Ouvrir le menu principal

BiographieModifier

À onze ans, André Marchand perd sa mère et en gardera une blessure inguérissable. Il fait ses études secondaires chez les Jésuites d’Aix où son père est professeur de mathématiques et commence à peindre à quatorze ans, prenant la Montagne Sainte-Victoire pour modèle de ses premières aquarelles.

En 1926, André Marchand rompt avec son père puis vient à Paris où il ne connaît personne. Pour gagner sa vie, il travaille comme manœuvre dans une entreprise de bâtiment. Au cours de quatre années difficiles, il ne fréquente pas l’École des Beaux-Arts mais inlassablement le Louvre. Il retrouve l'aixois Darius Milhaud et se lie, par ailleurs, à Francis Gruber et à Pierre Tal Coat. Il commence en 1932 à exposer au Salon d'automne, puis au Salon des indépendants et gravite autour du groupe Forces nouvelles. Après un voyage en Algérie, en 1933, à Biskra, aux portes du désert, qui lui fait une forte impression, il travaille quelques années sur les bords de la Méditerranée, à Toulon, Hyères puis Saint-Rémy-de-Provence. À l’arrivée du Front Populaire, le peintre Signac l’envoie au « Congrès des intellectuels communistes » qui se tient à Moscou pour y représenter la jeune peinture française. Il compose alors les décors et costumes de la "Suite provençale", ballet de Darius Milhaud, et de "Mireille" pour Rouché à l'Opéra-comique.

En 1937, André Marchand reçoit, pour La jeune fille et le paralytique, le prix Paul-Guillaume destiné à distinguer le talent d’un jeune peintre. Cette toile fait partie d’une série d'œuvres monochromes où des personnages hiératiques, sans rapport entre eux, sont disposés devant des paysages quasi-désertiques, dans une atmosphère proche de la peinture métaphysique de Chirico. Marchand travaille en 1939 dans les Pyrénées lorsqu'il est mobilisé et affecté en Champagne au Quartier général du général Gamelin. Il doit ensuite traverser en juin 1940 la France à pied et, mitraillé par des chasseurs bombardiers, échappe de peu à la mort. Quand il relève la tête, il est ébloui à la vue d’un champ de coquelicots. Mais la couleur n’envahit sa palette que peu à peu. Démobilisé et replié à Aix-en-Provence, il compense, par exemple, le rouge vif d’un ciel par la présence de trois grandes Parques noires. Braque en félicitera Marchand : « Vous avez le sens de la lumière noire ».

André Marchand participe, avec Beaudin, Berçot, Bertholle, Bores, Coutaud, François Desnoyer, Gischia, Lapicque, Lasne, Lucien Lautrec, Raymond Legueult, Le Moal, Manessier, Pignon, Suzanne Roger, Singier, Tal Coat et Charles Walch à l'exposition Vingt jeunes peintres de tradition française organisée en 1941 à Paris par Bazaine. Installé à Paris rue Campagne-Première, il est en 1943 l'un des fondateurs du Salon de mai qui s'ouvre pour la première fois en 1945 et y participera durant vingt ans.

En 1942 Louis Carré expose André Marchand qui séjourne à Saulieu durant l'hiver 1943, réalisant ses premières toiles de neige, et travaille dans la forêt de Fontainebleau. Aimé Maeght lui propose en 1944 un atelier à Vence puis dans le Vieux Cannes, lui commande cinquante lithographies pour Provence noire et lui offre en 1946 la chance d’être le premier artiste à ouvrir sa galerie de la rue de Téhéran, pari risqué car Marchand est encore inconnu du grand public, mais gagné : ses Arlésiennes remportent un vif succès et les expositions de Marchand se succèdent dans le monde entier. Aussitôt, Aimé Maeght lui propose de faire une seconde exposition l’année suivante. Mais le public parisien, qui l’avait considéré comme un peintre de la Provence au soleil implacable, semble désorienté devant les nouvelles toiles qui figurent un monde végétal complexe où la lumière ne peut que s’infiltrer. En 1946 l’artiste s’est en effet fixé en Bourgogne au cœur de la végétation foisonnante d’une forêt primaire. L’exposition est un échec.

Ébranlé par ce désaveu, Marchand cherche à se ressourcer sur sa terre natale en Provence. Jacques Latour, le conservateur du musée Réattu d’Arles, lui offre d'y installer son atelier. L'artiste loge alors alternativement en cet atelier, à l'hôtel ou chez des amis, jusqu'à 1955 où il s'installera dans un appartement de l'immeuble situé au 94, quai Saint-Pierre[1]. À partir de 1949 Marchand trouve la plupart de ses motifs en Camargue où il observe sans cesse les taureaux et les vols de flamants.

