Tour d'Espagne 2021

édition 2021 du tour d'Espagne, course cycliste espagnole
Tour d'Espagne 2021 Cycling (road) pictogram.svg
Généralités
Course76e Tour d'Espagne
CompétitionsUCI World Tour 2021 2.UWT
Coupe d'Espagne de cyclisme sur route 2021
Étapes21
Dates14 août – 5 septembre
Distance3 417 km
PaysESP Espagne
Lieu de départBurgos
Lieu d'arrivéeSaint-Jacques-de-Compostelle
Équipes23
Partants184
Classés142
Vitesse moyenne40,715 km/h
Résultats
VainqueurSLO Primož Roglič (Jumbo-Visma)
DeuxièmeESP Enric Mas (Movistar Team)
TroisièmeAUS Jack Haig (Bahrain Victorious)
Classement par pointsNED Fabio Jakobsen (Deceuninck-Quick Step)
Meilleur grimpeurAUS Michael Storer (Team DSM)
Meilleur jeuneSUI Gino Mäder (Bahrain Victorious)
Super-combatifDEN Magnus Cort Nielsen (EF Education-Nippo)
Meilleure équipeBRN Bahrain Victorious
◀ 20202022
Commons-logo.svgDocumentation Wikidata-logo S.svg

Le Tour d'Espagne 2021 (en espagnol : Vuelta a España 2021) est la 76e édition de cette course cycliste masculine sur route. Le départ est donné le à Burgos, et l'arrivée a lieu le à Saint-Jacques-de-Compostelle. Il s'agit du troisième et dernier grand tour de la saison et de la 32e manche de l'UCI World Tour 2021.

La course est remportée pour la troisième année consécutive par le Slovène Primož Roglič de l'équipe Jumbo-Visma. Il devient seulement le troisième coureur à remporter la course trois années d'affilée. Il s'impose avec 4 minutes et 42 secondes d'avance sur l'Espagnol Enric Mas et plus de 7 minutes sur l'Australien Jack Haig. Il s'agit de la plus grande marge entre le lauréat et son dauphin depuis la victoire en 1997 d'Alex Zulle avec 5 minutes et 7 secondes d'avance[1]. Roglič a d'abord pris le maillot rouge lors du contre-la-montre inaugural avant de céder le maillot aux coureurs échappés à deux reprises. Il remporte trois autres étapes, dont le contre-la-montre final.

Dans les autres classements de la course, le Néerlandais Fabio Jakobsen (Deceuninck-Quick Step) remporte le classement par points, grâce à ses trois succès d'étapes au sprint. L'Australien Michael Storer (Team DSM) gagne le classement de la montagne et deux étapes, tandis que le Suisse Gino Mäder (Team Bahrain Victorious), cinquième du général, remporte le classement du meilleur jeune. Bahrain Victorious s'adjuge le classement par équipes et le Danois Magnus Cort Nielsen (EF Education-Nippo) remporte trois étapes et le prix de la combativité[2].

C'est la première fois depuis 1996 qu'aucun coureur espagnol ne remporte d'étape sur la Vuelta et c'est également la première fois de l'histoire qu'aucun espagnol ne gagne d'étape sur l'un des trois grands tours depuis la création de la Vuelta.

PrésentationModifier

ParcoursModifier

Après un contre-la-montre inaugural de 8 km autour de Burgos, les sprinteurs ont une première opportunité pour lever les bras. L'étape suivante est la plus longue de l'épreuve (203 km) et propose la première arrivée au sommet, en haut du Picón Blanco. Deux étapes de plaine sont ensuite programmés, la seconde étant sujette à des potentielles bordures. La 6e étape se termine au sommet du court et explosif Alto de la Montaña de Cullera. Six ascensions jalonnent l'étape suivante, qui se termine par la montée vers le balcón de Alcante. Après une étape plate vers la Manga del Mar Menor, la première semaine se conclut par une journée affichant 4 500 m de dénivelé positif, à travers quatre cols, dont l'Alto de Velefique, en haut duquel est jugée l'arrivée.

Le premier jour de repos est suivi par trois étapes andalouses accidentées : le sommet du Puerto de Almáchar se dresse à moins de 16 km de l'arrivée de ce premier acte ; l'étape en ligne la plus courte de la course (131,6 km) se termine par le mur de Valdepeñas de Jaén ; une boucle de 65 km autour de Cordoue, comprenant deux ascensions, conclut ce triptyque. S'ensuivent une étape de plaine et un week-end montagneux. Le samedi, l'étape finit par l'ascension du Pico Villuercas ; le dimanche, quatre cols jalonnent les 130 derniers kilomètres.

Après la seconde journée de repos, les sprinteurs ont une dernière chance de victoire. Le lendemain, les coureurs escaladent deux fois la Collada Llomena, puis la montée finale vers les lacs de Covadonga. Quatre cols sont au programme de la 18e étape, dont l'enchaînement final de l'Altu la Segá et de l'Altu d'el Gamoniteiru. L'étape suivante est difficile, mais les ascensions répertoriées pour le classement de la montagne figurent toutes dans le premier tiers du parcours. Le week-final se compose d'une étape de moyenne montagne, avec cinq ascensions dans les 100 derniers kilomètres, dont la montée finale vers le château de Herville, et d'un contre-la-montre vallonné de 33,7 km[3],[4],[5].

ÉquipesModifier

En tant que course World Tour, les 19 équipes World Tour participent automatiquement à la course. En terminant meilleure formation de deuxième division, l'équipe Alpecin-Fenix a le droit, sans obligation, de prendre part à toutes les épreuves du calendrier World Tour. En l’occurrence, la formation a décidé de prendre le départ de l'épreuve. Unipublic a également invité trois équipes espagnoles : Burgos-BH, Caja Rural-Seguros RGA et Euskaltel-Euskadi. Ainsi, 23 équipes participeront à la course, soit une de plus qu'habituellement, en vertu d'un réglement de l'UCI qui autorise les organisateurs des grands tours à inviter une formation supplémentaire pour faire face aux conséquences de la pandémie de Covid-19[6].

WorldTeams (19)ProTeams (4)

Favoris et principaux coureurs présentsModifier

Egan Bernal et Primož Roglič sont les favoris pour la victoire finale

Double tenant du titre et récent champion olympique du contre-la-montre, le Slovène Primož Roglič (Jumbo-Visma) est au départ de la course, après avoir abandonné le Tour de France en conséquence d'une chute. Il fait figure de favori de la Vuelta avec le Colombien Egan Bernal (Ineos Grenadiers), vainqueur du Tour d'Italie en mai, ainsi que de son coéquipier Richard Carapaz, sacré champion olympique sur route et troisième du Tour de France. Un temps annoncé, le vainqueur du Tour Tadej Pogačar, n'est finalement pas au départ. Les deux autres anciens vainqueurs de grands tours au départ sont Alejandro Valverde (Movistar) et Fabio Aru (Qhubeka-NextHash) - qui dispute la dernière course de sa carrière - mais ils sont au mieux considérés commes des outsiders au classement général.

Les autres coureurs attendus pour viser le classement général sont Aleksandr Vlasov (Astana), Miguel Ángel López et Enric Mas (Movistar), Hugh Carthy (EF Education-Nippo), ainsi que Mikel Landa (Bahrain-Victorious). Sur les dix premiers de l'année précédente, seuls Dan Martin et David Gaudu sont absents.

