André Dunoyer de Segonzac

peintre, graveur et illustrateur français
André Dunoyer de Segonzac
Naissance
Décès
(à 90 ans)
Paris (France)
Sépulture
Nom de naissance
André Albert Marie Dunoyer de Segonzac
Nationalité
Française
Activité
Formation
Maître
Représenté par
Mouvement
Famille
Père
Louis Dunoyer de Segonzac (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Mère
Amélie Persil (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Distinction
Archives conservées par
Archives départementales des Yvelines (166J, Ms 10001-10003, 3 pièces, -)[1]Voir et modifier les données sur Wikidata

André Albert Marie Dunoyer de Segonzac, né le à Boussy-Saint-Antoine (Seine-et-Oise, aujourd'hui Essonne) et mort le à Paris, est un peintre, dessinateur, graveur et illustrateur français.

On retient qu'« il apparut, dès 1918, comme le principal représentant du réalisme traditionnel »[2].

BiographieModifier

 
Honoré Daumier, Le Père-Scie

André Dunoyer de Segonzac naît le à Boussy-Saint-Antoine[3],[4], du mariage de Louis Dunoyer de Segonzac (1843-1937), officier de marine, et Clémence Amélie Persil (1854-1918). Côté paternel, il est issu d'une famille de la noblesse française d'extraction (1558), originaire du Quercy[5].

Il a pour arrière-grand-père maternel Jean-Charles Persil qui fut garde des sceaux du roi Louis-Philippe Ier et qu'Honoré Daumier caricatura sous le sobriquet de Père-Scie[6].

Jeunesse et formationModifier

Il passe la plus grande partie de sa jeunesse dans son village natal à propos duquel Jean Vallery-Radot restitue des réminiscences durables : « L'Yerres traversait la propriété de sa grand-mère. Cette charmante petite rivière qu'ombragent des saules et des aulnes demeurera liée à ses souvenirs d'enfance. Il n'oubliera pas les reflets du ciel éclairant de manière intermittente l'eau qui courait sous les arbres. Plus tard, il saura rendre ces délicats effets, car l'eau et l'arbre demeureront à jamais ses thèmes de prédilection »[7]. Il est « médiocre élève » du lycée Henri-IV à Paris« il croque déjà les professeurs sur les copies de version latine »[8] - cette vocation précoce décevra l'ambition parentale de le destiner à Saint-Cyr[9] - et où il rencontre Gus Bofa qui restera un de ses proches.

En 1900, il est élève libre de l'École nationale supérieure des beaux-arts de Paris. En 1903, parallèlement à l'étude du malinké qui, à l'École nationale des langues orientales, lui vaudra une licence en dialectes soudanais[6], il entre dans l’atelier privé de Luc-Olivier Merson qu'il quitte, en mauvais termes avec ce maître, après son service militaire pour, en 1907, devenir à l'Académie Julian l'élève de Jean-Paul Laurens, puis dispose ensuite d'un atelier à l'Académie de la Palette à Montparnasse, où il reçoit les conseils de Georges Desvallières et Charles Guérin[10] et où lui-même enseignera[9]. Il fait la connaissance de Luc-Albert Moreau et de Jean-Louis Boussingault avec lequel il partage un atelier au 37, rue Saint-André-des-Arts[9]. C'est aux côtés de ces deux derniers qu'il va « participer à un mouvement que Bernard Dorival va qualifier de néo-réaliste, s'opposant aussi bien à la tradition académique qu'aux courants d'avant-garde, sans toutefois posséder "une doctrine explicitement formulée »[11]. Ses premiers dessins sont publiés en 1908 dans La Grande revue et Le Témoin, hebdomadaire créé par son ami Paul Iribe[2].

Le jeune peintreModifier

En 1908, il commence à exposer au Salon d'automne et au Salon des indépendants, avec Paul Signac et Maximilien Luce. Son installation d'alors avenue Sainte-Marie à Chaville (alors en Seine-et-Oise, aujourd'hui dans les Hauts-de-Seine), ville qu'il habitera jusqu'à sa mort[12],[13], est liée à son attachement à la cité voisine de Versailles dont il évoque lui-même l'ancienneté : « Dès mon enfance, j'ai connu Versailles, ce merveilleux témoignage de l'esprit de France » écrit-il pour souligner que, depuis l'âge de sept ans, il s'y rend chez un oncle conseiller d'État. C'est ainsi qu'il sera considéré que « les artistes formant l'École de Versailles resteront les héritiers de Dunoyer de Segonzac »[14] qui, cependant, continue de travailler dans son atelier parisien, au no 13 de la rue Bonaparte[15].

À partir de cette même année 1908, louant une maison appartenant à Paul Signac, Dunoyer découvre les paysages de Saint-Tropez, auxquels il restera fidèle en y séjournant jusqu'à la fin de sa vie. Paul Jamot situe là, puisque sa peinture d'avant 1898 demeurait confinée dans la nature morte, l'inauguration de sa peinture de paysages[6] et Pierre Cabanne restitue : « Luc-Albert Moreau et André Villeboeuf viennent l'y rejoindre. Il ne la quitte maintenant que devant l'invasion bruyante et colorée de l'été. Léon-Paul Fargue l'y voit vivre[16] dans cette maison du "Maquis" que, de fait, avec Luc-Albert-Moreau et André Villeboeuf, il a acheté à Charles Camoin (il y aura pour voisine Colette qui, dans ses livres, l'appellera « le grand Dédé » et chez qui il gravera les planches de La Treille musicale[7]), sous les oliviers ou le long des vignes dont il fera les paysages gravés de ses Géorgiques, sur les plages où des multitudes de corps se rôtissent au soleil et qu'il contemple "de son œil d'oiseau endormi" »[17]. Pour le reste, il mène une véritable vie de nomade, à la recherche du motif surtout à travers l’Île-de-France, la vallée du Grand Morin, Feucherolles, Chennevières-sur-Marne, Guyancourt, etc.

En 1910, il se lie d'amitié avec le couturier Paul Poiret et rencontre Max Jacob, Raoul Dufy et Maurice de Vlaminck. Il brosse les décors des fêtes données par Paul Poiret comme, avec Raoul Dufy, ceux de la « Mille et deuxième nuit » dans les jardins du Faubourg Saint-Honoré, ou ceux de la « soirée des Butard » où, dans les bois de Vaucresson, dansa Isadora Duncan[7].

De 1910 à 1914, il voyage en Italie, en Espagne, en Afrique du Nord, et s’intéresse au sport et à la danse (dessins des Ballets russes d’Isadora Duncan, 1911, Les Boxeurs 1910) à propos desquels Dunoyer de Segonzac restitue lui-même que, de tous les sports, c'est de fait la boxe qui l'a le plus passionné : « j'allais aux grands combats, salle Wagram, à l'Hippodrome et à la Grande Roue, mais j'affectionnais particulièrement une salle modeste : Les Arènes de Boxe où paraissaient les débutants dans de petits matches à quatre à six rounds maximum »[18]. Il est alors, avec Roger de La Fresnaye et Luc-Albert Moreau, bel et bien situé dans la mouvance cubiste dont il se désolidarisera rapidement[19]. De fait, dans sa visite du Salon des indépendants de 1914, André Salmon observe « une tentative de renouveau du cubisme » qu'il évoque sous l'appellation de « naturalisme organisé » et qu'il situe, proche de Roger de La Fresnaye, autour d'André Lhote, André Dunoyer de Segonzac et Luc-Albert Moreau[20].

