Joconde (catalogue)

catalogue en ligne d'objets conservés dans les musées français

Joconde est une base de données gérée par le ministère de la Culture français répertoriant dans un catalogue collectif les collections des musées français[1] ayant l'appellation Musée de France. Elle tire son nom de La Joconde, tableau peint par Léonard de Vinci au XVIe siècle et exposé au musée du Louvre à Paris.

Joconde
Typologie
Nommé en référence à
Pays
Date de création
Partie de
Plateforme ouverte du patrimoine (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Producteur
Granularité
Diffusion
Langue
Site web
Identifiants
identifiant data.gouv.fr

Cette base contient non seulement les musées de France au sens de la loi n° 2002-5 du placés sous le contrôle scientifique et technique de l'État, mais aussi d'autres institutions muséales ne relevant pas du contrôle de l'État.

PrésentationModifier

La base de données fut créée en 1975. Elle devient consultable via le Minitel à partir de 1992 puis via Internet en 1995[2],[3].

Le , Joconde fusionne avec les bases de données Archéologie, qui répertorie les collections d'antiques et archéologiques, et Ethnologie qui concerne les collections d'ethnologie européenne et extra-européenne, d'histoire, de sciences et techniques. Les trois bases sont regroupées, le nom Joconde est conservé[2].

Fin 2011, la base Joconde listait 459 600 objets et 19 687 nouvelles notices ont été ajoutées au catalogue en 2012[4]. Elle comptait 485 293 objets au , issus de 370 des collections des 1221 musées de France et 562 641 objets au , dont 369 839 illustrés. Au , elle répertorie 598 949 objets, dont 249 182 dessins, 74 802 pièces archéologiques, 70 596 peintures, 53 625 pièces ethnologiques, 51 277 estampes, 40 907 sculptures, 33 141 céramiques, 32 028 photographies ou 18 761 costumes et leurs accessoires et plus de 600 000 objets de 405 musées depuis le [5].

Depuis le 9 juillet 2019, la base Joconde a été versée sur la Plateforme Ouverte du Patrimoine (POP) du ministère de la culture, qui regroupe 8 bases, dont la base Palissy, et autorise une recherche avancée selon 9 critère principaux, au lieu de 49 dans la base Joconde, mais qui permet désormais de consulter 3 976 845 objets, au 25 Juin 2022, dont 253 677 dessins, 146 620 peintures ou 226 777 sculptures[6]. L'ancienne page de recherche de Joconde est toujours disponible mais n'est plus actualisée depuis le 19 mars 2019[7].

En ce qui concerne seulement les œuvres d'art, la base POP doit par ailleurs être complétée de nombreuses autres bases, telles que la base Videomuseum[8]'[9], réseau de 65 collections publiques d'art moderne et contemporain et de design piloté par le musée national d'art moderne, qui au comprenait 397 279 œuvres de 36 713 artistes, dont à peine 1% étaient reprises sur la base POP, comme celles du Carré d'art de Nîmes ou du FRAC Les Abattoirs à Toulouse[10]. On pourrait y ajouter certaines des 75 139 œuvres des bases AGORHA de l'Institut national d'histoire de l'art, répertoriées en juin 2022[11], dont les 13 915 tableaux du répertoire des tableaux italiens dans les collections publiques françaises (RETIF) qui ne sont pas encore tous versés sur POP, la base A nos grands hommes réalisée par le musée d'Orsay, qui recense environ 8 000 sculptures de monuments publics[12] ou la base nationale des instruments de musique, regroupant 3 215 instruments de 105 musées, tels ceux du musée de la musique majoritairement versés sur POP[13], mais aucun des 9 129 instruments du musée du Quai Branly, ni d'ailleurs aucune autre de ses œuvres, etc...

Néanmoins, dans son 10e palmarès des musées français Le Journal des Arts précise que les 340 principaux musées d'art seulement conservent déjà 8,5 millions d'œuvres, dont 37 % ont été récolées fin 2012, avant la date limite du premier récolement national le [14]. Selon le bilan final du récolement décennal établi le par la direction des musées de France[15], les collections des 1221 musées de France recensés à cette date, non compris le Muséum national d'histoire naturelle, comprenaient 54 270 093 œuvres, récolées à 40 %. En 40 ans, environ 1 % de ces collections a donc été versé sur la base Joconde, malgré le plan national de numérisation des collections nationales lancé en 1996 par le ministère de la Culture[16].

En 2010, la base avait été consultée 15 millions de fois[17]. Au cours de l'année 2012, le catalogue des collections des musées de France a reçu plus de 1 096 000 visites (du monde entier, chercheurs, étudiants, ou particuliers), lesquelles ont généré 62 millions de recherches, la consultation de 7,7 millions d'images et la lecture de plus d'un million de pages[18].

Le est mise en ligne l'expérimentation JocondeLab pilotée par la Délégation générale à la langue française et aux langues de France du ministère de la Culture. Elle donne accès au contenu de la base Joconde et notamment des notices illustrées de celle-ci en 14 langues entièrement fonctionnelles, dont quatre langues régionales de France, le breton, le basque, l'occitan et le catalan[19]. Cela est rendu possible par le croisement des informations de la base Joconde avec des données provenant de l'encyclopédie Wikipédia, à travers le jeu de données DBpedia francophone. D'autres fonctionnalités telles que la cartographie, la frise historique ou encore la navigation par mots-clés de Wikipédia et la contribution sont aussi proposées.

En raison du changement du logiciel sur lequel fonctionnait la base Joconde, la totalité des notices a été rendue également accessible en sur la base POP[20] (Plateforme Ouverte du Patrimoine), qui depuis le reçoit les nouvelles notices ajoutées directement par les musées ; tandis que l’alimentation du catalogue de la base Joconde a été interrompue le [21].

Les résultats détaillés de Joconde sont extrêmement structurés à l'aide de 49 critères différents de recherche, tels que ancienne attribution, ancienne appartenance, date de mise à jour, matériaux/techniques, référence Museofile, etc... et utilisent un vocabulaire spécial qui permet des recherches très précises et spécifiques, aidées par des index. Certaines images d'œuvres récentes peuvent manquer pour des raisons de droits d'auteurs.

Techniques documentairesModifier

La base Joconde est chargée de collecter l'ensemble des données produites par les musées relevant de l'appellation Musée de France, et donc essentiellement des collections publiques de France. Le ministère de la Culture édite donc un standard d'échange de données, du moins une grille d'analyse et de classification des objets qui constitue le socle de la documentation des objets pour les musées[22].

Un objet de musée (tableau, outil, assiette, etc.) se voit donc décrit par un ensemble de champs libres, à thésaurus ou encore indexés permettant d'en indiquer son auteur, sa désignation, ses dimensions, ses appartenances au fil du temps ou ses différentes utilisations etc (en tout 71 champs dont les 18 colonnes du catalogue manuscrit justifiant de la propriété de chaque musée). Ce pourrait être vu comme les prémices du format UNIMARC pour la description des ouvrages, même si ce modèle reste uniquement français[pas clair].

Cette approche documentaire ne se veut pas exhaustive et les contenus documentaires utilisés par les musées sont en effet plus riches.

Ce modèle de données un peu rudimentaires en 2012 est décrit, documenté et publié depuis le sur le site officiel de la base de données[23].

La base de données n'est pas uniquement destinée à l'information du public, mais aussi aux besoins des administrateurs et conservateurs des musées, grâce aux outils descriptifs professionnels mis à leur disposition pour faciliter notamment le catalogage et le récolement de leurs collections, ce qui explique la grande précision des notices. Dès lors que les versements sont effectués par les musées sur une base volontaire, on trouve aussi bien pour certains d'entre eux la majeure partie de leur collection, que pour d'autres une quantité négligeable de leur collection, comme celle des peintures du musée Bonnat-Helleu de Bayonne fermé depuis 2011, voire seulement les quelques dépôts permanents effectués par les musées nationaux, limités parfois à une seule œuvre.