Les principaux sprinteurs présents sont Fabio Jakobsen (Deceuninck-Quick Step), Arnaud Démare (Groupama-FDJ), Michael Matthews (BikeExchange), Juan Sebastián Molano (UAE Team Emirates) et Davide Cimolai (Israël Start-Up Nation). Geoffrey Bouchard et Guillaume Martin, les deux derniers lauréats du Grand Prix de la montagne sont également au départ.

Déjà vainqueurs d'étape sur le Tour d'Italie et le Tour de France dans le passé, Arnaud Démare et Omar Fraile sont en lice sur ce Tour pour rejoindre la liste des cyclistes vainqueurs d'étapes sur les trois grands tours[7].

PrimesModifier

La course attribue les prix suivants[8]. Tous les montants sont en euros

Position 1er 2e 3e 4e 5e 6e 7e 8e 9e 10e-20e Total
Classement général Classement final 150 000 57 985 30 000 15 000 12 500 9 000 9 000 6 000 6 000 3 800 337 285 347 785
Leader 500 10 500
Par étape 11 000 5 500 2 700 1 500 1 100 900 900 650 650 360 28 860
Classement par points Sprints intermédiaires (19) 550 180 95 15 675 35 675
Leader 100 2 000
Classement final 11 000 5 000 2 000 18 000
Classement de la montagne Cima Alberto Fernandez 1 000 520 1 520 52 080
Col Hors catégorie (2) 920 615 3 070
1re catégorie (16) 460 310 12 320
2e catégorie (14) 230 155 5 390
3e catégorie (24) 115 80 4 680
Leader 100 2 000
Classement final 13 000 6 600 3 500 23 100
Classement du meilleur jeune Leader 70 1 400 19 400
Classement final 11 000 5 000 2 000 18 000
Classement par équipe Par étape 400 200 100 14 700 52 000
Classement final 12 500 7 500 5 500 4 300 3 200 2 200 1 100 1 100 37 300
Combativité Par étape 200 4 000 7 000
Vuelta 3 000 3 000
Total 1 120 000

Déroulement de la courseModifier

Première semaineModifier

 
Rein Taaramäe avec le maillot rouge à l'issue de la quatrième étape.

La Vuelta commence par un court contre-la-montre individuel à Burgos. Alex Aranburu (Astana-Premier Tech) reste en tête pendant la majeure partie de la journée après avoir réalisé un temps de 8 minutes et 38 secondes. Plusieurs coureurs se rapprochent du temps d'Aranburu, mais seul Primož Roglič (Team Jumbo-Visma), le dernier coureur sur la rampe de départ et le double tenant du titre, parvient à le battre. Roglič réalise un temps de 8 minutes et 32 secondes, soit six secondes plus rapide qu'Aranburu, pour prendre le premier maillot rouge de la course[9]. L'étape suivante emprunte un parcours plat avec une opportunité pour les sprinteurs de s'imposer. À 4,2 kilomètres de l'arrivée, une chute retarde plusieurs prétendants au classement général, dont Adam Yates (Ineos Grenadiers), Hugh Carthy (EF Education-Nippo) et David de la Cruz (UAE Team Emirates), tous trois perdant entre 30 secondes et une minute à l'arrivée. Dans le sprint final, Jasper Philipsen (Alpecin-Fenix) devance Fabio Jakobsen (Deceuninck-Quick Step) pour décrocher la victoire et prendre la tête du classement par points tandis que Roglič conserve le maillot rouge[10].

La troisième étape comporte la première arrivée au sommet de la course, avec la montée du Picón Blanco. Une échappée de huit coureurs obtient un avantage maximum de neuf minutes, tandis que l'équipe Jumbo-Visma décide de céder le maillot rouge à un coureur échappé. Dans la montée finale, Joe Dombrowski (UAE Team Emirates), Rein Taaramäe (Intermarché-Wanty-Gobert Matériaux) et Kenny Elissonde (Trek-Segafredo) se montrent comme les coureurs les plus forts de l'échappée. Plus haut dans la montée, Taaramäe lâche ses compagnons pour remporter l'étape, récupérant au passage le maillot rouge et le maillot bleu à pois du classement de la montagne. Le vent de face dans la montée décourage les coureurs du peloton principal d'attaquer et personne ne creuse d'écart significatif. Près de l'arrivée, Enric Mas (Movistar Team) accélère depuis le groupe des favoris, gagnant trois secondes sur un groupe de sept coureurs. Plusieurs prétendants, dont Carthy, Romain Bardet (Team DSM) et Aleksandr Vlasov (Astana-Premier Tech), perdent près d'une demi-minute. Le récent champion olympique Richard Carapaz (Ineos Grenadiers) termine une minute derrière le groupe des favoris et est pénalisé de 20 secondes pour un ravitaillement non autorisé[11].

La quatrième étape est principalement plate avec une légère pente sur la ligne d'arrivée. A 2,2 kilomètres de la ligne, Taaramäe, le leader de la course, chute, mais avec l'accident survenu dans les 3 derniers kilomètres, il est crédité du même temps que le peloton et peut conserver la tête de course. Lors du sprint final, Jakobsen devance Arnaud Démare (Groupama-FDJ) et prend la tête du classement par points et le maillot vert à Philipsen[12],[13]. La cinquième étape présente une autre chance pour les sprinteurs avec un parcours plat jusqu'à Albacete. À 11 kilomètres de l'arrivée, une chute massive fait tomber la plupart du peloton, y compris Bardet et Taaramäe, mais tous les coureurs parviennent à repartir. Au sprint, Philipsen devance Jakobsen pour remporter sa deuxième victoire d'étape de la course et reprend le maillot vert. Taaramäe termine à deux minutes, ce qui permet à Kenny Elissonde de récupérer le maillot rouge, tandis que Bardet termine à 12 minutes, l'écartant de la course au classement général[14].

La sixième étape comprend la deuxième arrivée en montée de la course au sommet de l'Alto de la Montaña de Cullera. À 34 kilomètres du sommet, les vents latéraux provoquent bordures qui scindent le peloton en plusieurs échelons. Le peloton se reforme avant la montée finale. Le groupe de tête composé de cinq échappés, commence la montée avec une avance de seulement 20 secondes. Magnus Cort Nielsen (EF Education-Nippo) distance ses compagnons d'échappée dans le dernier kilomètre. À 300 mètres du but, Roglič accélère et rejoint Cort Nielsen sur la ligne, mais ce dernier résiste et remporte l'étape. La plupart des autres favoris termine à moins de 30 secondes derrière tandis que Hugh Carthy perd près de trois minutes. Elissonde perd quatre minutes et demie, laissant le maillot rouge à Roglič[15].

 
Kenny Elissonde porte le maillot rouge de leader après la cinquième étape.