Première Guerre mondialeModifier

De 1914 à 1918, mobilisé en tant que sergent au 353e régiment d'infanterie, il fait la guerre durement, avant d’être affecté dans une section camouflage ddu Groupe d'armées du Nord, puis de commander celle de la 3e armée[7] : il dirige l'atelier de camouflage d'Amiens, puis celui de Noyon, se spécialisant dans la pose des faux arbres[21],[22] et ayant sous ses ordres le sculpteur Charles Despiau (le buste de Dunoyer de Segonzac que celui-ci exécutera en 1943-1944 témoignera de leur amitié pérenne[23]), les peintres Charles Dufresne, Charles Camoin, Jean Puy et Jean-Louis Boussingault qui, avec lui, Jean Marchand et Luc-Albert Moreau, dans une revendication commune de l'héritage de Gustave Courbet, forment le groupe de « la bande noire »[9].

Il exécute de nombreux dessins de guerre, précieux par leur valeur artistique et documentaire, qui sont largement publiés dans Le Crapouillot et dans L'Élan, revue fondée par Amédée Ozenfant[7] et où celui-ci ajoute son propre commentaire : « devant la lucidité de ces lignes, comment imaginer que l'auteur est lui-même un soldat, qu'il se bat, et que la même main, en des instants consécutifs. a commandé l'attaque et construit ce contour ? Admirons cette force qui est la force française »[24].

André Dunoyer de Segonzac, perçoit Hadrien Viraben un siècle plus tard dans l'étude qu'il consacre à ce second périodique, « prisonnier d'une nouvelle manière de combattre, donne à la réalité du front un aspect qui, sans être sanglant, n'en est pas moins pesant et anxiogène ». Ses dessins ne sont pas la dénégation de massacres que d'autres saisissent par la photographie, mais « proposent une lecture plus humaine et plus calme du front, sans être pourtant parfaitement sereine. Face au reportage et à l'anonymat des photographes, Segonzac témoigne de l'identité des hommes avec lesquels il partage l'expérience du front »[19].

L'après-guerreModifier

Dès 1919, année où il s'initie à leau-forte afin d'illustrer Les Croix de bois de Roland Dorgelès[10], il figure de nouveau dans de très nombreuses expositions, dont les principaux salons parisiens. Ses premiers paysages à l'aquarelle datent de 1920[10].

En 1921, il rencontre Paul Valéry, Léon-Paul Fargue, Valéry Larbaud et Jean Cocteau[10]. En 1928, il fait un voyage aux États-Unis où il rencontre un vif succès. En 1930, il se lie d’amitié avec André Derain.

Il est membre du comité d'honneur de l'Association du foyer de l’abbaye de Royaumont et président de la Société des peintres-graveurs français.

Sous l'Occupation, il participe, en novembre 1941 à un « voyage d’études » en Allemagne, organisé par Arno Breker, acceptant, comme d'autres artistes parmi les plus renommés, de partir visiter les hauts lieux de la culture allemande ainsi que des ateliers d’artistes[25],[26],[27].

En 1947, il est élu membre de la Royal Academy de Londres. À partir de 1951, ses œuvres peintes et gravées font l'objet d'expositions multiples en France, en Europe et aux États-Unis. De nombreuses études lui sont consacrées.

Mort et postéritéModifier

 
Thérèse Dorny (1891-1976)

Quittant ce monde dans une mort douce le - « Dunoyer de Segonzac est mort ce matin dans l'ignorance qu'il trépassait. La fin que lâchement je me souhaite » note ce jour-là son ami Michel Ciry[28] -, l'artiste est inhumé au cimetière marin de Saint-Tropez auprès de l'actrice Thérèse Dorny (1891-1976) qu'il avait épousé le [29].

On peut être surpris de voir André Dunoyer de Segonzac, après sa mort, situé par certains historiens de l'art dans le courant expressionniste. Ainsi en va-t-il en 1980 de Hans L.C. Jaffé qui retient rétrospectivement que « l'expressionnisme » des années qui suivirent la Première Guerre mondiale eut peu d'influence en France. En dehors de Marcel Gromaire, avec ses compositions solidement construites, aux couleurs sombres, le principal représentant de cette tendance en France fut Dunoyer de Segonzac. Le paysage fut son thème de prédilection, mais, au lieu des touches extatiques de couleur qui caractérisaient les Fauves, au lieu de la véhémence passionnée de Chaïm Soutine, on remarque dans ses tableaux une atmosphère opprimante et lourde qui les rattache aux écoles nordiques. Segonzac s'efforça de faire revivre un style classique fondé sur le retour à Paul Cézanne, mais son tempérament romantique et nordique imprima à son œuvre le sceau de sa propre personnalité[30].

En 1985, [Georges Charensol préfère retenir que l'œuvre d'André Dunoyer de Segonzac se situe tout simplement « hors du temps », s'en justifiant par le constat que, pour l'artiste, il n'était pas « question de remettre en cause l'impressionnisme, le divisionnisme, le symbolisme, le fauvisme, le cubisme, les multiples formes d'art abstrait. Segonzac les a connus, comme tous les peintres de sa génération, mais, seul ou presque, il a refusé l'influence du cubisme. C'est ce refus qui fait de lui une des personnalités majeures de l'histoire de notre temps »[31].

Michel Charzat, constatant pour sa part en 2021 que le nom d'André Dunoyer de Segonzac, qui « était sans doute l'un des peintres français les plus connus et les plus admirés du XXe siècle », n'est plus, un demi-siècle après sa mort, « retenu que par une génération de collectionneurs de gravures et de livres illustrés », retient cependant que, « célèbre dans les années 1920-1025, Dunoyer de Segonzac reste une figure incontournable de la peinture française. Associé à André Derain et Henri Matisse avec lesquels il forme le trio des maîtres de la peinture française contemporaine, figure "contraire" de Pablo Picasso, comme se plaisait à le définir Claude Roger-Marx, il en a été le parfait contemporain et ami. Son art ne s'est intéressé que furtivement au cubisme et à l'abstraction et reste marqué par le goût de la figuration commun à toute une génération d'artistes européens de l'entre-deux-guerres. Sa peinture s'impose comme l'une des plus représentatives du XXe siècle, par la somme des éloges reçus et par sa diffusion dans le monde entier, même si l'homme reste peu connu »[32].

ŒuvreModifier

À peu près indifférent aux révolutions esthétiques contemporaines, Dunoyer de Segonzac entreprend, avec ses amis Jean-Louis Boussingault et Luc-Albert Moreau, de ressusciter le réalisme de Gustave Courbet en exécutant, par la peinture à l'huile qu'il ne pratiquera plus qu'épisodiquement, au bénéfice de l'aquarelle à partir de 1925, des natures mortes, des nus, des paysages, « à partir de compositions de l'ensemble plastiquement structurées et d'un dessin des parties synthétique et énergiquement cerné. Il s'élaboré là une technique personnelle par épaisses couches pigmentaires superposées, maçonnées au couteau… Il utilise alors une gamme sobre et chaude d'ocres, de terres et de bruns généralisée, valorisée de bleus et de verts sombres et froids, aux forts contrastes entre clairs et ombres, pour après 1919 éclaircir notablement l'austérité de sa palette » [10]. Pour Claude Roger-Marx, « pas plus qu'on ne saurait séparer les travaux du peintre de ceux du graveur et du dessinateur et de l'aquafortiste, on ne saurait diviser l'œuvre en époques. Tant de constance dans le sentiment, dans l'exécution, dans le choix des thèmes, risque de laisser insatisfaits ceux qui aiment par-dessus tout qu'on les brusque ou qu'on les déconcerte »[33].

Il donne sa définition de l'art dans l'une de ses lettres au peintre Maurice Boitel où il écrit, dans les années 1950 : « Je n'ai pas oublié la période héroïque des indépendants — quand nous étions groupés autour de Paul Signac, du charmant et vaillant Maximilien Luce — dans ces baraques où l'Art vivant et authentique se groupait en dehors des formules académiques — ou des tendances littéraires et systématiques — qui devaient aboutir à cette esthétique abstraite dont crève la peinture. »[réf. nécessaire]

Initié à la gravure par Jean Émile Laboureur, il réalisa près de 1 600 cuivres de 1919 à 1970[34].

Dessin et gravure de portraitsModifier

On doit à André Dunoyer de Segonzac les portraits de Paul Signac[35], Francis Carco[36], André Gide, Jules Romains, Marcel Proust sur son lit de mort[37], Colette, Thérèse Dorny[6], Paul Léautaud, André Dignimont, Léon-Paul Fargue, Henri Mondor[38],[39].

On ne connaît de l'artiste, ce dont il s'est justifié en disant que son physique ne l'intéressait pas, qu'un seul autoportrait, daté 1925[36].

Contributions bibliophiliquesModifier

Décors de théâtreModifier

CinémaModifier

André Dunoyer de Segonzac joue son propre rôle dans Donne-moi tes yeux, film de Sacha Guitry en 1943.

ÉcritsModifier

AuteurModifier

PréfacierModifier

  • René Blaise et Sabine Gervais, Crécy-en-Brie et la vallée du Morin, imprimerie Gruot et Bonne, Crécy-en-Brie, 1955.
  • Paul Noël, Au fil des jours, Imprimerie nationale, Paris, 1959.
  • Louis Süe, Chefs-d'œuvre du XXe siècle et de l'époque fauve, musée de l'Annonciade, Saint-Tropez / Art et Style, Paris, 1959.
  • Pierre Cailler, Catalogue raisonné de l'œuvre gravé et lithographié d'Aristide Maillol, éditions Pierre Cailler, Genève, 1965.

André Dunoyer de Segonzac a également préfacé des catalogues d'expositions : René Durey, André Planson (peintures) et Raymond Martin (sculptures), Musée Galliera, Paris, 1960 ; Guy-Pierre Fauconnet, musée Alfred-Bonno, Chelles, novembre-décembre 1960 (co-préfacé avec Jean Cocteau et Jacques Fauconnet) ; Jean Commère, galerie David et Garnier, Paris, 1961 ; Jean Marchand, galerie René Drouet, Paris, 1961 ; Herbert Lespinasse, Bibliothèque d'Art et d'Archéologie de l'Université de Paris, 1964 (co-préfacé avec Julien Cain et Suzanne Dameron, 1964 ; Toulouse-Lautrec - Elles, galerie Berès, Paris, 1964 ; Yves Brayer, galerie de Paris, Paris, 1965 (co-préfacé avec Gérard Bauër), Michel Ciry, galerie Le Griffon, Lyon, 1965 (co-préfacé avec François Mauriac) ; Hommage à André Warnod, galerie Charpentier, Paris, 1965 (co-préfacé avec Pierre Brisson).

Collections publiquesModifier

  AustralieModifier

  CanadaModifier

  • Ottawa, Musée des beaux-arts du Canada[44] :
    • Fernande, les mains croisées, estampe.
    • La moissonneuse debout, estampe.
    • La ferme à l'Aire l'après-midi, estampe, 1926.
    • Paysage près de Saint-Tropez, dessin, vers 1947.

  DanemarkModifier

  États-UnisModifier

  FranceModifier

  IranModifier

  JaponModifier

  Royaume-UniModifier

  UruguayModifier

Collections privéesModifier

  BelgiqueModifier

  États-UnisModifier

  FranceModifier

  Royaume-UniModifier

ExpositionsModifier

 
Pavillon Marsan, Paris, 1939
 
Royal Academy, Londres, 1959, 1982

Expositions personnellesModifier

Expositions collectivesModifier

 
Armory Show, New York, affiche, 1913

CitationsModifier

Dits d'André Dunoyer de SegonzacModifier

  • « Ma conception de la gravure est assez proche de celle que j'ai du dessin. C'est une réaction spontanée et directe devant la vie, le paysage, le mouvement, la lumière. L'eau-forte a été pour moi un complément du dessin, elle en est la sœur. » - André Dunoyer de Segonzac[102]
  • « Le graveur doit se pénétrer de l'esprit du livre et, avant tout, en créer l'atmosphère. C'est pour retrouver celle-ci que j'ai toujours vécu les livres que j'ai illustrés. » - André Dunoyer de Segonzac[11]
  • « Même dans l'obscurité d'une salle de spectacle, j'ai gravé directement sur cuivre - guidé par la seule luminosité du brillant de la taille sur la planche noircie - des scènes de music-hall, ou des spectateurs dans les loges ou dans la salle. » - André Dunoyer de Segonzac[7]

