Ouvrir le menu principal

Edmond Jaloux

écrivain et critique littéraire français
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Jaloux.
Edmond Jaloux
Edmond Jaloux, "L'Ouest-Éclair", 1936.jpg
Edmond Jaloux en 1936.
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 71 ans)
LutryVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Activités
Autres informations
Membre de
Mouvement
Distinctions
Œuvres principales

Edmond Jaloux, né le à Marseille et mort le à Lutry, est un écrivain et critique littéraire français.

Sommaire

BiographieModifier

Après des études au lycée de Marseille, actuel lycée Thiers, Edmond Jaloux fonde à dix-huit ans la Revue méditerranéenne, avant de collaborer au Gaulois, à La Revue hebdomadaire, à Candide et aux Nouvelles Littéraires.

Chargé de mission littéraire en Suisse par le gouvernement français, Edmond Jaloux doit s’installer à Lausanne, puis sur les bords du lac Léman où il devait demeurer une grande partie de sa vie.

De 1908 à 1911, il participe au club des Longues moustaches.

Ce fin critique attire l’attention de son temps sur les littératures étrangères modernes et contemporaines, grâce à ses articles, réunis plus tard en recueils : L’Esprit des livres, De Pascal à Barrès, D’Eschyle à Giraudoux - grâce encore à ses essais : Figures étrangères, Rainer Maria Rilke, Perspective et personnages, Vie de Goethe. On lui doit également une Introduction à l’Histoire de la littérature française, dont deux volumes furent publiés en Suisse. En 1930, Edmond Jaloux signe la préface du livre à scandale La vaine équipée (Sleeveless Errand) de Norah C. James, lors de sa traduction en français par Germain d'Hangest.

Fondateur de la société de poésie en 1945, Edmond Jaloux s’essaie également au roman. Son œuvre romanesque compte de nombreux titres, notamment Agonie de l’amour (1902), Le reste est silence (1909), qui remporte le Prix Femina, L’Incertaine (1918), Fumées dans la campagne (1918), La Fin d’un beau jour (1922), L’Escalier d’or (1922), L’Alcyone (1925), L’Ami des jeunes filles (1926).

Après un échec en 1934 au fauteuil de Pierre de la Gorce, où il n’avait obtenu que 9 voix contre Maurice de Broglie, Edmond Jaloux est élu à l’Académie française le 2 juillet 1936, au Fauteuil 33, le fauteuil de Voltaire, qu'occupait Paul Bourget, par 18 voix devant Jacques de Lacretelle. Il est reçu le 24 juin 1937 par Georges Lecomte.

Points de vue sur Edmond JalouxModifier

Dans ses Mémorables, Maurice Martin du Gard trace de lui le portrait suivant : « Edmond Jaloux est un Monsieur avec une canne de lapis-lazuli paisible, un bourgeois, l’air d’un médecin, plutôt suisse que de Marseille où il est né, de Provençaux. Dans l’abord, une sorte d’enjouement sceptique et aristocratique que lui ajouta une société de femmes sensibles et titrées, délicieuses, où il pénétra d’emblée, par un concours heureux, en arrivant sur le tard à Paris. »

Stefan Zweig qui apprécie le rôle qu'a joué Edmond Jaloux dans la connaissance qu'ont les Français de l’œuvre de Rainer Maria Rilke, écrit dans un article de 1931 consacré à cet auteur : « Edmond Jaloux a écrit beaucoup de romans. La plupart ne sont guère épais. Pas plus que l'aquarelle ne saurait s'adapter aux amples dimensions de la fresque, son art délicat ne saurait entrer dans le cadre épique d'une saga en plusieurs volumes. Il trace un décor étroit, mais il le remplit tout entier[1]. »

ŒuvresModifier

  • Une âme d'automne (1896)
  • L’Agonie de l'amour (1902)
  • Le Triomphe de la frivolité (1903)
  • Les Sangsues (1904)
  • Le Jeune Homme au masque (1905)
  • L’École des mariages (1906)
  • Le Démon de la vie (1908)
  • Le reste est silence (Prix Femina, 1909)
  • L’Éventail de crêpe (1911)
  • Fumées dans la campagne (1918)
  • L’Incertaine (1918)
  • Les Amours perdues (1919)
  • Au-dessus de la ville (1920)
  • Vous qui faites l'endormie (1920)
  • La Fin d'un beau jour (1922)
  • L’Escalier d'or (1922)
  • Les Barricades mystérieuses (1922)
  • Les Profondeurs de la mer (1922)
  • L’Esprit des livres, 7 volumes (1922)
  • Le rayon dans le brouillard (1923)
  • L'Alcyone (1925)
  • O toi que j'eusse aimée ! (1926)
  • Soleils disparus (1927)
  • Lœtitia (1929)
  • Du rêve à la réalité (1932)
  • Essences (1932, Plon)
  • La vie de Goethe (1933)
  • Le Pouvoir des choses (1941)
  • Introduction à l'histoire de la littérature française, 2 volumes (1946 & 1948)

Notes et référencesModifier

  1. Traduction d'un texte datant de 1931, publié dans Stefan Zweig, Gesammelte Werke (Œuvres complètes), éd. 1951 puis 2013. En langue allemande : "Edmond Jaloux hat viele Romanen geschrieben. Die meisten haben schmales Format. So wenig wie das Aquarell die ausgreifenden Dimensionen des fresco verträgt, wurde seine zarte Kunst dem Rahmen des mehrbändigen, weltbauenden Epos entsprechen. Er zieht seinen Rahmen eng, aber er füllt ihn ganz."

AnnexesModifier

BibliographieModifier

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :