Ouvrir le menu principal

Paul Morand

écrivain, diplomate et académicien français
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Morand.
Paul Morand
Paul Morand.jpg
Paul Morand avant 1925.
Fonctions
Ambassadeur de France en Suisse
-
Ambassadeur de France en Roumanie
-
Jacques Truelle (d)
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 88 ans)
ParisVoir et modifier les données sur Wikidata
Sépulture
Nom de naissance
Paul Émile Charles Ferdinand MorandVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Domicile
Formation
Activités
Père
Conjoint
Hélène Morand (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
Membre de
Mouvement
Genre artistique
Distinctions
Œuvres principales

Paul Morand, né le à Paris 8e et mort le à Paris 15e[1], est un écrivain, diplomate et académicien français.

BiographieModifier

JeunesseModifier

Son père, Eugène Morand (1853-1930), occupe à Paris, grâce à l'entremise de son beau-frère Abel Combarieu, directeur du cabinet du président de la République[2] plusieurs fonctions liées à l'art : conservateur du Dépôt des marbres en 1902, directeur de l'École nationale supérieure des arts décoratifs en 1908. Il fréquente également les poètes, dont le cercle des Amis de Mallarmé, les artistes et les sculpteurs, dont Auguste Rodin, pendant la jeunesse de Paul. On lui prête cette simple réponse à la sempiternelle question : « Que voulez-vous faire de votre fils ? — Un homme heureux. ». Il meurt en 1930 et son épouse en 1947.

Paul Morand a pour oncle Abel Combarieu, secrétaire général et directeur du cabinet civil de la présidence de la République de 1899 à 1906 et frère du musicologue Jules Combarieu. C'est Abel Combarieu qui introduisit Morand aux Affaires étrangères (service du Protocole) en 1912[3].

Le jeune Paul apprend l'anglais très tôt et se rend à Londres à plusieurs reprises durant son adolescence (1902, 1903, 1904, 1908, 1909, 1913). Il visite aussi Venise et l'Italie du Nord et, chaque été, séjourne pendant un mois près du lac de Côme.

Il entre au collège Jules Ferry puis au lycée Chaptal.

Dans Propos Secrets [4], Roger Peyrefitte mentionne Morand à propos du « scandale Fersen » dans lequel plusieurs de ses jeunes condisciples du lycée Carnot (Paris) paraissent avoir été victimes de pédophilie ; il publie la lettre (non datée) que celui-ci lui adressa à la suite de la publication de L'Exilé de Capri — que Morand renomma Uranus 1900 — qui lui avait rappelé "certains épisodes de son enfance" - sans dire lesquels.

Il rate l'oral de philosophie de son baccalauréat en 1905. Jean Giraudoux devient son précepteur et le jeune Paul se transforme tout d'un coup en élève assidu. Il intègre l'École libre des sciences politiques, puis termine premier au concours du Quai d'Orsay. Tout en débutant dans la carrière administrative, où il reçoit l'appui de Philippe Berthelot, il fréquente les milieux littéraires, fait la connaissance de Jean Cocteau et de Marcel Proust — qui vient d'ailleurs le rencontrer chez lui[5] — et s'essaie à la poésie en composant une Ode à Marcel Proust.

Période d'avant-guerreModifier

Attaché à l'ambassade de Londres, il rentre à Paris et est affecté au cabinet du ministre des Affaires étrangères pendant la 1re guerre mondiale. Il est ensuite en poste à Rome et à Madrid. Son amitié avec Philippe Berthelot lui permet de faire des missions diplomatiques qui sont en fait à but littéraire. Après son mariage il se fait mettre en congé illimité mais réintègre la Carrière en 1939, il est nommé à Londres pour diriger la Mission économique française.

Ses premiers textes publiés sont des poèmes, notamment Lampes à Arc en 1919. Mais il fait sa véritable entrée en littérature en 1921 avec la parution de son premier ouvrage en prose, Tendres Stocks, un recueil de nouvelles préfacé par Proust.

Au cours des années 1920-30, il écrit de nombreux livres, récits de voyage, romans brefs et nouvelles (Ouvert la nuit, Lewis et Irène...), qui frappent par la sécheresse du style, le génie de la formule et la vivacité du récit, mais aussi par la fine description des pays traversés par l'auteur ou ses personnages, généralement de grands bourgeois cultivés aux idées larges.

Joséphine Baker, qui triomphe alors avec ses "danses nègres" au music-hall, lui aurait inspiré la danseuse afro-américaine Congo, initiée aux rites vaudous dans le Harlem des années 20, dans une des huit nouvelles de Magie noire (1928)[réf. souhaitée].

Durant la même période, il pratique le journalisme, notamment pour Le Figaro. Il exerce aussi le métier d'éditeur en dirigeant chez Gallimard la collection « Renaissance de la nouvelle », où paraissent en 1938 les Nouvelles orientales de Marguerite Yourcenar, et est également membre du Comité de direction de l'Association du Foyer de l’Abbaye de Royaumont.

Le , à Paris, il épouse la riche Roumaine d'origine grecque Hélène Chrissoveloni (1879-1975), princesse Soutzo, dont le frère Jean (+ 1926), banquier fort cultivé et polyglotte, a acquis trois ans plus tôt, avec son épouse Sybille, le château des Mesnuls (Yvelines), où le couple donne des fêtes fastueuses.

Seconde guerre mondialeModifier

Parmi les faits marquants de la vie de Morand, on note son attitude durant la Seconde Guerre mondiale et sa proximité avec le régime de Vichy[6], de même que son antisémitisme[7],[8],[9].

Après avoir été mis à la retraite d'office en 1940, il est nommé, lors du retour de Pierre Laval au gouvernement en 1942, ambassadeur de France en Roumanie, pays d'origine de la famille de son épouse.

Jean Jardin, éminence grise de Pierre Laval, favorise son départ de Bucarest en 1944, lors de l'avancée des troupes russes, et le fait nommer en Suisse.

Lorsque la guerre se termine, il est ambassadeur à Berne, ce qui lui vaut d'être révoqué à la Libération par le général de Gaulle ; son attitude durant l'Occupation lui vaudra longtemps une solide inimitié de ce dernier qui, après son retour au pouvoir en 1958, empêchera jusqu'en 1968 son entrée à l'Académie française. À cause de cela, Morand l'appellera toujours avec mépris « Gaulle », notamment dans sa correspondance avec son ami Jacques Chardonne.

Louis Ferdinand Céline, plus lourdement condamné pour faits de collaboration aura envers Paul Morand la dent encore plus dure, dans son style bien personnel : "Et Paul Morand donc ! Même pas inculpé ! Qui se balade fort librement en Suisse! Charmant Jean-foutre deux fois ambassadeur de Pétain! Grands seigneurs évidemment... auxquels la loi rigoureuse ne s' applique pas comme aux voyous de mon espèce[10]!

Période d'après-guerreModifier

Après la Guerre, il est contraint à l'exil à Vevey en Suisse. Il y passe une dizaine d'années avant d'être à nouveau admis sur le sol français. On continue néanmoins de lui reprocher ses amitiés du temps de Vichy et le soutien de l'Occupant à la publication de ses ouvrages, tandis que lui-même proteste de son intégrité[11].

Au sujet de son exil forcé, il écrira plus tard : « L'exil est un lourd sommeil qui ressemble à la mort. » (Chronique de l'homme maigre)

Durant ces années, il se consacre à la poursuite de son œuvre, marquée par des orientations nouvelles et, notamment, par un intérêt nouveau pour l'Histoire, ainsi qu'en témoignent Le Flagellant de Séville et Fouquet ou le Soleil offusqué.

Il devient à la même époque, avec Jacques Chardonne, le modèle et le protecteur d'une nouvelle génération d'écrivains qu'on appellera par la suite les Hussards. Il entretient une relation quasi filiale avec le premier d'entre eux, Roger Nimier.

Fin de vieModifier

Il est élu à l'Académie française le 24 octobre[12] 1968 au fauteuil no 11 de Maurice Garçon, élu en 1946. Mais le chef de l'État, contrairement à la tradition, ne le recevra pas, après avoir pourtant levé son veto de manière implicite en déclarant au Secrétaire Perpétuel : « Paul Morand… qui va être des vôtres, n'est-ce pas ?. » Pauline Dreyfus a tiré un roman de la campagne qui précéda cette élection, Immortel, enfin (2012).

Il survit un an et demi à son épouse, décédée le 27 février 1975, et meurt à l'hôpital Necker à Paris. Conformément aux dispositions de son testament, ses cendres sont mêlées à celles de son épouse à Trieste, ville dont sa famille était originaire.

Il a de la peintre et décoratrice bordelaise Madeleine Mulle une fille, Marie-Claude Morand, née à Bordeaux le , qui a été élevée au sein du mariage postérieur de sa mère avec le photographe Louis-Victor Emmanuel Sougez, dans l'œuvre duquel elle apparaît fréquemment sous le nom de Claude.

IconographieModifier

ŒuvresModifier

PoèmesModifier

  • Lampes à Arc, avec un dessin de l'auteur, Paris, Au Sans Pareil, 1920, puis René Kieffer, 1926 (lithographies de Frans Masereel);
  • Feuilles de Température (Paris, Au Sans Pareil, 1920);
  • Poèmes complets (1914-1924) (Au Sans Pareil, 1924);
  • Poèmes (Toulouse, éditions Richard, 1928);
  • U.S.A., poèmes (Au Sans Pareil, hors-commerce, 1928);

Nouvelles et recueils de nouvellesModifier

  • Tendres Stocks, 3 nouvelles, préface de Marcel Proust (N.R.F., 1921, 1924 — avec eaux-fortes de Chas Laborde) ;
  • Ouvert la nuit, 6 nouvelles (N.R.F., 1922, 1923, 1924 — éd. illustrée de 6 aquarelles de Dufy, Favory, de La Fresnaye, Lhote, Moreau, Dunoyer de Segonzac — La Gerbe d'Or/N.R.F., 1927 — avec préface inédite de l'auteur —, édition Populaire, 1951) ;
  • Fermé la nuit, 4 nouvelles (N.R.F., 1923 et 1935 - avec illustrations de Pascin) - Prix de La Renaissance 1923[13] présidé par Colette ;
  • La Fleur double (Émile-Paul, 1924, avec un frontispice de Daragnès) ;
  • Les Amis nouveaux (Au Sans-Pareil, 1924 — avec eaux-fortes de Jean Hugo) ;
  • Les Plaisirs rhénans (Dusseldorf, librairie Léocadia, s.d., avec 7 lithographies érotiques de Gaston-Louis Roux — ouvrage imprimé sans son accord, dont il fit pilonner une partie — cette nouvelle parut dans L'Europe galante (1926) ;
  • Mr. U (Édition des cahiers libres 1927) ;
  • East India and Company, 12 nouvelles (paru initialement en anglais à New-York, 1927 — puis en français : Paris, Arléa, 1987) ;
  • À la Frégate (Paris, Les Éditions du Portique, 1930) ;
  • Les Rois du jour - Flèche d'Orient (N.R.F., 1932) ;
  • Rococo (Grasset, 1933);
  • Affaires de cœur, avec Abel Bonnard, Colette et Abel Hermant (Nativelle, 1934);
  • Les Extravagants (Milady suivi de Monsieur Zéro - N.R.F., 1936) ;
  • Feu M. le Duc (Genève, Milieu du Monde, 1942) ;
  • Le Bazar de la Charité (Genève, Club des bibliophiles, 1944. Illustrations de Paul Monnier) ;
  • À la Fleur d'Oranger (Vevey, Éditions de la Table Ronde, 1945) ;
  • Le Dernier Jour de l'Inquisition (Vevey, la Table Ronde, 1946) ;
  • Le Coucou et le Roitelet, (Éditions du Tambourinaire, 1954);
  • La Folle Amoureuse (Stock, 1956) ;
  • Fin de siècle (Stock, 1957);
  • Le Prisonnier de Cintra, 5 nouvelles (1958) ;
  • Parfaite de Saligny (1958) ;
  • Nouvelles d'une vie (?) ;
  • Nouvelles du cœur (Gallimard, 1965) ;
  • Nouvelles des yeux (Gallimard, 1965) ;
  • Les Écarts amoureux (Gallimard, 1974) ;
  • Nouvelles complètes, Gallimard, Bibliothèque de la Pléiade, 2 tomes (éd. Michel Collomb, 1992) ;

RomansModifier

  • Lewis et Irène (Grasset, 1924, Émile-Paul, 1925 — avec illustrations d'Oberlé — 1926) ;
  • Flèche d'Orient (Gallimard, 1932) ;
  • France-la-doulce (N.R.F., 1934) ;
  • Bug O' Shea (Laboratoires Deglaude, 1936) ;
  • L'Homme pressé (Gallimard, 1941) ;
  • Montociel, Rajah aux Grandes Indes (Genève, Éditions du Cheval Ailé, 1947) ;
  • Le Flagellant de Séville (Fayard, 1951) ;
  • Hécate et ses chiens (Flammarion, 1954), dont certains passages « scabreux » furent utilisés par les opposants à sa candidature à l'Académie pour la boycotter ;
  • Tais-toi (Gallimard, 1965) ;
  • La Dame Blanche des Habsbourg (Robert Laffont, 1963) ;
  • Les Extravagants, scènes de la vie de bohème cosmopolite (écrit en 1910-1911, édition posthume en 1986 chez Gallimard) ;
  • Romans, Gallimard, Bibliothèque de la Pléiade (éd. Michel Collomb).

Chronique du XXe siècleModifier

  • I. L'Europe Galante- 14 nouvelles (Europe) (Vertès, 1927 — avec des lithographies en noir — Grasset, 1925, Ferenczi, 1928) ;
  • II. Bouddha Vivant (Asie) (Grasset et Calmann-Lévy, 1927, Aux Aldes, 1928 — eaux-fortes d'Alexieiff —, Ferenczi, 1928) ;
  • III. Magie Noire (Afrique), 8 nouvelles (Grasset, 1928, Flammarion et Ferenczi, 1930) ;
  • IV. Champions du Monde (Amérique) (Grasset, 1930) ;

Essais et portraits d'écrivains et de personnages historiquesModifier

  • De la vitesse (Éditions Kra, 1929) ;
  • 1900 (Les Éditions de France, 1931 ; Flammarion, 1942) ;
  • Papiers d'identité (Grasset, 1931) ;
  • Le Réveille-matin (Grasset, 1937) ;
  • Apprendre à se reposer (Flammarion, 1937), aujourd'hui Éloge du repos ;
  • L'heure qu'il est (Grasset, 1938) ;
  • Isabeau de Bavière (Les Éditions de France, 1939) ;
  • Vie de Maupassant (Flammarion, 1942) ;
  • Excursions immobiles (Flammarion, 1944) ;
  • Adieu à Giraudoux (Porrentruy, Aux Portes de France, 1944) ;
  • Première visite à Marcel Proust (Genève, éditions du Cheval Ailé, 1948) ;
  • Dostoïevsky, annonciateur de l'Europe russe, essai (Genève, éditions Pierre Cailler, 1948) ;
  • Giraudoux. Souvenirs de notre jeunesse (Genève, La Palatine, 1948) ;
  • Le Visiteur du soir. Marcel Proust (1949) ;
  • Katherine de Heilbronn de Kleist (1956) ;
  • Fouquet ou Le Soleil offusqué, biographie (Gallimard, 1961 ; coll.Folio/Histoire, 1985) ;
  • Monplaisir… en littérature (Gallimard, 1967) ;
  • Monplaisir… en histoire (Gallimard, 1969) ;
  • Discours de réception à l'Académie française (Gallimard, 1969) ;
  • L'Allure de Chanel (Hermann, 1976) ;

Récits de voyage et portraits de villesModifier

  • Rien que la Terre (Grasset, 1926 ; Plon, 1929, puis Bruxelles, édition du Nord, 1929, illustrations de Pierre Falké) ;
  • Siam, Aux Aldes, (1926, illustrations de Galanis) ;
  • La Semaine de Bath (Champion, 1925) ;
  • Le Voyage (Hachette, 1927);
  • Tableaux de Paris, textes de Paul Valéry (Émile-Paul, 1927, illustrations de Bonnard) ;
  • Syracuse USA, (Grasset, 1928) ;
  • Paris-Tombouctou, documentaire (Flammarion — La Rose des Vents, 1928, dédié à André Derain) ;
  • Hiver Caraïbe, documentaire (Flammarion, La Rose des Vents ? 1929) ;
  • New York (Flammarion, 1930 et 1931, illustrations de Lubbers) ;
  • New York, le Jour et la Nuit (Flammarion, 1930) ;
  • Route de Paris à la Méditerranée (Firmin-Didot, 1931) ;
  • Air Indien (Grasset, 1932) ;
  • A.O.F. de Paris à Tombouctou (Flammarion, 1932) ;
  • Paris de nuit, avec 60 photographies de Brassaï (Paris, Arts et Métiers Graphiques, 1933) ;
  • Londres (Plon, 1933) ;
  • Bucarest (Plon, 1934) ;
  • Croisière du yacht Alphée (Y Cotnareanu, 1935) ;
  • Rond-point des Champs-Élysées (Grasset, 1935) ;
  • La Route des Indes (Plon, 1936);
  • Méditerranée, mer des surprises (Mame, 1938) ;
  • Florence que j'aime (éditions Sun, 1959) ;
  • Bains de mer, bains de rêve (Lausanne, Guilde du Livre, 1960);
  • Le Nouveau Londres, suivi de Londres 1933, édition revue et corrigée — photographies de Tony Armstrong-Jones (Plon, 1962) ;
  • Majorque (Barcelone, Noguer, 1963) ;
  • Le Portugal que j'aime, légendes — préfacé par Michel Déon, présenté par Jacques Chardonne (éditions Sun, 1963) ;
  • Préface à La Suisse que j'aime de François Nourissier (Sun, 1968) ;
  • Venises (Gallimard, 1971).
  • D'autres Venise(Nicolas Chaudun, 2010) — préfacé par Olivier Aubertin
  • Rhin et Danube (Nicolas Chaudun, 2011) — préfacé par Olivier Aubertin
  • Bains de soleil (Nicolas Chaudun, 2011) — préfacé par Olivier Aubertin
  • So British ! (Nicolas Chaudun, 2012) — préfacé par Olivier Aubertin
  • Carnets d'un voyage aux Antilles (Nov. Dec. 1927) (Passage(s), 2016)

ChroniquesModifier

  • Papiers d'identité (Grasset, 1931) ;
  • Mes débuts (Grasset, 1933) ;
  • Rond-Point des Champs-Élysées (1935) ;
  • Réflexes et Réflexions (Grasset, 1939) ;
  • Chroniques de l'homme maigre (Grasset, 1940) ;
  • Propos des 52 semaines (Milieu du Monde, 1942) ;
  • L'Eau sous les ponts (Grasset, 1954).

Théâtre

Le Procès de Fouquet précédé de Orléans et Bourgogne, et suivi de Eugénie et Charlotte (Passage(s), 2018)

CorrespondanceModifier

« Morand est tout entier dans ses lettres […] cet incomparable épistolier offrait de fulgurantes visions sur la politique, les mœurs, l'histoire ou les élans du cœur […] ce qui éclate le plus, c'est la générosité. » (prière d'insérer de « Lettres à des amis et à quelques autres », préface de Michel Déon, présentation et notes de Ginette Guitard-Auviste — La Table Ronde, 1978).

Sa longue correspondance inédite avec Chardonne contient assez de critiques venimeuses sur leurs contemporains — dont Charles de Gaulle, André Malraux, François Mauriac, Josette Day — pour qu'ils en interdisent la publication — « Tout cela dans trente ans ne blessera plus », croit Chardonne — et qui la dépose en 1967 à la bibliothèque de Lausanne, où elle est consultable depuis 2000. Gallimard la publie en trois tomes dans sa collection Blanche à partir de 2013. Le premier tome couvre leurs échanges de 1949 à 1960. Le deuxième de 1961 à 1963. Le troisième n'a pas encore paru.

« Les deux crocodiles n'ont rien renié de leur vichysme d'antan. Morand y peste contre « l'enjuivement » de l'Académie Goncourt, traite tel écrivain de « merde juive ». Sa phobie antisémite n'a d'égale que sa détestation des homosexuels, tombant au niveau de graffiti de vespasienne […] L'aigreur colérique s'accentue au fil des années 60, mêlée à la nostalgie. » (François Dufay, op. cit., p. 140).

SouvenirsModifier

  • Journal d'un attaché d'ambassade, 1916-1917 (La Table Ronde, 1948; Gallimard, 1963 ; La Table Ronde, 1974) ;
  • Giraudoux, souvenirs de notre jeunesse (La Palatine, 1948) ;
  • Le Visiteur du soir, Marcel Proust (La Palatine, 1949) ;
  • Journal inutile, mémoires en 2 volumes (Gallimard, 2002) ;
  • Préface de Ce que je voulais vous dire aujourd'hui, choix de lettres de Chardonne avec deux lettres de Morand (Grasset, 1970, mais prépublication dans La Revue de Paris en 1968).


Notes et référencesModifier

  1. Archives numérisées de l'état civil de Paris, acte de naissance no 8/464/1888, avec mention marginale du décès (consulté le 12 juillet 2012)
  2. Voir in Journal inutile Tome I.
  3. Journal inutile de PM, Gallimard, 18 avril 1974).
  4. Roger Peyrefitte, Propos Secrets, Albin Michel, 1980, tome 2, p. 363 et 364.
  5. [vidéo] « Monsieur Paul Morand parle du style de Proust. » sur YouTube : visite de Marcel Proust à Paul Morand, archive de l'INA.
  6. Principale source: François Dufay, Le soufre et le moisi. La droite littéraire après 1945. Chardonne, Morand et les hussards, Paris, Perrin, 2006. (ISBN 2-262-01907-X).
  7. https://m.huffingtonpost.fr/pierre-menard/paul-morand-le-journal-dun-collabo_b_6416148.html
  8. http://www.lepoint.fr/actualites-litterature/2007-01-16/l-antisemitisme-de-paul-morand/1038/0/2755
  9. https://www.nonfiction.fr/article-7025-sulfureux_morand_ruse_chardonne.htm
  10. Pierre Assouline, l'épuration des intellectuels, PARIS, COMPLEXE / PERRIN, 30 /11/ 1 (ISBN 2870271670)
  11. Gavin Bowd, Paul Morand et la Roumanie.
  12. « Paul MORAND | Académie française », sur www.academie-francaise.fr (consulté le 23 octobre 2016)
  13. Bernard Baritaud, Pierre Mac Orlan : sa vie, son temps, Librairie Droz, , 431 p. (ISBN 9782600036931, lire en ligne), p.168 et note 32.

AnnexesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Adaptations cinématographiquesModifier

ÉtudesModifier

ArticlesModifier

BiographiesModifier

  • Ginette Guitard-Auviste, Paul Morand, préface de Pierre de Boisdeffre, avec cinq textes inédits (Éditions universitaires, 1956, puis nouvelle édition, Balland, 1994)

EssaisModifier

  • Jacques Chardonne, Paul Morand (Les Cahiers de l'Ouest, mars 1956)
  • Denise Bourdet, Paul Morand, cet inconnu, dans: Pris sur le vif, Paris, Plon, 1957
  • W. Chevalier, Essai critique sur Paul Morand (Académie Canadienne-Française, 1971)
  • Michel Collomb, Paul Morand, petits certificats de vie (Hermann, Paris, 2006, (ISBN 978-2-7056-6615-6).)
  • Bernard Delvaille, Paul Morand - le poète, avec cinq textes inédits (Seghers, 1966)
  • François Dufay, Le Soufre et le Moisi. La droite littéraire après 1945. Chardonne, Morand et les hussards, Paris, Perrin, 2006, (ISBN 2-262-01907-X)
  • Pascal Louvrier et Éric Canal-Forgues, Paul Morand, le sourire du hara-kiri (Perrin, Paris, 1994, (ISBN 2-262-00943-0). ; nouvelle édition Paris, Éditions du Rocher, 2006)
  • Marcel Schneider, Morand, notes et documents de G.Guitard Auviste (Gallimard, 1971)
  • Basile Tardivel, La plume et le rasoir : style et culture équestres dans Milady de Paul Morand, Gaël, Cheval Culture, 2010

RomansModifier

Liens externesModifier