La septième étape comprend six ascensions classées, dont une arrivée au sommet du Balcón de Alicante. Après une lutte acharnée pour l'échappée, 29 coureurs se sont dégagés, le peloton se contentant de laisser l'échappée se battre pour la victoire d'étape. La lutte pour la victoire se résume à quatre coureurs : Michael Storer (Team DSM), Pavel Sivakov (Ineos Grenadiers), Carlos Verona (Movistar Team) et Andreas Kron (Lotto-Soudal). Verona attaque le premier dans les 4 derniers kilomètres, mais Storer le contre à 3,3 kilomètres du sommet et remporte l'étape en solitaire. Dans le groupe des favoris, Carthy lâche dans la première montée et abandonne. Sur la quatrième montée, le Puerto El Collao, Alejandro Valverde (Movistar Team) lance une attaque avec Carapaz et Yates. Dans la descente, il chute lourdement dans un virage et, après avoir essayé de continuer, il est finalement contraint d'abandonner en raison de ses blessures. Il est révélé plus tard qu'il s'est fracturé la clavicule[16]. Carapaz, Roglič et Miguel Ángel López (Movistar Team) attaquent par la suite, mais sont rattrapés. Dans la montée finale, Adam Yates repasse à l'attaque, entraînant avec lui Roglič, Mas, López, De La Cruz, Egan Bernal (Ineos Grenadiers) et Louis Meintjes (Intermarché-Wanty-Gobert Matériaux) jusqu'à l'arrivée. Vlasov perd 13 secondes tandis que les autres prétendants ont perdu environ une trentaine de secondes. Au classement général, Roglič conserve de justesse son maillot rouge avec huit secondes d'avance sur Felix Großschartner (Bora-Hansgrohe), membre de l'échappée[17]. L'étape suivante est une autre opportunité pour les sprinteurs. Après que le trio principal de l'échappée du jour soit rattrapé, Astana-Premier Tech tente de scinder le peloton avec des bordures, mais le peloton se regroupe pour le sprint final. Jakobsen devance Alberto Dainese (Team DSM) pour remporter sa deuxième victoire d'étape sur la course[18].

Lors de la neuvième étape, le peloton affronte un parcours montagneux avec une arrivée au sommet de l'Alto de Velefique. L'échappée met près de 90 kilomètres à se fomer, avec 11 coureurs en tête. À 71 kilomètres de l'arrivée, Damiano Caruso (Team Bahrain Victorious) lâche ses compagnons d'échappée sur l'Alto Collado Venta Luisa. Il construit progressivement son avance sur les restes de l'échappée avant de contenir les accélérations des prétendants au classement général pour remporter l'étape. Dans le groupe des favoris, Mikel Landa (Team Bahrain Victorious) est lâché dans le dernier col, perdant finalement cinq minutes. Yates attaque dans la montée, suivi par Roglič et Mas, les seuls coureurs capables de l'accompagner lors de sa dernière attaque. Roglič et Mas distancent finalement Yates avant de travailler ensemble pour augmenter leur avance, Roglič sprintant pour prendre la deuxième place, une seconde devant Mas. Un groupe de poursuite composé de Yates, López, Bernal et Jack Haig (Team Bahrain Victorious) se forme derrière. Bernal est à son tour incapable de suivre le rythme des poursuivants qui terminent avec 39 secondes de retard sur Roglič, tandis que Bernal finit avec Giulio Ciccone (Trek-Segafredo) et Gino Mäder (Team Bahrain Victorious) avec plus d'une minute de retard. Enric Mas est alors le seul coureur à moins d'une minute de Roglič avant le premier jour de repos[19].

Deuxième semaineModifier

La première étape après la journée de repos commence avec un parcours légèrement vallonné avant que les coureurs n'abordent le Puerto de Almáchar. Le peloton décide de laisser l'échappée se battre pour la victoire d'étape, 31 coureurs s'échappent après plus de 70 kilomètres de course. Sur le Puerto de Almáchar, Michael Storer (Team DSM) lâche ses compagnons d'échappée en route vers une nouvelle victoire d'étape en solitaire. Dans le groupe des favoris, le leader de la course Primož Roglič (Team Jumbo-Visma) attaque sur la section la plus raide de la montée et franchit le sommet avec une marge d'environ 20 secondes sur un groupe de poursuite composé de Jack Haig (Team Bahrain Victorious) et du duo de l'équipe Movistar Enric Mas et Miguel Ángel López. Cependant, Roglič chute dans la descente et est rattrapé par le trio de poursuivants. Aleksandr Vlasov (Astana-Premier Tech), Felix Großschartner (Bora-Hansgrohe) et le coéquipier de Roglič, Sepp Kuss, rejoignent le quatuor. Les sept coureurs franchissent la ligne avec près de 12 minutes de retard sur Storer. Un groupe contenant le duo d'Ineos Grenadiers Egan Bernal et Adam Yates franchit la ligne avec 37 secondes de retard sur le groupe Roglič. Odd Christian Eiking (Intermarché-Wanty-Gobert Matériaux), membre de l'échappée, récupère le maillot rouge, tandis que Guillaume Martin (Cofidis) passe en deuxième position avec près d'une minute de retard[20].

La onzième étape comporte une arrivée sur la montée raide de Valdepeñas de Jaén. Une échappée de cinq part après 30 kilomètres. Magnus Cort Nielsen (EF Education-Nippo) distance ses compagnons d'échappée sur le Puerto de Locubín avant d'atteindre le dernier kilomètre avec un peu moins de 20 secondes d'avance. Il est finalement rattrapé par Primož Roglič dans le sprint final, qui remporte sa deuxième victoire d'étape sur la course. Eiking franchit la ligne d'arrivée 11 secondes derrière et conserve le maillot rouge[21]. L'étape suivante présente un parcours vallonné avec un autre combat pour faire partie de l'échappée. Huit coureurs se dégagent après 75 kilomètres, mais UAE Team Emirates maintient l'avance à seulement une minute et demie. Alors qu'il reste 54 kilomètres à parcourir, une chute fait tomber plusieurs coureurs dans le peloton, dont Roglič et Yates, mais tous les coureurs réintégrent le peloton. Dans la dernière montée de la journée, l'échappée est rattrapée, puis un contre se forme avec Giulio Ciccone (Trek-Segafredo), Jay Vine (Alpecin-Fenix), Romain Bardet (Team DSM) et Sergio Henao (Team Qhubeka NextHash). Le quatuor est finalement rattrapé dans le dernier kilomètre et Jens Keukeleire (EF Education-Nippo) emmène son sprinteur Magnus Cort Nielsen vers sa deuxième victoire d'étape[22].

Avant deux étapes montagneuses consécutives, la treizième étape offre une nouvelle opportunité aux sprinteurs. À 60 kilomètres de l'arrivée, des vents de travers scindent le peloton mais celui-ci se regroupé avant le final. Dans les derniers kilomètres techniques, Deceuninck-Quick-Step prend les devants et impose un rythme rapide, ce qui finit par causer plusieurs écarts. Distancé par ses équipiers, Fabio Jakobsen ne dispute pas le sprint, au contraire de son habituel poisson-pilote Florian Sénéchal, qui résiste à Matteo Trentin (UAE Team Emirates) pour remporter sa première étape sur un grand tour[23].

La quatorzième étape est une étape montagneuse, avec une arrivée au sommet du Pico Villuercas. Une échappée de 18 coureurs comptent jusqu'à 14 minutes d'avance. Jay Vine (Alpecin-Fenix), Daniel Navarro (Burgos BH) et Sep Vanmarcke (Israel Start-Up Nation), sont notamment victimes de chutes, mais parviennent à repartir. Romain Bardet se montre le plus fort de l'échappée, il distance ses anciens compagnons d'échappée dans la montée finale pour remporter l'étape et prendre la tête du classement de la montagne. Ses poursuivants les plus proches sont Vine et Jesús Herrada (Cofidis) avec 44 secondes de retard. Dans le groupe des favoris, le vent contraire dans la montée finale et le rythme imposé par l'équipe Jumbo-Visma dissuadent les attaques des prétendants. À 2,7 kilomètres de l'arrivée, Miguel Ángel López passe à l'attaque et obtient un avantage de plus de 10 secondes avant d'être poursuivi par Roglič dans le dernier kilomètre. Roglič emmène avec lui Enric Mas, Egan Bernal et Jack Haig, le quatuor terminant à moins de quatre secondes de López. Odd Christian Eiking perd 20 secondes, mais reste maillot rouge un jour de plus[24].

