Revue des Deux Mondes

revue bimensuelle littéraire française

Revue des Deux Mondes
Image illustrative de l’article Revue des Deux Mondes

Pays Drapeau de la France France
Langue Français
Périodicité Mensuelle
Genre Littérature
Prix au numéro 18 
Date de fondation
Ville d’édition Paris

Directeur de publication Thierry Moulonguet[1]
Directeur de la rédaction Valérie Toranian[1]
ISSN 0035-1962
Site web Site officiel

La Revue des Deux Mondes[2] est une revue de littérature et d'idées française, fondée en 1829. C'est l'une des plus anciennes publications périodiques encore en activité en France. Au XIXe siècle, elle a été un foyer d’expression majeur pour les écrivains et critiques romantiques[3].

HistoireModifier

Le XIXe siècleModifier

 
Buste de François Buloz, par Eugène Guillaume, musée d'Orsay.

La Revue des Deux Mondes fut fondée[4] en par Prosper Mauroy et par Pierre de Ségur-Dupeyron. Ces derniers en perdirent le contrôle dès 1831, lors du rachat par Auguste Auffray, qui nomma François Buloz directeur.

L’épigraphe du premier numéro est une citation du poète anglais Alexander Pope :

« L’esprit de parti est une folie de beaucoup d’hommes au profit de quelques-uns[5]. »

En janvier 1830, son titre devient Revue des Deux Mondes. Journal des voyages, de l'administration et des mœurs, etc., chez les différents peuples du globe ou archives géographiques et historiques du XIXe siècle ; rédigée par une société de savants, de voyageurs et de littérateurs français et étrangers. La revue entend penser les liens et les rapports entre le vieux continent et l’Amérique. Mêlant histoire, littérature et politique, elle incarne l’idéal humaniste de curiosité et de quête de savoir concernant les différentes sociétés du globe. Ainsi, avant même que l’on parle d’ethnologie, la Revue des Deux Mondes fut un recueil de récits de voyageurs revenant tant d’Amérique, que d’Asie, d’Afrique ou de Russie[1].

La Revue des Deux Mondes fut également à cette époque un rendez-vous littéraire majeur. Dès 1831, François Buloz devient rédacteur en chef et accueille Alexandre Dumas, Alfred de Vigny, Honoré de Balzac, Sainte-Beuve, Charles Baudelaire, George Sand, Alfred de Musset et autres grands noms de la littérature de cette époque. En guise d'exemple, Prosper Mérimée fait paraître la nouvelle Carmen dans la revue d'octobre 1845. Musset évoque d’ailleurs dans sa correspondance les longs après-midi passés assis dans le salon de François Buloz à discuter, en compagnie de George Sand, cigarette à la bouche, écrivant dans son coin.

Libérale jusqu'en 1848, elle amorce ensuite un tournant plus conservateur[6]. Sous le Second Empire, elle est une revue d’opposition. À la fin du XIXe siècle, sous l’influence de Ferdinand Brunetière, la revue soutient l’Église catholique contre les offensives anticléricales. Comme la grande majorité des revues, celle-ci se politise davantage à l'occasion et à partir de l'affaire Dreyfus[6].

Après la mort en 1877 de François Buloz, qui avait soutenu Adolphe Thiers, la revue est dirigée entre autres par Charles Buloz, fils de François, qui y accueille Paul Bourget, puis par Ferdinand Brunetière, critique influent et membre de l’Académie française en 1900, Francis Charmes (Académie française, 1908), René Doumic (Académie française, 1909), André Chaumeix (Académie française, 1930) ou encore Claude-Joseph Gignoux de l'Institut de France. Elle compte 26 000 abonnés en 1885[7].

Le XXe siècleModifier

Au XXe siècle, le paysage littéraire change, La Nouvelle Revue française apparaît. Si la Revue des Deux Mondes garde une position privilégiée, ses sujets de prédilection évoluent vers la politique et l’histoire, portés par la gravité des moments de crise que traverse la société française : Commune, séparation de l'Église et de l'État, affaire Dreyfus, Première Guerre mondiale, montée des totalitarismes[1]. Toutefois, dans les années 1950, 1960 et 1970, son audience diminue largement au profit des Temps modernes de Jean-Paul Sartre ou de Critique de Georges Bataille[5].