En 1950 il peint en Toscane et en Ombrie puis s'engage dans la série de ses Vies silencieuses (natures mortes). Alors que des expositions rétrospectives de son œuvre sont présentées aux Pays-Bas et en Belgique, ses toiles connaissent un succès international. Leur cote est équivalente à celles de Dufy et de Chagall. Aussi est-il difficile de comprendre dans quelles circonstances un artiste mondialement connu ait pu ensuite disparaître de la scène médiatique.

En 1955 il illustre, "sous le signe des "stil life" (vies silencieuses)", le catalogue de luxe annuel ou liste des grands vins de la maison Nicolas.

Marchand est-il victime de son mauvais caractère ? Il se montre, en effet, tellement exigeant pour la mise en place de ses expositions que certains galeristes le trouvent infréquentable. Lui-même fuit tout contact avec ses admirateurs pour ne pas gaspiller son temps qu’il consacre entièrement à ses recherches picturales. De même, il refuse d’être professeur aux Beaux-Arts, d’être membre de l’Institut et de recevoir la Légion d’honneur. Pour pallier cet isolement, ses proches entretiennent à travers le monde un réseau de collectionneurs de ses tableaux, ce qui lui évite l’épreuve de nouvelles expositions mais l’éloigne toujours plus du public et des media.

Cette vie solitaire le conduit en 1963 à se lancer dans une peinture semi-abstraite pour rendre, par exemple, les assauts du Mistral sur la ville d’Arles. Un voyage au Mexique et au Guatemala en 1967 lui permet de retrouver son goût pour des compositions structurées aux couleurs vives. Pour rendre toute la variété des lumières qu’il trouve en 1957 à Belle-Île-en-Mer, Marchand, après une série de peintures réalisées entre 1959 et 1963, se sert de 1964 à 1972 de l’aquarelle dont il est considéré comme un maître. De même, dans ses Respirations marines il est parvenu à rendre les mouvements complexes de l’océan.

Marchand a-t-il été victime d’une blessure d’amour propre ? Il envisageait en effet d’installer sa fondation au musée Réattu où il avait travaillé. Apprenant ce projet, Picasso offrit à ce musée 56 dessins ce qui rendait impossible d’y installer la fondation. Marchand en fut profondément blessé. Et pourtant, André Marchand s’était révélé lui aussi un dessinateur exceptionnel que Matisse admirait. À 90 ans, quelques mois avant sa mort dans son appartement du quai Saint-Pierre à Arles[1], il manifestait une vitalité étonnante qui l’incitait, chaque matin, à assurer la mise en forme de sa main en reproduisant les remous du Rhône.

André Marchand disait : « Un peintre fait toujours le même tableau et le jour de sa mort, il a l’impression qu’il n’est même pas commencé ». Ses trais nous restent fixés par le portrait qu'en brossa Tal Coat en 1933 et que conserve le Musée d'art moderne de la ville de Paris[2].

L'œuvreModifier

Les thèmes de prédilection de la peinture d'André Marchand sont les paysages de Provence, les forêts de Bourgogne (à partir de 1946), les taureaux et les flamants roses de Camargue, les hirondelles d'Arles et les mouettes des Saintes Maries (à partir de 1949), les architectures d'Arles, plus tard les rivages de Belle-Île-en-Mer mais aussi les « vies silencieuses » des natures mortes et les figures féminines des Baigneuses (1950), des Parisiennes et des Arlésiennes.

Alors que ses premiers tableaux comportaient un grand nombre de personnages, André Marchand s’est finalement consacré à la célébration de la nature sans références humaines. Son empathie pour la végétation était telle qu’il disait ressentir en lui le passage du vent dans les feuilles de l’arbre qu’il peignait.

Nombre de ses œuvres figurent dans les plus importants musées du monde. En 2007 deux importantes expositions furent organisées à Marseille et Saint-Rémy de Provence. À la suite de donations, la collection du musée Estrine, musée de France à Saint-Rémy de Provence où Marchand avait eu l'occasion de séjourner, détient de très nombreuses œuvres importantes, peintures et dessins de cet artiste réalisés entre 1933 et 1965. Les cinq ouvrages de bibliophilie illustrés par Marchand sont également réunis dans cette collection.