ActualisationModifier

La base aurait besoin d'être actualisée. C'est ainsi que des tableaux jadis déposés à l'ambassade de France à Bonn, alors capitale de l'Allemagne de l'Ouest, y sont encore indiqués comme conservés en ce lieu, alors que pour ces 5 tableaux une mise à jour[Où ?] a été faite[Par qui ?] en 2019[réf. souhaitée].

Notes et référencesModifier

  1. Site officiel, mentions légales.
  2. a et b « Présentation », sur www.culture.gouv.fr, ministère de la Culture (consulté le )
  3. Chronologie de la base et du site Joconde, site de la base Joconde.
  4. « Bilan annuel des chargements de notices dans Joconde pour l'année 2012 », sur www.culture.gouv.fr, Ministère de la Culture (consulté le )
  5. « Recherche - POP », sur www.pop.culture.gouv.fr
  6. Lancement ministériel de POP, plate-forme ouverte du patrimoine 9 juillet 2019, Blog Joconde.
  7. Ancienne page de recherche de Joconde, site Joconde
  8. « Videomuseum - Réseau des collections publiques d'art moderne et contemporain », sur www.videomuseum.fr.
  9. « Videomuseum », sur cnap.fr (consulté le )
  10. Au , si les œuvres du musée national Picasso figuraient dans les deux bases, on ne trouvait par exemple sur la base Joconde que 40 œuvres du musée national d'art moderne sur 103 837, dont 3 peintures sur 6 027 et aucune des plus de 30 000 œuvres des 23 FRAC, dont 27 856 figurent en revanche sur Videomuseum, outre les 16 843 œuvres des 6 collections de son Portail design.
  11. Bases AGORHA de l'INHA, sur agorha.inha.fr.
  12. Base A nos grands hommes du musée d'Orsay, sur anosgrandshommes.musee-orsay.fr.
  13. Base nationale des instruments de musique, sur philharmoniedeparis.fr.
  14. Le Journal des Arts, no 394, 21 juin 2013, p. 18.
  15. Bilan du premier récolement décennal des musées de France, 10 octobre 2014, base Joconde, site culture.gouv.fr
  16. Numérisation du patrimoine culturel/Politique et programmes, site du ministère de la Culture
  17. Consultations des principales bases de données patrimoniales, DG Pat / Service du patrimoine / Mission de l’Inventaire général du patrimoine culturel, 22 février 2011.
  18. « Statistiques de consultation de Joconde, 2012 », sur www.culture.gouv.fr, Ministère de la Culture (consulté le )
  19. JocondeLab présente près de 300 000 œuvres d'art en 14 langues, 01net.com, 28 janvier 2014.
  20. Site de la base POP : https://www.pop.culture.gouv.fr
  21. Recherche avancée sur la base Joconde figée le 19 mars 2019, site culture.gouv.fr.
  22. Méthode d'inventaire informatisé, site de la base Joconde.
  23. Format et nomenclature de fichiers d'export vers Joconde, site de la base Joconde.
  24. « PORTRAIT D'HOMME », sur www.pop.culture.gouv.fr
  25. « LOUIS-ANTOINE D'ARTOIS, DUC D'ANGOULEME (1775-1844) », sur www.pop.culture.gouv.fr
  26. « PRISE DE SAVERNE.19 JUIN 1636 », sur www.pop.culture.gouv.fr
  27. « LOUIS DE FRANCE, DAUPHIN (1729-1765) », sur www.pop.culture.gouv.fr
  28. « VASE D'OR REMPLI DE FLEURS », sur www.pop.culture.gouv.fr

Voir aussiModifier

Articles connexesModifier

Liens externesModifier