La Contemporaine

bibliothèque, centre d'archives et musée français

La Contemporaine
Image illustrative de l’article La Contemporaine
Présentation
Coordonnées 48° 54′ 20″ nord, 2° 12′ 56″ est
Pays Drapeau de la France France
Ville Nanterre
Adresse 6 allée de l'Université, 92000
Fondation 1925
Informations
Conservateur Valérie Tesnière
Site web http://www.lacontemporaine.fr/
Géolocalisation sur la carte : France
(Voir situation sur carte : France)
La Contemporaine
Géolocalisation sur la carte : Hauts-de-Seine/France
La Contemporaine

La Contemporaine — Bibliothèque, archives, musée des mondes contemporains[1] — est une bibliothèque, un musée et un centre d'archives français spécialisé sur l'histoire des XXe et XXIe siècles. « Bibliothèque de documentation internationale contemporaine » (BDIC) jusqu'en 2018, l'institution a actuellement deux emprises, l'une sur le campus de l'université Paris-Nanterre et l'autre, regroupant les collections iconographiques, à l'hôtel des Invalides à Paris. La contemporaine ouvrira en 2021 un nouvel équipement qui rassemblera l'ensemble des collections à l'entrée du campus universitaire.

StatutModifier

La Contemporaine est un établissement inter-universitaire rattaché à l'université Paris Nanterre et membre de la ComUE Paris Lumières.

HistoriqueModifier

Constitution de la collection des époux Leblanc et création de la Bibliothèque-musée de la GuerreModifier

La bibliothèque tire son origine de l'initiative d'un couple d'industriels parisiens, Louise et Henri Leblanc. Dès le début de la Première Guerre mondiale ils collectent, par patriotisme, tous les documents possibles sur le conflit et ses causes. Ils accumulent ainsi une collection de 22 000 pièces, livres, revues, presse, archives, documents iconographiques et objets[2]. Le 4 , les Leblanc font don de leurs collections à l'État[3] par un acte qui stipule que les documents et objets rassemblés doivent former une « Bibliothèque-musée de la Guerre »[4]. le fonds est rattaché au Ministère de I'Instruction publique. Un décret entérine le don des collections le . Le , l'ensemble prend le nom de Bibliothèque-musée de la Guerre (BMG)[2].

L'institution se fixe dans le Pavillon de la reine au château de Vincennes en 1924 à côté des services historiques et des états-majors de l’Armée. Elle est rattachée à la direction de l’Enseignement supérieur et reconnue d’utilité publique[5]. Le décret du sur la nouvelle organisation des bibliothèques nationales de Paris[6] la rattache à la Réunion des bibliothèques nationales de Paris. Elle est dirigée de 1918 à 1934 par l'historien Camille Bloch. Ce chartiste spécialiste avant guerre de la période révolutionnaire concentre ensuite ses recherches sur la Grande Guerre et publie, en 1933, un ouvrage intitulé les causes de la guerre mondiale[4]. À partir de 1920, il est épaulé par Pierre Renouvin, jeune agrégé d'histoire et grand mutilé de guerre. Il lui succède en 1934 à la tête de l'institution qui a été rattachée à l'Université de Paris en 1930.

Bibliothèque de documentation internationale contemporaineModifier

En 1934, la Bibliothèque-musée de la Guerre devient la Bibliothèque de documentation internationale contemporaine (BDIC). Après la cessation d'activité du Centre de documentation sociale (CDS), situé rue d'Ulm dans les locaux de l'ENS, et fondée par le mécène Albert Kahn (mais racheté par la Fondation Rockefeller dans les années 1930), la BDIC reçoit la plupart des fonds du centre.

Le ministère des Armées fait fermer la BDIC en novembre 1939, le château de Vincennes étant territoire militaire. Le personnel, les fichiers et la salle de lecture sont déplacés dans un hôtel particulier réquisitionné rue du Bac. Cependant, par manque de place, la plupart des collections demeurent à Vincennes[7]. Certaines des collections les plus précieuses du musée sont placées en sécurité au château de Chambord. Des agents munis de laissez-passer font la navette pour rapporter de Vincennes, où l'armée allemande c'est installée en juin 1940, les documents aux lecteurs. Le directeur de la BDIC, Félix Debyser, s'installe dans le Pavillon de la reine avec sa famille pour garantir la sécurité des collections[7]. Comme toutes les autres bibliothèques, la BDIC est contrainte de se conformer, à partir du 12 octobre 1940, à la « liste Otto » , établie par les autorités d'occupation allemande, qui interdit la communication de certains ouvrages. Ceux-ci restent à leur emplacement dans les magasins mais sont retirés du fichier des auteurs permettant la recherche d'ouvrages[7]. Au moins cinq bibliothécaires, l'établissement compte alors une trentaine d'agents, sont touchés par les lois d'épuration administratives imposées durant l'Occupation. Deux bibliothécaires sont mises à la retraite en vertu de la loi du 17 juillet 1940 disposant que « nul ne peut être employé dans les administrations de l'État s'il ne possède pas la nationalité française, à titre originaire, comme étant né de père français »[8]. Deux autres le sont en application de la loi portant statut des Juifs, une en application de la loi relative au travail féminin du 11 octobre 1940[7]. Alexandra Dumesnil, mise à la retraite en raison de ses origines russes, se réfugie en zone libre et établit à Toulouse un service de la BDIC en zone sud. Elle parvient, seule, à effectuer un travail de collecte de documents, inaccessibles en zone occupée, sur le régime de Vichy, les périodiques de la zone sud et de la documentation de la Résistance. Elle fait ainsi parvenir 50 caisses de documents à Paris[7]. Plusieurs bibliothécaires s'engagent dans des mouvement de la Résistance, dont le Réseau du musée de l'Homme[7]. Au cours de la Libération de Paris, les Allemands font sauter des dépôts de munitions, ce qui provoque le un gigantesque incendie au château de Vincennes[9]. Le Pavillon de la Reine est partiellement détruit par le sinistre, ce qui entraîne la perte d'une partie des collections[2].

En 1948 la bibliothèque est installée 5 rue Auguste-Vacquerie dans le 16e arrondissement de Paris mais les magasins demeurent à Vincennes[2].

En 1970, la BDIC quitte Vincennes pour le campus de l'université Paris X à Nanterre, tandis que sa section iconographique est accueillie en 1973 dans l'hôtel des Invalides où il devient en 1987 le musée d'histoire contemporaine. La BDIC est ensuite rattachée à la bibliothèque interuniversitaire B avant de reprendre son autonomie en 1978. A la fin des années 1970, l'établissement est confronté à de graves difficultés financières liées en partie aux coûts de fonctionnement du bâtiment de Nanterre, bien plus importants à Nanterre qu'à Paris. Le Conseil de la BDIC, dirigé par René Rémond, ancien président de Paris X, mène la mobilisation pour la sauvegarde de l'établissement. Une conférence de presse est organisée etles médias se font largement l'écho des problèmes rencontrés par l'institution. Des questions écrites sont déposées à l’Assemblée nationale et au Sénat. Des chercheurs de neuf pays réunissent à Rome, l'été 1980, un colloque où ils appellent le ministère des Université à sauver la « bibliothèque la plus intelligente du monde »[10].

La contemporaine. Bibliothèque, archives, musée des mondes contemporainsModifier

En 2018, à l’approche de l’ouverture d’un nouvel équipement qui permettra de rassembler les collections et d’offrir des services renouvelés, la Bibliothèque de documentation internationale contemporaine (BDIC) change de nom. La BDIC devient La contemporaine.

Un nouveau bâtiment réunissant les différentes composantes de l'institution, bibliothèque, archives et musée ouvrira au public à l'automne 2021. Il proposera à un large public une salle de lecture, des espaces de formation, des espaces d'expositions temporaires[11] et un parcours muséographique permanent : l'atelier de l'histoire. Ce dernier a pour but d'expliquer à un large public comment un document acquiert progressivement le statut de source pour l'historien[12].

