Ouvrir le menu principal

6e arrt
Rue Bonaparte
Image illustrative de l’article Rue Bonaparte
La rue Bonaparte vue depuis la rue de Vaugirard.
Situation
Arrondissement 6e
Quartier Saint-Germain-des-Prés
Odéon
Début 7, quai Malaquais
Fin 58, rue de Vaugirard
Morphologie
Longueur 1 010 m
Largeur 11 m
Historique
Création XVe siècle, XVIIe siècle, 1804, 1845
Dénomination Arr. du 12 août 1852
Ancien nom Rue des Petits-Augustins
Rue Saint-Germain-des-Près
Rue du Pot-de-Fer-Saint-Sulpice
Géocodification
Ville de Paris 1093
DGI 1087

Géolocalisation sur la carte : Paris

(Voir situation sur carte : Paris)
Rue Bonaparte
Images sur Wikimedia Commons Images sur Wikimedia Commons

La rue Bonaparte est une voie publique du 6e arrondissement de Paris.

Sommaire

Situation et accèsModifier

La rue traverse le cœur de la rive gauche et se caractérise par un certain nombre d'hôtels particuliers et d'immeubles élégants, tout en étant délimitée par la rivière d'un côté et le parc à l'autre. La rue a de nombreuses associations littéraires et contient plusieurs bouquinistes et librairies spécialisées dans les livres anciens.

Ce site est desservi par les stations de métro Saint-Sulpice, Saint-Germain-des-Prés et Mabillon.

Origine du nomModifier

Elle porte le nom de Napoléon Bonaparte (1769-1821), empereur des Français.

HistoriqueModifier

L'ordonnance du 12 août 1852, prise quelques mois après le coup d'État de Louis-Napoléon Bonaparte[1], réunit trois voies existantes pour former la rue Bonaparte[2]. La rue actuelle est donc la réunion de plusieurs rues tracées à différentes époques :

  • la rue des Petits-Augustins, entre le quai Malaquais et la rue Jacob (XVIIe siècle) ;
  • la rue Saint-Germain-des-Près, entre la rue Jacob et la rue du-Vieux-Colombier (XIXe siècle) ;
  • la rue du Pot-de-Fer-Saint-Sulpice, entre le rue du Vieux-Colombier et la rue Vaugirard (XVe siècle).

Rue des Petits-AugustinsModifier

La partie nord de la rue, était naguère occupée par une rivière appelée la Noue, qui formait alors la limite orientale du Pré-aux-Clercs. Plus tard, le cours d'eau laissera la place à un canal de 27 m de largeur que l'on appela la « Petite Seine » et qui alimenta en eau les douves de l'abbaye de Saint-Germain-des-Prés lorsque celle-ci fut fortifiée au XIVe siècle. Au XVIIe siècle, les fortifications de l'abbaye sont abattues, tandis que les douves et le canal sont comblés[3].

Une voie est alors tracée entre le quai Malaquais et la rue Jacob[4]. Elle est d'abord nommée « petite rue de Seine », « rue de la Petite Seine », « chemin de la Noue ». À partir de 1664, elle est désignée sous le nom de « rue des Petits-Augustins », car elle desservait le couvent des Petits-Augustins (sur le site de l'École nationale supérieure des beaux-arts)[4]. La largeur minimale de la rue est fixée à 10 m par une décision ministérielle en date du 2 thermidor an V (20 juillet 1797), puis à 11 m en vertu d'une ordonnance royale du 29 avril 1839[4]. Sous le règne de Louis XIII on y comptait 10 lanternes et 20 maisons dont l'une fut à quelques années de là le domicile mortuaire du premier des deux Lauzun célèbres, pendant qu'une autre avait pour habitant M. Sconin d'Angevillier, commissaire provincial des guerres de la généralité de Paris

Rue Saint-Germain-des-PrèsModifier

En 1804, une nouvelle rue est tracée entre la rue Jacob et la place Saint-Germain-des-Prés, dans la continuité de la rue des Petits-Augustins, mais avec un axe légèrement décalé vers l'est. Elle est dénommée « cour des Religieux » car elle est tracée à l'emplacement des anciens jardins de l'abbaye de Saint-Germain-des-Prés. Elle est ensuite renommée successivement « rue Bonaparte » en 1810 et « rue de la Poste-aux-Chevaux » en 1815. En 1816, elle est finalement dénommée « rue Saint-Germain-des-Prés ». La largeur minimale de cette voie publique est fixée à 10 m par une décision ministérielle du 21 août 1817, puis l'ordonnance royale du 29 avril 1839[5].

Une ordonnance du 7 septembre 1845 ordonne le prolongement de la rue entre la place Saint-Germain-des-Prés et place Saint-Sulpice[6].

Rue du Pot-de-Fer-Saint-SulpiceModifier

La nouvelle rue ouverte se prolonge par la « rue du Pot-de-Fer-Saint-Sulpice » jusqu'à la rue de Vaugirard. Cette rue existait dès le XVe siècle sous le nom de « ruelle tendant de la rue du Colombier à Vignerei ». Elle longeait le clos Férou. Elle est ensuite appelée successivement « rue du Verger », « des Jardins-Saint-Sulpice », « des Jésuites » et, enfin, « rue du Pot-de-Fer-Saint-Sulpice », en référence à une enseigne. Le 13 avril 1612, les jésuites installent leur noviciat dans l’hôtel de Mézières[7].

Après avoir progressivement acquis plusieurs maisons voisines, les jésuites occupent un vaste terrain délimité par les rues du Pot-de-Fer, Mézière, Cassette et Honoré-Chevalier. Une chapelle est construite sur la rue du Pot-de-Fer aux frais de François Sublet de Noyers qui y est inhumé après sa mort. La première pierre est posée par Henri de Bourbon-Verneuil, abbé de Saint-Germain-des-Près. Commencée en 1630, la chapelle, dédiée à saint François-Xavier et due à l'architecte Étienne Martellange, est achevée en 1642[8]. Lorsque les jésuites sont chassés de Paris en 1763, la propriété est vendue à divers particuliers et entièrement rasée. Un vaste dépôt de farine est alors construit rue du Pot-de-Fer[7],[9].

Au milieu du XIXe siècle, la rue est mal fréquentée. Ainsi, vers 1846 ou 1847, la réputation de la tour de Nesle, l'ancienne tour royale, était encore telle, que ce nom fut donné à un bouge infâme de la rue où des repris de justice entraînaient des jeunes filles des quartiers voisins[10].

La largeur minimale de la rue est fixée à 9 m par une décision ministérielle du 26 thermidor an VIII (14 août 1800) et 10 m par une ordonnance du 23 janvier 1838[11]. En 1810, une ordonnance ministérielle prévoit le prolongement de la place Saint-Sulpice jusqu'à la rue du Pot-de-Fer[12]. Afin d'accueillir les services municipaux de l'ancien 11e arrondissement, un bâtiment est construit au no 8 de 1845 à mars 1849 par les architectes Philippe-Laurent Rolland et Paul-Frédéric à l'emplacement d'un ancien hôtel du duc de Charost appartenant au duc de Cossé-Brissac et acquis par la ville en 1840[13]. Le bâtiment avait lui-même succédé en 1651 à un couvent de bernardines de Sainte-Cécile. Il s'agit de l'actuelle mairie du 6e arrondissement.

Bâtiments remarquables et lieux de mémoireModifier

 
Le 5, rue Bonaparte.
 
Le 38, rue Bonaparte.
 
Le 70, rue Bonaparte.