Réception critiqueModifier

  • « Dunoyer de Segonzac a beaucoup travaillé. Il observe plus encore et la loyauté n'est pas chez lui qu'une qualité. Elle est la première de ses qualités et quand nous feuilletons ses albums consacrés à la Danse, nous comprenons combien un peintre qui possède à ce point son dessin puisse et doive passer parmi les premiers de ses contemporains pour un jeune maître capable de réaliser bientôt l'œuvre pour laquelle il est né. » - Francis Carco[103]
  • « Il ne faut pas hésiter à placer Dunoyer de Segonzac au premier rang des artistes de notre époque. Il s'avère comme un des plus importants. Il s'impose comme un des mieux doués, comme un de ceux dont la vision personnelle sait renouveler l'apparence des êtres, des sites et des choses, pour nous montrer, sous une facette nouvelle, un des aspects de leur multiple et éternelle beauté. » - René-Jean[104]
  • « Tout dans cette œuvre est fait d'emportement. Point de spéculations transcendantes ni de grands chocs d'imagination. L'artiste est tendu dans son effort pour voir et pour sentir. Préoccupation trop intense pour permettre d'élaborer des théories sur l'objet même de cette vision et de cette sensation. C'est le besoin de se toujours rapprocher de l'expression directe qui a permis à Dunoyer de Segonzac de maintenir, au milieu des données si complexes de l'art contemporain, l'harmonie et l'unité de son effort. » - Christian Zervos[105]
  • « On savait, bien entendu, que Segonzac était, de toute sa génération, celui dont on pouvait envisager l'avenir avec le plus de confiance. La marche régulière de ce talent fort et sain en était la meilleure preuve. Mais qu'il y eût en lui de quoi nous présenter un pareil ensemble, voilà ce qu'on n'osait pas espérer. Car il ne faut pas hésiter à le dire : cette exposition est un événement artistique dont l'importance est capitale. Segonzac n'est pas seulement un bel artiste, c'est un grand artiste. » - François Fosca[106]
  • « Son œuvre gravé est plein de charme, de variété et de liberté : il suffirait à la gloire d'un artiste. Quelques-unes de planches pour Bubu de Montparnasse sont exécutées au grattoir, ce qui donne un métier gras et coloré, des effets de lithographie associés à ceux de l'eau-forte ordinaire. Partout des types vivants, des silhouettes d'une vérité saisissante et cependant inattendue, définies d'un trait incisif. Cette vérité est de la même espèce que celle des tableaux, fort au-dessus d'un réalisme terre à terre où d'aucuns voudraient enfermer notre artiste. Il a vu, il a senti, et, devant son imagination, une vision a surgi, combinant, selon un dosage que la critique ne peut mesurer, ce que la réalité extérieure offre à l'artiste et ce que l'artiste, de son intérieur, lui rend. C'est cette vision qu'il nous impose, soit, dans le dessin, par la surprise d'une impression fraîche et vive, soit, dans la peinture, par le magnétisme d'une élaboration lente et méditée. Quand l'artiste est de la race des grands, c'est cette vision que nous appelons encore la vérité. » - Paul Jamot[6]
  • « Une probité insolite par ces temps de tricherie. Personne, au zénith de la création contemporaine, ne témoigne actuellement d'une aussi totale loyauté. Très noble artiste que ce seigneur terrien rompu aux salons mais aimant ses galoches. Œuvre dionysiaque où l'amour de la vie supplante la pensée. Hymne païen que l'intensité de sa ferveur rapproche d'une adoration religieuse. » - Michel Ciry[93]
  • « Ce qu'il y a d'abord de saisissant chez lui, c'est l'unité d'une carrière où pourtant les moyens d'expression sont particulièrement nombreux. Tous les thèmes l'intéressent, et aussi toutes les techniques, celles de l'aquarelle, de l'huile, de la gravure ; au surplus il restera toujours le plus éblouissant des dessinateurs. Celui qui débite par Isadora Duncan illustrera bientôt L'Éducation sentimentale, puis, continuant cette passionnante enquête à travers un pays de France qui fait de son œuvre d'aquarelliste une des plus admirables de notre temps, il réfléchira pendant de longues années à un des ensembles les plus mûris, les plus riches de pensée : les planches qui illustrent les Géorgiques de Virgile. Il mène ainsi de front les travaux les plus variés, et on peut affirmer que l'œuvre du dessinateur soutient celle de l'aquarelliste, qui, à son tour, épaule celle du graveur et du peintre… En suivant la tradition de Gustave Courbet autant que celle de Paul Cézanne, il donne aux divers éléments d'un paysage les solides assises qui dont sa grandeur. » - Jean Alazard[107]
  • « Qu'il ait peint le réel en réaliste, soucieux de respecter la vérité tangible, sans la déformer, sans en proposer même une interprétation subjective à l'excès, on ne saurait s'en étonner… Mais voici qu'à être animées par cette intention réaliste, les œuvres de Segonzac en finissent par présenter un aspect éloigné des apparences extérieures. Ses empâtements uniformes donnent à tout - eau, terre, arbres, chair humaine - ce même grain pulpeux et lourd qu'il recherche pour d'autres motifs encore : amour de l'artisanat, sans doute, et du tableau beau en soi, mais goût de la construction aussi, amour du permanent et de l'universel, besoin, enfin, du style et de la tenue… Son goût du style, d'un style un peu crispé à force d'être voulu, au moins dans ses peintures, et auquel il accède avec plus d'aisance dans ses lavis et dans ses aquarelles qui ne sont, à la vérité, que des lavis rehaussés de quelques tons, tous très sobres. C'est là que s'affirment le mieux ses qualités les meilleures : largeur et autorité d'un dessin qui n'en demeure pas moins léger et laisse frémir dans la lumière d'argent les formes cependant robustes et définies ; fougue réfléchie d'une facture assez élaborée pour sembler spontanée ; vérité d'une vision qui se veut objective, mais n'en parvient pas moins à la poésie, une poésie faite d'accord avec les choses de la nature, les forces de la nature, élémentaires et éternelles, la permanence de la vie universelle et toujours singulière. » - Bernard Dorival[9]
  • « André Dunoyer de Segonzac, gentilhomme terrien de Boussy-Saint-Antoine, marque délibérément son retour à la nature où la terre, les feuillages drus et les corps nus, dans un même élan, se mêlent à la matière épaisse avec laquelle il triture, laboure et construit son univers. C'est le retour aux "vraies richesses" qui relève de Courbet, de Millet ou de Le Nain, au cours duquel Dunoyer de Segonzac n'a peut-être pas complètement oublié les leçons de Jean-Paul Laurens, son ancien professeur… Hostile à toute pression extérieure, à toute théorie, au risque de paraître inactuel, il n'a songé qu'à servir ses dons personnels qui furent évidents dès 1909 et conformés en 1933 par le prix Carnegie. Bien que marqué par un certain fauvisme fr la forme, il limite sa palette à des teintes spartiates, où l'on trouve, en particulier, des ocres, des terres qui représentaient son amour pour les réalités solides à côté de l'animation des cadmiums. Il fut - quels que soient le thème choisi et le lieu, picturalement transposé - soucieux de ne pas créer de dissonances, de ne pas disperser les formes essentielles qu'il entendait traduire dans sa toile. Pour lui, la qualité pictuale se trouve non dans l'éclat, mais dans la densité, non dans les contrastes et la violence, mais dans l'unité. » - René Huyghe de l'Académie française et Jean Rudel[108].
  • « Aussi peu soucieux de conformisme que d'anticonformisme, il s'est toujours tenu à l'écart des préoccupations des peintres de sa génération, restant fidèle aux spectacles de la vie quotidienne et de la nature, comme on peut le constater en étudiant son œuvre qui, selon Élie Faure, est "sensualité directe, totale, intelligente, éprise des arabesques expressives que chargent la sève et le sang, mouvement des fonds et des formes vers l'unité globale et remuante de l'objet"… Comparé à celui d'autres graveurs plus déformateurs techniquement et visuellement, écrira Jean Bouret, l'art de Dunoyer de Segonzac reste traditionnel ; il enclôt néanmoins un ton de modernité qui ne trompe pas. Il a aussi pour lui une grande qualité : sa jeunesse d'émotion et d'expression. » - Les Muses - Encyclopédie des arts[11]
  • « Il s'est toujours senti solidaire de Camille Corot, de Gustave Courbet, de Johan Barthold Jongkind et des grands Impressionnistes que la galerie Durand-Ruel fut la toute première à deviner et à soutenir héroïquement. À l'inverse des habiles et des incertains passant de vérité en vérité et de style en style pour renaître, méconnaissables, de leurs cendres, déjà avant la Grande Guerre, Segonzac s'était trouvé sans presque avoir eu à se chercher. Son aristocratie foncière, sa résistance à tout ce qui est mode, attitude, maniérisme, l'ont préservé des faux pas et des volte-face. L'âme aussi limpide que le regard, cœur solide qu'aucune sensiblerie n'égare, dessiner, graver, peindre, il ne connut jamais d'autre raison d'être ; c'est là le meilleur moyen pour lui d'oublier, si émerveillé qu'il fût par elle, le peu qu'est la vie. Cet ennemi des honneurs et de toute consécration offisielle n'usa de son charme, de sa fantaisie d'observation, de sa sociabilité, que pour protéger sa solitude, autrement dit son travail… C'est en différenciant les tons et les valeurs les plus rapprochées - quelque procédé dont il use - que Segonzac s'est surpassé. Toute bonne peinture est, pour citer un mot qu'il aime, faite avant tout de tenue et de retenue, et non des contrastes, des provocations, des désaccords où notre époque désaxée a cru trop souvent voir les signes de la puissance et de l'originalité. » - Claude Roger-Marx[33]
  • « Sans abandonner complètement la peinture à l'huile, Dunoyer de Segonzac s'orientera de plus en plus vers l'aquarelle, le dessin et l'illustration. Maniant avec une science consommée l'aquarelle à laquelle il mêle volontiers le crayon, la plume et la gouache, il en fera son medium préféré, produisant des œuvres ayant une puissance et une ampleur digne de la peinture à l'huile. Le dessinateur n'est pas moins important, car dès 1909, Dunoyer de Segonac s'est intéressé au monde de la danse (Nijinsky, Isadora Duncan[59], Ida Rubinstein, à celui du cirque, celui de la boxe, semant tout au long e sa carrière d'innombrables croquis. Il convient aussi de faire état du graveur qui compte parmi les plus importants de notre époque… Dunoyer de Segonzac compte parmi le petit nombre des peintres qui ont voulu rester fidèles aux leçons du passé. Il y a apporté une robustesse, mais aussi un sens de l'harmonie et de la mesure où ses admirateurs ont voulu voir la persistance d'une certaine tradition française. » - Dictionnaire universel de la peinture - Le Robert[38]
  • « Son univers oscille entre le soleil de Provence et la vie parisienne, entre l'Afrique, l'Espagne et l'Italie. Autant de thèmes d'inspiration que l'on retrouve dans l'œuvre d'un peintre qui crie sa passion de la terre et le bien-être qu'il éprouve à s'en sentir le maître respectueux. Dunoyer de Segonzac érige ce qu'il appelle la "tenue" en principe essentiel de l'œuvre d'art. Il s'agit d'être capable de dominer son sujet, d'attribuer à chaque chose son importance. C'est de la "tenue" que viennent le rythme, l'harmonie, et cette satisfaction complète dont l'essentiel de ses œuvres témoigne. » - Patrick-F. Barrer[109]
  • « Il se situe dans l'histoire de l'art moderne comme le peintre le plus classique et le plus strictement indépendant au sens du terme de l'École de Paris entre les deux guerres : hors des modes, il a toujours accompli son œuvre et même sa carrière sans se soucier des différents mouvements qui s'échafaudaient autour de lui. Pas d'évolution non plus : on aurait tort de chercher à distinguer chez lui des périodes. Il s'épanouit au contact direct de la nature ("Segonzac ne peut rêver que face au motif et l'œil grand ouvert" disait Claude Roger-Marx), reprenant sans cesse ses thèmes favoris : la rivière, l'arbre, la ferme, l'oliveraie, le village et son église, dans des harmonies de verts de bleus et d'ocres. Ses tons sourds, aux valeurs rapprochées, exaltent les contours d'un paysage, d'un nu, d'une nature morte. Segonzac les fait vibrer avec plus de bonheur dans ses aquarelles que dans ses toiles, si l'on excepte ses huiles signées avant 1920, chefs-d'œuvre de robustesse paysanne et sensuelle. » - Gérald Schurr[110]