Lors de la quinzième étape, les coureurs affrontent quatre montées avant une courte descente jusqu'à l'arrivée à El Barraco, précédant la deuxième journée de repos. À l'issue d'un combat pour prendre l'échappée, trois coureurs s'isolent, à savoir Maxim Van Gils (Lotto-Soudal), Fabio Aru (Team Qhubeka NextHash) et Rafał Majka (UAE Team Emirates), tandis qu'un autre groupe d'attaquants se forme derrière. Van Gils se retrouve rapidement dans le groupe de chasse, et à 87 kilomètres de l'arrivée, Majka distance Aru et se retrouve seul devant. Le Polonais maintient son avantage jusqu'au bout pour remporter l'étape. Son poursuivant le plus proche est Steven Kruijswijk (Team Jumbo-Visma), qui termine avec près d'une minute et demie de retard. Pendant ce temps, le groupe des favoris reste relativement calme avant que Yates n'anime le groupe avec plusieurs attaques dans la dernière montée, sa dernière attaque lui donnant un avantage de 15 secondes sur la ligne d'arrivée. Odd Christian Eiking termine avec les autres prétendants pour garder le maillot rouge de leader avant le deuxième jour de repos[25].

Troisième semaineModifier

La troisième semaine commence par une étape plate, offrant l'une des dernière chance aux purs sprinteurs de gagner. Quelques kilomètres après le départ de l'étape, une chute entraîne plusieurs coureurs, divisant ainsi le peloton en deux. Giulio Ciccone (Trek-Segafredo) est contraint d'abandonner la Vuelta tandis qu'Enric Mas (Movistar Team) et Guillaume Martin (Cofidis) sont touchés, mais peuvent repartir. Une échappée de cinq coureurs obtient une avance de deux minutes et Stan Dewulf (AG2R Citroën) est le dernier rescapé de l'échappée, rejoint à moins de 5 kilomètres de l'arrivée. Dans le sprint final, Fabio Jakobsen (Deceuninck-Quick Step) décroche sa troisième victoire d'étape de la course. Odd Christian Eiking (Intermarché-Wanty-Gobert Matériaux) conserve le maillot rouge avant les deux grandes étapes de montagne[26].

La dix-septième étape, avec une arrivée au sommet aux Lacs de Covadonga, est la première des deux étapes de montagne qui s'annoncent décisives dans la bataille du classement général. Dans la deuxième ascension de La Collada Llomena, l'échappée principale du jour est rattrapée, tandis qu'Eiking est lâché du peloton. À 61 kilomètres de l'arrivée, Egan Bernal (Ineos Grenadiers) lance une attaque, suivi immédiatement par Primož Roglič (Team Jumbo-Visma). Les deux coureurs augmentent progressivement leur avantage sur un groupe contenant les autres favoris emmenés par l'équipe Bahrain Victorious. Lors de la montée finale vers les Lacs de Covadonga, Roglič lâche Bernal à 7,5 kilomètres su sommet et remporte en solitaire sa troisième victoire d'étape. Il récupère également le maillot rouge. Derrière, Bernal est rejoint par un groupe de poursuite de six coureurs, avec les plus proches rivaux de Roglič. Dans le dernier kilomètre, alors que Roglič entamait sa descente d'après-course, son coéquipier, Sepp Kuss, sprinte pour empêcher les autres concurrents d'obtenir les six secondes de bonifications offertes pour la deuxième place. Au classement général, Roglič augmente son avantage à près de deux minutes et demie sur Enric Mas[27].

La dix-huitième étape comprend la dernière grande étape de montagne, les coureurs s'attaquant à la montée finale de l'Alto de Gamoniteiro pour la première fois dans l'histoire de la Vuelta. Une échappée de 32 coureurs se forme en début d'étape tandis que l'équipe Bahrain Victorious contrôle le rythme du peloton. Michael Storer (Team DSM) est le coureur le plus fort de l'échappée, lâchant ses compagnons d'échappée et se lançant dans une échappée en solitaire de 72 kilomètres. Le peloton diminue progressivement son retard et David de la Cruz (UAE Team Emirates) sort sur le Gamoniteiro où il rejoint et dépasse Storer à 5,5 kilomètres de l'arrivée. Mais, il est rapidement rattrapé par Miguel Ángel López (Movistar Team), après son attaque au sein d'un groupe réduit contenant Roglič, Kuss, Mas et Bernal. López décroche la victoire d'étape en solitaire. Roglič devance de quelques secondes Mas et Bernal à l'arrivée. Un quatuor comprenant notamment Jack Haig (Team Bahrain Victorious) termine à 58 secondes derrière. En terminant deuxième, Roglič renforce son emprise sur le maillot rouge[28].

 
Primož Roglič, lors de la cinquième étape.

La dix-neuvième étape comporte un départ vallonné, avec trois montées catégorisées avant un final essentiellement plat. Une échappée de 24 coureurs anime la journée, mais les équipes BikeExchange et DSM n'octroient à l'échappée qu'une avance maximale de deux minutes et demie. Avec 43 kilomètres restant, plusieurs coureurs sont pris dans une chute dans le peloton. La plus grosse victime est Louis Meintjes (Intermarché-Wanty-Gobert Matériaux), dixième du général et contraint à l'abandon. En tête, sept coureurs constituent encore l'échappée, le peloton restant à une demi-minute derrière. Cependant, l'échappée maintient ce maigre avantage jusqu'à l'arrivée. Dans le sprint final, Magnus Cort Nielsen (EF Education-Nippo) devance au sprint Quinn Simmons (Trek-Segafredo) et résiste à Rui Oliveira (UAE Team Emirates) pour remporter sa troisième victoire d'étape sur cette édition. Le seul changement dans le top dix est David de la Cruz qui se hisse à la dixième place après l'abandon de Meintjes[29].

L'avant-dernière étape comporte cinq ascensions classées dans les 100 derniers kilomètres. Après 50 kilomètres de course, un groupe de 16 coureurs se détache du peloton, obtenant une avance de 11 minutes et demie avant que Ineos Grenadiers ne commence à rouler dans le peloton. À l'échappée, Storer accumule le maximum de points sur les trois premières montées pour décrocher le classement de la montagne. Dans la descente de l'Alto de Mougás, Ryan Gibbons (UAE Team Emirates) attaque dans l'échappée, prenant plus d'une minute d'avance sur le groupe de chasse. Dans le peloton, Adam Yates (Ineos Grenadiers) attaque à deux reprises. Seuls Roglič, Mas, Haig et Gino Mäder (Team Bahrain Victorious) parviennent à le suivre, l'avance du groupe s'envolant à plus de quatre minutes sur le groupe Miguel Ángel López et Egan Bernal, tous deux piégés. En colère et énervé, López finit par abandonner au milieu de l'étape, malgré les tentatives de ses coéquipiers et du directeur sportif pour le remotiver[30]. Devant, le groupe Roglič revient petit à petit sur les échappées lors des deux dernières montées. Avec moins d'une minute de retard sur Gibbons, Yates et Mas partent à l'attaque dans la montée finale, rattrapant et lâchant Gibbons, mais Roglič et Haig parviennent à faire la jonction à chaque fois. Dans les deux derniers kilomètres, alors que les quatre coureurs sont quasiment à l'arrêt, Clément Champoussin (AG2R Citroën Team), qui était échappé en début d'étape, en profite pour revenir de l'arrière et attaquer les leaders qui continuent à se regarder. Il conserve quelques secondes d'avance sur la ligne pour remporter sa première étape sur un grand tour. Roglič termine deuxième et conserve le maillot rouge tandis que Haig passe à la troisième place et Yates se hisse à la quatrième place. Nouveau cinquième du général, Gino Mäder récupère le maillot blanc de meilleur jeune de Bernal[31].