Du quai Malaquais à la rue JacobModifier

  • No 1 : ici s'élevait l'hôtel de Chavaudon appartenant au comte de Chavaudon qui passa à sa mort à la marquise de Chavaudon une parente. C'est dans cette propriété qu'est mort Félix Vicq d'Azyr (1748-1794), un des fondateurs de l'Académie de médecine, médecin de Louis XVI et de Marie-Antoinette. Il est mort d'une pneumonie à son domicile après avoir assisté à la fête de l’Être suprême, le 20 juin 1794 soit le 2 messidor an II. Il était marié à la nièce de Daubenton[14]L'homme politique Gaston Palewski ; une plaque lui rend hommage.
  • No 3 : était une dépendance de l'hôtel de Chavaudon, mais fut exploité en appartements meublés depuis les années 1830. Ce fut, en 1789 le domicile du vicomte Alexandre de Beauharnais (1760-1794), député des États Généraux, sa femme s’étend rendue en Martinique près de sa mère en 1787[14]. Plaque commémorative en la mémoire de Louis Hélié, résistant français.
  • Nos 2-4 (anciennement rue de la Petite-Seine) : emplacement supposé de la première maison dont disposèrent, à Paris, les cinq frères de Saint-Jean-de-Dieu, communément appelés « frères de la Charité », appelés à Paris en 1602 pour soigner les pauvres. Quelques années plus tard, Marguerite de France la réquisitionna. Les frères s'établirent alors dans leur seconde maison aménagée dans l'ancien hôtel de Sansac attenant à l'ancienne chapelle de Saint-Pierre (ou des Saints-Pères) où ils fondèrent l'hôpital de la Charité (détruit en 1935)[15],[16].
  • Nos 5 : ancien hôtel de Bessan, portail monumental sur rue avec vantaux, façades cour et jardins, décoration intérieure de deux salons du XVIIIe siècle (  Inscrit MH (1926)). Il servit de local à l'imprimeur Édouard Dentu (1830-1884), puis devint la propriété des libraires Pourrat frères. Le Cercle de la librairie y fut installé avant de partir au n°1. Parmi les locataires célèbres au XIXe siècle : Gabriel Andral (1797-1876), médecin et Casimir Gide (1804-1868) éditeur. Il semble selon Charles Lefeuve (1818-1882), historien des rues de Paris que cet hôtel ne faisait qu'un avec l'hôtel de Persan aux numéros 7 et 9 de la rue. Le maréchal Hubert Lyautey y vécut de 1911 à 1934. Le peintre Édouard Manet y naquit en 1832. L'écrivain Henri Troyat y vit de 1963 à 2002. Des plaques leur rendent hommage.
  • No 6 : une plaque commémorative indique qu'en 1837, Honoré de Balzac s'inspira du parfumeur Jean-Vincent Bully et de son officine pour son roman César Birotteau.
  • Nos 7 à 9 :hôtel de Persan, élevé par le marquis de Persan, premier maréchal des logis du comte d'Artois, sa sœur est demeurée propriétaire jusqu'à sa mort en 1846. Au n°: 7, porte sur rue et vantaux du XVIIIe siècle (  Inscrit MH (1927)). Au n°9: les façades sur cour et jardins (  Inscrit MH (1926)). Dans cet hôtel ont habité sous Louis XV: Madame de Jeanne Camus de Pontcarré par son mariage Jeanne de La Rochefoucauld, marquise d'Urfé, dite Madame d'Urfé (1705-1775), veuve excentrique, puis Melle Claire, fille d'un sergent au Régiment de Mailly dite Mademoiselle Clairon (1723-1803), le roi l'a fit peindre en Médée par le peintre Vanloo[14]. En 1803 le célèbre géomètre, ancien ministre de la marine, chef de la compagnie des savants qui avaient fait la campagne d'Egypte, mathématicien, comte de Péluse: Gaspard Monge (1746-1818), habite en ce lieu.
  • No 10 : faisait partie du Couvent des Petits-Augustins, ses chambres se louaient meublées et donnent par derrière sur l'ancienne chapelle des moines à laquelle il servait de passage sous Louis XIV. Le graveur Jean-Baptiste Delafosse (1721-1806) y vécut.
  • No 11 :emplacement des dépendances de l’hôtel de La Rochefoucauld-Liancourt. L'avocat Charles Lachaud, y avait son cabinet, il y est mort le 9 décembre 1882. Ce lieu ainsi que les 13 et 15 étaient en 1715 l'emplacement des jardins et pièces d'eau qui en 1695 n'allait pas jusqu'à la rue, mais donnait seulement rue de Seine.