Le XXIe siècleModifier

Marc Ladreit de Lacharrière, président de Fimalac, rachète la Revue des Deux Mondes en 1991. Président et directeur de la publication de la revue pendant près de vingt ans, il la modernise et celle-ci paraît, pour la première fois, en quadrichromie à l’automne 2002[5]. La rédaction a été dirigée entre autres par Nathalie de Baudry d'Asson et par l'écrivain et critique littéraire Michel Crépu[8] ; celui-ci, parti diriger la NRF, a été remplacé en 2015 par Valérie Toranian, ancienne directrice de la rédaction du magazine Elle.

La Revue des Deux Mondes « poursuit sa trajectoire, ayant toujours ce souci d’incarner l’esprit humaniste de ses débuts, à distance des adhésions idéologiques dont les bilans désastreux parlent pour eux-mêmes. Foncièrement généraliste, s’intéressant à tous les domaines de l’activité humaine, la Revue demeure fidèle à ses origines littéraires, philosophiques : la liberté d’esprit, l’indépendance intellectuelle, le goût pour l’exercice critique, le primat de la lucidité sur toute autre forme d’approche du réel »[9], ce qui constitue sa charte.

Dernièrement, la revue se repositionne sur le débat d’idées en renouant avec la politique et les questions de société et d’actualité[10]. Toujours fidèle à son souci d'éclectisme, sa curiosité, elle permet à des auteurs de tous bords de s’exprimer (écrivains, chercheurs, universitaires…) dans la tradition des grandes revues d’idées permettant au débat d’exister. Depuis 2015, elle a triplé ses ventes[11].

DirectionModifier

Comité de rédaction et comité d'honneurModifier

Comité de rédactionModifier

En 2017, selon le site de la revue[9] :

Comité d'honneurModifier

DiversificationModifier

Sur internet et les réseaux sociauxModifier

La Revue des Deux Mondes développe une stratégie numérique à partir de 2008. Elle est aujourd’hui présente sur Facebook, Twitter et Instagram. La refonte de son site internet en 2016 lui permet de numériser son fond d'archives, vieux de deux siècles, le rendant ainsi accessible à tous[12],[13], et de publier un contenu éditorial, gratuit, plus régulier. Dans cette perspective, Valérie Toranian publie depuis 2016 un édito hebdomadaire envoyé à tous les abonnés de la newsletter gratuite de la revue.

Collection de hors-sériesModifier

La Revue des Deux Mondes diversifie sa diffusion en éditant de hors séries littéraires (Philippe Muray, le prophète incorrect et La France éternelle de Simenon) comme patrimoniaux (Le jardin, reflets des cultures et de l’histoire, La mode sous influences, de Diane de Poitiers à Instagram, L’automobile, mythes, culture et société, Le champagne dans la grande histoire, La tragédie des églises, Le diamant, amour, histoire et pouvoir, etc.). Ses hors séries s'inscrivent dans une tradition, chère à la revue, de mise en valeur des spécificités et de la richesse de la culture française afin de créer des ponts entre les savoirs et les cultures.

La Revue des Deux Mondes accompagne également le Prix de Photographie Marc Ladreit de Lacharrière. Créé en 2007, en partenariat avec l'Académie des beaux-arts, ce prix récompense un photographe confirmé, français ou étranger, travaillant en France, auteur d’un projet photographique original restitué sous la forme d’une exposition au Pavillon Comtesse de Caen. Un hors-série catalogue accompagne alors l'exposition du lauréat.

Lauréats du Prix de photographie Marc Ladreit de Lacharrière
  • 2007 - Malik Nejmi, L'ombre de l'enfance
  • 2008 - Jean-François Spricigo, Anima
  • 2009 - Thibaut Cuisset, En campagne
  • 2010 - Marion Poussier, Les sentiments du quotidien
  • 2011 - Françoise Huguier, Vertical / Horizontal, Intérieur / Extérieur. Singapour – Kuala Lumpur – Bangkok « Middle classes » en Asie du Sud-Est à l’aube du XXIe siècle
  • 2012 - Katharine Cooper, Les blancs africains
  • 2013 - Catherine Henriette, Conte d'hiver, conte d'été
  • 2014 - Eric Pillot, In situ - États-Unis
  • 2015 - Klavdij Sluban, Divagation sur les pas de Bashô (Japon)
  • 2016 - Bruno Fert, Intimités temporaires
  • 2017 - Claudine Doury, Une odyssée sibérienne
  • 2018 - FLORE, L'odeur de la nuit était celle du jasmin