La construction de ce bâtiment, à l'entrée du campus de Paris Nanterre et à proximité de la gare de Nanterre-Université a été confiée à l'architecte Bruno Gaudin[13]. Ce projet a été inscrit dans le Contrat de plan État-région 2015-2020 et est cofinancé par l’État et la Région Île-de-France, ainsi que par des apports de l’Université, de La contemporaine et de l’établissement public territorial Paris Ouest La Défense[14].

La contemporaine est actuellement dirigée par Valérie Tesnière, conservateur général et ancien inspecteur général des bibliothèques.

CollectionsModifier

Seule institution en France à collecter et conserver des fonds sur toute l’histoire des 20e et 21e siècles, La contemporaine est réputée pour la richesse de ses fonds dans le domaine de l’histoire européenne et des relations internationales et pour la composition de ses collections. En plus des 3 millions de documents multi supports en langues française et étrangère (livres et périodiques, archives écrites et audiovisuelles) consultables sur le site de Nanterre, sont rassemblés aux Invalides, à Paris, des œuvres d’art, des photographies, des affiches, des dessins de presse et des objets, soit près de 1,5 million de documents iconographiques[15].

Les grandes thématiques abordées par La contemporaine au travers de sa bibliothèque, de son musée et de ses archives sont[16] :

La Contemporaine poursuit également l'enrichissement de la documentation sur des axes forts dans l’histoire des collections : l’histoire des relations internationales, l’histoire politique interne aux Etats et l’histoire des médias sur le long 20e siècle et le 21e siècle.

L'institution a initié une politique de numérisation de ses fonds. On retrouve plus de 150 000 documents en ligne, librement accessibles à distance sur L'Argonnaute[17], sa bibliothèque numérique. Un nombre équivalent de documents sous droit est consultable sous forme numérique sur les postes de l'institution[18].

BibliothèqueModifier

Centre d'acquisition et de diffusion de l'information scientifique et technique (CADIST) au titre des relations internationales et du monde contemporain, La contemporaine est devenue ensuite bibliothèque délégataire Collections d'excellence (CollEx) dans la thématique "Mondes contemporains".

Les acquisitions portent sur les études et travaux universitaires essentiels pour la recherche, mais se distingue par un intérêt porté aux sources pour la recherche : périodiques, expression militante, témoignages. La collecte de documents en langues originales a été un principe important depuis l’origine de l’établissement[19].

La bibliothèque contient notamment 40 000 titres de périodiques, étrangers pour les deux tiers d'entre eux : presse d’organisations internationales, presses officielle, générale d’information, informelle, revues spécialisées.

ArchivesModifier

Dès ses origines, La Contemporaine collecte, conserve et met à disposition de ses lecteurs des fonds d'archives privées, qui lui sont donnés ou confiés en dépôt. C'est le cas par exemple de la ligue des droits de l'homme qui a confié en 2000 ses archives à l'institution[20] , de l'avocat Jean-Jacques de Felice,de l'Association nationale des anciennes déportées et internées de la Résistance (ADIR)... Depuis la fin des années 1980, s'est ajoutée la collecte et la production d'archives audiovisuelles, fonds régulièrement enrichis grâce aux travaux des chercheurs, des associations et aux projets de collecte des sources orales que La contemporaine met en place[21].

Les fonds d'archives sont signalés dans Calames (Catalogue en ligne des archives et des manuscrits de l'enseignement supérieur) et sont en principe librement consultables, sous réserve des dispositions prévues par la loi pour le droit au respect de la vie privée.

MuséeModifier

Le musée situé, depuis 1973 dans l'hôtel des Invalides à Paris, a pour mission de conserver les ressources iconographiques de La contemporaine et de les enrichir par des acquisitions ; y sont conservées photographies, tableaux, peintures, gravures, objets, cartes postales et affiches.

Liste des directeursModifier

Liste des expositions organisées à la BDIC puis à La ContemporaineModifier

expositions date de début date de fin lieu commissaires
L’atelier des faux et les imprimeries clandestines. Don de Défense de la France 28/12/1944 25/01/1945 rue Scribe
Quelques œuvres de la guerre 1914-1918 et acquisitions récentes 20/05/1949 29/05/1949 musée du Luxembourg
Exposition du musée de la Guerre au Salon de l'Armée 18/05/1951 03/06/1951 musée national des Travaux publics
Exposition Luc-Albert Moreau 17/03/1954 30/04/1954 rue de l'Élysée
1914-1918. Œuvres de Bonnard, Friesz, F. Léger, G. Victor Hugo, J. Villon, Vuillard, etc… et ensembles de D. de Segonzac, L. A. Moreau et A. Mare 10/06/1955 07/07/1955 Château de Vincennes
Jean-Julien Lemordant. Œuvre de guerre 1914-1918 07/06/1956 08/07/1956 Château de Vincennes
Dessins et aquarelles de Charles Picart-le-Doux et Jean Lefort 04/06/1957 12/07/1957 Château de Vincennes
Les Journaux du Front (1914-1918) 05/06/1960 10/07/1960 Château de Vincennes
Affiches de l’occupation de Valenciennes (1914-1918) 01/06/1961 01/06/1961 Château de Vincennes
« Souvenirs et réflexions sur Les Croix de Bois ». Aquarelles de Gilbert de Guingand et manuscrit de Roland Dorgelès 01/06/1962 01/07/1962 Château de Vincennes
Pierre Falké et Alfred Hervé-Mathé. Oeuvres exécutées au front, 1914-1918 11/06/1963 10/07/1963 Château de Vincennes
1914-1918, Témoignages d’artistes et documents. Exposition du cinquantenaire 10/06/1964 31/07/1964 Château de Vincennes
1939-1945. Peintures, dessins, documents 01/06/1965 01/07/1965 Château de Vincennes
Verdun. Témoignages d’artistes et documents 01/06/1966 01/09/1966 Château de Vincennes
Dunoyer de Segonzac. Œuvre de guerre 1914-1918 01/06/1967 01/07/1967 Château de Vincennes Maurice Barthe Alice
Armistice et Paix 1918-1919 01/11/1968 01/11/1968 Château de Vincennes
Quelques acquisitions et dons récents 1976 15/11/1977 Hôtel national des Invalides
La guerre et l’enfant 19/10/1977 21/01/1978 Hôtel national des Invalides
Armistice et paix. 1918-1978 09/11/1978 15/01/1979 Hôtel national des Invalides
André Fraye. Œuvre de guerre 1914-1918 11/05/1979 30/06/1979 Hôtel national des Invalides
Renefer. Œuvre de guerre 1914-1918 20/09/1979 31/10/1979 Hôtel national des Invalides Cécile Coutin
Aspects de la drôle de guerre. 1er septembre 1939-10 mai 1940 10/10/1980 07/12/1980 Hôtel national des Invalides
La gravure chinoise, arme politique, 1937-1949 06/05/1981 31/10/1981 Hôtel national des Invalides Laure Barbizet-Namer
Guerre et révolution en Russie. Affiches et imageries 1914-1921 10/11/1982 20/02/1983 Hôtel national des Invalides Wladimir Berelowitch
La France et les Français de la Libération. 1944-1945, vers une France nouvelle ? 01/07/1984 01/12/1985 Hôtel national des Invalides Philippe Buton
Jean-Louis Forain, chroniqueur-illustrateur de guerre 1914-1919 1986 1986
Législatives 1986. Les affiches de la campagne électorale 1986 1986 Laurent Gervereau
