Luc-Olivier Merson

peintre et dessinateur français

Nicolas Luc-Olivier Merson, né le à Paris 12e et mort le à Paris 5e, est un peintre et illustrateur français.

Luc-Olivier Merson
Luc-Olivier Merson 1909.jpg
Luc-Olivier Merson en 1909.
Fonction
Chef d'atelier (d)
École nationale supérieure des beaux-arts
Biographie
Naissance
Décès
Sépulture
Nom de naissance
Nicolas Luc-Olivier Merson
Nationalité
Formation
Activité
Père
Parentèle
Marion Montaigne (arrière-arrière-petite-fille)Voir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
A travaillé pour
Membre de
Mouvement
Distinctions
Grand prix de Rome en peinture de 1869
Médaille de première classe au Salon des artistes français de 1875
Médaille d'or lors de l'Exposition universelle de Paris de 1889.
Œuvres principales
Danse de fiançailles (d), La Famille (d), La Fortune (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Père-Lachaise - Division 41 - Olivier-Merson 01.jpg
Sépulture de Merson au Père-Lachaise.
Luc-Olivier Merson dans son atelier du 115, boulevard Saint Michel à Paris.

BiographieModifier

Fils du peintre et critique d'art Charles-Olivier Merson (1822-1902)[1],[2] et de Félicie Joséphine Talbot, il a étudié auprès de Gustave Adolphe Chassevent-Bacques à l'École de dessin puis auprès d'Isidore Pils à l'École des Beaux-Arts de Paris. Il expose pour la première fois au Salon de peinture et de sculpture de Paris en 1866 et obtient le grand prix de Rome de peinture en 1869[Note 1] avec Le Soldat de Marathon[Note 2]. Luc-Olivier Merson obtient une médaille de première classe au Salon des artistes français en 1875, et une médaille d'or lors de l'Exposition universelle de Paris de 1889.

En 1892, il est élu à l'Académie des beaux-arts. Peu avant sa mort, il reçoit la médaille d'honneur du Salon des artistes français pour l'ensemble de son œuvre.

De 1905 à 1911, il est chef d'atelier à l'École des beaux-arts de Paris. Chevalier de la Légion d'honneur en 1881, puis officier en 1900, il est promu commandeur du même ordre à titre posthume en 1920.

Luc-Olivier Merson pratique principalement la peinture religieuse et la peinture d'Histoire[3].

Collections privéesModifier

États-Unis

Collections publiquesModifier

États-Unis
 
La Danse des Fiançailles (1885), Metropolitan Museum of Art, New York
  • New York, vitrail en trois panneaux (304,8 cm x 243,8 cm) La Danse des Fiançailles, commandé par Adélaïde Mott Bell, veuve d'Isaac Bell. En 1901, le vitrail a été légué au Metropolitan Museum of Art de New York. Dessiné par Luc-Olivier Merson, il a été réalisé en 1885, par l'atelier d'Eugène-Stanislas Oudinot[5].
France

Illustration d'ouvrage et de périodiqueModifier

 
Illustration pour le roman de Victor Hugo, Notre Dame de Paris, avant 1889.

Timbres, monnaies et cartes postalesModifier

GalerieModifier

ÉlèvesModifier

Luc-Olivier Merson, enseignant à l'École des beaux-arts de Paris ainsi qu'à l'Académie Vitti, eut entre autres pour élèves :

NotesModifier

  1. Le grand prix de Rome lui est remis par le surintendant des beaux-arts Émilien de Nieuwerkerke. Ce même surintendant qui, trois ans plus tôt avait dit au père du jeune Luc-Olivier en réponse à une demande d'exemption à la conscription : « Voilà un garçon qui peut devenir un sous-officier ; qu'il profite de l'occasion pour ne pas devenir un mauvais peintre ! (Revue de Bretagne, de Vendée et d’Anjou, Société des Bibliophiles Bretons, 36e année, Tome VII, 6e Livraison, Juin 1892, page 412 « Lire en ligne ») »
  2. « Composition scolaire mais ingénieuse en son décor d'Acropole d'Athènes où sont déjà visibles les qualités de dessin et cette conception pittoresque des choses qui apparente quelquefois l'admirateur du Moyen Âge à nos maîtres enlumineurs… Si le séjour de Rome a permis au lauréat de 1869 un dessin plus impeccable, peut-être a-t-il affaibli les naïfs dons d'imprévu qui rendent si intéressant ce prix et qui donneront plus tard à l'artiste l'idée du Repos en Égypte et de Saint François d'Assise prêchant aux poissons. » — Charles Saunier, Les Grands Prix de Rome depuis la fondation des Prix de Rome, Paris, Revue Encyclopédique, 1896, p. 31.
  3. Archives nationales AJ.52- 314.
  4. Fils du compositeur et chef d'orchestre Gabriel Pierné.

RéférencesModifier

  1. Selon la reconnaissance parentale de 1863 inscrite dans l'état civil en mairie du 6e arrondissement de Paris.
  2. Dominique Caillé, Revue de Bretagne, de Vendée et d’Anjou, Paris-Nantes, Société des Bibliophiles Bretons, 36e année, Tome VII, 6e Livraison, Juin 1892 (lire en ligne), p. 409-424
  3. (en) Didier Rykner, « L’étrange Monsieur Merson : The strange Monsieur Merson », sur thearttribune.com, (consulté le 31 décembre 2018).
  4. (en) Belmont Chapel Foundation, « Stained Glass (Vitraux) », sur belmontchapelfoundation.org (consulté le 31 décembre 2018).
  5. (en) « La Danse des Fiançailles », sur metmuseum.org (consulté le 31 décembre 2018).
  6. Les Musées de la Ville de Paris, « Crypte du tombeau de Louis Pasteur à l'Institut Pasteur », sur parismuseescollections.paris.fr (consulté le 8 octobre 2018).
  7. Notice de l'œuvre sur le site du musée d'Orsay.
  8. Notice de l'œuvre sur le site du musée d'Orsay.
  9. Notice de l'œuvre sur le site du musée d'Orsay.
  10. Notice de l'œuvre sur le site du musée d'Orsay.
  11. Notice de l'œuvre sur le site du musée d'Orsay.
  12. « Notice sur le portail Joconde des collections des musées de France »
  13. Le billet de 50 francs Merson contre la Banque de France

AnnexesModifier

Articles connexesModifier

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :