André Dignimont

peintre français

André Dignimont est un illustrateur, peintre et graveur français, né le à Paris où il est mort le [1].

André Dignimont
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 73 ans)
ParisVoir et modifier les données sur Wikidata
Sépulture
Nom de naissance
André Pierre Jean DignimontVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activités
Maître
Distinction

« Figure notable de Montmartre[2] », il est réputé pour ses estampes et ses illustrations légères dédiées à la beauté féminine.

BiographieModifier

Fils d'un négociant en vins, André Dignimont est d'abord élève chez les Oratoriens du collège de Juilly avant d'effectuer des études de langue en Angleterre (Craven College de Beckenham, dans le Kent où il a pour condisciple le futur comédien André Luguet dont il restera l'ami[3]). Le retour en France en 1911 le conduit à sept années de régiment: trois années de service militaire, quatre années de guerre[4]. André Dignimont est ensuite l'élève de Tony Robert-Fleury à l'Académie Julian. Installé à Montmartre, il mène alors « la joyeuse vie des rapins » (de là date son surnom « le Grand Dig » qui lui restera) en compagnie de condisciples et amis, notamment Jean-Gabriel Domergue, Roger de la Fresnaye, Louis Marcoussis, Robert Lotiron et André Warnod[5].

Sa carrière qui s'étend sur plus de quatre décennies, le conduisant aussi bien vers le portrait et le nu féminin (aquarelles, dessins et estampes, Dignimont ne peignant pas sur toile) que vers l'illustration des livres et le décor de théâtre, se liant par là aux artistes peintres, aux écrivains (Colette, Francis Carco, Pierre Mac Orlan) et aux comédiens. En 1927, il quitte Montmartre pour s'installer définitivement au 1, rue Boutarel dont, passionné de marché aux puces, il fera un musée d'objets insolites[6].

C'est plus tard qu'André Dignimont commence à s'intéresser au paysage, encouragé en cela par André Dunoyer de Segonzac, y venant aussi naturellement par ses promenades dans Paris, également par ses villégiatures estivales que restitue Françoise Py-Chereau[7] : chez l'avocat-académicien Maurice Garçon à Ligugé dans le Poitou, dans l'Yonne chez Jules Cavaillès, à Saint-Tropez chez Colette, à Equemauville près d'Honfleur chez Henri Jeanson[8], près de Paimpol également où Betty de Mauduit fait de son château de Bourblanc un lieu d'accueil artistique et littéraire où Dignimont peut retrouver Pierre Benoit, Joseph Kessel, Francis Carco et Louis Touchagues[9].

Colette le dévoile : « Quand je veux me trouver seule à seul avec vous, j'écarte poliment vos acrobates, vos matelots et vos sous-officiers à la bouche en cerise, je dis pardon à votre doux bétails féminin, je tourne à l'angle d'une maison vide dont la persienne bat, paisiblement tachée de sang, et je vous rencontre penché sur un cul-de-lampe fleuri – cœurs de Jeanette, narcisses et ancolies mêlées (n'oublions pas le myosotis !) que vous peignez soigneux, ému et rêveur comme une ancienne jeune fille »[10].

Il a illustré des journaux tels que Le Rire, Demain, Monsieur - Revue des élégances, des bonnes manières et de tout ce qui intéresse Monsieur, Le Crapouillot, Le Sourire, Femina, la Gazette du Bon Ton, La Guirlande, Comœdia, Flirt... En plus de son métier d'illustrateur et de peintre, il a joué des rôles secondaires au cinéma (voir rubrique Rôles de Dignimont au cinéma ci-dessous) et a fait partie du jury (présidé par Marcel Pagnol) du Festival de Cannes 1955.

André Dignimont est mort à Paris le . Sa tombe, au cimetière du Montparnasse à Paris (27e division), est ornée d'un médaillon de bronze avec son portrait sculpté par Paul Belmondo. Son épouse est morte le .

« Singulier caprice du destin ! Depuis l'adolescence, Dignimont n'a fréquenté que les bals musettes, les bars à matelots, les salons de maisons closes, or, pour lui rendre hommage, on rassemble ses œuvres dans les salons dorés d'un palais officiel. L'aile de son feutre rabattue sur l’œil et cigarette au bec, il n'aurait pas osé entrer. »

— Roland Dorgelès, à propos de l'exposition Dignimont au Palais Galliera, catalogue de vente d'atelier André Dignimont du 22 octobre 1990, p. 6

.

Illustrations (sélection)Modifier

OuvrageModifier

AutresModifier

  • Le Général Vuillemin, estampe[11].
  • Étiquette publicitaire pour le grand cru Mouton Rothschild, en 1949 ainsi que pour Perrier, et des produits de beauté.