  • No 12 : le trésorier des religieux des Petits-Augustins logeait à cette adresse. Ceux ci donnèrent ce bâtiment à bail pour 99 ans à des particuliers en 1784 moyennant 2200 livres par an , avec augmentation de 100 livres par par période de 20 années. Le 18 germinal an V, la famille de M. Hubbard, plus tard député belge; traita du bail emphytéotique avec ses détenteurs et puis de la nue-propriété avec le domaine national. En 1946 s'ouvrit ici la galerie d'objets d'art M.A.I. qui fut vendue beaucoup plus tard, déménagea et ferma définitivement en 1991.
  • No 12, rue des Petits-Augustins : demeure de Pierre-Jean-Baptiste Auguis.
  • No 13 : emplacement des dépendances de l’hôtel de La Rochefoucauld-Liancourt. les peintres André Derain et André Dunoyer de Segonzac y habitèrent ; le libraire-éditeur franco-russe Jacques Povolozky y était établi de 1919 à 1938, de même que sa galerie d'art, La Cible, dirigée par sa femme Hélène ; de 1924 à 1927, la galerie Pierre (Loeb) s'y installa, puis elle fut transférée au 2, rue des Beaux-Arts.
  • No 14 : entrée sur la cour d'honneur de l'École des beaux-arts de Paris (  Classé MH (1972)). Monuments classés : façade du château d'Anet (  Classé MH (1914)), portique du château de Gaillon et portiques, sculptures (  Classé MH (1921)), restes de l'hôtel de la Trémoille (  Classé MH (1914)), arcades de l'hôtel Torpanne (  Classé MH (1956)). Ancien musée des monuments français sous la Révolution française.
  • No 15 : emplacement des dépendances de l’hôtel de La Rochefoucauld-Liancourt. La rue des Petits-Augustins, H. Nicolle Libraire stéréotype 1808.
  • No 16 : Académie nationale de médecine (  Classé MH (1992)). Ici se trouvait en 1875 selon Lefeuve: « une succursale du Mont-de-Piété, dans un ancien corps de logis des Augustins, se dresse une maison qui comme hôtel garni a porté le nom d'Orléans; le berceau du roi de Rome y a été mis en dépôt à la chute du premier empire »
  • No 18 : en 1878-1880, la revue La Chanson consacrée aux goguettes, à la chanson et aux chansonniers, est domiciliée à la librairie tenue par son directeur-gérant Auguste Patay. De nos jours, centre culturel tchèque et services consulaires de l'ambassade ; en 1916, cet immeuble était le siège du conseil national tchécoslovaque, sous la présidence de Tomáš Masaryk (une plaque lui rend hommage).
  • No 19 : hôtel de Rohan-Rochefort (  Inscrit MH (1993)), construit en 1659. Il fut loué en 1692 au comte Jean de Gaillon(1640-1713), lieutenant-général des armées du roi en 1696 et mort à Paris, qui le vendit en 1695[17]. Portail, façade sur rue, escalier en fer forgé. C'est ici qu'emménage le peintre Amédée Jullien avec sa femme et leur fille en 1861. Selon Charles Lefeuve, Charlotte de Rohan-Rochefort (1767-1841) y aurait accouchée de deux filles assisté du docteur Moulin, suite à sa liaison de 1794 avec le duc d'Enghien: Louis-Antoine de Bourbon-Condé (1772-1804). Mademoiselle Reillerand, fille du magistrat Sévestre fit l'acquisition de cet immeuble le 15 fructidor an X c'est-à-dire le 2 septembre 1802.
  • No 20 : ancien hôtel de Vendôme qui appartenait à César de Vendôme fils de Gabrielle d'Estrées et du roi Henri IV. Il mourut ici âgé de 71 ans le 21 octobre 1666[14]. Cet hôtel particulier au fond de la cour, fut la propriété de M. Bastide, tailleur de l'empereur Napoléon Ier qui légua à sa famille. La femme de lettres américaine Natalie Barney (1876-1972), y loua un appartement pendant plus de 60 ans, jusqu'en 1969. Son salon littéraire a accueilli les écrivains et artistes venant des deux côtés de l'Atlantique. Entre les deux-guerres, elle y fit salon le vendredi après-midi et y reçut: Paul Claudel, André Gide, Scott et Zelda Fitzgerald,James Joyce Ezra Pound, , Françoise Sagan etc...
  • No 21 : hôtel construit en 1760. Façade sur cour, mansardes à poulie, ferronneries. Acquis en 1804 par Maître Antoine-Marie-Henri Boulard (1754-1825)connaissance personnelle de Napoléon Bonaparte[18], notaire et maire du Xe arrondissement (actuel 6e arrondissement) de 1800 à 1804, député du Corps législatif de 1803 à 1807, date à laquelle il cède son étude à son fils aîné Henri-Simon Boulard (1783-1863). Grand amateur de livres la vente de sa bibliothèque à son décès dura 5 années de 1828 à 1833[19]. Magasin Ladurée. Résidence de l'architecte et designer Eileen Gray, de 1907 jusqu'à sa mort en 1976 ; une plaque lui rend hommage.