Soldat et société 1850-1950. Un siècle de photographies 1986 1986
La politique à l’affiche. Elections sous la Ve République 1958-86 1987 1987 Le Petit Journal
Images de 1917 1987 1987 Hôtel national des Invalides Christophe Prochasson, Laurent Gervereau
Vues d’en haut. La photographie aérienne pendant la guerre de 1914-1918 1987 1987 Hôtel national des Invalides
Mai 68. Les mouvements étudiants en France et dans le monde 04/05/1988 10/07/1988 Hôtel national des Invalides Geneviève Dreyfus-Armand, Laurent Gervereau
La Révolution Française, la péninsule ibérique et l’Amérique latine 1988 1988 Hôtel national des Invalides
Le couteau entre les dents. 70 ans d’affiches communistes et anticommunistes en France, 1919-1989 09/03/1989 29/04/1989 Hôtel national des Invalides Laurent Gervereau, Philippe Buton
Images de la Révolution. 1789-1989 01/06/1989 31/08/1989 Hôtel national des Invalides Jean Garrigues
De De Gaulle à Mitterrand. 30 ans de dessins d’actualité en France 14/12/1989 28/02/1990 Hôtel national des Invalides Laurent Gervereau
La Propagande sous Vichy. 1940-1944 1990 1990 Hôtel national des Invalides Denis Peschanski, Laurent Gervereau
Etrangers à eux-mêmes. Livre d’une exposition d’images 1990 1990 Hôtel national des Invalides
Russie-URSS, 1914-1991. Changement de regards 1991 1991 Hôtel national des Invalides Laurent Gervereau, Wladimir Berelowitch
La propagande par l’affiche 12/04/1991 13/07/1991 Hôtel national des Invalides Laurent Gervereau
La course au moderne. France et Allemagne dans l’Europe des années vingt. 1919-1939 1992 1992 Hôtel national des Invalides Hans Joachim Neyer, Laurent Gervereau, Robert Frank
La France en guerre d’Algérie 1992 1992 Hôtel national des Invalides Benjamin Stora, Jean-Pierre Rioux, Laurent Gervereau
Chroniques Contemporaines. Des femmes photographes racontent… 1992 1992 Hôtel national des Invalides Christian Caujolle, Thérèse Blondet-Bisch
Images et colonies. 1880-1962 1992 1992 Hôtel national des Invalides Laurent Gervereau, Nicolas Bancel, Pascal Blanchard
L’Affaire Dreyfus et le tournant du siècle. 1894-1910 1993 1993 Hôtel national des Invalides Michel Winock, Christophe Prochasson, Laurent Gervereau, Sophie Cœuré, René Gallissot
Rêver demain. Utopies, science-fiction, cités idéales 22/10/1994 30/12/1994 Hôtel national des Invalides Laurent Gervereau, Thierry Paquot, Yolène Dilas-Rocherieux
La Déportation le système concentrationnaire nazi 1994 1994 Hôtel national des Invalides François Bédarida, Laurent Gervereau
Trois républiques vues par Cabrol et Sennep 1994 1994 Hôtel national des Invalides Christian Delporte, Laurent Gervereau
Les Sixties : années utopies, France et Grande-Bretagne. 1962-1973 1996 1996 Hôtel national des Invalides Laurent Gervereau, David Mellor
La grande aventure du petit écran. Histoire de la télévision française, des origines à 1975 24/04/1997 28/06/1997 Hôtel national des Invalides Jérôme Bourdon, Francis Denel, Agnès Chauveau
Toute la France. Histoire de l'immigration en France au XXe siècle 1998 1998 Hôtel national des Invalides Émile Temime, Jean-Hugues Berrou, Laurent Gervereau, Pierre Milza
De l'unification à l'éclatement : l'espace yougoslave, un siècle d'histoire 20/03/1998 31/05/1998 Hôtel national des Invalides Yves Tomic, Laurent Gervereau
Regards sur le monde. Trésors photographiques du Quai d'Orsay, 1860-1914 1999 1999 Hôtel national des Invalides Laurent Gervereau, Pierre Fournié
Un siècle de manipulations par l'image 18/05/2000 13/07/2000 Hôtel national des Invalides Laurent Gervereau
Voir / ne pas voir la Guerre 02/03/2001 02/06/2001 Hôtel national des Invalides André Gunthert, Laurent Gervereau, Robert Frank, Thérèse Blondet-Bisch
Jules Grandjouan, créateur de l'affiche politique illustrée en France (1900-1930) 2002 2002 Hôtel national des Invalides Fabienne Dumont, Marie-Hélène Jouzeau, Joël Moris
Un nouveau monde ? D'un siècle à l'autre en 300 dessins de la presse étrangère 18/07/2002 03/12/2002 Hôtel national des Invalides
¡ NO PASARÁN ! Images des Brigades internationales dans la guerre d'Espagne 27/03/2003 14/06/2003 hôtel des Invalides Rémi Skoutelsky, François Fontaine
Droits de l’Homme - Combats du siècle 30/04/2004 18/12/2004 hôtel des Invalides Gilles Manceron, Jean-Claude Famulicki, Laure Barbizet-Namer
Des slogans et des signes : l’affiche polonaise, 1945-2004 09/09/2005 04/12/2005 hôtel des Invalides Jean-Claude Famulicki, Maria Kurpik
Amours, guerres et sexualité, 1914-1945 22/09/2007 31/12/2008 hôtel des Invalides Fabrice Virgili, François Rouquet, Danièle Voldmann
Une traversée photographique du vingtième siècle 21/10/2008 20/12/2008 hôtel des Invalides Thérèse Blondet-Bisch, Thomas Michael Gunther
Les Années 68, un monde en mouvement 05/01/2009 Robi Morder, Caroline Apostopoulos
Berlin, l'effacement des traces. 1989-2009 21/10/2009 31/12/2009 hôtel des Invalides Régine Robin, Sonia Combe, Thierry Dufrêne
URSS, fin de parti(e). Les années Perestroïka 12/02/2010 26/02/2012 hôtel des Invalides Jean-Robert Raviot, Carole Ajam, Annette Melot-Henry
Orages de papier. La Grande Guerre des médias 22/10/2010 16/01/2011 hôtel des Invalides Aldo Battaglia, Magali Gouiran
Affiche-Action ! Quand la politique s'écrit dans la rue 14/11/2012 24/02/2013 hôtel des Invalides Valérie Tesnière, Béatrice Fraenkel, Magali Gouiran, Nathalie Jakobowicz
Vu du front. Représenter la Grande Guerre 15/10/2014 25/01/2015 hôtel des Invalides Caroline Fieschi, Aldo Battaglia, Anthony Petiteau, Benjamin Gilles, Vincent Giraudier, Sylvie Le Ray-Burimi
Internationales graphiques. Collections d'affiches politiques 1970-1990 17/02/2016 29/05/2016 hôtel des Invalides Valérie Tesnière, Magali Gouiran, Cécile Tardy
Et 1917 devient Révolution… 18/10/2017 18/02/2018 hôtel des Invalides Alain Blum, Sabine Dullin, Sophie Cœuré, Carole Ajam
La Ligue des droits de l'Homme, 120 ans d'histoires 12/11/2018 Gilles Candar, Emmanuel Naquet
Caricature et violence de l'Histoire 14/10/2019 Alain Vaillant, Ségolène Le Men, Julien Schuh, Jean-Didier Wagneur