La dernière étape comprend un contre-la-montre de 33,8 kilomètres de Padrón à Saint-Jacques-de-Compostelle. Josef Cerný (Deceuninck-Quick-Step), le premier coureur à s'élancer, établit le premier temps de référence en 45 minutes et 18 secondes. Le temps est battu par Magnus Cort Nielsen en 44 minutes et 16 secondes, un peu plus d'une minute plus vite que Černý. Cort Nielsen conserve la tête jusqu'au passage de Primož Roglič, dernier coureur à s'élancer. Roglič signe un temps de 44 minutes et 2 secondes, battant le temps de Cort de 14 secondes pour remporter sa quatrième étape de la course et confirmer sa troisième victoire consécutive sur la Vuelta. Jakobsen, Storer et Mäder ont terminé le contre-la-montre sans prendre de risque pour confirmer leurs victoires respectivement aux classements par points, de la montagne et du meilleur jeune. L'équipe Bahrain Victorious remporte le classement par équipe tandis que Cort Nielsen gagne celui de la combativité. 142 coureurs ont terminé la course, 42 de moins que le nombre de coureurs qui ont pris le départ[2].

ÉtapesModifier

Étape Date Villes étapes Distance (km) Vainqueur d’étape Leader du classement général
1re étape sam. 14 août BurgosBurgos
 
7,1   Primož Roglič   Primož Roglič
2e étape dim. 15 août CaleruegaBurgos
 
166,7   Jasper Philipsen   Primož Roglič
3e étape lun. 16 août Santo Domingo de Silos – Espinosa de los Monteros
 
202,8   Rein Taaramäe   Rein Taaramäe
4e étape mar. 17 août El Burgo de OsmaMolina de Aragón
 
163,9   Fabio Jakobsen   Rein Taaramäe
5e étape mer. 18 août TarancónAlbacete
 
184,4   Jasper Philipsen   Kenny Elissonde
6e étape jeu. 19 août RequenaCullera
 
158,3   Magnus Cort Nielsen   Primož Roglič
7e étape ven. 20 août Gandia – Balcón de Alicante
 
152   Michael Storer   Primož Roglič
8e étape sam. 21 août Santa Pola – La Manga del Mar Menor
 
173,7   Fabio Jakobsen   Primož Roglič
9e étape dim. 22 août Puerto LumbrerasAlto de Velefique
 
188   Damiano Caruso   Primož Roglič
lun. 23 août
 
Journée de repos no 1
10e étape mar. 24 août Roquetas de MarRincón de la Victoria
 
189   Michael Storer   Odd Christian Eiking
11e étape mer. 25 août AntequeraValdepeñas de Jaén
 
133,6   Primož Roglič   Odd Christian Eiking
12e étape jeu. 26 août JaénCordoue
 
175   Magnus Cort Nielsen   Odd Christian Eiking
13e étape ven. 27 août BelmezVillanueva de la Serena
 
203,7   Florian Sénéchal   Odd Christian Eiking
14e étape sam. 28 août Don Benito – La Villuerca
 
165,7   Romain Bardet   Odd Christian Eiking
15e étape dim. 29 août Navalmoral de la MataEl Barraco
 
197,5   Rafał Majka   Odd Christian Eiking
lun. 30 août
 
Journée de repos no 2
16e étape mar. 31 août LaredoSanta Cruz de Bezana
 
180   Fabio Jakobsen   Odd Christian Eiking
17e étape mer. 1er septembre Unquera – Lacs de Covadonga
 
185,8   Primož Roglič   Primož Roglič
18e étape jeu. 2 septembre RoveretoSalasAlto del Gamoniteiro
 
162,6   Miguel Ángel López   Primož Roglič
19e étape ven. 3 septembre Tapia de CasariegoMonforte de Lemos
 
191,2   Magnus Cort Nielsen   Primož Roglič
20e étape sam. 4 septembre SanxenxoMos
 
202,2   Clément Champoussin   Primož Roglič
21e étape dim. 5 septembre PadrónSaint-Jacques-de-Compostelle
 
33,8   Primož Roglič   Primož Roglič

ClassementsModifier

Classement général finalModifier

 Classement général
CoureurPaysÉquipeTemps
1erPrimož Roglič    SlovénieJumbo-Visma83 h 55 min 29 s
2eEnric Mas   EspagneMovistar Team+ 4 min 42 s
3eJack Haig   AustralieBahrain Victorious+ 7 min 40 s
4eAdam Yates   Royaume-UniIneos Grenadiers+ 9 min 06 s
5eGino Mäder    SuisseBahrain Victorious+ 11 min 33 s
6eEgan Bernal   ColombieIneos Grenadiers+ 13 min 27 s
7eDavid de la Cruz   EspagneUAE Team Emirates+ 18 min 33 s
8eSepp Kuss   États-UnisJumbo-Visma+ 18 min 55 s
9eGuillaume Martin   FranceCofidis+ 20 min 27 s
10eFelix Großschartner   AutricheBora-Hansgrohe+ 22 min 22 s
11eOdd Christian Eiking   NorvègeIntermarché-Wanty-Gobert Matériaux+ 25 min 14 s
12eSteven Kruijswijk   Pays-BasJumbo-Visma+ 26 min 42 s
13eJuan Pedro López   EspagneTrek-Segafredo+ 31 min 21 s
14eGeoffrey Bouchard   FranceAG2R Citroën+ 49 min 09 s
15eRémy Rochas   FranceCofidis+ 52 min 32 s
16eClément Champoussin   FranceAG2R Citroën+ 57 min 29 s
17eDamiano Caruso   ItalieBahrain Victorious+ 1 h 05 min 31 s
18eSam Oomen   Pays-BasJumbo-Visma+ 1 h 09 min 25 s
19eÓscar Cabedo   EspagneBurgos-BH+ 1 h 12 min 43 s
20eSteff Cras   BelgiqueLotto-Soudal+ 1 h 22 min 06 s
Source : ProCyclingStats


Classements annexes finalsModifier

Classement par pointsModifier

 Classement par points
CoureurPaysÉquipePoints
1erFabio Jakobsen    Pays-BasDeceuninck-Quick Step250 pts
2ePrimož Roglič    SlovénieJumbo-Visma199 pts
3eMagnus Cort Nielsen   DanemarkEF Education-Nippo161 pts
4eMatteo Trentin   ItalieUAE Team Emirates145 pts
5eEnric Mas   EspagneMovistar Team120 pts
6eAlberto Dainese   ItalieTeam DSM120 pts
7eMichael Matthews   AustralieTeam BikeExchange114 pts
8eAndrea Bagioli   ItalieDeceuninck-Quick Step101 pts
9eEgan Bernal   ColombieIneos Grenadiers96 pts
10eArnaud Démare   FranceGroupama-FDJ91 pts

Classement du meilleur grimpeurModifier

 Classement de la montagne
CoureurPaysÉquipePoints
1erMichael Storer    AustralieTeam DSM80 pts
2eRomain Bardet   FranceTeam DSM61 pts
3ePrimož Roglič    SlovénieJumbo-Visma51 pts
4eDamiano Caruso   ItalieBahrain Victorious33 pts
5eRafał Majka   PologneUAE Team Emirates33 pts
6eJack Haig   AustralieBahrain Victorious23 pts
7eSepp Kuss   États-UnisJumbo-Visma19 pts
8eEnric Mas   EspagneMovistar Team17 pts
9eEgan Bernal   ColombieIneos Grenadiers16 pts
10eFabio Aru   ItalieQhubeka NextHash16 pts