De la rue Jacob à la rue du Vieux-ColombierModifier

De la rue du Vieux-Colombier à la rue de VaugirardModifier

 
Immeuble au no 76.

Sites particuliersModifier

Plaques commémorativesModifier

Dans la culture populaireModifier

 
Peinture de Childe Hassam, Une averse rue Bonaparte (1887).

En 1942 sort Rue Bonaparte, court métrage documentaire français écrit et réalisé en 1942 par René Ginet.

Notes et référencesModifier

  1. Mémoires de la société de l'histoire de Paris et de l'Ile-de-France, p. 18.
  2. « Ordonnance du 12 août 1852 », archive.org.
  3. Jacques Hillairet, Dictionnaire historique des rues de Paris, Éditions de Minuit, p. 209-212.
  4. a b et c Félix et Louis Lazare, Dictionnaire administratif et historique des rues de Paris et de ses monuments, édition de 1844, p. 38 [lire en ligne]
  5. Ibid., p. 252 [lire en ligne].
  6. « Ordonnance du 7 septembre 1845 », archive.org.
  7. a et b Jacques Antoine Dulaure, Histoire physique, civile et morale de Paris, Paris, Furne et Cie, 1837, vol. 4, p. 336-337.
  8. Jacques Bins de Saint-Victor, Tableau historique et pittoresque de Paris, Carié de la Charie, 1827, p. 277-279 [lire en ligne].
  9. Léonore Losserand, « Le noviciat des Jésuites (1610 – vers 1806), un fragment d'histoire du Paris disparu », Bulletin de la société d'histoire de Paris et d’Île-de-France, 139e année, 2012 (parution 2014), p. 5-24, sur le site academia.edu.
  10. Alfred Bonnardot, Dissertations archéologiques sur les anciennes enceintes de Paris, Paris, J.-B. Dumoulin, 1853, p. 38.
  11. Félix et Louis Lazare, op. cit., p. 571-572 [lire en ligne].
  12. Félix et Louis Lazare, op. cit., p. 625 [lire en ligne].
  13. L'Illustration, t. XIV, 1849, p. 32, [lire en ligne].
  14. a b c et d Charles Lefeuve, Histoire de Paris, rue par rue, maison, par maison, Paris, .
  15. Jacques Antoine Dulaure, Histoire physique, civile et morale de Paris, depuis les premiers temps historiques, Paris, Guillaume, 1824, p. 16. En ligne.
  16. Adolph Bery, Topographie historique du vieux Paris, Paris, Imprimerie nationale, 1885, p. 218. En ligne.
  17. François Alexandre Aubert de La Chesnaye, Dictionnaire généalogique, héraldique..., chez Duchesne, 1757, t.II, p.177/1548.p.
  18. Il était marié à Marie Marguerite Sellier fille d'un notaire parisien
  19. Etude LXXIII, cité par Jean-Paul Poisson, da,s : XVIIIe siècle chapitre Le notariat parisien à la fin du XVIIIe siècle, éditions Garnier, 1975, p. 105-127.
  20. Plaque commémorative sur la façade.
  21. Manuel Cornejo et Dimitra Diamantopoulou, Spéranza Calo-Séailles, une Grecque à Paris et Antony. Une cantatrice et artiste oubliée, texte en ligne[réf. nécessaire].
  22. Jean-Baptiste Roques, « Euro RSCG, quatre garçons dans le temps », Vanity Fair, no 5, novembre 2013, p. 176-185.
  23. « Rue Bonaparte », parisrevolutionnaire.com.
  24. Sadi de Gorter, Forissier, Paris, Éditions La Bibliothèque des Arts (ISBN 2-85047-083-X), p. 40.
  25. « “Sous le chapeau”, par Andras Lapis », parisdansmonoeil.com, (consulté le 6 octobre 2016).

AnnexesModifier