[Cet artiste ne doit pas être confondu avec André Marchand, né et décédé à Paris, 1877-1951, élève de Bonnat, Detaille et Toudouze, membre de la S.A.F. à partir de 1898, médaillé en 1904 et 1920, qui séjournait l'été au moulin de Lizelier à Iteuil (Vienne), et a peint la campagne de ce pays.]

IllustrationModifier

  • Armand Lunel, La maison de la femme peinte, six lithographies originales, couverture lithographiée et ornements d'André Marchand, deux cent cinquante exemplaires numérotés, Éditions du Rocher, Monaco, 1945.
  • Provence noire, Éditions Pierre à Feu, 1946.
  • André Gide, Les Nourritures terrestres, Éditions Grenier à sel, Paris, 1948.
  • Julien Green, Le Visionnaire, lithographies originales et lettrines d'André Marchand, cent quatre-vingt six exemplaires numérotés, Éditions Grenier à sel, Paris, 1950[3].
  • Raymond Queneau, Petite cosmogonie portative, lithographies originales d'André Marchand, Les Francs Bibliophiles, Paris, 1954[4].
  • Saint-John Perse, Amers, Les Bibliophiles de Provence, Paris, 1962.

ÉcritModifier

  • André Marchand, « Le poids des choses », dans ouvrage collectif sous la direction de Gaston Diehl, Les problèmes de la peinture, Éditions Convergences, 1945.

ExpositionsModifier

Expositions personnellesModifier

 
Musée Estrine, Saint-Rémy-de-Provence
  • Galerie Louis Carré, Paris, 1942, 1943.
  • Galerie Maeght, Paris, 1947.
  • Galerie Wildenstein, Londres, de 1949 à 1954.
  • Galerie P. Matisse, New York, 1952.
  • Cent tableaux d'André Marchand, Galerie Charpentier, Paris, 1956.
  • André Marchand, œuvres récentes, Galerie David et Garnier, Paris, 1958.
  • Château-musée de Cagnes-sur-Mer, 1959.
  • André Marchand - Rétrospective, Musée Réattu, Arles, 1963.
  • Galerie Jean-Claude Bellier, Paris, mai-juin 1965, 1967.
  • Musée de Mexico, 1967.
  • Galerie Emmanuel David, 1970.
  • André Marchand - Aquarelles récentes, Galerie Saint-Germain, Paris, novembre 1973.
  • Galerie Artfrance, Paris, 1979[5], 1983.
  • Danis Stinson Gallery, Los Angeles, 1984.
  • Galerie de la Présidence, Paris, avril-mai 1986, 1988.
  • Galerie Yokohama, Osaka, 2001.
  • André Marchand, 1907-1997 - Itinéraire d'un peintre ou les chemins de la solitude, Palais des arts, Marseille, juin-septembre 2007[6].
  • André Marchand, "le chef-d'œuvre inconnu", Musée Estrine, Saint-Rémy-de-Provence, septembre-novembre 2007[7].
  • Hommage à André Marchand - Figures et vies silencieuses, Musée des Jacobins, Morlaix, juin-novembre 2010[8],[9].
  • La Provence d'André Marchand, chapelle du Méjan, Arles, septembre-décembre 2012[10].
  • Maison Louis Carré, Bazoches-sur-Guyonne, mai-septembre 2014[11],[12].
  • André Marchand - Itinéraire d'un peintre provençal - Les dix ans de la donation Violaine Menu-Branthomme, Musée Estrine, Saint-Rémy-de-Provence, juillet-novembre 2017[13],[14].

Expositions collectivesModifier

Réception critiqueModifier

  • « Le souci de la composition tempère ses élans panthéistes. Rien de théorique : avec André Marchand, peintre avant tout, il ne peut s'agir que de peinture. Une peinture roborative, un regard jeune, émerveillé. L'artiste aime tant la vie de la nature qu'il voudrait la restituer sous toutes ses faces. Il n'est jamais meilleur que quand il gorge la toile du fouillis végétal et fait gicler la lumière. » - Pierre Mazars[5]
  • « On redécouvre aujourd'hui les œuvres de ce créateur authentique, de cet inventeur de formes aux subtilités chromatiques proches de l'abstraction. André Marchand a marqué la peinture française depuis la fin des années 1930 jusqu'aux années 1960. Proche du groupe Forces nouvelles avec Pierre Tal Coat, Georges Rohner et Robert Humblot, puis de Francis Gruber, il acquiert sa propre écriture dans les années 1940, lorsqu'il travaille aux Baux-de-Provence. Il évolue par la suite vers un certain maniérisme. » - Gérald Schurr[22]