Classement du meilleur jeuneModifier

 Classement du meilleur jeune
CoureurPaysÉquipeTemps
1erGino Mäder    SuisseBahrain Victorious84 h 07 min 02 s
2eEgan Bernal   ColombieIneos Grenadiers+ 1 min 54 s
3eJuan Pedro López   EspagneTrek-Segafredo+ 19 min 48 s
4eRémy Rochas   FranceCofidis+ 40 min 59 s
5eClément Champoussin   FranceAG2R Citroën+ 45 min 56 s
6eSteff Cras   BelgiqueLotto-Soudal+ 1 h 10 min 33 s
7eJefferson Cepeda   ÉquateurCaja Rural-Seguros RGA+ 1 h 47 min 21 s
8ePavel Sivakov   RussieIneos Grenadiers+ 1 h 53 min 14 s
9eGotzon Martín   EspagneEuskaltel-Euskadi+ 1 h 59 min 06 s
10eMichael Storer    AustralieTeam DSM+ 2 h 11 min 12 s

Classement par équipesModifier

 Classement par équipes
ÉquipePaysÉquipe
1reBahrain Victorious    Bahreïn252 h 19 min 35 s
2eJumbo-Visma   Pays-Bas+ 7 min 26 s
3eIneos Grenadiers   Royaume-Uni+ 32 min 18 s
4eUAE Team Emirates   Émirats arabes unis+ 1 h 05 min 10 s
5eIntermarché-Wanty-Gobert Matériaux   Belgique+ 1 h 15 min 05 s
6eMovistar Team   Espagne+ 1 h 17 min 16 s
7eAG2R Citroën   France+ 1 h 43 min 04 s
8eCofidis   France+ 2 h 15 min 39 s
9eTrek-Segafredo   États-Unis+ 2 h 38 min 20 s
10eTeam DSM   Allemagne+ 2 h 59 min 49 s

Classements UCIModifier

La course attribue des points au Classement mondial UCI 2021 selon le barème suivant[32] :

Barème de points pour ce Tour d'Espagne
Position 1er 2e 3e 4e 5e 6e 7e 8e 9e 10e 11e 12e 13e 14e 15e 16e 17e 18e 19e 20e 21e à 25e 26e à 30e 31e à 40e 41e à 50e 51e à 55e 56e à 60e
Classement général 850 680 575 460 380 320 260 220 180 140 120 100 84 68 60 56 52 48 44 40 32 24 20 16 12 8
Par étapes 100 40 20 12 4
Classements finals annexes 100 40 20
Leader par étapes 20

Évolution des classementsModifier

RèglementsModifier

Le classement général, dont le leader porte le maillot rouge, s'établit en additionnant les temps réalisés à chaque étape, puis en ôtant d'éventuelles bonifications (10, 6 et 4 s à l'arrivée des étapes en ligne et 3, 2 et 1 s à chaque sprint intermédiaire). En cas d'égalité, les critères de départage, dans l'ordre, sont : centièmes de seconde enregistrés lors du contre-la-montre, addition des places obtenues lors de chaque étape, place obtenue lors de la dernière étape.

Le classement par points, dont le leader porte le maillot vert, est l'addition des points attribués à l'arrivée des étapes (25, 20, 16, 14, 12 et 10 points, puis en ôtant 1 pt par place perdue jusqu'au 15e, qui reçoit donc 1 pt) et aux sprints intermédiaires (4, 2 et 1 points). En cas d'égalité de points, les critères de départage, dans l'ordre, sont : nombre de victoires d'étape, de sprints intermédiaires, classement général.

Le classement du meilleur grimpeur, dont le leader porte le maillot blanc à pois bleu, consiste en l'addition des points obtenus au sommet de la Cima Alberto Fernandez (20, 15 10, 6, 4 et 2 pts) et des ascensions Hors catégorie (15, 10, 6, 4 et 2 pts) et de 1re (10, 6, 4, 2 et 1 pts), 2e (5, 3 et 1 pts) et 3e (3, 2 et 1 pts) catégorie. En cas d'égalité de points, les critères de départage, dans l'ordre, sont : passage en tête au sommet de la Cima Alberto Fernandez, nombre de premières places dans les ascensions Hors catégorie, puis de 1re, ensuite de 2e, enfin de 3e catégorie, classement général.

Le classement du meilleur jeune, dont le leader porte le maillot blanc, est le classement général des coureurs nés depuis le .

Le classement par équipes de l'étape est l'addition des trois meilleurs temps individuels de chaque équipe. En cas d'égalité, les critères de départage, dans l'ordre, sont : addition des places des trois premiers coureurs des équipes concernées, place du meilleur coureur sur l'étape. Calculer le classement par équipes revient à additionner les classements par équipes de chaque étape. En cas d'égalité, les critères de départage, dans l'ordre, sont : nombre de premières places dans le classement par équipes du jour, nombre de deuxièmes places dans le classement par équipes du jour, etc., place au classement général du meilleur coureur des équipes concernées[8].

Suivi étape par étapeModifier

Étape Vainqueur Classement général Classement par points Classement de la montagne Meilleur jeune Classement par équipes Prix de la combativité
1 Primož Roglič Primož Roglič Primož Roglič Sepp Kuss Andrea Bagioli Jumbo-Visma Non décerné
2 Jasper Philipsen Jasper Philipsen Diego Rubio Hernández
3 Rein Taaramäe Rein Taaramäe Rein Taaramäe Egan Bernal UAE Emirates Julen Amézqueta
4 Fabio Jakobsen Fabio Jakobsen Ángel Madrazo
5 Jasper Philipsen Kenny Elissonde Jasper Philipsen Oier Lazkano
6 Magnus Cort Nielsen Primož Roglič Movistar Joan Bou
7 Michael Storer Pavel Sivakov Michael Storer
8 Fabio Jakobsen Fabio Jakobsen Aritz Bagües
9 Damiano Caruso Damiano Caruso Julen Amézqueta
10 Michael Storer Odd Christian Eiking Ineos Grenadiers Matteo Trentin
11 Primož Roglič Jonathan Lastra
12 Magnus Cort Nielsen Julen Amézqueta
13 Florian Sénéchal Álvaro Cuadros
14 Romain Bardet Romain Bardet Daniel Navarro
15 Rafał Majka Rafał Majka
16 Fabio Jakobsen Jetse Bol
17 Primož Roglič Primož Roglič Bahrain Victorious Egan Bernal
18 Miguel Ángel López Michael Storer Michael Storer
19 Magnus Cort Nielsen Andreas Kron
20 Clément Champoussin Gino Mäder Ryan Gibbons
21 Primož Roglič Non décerné
Classements finals Primož Roglič Fabio Jakobsen Michael Storer Gino Mäder Bahrain Victorious Magnus Cort Nielsen

Liste des participantsModifier

Légende
Num Dossard de départ porté par le coureur sur cette Vuelta Pos. Position finale au classement général
  Indique le vainqueur du classement général   Indique le vainqueur du classement de la montagne
  Indique le vainqueur du classement par points   Indique le vainqueur du classement du meilleur jeune
  Indique la meilleure équipe   Indique un maillot de champion national ou mondial,
suivi de sa spécialité
NP Indique un coureur qui n'a pas pris le départ d'une étape,
suivi du numéro de l'étape où il s'est retiré
AB Indique un coureur qui n'a pas terminé une étape,
suivie du numéro de l'étape où il s'est retiré
HD Indique un coureur qui a terminé une étape hors des délais,
suivi du numéro de l'étape
EX Indique un coureur exclu pour non-respect du règlement
  Liste des participants
Jumbo-Visma
TJV
NumCoureurPos
1  Primož Roglič (SLO) 1er
2  Koen Bouwman (NED) 42e
3  Robert Gesink (NED) 62e
4  Lennard Hofstede (NED) 128e
5  Steven Kruijswijk (NED) 12e
6  Sepp Kuss (USA) 8e
7  Sam Oomen (NED) 18e
8  Nathan Van Hooydonck (BEL) 82e
AG2R Citroën
ACT
NumCoureurPos
11  Geoffrey Bouchard (FRA) 14e
12  Lilian Calmejane (FRA) 33e
13  Clément Champoussin (FRA) 16e
14  Mikaël Cherel (FRA) 45e
15  Stan Dewulf (BEL) 65e
16  Nicolas Prodhomme (FRA) 52e
17  Damien Touzé (FRA) 79e
18  Clément Venturini (FRA) 97e
Alpecin-Fenix
AFC
NumCoureurPos
21  Jay Vine (AUS) 73e
22  Tobias Bayer (AUT) AB-12
23  Floris De Tier (BEL) 48e
24  Alexander Krieger (GER) 117e
25  Sacha Modolo (ITA) AB-19
26  Jasper Philipsen (BEL) NP-11
27  Edward Planckaert (BEL) 122e
28  Scott Thwaites (GBR) 134e
Astana-Premier Tech
APT
NumCoureurPos
31  Aleksandr Vlasov (RUS)  (chrono) NP-20
32  Alex Aranburu (ESP) NP-11
33  Omar Fraile (ESP)  (route) NP-13
34  Gorka Izagirre (ESP) 27e
35  Ion Izagirre (ESP) 26e
36  Yuriy Natarov (KAZ) 91e
37  Óscar Rodríguez Garaicoechea (ESP) AB-7
38  Luis León Sánchez (ESP) AB-17
Bahrain Victorious
TBV
NumCoureurPos
41  Mikel Landa (ESP) AB-17
42  Yukiya Arashiro (JPN) 116e
43  Damiano Caruso (ITA) 17e
44  Jack Haig (AUS) 3e
45  Gino Mäder (SUI) 5e
46  Mark Padun (UKR) 59e
47  Wout Poels (NED) 23e
48  Jan Tratnik (SLO)  (chrono) 94e
Bora-Hansgrohe
BOH
NumCoureurPos
51  Felix Großschartner (AUT) 10e
52  Cesare Benedetti (POL) 107e
53  Patrick Gamper (AUT) 112e
54  Martin Laas (EST) 140e
55  Jordi Meeus (BEL) 139e
56  Anton Palzer (GER) 102e
57  Maximilian Schachmann (GER)  (route) NP-13
58  Ben Zwiehoff (GER) 47e
Burgos-BH
BBH
NumCoureurPos
61  Daniel Navarro (ESP) 24e
62  Jetse Bol (NED) 71e
63  Óscar Cabedo (ESP) 19e
64  Carlos Canal (ESP) 106e
65  Ángel Madrazo (ESP) 63e
66  Ander Okamika (ESP) 75e
67  Diego Rubio Hernández (ESP) AB-18
68  Pelayo Sánchez (ESP) 84e
Caja Rural-Seguros RGA
CJR
NumCoureurPos
71  Jonathan Lastra (ESP) AB-18
72  Jon Aberasturi (ESP) 132e
73  Julen Amézqueta (ESP) 43e
74  Aritz Bagües (ESP) 87e
75  Jefferson Cepeda (ECU) 32e
76  Álvaro Cuadros (ESP) 78e
77  Oier Lazkano (ESP) NP-20
78  Sergio Martín (ESP) AB-9
Cofidis
COF
NumCoureurPos
81  Guillaume Martin (FRA) 9e
82  Piet Allegaert (BEL) 123e
83  Fernando Barceló (ESP) 89e
84  Eddy Finé (FRA) 92e
85  Jesús Herrada (ESP) 38e
86  José Herrada (ESP) 57e
87  Emmanuel Morin (FRA) AB-7
88  Rémy Rochas (FRA) 15e
Deceuninck-Quick Step
DQT
NumCoureurPos
91  Fabio Jakobsen (NED) 141e
92  Andrea Bagioli (ITA) 90e
93  Josef Černý (CZE)  (chrono) 142e
94  James Knox (GBR) 100e
95  Florian Sénéchal (FRA) 118e
96  Zdeněk Štybar (CZE) 133e
97  Bert Van Lerberghe (BEL) 137e
98  Mauri Vansevenant (BEL) 101e
EF Education-Nippo
EFN
NumCoureurPos
101  Hugh Carthy (GBR) AB-7
102  Jonathan Caicedo (ECU) NP-15
103  Diego Camargo (COL) 53e
104  Simon Carr (GBR) AB-11
105  Lawson Craddock (USA)  (chrono) 69e
106  Jens Keukeleire (BEL) 50e
107  Magnus Cort Nielsen (DEN) 77e
108  Thomas Scully (NZL) 125e
Euskaltel-Euskadi
EUS
NumCoureurPos
111  Mikel Bizkarra (ESP) 46e
112  Xabier Azparren (ESP) 111e
113  Joan Bou (ESP) 103e
114  Mikel Iturria (ESP) 60e
115  Juan José Lobato (ESP) 136e
116  Gotzon Martín (ESP) 37e
117  Luis Ángel Maté (ESP) 30e
118  Antonio Jesús Soto (ESP) 81e
Groupama-FDJ
GFC
NumCoureurPos
121  Arnaud Démare (FRA) 96e
122  Kevin Geniets (LUX)  (route et chrono) 85e
123  Jacopo Guarnieri (ITA) AB-9
124  Olivier Le Gac (FRA) 76e
125  Tobias Ludvigsson (SWE) 99e
126  Rudy Molard (FRA) AB-16
127  Anthony Roux (FRA) 58e
128  Ramon Sinkeldam (NED) 127e
Ineos Grenadiers
IGD
NumCoureurPos
131  Egan Bernal (COL) 6e
132  Richard Carapaz (ECU) NP-14
133  Jhonatan Narváez (ECU) AB-15
134  Tom Pidcock (GBR) 67e
135  Salvatore Puccio (ITA) 98e
136  Pavel Sivakov (RUS) 35e
137  Dylan van Baarle (NED) NP-18
138  Adam Yates (GBR) 4e
Intermarché-Wanty-Gobert Matériaux
IWG
NumCoureurPos
141  Louis Meintjes (RSA) AB-19
142  Odd Christian Eiking (NOR) 11e
143  Jan Hirt (CZE) 28e
144  Wesley Kreder (NED) 110e
145  Riccardo Minali (ITA) 138e
146  Simone Petilli (ITA) 29e
147  Rein Taaramäe (EST)  (chrono) 55e
148  Kévin Van Melsen (BEL) 126e
Israel Start-Up Nation
ISN
NumCoureurPos
151  Sep Vanmarcke (BEL) AB-16
152  Sebastian Berwick (AUS) 135e
153  Alexander Cataford (CAN) NP-3
154  Davide Cimolai (ITA) AB-8
155  Itamar Einhorn (ISR) AB-17
156  Guy Niv (ISR) 93e
157  James Piccoli (CAN) 86e
158  Mads Würtz Schmidt (DEN)  (route) AB-7
Lotto-Soudal
LTS
NumCoureurPos
161  Andreas Kron (DEN) 68e
162  Steff Cras (BEL) 20e
163  Frederik Frison (BEL) AB-3
164  Matthew Holmes (GBR) HD-18
165  Sylvain Moniquet (BEL) 83e
166  Maxim Van Gils (BEL) 88e
167  Harm Vanhoucke (BEL) 115e
168  Florian Vermeersch (BEL) 121e
Movistar Team
MOV
NumCoureurPos
171  Enric Mas (ESP) 2e
172  Imanol Erviti (ESP) 66e
173  Johan Jacobs (SUI) AB-9
174  Miguel Ángel López (COL) AB-20
175  Nélson Oliveira (POR) 72e
176  José Joaquín Rojas (ESP) 56e
177  Alejandro Valverde (ESP) AB-7
178  Carlos Verona (ESP) NP-18
Team BikeExchange
BEX
NumCoureurPos
181  Michael Matthews (AUS) 70e
182  Lucas Hamilton (AUS) 54e
183  Damien Howson (AUS) 95e
184  Luka Mezgec (SLO) 109e
185  Mikel Nieve (ESP) 31e
186  Nick Schultz (AUS) 49e
187  Robert Stannard (AUS) 119e
188  Andrey Zeits (KAZ) 44e
Team DSM
DSM
NumCoureurPos
191  Romain Bardet (FRA) 25e
192  Thymen Arensman (NED) 61e
193  Alberto Dainese (ITA) 129e
194  Nico Denz (GER) 114e
195  Chad Haga (USA) 113e
196  Chris Hamilton (AUS) 64e
197  Michael Storer (AUS) 40e
198  Martijn Tusveld (NED) 34e
Qhubeka NextHash
TQA
NumCoureurPos
201  Fabio Aru (ITA) 51e
202  Sander Armée (BEL) AB-17
203  Connor Brown (NZL) 130e
204  Dimitri Claeys (BEL) 105e
205  Sergio Henao (COL) AB-19
206  Reinardt Janse van Rensburg (RSA) HD-7
207  Bert-Jan Lindeman (NED) 131e
208  Dylan Sunderland (AUS) 104e
Trek-Segafredo
TFS
NumCoureurPos
211  Giulio Ciccone (ITA) AB-16
212  Gianluca Brambilla (ITA) 22e
213  Kenny Elissonde (FRA) AB-17
214  Alex Kirsch (LUX) 120e
215  Juan Pedro López (ESP) 13e
216  Antonio Nibali (ITA) 108e
217  Kiel Reijnen (USA) AB-15
218  Quinn Simmons (USA) 124e
UAE Team Emirates
UAD
NumCoureurPos
221  David de la Cruz (ESP) 7e
222  Joe Dombrowski (USA) 39e
223  Ryan Gibbons (RSA)  (chrono) 36e
224  Rafał Majka (POL) 21e
225  Sebastián Molano (COL) AB-9
226  Rui Oliveira (POR) 74e
227  Jan Polanc (SLO) 41e
228  Matteo Trentin (ITA) 80e