Réédition des Trésors de la RevueModifier

Depuis 1829, la Revue des Deux Mondes a accueilli dans ses pages des écrivains majeurs. Leurs textes constituent une mine d'or littéraire et philosophique que la rédaction met en valeur par différentes rééditions. Outre des anthologies d’anniversaire (Cent ans de vie française à la Revue des Deux Mondes, Hachette-Revue des Deux Mondes pour les 100 ans, Pages retrouvées pour les 180 ans),  des nouvelles, des contes, des récits de voyages… sont reparus en collaboration avec les éditions Agora (Les lettres japonaises de Lafcadio Hearn, Sur la guerre de Rudyard Kipling...) ou dans la collection Trésors retrouvés de la Revue (Russie 1837 - 1937 avec les éditions Valmonde, une anthologie avec les éditions Flammarion).

ÉvènementsModifier

Prix de la Revue des Deux MondesModifier

Chaque année, au printemps, le prix de la Revue des Deux Mondes distingue un ouvrage de langue française paru dans l’année écoulée. Créé en 2008, ce Prix récompense un essai reconnu à la fois pour ses qualités littéraires, pour la pertinence de son sujet dans le débat d’idées contemporain et pour le regard qu’il porte sur la relation du passé au présent.

  • 2008, Gilbert Dragon, Décrire et peindre. Essai sur le portrait iconique, Gallimard
  • 2009, Mona Ozouf, Composition Française, Gallimard
  • 2010, Antoine de Baecque, Godard, Grasset
  • 2011, Guillaume Metayer, Anatole France, Le Félin
  • 2012, Lucien d'Azay, Trois excentriques anglais, Les Belles Lettres
  • 2013, Gérald Bronner, La démocratie des crédules, PUF
  • 2014, Pierre Grosser, Traiter avec le diable ? Les vrais enjeux de la diplomatie au XXIe siècle, Odile Jacob
  • 2015, Michel Eltchaninoff, Dans la tête de Vladimir Poutine, Actes Sud
  • 2016, Gilles Kepel, Terreur dans l'Hexagone, genèse du djihad français, Gallimard
  • 2017, Patrice Gueniffey, Napoléon et De Gaulle, Deux héros français, Perrin
  • 2018, Stephen Smith, La ruée vers l'Europe, la jeune Afrique en route vers le Vieux Continent, Grasset
  • 2019, Kamel Daoud, Le peintre dévorant la femme, Stock
  • 2020, la pandémie de Covid-19 empêche la remise du prix.
  • 2021, Raphaël Doan, Le rêve de l’assimilation : de la Grèce antique à nos jours, Passés/Composés

Dernier jury : François Bujon de l'Estang, Olivier Cariguel, Jean-Paul Clément, François d'Orcival, Franz-Olivier Giesbert, Renaud Girard, Thomas Gomart, Aurélie Julia, Robert Kopp, Thierry Moulonguet, Jean-Pierre Naugrette, Éric Roussel, Eryck de Rubercy, Jacques de Saint-Victor, Annick Steta, Valérie Toranian (présidente) et Marin de Viry.

Polémiques et controversesModifier

DuelModifier

Le 23 août 1833, Capot de Feuillide fit paraître une critique violente du roman de George Sand, Lélia, dans l’Esprit littéraire. Gustave Planche le provoque en duel pour défendre l’honneur de George Sand.

Les Fleurs du MalModifier

C’est sous la férule de François Buloz que Charles Baudelaire, le , peut faire publier dix-huit poèmes, dont « Le Spleen » et « L’Invitation au voyage », pour la première fois réunis sous le titre Les Fleurs du Mal et précédés du fameux avertissement « Au lecteur ». En , un critique littéraire du Figaro, Louis Goudall, s’en prend vertement au choix éditorial de François Buloz :

« Et c’est cette poésie scrofuleuse, écœurante, que la Revue des Deux Mondes nous offre […] ! Ah, vous nous la donnez belle, M. Buloz ![14] »