Prix et distinctionsModifier

PrixModifier

DistinctionsModifier

HommagesModifier

Notes et référencesModifier

  1. « https://archives.yvelines.fr/rechercher/archives-en-ligne/correspondances-du-musee-departemental-maurice-denis/correspondances-du-musee-maurice-denis », sous le nom DUNOYER DE SEGONZAC A. (consulté le )
  2. a b et c Sous la direction de Michel Laclotte et Jean-Pierre Cuzin, Dictionnaire de la peinture, éditions Larousse, 2003, p. 278.
  3. Distel 1980, p. 8.
  4. (en) Eric Hild-Ziem, « Dunoyer de Segonzac, André », sur oxfordartonline.com, (consulté le ).
  5. Raymond Nacenta, School of Paris - The painters ans the artistic climate of paris since 1910, Oldbourne Book Company Ltd., 1960.
  6. a b c d e f g h i j k l m n o p q r s t et u Paul Jamot, Dunoyer de Segonzac, Librairie Floury, Paris, 1941.
  7. a b c d e f g et h Jean Vallery-Radot et Jean Adhémar, Dunoyer de Segonzac - Gravures, dessins, aquarelles, éditions de la Bibliothèque nationale de France, 1958.
  8. André Brincourt, Noir sur blanc, Fayard, 1973.
  9. a b c d et e Bernard Dorival, Les peintres du vingtième siècle - Du cubisme à l'abstraction, 1914-1957, éditions Pierre Tisné, 1957, pp. 24-26, 156.
  10. a b c d e f g h i j k l m n o p q r s t u v w x y z aa ab ac ad ae et af Jacques Busse, « André Dunoyer de Segonzac », Dictionnaire Bénézit, Gründ, 1999, vol.4, pp. 867-869.
  11. a b et c « Dunoyer de Segonzac », Les Muses - Encyclopédie des arts, Grange Batelière, Paris, tome 6, pp. 1988-1989.
  12. François Murez. Tribune : Sauvegardons la maison et le jardin du peintre Dunoyer de Segonzac à Chaville. Connaissance des Arts, . Lire en ligne.
  13. « Chaville : bientôt une résidence dans le jardin du peintre André Dunoyer de Segonzac, les riverains excédés », sur leparisien.fr, .
  14. a b c et d Musée Lambinet, Versailles au XXe siècle, muse des artistes, journal d'exposition, 2020.
  15. Guillaume Gillet. Mon voisin Dunoyer de Ségonzac. Revue des Deux Mondes, novembre 2016, p. 342-352. Lire en ligne.
  16. Jean-Paul Goujon, Léon-Paul Fargue, collection « Biographies », Gallimard, 1997, p. 248.
  17. Pierre Cabanne, Le Midi des peintres, collection « Tout par l'image », Hachette, 1964, pp. 79-80.
  18. a et b André Dunoyer de Segonzac, Le sport vu par un sympathisant, Académie des Beaux-Arts, novembre 1958.
  19. a et b Hadrien Viraben, « L'image de la guerre dans L'Élan (1915-1916), un refoulement apparent », Les Cahiers de l'École du Louvre, 2013.
  20. André Salmon, « Le Salon », Montjoie !, 1914, no 3, pp. 21-28.
  21. André Dunoyer de Segonzac, « L'art au service de la guerre - Souvenirs d'un camoufleur (1915-1918) », Le Figaro, .
  22. Cécile Coutin, Tromper l'ennemi - L'invention du camouflage moderne en 1914-1918, éditions Pierre de Taillac, 2015.
  23. a et b Galerie d'art Albright-Knox, "André Dunoyer de Segonzac" par Charles Despiau dans les collections.
  24. Amédée Ozenfant, « Les dessins de guerre d'André Dunoyer de Segonzac », L'Élan, no 2, .
  25. a et b Laurence Bertrand Dorléac, L'art de la défaite, 1940-1944, Seuil, 1993.
  26. Limore Yagil, Au nom de l'art, 1933-1945 - Exils, solidarités et engagements, Fayard, 2015.
  27. Tamara Ostriakova, « Instrumentalisations de l'art - Notes de lecture : Werner Lange, Les artists français sous l'Occupation, éditions Dean, Saint-Petersbourg, 2017 », Marges, no 26, 2018.
  28. Michel Ciry, « 17 septembre - Dunoyer de Segonzac est mort ce matin… », Détruire la nuit - Journal 1974-1975, Plon, 1977, pp. 182-183.
  29. Cimetières de France et d’ailleurs – Saint-Tropez.
  30. Hans L.C. Jaffé, « Les dix-neuvième et vingtième siècles » dans, sous la direction de L.C. Jaffé, Le monde de la peinture des origines à nos jours, V.N.U. Books International, 1980, p. 346.
  31. a et b Georges Charensol, « Dunoyer de Segonzac au musée Marmottan », Revue des Deux Mondes, avril 1985, pp. 450-455.
  32. Michel Charzat, André Dunoyer de Segonzac (1884-1974) - La force, la nature, l'amour de la vie, éditions Gourcuff Gradenigo, Montreuil, 2021.
  33. a b et c Claude Roger-Marx, Dunoyer de Segonzac - Soixante années de peinture, Galerie Durand-Ruel / imprimerie Busson, Paris, 1972.
  34. a et b Aimée Lioré et Pierre Cailler, Catalogue de l'œuvre gravé de Dunoyer de Segonzac, 8 volumes, 1.595 numéros décrits, éditions Pierre Cailler, Genève, 1959.
  35. a et b Fogg Art Museum, "Caricature de Paul Signac" dans les collections.
  36. a et b Jean Melas Kyriazi, André Dunoyer de Segonzac, sa vie, son œuvre, Harmonies et couleurs, Lausanne, 1976, pp. 76-78.
  37. a et b >Musée du Louvre, "Marcel Proust sur son lit de mort" dans les collections.
  38. a b c d et e Dictionnaire universel de la peinture, Le Robert, 1975, vol.2, pp. 278-279.
  39. a et b Yves Brocard, « Dunoyer de Segonzac is back », Les soirées de Paris, .
  40. a et b Robert Parenté, Dunoyer de Segonzac, témoin du sport; éditions Pedro Palaclos, 1995.
  41. « La semaine théâtrale », Le Monde artiste, .
  42. National Gallery of Victoria, André Dunoyer de Segonzac dans les collections.
  43. Galerie d'art de Nouvelle-Galles du Sud, André Dunoyer de Segonzac dans les collections.
  44. Musée des beaux-arts du Canada, André Dunoyer de Segonzac dans les collections.
  45. University of Michigan Museum of Art, André Dunoyer de Segonzac dans les collections.
  46. a b c d e f g et h Julia May Boddewyn, « André Dunoyer de Segonzac at the Valentine Gallery », Valentine Gallery, 8 août 2021.
  47. Musée d'art Nelson-Atkins, André Dunoyer de Segonzac dans les collections.
  48. Musée Hammer, "Fernande" par André Dunoyer de Segonzac dans les collections.
  49. Musée Hammer, '"Chêne-liège en hiver" par André Dunoyer de Segonzac dans les collections.
  50. Metropolitan Museum of Art, "Le bouquet" dans les collections.