Notes et référencesModifier

  1. Administrator, « La contemporaine - Comprendre les mondes contemporains - Repères historiques », sur www.lacontemporaine.fr (consulté le 5 mars 2018).
  2. a b c et d « BDIC - Bibliothèque de documentation internationale contemporaine - Repères historiques », sur www.bdic.fr (consulté le 9 mai 2018)
  3. Camille Bloch, « Bibliothèque et musée français de la Guerre », Revue de synthèse historique,‎ , p. 38-50 (lire en ligne)
  4. a et b Jean-Jacques Becker, « La Grande Guerre et la naissance de la BDIC », Matériaux pour l histoire de notre temps, vol. N° 100, no 4,‎ , p. 5 (ISSN 0769-3206 et 1952-4226, DOI 10.3917/mate.100.0002, lire en ligne, consulté le 25 mars 2020)
  5. Martine Lemaître, « Le documentaire historique et ses rushes, à la BDIC », Matériaux pour l’histoire de notre temps, no 100,‎ , p. 42–45 (ISSN 0769-3206, lire en ligne, consulté le 9 mai 2018)
  6. « Décret du 28 décembre 1926 sur la nouvelle organisation des bibliothèques nationales de Paris - Wikisource », sur fr.wikisource.org (consulté le 9 mai 2018)
  7. a b c d e et f Anne-Marie Pavillard, « Les bibliothécaires de la BDIC sous l'Occupation », Matériaux pour l histoire de notre temps, vol. N° 100, no 4,‎ , p. 32 (ISSN 0769-3206 et 1952-4226, DOI 10.3917/mate.100.0006, lire en ligne, consulté le 25 mars 2020)
  8. Jacques Cantier, L'Algérie sous le régime de Vichy, Odile Jacob, 2002, page 67.
  9. Dominique Bouchery, « Le « Fonds Séquestres » de la BDIC, histoire d’une spoliation invisible », Bibliothèque numérique de l’Enssib : Actes numériques du colloque « Où sont les bibliothèques spoliées par les nazis ? Tentatives d'identification et de restitution, un chantier en cours »,‎ 23 et 24 mars 2017 (lire en ligne)
  10. Geneviève Dreyfus-Armand, « Cent ans de loi 1901 : Vingt ans d’Association des amis de la BDIC et du Musée »
  11. « La contemporaine - Comprendre les mondes contemporains - Expositions passées », sur www.lacontemporaine.fr (consulté le 23 avril 2020)
  12. Frédérique Baron, « La politique de formation à la BDIC », Matériaux pour l'histoire de notre temps,‎ (ISSN 0769-3206, lire en ligne)
  13. [PDF]Journal de la BDIC de septembre 2016, consulté le 25 octobre 2016.
  14. Cécile Tardy, « Construire La contemporaine : tout un programme ! », Matériaux pour l’histoire de notre temps, nos 125-126,‎ , p. 10–11 (ISSN 0769-3206, lire en ligne, consulté le 9 mai 2018)
  15. « La contemporaine - Comprendre les mondes contemporains - Quels documents ? », sur www.lacontemporaine.fr (consulté le 27 mars 2020)
  16. « La contemporaine - Comprendre les mondes contemporains - Quelles thématiques? », sur www.lacontemporaine.fr (consulté le 27 mars 2020)
  17. « L'Argonnaute, bibliothèque numérique de La contemporaine »
  18. Valérie Tesnière, « De la Bibliothèque de documentation internationale contemporaine à La contemporaine », Matériaux pour l’histoire de notre temps, nos 125-126,‎ , p. 4–9 (ISSN 0769-3206, lire en ligne, consulté le 22 mars 2018).
  19. Charte documentaire de La contemporaine, 2020
  20. Thomas Morel, « Les archives de la Ligue des droits de l’homme », Matériaux pour l’histoire de notre temps,‎ (ISSN 0769-3206, lire en ligne)
  21. Martine Lemaître, « Mémoires vivantes à la BDIC », Matériaux pour l’histoire de notre temps,‎ (ISSN 0769-3206, lire en ligne)
  22. Valérie Tesnière, « De la Bibliothèque de documentation internationale contemporaine à La contemporaine », Matériaux pour l histoire de notre temps, vol. N° 125-126, no 3,‎ , p. 4 (ISSN 0769-3206 et 1952-4226, DOI 10.3917/mate.125.0004, lire en ligne, consulté le 5 mars 2020)

AnnexesModifier

BibliographieModifier

  • Bibliothèque de documentation internationale contemporaine, BDIC (1917-2000) : Bibliothèque de documentation internationale contemporaine, un organisme public d'information et de recherche international, Nanterre, BDIC, 1997, 128 p. (ISBN 2-901658-56-3).
  • Matériaux pour l'histoire de notre temps, La contemporaine (ISSN 0769-3206) (en ligne).

Liens externesModifier