Seconde Guerre MondialeModifier

Dès 1934, Maurice Lewandowski, directeur du Comptoir national d’escompte de Paris, fait l'éloge de l'« idole de Vichy », Antonio Salazar, dans la revue puis pendant la période de l'Occupation s'installe à partir de l'été 1940 à Royat, dans la banlieue de Clermont-Ferrand, ville située en zone libre. Son directeur, André Chaumeix, accueille d'abord favorablement l'arrivée au pouvoir du maréchal Pétain, dont il publie au début de l'Occupation quelques messages. Mais la revue refuse de se soumettre à diverses exigences allemandes et adopte une position attentiste devant la tournure des événements politiques et diplomatiques qu'elle s'abstiendra de commenter[15]. Parmi les auteurs auxquels elle ouvre ses pages, on peut citer des écrivains de tous horizons : André Demaison, Georges Duhamel, Maurice Genevoix, Louis Gillet, Daniel Halévy, Robert d'Harcourt, Émile Henriot, Joseph Kessel, Louis Madelin, Paul Valéry ou encore Roger Vercel.

Lors de la Libération, bien qu'elle en eût reçu l'autorisation au niveau régional, la revue doit cesser de paraître en application de l'ordonnance gouvernementale du 30 septembre 1944 relative à la réglementation provisoire de la presse périodique en territoire métropolitain libéré. Après examen des sommaires et des pièces administratives qu'elle a fournies, un rapport du ministère de l'Information reconnaît que la Revue des Deux Mondes « n'a consacré que peu d'articles à l'actualité politique, conservant surtout un caractère littéraire, historique et culturel »[15].

Elle reparaît en en changeant de titre pour devenir La Revue, littérature, histoire, arts et sciences des Deux Mondes.

Le MondeModifier

En 2015, le journaliste du Monde Édouard Launet accuse la nouvelle direction de la revue, Valérie Toranian et Franz-Olivier Giesbert, d'avoir transformé cette revue du « conservatisme éclairé » en une officine du « pessimisme prophétique et réactionnaire », leur reprochant d'avoir donné la parole notamment à Éric Zemmour, Régis Debray, Michel Onfray et Michel Houellebecq[16].

Affaire FillonModifier

En , la revue est citée par Le Canard enchaîné pour avoir employé Penelope Fillon entre et pour un salaire mensuel brut de 5 000 euros, alors que la revue cumule les difficultés financières[17]. Cet emploi est rendu public par l'hebdomadaire satirique alors que François Fillon est en campagne pour l'élection présidentielle de 2017.

Marc Ladreit de Lacharrière, décrit comme « proche de François Fillon[18] », confirme l'information[18],[19]. Penelope Fillon n'aurait fourni que deux notes de lecture, mises en ligne par l'hebdomadaire Marianne[20]. Michel Crépu, directeur de la Revue des Deux Mondes à l'époque, indique ne pas avoir été informé de ce poste[21].

Le , le parquet national financier, qui a ouvert une enquête préliminaire pour détournement de fonds publics, abus de biens sociaux et recel de ces délits[22] dans le cadre de l'emploi d'attachée parlementaire de Penelope Fillon, diligente également une perquisition dans les locaux de la Revue des deux Mondes à Paris[23].

CouverturesModifier


Notes et référencesModifier

  1. a b c et d « Qui sommes-nous », sur site de la revue, (consulté en ).
  2. Plusieurs graphies ont été utilisées pour désigner cette revue : Le Petit Larousse 2010 et Le Petit Robert des noms propres 2010 titrent « Revue des Deux Mondes », le Dictionnaire Hachette 2010 ajoute même à ce dernier titre un article. La couverture a été dès le début rédigée en capitales.
  3. Luc Fraisse, Les Fondements de l’histoire littéraire, Paris-Genève, Honoré Champion, , p. 33.
  4. « L’histoire de la Revue des Deux Mondes », sur revuedesdeuxmondes.fr (consulté le ).
  5. a b et c Nicolas Truong, « Où va la Revue des deux Mondes » sur lemonde.fr du 4 février 2017.
  6. a et b Olivier Corpet, « La revue », in Jean-François Sirinelli, Histoire des droites en France, Gallimard, 1992, tome 2, chap. V.
  7. Jean-Claude Yon, Histoire culturelle de la France au XIXe siècle, Armand Colin, Paris, 2010, p. 170.
  8. Voir notice bibliographique dans le catalogue général de la BnF.
  9. a et b « Qui sommes-nous » sur le site de la revue.
  10. Elodie Maurot, « Six revues pour prolonger le débat », La Croix,‎
  11. Alexandre Devecchio, « Valérie Toranian : "Aujourd'hui, Desproges serait surveillé par le CSA et lynché sur les réseaux sociaux" », Le Figaro,‎ (lire en ligne).
  12. Eugénie Bastié, « Bibliothèque des essais », Le Figaro,‎ .
  13. La Revue des deux Mondes (1829-1930) consultable dans Gallica, la bibliothèque numérique de la BnF.
  14. Voir sur revuedesdeuxmondes.fr.
  15. a et b Revue des deux mondes, “1829-2009. L’art de durer”, numéro spécial anniversaire des 180 ans sur l’histoire de la revue et avec des inédits, revuedesdeuxmondes.fr, , 192 p. (lire en ligne).
  16. Édouard Launet, « Drôle de tournant à la Revue des Deux Mondes », sur lemonde.fr, (consulté le ).
  17. « Une “Revue des deux mondes” très filloniste », Libération, 26 janvier 2017.
  18. a et b « La Revue des deux mondes, qui emploie Penelope Fillon et invite Eric Zemmour », sur lexpress.fr, (consulté le ).
  19. Voir sur lemonde.fr.
  20. Delphine Legouté, Voici les 2 notes à 100.000€ de Penelope Fillon pour "la Revue des deux mondes", marianne.net, 26 janvier 2017
  21. Antoine Oury, « Les notes de lecture de Penelope Fillon : 3 474 caractères et une faute », Actualité, 27 janvier 2017.
  22. « Le parquet financier ouvre une enquête préliminaire dans l’affaire Penelope Fillon » Le Monde, 25 janvier 2017.
  23. « À la Revue des deux Mondes, l'autre enquête qui menace les Fillon », jdd.fr, 28 janvier 2017.

AnnexesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

BibliographieModifier

  • Gabriel de Broglie (préf. Maurice Schumann), Histoire politique de la Revue des deux Mondes : de 1829 à 1979, Paris, Perrin, , 380 p. (ISBN 2-262-00147-2, présentation en ligne)
  • Mihailo Pavlovic, « Apollinaire lecteur de la Revue des Deux Mondes », Revue d'Histoire Littéraire de la France, July-Aug 1992, no 92 (4), p. 694-703
  • Alain Mercier, « Edouard Schuré, Baudelaire et le wagnérisme à la Revue des Deux Mondes, d’après un document inédit », Bulletin Baudelairien, Summer 1980, no 16 (1), p. 11-12
  • Françoise Escoffier, « Henri Heine et la Revue des Deux Mondes », Nouvelle Revue des Deux Mondes, oct. 1982, p. 130-37
  • Louis Le Guillou, « L’Avenir du monde : les Manifestes de Lamartine, Chateaubriand et Lamennais dans la Revue des deux mondes de 1834 », Travaux de Litterature, 1995, no 8, p. 231-39
  • Thomas Loué, « L’Inévidence de la distinction : la Revue des Deux Mondes face à la presse à la fin du XIXe siècle », Romantisme, 2003, no 121, p. 41-48
  • Mariella Colin, « La Littérature italienne contemporaine vue par la Revue des Deux Mondes (1880-1900) », Polémiques et dialogues : les Échanges culturels entre la France et l’Italie de 1880 à 1918, Caen, Univ. de Caen, 1988, p. 11-22
  • Collectif, Cent ans de vie française à la Revue des Deux Mondes. Le livre du centenaire, Paris, Hachette, Revue des Deux Mondes, 1929, 524 p.
  • Collectif, « Pages retrouvées. 1829-2009 », Paris, Revue des Deux Mondes, 2009, 320 p.
  • Collectif, « 1829-2009. L’art de durer », Paris, Revue des deux Mondes, octobre-novembre 2009, numéro spécial anniversaire des 180 ans sur l’histoire de la revue et avec des inédits, 192 p.
  • Adrien Le Bihan, James Joyce travesti par trois clercs parisiens (dont Louis Gillet et Michel Crépu de la Revue des Deux Mondes), Cherche-bruit, 2011 (ISBN 978-2-9537571-1-8)
  • Gerri Kimber, Katherine Mansfield: The View from France, Peter Lang, Oxford, Berne, etc., 2008 Où il est question de la réception de Katherine Mansfield par la Revue des Deux Mondes.

Liens externesModifier