  51. Metropolitan Museum of Art, "La bouteille de vin" dans les collections.
  52. Museum of Modern Art, André Dunoyer de Segonzac dans les collections.
  53. Fred Jones Jr. Museum of Art, André Dunoyer de Segonzac dans les collections.
  54. Philadelphia Museum of Art, André Dunoyer de Segonzac dans les collections.
  55. Mildred Lane Kemper Art Museum, André Dunoyer de Segonzac dans les collections.
  56. Musée des Beaux-Arts de San Francisco, "Le gros chêne à Chaville" dans les collections.
  57. Musée des Beaux-Arts de San Francisco, "Un puits ancien" dans les collections.
  58. National Gallery of Art, André Dunoyer de Segonzac dans les collections.
  59. a et b National Portrait Gallery, "Isadora Duncan" par André Dunoyer de Segonzac dans les collections.
  60. The Phillips Collection, André Dunoyer de Segonzac dans les collections.
  61. Fondation Saint-John Perse, présentation des collections.
  62. « Antoinette Schulte à son chevalet », notice no 000DE012770, base Joconde, ministère français de la Culture.
  63. Musée de Grenoble, "Paysage de Saint-Tropez" dans les collections.
  64. a et b Musée d'Art moderne André Malraux, La donation de la collection d'Édouard Senn, présentation de l'exposition, septembre 2009.
  65. Jacques Guignard, « À propos de la collection Frédéric Sabatier d'Espeyran : les livres d'art modernes dans les bibliothèques municipales », Bulletin des bibliothèques de France, décembre 1967.
  66. a et b Françoise Mourgue-Molines, « La collection Sabatier d'Espeyran », L'Œil, juillet-août 1992, pp. 48-53.
  67. Gilles Guion de Vallerin, « La bibliophilie contemporaine : un pôle d'excellence à Montpellier », Bulletin des bibliothèques de France, février 1997.
  68. La Contemporaine, présentation des collections.
  69. Musée d'art moderne de la ville de Paris, "Personnages" dans les collections.
  70. Musée du Louvre, "Les Baliveaux et une vallée où l'on distingue des maisons" dans les collections.
  71. Centre Pompidou, André Dunoyer de Segonzac dans les collections.
  72. Musée de l'abbaye de Saint-Claude, André Dunoyer de Segonzac dans les collections.
  73. Musée des arts précieux Paul-Dupuy, "Le soldat blessé" dans les collections.
  74. Musée des arts précieux Paul-Dupuy, "Dans les tranchées" dans les collections.
  75. a b c d et e Hubert Landais (avant-propos) et Michel Hoog (introduction), Donation Pierre Jévy, éditions de la Réunion des musées nationaux, Paris, 1978, pp. 115-121.
  76. Musée d'Art de Hiroshima, André Dunoyer de Segonzac dans les collections.
  77. Musée Artizon, André Dunoyer de Segonzac dans les collections.
  78. Musée national de l'art occidental, André Dunoyer de Segonzac dans les collections.
  79. Fitzwilliam Museum, "Nature morte" dans les collections.
  80. Fitzwilliam Museum, "Paysage aux toits rouges" dans les collections.
  81. British Museum, André Dunoyer de Segonzac dans les collections.
  82. a et b Royal Collection Trust, André Dunoyer de Segonzac dans les collections.
  83. Institut Courtauld, "Nature morte aux œufs" dans les collections.
  84. Tate Modern, "Nature morte au chou" dans les collections.
  85. Tate Modern, "Nu au journal" dans les collections.
  86. Tate Modern, "La ferme dans la terre" dans les collections.
  87. Tate Modern, "La route de Grimaud" dans les collections.
  88. Ashmolean Museum, "L'écluse" dans les collections.
  89. Museo Nacional de Artes Visuales, André Dunoyer de Segonzac dans les collections.
  90. Catalogue de la collection Paul Poiret, Hôtel Drouot, Paris, 18 novembre 1925.
  91. Claude Robert, commissaire-priseur, catalogue de l'atelier et de la collection André Villeboeuf, Hôtel Drouot, 17 mai 1982.
  92. « Critics evaluate Segonzac's art, which draws throngs in Paris », Art Digest TT, 19 août 1928.
  93. a et b Michel Ciry, «  : vernissage de Segonzac à la galerie Charpentier », Le Temps des promesses - Journal 1942-1949, Plon, 1979, pp. 438-439.
  94. René-Jean, « Un magnifique ensemble résume l'œuvre d'André Dunoyer de Segonzac », Le Monde, 19 mai 1948.
  95. « André Dunoyer de Segonzac à la Bibliothèque nationale », Les Nouvelles littéraires, no 1608, 26 juin 1958.
  96. Musée de l'Annonciade, André Dunoyer de Segonzac, un tropézien de cœur, présentation de l'exposition, 2021.
  97. « Dans l'intimité du peintre André Dunoyer de Segonzac au musée de l'Annonciade à Saint-Tropez », Var-matin, 27 novembre 2021.
  98. One arty minute, Société normande de peinture moderne.
  99. J.-M., « L'actualité », L'Art et les Artistes, tome I, 1920, p. 351.
  100. Collectif, Hommage de Villeneuve-sur-Lot à André Dunoyer de Segonzac et Charles Despiau, catalogue d'exposition, imprimerie Moulinié, 1972.
  101. Ville de Viroflay, Hommage aux artistes camoufleurs de 1914-1918, présentation de l'exposition (entretien avec Cécile Coutin), septembre 2018.
  102. Cariss Beaune, « André Dunoyer de Segonzac », sur universalis.fr (consulté le ).
  103. Francis Carco, « Dunoyer de Segonzac », Le Carnet des artistes, n°18, 1917.
  104. René-Jean, « A. Dunoyer de Segonzac et son œuvre », Les Peintres français nouveaux, n°11, N.R.F., 1022.
  105. Christian Zervos, « Dunoyer de Segonzac », L'Art d'aujourd'hui, printemps-été 1924.
  106. François Fosca, « Dunoyer de Segonzac », L'Amour de l'art, 1928, p. 225.
  107. Jean Alazard, « André Dunoyer de Segonzac », La Revue des Deux Mondes, no 7, avril 1953, pp. 481-488.
  108. a et b René Huyghe de l'Académie française et Jean Rudel, L'art et le monde moderne, Larousse, 1970, tome 2, p. 64.
  109. Patrick-F. Barrer, L'histoire du Salon d'automne de 1903 à nos jours, Les éditions Arts et Images du Monde, 1992, pp. 112-113.
  110. Gérald Schurr, Le Guidargus de la peinture, Les Éditions de l'Amateur, 1993, p. 362.
  111. a et b Chilvers 2017.
  112. Musée national d'Art moderne, Marie Elisabeth Wrede dans les collections

AnnexesModifier

BibliographieModifier

  : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

  • Ulrich Thieme et Felix Becker, Allgemeines Lexikon der bildenden Künstler von der Antike bis zur Gegenwart, Vol.30, E. A. Seemann, Leipzig, 1914.
  • Tristan Klingsor, La peinture (l'art depuis vingt ans), Rieder, Paris, 1921.
  • René-Jean, « A. Dunoyer de Segonzac et son œuvre », Les Peintres français nouveaux, no 11, Paris, N.R.F., 1922.
  • Florent Felsn Propos d'artistes, La Renaissance du livre, 1925.
  • Claude Roger-Marx, « Dunoyer de Segonzac », Les Cahiers nouveaux, G. Crès & Cie, Paris, 1925.
  • Pierre Courthion, Panorama de la peinture française contemporaine, S. Kra, Paris, 1927.
  • Jacques Guenne, André Dunoyer de Segonzac, éditions Marcel Seheur, Paris, 1928.
  • Claude Roger-Marx, Dunoyer de Segonzac - L'œuvre gravé - Dessins - Aquarelles, imprimerie Dumoulin, 1937.
  • René Huyghe, Les Contemporains, éditions Pierre Tisné, Paris, 1939.
  • Paul Jamot, Dunoyer de Segonzac, collection « Anciens et modernes », Librairie Floury, Paris, 1941 (consulter en ligne).
  • Maximilien Gauthier, Dunoyer de Segonzac, imprimerie Union, Paris, 1949.
  • Claude Roger-Marx, Dunoyer de Segonzac, 225 exemplaires numérotés enrichis de 4 eaux-fortes originales d'André Dunoyer de Segonzac, collection « Peintres et sculpteurs d'hier et d'aujourd'hui », éditions Pierre Cailler, Genève, 1951.
  • Hans Vollmer, Allgemeines Lexikon der bildenden Künstler des XX Jahshunderts, vol.1, E. A. Seemann, Leipzig, 1953.
  • Waldemar-George, Dunoyer de Segonzac, éditions Laboratoire Chantereau, Arcueil, 1956.
  • Bernard Dorival (photographies de Roger Hauert), Segonzac, collection « Les grand peintres », éditions René Kister, Genève / Union européenne d'éditions, Monaco, 1956.
  • Bernard Dorival, Les peintres du vingtième siècle - Du cubisme à l'abstraction, 1914-1957, éditions Pierre Tisné, Paris, 1957.
  • Jean Vallery-Radot et Jean Adhémar (préface de Julien Cain, Dunoyer de Segonzac - Gravures, dessins, aquarelles, éditions de la Bibliothèque nationale de France, 1958 (présentation en ligne) ; (consulter en ligne).
  • Aimée Lioré et Pierre Cailler, Catalogue de l'œuvre gravé de Dunoyer de Segonzac, 8 volumes, 1.595 numéros décrits, Genève, Pierre Cailler, 1958-1970.
  • Raymond Nacenta, School of Paris - The painters and the artistic climate of Paris since 1910, Oldbourne Book Company Ltd., Londres, 1960 (consulter en ligne).
  • René Huyghe de l'Académie française, L'Art et l'homme, vol.3, Librairie Larousse, 1961.
  • Pierre Cabanne, Le Midi des peintres, collection « Tout par l'image », Hachette, 1964  .
  • François Talva, André Dunoyer de Segonzac, Albert Marquet et d'autres illustrateurs de "Bubu de Montparnasse", Les Amis de Charles-Louis Philippe / imprimerie A. Pottier, Moulins, 1984.
  • Max-Pol Fouchet, Segonzac, Saint-Tropez et la Provence, Paris, 1965.
  • Georges Charensol, Dunoyer de Segonzac, in Les grands maîtres de la peinture moderne, Lausanne, 1967.
  • René Huyghe de l'Académie française et Jean Rudel, L'art et le monde moderne, tome 2, éditions Larousse, 1970  .
  • Roger Passeron, Les gravures de Dunoyer de Segonzac, Bibliothèque des Arts, Paris, 1970.
  • Pierre Cailler, Dessins de Segonzac de 1910 à 1971, éditions Pierre Cailler, Genève, 1971.
  • Les Muses - Encyclopédie des arts, tome 6, Grange Batelière, Paris, 1971  .
  • Grande Encyclopédie Larousse, éditions Larousse, 1971-1976 (Consulter en ligne).
  • Claude Roger-Marx, Dunoyer de Segonzac - Soixante années de peinture, Galerie Durand-Ruel, Paris / imprimerie Busson, Paris, 1972  .
  • Henri Hugault, Dunoyer de Segonzac, Bibliothèque des Arts, Paris, 1973.
  • André Brincourt, Noir sur Blanc, Fayard, 1973 (consulter en ligne).
  • Dictionnaire universel de la peinture, vol.2, Le Robert, Paris, 1975.
  • Jean Melas Kyriazi, André Dunoyer de Segonzac, sa vie, son œuvre, Harmonies et couleurs, Lausanne, 1976.
  • Roger Passeron, Aquarelles de Segonzac, Neuchâtel, 1976.
  • Georges Poisson et Maddy Ariès, Donation André Dunoyer de Segonzac, éditions Musée de l'Île-de-France, 1977.
  • Hubert Landais (avant-propos) et Michel Hoog (introduction), Donation Pierre Lévy, éditions de la Réunion des musées nationaux, Paris, 1978.
  • Claude Raphaël-Leygues, Voyage à contre-courant ou l'humour dans l'art, Albin Michel, 1978 (consulter en ligne).
  • [Distel 1980] Anne Distel, André Dunoyer de Segonzac, Paris, Flammarion, coll. « Les maîtres de la peinture moderne », , 96 p. (lire en ligne).  .
  • Sous la direction de Hans L.C. Jaffé, Le monde de la peinture des origines à nos jours, V.N.U. Books International, 1980  .
  • Ronald Alley, Catalogue of the Tate Gallery's Collection of Modern Art other than works by British artists, Tate Gallery / Sotheby Parke-Bernet, Londres, 1981.
  • André Beucler, Plaisir de mémoire - De Saint-Pétersbourg à Saint-Germain-des-Prés - Tome 2, Gallimard, 1982.
  • Sous la direction de Simone Bourland-Colin, La Provence vue par André Dunoyer de Segonzac, éditions Musées d'archéologie, Marseille, 1984.
  • Marianne Delafond, Dunoyer de Segonzac, éditions du Musée Marmottan / Bibliothèque des Arts, Paris, 1985.
  • Patrick-F. Barrer, L'histoire du Salon d'automne de 1903 à nos jours, Les éditions Arts et Images du Monde, Paris, 1992  .
  • Andreas Beyer, Bénédicte Savoy, Wolf Tegethoff et Eberhard König, Allgemeines Künstlerlexikon : die bildenden KÜnstler aller Zeiten und Völker, vol.31, K. G. Saur Verlag, Munich et Leipzig, 1992.
  • Laurence Bertrand Dorléac, L'art de la défaite, Seuil, 1993  .
  • Gérald Schurr, Le Guidargus de la peinture, Les Éditions de l'Amateur, 1993  .
  • Robert Parenté, Dunoyer de Segonzac, témoin du sport, éditions Pedro Palaclos, 1995  .
  • Emmanuel Bénézit (article de Jacques Busse), Dictionnaire des peintres, sculpteurs, dessinateurs, graveurs, vol.4, Gründ, 1999  .
  • Sous la direction de Jean-Louis Ferrier (avec la collaboration de Yann Le Pichon - Préface de Pontus Hulten), L'aventure de l'art au XXe siècle, éditions du Chêne, 1999  .
  • Noël Coret, Autour de l'impressionnisme - Les peintres de la vallée de la Marne, La Renaissance du livre, 2000 (consulter en ligne).
  • Jean-Pierre Delarge, Dictionnaire des arts plastiques modernes et contemporains, Gründ, 2001  .
  • Richard R. Brettell, Françoise Forster Hahn, Duncan Robinson et Janis A. Tomlinson, Nineteenth- en Twentieth-Century European Drawings in the Robert Lehman Collection, Metropolitan Museum of Art, New York/Princeton University Press, Princeton.
  • Sous la direction de Michel Laclotte et Jean-Pierre Cuzin, Dictionnaire de la peinture, éditions Larousse, 2003  .
  • Cécile Coutin, Tromper l'ennemi - L'invention du camouflage moderne en 1914-1918, éditions Pierre de Taillac, 2015.
  • Limore Yagil, Au nom de l'art, 1933-1945 - Exils, solidarités et engagements, Fayard, 2015.
  • [Chilvers 2017] (en) Ian Chilvers, « Dunoyer de Segonzac, André », dans The Oxford Dictionary of Art and Artists, , 5e éd. (lire en ligne).  .
  • Werner Lange (préface de Mikhail Chemiakine), Les artistes français sous l'Occupation, éditions Dean, Saint-Pétersbourg, 2017.
  • Michel Charzat, André Dunoyer de Segonzac : la force de la nature, l'amour de la vie, Gourcuff Gradenigo éditeur, 2021  .

PresseModifier

  • Claude Roger-Marx, « Dunoyer de Segonzac », L'Amour de l'art, mai 1921.
  • Roger Allard, « Dunoyer de Segonzac », La Revue universelle, 1er novembre 1921.
  • Le Crapouillot, , dessin d'André Dunoyer de Segonzac (Nu) en couverture.
  • Jacques de Laprade, « Dunoyer de Segonzac », Beaux-Arts, 25 décembre 1936.

RadiophonieModifier

  • Interview d'André Dunoyer de Segonzac, Radio-Nice, 1955, Fonds Archives départementales des Alpes-Maritimes, Documents sonores isolés, 1AV107, mis en ligne le (écouter en ligne).

FilmographieModifier

IconographieModifier

Liens externesModifier