

Package Spécial (les 2 demi-finales et la finale, stade d'au moins 60 000 places)

Package Standard 1 (3 matchs de poules + un Quart de finale, stade d'au moins 60 000 places)

Package Standard 2 (3 matchs de poules + un Huitième de finale, stade d'au moins 30 000 places)

L'UEFA retire Bruxelles de la liste des villes hôtes le 7 décembre 2017 du fait des retards pris dans la conception du nouveau stade, l'Eurostadium. Par la suite, le projet de nouveau stade est annulé. Ses quatre matchs sont rapatriés sur Wembley, qui accueillera donc sept matchs.

Notes et référencesModifier

RéférencesModifier

  1. AFP, « L'Euro 2020 de football aura lieu dans toute l'Europe, annonce l'UEFA », L'Express, .
  2. « UEFA : L'Euro 2020 se jouera dans toute l'Europe », sur le10sport.com.
  3. AFP, « Euro-2020 : Michel Platini propose le Big Bang », sur Le Monde, .
  4. « L'Euro 2020 avec le Brésil et l'Argentine ? », sur Eurosport.
  5. (tr) « TFF Başkanı'ndan Açıklama » [« TFF President Announcement »], Fédération de Turquie de football,
  6. « Un journaliste turc: "Ce sera pour l'Euro 2020" »
  7. Andrew Warshaw, « German decision not to bid for Euro 2020 spells bad news for Istanbul Olympic campaignkh », insidethegames.biz,‎ (lire en ligne)
  8. « Rogge tells Turkey, Olympics or Euros but not both »(Archive.orgWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?) (consulté le )
  9. « Scotland and Wales consider late joint bid to stage Euro 2020 », The Guardian, Guardian Media Group,
  10. « Wales and Scotland abandon Euro 2016 bid », The Guardian, Guardian Media Group,
  11. « Scotland and Wales FAs may look to Ireland to aid Euro 2020 bid »(Archive.orgWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?) (consulté le )
  12. « Georgia, Azerbaijan plan bid to co-host Euro 2020 », Sports Illustrated, Time Inc. Sports Group, (consulté le ).
  13. « Azerbaijan Only Pitching to Win Olympics Not UEFA Euro 2020 », WorldFootballInsider.com,‎ (lire en ligne).
  14. (en) AFP, « Georgia Makes Solo Bid For Euro 2020 », sur RadioFreeEurope/RadioLiberty, Radio Free Europe, (consulté le ).
  15. « Azerbaijan, Georgia renew joint EURO 2020 bid », FIFA.com, FIFA,‎ (lire en ligne).
  16. (nl) « Haalt België Euro 2020 of WK -20 binnen? » [« Can Belgium host Euro 2020 or the U-20 World Cup »], belgiumsoccer.be, (consulté le )
  17. (de) « Drei Länder für eine Fußball-EM » [« Three countries for one European Championship »], dw.de, Deutsche Welle,
  18. a et b « Exclusive - More FAs Rule Out Battling Turkey for Euro 2020 », WorldFootballInsider.com,‎ (lire en ligne)
  19. (ro) « Bulgaria confirma: vrea sa organizeze EURO 2020 impreuna cu Romania » [« Bulgaria confirms: it wants to host Euro 2020 with Romania »], HotNews.ro,‎ (lire en ligne)
  20. « Bulgaria aborts bid to host Euro 2020 football championship » [« BFU gives up candidacy for EURO 2020 »], The Sofia Echo, Sofia, Sofia Echo Media,‎ (lire en ligne)
  21. (de) « Niersbach: EM-Bewerbung wäre "reizvoll" » [« Niersbach: Euro hosting would be "attractive" »], FIFA.com, FIFA,‎ (lire en ligne)
  22. (ro) « România şi Ungaria vor să organizeze Euro 2020 sau 2024 » [« Romania and Hungary will host Euro 2020 or 2024 »], România Liberă,‎ (lire en ligne)
  23. (nl) « KNVB richt zich nu op binnenhalen EK 2020 » [« KNVB now focusing on winning Euro 2020 »], NU.nl,‎ (lire en ligne)
  24. (nl) Stefan Vlieger, « KNVB gaat niet voor organisatie EK 2020 » [« KNVB not going to bid for EURO2020 »], Goal.com,‎ (lire en ligne)
  25. a b et c AFP, « Euro 2020: Munich officialise sa candidature », sur lavenir.net, (consulté le )
  26. AFP, « Euro-2020: la Belgique face à 31 candidats organisateurs », La Libre Belgique,‎ (lire en ligne)
  27. « Euro 2020: Bâle ville candidate », sur lequipe.fr, (consulté le )
  28. Association Suisse de Football, « Euro 2020: La ville de Bâle candidate », sur football.ch, (consulté le )
  29. Nouveau stade national : qui va payer ?, RTL, 5 septembre 2013
  30. a et b (pt) « Euro 2020: Federação admite candidatar Lisboa ou Porto », Maisfutebol,
  31. L'Equipe, « Euro 2020: La ville de Sofia candidate », sur lequipe.fr, (consulté le )
  32. « Euro 2020: Lyon parmi les 32 villes candidates pour accueillir un match », sur 20minutes.fr, (consulté le ).
  33. « Euro-2020: la France retire la candidature de Lyon », sur 20minutes.fr, (consulté le ).
  34. Les votes de l'UEFA dévoilés..., dépêche Belga, 19 septembre 2014
  35. : Hôtes de l'UEFA 2020, les réactions, UEFA, 19 septembre 2014
  36. Munich a retiré sa candidature pour la finale juste avant le vote, dépêche Belga, 19 septembre 2014