Prix et distinctionsModifier

Collections publiquesModifier

AlgérieModifier

AustralieModifier

BelgiqueModifier

États-UnisModifier

FranceModifier

IsraëlModifier

Collections privéesModifier

RéférencesModifier

  1. a et b Brigitte Benkemoun, « André Marchand, 94 quai Saint-Pierre, Arles », chapitre du livre Je suis le carnet de Dora Maar, Stock, 2019.
  2. Musée d'art moderne de la ville de Paris, Portrait d'André Marchand par Pierre Tal Coat dans les collections
  3. Bibliothèque royale des Pays-Bas, "Le visionnaire" de Julien Green dans les collections
  4. Les Francs Bibliophiles, Petite cosmogonie portative, accès aux illustrations du livre
  5. a et b Pierre Mazars, Jean-Marie Dunoyer et Jean Selz, L'année de la peinture, Calmann-Lévy, 1980, pages 199-200.
  6. Palais des arts de Marseille, André Marchand, 1907-1997 - Itinéraire d'un peintre ou les chemins de la solitude, présentation de l'exposition, 2007
  7. Musée Estrine, André Marchand, "le chef-d'œuvre inconnu", présentation de l'exposition, 2007
  8. « Exposition - Hommage à André Marchand aux Jacobins », Le Télégramme, 16 juin 2010
  9. a et b Musée des Jacobins, André Marchand - Figures et vies silencieuses, présentation de l'exposition, 2010
  10. Actes Sud, La Provence d'André Marchand, présentation de l'exposition, 2012
  11. Maison Louis Carré, André Marchand chez Louis Carré, dossier de presse, 2014
  12. a et b Maison Louis Carré, Exposition André Marchand - Laurent Lecomte évoque André Marchand, reportage, 2014 (source : YouTube ; durée : 10'49"
  13. Musée Estrine, André Marchand - Itinéraire d'un peintre provençal, dossier de presse de l'exposition, 2017
  14. « André Marchand de retour au musée Estrine », My Provence, 25 juillet 2017
  15. Musée Daubigny, Un chemin vers la couleur, présentation de l'exposition
  16. Musée Estrine, Vues : Un siècle de regard sur les Alpilles, dossier de presse, 2015
  17. a et b Michel Egea, « Le Musée Granet expose ses dernières acquisitions », Desti-Med, 1er février 2016
  18. Maison des Traouïero, Le bel été des peintres en Bretagne, présentation de l'exposition, 2016
  19. Musée de la Camargue, expositions temporaires, 2016
  20. Musée Regards de Provence, De la table au tableau, présentation de l'exposition, 2019
  21. Musée régional d'art contemporain Occitanie, Les chemins du Sud, une théorie du mineur, présentation de l'exposition, 2019
  22. Gérald Schurr, Le guidargus de la peinture, Les Éditions de l'Amateur, 1996, page 607.
  23. Bernard Dorival, Les peintres du XXe siècle du cubisme à l'abstraction, 1914-1957, Éditions Pierre Tisné, 1957.
  24. Galerie d'art de Nouvelle-Galles du Sud, André Marchand dans les collections
  25. Centre de la gravure et de l'image imprimée, André Marchand dans les collections
  26. Museum of Modern Art, André Marchand dans les collections
  27. National Gallery of Art, André Marchand dans les collections
  28. Musée des beaux-arts de Nancy, André Marchand dans les collections
  29. Musée national d'art moderne, André Marchand dans les collections
  30. Lina Mistretta, « André Marchand provençal », L'Œil, 26 octobre 2017
  31. Musée Estrine, André Marchand, "Portrait de la fleuriste"
  32. Ader Nordmann, Catalogue de la collection Henri Adam-Braun, Hôtel Drouot, Paris, 29 novembre 2013.
  33. Arts.fr, André Marchand

Bibliographie sélectiveModifier

MonographiesModifier

  • G. P. Brabant, André Marchand, Éditions Braun, Paris, 1954 (22 p. et XVI illustrations).  
  • Lydia Harambourg, André Marchand, 1907-1997 - Itinéraire d'un peintre ou les chemins de la solitude, Association Regards de Provence, 2007.
  • Michel Bépoix, André Marchand, coédition Palantines/musée de Morlaix, 2010.
  • Marie Magnan, Elisa Farran, Philippe Latourelle, Michel Bépoix, Violaine Menu-Branthomme (textes) et Jean Bernard (photographies), La Provence, André Marchand , Éditions Acte Sud / Musée Estrine, Arles, 2012, 238 p. (présentation en ligne).

Catalogues d'expositionsModifier

  • André Marchand, peintre de la couleur, texte de Jean Bonnet, galerie Motte, Genève, 1953.
  • André Marchand, texte de Jacques Lassaigne, Galerie Charpentier, Paris, 1956.
  • André Marchand, texte de Bernard Dorival, Musée Reattu, Arles, 1956.
  • André Marchand, Château-Musée de Cagnes, Cagnes-sur-Mer, 1959.
  • André Marchand, exposition rétrospective 1933-1963, texte de Bernard Dorival, Musée Réattu, Arles, 1963.
  • André Marchand, galerie Jean-Claude Bellier, texte de Jacques Lassaigne, Paris, 1965.  
  • André Marchand, textes de Jacques Lassaigne et Bernard Dorival, galerie Emmanuel David, Paris, 1970.
  • André Marchand, Structures en Méditerranée, Galerie Saint Germain, Paris, 1973.
  • André Marchand, extraits de Bernard Dorival, Jean Bouret et André Marchand, Art France, Paris, 1979  
  • André Marchand, Œuvres de 1980 à 1983, textes d'André Marchand et d'Odile Vivier-Marchand, Art France, Paris, 1983.
  • André Marchand, Paintings from 1973 to 1983, texte d'Odile Vivier-Marchand, Art France / Danis-Stinson Gallery, Palm Desert, CA, 1984.
  • André Marchand - Quinze ans d'aquarelle, Galerie de la Présidence, Paris, 1988.
  • André Marchand, Le chef-d'œuvre inconnu, texte de Philippe Latourelle et Jean-Marie Magnan, Musée Estrine, Saint-Rémy de Provence, 2007.
  • André Marchand, Retour à Aix, texte de Michel Bépoix, Hôtel Estienne de Saint-Jean, Aix-en-Provence, 2009.
  • André Marchand, Figures et vies silencieuses, Musée de Morlaix, 2010.
  • André Marchand chez Louis Carré, Maison Louis Carré, textes d'Asdis Olafsdottir, Violaine Menu-Branthomme et Laurent Lecomte, Bazoches-sur-Guyonne, 2014 (lire en ligne).

Ouvrages générauxModifier

  • Bernard Dorival, Les peintres du XXe siècle du cubisme à l'abstraction, 1914-1957, Éditions Pierre Tisné, 1957.
  • Georges Charbonnier, Le monologue du peintre, Julliard, 1959.
  • Pierre Cabanne, Le Midi des peintres, collection « Tout par l'image », Hachette, 1964.
  • Michel Hoog, Peintres contemporains, Mazenod, 1964.
  • Claude Verdier, Dictionnaire universel de l'art et des artistes, Hazan, 1967.
  • René Huyghe, de l'Académie française, et Jean Rudel, L'art et le monde moderne, Larousse, 1970.
  • Dictionnaire des artistes contemporains, La Connaissance S.A., Bruxelles, 1972.
  • Sous la direction de Robert Maillard, Dictionnaire universel de la peinture, Dictionnaires Le Robert, 1975.
  • Pierre Mazars, Jean-Marie Dunoyer et Jean Selz, L'année de la peinture, Calmann-Lévy, 1980.
  • Patrick-F. Barrer, L'histoire du Salon d'automne de 1903 à nos jours, Arts et Images du Monde, 1992.
  • Gérald Schurr, Le guidargus de la peinture, Les Éditions de l'Amateur, 1996.
  • Emmanuel Bénézit, Dictionnaire des peintres, sculpteurs, dessinateurs, graveurs, Gründ, 1999.
  • Jean-Pierre Delarge, Dictionnaire des arts plastiques modernes et contemporains, Gründ, 2001.
  • Lydia Harambourg, Dictionnaire des peintres de l'École de Paris, 1945-1965, Éditions Ides et Calendes, Neuchâtel, 1993 (ISBN 2825800481); nouvelle édition, 2010, pp. 325-327 (ISBN 978-2-8258-0241-0).
  • Jean-Marie Magnan, « L'Arles vécue d'André Marchand », Bulletin des amis du vieil Arles pour la protection de son patrimoine historique et esthétique, n°139, (lire en ligne).

FilmographieModifier

  • André Marchand, réalisation de Daniel Le Comte, 2007 [Quelques mois avant sa mort, André Marchand accepte d’être interviewé, passant en revue sa longue carrière parsemée de succès, d’échecs, de surprises et de rencontres avec les grands artistes de l’époque, Braque, Matisse, Bonnard qui l’apprécient et Picasso qui le jalouse.].

Article connexeModifier

Liens externesModifier