Décors et costumes (théâtre, opéra)Modifier

Cette rubrique a été constituée à partir des pages 20 à 21 du Catalogue de la vente de l'atelier André Dignimont du cité en bibliographie ci-dessous. Les no 57 à 93 y sont les maquettes de décors et de costumes sous formes de gouaches ou d'aquarelles, toutes précisément situées (exemple: Carmen, le cabaret, Ciboulette, la tonnelle, etc.). Cet inventaire est précédé d'une intéressante notice où le commissaire-priseur Claude Robert s'efforce de restituer la relation d'André Dignimont à la scène et à l'écran[12].

ExpositionsModifier

Expositions personnellesModifier

  • Galerie Bernier, Paris, , , 1932[13], .
  • Galerie Charpentier, Paris, 1943, 1951.
  • Carroll Carstairs Gallery, New York, septembre-.
  • Galerie Terrisse, Paris, .
  • Hommage posthume, Galerie Charpentier, Paris, 1965.
  • André Dignimont, illustrateur, 1891-1965, Bibliothèque nationale de France, Paris, 1967.
  • Galerie Agora, Paris, 1967.
  • Dignimont, Musée Galliera, Paris, 1970.
  • Rétrospective Dignimont (aquarelles), Galerie du Cercle, Paris, octobre-.

Expositions collectivesModifier

Rôles de Dignimont au cinémaModifier

Réception critiqueModifier

  • « Ses dessins nous offrent les contours souples, les plénitudes fraîches et drues de femmes qui peuvent étirer sans honte des corps jeunes et glorieux d'être beaux. » - Fabien Sollar[13]

Prix et distinctionsModifier

MuséesModifier

  FranceModifier

  RoumanieModifier

  SuisseModifier

Collections privéesModifier

Voir aussiModifier

Sources bibliographiquesModifier

  • Francis Carco, Ces messieurs-dames ou Dignimont commenté par Carco de Francis Carco, Éditions S.N., 1926.
  • André Warnod et André Dignimont, Dignimont, préface de Colette, en frontispice portrait de Dignimont par Charles Martin. Éditions Henri Babou (collection Les Artistes du Livre), 1929.
  • Edouard-Joseph, Dictionnaire biographique des artistes contemporains, 1910-1930, Art et Edition, Paris, 1930. Voir tome 1 page 414.
  • André Dignimont, catalogue de l'exposition Dignimont à la Galerie Charpentier, en avant-propos Lettre à Dig de Colette, 1943.
  • Emile Dacier, La gravure française, Larousse, 1944.
  • Jean Galtier-Boissière, Mémoires d'un Parisien (3 tomes), La Table Ronde, 1960.
  • Raymond Nacenta, École de Paris: son histoire, son époque, Seghers/Ides et Calendes, 1960[19].
  • René Huyghe de l'Académie française, L'art et l'homme (3 volumes), Larousse, 1961. Voir volume 3)[Note 1].
  • Ouvrage collectif, Histoire de France et École de Paris (pour chaque artiste, dont André Dignimont, une biographie illustrée d'une photographie), Club du Livre, Paris, 1962.
  • Jean-Pierre Crespelle, Montmartre vivant, Hachette, 1964.
  • André Dignimont, illustrateur, 1891-1965, B.N.F., 1967.
  • Ouvrage collectif par André Dunoyer de Segonzac, André Luguet, Paul Belmondo, Yves Brayer, Roland Dorgelès, Jules Cavaillès, Raymond Cogniat, Maurice Garçon, Henri Jeanson, Pierre Mac Orlan, Raymond Nacenta et Michel Vaucaire, Femmes, fleurs, branches - Dignimont évoqué par ses amis, Éditions Trinckvel, Paris, 1968.
  • Raymond Cogniat, Dignimont, catalogue de l'exposition posthume au Musée Galliera, 1970.
  • Colette, Lettres à ses pairs, Flammarion, 1973. Voir pages 315-316 reprise du texte Dignimont, le grand Dig qu'elle écrivit pour le catalogue de l'exposition de 1930 (7-) à la Galerie Bernier.
  • Claude Robert, commissaire-priseur, avenue d'Eylau, Paris, Sept catalogues de Vente de l'atelier André Dignimont à l'Hôtel Drouot, datés des lundi , lundi , lundi , lundi , lundi , lundi et lundi .
  • Françoise de Perthuis, dans La Gazette de l'Hôtel Drouot: Dignimont, l'Ecossais de l'île Saint-Louis in no 18 du vendredi , La cote d'un témoin des Années folles, Dignimont in n°7 du vendredi ; Les jolies femmes de Dignimont ont la cote in no 44 du vendredi .
  • Gérald Schurr, Le guidargus de la peinture, Les Éditions de l'Amateur, 1984 (page 205), 1985 (page 210), 1987 (pages 207 et 208), 1988 (page 256), 1989 (page 257), 1990 (page 377).
  • Bernard Noël, L'Enfer dit-on... (Dessins secrets, l'érotisme en art), Éditions Herscher, Paris, 1986.
  • Martine Kahane, Les artistes et l'Opéra de Paris - Dessins de costumes 1920-1950, Éditions Herscher, Paris, 1987.
  • Jean Adhémar, Éloge de la lithographie dans l'ouvrage collectif Connaître et aimer la lithographie, CELIV, 1988.
  • Patrick-F. Barrer, L'histoire du Salon d'automne de 1903 à nos jours, les Éditions Arts & Images du Monde, 1992.
  • Emmanuel Bénézit, Dictionnaire des peintres, sculpteurs, dessinateurs et graveurs, Gründ, 1999. Voir tome 4, page 585
  • André Roussard, Dictionnaire des peintres à Montmartre, Éditions André Roussard, 1999.
  • Jean-Pierre Delarge, Dictionnaire des arts plastiques modernes et contemporains, Gründ, 2001. Voir page 353.
  • Martin Wolpert et Jeffrey Winter, Modern figurative paintings - The Paris connection, Éditions "A Fischer book", 2004.
  • Marcus Osterwalder, Dictionnaire des illustrateurs, 1905-1965, Éditions Ides et Calendes, 2005.
  • Emmanuel Pollaud-Dullian, Le Salon de l'Araignée, Éditions Michel Lagarde, Paris, 2013.
  • Philippe Brun, André Dignimont (1891-1965) - La vie foisonnante d’un artiste à Paris au temps des années folles, Éditions Dittmar, 2014.

NotesModifier

  1. Le livre de René Huyghe nous dit qu'André Derain, a réalisé avec son portrait d'André Dignimont une de ses plus belles toiles dans cette discipline.

RéférencesModifier

  1. Archives de l’état civil de Paris en ligne, 9e arrondissement, acte de naissance n° 1326, année 1891, avec mention marginale du décès.
  2. André Roussard, Dictionnaire des peintres à Montmartre.
  3. Claude Robert, commissaire-priseur à Paris, Catalogue de la vente de l'atelier André Dignimont, 13 mai 1985 (Cf. bibliographie ci-dessus). Voir en page 20; La scène et l'écran.
  4. Françoise de Perthuis, Dignimont: l'Écossais de l'Ile Saint-Louis, dans La Gazette de l'Hôtel Drouot, 3 mai 1985 (Cf. Bibliographie ci-dessus).
  5. Jean-Pierre Crespelle, Montmartre vivant (Cf. Bibliographie ci-dessus). Voir page 218 (on voit à la même page une photo de ce joyeux groupe rassemblé autour de Tony Robert-Fleury.
  6. Roland Dorgelès dans Femmes, fleurs, branches - Dignimont évoqué par ses amis (Cf. Bibliographie).
  7. Françoise Py-Chereau, conservateur honoraire à la Bibliothèque nationale, dans Catalogue de la vente de l'atelier André Dignimont, 13 mai 1985, p. 11.
  8. Henri Jeanson dans Femmes, fleurs, branches - Dignimont évoqué par ses amis(Cf. Bibliographie ci-dessus).
  9. [1] : Histoire du château de Bourblanc.
  10. Dictionnaire des illustrateurs, 1905-1965, sous la direction de Marcus Osterwalder. Éditions Ides et Calendes, 2005. p. 489-491, extrait lui-même issu de Raymond Hesse, Arts et métiers graphiques n°22
  11. Base Joconde.
  12. Voir également le livre de Martine Kahane: Les artistes et l'Opéra de Paris - Décors et costumes 1920-1950 (Cf. Bibliographie ci-dessus).
  13. a et b Fabien Sollar, « Les échos d'art - Dignimont à la Galerie Bernier », Art et décoration, 1932.
  14. Emmanuel Pollaud-Dulian, Le Salon de l'Araignée (Cf. Bibliographie ci-dessus).
  15. Patrick-F. Barrer, L'histoire du Salon d'automne de 1903 à nos jours (Cf. Bibliographie ci-dessus). Voir page 300.
  16. Exposition française du Caire, février 1938, catalogue en pdf
  17. Dictionnaire Bénézit, Gründ, 1999 (Cf. Bibliographie ci-dessus).
  18. Musée d'art de Pully, Fonds et collection
  19. Raymond Nacenta, École de Paris, Seghers/Ides et Calendes, 1960, liste des artistes Source: Librairie des archives.

Liens externesModifier