Notes et référencesModifier

  1. « Vuelta a España », Bikeraceinfo.com,
  2. a et b Patrick Fletcher, « Primoz Roglic wins the Vuelta a España », CyclingNews, (consulté le )
  3. (es) « La Vuelta a España presenta un recorrido con 11 etapas de montaña, dos cronos y final en Galicia », sur biciclismo.com,
  4. « Tour d'Espagne 2021 : le tracé a été dévoilé », sur eurosport.fr,
  5. (en) « Vuelta a Espana 2021 sees return of full-length final TT after 20 years », sur cyclingnews.com,
  6. « Tour d'Espagne : Burgos, Caja Rural et Euskaltel invitées pour la 76e édition de la Vuelta », sur eurosport.fr,
  7. Riders that can complete GT stage trilogy.
  8. a et b « Réglement particulier », sur lequipe.fr
  9. Stephen Puddicombe, « Vuelta a España: Primoz Roglic wins opening time trial in Burgos », CyclingNews, (consulté le )
  10. Stephen Puddicombe, « Vuelta a España: Jasper Philipsen sprints to stage 2 victory », CyclingNews, (consulté le )
  11. Stephen Farrand, « Vuelta a España: Rein Taaramäe wins summit finish on stage 3 », CyclingNews, (consulté le )
  12. Daniel Benson, « Vuelta a España: Fabio Jakobsen wins stage 4 », CyclingNews, (consulté le )
  13. Tim Bonville-Ginn, « Fabio Jakobsen powers to emotional victory on stage four of Vuelta a España 2021 », CyclingWeekly, (consulté le )
  14. Daniel Ostanek, « Vuelta a España: Jasper Philipsen wins crash-marred stage 5 », CyclingNews, (consulté le )
  15. Patrick Fletcher, « Vuelta a España: Magnus Cort hangs on to narrow win on stage 6 », CyclingNews, (consulté le )
  16. Patrick Fletcher, « Alejandro Valverde crashes out of Vuelta a España », CyclingNews, (consulté le )
  17. Patrick Fletcher, « Vuelta a España: Michael Storer wins stage 7 at summit of Balcón de Alicante », CyclingNews, (consulté le )
  18. Daniel Ostanek, « Vuelta a España: Fabio Jakobsen wins stage 8 sprint at La Manga del Mar Menor », CyclingNews, (consulté le )
  19. Daniel Ostanek, « Vuelta a España: Caruso wins on Alto de Velefique », CyclingNews, (consulté le )
  20. Daniel Ostanek, « Vuelta a España: Michael Storer wins stage 10 as Primoz Roglic crashes on final descent », CyclingNews, (consulté le )
  21. Stephen Farrand, « Vuelta a España: Roglic wins at Valdepeñas de Jaén », CyclingNews, (consulté le )
  22. Patrick Fletcher, « Vuelta a España: Cort gets his second win on stage 12 », CyclingNews, (consulté le )
  23. Daniel Benson, « Vuelta a España: Florian Sénéchal wins stage 13 », CyclingNews, (consulté le )
  24. Stephen Farrand, « Romain Bardet wins Vuelta a España stage to Pico Villuercas », CyclingNews, (consulté le )
  25. Stephen Farrand, « Vuelta a España: Majka takes solo victory on stage 15 », CyclingNews, (consulté le )
  26. Stephen Farrand, « Vuelta a España: Jakobsen gets sweet birthday win on stage 16 », CyclingNews, (consulté le )
  27. Barry Ryan, « Vuelta a España: Roglic storms to victory on Lagos de Covadonga », CyclingNews, (consulté le )
  28. Patrick Fletcher, « Vuelta a España: Lopez triumphs on the Gamoniteiru on stage 18 », CyclingNews, (consulté le )
  29. Daniel Ostanek, « Vuelta a España: Cort takes his third stage win in Monforte de Lemos », CyclingNews, (consulté le )
  30. « López quit Vuelta a España after reportedly being ordered to stop chasing on stage 20 », CyclingNews, (consulté le )
  31. Patrick Fletcher, « Vuelta a España: Clément Champoussin wins stage 20 », CyclingNews, (consulté le )
  32. « Règlement UCI du sport cycliste - Titre II, épreuves sur route - Chapitre X, classement UCI - Article 2.10.008, Barème des points applicables, dispositions générales - version au 1er janvier 2021 » [PDF], sur uci.ch (consulté le )

Voir aussiModifier

Liens externesModifier